Pratique de l'EME-Zen en ligne - 20082015

izabelle
Animatrice forum

Un nouveau fil qui reprend le principe d'autres, mais que je voudrais dédier à une pratique de l'EME-Zen

il s'agit d'un des outils les plus puissants du site

mais qui dit puissant dit à double tranchant

 

la première fois que j'ai utilisé cet outil,  au bout de deux jours j'avais les pires compulsions de ma vie !!!

eh oui,  lorsqu'on est  habitué à contrôler ses émotions,  eh bien  on  utilise le moindre outil pour ce faire !!!

et du coup cela ne fait que renforcer le principe de l'EME

 

l'EME, envie de manger émotionnel,  est un mécanisme de lutte émotionnelle

en gros,  on mange pour éviter de ressentir  qqchse qu'on a de la peine (ou peur) de ressentir

 

 

l'EME-Zen est un outil qui vise à nous faire prendre un petit moment pour vivre ce ressenti-là  en pleine conscience,  afin d'augmenter notre tolérance émotionnelle, et donc  qu'à  LONG TERME,  on n'ait plus besoin de se calmer en mangeant

 

 

mais le risque est de l'utiliser comme un "apaisant" à court terme, qui nous permet de ne pas manger, et donc de nous "controler"

dans ce cas  rien de pire, au bout de quelques jours les compulsions augmentent

 

 

 

c'est pourquoi c'est un outil très délicat, et donc un fil dédié à sa pratique  peut permettre d'aller plus vite pour qu'il soit véritablement utile

 

 

je vous propose d'utiliser ce fil quand vous avez une EME, mais avant de manger

 

vous venez ici écrire votre envie de manger

vous  tentez également de mettre des mots sur l'inconfort émotionnel que vous cherchez à calmer (si vous en avez conscience)

et vous prenez une minute pour ressentir cet inconfort en pleine conscience, c'est à dire dans votre corps  (sans pensées, sans images, sans souvenirs),  ressentir dans le corps, dans l'ici et maintenant,  où est cet inconfort  et  ACCEPTER de le ressentir pendant une minute

 

 

ensuite c'est tout !!!   vous pouvez même manger après !!!

une fois que vous avez fait ça, vous avez  "réussi" votre EME-Zen, c'est à dire que vous avez avancé d'un pas sur le chemin de la tolérance émotionnelle

l'atténuation des EME se trouve au bout de ce chemin

 

l'EME-Zen ne doit en aucun cas être utilisé pour éviter d'avoir une EME sur le moment, avec l'idée que la pleine conscience nous apaisera et donc plus besoin de manger,  ou pire encore, de tenir  "à la volonté"

 

j'espère que ce fil pourra vous aider à mieux appréhender cet exercice un peu révolutionnaire pour tous les lutteurs émotionnels

et surtout le faire ensemble pour s'entraider

Commentaires

izabelle
Animatrice forum

après ce long pavé je donne l'exemple puisque je l'ai fait ce matin

et vu que depuis mon retour de vacances j'ai en pas mal, je vais pouvoir "nourrir" ce fil  laugh

 

1/  envie d'un yaourt à la cerise que ma fille mangeait au petit dej

2/ inconfort émotionnel  cherchant à être  "calmé"   :    les critiques de mon homme sur l'animation de ma soirée d'hier, critiques constructives, mais que mon esprit retors  a traduit par   "je suis nulle je n'arrive jamais à rien..... bouhouhou......."

bref sentiment de ne pas être à la hauteur  et frustration

3/  je le vis dans mon corps  (pleine conscience),  pas grand chose à signaler, pas de douleurs, pas d'accélération du rythme cardiaque, pas d'adrénaline, peut-être un petit chiffonnement au niveau du coeur,  j'accepte de le ressentir pendant une minute

 

et voilà

 

épilogue : ma non-faim a pris le dessus sur mon envie, mais j'ajoute que cela n'est qu'un épilogue, ce qui se joue véritablement dans l'EME-Zen est ce moment de pleine conscience et d'acceptation émotionnel

c'est qqchse de très simple à faire mais qui est contre-intuitif,  donc lancez-vous, vivez vos inconforts dans votre corps, en pleine conscience

gentedame.
Abonné

Merci pour cette explication, je comprends l'importance de cet outil et les bienfaits qu'il peut nous apporter ;) Je n'hésiterai plus à venir au moment d'une EME

Orange Cadmium.
Inscrit

Merci Izabelle pour ce fil très intéressant. Je vais essayer avant de me lancer dans une EME!...

Kaylee
Marraine

Merci izabelle, pour moi, à creuser

Anmary.
Abonné

Merci Isabelle,

c'est exactement ce dont j'avais besoin en ce moment ...

ça fait déjà deux semaines que je n'avais pas pratiqué la respiration consciente alors qu'elle fait partie de mon quotidien.

je traverse une période douloureuse de sensations très désagréables et bien évidemment je me jette sur la nourriture comme une perdue sans aucune maitrise. J'essaie de regarder celà sans trop dramatiser mais je suis quand même déçue de moi même de ne pas "contrôler" le processus. et tu écris que c'est le controle qui nous met dans la crotte.

Mais oui, c'est bien sur et je le sais que je dois lâcher la pression et ce foutu contrôle !

