Les dires des autres sur notre envie de perdre du poids - 20052013

Fleure.
Abonné

Bonjour, 

 

Je souhaite partager avec vous: 

Une réalité du jour: je pèse 100,00 kg. Je pesais 63 kg (poids de forme) il y a 3 ans, 70 kgs il y a un an, et entre tout cela, des hauts et des bas !

Je suis musclée de nature et fais attention à ma manière de m'habiller, aujourd'hui, personne ne me donnerait ce poids !

Quoi qu'il en soit, la vérité est évidente : j'ai 37 kg à perdre. 

Il ne m'empèche pas d'être jolie, féminine, élégante (et de me faire draguer régulièrement !)

Lorsque je parle à mes proches de perdre du poids, et surtout si je dis le nombre de kg, la plupart me disent: "tu es bien comme ça", ou "qq kgs, pas trop"

Mon corps m'appartient et j'estime que personne ne peut savoir à ma place à quel poids je me sentirais bien, et du point de vue médical, l'IMC confirme la fourchette dans laquelle se situe mon poids de forme.

Je voulais connaître votre avis: 

- Vous aussi, entendez vous des "oh non, reste comme ça", ou "pas trop", alors que vous, vous souhaitez perdre du poids ?

- Si un de vos proches vous parle d'un changement physique qu'il/elle souhaite, comment réagissez vous: vous donnez votre avis sur son état actuel ? Ou vous écoutez/comprenez/soutenez son désir d'un état différent ?

 

Au plaisir de vous lire !

Commentaires

poneyville92.
Abonné

[quote=Yoyoyo]

- Si un de vos proches vous parle d'un changement physique qu'il/elle souhaite, comment réagissez vous: vous donnez votre avis sur son état actuel ? Ou vous écoutez/comprenez/soutenez son désir d'un état différent ?

[/quote]

Ca dépend de qui en parle. Si c'est ma soeur par ex, je lui donne mon avis parce que je sais que si elle m'en parle c'est qu'elle souhaite que je le donne. (mais c'est parce que je la connais bien). Ca n'empêche pas que je l'écoute, la comprend, la soutiens également dans sa démarche.

Sinon, j'aurais plutôt tendance à écouter et à accepter les désirs, sentiments des autres. Car on ne peut pas se mettre vraiment à la place de quelqu'un, ni connaitre les raisons ou les motivations profondes de ce désir de changement. C'est d'autant plus accru maintenant que je fais un travail de communication parents-enfants qui consiste majoritairement à accepter les émotions et sentiments sans jugement, c'est de l'écoute empathique. Dire à quelqu'un "mais non tu ne te sens pas comme ceci ou cela, mais non tu n'as pas besoin de maigrir", c'est nier son ressenti profond, c'est presque nié le fait qu'on a un être humain pensant en face de nous.

Dans ton cas, tu sais maintenant sans doute, qui va réagir de cette façon ou qui va écouter réellement ce que tu ressens. Peut-être que tu peux éviter d'en parler aux gens qui ne comprennent pas réellement ton désir de maigrir.

Tout comme toi, je ne "fais pas" mon poids; il suffit que je mettre des vêtements pas mal coupé et tout de suite, j'ai l'air d'avoir 10 kilos de moins.

Je ne parle pas forcément de ma démarche ou de mon désir de maigrir, ça dépend du degré d'écoute que je pressens en face. J'ai compris que certaines personnes ne peuvent pas être réceptives; parce qu'elles-même ont des blocages personnels sur certains sujets.

Mes motivations pour maigrir ne sont pas esthétiques mais lié à la santé (asthme notamment); car, comme tu le soulignes, je suis convaincue que le succès que l'on a ne dépend pas du physique mais de ce qui émane de nous.

