Le developpement personnel à la télé... - 01022013

Bèlilé.
Abonné

Hier soir j'ai été surprise de découvrir cette emission au titre si évocateur:  "j'ai décidé d'être heureux".

Pleine conscience devenue populaire ! Et autres techniques censées améliorer l'estime de soi.

Curieuse de découvrir ce que l'on faisait de la pleine conscience, j'ai décidé de regarder...Mais je me suis endormie devant.

Enfin, ça m'interroge... J'ai toujours détesté la psychologie spectacle, je trouve qu'elle est la cause de dérives dues à de mauvaises interprétations de ce que l'on voit et entend. Ensuite chacun joue à être psychologue avec l'idée qu'il se fait de la chose, donc de simples représentations via cette médiatisation ajoutées à deux ou trois lectures et on a droit à des conseils vraiment tirés par les cheveux.

Donc là ! Qu'on en arrive à faire de la télé réalité sur le thème du developpement personnel...J'ai un peu peur des conséquences.

Et vous vous en pensez quoi ?

Commentaires

Mandala.
Abonné

 

Salut Bèlilé,

Je n'ai pas vu l'émission dont tu parles mais je vois qu'elle est dispo sur M6 replay donc je vais aller y jeter un coup d'oeil, ça attire ma curiosité.

Sinon j'avais vraiment apprécié la série d'émissions "Leurs secrets du bonheur" sur France 2, présentée par Frédéric Lopez, qu'ils ont interrompu pour faute d'audience et c'était bien dommage. Il y avait là des témoignages d'"anonymes", des scientifiques spécialistes de la psychologie positive et des émotions, des petites expériences de psycho à faire, le suivi de plusieurs personnes qui avaient décidé de changer, sur le long terme, etc... j'avais trouvé ça excellent. Je suppose qu'ils avaient prévu un jour d'aborder le thème de la méditation de pleine conscience, étant donné que les intervenants scientifiques étaient là-dedans, mais ils ont arrété l'émission avant... dommage dommage.

Perso je trouve super qu'on parle de psychologie positive et de mindfulness dans les médias. Parce que ça fait du bien ! Aux USA je crois qu'ils sont bien en avance sur nous. Et que ça stoppe un peu la mainmise de la psychanalyse dans les discours médiatiques, aussi...

fadinarde.
Abonné

Eh bien moi j'ai regardé, et j'ai beaucoup aimé.... Je suis peut-être naïve et me laisse manipuler par la tv.... Mais c'était chouette, je regarderai les deux derniers épisodes...

Je trouve justement chouette de "démocratiser" un peu ces notions très psy, qui ne sont pas à portée de tous, mais qui sont justement rendues accessibles grâce à cette émission... C'est bien évidemment un survol, mais libre à chacun d'approfondir par la suite!

Bon week-end!

lEONTINE17.
Abonné

Moui... Moi, ça me terrorise un peu, cette obsession qu'a notre époque, du "Bonheur"... et du développement personnel à grands coups de télé réalité..;Désolée Mandala!... Et puis ce titre: " J'ai décidé d'être heureux", qui nous ramène à cette pernicieuse idée, qui nous a fait, fait et fera tant de mal à nous, les enrobé(e)s: maigrir? fastoche!! Tu n'y arrives pas? Pourtant, ,question de volonté, point-barre.Et toc, prends ça dans tes bourrelets...

Le bonheur? Pareil. Comment ça t'es malheureux?§ mais si tu veux, tu peux, yaka yaka! voici lma liste des ingrédients... Et plus notre société occidentale, matérialiste, souvent ( euphémisme) barbare, dans son mode d'exclusion et de compétition des uns contre les autres, plonge les êtres dans des conditions favorisant les sentiments de mal-être, voire d'être malheureux, plus elle nous somme, nous intime d'être heureux, épanouis, et plus elle a tendance à dévaloriser ceux qui( comme les gros!) ont la répréhensible idée, le condamnable attitude d'être parfois bluesy, de passer par des hauts et des bas, plus elle engendre des situations de frustration, matérielle, morale, psychologique, affective, plis elle ringardise ce qui pourtant est profondément le lot de la condition humaine: ne pas avoir accès en permanence au sentiment de plénitude, de satisfaction, de...bonheur, donc, puisqu'il faut ainsi l'appeler!

"C'est quand le bonheur,? chantait je ne sais plus qui il y a deux ou troisans... ben, c'est quand on peut, hein! Ce qui ne veut pas dire que l'on doit se vauter dans les soucis, les manques et les périodes de blues avec complaisance, bien sûr!

Bon, vous l'avez compris, je suis trèèèès critique concernant ce genre d'émission- spectacle, qui fait prendre des vessies pour des lanternes, à mon avis!

Mais( Mandala le sait !) le bonheur, authentique, enfin, le bien-être, une forme d'équilibre, essayer de faire du positif avec le pépins en tous genres, je tâche de m'y atteler! Mais je crois qu'aujourd'hui, ce n'est pas un jour favorable pour moi! Et je revendique le droit au blues, aus jours ternes et gris,  aussi fort que l'accès au bon heur ;-))

C'est aussi ce qui nous fait humains, tellemnt humains et non des machines à montrer, toutes dents( éclatantes, bien sûr) dehors "que tout va bien, que poussent les enfants et le houblon et le blé dans les champs" ( J. Brel, Les Flammandes)

salut les filles!

PS: enfin cette quête du bonheur n'est pas récente, puisque St - Just, pendant la révolution française constatait que" le bonheur est une idée neuve en Europe",:  Plus 300 ans que ça dure, déjà, cette quête?!!  Heureusement, M6 est là pour accélérer le mouvement, maintenant!  Allez, je vous blague, mais c'est bien que la discussion soit soulevée sur lC,.. Nous sommes bien concernés.!

