PAS TOUT DE SUITE - le 23/04/2012

printine.
Abonné

Le truc c'est que a force de regimes, (peu importe lequel)  echoué nous ne parraissons plus credible aux yeux des autres. Pour ma part ,avant, tout ce qui concernait regime j'aimais en parler, (mange pas si , fais pas sa...) mais maintenant je prend un sacre recule, je ne fais que ecouter limite si je fuis pas la conversation, j'ai encore moins envie de leur partager la methode parce que pas sur qu'il comprenne, travailler sur soie est la base de tout, donc tous le monde n'est pas receptif a sa , et pour le moment c'est mon jardin secret, et lorsque l'ont me demande ; et toi printine cote regime t'en est ou, je leur repond tous simplement ; baaaa je laisse tomber les regimes sa me soule. J'ai vraiment hate d'etre au stade  perte de poids, car la je pourrais defendre mon befteak , et enfin tenir tete a toutes ces idees reçue avec preuves wink

Commentaires

Pomdereinette.
Abonné

Même attitude ici, sauf que j'ai définitivement renoncé à en parler. Il y a des hauts et des bas, et j'ai pas envie que les collègues guettent où j'en suis. Si on me pose des questions (et une seule amie l'a fait) je réponds avec plaisir, point barre.

Flowerbomb.
Abonné

moi non plus j'en ai pas parlé. et heureusement, car comme je n'ai pas perdu un seul gramme, on m'aurait attendu au tournant ! le truc c'est que le but ici ce n'est pas forcément de maigrir et les explications seraient trop longues et tout serait contré, bref.......je préfère garder mon énergie pour moi-même. le seul au courant c'set mon mari qui me soutient.

Linda.
Abonné

Venir sur ce forum me fait un bien fou, j'y trouve plein de témoignages qui montrent qu'on a tous des expériences similaires.

Moi, quand on me demande ce que j'ai fait pour perdre du poids je réponds rien comme ça si et quand je reprends on mes fiche la paix :-)

Et puis de toute façon la plupart des gens pense qu'il est impossible de maigrir sans faire de régime ...

Biboun.
Abonné

Moi aussi c'est parei !

J'en ai parlé à ma soeur, j'ai bien senti son manque de réceptivité !! Donc pareil, je n'en parle pas, c'est un travail intime sur moi-même et tant pis pour ceux qui ne sont pas prêt à comprendre cette super méthode. Mon chéri me soutient admirablement, c'est le principal.

Effectivement au moment où ça aura bien porté ses fruits, j'en parlerai peut-être, mais c'est même pas sûr... Après je risquerais de me sentir me sentirai trop "épiée" !

En tout cas bon courage à nous toutes, on y croit, nous !!

carton.
Abonné

idem pour moi, j'ai trop parlé de régime pendant des années.... perdant toute crédibilité... LC c'est mon "secret" wink !  mm mon homme n'est pas au courant !

zepretender.
Abonné

Arriver à dire qu'on démarre un régime est déjà dur... Je soupçonne même mes amis de regarder ma défaite avec un oeil amusé. Mais avouer qu'on tente "un régime qui n'en est pas", expliquer la démarche et avoir un "ça me parait très fumiste tout ça" n'est pas la meilleure façon de démarrer.

Du coup, j'en parle peu. Même à mon copain qui me regarde manger avec circonspection...

Je fais ça pour moi. Pas pour mes amis. Mais c'est vrai que ces forums me rassurent un peu. On se sent moins seul face à l'obstacle.

elsab.
Abonné

Chaque fois que j'ai fait un régime, mon mari a perdu du poids et tout le monde l'a remarqué. Tout le monde lui disait (alors qu'il n'est pas gros) "Comme tu as minci, ça te va bien..." Moi j'avais perdu du poids mais ça se voyait moins, pour cause, et personne ne me disait rien. J'en étais malade de jalousie, de colère. J'avais l'impression qu'il me volait mon régime alors qu'il le faisait juste pour m'accompagner dans mes "recettes".