A bientôt,

fleur2lotus.
Abonné

Il y a quelques années, je pesais 100kg (mon ossature fait que je n'avais pas l'air de faire ce poids) et mes amies me disaient aussi que j'étais bien comme ça, même si elles m'avaient connue avec 25 kg de moins. J'ai réussi à perdre 20kg et elles ont admis que c'était mieux ainsi, aujourd'hui, j'en pèse 110 et j'admets seulement que ma soeur me parle de mon poids parce qu'elle si'inquiète pour ma santé (35kg de trop, c'est clair que c'est pas bon).

Les autres, ceux qui sont gênés par mon aspect extérieur peuvent aller se faire voir. Etre obèse, c'est médical, c'est une maladie, il n'y a pas à en avoir honte et ça ne regarde que moi et mon médecin éventuellement. J'estime que c'est un choix/désir personnel et que tant que la santée n'est pas mise en jeu, on peut donner un avis mais sans juger.

florilège.
Abonné

Tu tombes pile...

Je dois peser près de 90 kg, mais il paraît que je reste élégante et plaisante, je fais du sport, je me soigne, m'achète de beaux vêtements (je rentre dans un grand 46), fais attention à mon allure. Mes collègues, mes amis me trouvent élégante, à tel point que celles qui étrennent nouvelles chaussures ou nouveau pantalon viennent me les montrer !

Mais mon mari ne me supporte plus. Il veut que je "fasse  quelque chose" . Il sait, pourtant, que je suis abonnée à LC. Je suis en panne sur l'étape de la dégustation depuis plusieurs semaines.

Et moi je ne supporte plus qu'il lorgne mes bourrelets au lieu de considérer l'esemble de ma personne.

Le torchon brûle entre nous. 

j'ai commencé à regarder les petites annonces pour trouver à nous loger ailleurs, mes trois poussins et moi.

pleinedespoir.
Abonné

Hello Florilège,

Ce serait pas mal que ton mari  se penche sur ... son problème... pourquoi il ne te  supporte plus? que se passe -t-il pour lui???Aimer l'autre comme il est .. il me semble que c'est la base du couple.Maigrir pour plaire à l' autre me paraît voué à l'échec à cours terme

Oui ,moi chaque fois que j'évoque un amaigrissement  j'entends : "mais t'es bien comme t'es" ( 77 kg pour 167 com) et je prends la mesure de la peur... des autres  que je change, que je ne sois plus aux petits soins pour eux et aussi peut-être que quelques kilos en plus rassurent nos hommes... c'est plus moelleux qu'un ceintre!

Bon , entoure toi de gens positifs et chaleureux  et tout bon couragesmiley

pleinedespoir.
Abonné

hiihi.. j'avais  écrit 787 kg .. tu vois comme je me sens grosse!!!!!

Fleure.
Abonné

A Florilège:

Comme le dit Pleinedespoir, ce n'est pas pour plaire à ton mari que tu peux rentrer dans une démarche de perte de poids, mais pour TOI ! 

Je pense que si ton mari ne regarde en toi que tes bourrelets, tu peux communiquer avec lui sur ton besoin d'être aimée de manière INCONDITIONNELLE et que les bourelets ou tout autre imperfection doit être pris dans un ensemble qui est ta personne, aimable de manière générale.

J'ai cette chance, bien que mon chéri me dise que mon ventre est plus rond qu'avant, il ne cesse de dire qu'il aime mes yeux, ma poitrine, moi, et je fais cette démarche de perte de poids, uniquement pour moi, mais aussi dans le désir de me faire désirer par la suite autrement.

Par contre, alors que 'ai pris 30 kg en 5 mois, et que maintenant cela fait 8 mois que je suis à peu près à ce poids, la sphère médicale me fait passer des messages que là je prends en compte : j'ai des soucis de remontées gastriques à cause d'une alimentation malsaine, et aussi des problèmes de dos, dus à ma posture devant faire face à ces kgs à porter. Ces médecins me soutiennent dans le fait de ne pas rentrer dans la restriction, et mon ostéopathe ce matin me parle d'apprendre à se faire plaisir, sans rentrer dans les excés, ni restrictifs ni compensatoire, et d'apprendre à trouver mes propres limites naturelles par l'écoute de mon corps. Ces paroles du corps médical/paramédical, me motivent par contre vraiment à prendre soin de moi, et le fait de me rendre compte que ma santé est mise en jeu pour des soucis de poids, me motivent à m'écouter de plus en plus, et d'avancer dans cette démarche LC qui me respecte.