Mandala.
Abonné

 

Tout à fait d'accord Léontine. Tu as raison sur le fait que la société nous pousse, nous oblige au bonheur, comme si c'était la norme. Et que si tu n'y arrives pas, c'est de ta faute. Et bien j'ai vécu dans cette injonction la plus grande partie de ma vie. Et j'ai passé une bonne partie de ma vie bien malheureuse. Comment faire pour être heureuse ? Comment faire, alors que j'ai tout pour l'être ? Aidez-moi, je ne sais pas comment faire, et en plus je culpabilise !!

 

Et bien justement, la pleine conscience nous permet d'éteindre ces injonctions au bonheur, venues de l'extérieur, pour juste le vivre, de l'intérieur. Elle te permet de vivre pleinement, aussi, les moments de blues et de spleen. De vivre chaque instant de ta vie, telle qu'elle est.

 

Tu as raison, le bonheur ce n'est pas question de volonté, c'est une question d'état d'esprit. Et il faut avoir le mode d'emploi. Moi j'ai trouvé le mien ! Transformation radicale de perspective depuis que je fais de la mindfulness, et un bonheur tranquille qui se maintient… Une libération aussi.

 

Sinon, j'ai commencé à regarder l'émission, et bien j'aime beaucoup ! Ils ont copié pas mal d'éléments de l'émission "leurs secrets du bonheur". Ils l'ont mis à la sauce M6 et du coup c'est assez punchy. J'adhère, même si je préfère la subtilité de la précédente émission.

 

PS : "c'est quand le bonheur" : excellente chanson de Cali qui mèle musique enjouée et paroles désespérantes. Je m'en vais la réécouter !

didil.
Abonné

Pas si stupide ce titre "J'ai décidé d'être heureux" ! En effet, je pense que le bonheur se décide. Et il n'est pas difficile de le trouver si on le cherche au bon endroit. Car le bonheur que l'on cherche souvent à l'extérieur, dans des biens matériels, est en fait à l'intérieur de chacun de nous. C'est tout simplement nous aimer nous-même, tels que nous sommes, et savoir apprécier l'instant présent, le rayon de soleil, la faîcheur de la brise sur notre visage, la douceur de l'eau de la douche qui coule sur notre corps, le sourire de l'inconnu que nous croisons, le carré de chocoalt que nous dégustons, etc, tous ces menus instants de bonheur qui font le bonheur. Mais au lieu de nous attacher à ces moments magiques, nous nous pourrissons la vie en nous centrant sur toutes sortes de contrariétés souvent sans aucune importance. Quel dommage !

arolio.
Abonné

Bonjour
Inscrit depuis quelques minutes, je découvre le forum et interviens sur ce sujet.
Je regarde très rarement la télé, mais ayant entendu parler de cette émission, je n’ai pu m’empêcher de la visionner.
D’un naturel optimiste, le bonheur est un sujet qui me passionne depuis de nombreuses années.
D’ailleurs, pour souhaiter mes voeux cette année, j’ai écrit ceci à mes amis :

«La fin du monde prévue pour 2012 ayant été reportée, la bonne nouvelle est que cette année 2013 aura bien lieu ! (Chouette).
2013 étant une année "porte-bonheur", nul doute que vous en profiterez pleinement.
Mais surtout, n’attendez pas que le bonheur vous attrape, car il n’a ni jambe ni bras !
Le bonheur est simplement l’ami de ceux qui y croient.
Il grandit à l’intérieur des personnes qui lui donnent de la place.
Il est une graine interne que l’on doit semer et cultiver soi-même.
Le bonheur est une attitude, il est un choix, il est une décision, que l’on prend pour soi.
Il est aussi l’étude de mon prochain livre, que je vous offrirai avec plaisir.
;-) »
 ...
Pour revenir à l’émission, il y a tellement de choses inutiles à la télé et de temps à y perdre, que pour une fois, je trouve qu’une émission peut avoir une utilité.
En effet, j’ai espoir que des spectateurs pourraient réaliser que le bonheur n’est pas une fatalité qui nous tombe dessus... ou pas !
Des spectateurs pourraient comprendre qu’en passant à l’action, en cherchant à faire quelques pas vers ce bonheur «imaginé», ils pourraient réellement le rencontrer...
Alors je dis bravo à cette émission, même si les contraintes commerciales d’M6 imposent certaines mises en scène inutiles.

@mitiés

arolio

Mandala.
Abonné

Ca y est je viens de terminer de regarder l'émission en entier.

Petit clin d'oeil à la technique de défusion si chère à Izabelle. En tout début d'émission, les participants doivent lister par écrit leurs défauts principaux. Ensuite ils doivent respirer de l'hélium et énoncer ces défauts avec la voix aiguë qui en résulte. Ca donne lieu à des situations qui prêtent à rire, et qui rendent moins "méchants" les défauts énoncés. Donc on retrouve là la même idée que de mettre en chanson les petites voix que l'on a dans la tête pour leur faire perdre de la force ou s'imaginer une affiche de cinéma.

 

Il y a des trucs par ci par là qui me dérangent, mais ce qui me choque le plus, c'est l'évaluation finale en terme de "score du bonheur" sur une échelle de 0 à 100. En gros, à chaque fin de semaine les candidats répondent à un "questionnaire du bonheur" et un score en est déduit. Les candidats découvrent et présentent ce score au reste de l'équipe, et puis on discute progression du score, les raisons de cette progression, etc. Là ça me choque parce que naturellement qu'est-ce qu'on cherche à faire dans ces cas-là, on cherche à vouloir augmenter son score pour la prochaine semaine, comme si c'était une vulgaire évaluation de son plat dans "un dîner presque parfait"… Et puis à la fin c'est celui qui a le plus gros score ou la plus grosse progression qui gagne ? Donc on retombe exactement sur ce que disait Léontine : c'est la compétition au bonheur !