Cette fois-ci je ne l'ai pas mis au courant, je lui ai dit que c'était un truc qui me regardait et qu'il fallait juste me laissser tranquille et ne pas commenter si je ne mangeais pas... Cette fois-çi on ne m'y reprendra pas!

Flopie.
Marraine

Je n'en ai pas parler ouvertement au début (j'ai parlé de la méthode qui me paraissait intéressante avant de m'inscrire mais une fois commencé, chut!).

Cela m'a pris du temps pour commencer à en parler (entre proches, en famille seulement), puis avec les questions j'en ai parlé, vraiment, surtout quand j'avais des commentaires de régime classique en face de moi ("mais tu y as le droit avec ton régime", euh c'est pas un régime ...).

Il m'aura fallu le temps que la méthode s'installe et de reprendre un peu plus confiance en moi et en ce choix de s'intéresser à son comportement alimentaire plutôt que de compter des points ou des calories.

Par contre aujourd'hui, je regrette un peu d'en avoir parler si facilement, les commentaires sont fréquents, surtout au travail mais j'ai du mal à supporter cet avis permanent sur ma perte de poids; il s'agit d'une démarche personnelle et entendre des commentaires (positifs peut-être) sur la perte de poids me raméne à une sorte de pression sociale (oui on est d'accord la pression je me la met toute seule) pour maintenir ce poids aujourd'hui.

Je n'ai jamais voulu donner le chiffre de la perte de poids pour ne pas m'imposer cette pression mais le résultat est le même, je craint de retomber dans des comportements de restriction plutôt que de m'interroger sur ma faim tout simplement.

Enfin voilà tout ça pour dire, si c'était à refaire je ferais ça plus discrétement :).

Tulipe nl.
Abonné

Moi j'en ai parlé au tout début à une amie proche et je me suis très vite rendue compte qu'elle ne comprend vraiment pas le système. Elle me soutient car elle sait que c'est important pour moi mais toujours dans la logique des régimes restrictifs et du contrôle de ce qu'on mange. Je me suis rendue compte que nous ne sommes pas sur la même longueur d'ondes à propos du travail sur soi... et c'est pas grave. C'est frustrant c'est certain, mais pas grave. Elle est de mon côté même si elle ne comprend pas comment y être. En revanche cela m'a très vite fait réaliser que je dois faire attention à ne pas en parler (je parle facilement de moi, mes projets...) simplement parce que c'est très personnel, je n'ai pas besoin de refaire mon historique ou de justifier un choix. 

J'ai tout de même énormément de chance car c'est ma soeur qui m'a fait connaître ce site, donc elle est bien sûr très receptive (si tu passes par là, merci ma soeur ;-) ! ), une autre amie qui travaille en milieu hospitalier qui m'avait aussi elle même il y longtemps parlé de thérapie comportementale, et enfin mon mari qui, même s'il ne comprend tout de la même façon (un vrai martien !) est tout de même très ouvert et a même commencé à manger que quand il a faim ! Bon de là à faire de la rpc... faut pas aller trop vite hein...! 

Le reste du monde, je le regarde depuis ma bulle LC avec le plus de bienveillance possible. J'ai trop de travail à faire sur moi pour perdre de l'énergie à convaincre les autres de la légitimité de ce travail. 

Donc moi non plus, pas tout de suite... 

Lily.
Abonné

Tout pareil ! J'en parle le moins possible, ou alors si on me pose une question. J'ai quand même partagé tout ça avec une amie très proche, qui souffre beaucoup de son surpoids. Je me disais que c'était dommage de la laisser passer à côté de toutes ces connaissances. Et surtout, ça me tordait les tripes de la voir commencer un énième régime en culpabilisant à l'avance de ne pas y arriver. Mais ça reste délicat. C'est un cheminement personnel bien plus qu'une méthode. On touche à l'intime, en fait.