Comme tu es élégante, fais du sport, porte de beaux vêtements et te soigne, continue comme ça ! Garde confiance en toi, et ce n'est que ton propre corps et tes propres ressentis qui te mèneront à perdre du poids !

izabelle
Animatrice forum

oui florilège, peut-être que les bourelets ne sont qu'un prétexte pour ton homme...  simplement parce qu'il ne se sent pas bien dans votre couple et que c'est comme ça qu'il l'exprime....  enfin c'est une supposition

 

pour répondre à la question initiale, les seules personnes qui me disent  "ah non maintenant, t'es bien comme ça, arrête de maigrir.."   sont des personnes en délicatesse avec leur poids, en surpoids assez fort, et en lutte contre lui....

du coup je pense que ça leur fait du bien de dire cela, comme un apaisement

j'ai l'impression qu'en général, les personnes qui vous disent ça sont assez bienveillantes, elles veulent aussi vous faire passer que c'est votre personne  qu'elles aiment, pas une image lisse de magazine, qu'elles sont habituées à votre corps et qu'elle l'aime ainsi..

pour les mecs c'est un peu différent,  même si au lit ils aiment bien les rondeurs, en société, c'est plus valorisant d'avoir une femme mince, donc.....   ne pas trop écouter ce qu'ils disent.....  de toute façon, ça n'aide pas....

Ziguele.
Abonné

Expérience faite voici comment j'ai analysé le problème :

Que ce soit "l'homme de ma vie" ou les amies, les avis "mais reste comme tu es, tu es bien comme ça" sont toujours le signe d'une bienveillance ou de l'amour. En fait ils veulent simplement dire que s'ils nous aiment, l'apparence physique est un détail...

Mais lorsque, malgré les avis, j'ai entrepris de perdre du poids (je pesais plus de 120 kg) et que j'ai communiqué cette décision, petit à petit les avis du début se sont transformés... Petit à petit une certaine "vérité" s'est fait jour : même s'ils me trouvaient "bien comme ça"  ils étaient super contents que je fasse quelque chose pour diminuer mon poids.

La bienveillance et l'amour exprimés au début voulaient juste me rassurer mais, dans le fond, ils souhaitaient tous que je perde du poids...pas pour eux mais pour MOI ! La franchise de chacun m'a permis de vérifier qu'ils ne savaient pas comment aborder le problème et surtout redoutaient que je change en perdant du poids... retrouveraient-ils la même personne qu'ils aimaient après une perte de poids ? Cette inquiétude justifiait souvent les phrases toutes faites du début....

J'ai donc demandé que l'on me dise si je changeais au fur et à mesure de ma perte de poids et j'ai "institué" mon entourage en gardiens de mon attitude ! Ils ont tous joué le jeu et m'ont fait remarquer mes changements négatifs d'attitude et m'ont soutenu +++ dans ma démarche.

"L'homme de ma vie" a été d'un soutien que je n'imaginais pas...possible....

Conclusion : la communicatoin franche est indispensable...surtout avec les personnes qui nous aiment. Mais la décision de perdre du poids nous appartient, à nous seul(e)s !