Mon stress du moment se situe dans l'acceptation de la vieillesse. Seule je peux le faire et suivre le film de mon avancée dans l'âge tranquillement; mais ce qui me fait mal ce sont les réflexions gentilles ou pas, qui me le rappelle

du style : "mais peut-être si tu n'y arrives pas c'est parceque tu vois moins bien" ... (alors que c'est totalement faux puisque je mets des loupes quand j'ai besoin)

Je voudrais juste qu'on me fiche la paix avec ça et que le monde accepte ce fait, sans en rajouter

 Quand je respire je perçois où celà se situe dans mon corps, j'ai les cervicales qui se bloquent et la nuque douloureuse et puis je déglutie difficilement et il m'arrive même des remontées gastriques la nuit. je perds ma joie naturelle et le sourire qui va avec pour aller dans l'auto critique et aussi la critique de l'autre.

D'autant que je me trouve plutôt performante pour mon âge et je me félicite régulièrement sur ce que j'accomplie !

mais celà ne semble jamais être assez aux yeux des autres et c'est de celà dont je dois me détacher avant tout !

Ce n'est pas leur problème et leur jugement leur appartient, je dois m'en préserver et rester avec mon propre ressenti de là où j'en suis.

Je viens de pratiquer la pleine conscience et je me sens plus détendue et plus détachée émotionnellement.

je sais que la clef est là, mais mes petits démons me titillent régulièrement pour m'en éloigner.

Et puis j'ai aussi un challenge important car "mon homme" est bien plus jeune que moi et j'ai à coeur de rester importante et de lire toujours l'admiration dans son regard. Je me dis que si les gens me "mémérisent" il va finir par le faire aussi ... enfin j'imagine qu'il y a de ça dans mes peurs aussi ...

C'étaient les pensées du jour ....

 

 

izabelle
Animatrice forum

[quote=Anmary]

Et puis j'ai aussi un challenge important car "mon homme" est bien plus jeune que moi et j'ai à coeur de rester importante et de lire toujours l'admiration dans son regard. Je me dis que si les gens me "mémérisent" il va finir par le faire aussi ... enfin j'imagine qu'il y a de ça dans mes peurs aussi ...

[/quote]

je crois que tu as très très bien pointé du doigt là où la peur se situe,  dans le regard des autres, mais par extension.....  le regard de ton homme, ce qui bien sûr touche beaucoup plus

la pleine conscience nous permet d'avoir mieux conscience des vrais enjeux parce qu'elle nous permet de dédramatiser nos ressentis,  en le vivant dans notre corps,  on arrête de les "bloquer"  et on voit ce que c'est réellement, dans le présent

je te félicite pour ce moment de pleine conscience,  ressentir dans ton corps  cette "peur" du regard dévalorisant d'autrui est vraiment salutaire car tu la remets à sa juste place, c'est juste une histoire, pas la réalité

la réalité c'est ton corps, avec oui des endroits où ça tire un peu, mais ce n'est pas du tout un drame et cela n'empêche pas la jeunesse de ton coeur qui est de loin la plus importante

ma meilleure amie à 67 ans et je la trouve très jeune !   et j'ai aussi des amis qui ont 20 ans d'ailleurs et qui sont tout aussi jeunes  (peut-être un peu moins sages en revanche  ;-)

Clairette287.
Ancien abonné

Bon je crois que pour progresser c'est le genre d'exercice qu'il me faut puisque je suis encore incapable d'associer mes EME à mes émotions. Donc je vais essayer de me lancer.

1) Alors j'ai envie de manger un yaourt à la confiture d'abricot posé sur mon bureau. Je ne l'ai pas mangé à midi car je n'avais plus faim.

2) J'ai un peu du mal à savoir pourquoi j'ai envie de le manger. Peut être l'ennui car je manque de boulot où la sensation d'être incompétente actuellement. Hypothèses mais rien de sur.

3) Mes inconforts physique: ils ne semblent pas liés à mon inconfort emmotionnel mais je suis fatiguée (les yeux secs et qui grattent) et j'ai un très léger mal de tête.

Dans mon cas précis j'ai plutot l'impression que c'est mes sensations physiques inconfortables plutôt que émotionnelles qui donnent envie de manger (la fatigue me fait souvent manger).

Voilà, je ne sais pas si c'est réussi ou pas (et si je vais manger mon yaourt) mais c'est fait! :)

izabelle
Animatrice forum

bravo Clairette !!!!

tu vois ton impression s'est précisée en cours de route et c'est probablement en effet la fatigue et le mal de te^te qui te donnent l'envie de manger par "réflexe"

moi aussi j'ai vraiment des envies de manger par inconfort physiques, beaucoup plus massives que pour des inconforts émotionnels d'ailleurs

ce petit temps que tu as pris, n'hésite pas à le recommencer très régulièrement, c'est cela qui te permettra de vraiment sentir les choses, ne pas les intellectualiser  et donc agir de façon fluide dans tous ces cas de figure

 

donc oui c'est réussi !!  bravo pour ton EME-Zen en ligne !!

Clairette287.
Ancien abonné

Merci Izabelle!

Je suis comme toi l'inconfort physique me fait souvent manger. Et tu as raison sur un autre point, j'intellectualise tout beaucoup trop (la preuve j'intellectualise même le fait d'intellectualiser ;) ) donc va falloir que j'apprenne à lacher prise sur tout ça, pas facile...