 

Donc faux pas de la part de M6 pour moi sur ce point, et également je me pose des questions sur le chercheur en psycho qui a participé à cela et a mis au point le questionnaire… On aurait du se cantonner à une évaluation subjective du sentiment de bonheur par les candidats.

tupenses.
Abonné

Je n'ai pas vu l'émission mais rien que le titre me dérange terriblement. Le bonheur mais qu'est-ce que c'est ? Chacun sa manière de le voir de le vivre. Ce genre d'émission où l'on donne des recettes c'est maintenir les téléspectateurs dans des illusions. Pour moi une manipulation . 

Sylvie75.
Abonné

Bien sûr, c'est de la psychologie de bazar, mais là où nous devrions nous réjouir, c'est qu'elle est inspirée des TCC. Télé d'Amérique, psychologie d'Amérique. :)

Annemie.
Abonné

je n'ai pas regardé, je le regrette mainetnant

une échelle,  ça doit pas être commode

par contre, depuis très très longtemps l'humain s'intéresse au bonheur, et pas mal de philosophes s'y sont attaqué

quand je suis submergée par mes soucis comme en ce moment, si j'essaie de mettre l accent sur les petites choses de mon quotidien qui sont agréables, je me sens moins malheuruse  et presque, même, heureuse...

oui, je pense, le bonheur est subjectif et on ne peut comparer un mal être avec un autre, mais j'aodre ce sujet dans le quel nous pouvons mettre chaque jour un merci, ou notre victire, j'en avais ouvert un (qui n'a pas eu de succès) sur ce qui nous fait positiver)

le bonheur, LE bonheur, tel que nous l'entendons sans doute, vous avez raisn, il n'existe pas... mais des raisons d'aimer la vie, il y en a toujours plein, enfin c'est ce que je ressens et ce dont je suis persuadée....

j'aime bien aussi cette chanson de Cali c'est quand le bonheur, mais je n'y adhère pas vraiment

un philosophe chinois a dit

"le bonehur et le malheur ne viennent que de nous mêmes" 

et s'il avait raison?

fadinarde.
Abonné

Moi je pense de plus en plus que le bonheur se trouve dans l'instant présent, et dans une attitude positive face à la vie.

Jamais de ma vie je n'oublierai le jour où ma mère a regardé mon père, ma soeur et moi, a entendu un merle chanter, et nous a dit: elle n'est pas belle, la vie?

A ce moment-là elle était coincée dans un lit d'hôpital, avec 3 ans de cancer derrière elle, et les médecins qui lui donnaient quelques jours à vivre. Elle avait cinquante-six ans, et elle est morte quelques semaine plus tard.

Son bonheur elle le puisait dans le moment présent, et dans l'amour de sa famille. 

Paradoxalement je pense être beaucoup plus positive et joyeuse maintenant.... C'est la plus belle chose que ma mère m'a offert en plus de la vie...

Dans cette émission j'ai été très touchée par le coach de sport.... Parce que lui aussi a une philosophie de vie qu'il a acquise grâce à la résilience...

Il y a tellement de télé-réalités pourries et inutiles, celle-ci est certainement racoleuse, on peut lui trouver plein de défauts. Mais si elle peut donner envie à quelques personnes d'aller chercher les outils pour se faire une vie plus douce, alors c'est gagné...

Et si pour ça il faut passer par un concept télé-réalité bien rodé, eh bien moi je dis OUI!!

didil.
Abonné

Très touchant ton témoignage à propos de ta mère, Fadinarde. Ta mère t'a fait un magnifique cadeau.

Bèlilé.
Abonné

Je ne suis pas sure que ça rende service au TCC, parce que j'ai bien peur que ça en donne une vision assez caricaturale.
Seule les personnes qui comme nous en ont une vision moins spectacle y retiendront ce qu'il y a à comprendre.
Les autres y chercheront des recettes toutes faites, des formules magiques.Comme Mandala, je suis choquée par bien des principes de l'émission.

[quote=tupenses]

Je n'ai pas vu l'émission mais rien que le titre me dérange terriblement. Le bonheur mais qu'est-ce que c'est ? Chacun sa manière de le voir de le vivre. Ce genre d'émission où l'on donne des recettes c'est maintenir les téléspectateurs dans des illusions. Pour moi une manipulation . 

[/quote]

Assez d'accord avec toi aussi Tupenses.

Non seulement je n'aime pas la psychologie spectacle, mais je n'aime pas non plus la psychologie donneuse de leçon.
 

Mais comme certaines d'entre vous ont dit: Souhaitons que ça donne envie de bouger, de s'interesser aux nouvelles thérapies, et d'aller consulter des professionnels.


Moi j'ai surtout peur de ceux qui penseront avoir tout compris et donneront à leur tour des leçons.

Courtepatte.
Abonné

[quote=fadinarde]

Jamais de ma vie je n'oublierai le jour où ma mère a regardé mon père, ma soeur et moi, a entendu un merle chanter, et nous a dit: elle n'est pas belle, la vie?

A ce moment-là elle était coincée dans un lit d'hôpital, avec 3 ans de cancer derrière elle, et les médecins qui lui donnaient quelques jours à vivre. Elle avait cinquante-six ans, et elle est morte quelques semaine plus tard.

Son bonheur elle le puisait dans le moment présent, et dans l'amour de sa famille. 

[/quote]

Merci, Fadinarde, de partager ce témoignage si intime avec nous. J'en ai eu les larmes aux yeux. Je vais garder cette histoire dans un coin de mon coeur et y repenser chaque fois que j'aurai une baisse de moral...

fadinarde.
Abonné

Ah ben si l'incroyable philosophie de vie de ma douce maman peut servir à d'autres, c'est merveilleux!

smiley

doveline.
Abonné

Bonsoir Annemie, Bonsoir à toutes et à tous,

 

Si tu veux tu peux voir l'émission "J'ai décidé d'être heureux" sur le lien suivant de M6 Replay. :

 

//www.m6replay.fr/#/j-ai-decide-d-etre-heureux/11271514-s01e02-positivez-c-est-bon-pour-la-sante

 

Tu clique dans M6 REPLAY puis dans EMISSIONS et enfin sur l'émission "J'ai décidé d'être heureux".