Et puis je suis d'accord : protégeons nous des sarcasmes des autres ! Pour la plupart d'entre nous, nous sommes très perméables aux critiques et aux jugements. Alors je crois que c'est une bonne tactique, parfois, de s'en protéger en protégeant notre intimité et notre réflexion sur nous même.

Même si cela dépend beaucoup de la personnalité des uns et des autres. Je suis très reconnaissante, par exemple, à Caroline de "Pensées de ronde" d'avoir partagé son expérience sur son blog, et d'avoir permis d'ouvrir de nouvelles pistes à beaucoup d'entre nous. Je me sens incapable de m'exposer ainsi, mais je suis admirative de la façon dont elle a réussi à le faire : avec de la distance et de l'humour.

Bref... chacun fait comme il le sent, mais dans tous les cas, on a le droit de ne rien dire. Comme le dit une très belle chanson de J.-J. Goldman: "Ne le dis pas. Ce n'est qu'à toi"

Lily

SEZAMA.
Abonné

idem pour moi, je n'en parle pas beaucoup^car j'ai l'impression que je vis sur une autre planète. les gens en sont encore à dire que le petit déj est indispensable et bla bla bla, ils sont loin de comprendre ce qu'est la satiété, et quand j'en ai parlé une fois  pour eux la dépasser  ne représentait pas le problème que nous voulons résoudre nous, mais une donnée avec laquelle ils font donc je me suis dit qu'il vaut mieux se taire d'autant plus que vu mes hauts et mes bas je ne suis pas encore un modèle de réussite car ils me diront où sont ces résultats? voilà que tu oscilles toi aussi, mais je pense que justement si je ne le fais pas au cours du programme, comment pourrais-je changer une fois pour toutes? Mon entourage en tous les cas est à des années lumières de comprendre ça

sagattine.
Abonné

Les propos des Drs Z. et A. vont tellement à l'encontre de tous les discours nutritionnels, même ceux qui paraissent les plus modérés, qu'il est très difficile de faire changer les gens d'avis. D'autant plus qu'ici on apprend à se défaire de la notion de contrôle du corps et de l'idée qu'on peut décider de son poids!

En ce qui me concerne il n'y a que trois personnes au courant, ma soeur qui suit aussi LC, mon copain et ma meilleure amie à qui j'ai juste parlé rapidement sans trop rentrer dans les détails. Et puis c'est tout, les autres ça ne les regarde pas! S'il m'arrive de parler régimes et compagnie je vais défendre les idées LC mais après je ne cherche à convaincre personne, j'ai autre chose à faire de mon énergie!!

mitsou777.
Abonné

Pareil pour moi ! A part mon mari, personne n'est au courant.

Chaque fois que j'ai crû à un régime, j'ai entraîné des amies à la suite. Pour elles, ce n'était pas différent que pour moi, à savoir la reprise inévitable des kilos.

L'une d'elle en est encore avec WW, elle a perdu près de 20 kgs mais tout doucement, elle reprend, déjà + 3.....

Une autre en est restée à Dukan, qu'elle reprend régulièrement pour perdre les 2 ou 3 kilos qu'elle reprend, ça marche + ou - bien, elle craque quand même et se sent frustrée.

Moi qui ai tout repris et même +, je me fais toute petite ! Je crois en cette méthode mais c'est vraiment mon jardin secret !

Comme ce n'est pas un régime mais une autre façon d'aborder la nourriture et retrouver des sensations oubliées et peut-être même jamais eues auparavant, la perte de poids n'est pas évidente et si on reste longtemps au même poids, les remarques gratuites et ricanantes sont de sortie - donc mieux vaut se taire et je me tais !

Il faut de la patience, le chemin sera long !

elsab.
Abonné

Le gros avantage c'est de pouvoir en parler sur le forum... On se sent moins seuls.... merci à tous/toutes.

jenny.
Abonné

j'ai perdu  25 kilos (sans faire de regime, juste en m'écoutant ) il y a 5 ans pour en reprendre 25 enceinte puis -17 pour etre revenue aujourd'hui à + 30.....

quand j'ai perdu la première fois j'ai decouvert mes faux amis persuadés que j'était atteinte d'anorexie qui m'ont lâchement "quittés "quand j'étais mince, regardé de loin en attendant le moment ou j'allais reprendre ....je me suis retrouvée très seule et bizarrement depuis que reviennent les kilos, les faux amis reviennent avec le regard qui dit  " elle a repris j'en etait sure"...  