Je recommencerai cet exercice dès que l'occasion se représentera car je pense qu'il y a bcp à faire et à apprendre là.

izabelle
Animatrice forum

yes

izabelle
Animatrice forum

et voilà une petite EME  en plein après-midi, me réveillant d'une micro-sieste dont je n'avais absolument aucune envie de me réveiller  (mais aucune envie de ne pas dormir ce soir non plus)

 

1/  envie  de  ......  sucré    (voire bien bien sucré)

2/ inconforts  physiques : fatigue, douleurs cervicales encore un peu persistantes, mal au ventre des filles

inconforts émotionnels : résidus de frustration, décompression d'excitation, résidus de sentiment de ne pas être assez bien, ennui, impression de gâcher du temps,  envie de  "tout" oublier

 

3/  pleine conscience :   surtout des pensées qui se bousculent, images, etc....    revenir au corps est souverain  pour me remettre dans le présent

izabelle
Animatrice forum

me voilà à nouveau avec une EME qui me prend assez soudainement en pleine matinée (d'habitude le matin...)

1/  envie de fromage

d'abord mon homme m'en parle, ensuite je lis ici sur un blog  "moins de fromage "  (bien sûr ça me fait l'effet inverse !!!)

 

2/  inconfort émotionnel

le changement d'alimentation de mon homme, les effets secondaires que cela induit, un vague sentiment d'être nulle, plein de trucs à faire et du mal à se motiver, du mal à me confronter à certaines taches bien précises

 

3/ pleine conscience

le sentiment d'être nulle a tout envahi, j'ai compris ce qui l'a activé et j'ai accepté sa présence en pleine conscience

c'est d'ailleurs extremement peu présent en pleine conscience, car c'est essentiellement dans les pensées, avec juste une petite pointe de tristesse

 

 

bref au terme de cet EME-Zen, même si ce n'était pas le but,  manger du fromage me semble maintenant tout à fait incongru

izabelle
Animatrice forum

eh oui encore une envie de manger en ce début d'après-midi

 

1/  envie de n'importe quoi, pour me calmer !!!!

2/ ce que je ressens, une colère très très forte, et justifiée, colère qui date mais qui vient de se réactiver

3/ pleine conscience :   un coeur qui bat plus vite, de l'adrénaline un peu partout dans mon corps, une envie de boxer, des idées d'insultes ou autre

le plus dur est de me "résoudre" à ne pas "résoudre" la colère, la laisser exister

elle est tout à fait justifiée, je ne puis rien faire de plus que ce que j'ai fait, et je ne puis pas traiter ce monsieur de tous les noms ni même le frapper

alors juste accepter cette colère

je l'ai déjà eu au moins de juin  et je pensais que maintenant c'était derrière moi, mais voilà que l'escroc vient me resolliciter

je vois  ROUGE

et je n'ai pas l'habitude !    c'est très rare que l'on me prenne pour une conne à ce point là....

et c'est très rare en général que quelqu'un puisse provoquer ma colère

 

ben comme quoi elle est là, tout de même, quand il faut

 

mais que je n'ai pas l'habitude  et comme c'est plus confortable de ne pas en avoir besoin

Clairette287.
Ancien abonné

Comme je te comprend Izabelle, je ne supporte pas non plus qu'on me prenne pour une c***e en essayant de m'arnaquer. Ca a aussi le don de m'enerver.

As tu réussi à faire retomber ta colère? Un truc qui marchait bien chez moi plus jeune c'était de crier dans un coussin, ça soulage bien :)

 

Bravo pour l'analyse en tout cas!

izabelle
Animatrice forum

ben non  je n'ai pas essayé de faire tomber ma colère, parce que vite fait j'aurais été dans le seul truc qui marche vraiment : manger !

 

finalement j'ai accepté qu'elle soit là  et puis elle s'est calmée d'elle-même

et puis le monsieur est finalement venu me payer tout l'argent qu'il me devait, comme quoi.....

 

ceci dit c'était quand même inconfortable  car après tout ce temps, les lettres recommandées et compagnie, ce monsieur ne s'est toujours pas excusé, s'est posé en victime,  et c'est uniquement parce qu'il avait besoin d'un papier de ma part et que je lui ai signifié très clairement que tant qu'il ne m'aurait pas payé il n'aurait aucun papier  qu'il a consenti à me payer (et tout de suite, du coup), avec des arguments hyper vaseux quant à son retard  (de 7 mois!!!!) et sans s'excuser le moins du monde donc....

au final, je m'aperçois que ce n'est pas tant l'argent que le manque de respect au niveau relationnel  qui m'a vraiment mis en rogne

au moins j'ai pu accepté ma colère et constater que ce n'est pas bien méchant

et puis m'en servir pour être très très claire dans mes conditions

Clairette287.
Ancien abonné

Super si il t'a payé et que ta colère t'a aidé à gérer l'affaire.

J'ai encore du mal avec le principe d'accepter ses émotions. Sur le papier je vois très bien mais en pratique je ne sais pas comment faire. Concretement si je suis enervée je fais quoi? Je peux m'observer physiquement (et encore il faut trouver la force de le faire qd tu es enervé) et puis après quoi? Si on prend la colère (mais bon ça marcherait avec d'autres émotions), lorsque je la ressens j'ai envie au choix de passer mes nerfs physiquement/crier/ruminer pendant des heures où sinon de prendre sur moi (mais bon là c'est typiquement la mauvaise solution qui va me faire aller manger ensuite). Donc je fais quoi?