 

J'ai trouvé cette émission géniale... elle vulgarise très bien ce qui se fait de plus top actuellement à l'université d'Harvard... en Recherche en Psychologie Positive.

 

Douce nuit à toutes et à tous,

 

doveline

Annemie.
Abonné

merci Doveline....

je ne trouve quant à moi rien de choquant dans le titre, car "j'ai décidé" d'e^tre heureux est très parlant, nous pouvons choisir ou non de nous laisser anéantir ou décider d'être heureux

le meilleur exemple en est mes déboires avec mes locs... j'en ai parlé, je n'ai pas voulu me laisser submerger, vus m'avez boostée, j'ai pris le toreau par les cornes et cela commence à s'inverser...

il est clair que la télévision est un merveilleux outil de vulagarisation.....une émission de cette sorte peut redconner courage à celles et ceux qui se trouvent au creux de la vague....

je ne l'ai pas vue, si je ne vais pas rendre visite à ma mère aujurd'hui, je la regarde aujurd'hui même sinon demain et je reviendrai dire ce que j'en pense

Annemie.
Abonné

encore moi

je viens de regarder l'émission et je me demande où je poourrai voir la première???

car j'ai tout simplement a do ré

merci pour ce poste

bien sur il y a la sauce M6 faite pour racoller le public, bien sur il y a les répétitions

bien sur on pourrait se demander comment font les gens pour se montrer ainsi

MAIS justement, je trouve ça grand de se montrer faible devant la France enitière, je n'en aurai jamais été capable

alors chanter en karaoké sadaië aië.... je déteste ma voix, je chante faux... 

tous les conseils, les pistes de réflexion, ça me parle, et ça m'aide

comme ce forum...

depuis que j'ai lancé ma bouée je suis stupéfaite des changements que ça a produit en moi et dans ma vie....

j'adhère... et je regarderai la suite, et j'installe le truc sur mon smartphone

aveez vous fait le questionnaire? très révélateur...

Sylvie75.
Abonné

[quote]je ne trouve quant à moi rien de choquant dans le titre, car "j'ai décidé" d'e^tre heureux est très parlant, nous pouvons choisir ou non de nous laisser anéantir ou décider d'être heureux[/quote]

 

Ben non, Annemie, pas du tout d'accord avec ça, on ne "décide" pas; Nos pensées ne nous appartiennent pas, ni nos émotions, ni nos ressentis.

C'est même pour cela qu'on fait de la pleine conscience, pour prendre tranquillement conscience de ce que l'on a en nous, pas pour le changer, ça, ce serait s'illusionner, se bourrer le mou. Ce que l'on a en nous va et vient... sans que l'on ait notre mot à dire. Ce que l'on peut faire, c'est activer notre moi observateur et ne pas forcément entrer tout droit dans nos pensées.

Alors "J'ai décidé d'être heureux" est idiot comme titre, à mon avis. C'est ce que j'appelle de la psychologie de bazar, qui présente la méthode coué comme un truc révolutionnaire... tu parles Charles...

Pas plus que "J'ai décidé d'être en bonne santé" ou "J'ai décidé d'être beau." ou "J'ai décidé d'être grande" n'auraient de sens. Du blabla tout ça.

Pour ma part, j'ai juste décidé d'être dans l'instant présent, parce que de toute façon, comment dire, je suis sûre de ne pas me gourrer d'endroit en faisant ça...

arolio.
Abonné

[quote=Sylvie75]Pas plus que "J'ai décidé d'être en bonne santé" ou "J'ai décidé d'être beau." ou "J'ai décidé d'être grande" n'auraient de sens. Du blabla tout ça.[/quote]

Alors que penser de "j'ai décidé de maigrir" ? ;-)

Courtepatte.
Abonné

[quote=arolio]

Alors que penser de "j'ai décidé de maigrir" ? ;-)

[/quote]

Je rejoins Sylvie75: "J'ai décidé de maigrir" n'a pas beaucoup de sens; mon "j'ai décidé de maigrir" du début s'est mué en "j'ai décidé de me réconcilier avec la nourriture et avec mon corps". Bien sûr que je serais contente si mon poids de forme était un peu plus bas que l'actuel, mais si ce n'est pas le cas, j'espère que LC m'aidera à vivre, et à vivre sereinement, avec les kilos que j'ai maintenant.

Et j'ai l'impression que c'est là le message de MM. Zermati et Apfeldorfer, non?

FRED73
Marraine

Evidemment, personne ne décide consciemment d'être malheureux ! Personne ne peut dire que c'est bien d'être malheureux et que ça lui convient ! Quant à décider de ne pas maigrir c'est possible mais dans ce cas il ne faut pas se mentir : il faut alors accepter son corps tel qu'il est pour de vrai et pas faire semblant !

Je pense que le titre le plus juste pour l'émission serait peut-être : j'ai décidé de me donner les moyens d'aller mieux mais c'est moins vendeur ! Et puis il faut le faire avant d'être en dépression parce que là c'est trop tard : on n'a plus envie de rien à ce moment là.

Allez bon début de semaine : il faut accepter que le week-end soit fini maintenant !

Mandala.
Abonné

[quote=Sylvie75]

Ben non, Annemie, pas du tout d'accord avec ça, on ne "décide" pas; Nos pensées ne nous appartiennent pas, ni nos émotions, ni nos ressentis.

[/quote]

Salut Sylvie. A mon tour de ne pas être d'accord : si nos pensées, nos émotions, nos ressentis ne nous appartiennent pas et ne peuvent être commandés (et là je suis bien d'accord), je peux quand même DECIDER de la réponse que je leur apporte : lutter contre elles, les étouffer, ou les accepter (par exemple). C'est là qu'intervient la pleine conscience.