Bonne suite

Ziguele

clic.
Abonné
Oui c'est exactement ce que dit izabelle, les réponses que tu obtiens sont , la plupart du temps, tournées vers les gens eux-mêmes. Ce n'est pas de l'égocentrisme, c'est surtout que l'on répond avec nos moyens et notre point de vue sur notre propre expérience. Donc c'est enrichissant d'avoir des perspectives différentes, mais ce,a ne doit pas nous influencer outre mesure. Je me le répète souvent mais je suis encore bcp trop une éponge, je réagis et fais des eme facilement suite à une conversation de ce genre, même avec des gens qui n'ont vraiment pas d'intentions malveillantes. Sinon de mon côté j'essaye de rester neutre quand qqun me parle de ça à son sujet. Parfois je me dis qu'ils doivent avoir l'impression de parler à une noix vide car, comme j'essaye de ne pas juger, je ne suis pas sûre faire avancer la conversation. Après je me dis, oui bon ils ont qu'à comprendre que ma démarche est l'écoute et l'intérêt pour ce que la personne me raconte, pourquoi faudrait il toujours rajouter qqchose ! Pas facile la vie en communauté :-)
clic.
Abonné
Ziguele, je trouve ça super ta démarche et je t'envie un peu d'avoir des gens à qui tu peux demander ça en toute confiance. À part mon mari, je ne vois pas ! Enfin c'est déjà pas mal je vais pas me plaindre, mais vraiment c'est bien que tu aies un tel entourage :-)
Frunobulax.
Abonné

Effectivement, je crois qu'il y a plusieurs sortes de personnes qui te dissuadent de maigrir Yoyoyo.

  • Ceux dont a parlé Izabelle, les personnes elles-mêmes en surpoids et ne le vivant pas toujours bien. Le Dr Apfeldorfer l'évoque dans Maigrir c'est dans la tête
  • Celles qui sont sincères mais... si tu dis à quiconque que tu souhaites maigrir, il comprendra que tu as une vraie motivation, et te soutiendra, normalement... Enfin pour les amis proches et loyaux.
  • Ceux qui craignent peut-être un excès de motivation et que tu y perdes ta santé par un régime trop restrictif
  • ...

Bref, même ceux qui pensent être sincères peuvent, inconsciemment, avoir une raison non avouée de te dissuader. C'est assez compliqué ! :)

Pascaline.
Abonné

Quand j'ai un poids "normal" 58kg pour 1m58 ce qui est rare (apres regime draconien)les gens me disaient bravo wooah regarde la, et puis... arrete la tu es bien blablabla et en meme temps ils trouvaient que je faisais malade car mon visage etait maigre, gris et fatigue...il y a meme des nanas qui n'arrivaient pas a perdre du poids et elles me regardaient de travers. Mais c'etait un peu lourd toujours ces remarques de wooah t'as beaucoup perdu, wooah ...Deux ou trois fois on m'a arrete dans la rue pour savoir si j'avais un probleme de sante pour avoir maigri autant (ils etaient tristes sur leur visage)alors je les ai rassure en parlant que je faisais simplement un regime ( D....!)....

Mais bon la je suis 70kg (bien que ce matin 68.400 kg laugh). C'est vrai qu'a 58kg bien que j'etais toujours un peu ronde, la joie des vetements qui ne serrent pas et ils sont beaux ces vetements!!!Mais le hic c'est qu'a 40 ans j'ai compris qu'il y a des habits qui sont destines au ceux de 20 ans. Ou alors il faut etre tres mince sinon ca fait un peu trop sexy.

Voila je crois que pour moi 58kg n'est plus une realite.

Xx

Laureline.
Abonné

Bonjour à vous,

Le regard des autres sur mon poids fluctuant, ça me crispe quoi qu'on m'en dise... Avant, quand on me faisait remarquer que j'avais pris du poids et que ce serait bien que j'en perde, je me sentais mal-aimée ("on ne m'aime pas pour ce que je suis"). Aujourd'hui, si on me fait remarquer que j'ai perdu du poids, idem. Je me cacherais presque. Je sens que le regard des autres ralentit ma perte de poids, qui pourrait être plus rapide. Par exemple, on me fait une réfléxion "positive" sur mon poids... et je fais une EME. Plus jeune, j'ai eu un amoureux qui m'a connue à plusieurs poids (de  51 à 74 kg), il m'aimait sans faire de différence, me disait-il. A  l'époque, je n'arrivais pas à l'entendre, je me disais qu'il m'idéalisait, qu'il ne me voyait pas telle que j'étais. Je ne me sentais pas perçue "dans la réalité" de mon  corps qui changeait !!! Bref !!! Jamais contente, quoi...