Désolée pour le coté direct de la question (et qui a déjà  été abordée à de nombreuse reprise) mais c'est vrai que plus ça va plus je bloque là dessus

izabelle
Animatrice forum

tu ne fais rien de spécial concrètement,  tu continues à faire ce que tu ferais si tu n'étais pas énervée, simplement dans le même temps tu es énervée, au lieu de ne pas l'être

par exemple moi j'étais en train de faire la compta, ben donc j'ai continué, sauf que j'étais en ébulltion, mais ça n'empêche pas de rentrer des écritures

ensuite si tu peux faire qchse de physique c'est le moment !!!  ça m'arrive souvent de faire de la débrousailleuse  quand je suis en colère, car j'ai beaucoup d'énergie physique à ce moment là !!!

mais sinon concrètement tu ne fais rien de spécial,  tu restes juste au contact de ton expérience intérieure  tout en continuant ta vie

et n'hésite pas cependant à utiliser l'énergie de ton émotion  pour son usage, par ex  la colère pour recadrer les gens, la peur pour relever un défi

Clairette287.
Ancien abonné

Merci pour tes explications Izabelle.

Je pense que c'est un de mes problèmes, j'ai beaucoup de mal à faire la différence entre le rien "je vis avec ma colère" et le rien "j'ignore ma colère".

Je trouve que ce rien est vraiment difficile à appréhender. Ca serait beaucoup plus simple d'avoir une recette magique à appliquer betement.

izabelle
Animatrice forum

la différence entre les deux, c'est la lutte émotionnelle

ce qui peut t'aider à ne pas te mettre en lutte, c'est tout simplement de rester connectée au présent, dans ces moments-là :  les sensations physiques, les perceptions

Clairette287.
Ancien abonné

Merci pour tes explications Izabelle, j'essayerai de les mettre en pratique la prochaine fois que l'occasion se présentera.

Bon j'arrête ici de détourner le sujet ^^

Caro3011.
Abonné
Aie voila une belle EME ce soir. Seule devant ma télé je viens d'avaler une immense part de kouing amam ce gâteau breton plein de beurre et sucre. Colère ennui et culpabilité m'ont submergé trop tard pour l'outil eme zen
izabelle
Animatrice forum

la prochaine fois prend  une minute  avant le kouing amam  pour ressentir cette colère

et ensuite tu peux le manger

n'oublie pas que l'outil EME-Zen n'est pas là pour nous empecher de manger, mais pour nous aider à augmenter  à long terme notre tolérance émotinnelle   en se confrontant, au début à petites doses, à nos inconforts émotionnels

la colère c'est vrai que c'est dur à accueillir en soi, mais au moins une petite minute?

izabelle
Animatrice forum

à croire que personne n'a plus d'EME  sur ce forum !!!!!   wink

je vous invite à utiliser ce fil, car c'est vraiment très très bénéfique pour progresser dans la tolérance émotionnelle

allez pour donner l'exemple je viendrais dans les prochains jours y noter mes EME  et surtout pratiquer l'EME-Zen en ligne !

izabelle
Animatrice forum

bon y'a pas de volontaires?

 

alors moi hier soir  je l'ai fait simplement mon poste était éteint donc pas pu vraiment le noter, mais j'ai fait cmme si

 

donc après diner, et bien diner, papilles satisfaites, genre une heure après, soudaine envie de chocolat fourré praliné, une typique EME

je me fais donc un recentrage sur moi-même pour sentir  ce que je chercher à calmer en ce moment

eh bien c'était :

-mal aux cervicales qui revient : angoisse, sentiment d'être nulle, sentiment d'être un cas desespéré

- journée speed qui m'attendait le lendemain

 

bon du coup, le fait d'avoir pris conscience, l'envie de manger a disparu  (et je me suis auto-massée le cou  pour le délivrer des contractures)

izabelle
Animatrice forum

grosse grosse grosse envie de manger là tout de suite

je prends un moment pour faire de la place aux ressentis, même je n'en ai pas DU TOUT envie

 

- cette fragilité que j'ai, sentiment de danger quand je ne suis pas baignée dans l'amour de mes amis et de mon chéri

- sentiment d'être nulle

-fatigue, sentiment d'être débordée

 

voilà voilà.....

finalement c'est vrai que tout ça je peux le ressentir, je n'ai pas besoin de manger pour éviter de ressentir

c'est juste pas agréable

 

mais le bon coté j'ai fini mon travail pour aujourdh'ui et demain je ne travaille pas

izabelle
Animatrice forum

alors je suis une  "EME sur pattes"  depuis jeudi,   il est donc grand temps pour moi de réactiver cet outil

 

donc à savoir, j'ai une EME là maintenant, c'est à dire le matin !!!!   ce qui en général ne m'arrive jamais

mais au moins c'est l'occasion de faire véritablement un EME-Zen en ligne  wink

 

donc ce que je ressens

une envie de "calmer" mon système nerveux trop stimulé : beaucoup de gens, deux invités successifs ce week-end, des tas de gens à rappeler, tout ça...

mon envie de manger : du pain du fromage, du pain, du fromage, du yaourt,  bref ce qui cale, ce qui "calme"

je me sens les nerfs à vif  et j'observe que j'ai toujours cette tendance à vouloir me calmer les nerfs à tout prix

j'essaie d'être présente à moi-même dans ce moment et finalement je m'aperçois que mes parents ne  supportaient pas quand j'avais les nerfs à vif (quand j'étais petite)  et à ce moment là, étaient presque violents (eux qui sont la douceur même)

je crois que j'ai touché un point sensible, c'est pour ça que je me mets  "en fuite"  dès que j'ai les nerfs à vif  et qu'il y a tellement d'urgence à les calmer,  je fuis pour me protéger de la violence, je me fuis moi-même, je ne suis plus présente à moi-même

car depuis deux jours je vois bien que je n'arrive pas à être présente à moi-même

je pense avoir maintenant compris pourquoi et c'est même assez douloureux de maintenir cette présence à moi-même car cela rappelle finalement les seules bribes de violence que j'ai pu avoir dans mon enfance

izabelle
Animatrice forum

autant dire qu'après ça, je n'ai en fait plus du tout envie de manger

Anmary.
Abonné

Vraiment très interessante ton analyse ...Merci de ce partage si fort et si précieux,

c'est une des choses les plus compliquées de comprendre ce qui se passe au niveau émotionnel et de trouver l'origine.