Encore faut-il SAVOIR qu'on peut  avoir une marge de manoeuvre dans nos réponses à ces états internes. Et pour cela il faut avoir des informations, celles que l'on peut trouver dans les manuels de pleine conscience, ici sur LC, ou dans des émissions de vulgarisation de psychologie positive.

Après quelques jours de réflexion, je trouve finalement qu'il vaut mieux qu'une telle émission existe plutôt qu'elle n'existe pas. Ca peut servir de prise de conscience pour plein de gens. On souhaite tous être heureux après tout ! Si certains téléspectateurs comprennent mal le message, c'est qu'ils n'étaient pas près à l'entendre.

D'autre part, on vit tellement dans une société négative, pessimiste et en crise (globalement parlant) que des émissions comme ça, pleine de pep's et de joie de vivre, ben ça fait du bien !

Malgré les limites dont j'ai déjà parlé plus haut, bien sûr... Rien ni personne n'est parfait n'est-ce pas ?   ;-)

Amitiés à tous

arolio.
Abonné

Entièrement en accord avec Mandala. yes

En d’autres mots :
Une personne qui ne veut rien, c’est très facile à obtenir, il lui suffit de ne rien faire ;-)


Mais une personne qui veut obtenir quelque chose, quoi que ce soit, doit a un moment ou a un autre, prendre la décision de se mettre en action pour l’obtenir (ou tenter de l’obtenir).


La vie est faite de choix.
On peut choisir de se laisser aller...
On peut choisir de réagir ou d’agir.
Dans un cas comme dans l’autre, c’est une décision.
Décider de s’acheter une nouvelle paire de chaussures, décider de mieux manger, décider d’être heureux...


Pour moi le titre de l’émission est même plus important que sont contenu. Il provoque une réflexion (la preuve sur ce forum) qui peut amener les plus septiques à ouvrir leur champ de vision sur une possibilité qu’ils ignoraient :

« Est-il possible de décider d’être heureux ? »

 

@mitiés

Sylvie75.
Abonné

Je répète donc la phrase :

Nos pensées ne nous appartiennent pas, ni nos émotions, ni nos ressentis.

Ce sont donc nos actes qui nous appartiennent.

Après s'en suit des choses. Quand je marche, grâce aux endorphines, je me sens plus heureuse, mais il peut arriver des fois où ça ne marche pas. Je ne décide donc pas d'être heureuse, je décide de marcher, après, je vois ce qui se passe.

Alors bien sûr que l'on a une marge de manoeuvre, mais elle est dans l'action, strictement dans l'action. Essayer de se raisonner pour s'influencer... ça ne marche pas à long terme, c'est se bourrer le mou. "Blablabla, il faut positiver, tu as quand même tout pour être heureuse, blablabla" ça ne marche pas ! Tandis que sortir et marcher et voir ce qui se passe, si cela influe son ressenti, grâce aux endorphines, ça marche, parfois.

Annemie.
Abonné

c'esst en gros ce qui ressor de l'émission, agir et ça marche en principe

as tu vu l'émission, Sylvie?

ceci mis à part, quand on est tout en bas de l'échelle de notre bonheur, quand on est submergé, pourquoi nous ôter ainsi l'espoir de nous dire que nous pouvons agir sur cela, qu'il y a pire??? ma maman allemande dit que c'est l'espoir qui meurt en dernier, dans cerveau et psycho je lisais que les médecins ne devraient jamais ôter l'espoir à un malade, même quand il semble ne plus y en avoir.... et dans cerveau et psycho il est dit aussi que nous pouvons influencer notre cerveau reptilien en lui imprimant en quelque sorte une autre manière d'agir en réflexe, c'est ce qu'induit par exemple la sophrologie...et ça marche je l'ai vécu et  je cnfirme

bien sur quand dans des situations plus que difficiles de ma vie, je me disais mes enfants ne sont pas en train de mourir de faim en éthiopie ou en train de mender dans les rues de Bogota, BIEN SUR que ça RELATIVISE les choses et qu'ainsi on se dit qu'il y a pire, qu'il y a quand même quelque chose de bon dans notre vie et ça AIDE à relever la tête et aller de l'avant ....

smiley

au fait, j'ai installé sur mon smartphone leur application, c'est super, je vous la recommande

Sylvie75.
Abonné

Ah bon, ça marche, la méthode Coué ? Et oui, j'ai vu une émission, la 3ème je crois... "je vais bien, tout va bien, je vais bien, tout va bien." C'est se raconter des histoires.

Maintenant si tu traduits "se raconter des jolies histoires à dormir debout" par "entretenir la flamme de l'espoir"... ce n'est pas de ma faute.

L'espoir c'est quoi ? un sentiment qu'un jour, on y arrivera, qu'il faut être patient. Bien sûr, que j'éprouve cela régulièrement tout au fond de moi, je ne suis pas une nihiliste. Mais pourquoi j'éprouve cela ? parce que mon expérience me dit que ça fonctionne comme ça, que les choses évoluent parfois, parfois en bien, parfois en mal. Alors bien sûr aussi, que des mots peuvent faire du bien, se raconter des histoires fait du bien... Mais ne change pas les problèmes de fond. Et le fond, il faut s'y attaquer. Et c'est ce que l'on fait ici, avec la pleine conscience pour l'essentiel. La première chose dans la pleine conscience, c'est de prendre pour argent comptant ce qui est là au fond de nous à l'instant présent, sans lutter, sans se bercer, sans se mentir, bref s'autoriser à ressentir ce que l'on ressent, quoique l'on ressente.

oceaneclaer.
Ancien abonné

l'application de quoi, Anémie?

Annemie.
Abonné

[quote=oceaneclaer]

l'application de quoi, Anémie?