Le regard des autres vient surtout pointer que j'ai un regard négatif sur moi-même je pense.

Florilège, je me permets de partager un lien que Bliss a mis dans un commentaire sur ton blog, j'espère que cela ne te dérange pas. Il s'agit d'une vidéo que je vais regarder plusieurs fois pour m'imprégner de son propos : //youtu.be/TD-RNliS0ac    L'amour inconditionnel, c'est avant tout celui que l'on peut s'accorder à soi-même.

En ce moment je ne dis presque jamais à mon entourage que j'ai envie de perdre du poids (seules deux amies proches le savent). J'axe plutôt les échanges sur les questions de réconciliation avec la nourriture, de plaisir, et sur la découverte de la méditation et de la RPC. En plus, dans le fond, je ne sais pas combien de kg j'ai à perdre ! Ca sera un équilibre entre mon esprit et mon corps, équilibre que je n'ai pas expérimenté depuis l'enfance, donc : surprise !

Laureline

annyline.
Abonné

Bonjour à vous toutes !!

Si j'avais un conseil à donner,c'est de ne jamais dire à personne qu'on fait un régime

Je trouve que c'est trop se mettre en danger ,face aux reflexions maladroites,les commentaires

malheureux au mauvais moment sans parler de la" bonne copine" qui va te trouver vachement

amaigrie au moment où tu es à ton poids maximum.

c'est une affaire personnelle mais là avec LC c'est un vrai bonheur parce tu manges comme les autres

mais bien sûr moins etc....et personne ne s'aperçoit de rien!

Sinon je ne suis pas énorme et plutôt élégante mais je n'ai que des juges tres sévères autour de moi

des gens très sportifs et qui s'entretiennent beaucoup ,se surveillent ,l'ai l'impression d'être le mouton noir

à qui rien n'est pardonné donc "motus",on parle d'autre chose  !

Frunobulax.
Abonné

D'accord avec Annyline, l'avantage avec la méthode Zermati / LC, on peut rester discret sur notre "régime" ;)

Karolann.
Abonné

Moi aussi je n'en parle plus car je les ai tous tellement "embêtés" avec tous mes régimes que je ne dis plus rien car je ne suis absolumment plus crédible (il m'ont vu au plus bas à 60kg et au plus haut à 105 pour 1m60 avec des variations bi-annuelles depuis plus de 30 ans prêchant tellement de choses différentes) en plus avec LC ce n'est pas un régime donc tout c'est Ok...

Karolann

Ziguele.
Abonné

Bonjour à toutes et tous,

Je reste impressionnée par vos commentaires...montrant une méfiance importante envers "les autres" au point de ne pas imaginer dire que vous êtes "au régime" ou au moins que vous souhaitez maigrir. Est-ce un phénomène dû à l'âge ? J'avais déjà plus de 55 ans quand j'ai maigri de 25 kg en faisant un régime, avec l'appui de mon entourage.

Peut-être que plus jeune j'aurais été dans la même situation que vous ? C'est peut-être aussi la nature de l'environnement = des personnes qui font très attention à leur apparence...un monde très "compétitif" !

Alors je comprends votre souhait de n'en parler à personne...Mais je ne peux m'empêcher de "mal digérer" cette réalité... Les proches et le cercle d'ami(e)s sont super importants dans la vie en général, et compter sur eux avait un autre sens pour moi avant de vous lire...Je crois que je tombe de mon nuage...

Bien à vous

Ziguele

izabelle
Animatrice forum

je crois que c'est une question de la façon dont le regard des autres nous influence

typiquement, si on veut mincir "pour faire plaisir à son mari",  la motivation est moins forte que si on en a envie soi-même...