J'ai beaucoup de respect pour les personnes qui ont la capacité à exprimer celà et le courage de le vivre.

ton expérience me renvoie à la mienne où lorsque j'étais enfant, si je venais de me faire gronder, j'avais une "mémé" à la maison qui me prenait par la main et m'emmenait dans sa chambre en me disant que j'étais toute la plus mignonne et elle me donnait un bonbon ou autre sucrerie pour me consoler ..

Alors maintenant bien évidemment, dès que je suis perturbée, que je traverse une émotion, mon tout premier réflexe est la consolation par le sucré. j'ai conscience de ça et l'étape suivante est dans la gestion de cette EME !

C'est impressionnant la puissance des enregistrements de l'enfance et les rapports avec nos parents.

En avançant dans le programme et en pratiquant la RPC je constate que j'ai moins besoin, en quantité du moins, de me faire du bien avec la nourriture. je peux de plus en plus "controler" la pulsion vers l'objet "réparateur" en ayant toujours conscience de ce que je suis en train de faire alors qu'avant, je n'en avais même pas la notion ....

J'ai encore des difficultés à "déguster" dans l'urgence mais je fais en sorte de ne pas m'en vouloir et de me dire que c'est bon de me faire plaisir, si je sais pourquoi, mon corps m'en sera reconnaissant.

Hier, au restaurant par exemple, j'avais pris trop de choses dans mon assiette, j'ai senti que je n'appréciais pas la qualité de la viande, ni son goût  et j'en ai laissé la moitié ... avant j'aurais vidé mon assiette coute que coute !

Même le dessert ne me paraissait pas avoir la saveur espérée, et j'ai essayé de l'apprécier sans y parvenir vraiment. Je constate que la qualité gustative de mes papilles est à un meilleur niveau !

Ces résultats sont liés aux entrainements, c'est clair, mais avant tout au fait qu'à chaque fois que je me nourris, je le fais avec une pleine conscience et un état d'être plus affuté.

C'est vraiment interessant à constater et m'encourage à poursuivre.

izabelle
Animatrice forum

oui c'est chouette de t'être vraiment centrée  (et recentrée) sur tes sensations, cela permet vraiment d'être dans le "présent" et en accord avec notre corps

le tout est de multiplier ces expériences pour que ça devienne une habitude finalement

pleuquie.
Abonné

Bonjour Izabelle,

quelle belle idée ce fil autour de l'EME zen !

Pour ma part j'en suis justement à ce stade du programme, mais j'ai un souci avec les comptes rendus car je ne suis pas certaine que l'on puisse remplir quand on n'a pas mangé justement. Je coche un petit truc entre "nulle et zéro" niveau quantité de nourriture, j'espère que ça compte bien comme nulle :-).

 

Mes EME interviennent souvent dans l'après coup des événements désagréables, après une grosse colère ou un sentiment d'impuissance important. Je vois assez bien ce à quoi cela me connecte, les questions autour de la violence et de l'agressivité sont constantes chez moi (malheureusement). Et puis ma psy a raison....je suis perfectionniste mais je refusais de l'admettre car je ne me reconnaissais pas dans la définition, mais je me rends bien compte que oui...Pourtant je suis moi même psy....comme quoi ce n'est pas une garantie de bien être ! ( ;-) )

Hier soir, EME moyenne, respiration zen, puis 20 min après de nouveau EME mais plus petite et j'ai tenu avec mon inconfort. J'étais plutôt contente de moi.

A très vite !

pleuquie.
Abonné

Bonjour Izabelle,

quelle belle idée ce fil autour de l'EME zen !

Pour ma part j'en suis justement à ce stade du programme, mais j'ai un souci avec les comptes rendus car je ne suis pas certaine que l'on puisse remplir quand on n'a pas mangé justement. Je coche un petit truc entre "nulle et zéro" niveau quantité de nourriture, j'espère que ça compte bien comme nulle :-).

 

Mes EME interviennent souvent dans l'après coup des événements désagréables, après une grosse colère ou un sentiment d'impuissance important. Je vois assez bien ce à quoi cela me connecte, les questions autour de la violence et de l'agressivité sont constantes chez moi (malheureusement). Et puis ma psy a raison....je suis perfectionniste mais je refusais de l'admettre car je ne me reconnaissais pas dans la définition, mais je me rends bien compte que oui...Pourtant je suis moi même psy....comme quoi ce n'est pas une garantie de bien être ! ( ;-) )

Hier soir, EME moyenne, respiration zen, puis 20 min après de nouveau EME mais plus petite et j'ai tenu avec mon inconfort. J'étais plutôt contente de moi.

A très vite !

pleuquie.
Abonné

Bonjour Izabelle,

quelle belle idée ce fil autour de l'EME zen !