[/quote]

 

l'application de cette emission elle s'appelle 58 sec...

c'est pas mal du tout

Annemie.
Abonné

justement, Syvlie,  la pleine conscience ils en parlaient durant toute une grande partie de l'émission angle

et, non, ce nt'était pas du tout la méthode Coué, qui a, j'en suis persuadée, bien des aventages.... 

Sylvie75.
Abonné

Il y a très longtemps que j'ai décidé de maigrir... 32 ans en fait... Manifestement, ça ne suffit pas.

Ce qui est tout récent, et l'on verra si cela "marche", c'est que j'ai décidé de m'autoriser à ressentir, quoique je ressente, à m'écouter, à m'observer, avec bienveillance et intérêt, sans peur et sans reproche, sans refoulement. Pour ne pas ajouter aux émotions premières des émotions secondaires, la peur, la culpabilité ou la colère de ressentir un truc. Me contenter de ressentir et d'assumer mes émotions premières. Et ensuite, bien consciente, passer à table, en conservant cette exigence de ne pas se mentir. Pour moi, elle est là, la révélation, j'ai décidé de me sentir tout court, pas forcément de me sentir mieux, ça je n'en décide pas.

Annemie.
Abonné

cmme tu as raison Sylvie de vouloir ne pas refouler tes émotions, ton ressenti, ou quand tu te sens mal.... on ne peut prendre de médicament pour tout ou trouver un remède à tout et les émotions doivent sortir

 

c'est aussi ce qui est dit et pratiqué dans cette emission, reconnaître ses émtions... reconnaître ce qui ne va pas...

moi j'ai décidé la même chose que toi, savoir ce que je ressens, me connaître, mais j'ai aussi décidé de me sentir mieux,  et d'aller mieux

Nasha1965.
Ancien abonné

Bonsoir à tous !

Je n'ai pas vu cette émission mais cela me donne envie de la voir, rien que par curiosité et moi aussi j'ai envie de me réconcillier avec mon corps, mes pensées, mes émotions et la nourriture !

Bonne soirée à tous !

oceaneclaer.
Ancien abonné

Bon,j'écoute l'émission, mais je suis vraiment,vraiment sceptique!

arolio.
Abonné

[quote=Sylvie75]Nos pensées ne nous appartiennent pas...[/quote]

Bonjour


Je trouve intéressante cette façon de voir, et je me permets de provoquer un peu (en toute amitiée) pour rouvrir le débat.


Si nos pensées ne nous appartiennent pas, alors d’où viennent-elles?
Du réseau WiFi ? ;-)

Nos pensées sont induites par notre cerveau, en fonction de ce qu’il a en magasin.
Et pour moi, décider d’être heureux c’est justement chercher à «apprendre» à bien remplir le magasin...

 

vos avis ?

izabelle
Animatrice forum

de ce que j'ai lu, nos pensées sont certes issues de notre cerveau (what else?)  mais notre cerveau est le produit d'une évolution

dans cette évolution notre capacité à anticiper le pire a été crucial pour la survie de notre espèce

il faut bien constater que les pensées négatives sont restées dans ses habitudes....   et que toutes les tentatives pour les contrôler ou les faire disparaitre sont de bonne guerre, mais vaines

et puis dans la bataille, on y perd des plumes (ou on prend des kilos ;-)

y'a même des exercices qu'on peut faire pour se rendre compte que les pensées ne peuvent se maitriser...  et qu'elles sont souvent négatives

alors au lieu de se fustiger, autant les laisser passer tranquillement et ne pas s'y attarder

surtout ne pas trop les écouter, et agir, effectivement dans un sens de bonheur, c'est à dire poser des actes en fonction de nos valeurs profondes

izabelle
Animatrice forum

à l'usage c'est très reposant, quand on arrête de lutter contre ses pensées négatives  parce qu'on les voit telles qu'elles sont : seulement des pensées, rien de plus, rien que des mots.....    aujourd'hui là, demain envolés....

 

ceci dit, je n'ai pas vu l'émission, je suis un peu allergique à M6 je dois dire...  

didil.
Abonné

Ma théorie est que nos pensées et certains de nos actes (les "actes manqués") sont issus de notre inconscient. Ils proviennent donc du plus profond de nous-même mais échappent toalement à notre contrôle. Il est essentiel de les accepter comme tels si l'on ne veut pas s'épuiser à lutter contre plus fort que nous.

Mandala.
Abonné

 

Il y a une anecdote que j'ai lue dans un livre sur la pleine conscience ("méditer pour ne plus déprimer" je crois). C'est un jeune qui veut devenir moine (bouddhiste). Il rencontre un moine aguerri pour savoir comment faire et celui-ci lui conseille d'aller passer une journée dans la grotte tout là-haut, et d'essayer de n'avoir aucune pensée pendant la journée. Le jeune suit les instructions, se force à essayer de ne pas avoir de pensée en tête, mais en réalité il a une infinité pendant la journée. Ca ne s'arrête jamais. Il rentre voir le moine le soir-même, tout honteux, et lui raconte son échec. Alors le moine lui dit de retourner à la grotte le lendemain et cette fois-ci il doit essayer d'avoir beaucoup de pensées, tout le temps. Le jeune suit des instructions, s'efforce de penser, penser, penser. Malheureusement rien ne vient, aucune pensée, et il finit sa journée avec dépit en retournant voir le moine, pensant avoir échoué, encore. Moralité: on ne contrôle pas ses pensées, elles sont là ou elles ne sont pas là, et plus on essaie de les forcer, moins on y arrive…

 

Dans le même ordre d'idée : "Surtout ne pensez pas à un éléphant rose"

 

D'où viennent les pensées ? Euh, là, on aborde une question à mon avis assez pointue en psychologie et en neurosciences. Un peu comme la question de la conscience, qui est toujours globalement un mystère… Je rejoindrais Izabelle sur la notion d'utilité évolutionnaire des pensées pour résoudre des problèmes. Parfois c'est efficace, parfois ça complique les problèmes !!