 

là c'est pareil, le fait de ne pas en parler aux autres est peut-être un moyen de trouver sa motivation en soit uniquement,  pour sentir que c'est quelque chose de profond

pour moi c'est quelque chose que j'ai fait, au début, je n'ai parlé à personne de LC....même mon mari

ensuite avec le temps, je me suis détendue.... j'en parle librement à mon entourage aujourd'hui

par ailleurs de façon paradoxale l'attitude de mon mari a changé du tout au tout,  c'est passé du "flicage" à une scène incroyable l'autre jour où il me disait, suite à un excès... "mais ne t'en fais pas, ça arrive, tu recommences à suivre ta faim et puis voilà...."  c'était lunaire tellement son attitude a changé sur ce sujet...

 

mais je comprends cette phase où on n'en parle pas, quel que soit l'entourage et son attitude,   pour s'approprier totalement le truc,  pour ne pas faire ça  "pour les autres"

 

la seule à qui je ne dis jamais que je tente de perdre du poids, c'est ma mère, sinon, c'est inconscient chez elle, mais elle me fait plein de gâteaux, qu'elle me fourgue en me disant  "tu en prendras au petit déjeuner..."

dès que je maigris, je vois ma  fille me ramener plein de gateaux de chez sa grand-mère....

pourtant elle est super bienveillante, mais bon... une perte de poids lui fait peur sans doute 

Biche.
Abonné
Moi non plus je n'en ai pas encore parle a quelqu'un.... Même pas a mon mari.... Je ne sais pas si c'est par crainte de l'échec si je ne maigris pas....il est lui même en surpoids important et donc on pourrait le faire ensemble mais, il me semble que j'ai besoin d'abord de réussir moi avant de faire le pas....pour l'instant je n'ai pas encore perdu grand chose donc je me tais . Le plus dur dans ce cas c'est d'être a table et de modifier ses habitudes, j'ai l'impression de Cacher ce que je veux faire comme si j'allais être punie ou critiquée . Bizarre non? Manque de confiance en soi, ou autre ...je ne sais pas trop...
Isana.
Abonné

Coucou tout le monde :-).

Moi j'en parle de temps en temps à mon conjoint, et je le lui ai annoncé le jour de mon inscription (il y a bientôt un an), mais vu le peu de résultats en terme de "gain en minceur" (à peine 2 kg, vite perdus, et depuis plus rien), je n'arrive plus à en parler car je me dis que je manque de crédibilité.

A une connaissance qui s'est relancée pour la enième fois il y a 2 mois dans un régime D*k** bien connu :-P, et qui m'en vantait les mérites, j'ai amorcé la discussion sur LC, mais je ne pouvais pas "prouver" les résultats "poids" (les résultats "bien-être" sont difficilement "mesurables") et je me suis finalement rétractée.  J'avoue que ça me dépite un peu.

Maintenant, je sais pourquoi je le fais, je suis convaincue du bien-fondé de la démarche, mais comme l'exprimait plus haut Poneyville, je ne me lance dans la discussion qu'en fonction de la réceptivité que je sens en face de moi ... et je dois dire que jusqu'à maintenant, je n'en ai pas encore trouvé beaucoup mdr ;-).

Biche.
Abonné
Isana, Je suppose que c'est parce qu,ils sont toujours a la phase du tout tout de suite.....on a vraiment du mal a en sortir et a s'avouer que ce ne sont pas les régimes qui vont nous faire revenir à un poids stable.... C'est tellement encré en nous, l'obligation de maigrir pour être comme tout le monde et ressembler à une image idéale de la femme... Non je ne céderai pas , et pourtant moi aussi j'ai du mal.... Courage...on y arrivera....
Isana.
Abonné

Oui Biche, c'est tout à fait ça :-) ... le besoin de voir des résultats "tout de suite" ... encore et toujours cette éternelle impatience ...

Mais moi non plus : je ne cèderai pas ;-).  Même sans gain en minceur pour le moment, je me sens infiniment mieux, et jamais, ô grand jamais,  je ne retournerai vers un système qui risque de me refaire plonger dans la restriction et ses travers !