La morale de cette histoire: on n'est pas toujours bien entouré(es) et personne d'autre que nous ne doit juger notre comportement ni nos choix peut importe si ce ne sont pas les meilleurs, tant qu'on penses qu'ils sont bons pour nous parceque si on s'écoute vraiment, on fait toujours les bons choix pour soi même. 

Pour ma part le plus difficile c'est pas la perte de poids, c'est de lever les blocages qui nous maintiennent dans la catégorie "gros" et si nous en sortons, on ne sait plus qui on est 

alors je pense que je vais faire du tri....et  de devenir un peu plus égoïste... 

jenny.
Abonné

j'ai remarqué aussi que cela derange( beaucoup plus qu'on ne le croit ) les autres la perte de poids, quand on est gros, on ne risque pas de piquer le mec de quique ce soit ni de concurrencer la bonne copine mince et belle, bien souvent les gens qui font le plus de remarques ce sont ceux qui (interieurement) sont jaloux et envieux et aimeraient pouvoir faire de même mais n'y arrivant pas, ils préfèrent se dire que nous nous trompons ou que ce n'est pas normal...

Ce sont également ceux qui vous pousse souvent à vous reservir au cours d'un repas aussi.... il m'est aussi difficile  voire plus de resister à l'envie de manger qu'à cette pression de la part des autres....

sev1972.
Abonné

Que ça fait du bien de voir que je ne suis pas seule dans ce combat!

Je parle également très peu de cette méthode autour de moi, pour les mêmes raisons de perte de crédibilité suite à de nombreuses tentatives avortées.

Mais comme certaines d'entre vous, j'ai une chance qui est que mon mari est à l'écoute et me soutient. Même s'il a vécu l'un ou l'autre échec de ma part.

Ici, je n'ai pas encore perdu car les premières semaines (j'ai démarré début mai) ont été pour moi une adaptation complète de mon approche alimentaire.

Mais petite victoire (aussi mince soit-elle), je reviens de deux semaines de vacances, dans exactement les mêmes circonstances que l'année dernière où j'avais pris 3 kilos. Et je n'ai pris que 800 grammes. Tout cela uniquement en appliquant les principes de base (écoute des sensations alimentaires, manger lentement,...). Je me dis donc que si en agissant de la sorte j'arrive à conjurer le sort de mes vacances précédentes, dans un contexte ordinaire où je mangerai beaucoup moins, je devrais perdre du poids.

Et ça me motive!

Et les forums sont également un outil formidable pour s'encourager mutuellement dans le même chemin de croix et surtout, de se rendre compte que l'on n'est pas seule!

Courage à toutes.

verveinou.
Abonné

En lisant les échanges j'ai réalisé que de façon tout à fait intuitive je n'en avais pas parlé....

je n'ai pas parlé de LC car je sens bien que c'est une histoire entre moi et moi comme de temps où j'avais fait une thérapie. Démarche passionnante et j'ai pu en parler quand je me suis sentie plus sereine et en paix vis à vis de jugments qui auraient pu être dit.

Donc voilà et bien LC c'est pareil une belle aventure que je ne souhaite pas partager avec mon monde mais avec le monde de LC en tous les cas pour le moment.

Par contre le RPC et bien l'autre jour avec un copain qui médite je lui en ai parlé mais c'était dégagé de tout lien avec ma démarche autour  la nourriture.

Voilà tout ça pour dire que je partage votre avis : restons discrét et apprenons à nous connaitre et  nous réconcilier avec le plaisir de la faim et des aliments!!!!