Pour ma part j'en suis justement à ce stade du programme, mais j'ai un souci avec les comptes rendus car je ne suis pas certaine que l'on puisse remplir quand on n'a pas mangé justement. Je coche un petit truc entre "nulle et zéro" niveau quantité de nourriture, j'espère que ça compte bien comme nulle :-).

 

Mes EME interviennent souvent dans l'après coup des événements désagréables, après une grosse colère ou un sentiment d'impuissance important. Je vois assez bien ce à quoi cela me connecte, les questions autour de la violence et de l'agressivité sont constantes chez moi (malheureusement). Et puis ma psy a raison....je suis perfectionniste mais je refusais de l'admettre car je ne me reconnaissais pas dans la définition, mais je me rends bien compte que oui...Pourtant je suis moi même psy....comme quoi ce n'est pas une garantie de bien être ! ( ;-) )

Hier soir, EME moyenne, respiration zen, puis 20 min après de nouveau EME mais plus petite et j'ai tenu avec mon inconfort. J'étais plutôt contente de moi.

A très vite !

pleuquie.
Abonné

Bonjour Izabelle,

quelle belle idée ce fil autour de l'EME zen !

Pour ma part j'en suis justement à ce stade du programme, mais j'ai un souci avec les comptes rendus car je ne suis pas certaine que l'on puisse remplir quand on n'a pas mangé justement. Je coche un petit truc entre "nulle et zéro" niveau quantité de nourriture, j'espère que ça compte bien comme nulle :-).

 

Mes EME interviennent souvent dans l'après coup des événements désagréables, après une grosse colère ou un sentiment d'impuissance important. Je vois assez bien ce à quoi cela me connecte, les questions autour de la violence et de l'agressivité sont constantes chez moi (malheureusement). Et puis ma psy a raison....je suis perfectionniste mais je refusais de l'admettre car je ne me reconnaissais pas dans la définition, mais je me rends bien compte que oui...Pourtant je suis moi même psy....comme quoi ce n'est pas une garantie de bien être ! ( ;-) )

Hier soir, EME moyenne, respiration zen, puis 20 min après de nouveau EME mais plus petite et j'ai tenu avec mon inconfort. J'étais plutôt contente de moi.

A très vite !

izabelle
Animatrice forum

bonjour collège!

ça je confirme, moi aussi perfectionniste bien longtemps auto-ignorée qui se mettait des tonnes de barrières

on est psy mais on n'est pas parfait,  on travaille avec nos émotions et notre conscience, notre relation à l'autre c'est notre outil de travail  mais ça ne veut pas dire qu'on doive être un modèle ou quoi que ce soit

personnellement j'expérimente beaucoup sur moi-même  et sur ma fille (puisque je suis principalement des enfants-ados)  donc en fait c'est une chance  d'être mère et fille  hypersensibles-perfectionnistes et tout ça,  ça permet de tester!!!  wink

 

bien sûr dans le carnet EME, si tu cliques sur zéro,  ça correspond à une prise alimentaire nulle

j'en avais beaucoup  moi aussi parce que vu le nombre d'EME que j'avais par après-mid  avant....

 

bravo d'avoir repéré ce sentiment d'impuissance   et ce sentiment lié à l'agressivité

voilà deux sentiments auxquels sont bien confrontés les psys....

 

comme tu l'as très bien observé ces deux sentiments sont encore pour l'instant trop dur à "vivre",  "accueillir",  "ressentir"  et tu as encore le réflexe de vouloir les calmer en mangeant, une idée bien naturelle

cette observation te permet cependant d'améliorer notablement ta tolérance émotionnelle  et de faire plus de place à ces sentiments en les dédramatisant

 

a +

Petronilles.
Abonné
Me voici arrivée à cette étape moi aussi (après 3 jours de body-scan un peu survolés sans conviction). Cette étape me fait très peur. Je me demande si je ne vais pas faire un break pendant une semaine ou deux. Je me sens tellement submergée par les EME ces derniers jours, c'est juste la cata. Je ne sais même pas identifier d'où ça vient. Et je commence à perdre espoir que ça se calme à un moment. Pas le courage d'appliquer des outils dessus.
FRED73
Marraine

Petronilles, L'EME - zen n'est pas là pour nous empêcher de manger. C'est un outil qui permet de prendre du recul face à l'EME pour essayer de se rendre compte de ce qui se passe quand on a envie de manger sans faim. Ainsi, on peut céder mais on n'est plus dans l'urgence et l'EME a alors moins de chance de partir en compulsion. 