Courage à toi aussi, et à tous les membres LC : oui, on y arrivera, j'en suis convaincue :-).

SacripAnne.
Abonné

Il y a dans le regard des autres, dans leurs commentaires, de grosses projections de leur propre rapport au poids, mais aussi à l'alimentation en général.

Dans mon entourage pro, il y a mes "proches" qui comprennent carrément la démarche, ont de la curiosité sur le comment ça marche, il y en a même qui ont fait des exos de dégustation spécifique avec moi pour "tester" l'idée. 

Il y en a une autre qui a fait WW l'an dernier et qui ramène tout à ça "Ah oui c'est comme WW !" et plus tu lui dis non et plus tu argumentes et tu démontres, et plus elle s'enferme dans le "ah oui mais si, quand même, c'est un peu pareil".

Je crains que sa projection à elle, c'est la peur de regrossir et que ses réflexions sur ma démarche ne soient en fait orientées sur la sienne (et tant mieux si ça la mène quelque part).

 

En revanche je m'interroge l'énoncé de tes motivations interpellent des choses chez moi : tu annonces un poids où tu veux arriver, justifié par le calcul d'IMC. Je comprends très bien "comment" tu as intégré ça. Mais est-ce que le fait d'être dans une notion "quantitative" ne te détache pas un peu des principes du programme, et du coup ne te mettent pas dans un stress sur ton poids qui te rend perméable au regard des autres.

 

Quoi qu'il en soit, crois en toi, c'est la meilleure voie !

 

Courage

chajo.
Abonné
Hello ! Moi non plus, je n'ai parlé de ma démarche avec LC à personne. D'une part, certainement pour ne pas faire face à des attentes de résultats importants rapidement et d'autre part, et je pense que c'est la raison qui domine, pour ne pas avoir à parler de mon problème de crises hyperphagiques ! Je ne crois pas que mon entourage comprendrait, c'est difficile à imaginer ce calvaire pour celui qui n'a pas à y faire face. Alors, pour le moment en tout cas, je garde tout ça pour moi. Bon courage à toutes ! Joëlle
poneyville92.
Abonné

[quote=SacripAnne]

En revanche je m'interroge l'énoncé de tes motivations interpellent des choses chez moi : tu annonces un poids où tu veux arriver, justifié par le calcul d'IMC. Je comprends très bien "comment" tu as intégré ça. Mais est-ce que le fait d'être dans une notion "quantitative" ne te détache pas un peu des principes du programme, et du coup ne te mettent pas dans un stress sur ton poids qui te rend perméable au regard des autres.

[/quote]

Je suis assez d'accord avec ça. Le principe est avant tout de réconcilier son corps avec la nourriture, et normalement le corps se régulera. Mais, ça peut être assez long en fonction de ce qu'on lui a fait "subir".

D'ailleurs, l'imc en lui-même n'est pas un indicateur absolu car il ne tient pas compte du pourcentage de masse graisseuse par rapport au reste du corps.

J'ai eu l'occasion de faire une mesure d'impédance avec une diététicienne, et contrairement à ce que je pensais, je fais partie des poids dit "lourds", cad que la masse de mes muscles, os, viscères est importante par rapport à la masse graisseuse.(ça ne m'empêche pas d'être en obésité).  Donc, même si je pesais 53 kilos à 20 ans; elle m'a dit qu'il serait actuellement illusoire pour moi de vouloir descendre en dessous de 65t à l'âge que j'ai par rapport à cet impédance et à d'autres critères (notamment la race, je sais que ce mot est en passe d'être banni de la langue française, mais malgré tout nous ne serions pas tous égaux devant la prise/perte de poids)

SacripAnne.
Abonné

ah, on doit être copines d'impédance, alors ! :D

 

tant mieux, ça veut dire que sur un poids plus lourd, on paraît moins grosses :D (je rigole euh !)

Haut de page 
X