REVEAN.
Abonné

J'ai commencé a en parler un peu aux collègues qui m'interrogeaient a savoir si je faisais régime ou pas, j'ai répondu que j'abandonnai toute idée de régime d'autant que je sortais de dukan qui m'avait apporté mon lot de problème de santé, et la il m'a été répondu ah oui cest normal que tu regrossisses avec ce régime mais tu fais régime depuis longtemps, bref je vous passe les commentaires acidulés que j'ai pu entendre et ce avec empathie.. bref je ne dis pas plus j'en ai parlé un peu a ma mere et un peu a mon compagnon. Pour lui si je saute le petit dej cest bien, si je ne mange pas cest bien mais si je  mange un morceau de fromage comme ce soir car je n'avais pas faim au repas mais un peu apres, la il ne comprend pas.. et je n'ai pas envie d'expliquer plus, car je sens que la réticence si je tente une explication. IL est vrai aussi que nous avons tous fait plus ou moins régime toute notre vie, avons toujours repris avec bonus qui plus est, il est donc difficile d'etre crédible.

j'attends donc avec impatience meme si je ne le devrais pas, de perdre ne serait ce qu'un peu de piods, mais depuis en trois mois je n'ai pas maigri du tout mais je n'ai pas grossi non plus meme ne mangeant des aliments tabous, donc.. patience et encore patience, en principe la patienc pait toujours ainsi que les efforts.. car il faut quand meme faire des efforts.

Narméa.
Abonné

moi aussi je n'en ai pas beaucoup parlé... juste aux personnes proches qui seraient ouvertes à cette approche...

pour les autres j'ai ma réponse toute faite "j'en ai marre des régimes, j'ai décidé de ne manger que quand j'avais faim"....

sinon, motus...

ce n'est pas tellement que j'aurais des remarques désagréables mais c'est surtout parce que c'est un tel chemin sur soi-même, ça touche tellement de choses en moi que je n'ai pas encore envie de partager tout cela... quand je maitriseras bien la méthode, je pense que j'en parlerai plus facilement...

SEZAMA.
Abonné
uuc'est vrai qu'il y a un cheminement qui se fait en soi et je pense que la plupart des gens sont loin d'être sur la même longueur d'onde. De plus quand je parle trop de ce sujet et surtout de régimes, je fais EME sur EME. Donc je me tais jusqu'à ce que j'obtienne les résultats que je veux
sev1972.
Abonné

C'est vrai qu'il est difficile de faire comprendre autour de soi la démarche que nous venons d'entreprendre. Surtout quand on a l'expérience de multiples tentatives de régime qui n'ont pas abouti ou suite auxquelles on a quand même repris du poids.

C'est d'autant plus difficile quand on a dans notre entourage des gens qui ne sont pas confrontés à ce problème de surpoids. Ils ne peuvent pas concevoir les difficultés qui se présentent à nous et ont souvent comme réaction que tout ceci est de notre faute et qu'on n'a qu'à s'en prendre à nous-mêmes.

J'ai par contre aussi dans mes connaissances des personnes qui ont besoin de perdre quelques kilos (mais pas autant que moi) et qui font aussi régulièrement des efforts pour y arriver. Avec plus ou moins de bons résultats.

Ma chance à moi est que mon mari est tout à fait à l'écoute de mon problème et me suis dans ma démarche. Il essaie de m'encourager et est très tolérant par rapport aux changements dans ma manière d'aborder la nourriture. J'espère ne pas le décevoir!

Je n'ai pas encore perdu de poids jusqu'à présent mais je sens déjà une évolution positive dans mon organisme. Je profite mieux de ce que je mange, je le savoure beaucoup plus et de ce fait-là, je mange moins. Et en mangeant moins, je commence aussi à être plus rapidement rassasiée.

Je n'hésite plus à sauter le petit déjeuner quand je n'ai pas faim. Et le plus important, je commence à ne plus avoir peur d'avoir faim. Car grâce à ce programme, je me suis rendu compte que c'était un élément de mon problème : la crainte d'avoir faim, d'attraper une "mauvaise" faim. Donc, petit à petit, j'apprends à vaincre cette peur.