Petronilles.
Abonné
Merci, Fred, pour ta réponse. Mais justement, mes EME sont souvent accompagnées de grande urgence, et c'est complètement au-dessus de mes moyens de faire ne serait-ce qu'une pause pour m'observer. Hier soir au dîner j'ai trop mangé et j'ai ressenti un gros inconfort au niveau de mon pantalon qui me serrait trop. Réaction : grosse envie de remanger du chocolat. Je me suis assise et j'ai essayé de ressentir cet inconfort du mieux que je pouvais. J'ai focalisé toute mon attention dessus. Qu'est-ce que c'était pénible, qu'est-ce que j'ai culpabilisé. J'étais vraiment mal, au bord des larmes. Mais au final...à force de me concentrer sur mes sensations désagréables j'en ai oublié mon envie de chocolat. Et quand je m'en suis souvenue, je n'avais plus vraiment envie. C'est ça l'idée de l'EME-zen ? Je n'ai pas mangé de chocolat mais j'ai passé un moment très dur. Je ne me suis pas sentie réconfortée du tout et pourtant mon EME est passée. Et puis j'ai dû me faire vraiment violence pour prendre ce temps. Et ce n'est pas toujours évident. Je me vois mal lors d'un repas de famille me lever et dire : "excusez-moi, j'ai besoin de m'isoler un moment pour décider si je reprends du dessert ou pas."
pleuquie.
Abonné
[quote=Petronilles]Merci, Fred, pour ta réponse. Mais justement, mes EME sont souvent accompagnées de grande urgence, et c'est complètement au-dessus de mes moyens de faire ne serait-ce qu'une pause pour m'observer. Hier soir au dîner j'ai trop mangé et j'ai ressenti un gros inconfort au niveau de mon pantalon qui me serrait trop. Réaction : grosse envie de remanger du chocolat. Je me suis assise et j'ai essayé de ressentir cet inconfort du mieux que je pouvais. J'ai focalisé toute mon attention dessus. Qu'est-ce que c'était pénible, qu'est-ce que j'ai culpabilisé. J'étais vraiment mal, au bord des larmes. Mais au final...à force de me concentrer sur mes sensations désagréables j'en ai oublié mon envie de chocolat. Et quand je m'en suis souvenue, je n'avais plus vraiment envie. C'est ça l'idée de l'EME-zen ? Je n'ai pas mangé de chocolat mais j'ai passé un moment très dur. Je ne me suis pas sentie réconfortée du tout et pourtant mon EME est passée. Et puis j'ai dû me faire vraiment violence pour prendre ce temps. Et ce n'est pas toujours évident. Je me vois mal lors d'un repas de famille me lever et dire : "excusez-moi, j'ai besoin de m'isoler un moment pour décider si je reprends du dessert ou pas."[/quote] Bonjour, L'EME zen, en tout cas ce que j'en ai compris, c'est d'essayer de vivre un moment d'inconfort en pleine conscience. C'est ce que tu as fait et l'envie de chocolat est passé. Le souci ce n'est pas tellement l'EME mais plutôt de ne pas trouver une autre voie pour se réconforter. Après l'Eme zen tu peux quand même décider d'aller manger quelque chose mais en essayant de le déguster un peu, pour en profiter davantage, que ce soit agréable. Tu peux aussi décider de manger sans faire l'espace de méditation, mais alors il faut essayer de se concentrer sur ce qu'on mange. Si tu as des vécus douloureux, il est conseillé de faire des temps de pleine conscience à froid, même quand minutes, sur sa respiration, c'est très aidant. Bon courage
izabelle
Animatrice forum

[quote=Petronilles]Je me suis assise et j'ai essayé de ressentir cet inconfort du mieux que je pouvais. J'ai focalisé toute mon attention dessus. Qu'est-ce que c'était pénible, qu'est-ce que j'ai culpabilisé. J'étais vraiment mal, au bord des larmes. Mais au final...à force de me concentrer sur mes sensations désagréables j'en ai oublié mon envie de chocolat.[/quote]

oh  mais c'est très bien ça !!!!

oui c'est très bien

c'est inconfortable j'entends, mais tu as vraiment fait un beau travail

ça fait partie de l'EME-zen, ce n'est pas l'EME zen en tant que tel, mais ça fait partie du processus

c'est même la part essentielle du processus

mais attention le but n'est pas que l'envie de chocolat passe, mais bien  la confrontation à l'inconfort émotionnel

c'est très bien ce que tu as fait

est-ce que dans ce moment là tu as réussi à te focaliser sur le CORPS  et ne pas accrocher aux pensées?

car c'est là que ça ce joue

en vivant les inconforts dans le présent, dans le corps, donc en pleine conscience,   on  commence à batir avec eux une nouvelle relation

plus tu le fais, plus tu verras c'est facile

parce que peu à peu on dédramatise, on apprend à le vivre au présent

de mon côté je suis maintenant capable de le faire même en discutant avec qq'un

c'est surtout une question d'entrainement et d'habitude

 

bravo Petronilles c très bien ce que tu as fait n'hésite pas à le refaire le plus souvent possible, mais sans attendre que ça t'aide à controler quoi que ce soit

cela doit juste t'aider à vivre de mieux en mieux ces inconforts-là et pouvoir peu à peu les dédramatiser totalement

apolline77.
Abonné

EME de vendredi : aller à la boulangerie pendant ma pause déjeuner pour m'acheter un muffin au fruit rouge, voire, plusieurs. L'envie est fulgurante et m'envahie complètement.

PCS et emotion : Je ne suis pas encore très à l'aise avec l'exercice EME Zen, mais disons que je ressens une sorte d'angoisse et de culpabilité due à ma procrastination au travail. Je ne me sens pas à la hauteur. Chez moi ça se manifeste par l'estomac noué et une pression respiratoire.

Avant mon espace de respiration PCS, mon choix était déjà fait d'aller m'acheter cette douceur. Mais le point positif, c'est que je n'ai pas culpabilisé. Je ne sais pas encore déguster vraiment (l'exercice ne m'a pa été proposé pour l'instant, alors je le fais intuitivement, comme je le fais pour du vin, j'imagine que c'est à peu près la même choses), mais je prends plus plaisir.

apolline77.
Abonné

EME : pas faim, envie très forte de manger cookies

Sensations physique : boule au ventre, gorge serrée

Emotion / PCS : stress travail et culpabilité

Je n'ai rien à manger sur moi, mais je dois faire des courses. Je ne sais pas si mon EME me fera acheter un paquet ou pas. On verra bien, j'accepterai ma decision avc bienveilllance...peut  être même qu'une fois dans le rayon, un petit espace de respiration incognito serait interessant, juste pour voir...

izabelle
Animatrice forum

bravo Apolline, la pratique, y'a que ça de vrai !!!