Bliss.
Abonné
Quitte à passer pour une dingue je vous fais part en quelques mots d'une hypothèse sur les pensées sur laquelle se penchent des chercheurs en neurosciences qui travaillent notamment sur les états modifiés de conscience et sur ce qu'est la conscience. C'est dans une otpique de la physique quantique et de l'idée que tout est relié pas de séparation etc..... L'idée est que les pensées ne seraient pas le produit du cerveau, les pensées proviendraient d'une forme de "conscience collective" indéfinissable et notre cerveau serait un genre d'outil se servant des pensées qu'il est capable de capter. Oui je sais ca fait secte de dingue....... Mais l'intérêt de ce genre d'hypothèse c'est de voir que nous ne sommes pas dominés et coupables de nos pensées et de qu'elles nous font vivre. Elles passent dans notre cerveau, celles qui sont utiles on les garde elles nous servent et les autres on les accepte, on les contemple on les transforme et que sais je. Enfin moi ca m'aide à prendre encore plus de distance avec le monde des pensées et du cerveau pensant.
oceaneclaer.
Ancien abonné

Oui, mais je croyais que dans cette file ,ce n'était pas de remettre en question la RPC,mais de juger l'émission de télé. C'est ça que je rejette, ça m'ennuie considérablement ( la télé en général, remarquez!)

Sinon, toutes les idées sont bienvenues. Moi, j'ai lu aussi des trucs sur les ondes ( dans la méditation,le cerveau génèrerait des ondes particulières et il suffirait de se caler sur ces ondes pour léviter mieux...) Mais tout n'est certainement pas faux. ( bon, sachez néanmoins que je suis scientifique!....)

Annemie.
Abonné

Bliss, pardonne moi, je suis un peu sceptique...

non pas sur le fait que nous sommes loin d a voir tout compris... mais dans cerveau et psychologie, j'y suis abonnée, les pensées viennent de nos ondes électriques à nous

notre pensée est la notre et pas celle qu'on a capté d'ailleurs

bien sur on pourrait, je ne le nie pas, avoir comme une intuition de la pensée de l'autre, capter ses ondes... mais ce seraient toujours des bribes de ses pensées à lui... 

le notres nous sont spécifiques...

elles naissent dans notre inconscient, je vais rechercher l'article

pour M6 j'aime bien, moi, certaines de leurs séries et cette émission ben elle m'a parlé, bien sur elle n'est pas scientifique, et sur arte ou la 5 elle aurait été toute autre... mais il faut se dire que c'est juste une émission de vulagrisation... 

je regarderai cette semaine les dernières

Sylvie75.
Abonné

On s'éloigne beaucoup du sujet de départ... mais l'inconscient, Annemie, ce n'est pas un concept scientifique universellement admis. C'est une théorie de Freud, et ça... n'explique rien.

Inconscient ou pas, cela m'aide de me dire que "Nos pensées ne nous appartiennent pas autant que l'on croit." et du coup, elles n'ont pas autant d'importance que l'on croit, il ne faut pas TOUT prendre pour argent comptant. Elle m'est utile ? Je m'en sers. Elle m'est inutile OU nuisible ? Je la laisse pour ce qu'elle est : un discours comme un autre, une suite de mots, que je laisse parfaitement vivre dans ma tête, mais qui n'implique pas que j'agisse en conséquence.

Nous ne maîtrisons pas nos pensées, mais nous pouvons, avec un peu de travail, maîtriser l'usage que l'on en fait.

 

Je vais prendre un exemple très bête, qui m'est arrivé hier : Je parle avec un ami dans le métro. Il a mauvaise haleine. Mon cerveau me le dit, via mon nez. C'est un ressenti vrai, probablement. Une autre pensée suit "Recule toi, ça pue." Une autre pensée "Ne te recule pas, il va se douter de l'origine du problème, et sera horriblement gêné".

Laquelle est utile ? Laquelle je suis ? Elles sont toutes vraies... mais je suis bien éduquée ou égoïste, car une autre pensée m'est venue "Et si moi, j'ai mauvaise haleine ? Et que je ne m'en doute pas, comme lui..." etc. etc.. On est une machine à penser dans tous les sens (oh elle est belle celle-là, faut que je la ressorte). Alors de temps en temps, on arrête de trier, on se pose, et on fait le végétal, le moi observateur, qui vit et laisse vivre. "Peut-être que je pue de la gueule..." :) Parfois ou tout le temps, et alors ? Des tas de gens que j'adore "puent de la gueule" parfois...

Annemie.
Abonné

plutôt qu'inconscient, j'aurai du dire cerveau reptilien

non, on ne s'éloigne pas trop, car toutes les stratégies mises en place mettent des réactions en place ou changent des réacitons dans le cerveau reptilien

non, non, rien à voir avec de la psychologie spectacle, c est montrer de manière adapatée au plus grand nombre qu'on peut agir, 

Mandala.
Abonné

Allez je relance le débat...

Les recherches en psychologie positive suggèrent que notre "bonheur" dépend :

- pour 50% de nos caractéristiques génétiques. On n'a donc aucune prise la-dessus.

- pour 10% des conditions extérieures (argent, confort, etc…)

- et que par conséquent on aurait une marge de manoeuvre sur les 40% restant. Les leviers d'action seraient entre autres : avoir de bonnes relations avec les autres, faire de l'exercice physique, rire souvent, le sentiment d'avoir une valeur dans le monde, et surement plein d'autres que j'oublie ici… Et là dessus on peut "décider", en effet !

 

Et sur la question du bonheur. Oui, le bonheur se "mesure", tout comme on peut mesurer l'anxiété, la dépression, le bien-être etc. Avec des limites et des imperfections bien sûr, comme dans tout.