J'espère que vous avancez aussi dans le même sens et que nous vaincrons ensemble!

SEZAMA.
Abonné

C'est vrai que cette peur d'avoir faim est capitale dans notre problème, et plus je lis de post plus je constate que moi aussi je l'ai cette peur, je ne sais pas comment le dire, mais pour moi sauter un repas c'est comme déstabiliser et désorganiser toute la journée , il y a des fois où j'arrive à le faire et des fois où j'échoue, pourtant je suis en train de perdre, ma relation avec la nourriture est apaisée des fois et des fois non. Bref, je nous souhaite du courage à nous toutes 

sahara56.
Abonné

Bonjour Printine,

En plus de ne pas être crédible quand on parle de tous nos régimes j'ai aussi remarqué que les "grosses" se voient attribuer une certaine place dans la société : la bonne grosse, pas susceptible, celle qui fait le clown à propos de son poids, la bonne copine prête à rendre service. Alors quand on maigrit vraiment, ça dérange, on redevient sexy, on reprend une autre place et on veut être apprécié pour nous même, on se donne le droit d'avoir mauvais caractère et de dire non. Pas sûr que ça plaise à tout le monde. Pas sûr aussi, que nous sommes prêtes à le supporter. Il n'est alors pas étonnant que l'on nous attende au tournant, espérant que nous reprendrons sagement nos kg et notre place de "bonne grosse" et que nous le faisons!

C'est pour ça que je ne parle pas de LC à la cantonade comme je le faisais avec mes précédents régimes, je réserve ça à mes amies et j'attends d'avoir suffisamment progresser sur d'autres plans (la confiance en moi, la fierté, le sport) pour en parler, mais je crois que ce sera toujours en petit comité, parce que j'espère qu'à ce moment là je serais en paix avec moi, que j'aurais trouver ma vraie place  et je ne me sentirais plus obliger de me justifier. 

A bientôt Printine et merci de m'avoir permis de m'exprimer en lançant cette discussion

Amicalement

Sahara.

ln8575.
Abonné

A ma copine de régime qui a fini par "réussir" WW mais qui est au régime tous les jours, qui a perdu plus de 20kg et donc je suis, ou tout cas j'étais, hyper jalouse,

A mon beau-père pour qui maigrir est uniquement une question de volonté,

A mes parents qui rigole quand je leur dis qu'il suffirai peut-être d'arrêter de manger quand on a plus faim,

A toutes mes autres copines, minces, et qui se désespèrent devant leur 2 kilos à perdre avant les maillots,

A mon mari, qui comprend le fait de manger quand on a faim, mais a du mal avec le fait de ne pas finir son assiette,

A mes 2 puces, qui sont parfaites, et qui, j'espère, le resteront longtemps sans se prendre la tête avec leur poids,

Et enfin, à nous LCiens, qui évoluons, doucement mais surement...

Je suis vraiment heureuse de pouvoir partager mon expérience avec vous, car après avoir fait tout le tour, il n'y a que sur ce forum que l'on peut s'exprimer sans avoir peur du regard extérieur, ni du jugement, positif ou négatif, des autres.

Je pense que le jour où je pourrai parler librement de LC à mon entourage, un grand pas sera franchi, et peut-être que ce sera le début de la vraie guérison. J'aurai suffisamment de recul pour expliquer, comprendre et partager: aujourd'hui, je joue les égoïstes et je garde tout ça pour moi. J'attends peut-être aussi d'avoir des résultats probants pour qu'on ne remettre pas en cause tout mon travail, ou alors, j'ai moi-même un doute sur cette méthode...

Même si elle ne m'apporte pas la minceur dont j'ai toujours rêvé, je pense que LC me réconciliera avec la nourriture et avec mes émotions, et comme, chez moi, l'un ne va pas sans l'autre...

Bon courage à tous.

Haut de page 
X