 

Le bonheur n'est pas une émotion à proprement parlé. C'est plus profond que cela, ça se mesure sur une plus grande échelle de temps. Les "émotions"  au sens scientifique du terme se comptent au nombre de 6 (en tout cas pour la majorité des chercheurs actuellement) : joie, surprise, dégoût, tristesse, colère, peur. Elles sont plus fugaces que le bonheur. On commence à comprendre leur décours physiologique et psychologique.

 

didil.
Abonné

Bizarre ces 50 % de caractéristiques génétiques dans le bonheur ! De quoi s'agit-il ? Je ne vois pas ce que la génétique vient faire là-dedans, surtout en si grande proportion !

doveline.
Abonné

Bonjour Didil,

Scientifiquement on sait aujourd'hui que ces 50 % sont gouvernés par la longueur du gène 5 HTT responsable de la synthèse de sérotonine... plus il est long plus on est capable de sécréter de la sérotonine...  la sérotonine a une influence directe sur la façon dont nous ressentons les  évênements... sur notre notre pré-disposition au Bonheur.

On ne va pas chez chez le médecin (du moins pas encore !)... pour faire mesurer la longueur de notre gène 5 HTT... on ne pas agir sur les 10 % conditionnés par les facteurs extérieurs... par contre on peut agir sur les 40 % restants qui dépendent intégralement de notre comportement et du regard que nous posons sur les évênements que nous traversons... c'est là que réside notre potentiel d'épanouissement... que l'on peut développer avec les techniques de Psychologie Positive .

Mandala.
Abonné

Pour compléter la très bonne réponse de doveline : Il y a des traits de personnalité qui sont déterminés par la génétique. Tout comme il y des familles de bruns, de grands, de costauds, etc, il y des familles d'anxieux, de schizophrènes, de joyeux, d'intelligents...  Il y a donc des prédispositions psychologiques dues aux gènes que l'on porte. Mais ce ne sont que des prédispositions dans le sens où l'environnement vient mettre son grain de sel là-dedans.

On peut déterminer la part de génétique dans un trait de personnalité en étudiant le devenir de vrais jumeaux qui ne vivent pas dans le même environnement. Les vrais jumeaux ont le même patrimoine génétique. On a découvert qu'ils auront plus de chance de présenter les mêmes "traits" psychologique que deux personnes prises au hasard. C'est comme ça, entre autres, que l'on a déterminé le pourcentage de 50%.

arolio.
Abonné

[quote=doveline]par contre on peut agir sur les 40 % restants qui dépendent intégralement de notre comportement et du regard que nous posons sur les évênements que nous traversons... [/quote]


[quote=Mandala]Mais ce ne sont que des prédispositions dans le sens où l'environnement vient mettre son grain de sel là-dedans.[/quote]

J'approuve à 100% ce qui est dit ici.


J’ajouterais que les pourcentages ne sont que des «appréciations» de spécialistes.
N’imaginez surtout pas que si vous aviez eu un «mauvais» héritage génétique, vous êtes condamné à ne connaitre qu’un demi-bonheur ! Non non non !!! ;-)


Ce qui est important à retenir c’est que le bonheur s’apprend !


Nos éducateurs (parents, etc.) pour la plupart n’ont eux-mêmes pas appris à nous apprendre le bonheur.
Au contraire, ils nous ont appris (pour notre bien, notre sécurité) à vivre dans la crainte, la peur, (le négatif)...


Le bonheur s’apprend en commençant par «désapprendre» toutes nos croyances limitantes, et en les remplaçant par quelque chose de plus « fun », de plus joyeux !
Cet apprentissage du bonheur est accessible à tous ceux qui un jour ou l’autre, en prennent la décision. ;-)

Mandala.
Abonné

[quote=arolio]

J’ajouterais que les pourcentages ne sont que des «appréciations» de spécialistes.

N’imaginez surtout pas que si vous aviez eu un «mauvais» héritage génétique, vous êtes condamné à ne connaitre qu’un demi-bonheur ! Non non non !!! ;-)

[/quote]

A moi d'approuver à 100%. 

En fait, ce pourcentage signifie - pour faire simple - que les variations des niveaux de bonheur observées dans une population s'expliquent pour moitié (50%) par les prédispositions génétiques. Imaginons que l'on mesure le niveau de bonheur de 1000 personnes à l'instant t. Chez ces 1000 personnes on mesure également les gènes qu'ils ont (je schématise…), et le niveau matériel dans lequel ils vivent (les revenus par exemple). On rentre tous ces facteurs dans un programme de statistique et le logiciel va calculer toutes les corrélations entre tous les facteurs en jeu. Parmi tous les facteurs possibles qui influencent le niveau de bonheur, et bien la génétique joue pour la moitié.

Je cherche un exemple plus simple. Imaginons que vous souhaitiez déterminer ce qui explique le goût d'un gâteau au chocolat maison. Il y a de multiples causes au goût du gâteau, par exemple : la qualité des ingrédients de base, le temps de cuisson, la température du four, l'humidité de la maison, le temps qu'il fait dehors. Et bien si on fait une étude de tout ça, on se doute bien qu'il a des facteurs qui sont plus importants pour expliquer la différence de goût entre deux gâteaux pris au hasard parmi tous les gâteaux possible. Probablement que la qualité des ingrédients, le temps de cuisson et la température se partageront une bonne partie des 100%. 

Donc ici il faut se réjouir que la génétique et les conditions extérieures ne déterminent pas tout !! On a vraiment une marge de manoeuvre. Pour reprendre la métaphore du gâteau : même si on dépasse le temps de cuisson, on peut tout de même jouer sur la qualité des ingrédients ou la température du four. Pour obtenir au final un gâteau tout aussi bon !

Je ne sais pas si mon exemple est parlant… Bon j'aurais essayé quand même... Si vous trouvez mieux...

Sinon ces statistiques remettent également en question que l'argent fait le bonheur. Il y participe, c'est sûr. Mais à hauteur de 10% seulement...

X