Patience
Marraine

[quote=apolline77]

EME : pas faim, envie très forte de manger cookies

Sensations physique : boule au ventre, gorge serrée

Emotion / PCS : stress travail et culpabilité

Je n'ai rien à manger sur moi, mais je dois faire des courses. Je ne sais pas si mon EME me fera acheter un paquet ou pas. On verra bien, j'accepterai ma decision avc bienveilllance...peut  être même qu'une fois dans le rayon, un petit espace de respiration incognito serait interessant, juste pour voir...

[/quote]

 

Apolline, c'est chouette cette observation que tu fais de tes sensations corporelles et des émotions qui y sont liées !

Je me rappelle qu'une fois, en réponse à une EME, je m'apprêtais à m'enfiler le paquet entier de barquettes aux fraises.
Eh bien, finalement, j'en ai mangé une seule... tellement doucement que j'ai pu à la fois me réconforter et prendre conscience que ces barquettes n'étaient pas aussi bonnes que ce que j'espérais !

Au plaisir de te lire

apolline77.
Abonné

merci Patience,

Ton message m'encourage beaucoup, car j'ai enormement de mal avec mes EME et l'exercice EME-zen...exercice qui pour l'instant augmente mes EME...

J'ai encore besoin de beaucoup de concentration, sans que cela ne se transforme en contrôle...exercice très difficile pour moi...

je vais donc essayer de revenir souvent sur ce fil de discussion

à bientôt

izabelle
Animatrice forum

bravo Apolline, tu as la bonne attitude

c'est en effet un exercice difficile au début  à cause de ce "réflexe" de contrôle que l'on a

et cela n'a rien d'évident d'accueillir une émotion sans chercher à la contrôler

et de déguster une douceur sans chercher à contrôler également son comportement alimentaire

 

mais en en ayant conscience, tu as déjà fait les 2/3 du chemin

ensuite en t'entraînant, t'exerçant, tu parcours le reste.....

 

pour t'aider, pense toujours dans ces moments-là à placer ta conscience dans ton corps, tes sensations, être dans le ressenti du présent

ne pas réfléchir, ne pas prendre de décisions, pas de réassurance ou de projets

juste le présent, la sensation

 

et merci de faire vivre ce fil :   c'est  HYPER important  (avis à tous les mangeurs émotionnels)

apolline77.
Abonné

merci Izabelle pour tous ces encouragements, ils me font progreser car ils remettent sous forme de mots des choses que je n'arrive pas à définir par moi même. Et puis ça transforme le "je ne me sens pas normale" en "ah, finallement si, ce que je vis et que je ressens est normale et commun". Ca rassure.

 

Alors pratiquons, pratiquons :

EME : envie de manger le morceau de fromage que j'avais prévu pour mon repas de midi

respiration PCS : je me sens submergée par tout le travail que j'ai à faire. J'ai peur de ne pas réussir à tout finir et je comptais sortir plus tôt du boulot aujourd'hui. Peur, stress et culpabilité (enfin, je crois).

dégustation : je décide de déguster ce morceau de fromage en PCS, ça m'apaise

Patience
Marraine

Allez, à mon tour...

- Dans l'après-midi, EME : envie de manger du sucré.
Je m'asseois et je fixe mon attention sur ma respiration. Et je sens que ma respiration est un peu douloureuse parce que j'ai la cage thoracique serrée. Et puis j'ai les muscles du visage en tension. Et même un léger mal de tête.
Les émotions : de la colère (je suis contrariée) et de la joie (je viens de passer un bon moment et j'ai pris soin de moi).
Bilan : je garde mon attention fixée sur mon corps et mes ressentis. Ma respiration, progressivement, se fait moins douloureuse. Et je ne mange rien.

- Dans la soirée, EME : envie de manger un autre bout de dessert.
Comme dans l'après-midi, j'ai le coeur serré dans sa cage. Mon visage est tendu (sourcils froncés, mâchoires crispées). J'ai les épaules remontées et je sens cette tension jusque dans mon cou.
Émotion : la colère (je suis particulièrement agacée).
Bilan : je décide de manger une bonne portion du dessert. Il est légèrement sucré comme j'aime, il est fondant, ça fait du bien. Je reste en colère ; mais je me suis offert une parenthèse de calme dans cette colère...

Au plaisir de vous lire

izabelle
Animatrice forum

bravo les filles!

 

de mon côté une petite EME  "alimentaire"

 

je suis sans doute un peu bizarre, mais prendre un fruit comme dessert, voilà qqchse qui ne m'était jamais arrivé

je fais de la restriction cognitive à l'envers, à savoir un dessert ne doit surtout pas être diététiquement correct sinon c'est pas un dessert  laugh

 

toujours est-il qu'à force de me priver de ce qui ravit le plus mes papilles sous prétexte que c'est sain   laugh ....  eh bien cela n'est pas l'idéal

 

j'ai récemment redécouvert les poires que je ne consommais jamais

 

du coup ce midi j'ai pris une poire en dessert

mes papilles étaient enchantées, je n'avais plus faim

 

15 min après, vague envie d'autre chose, mais quoi....

 

une EME  "alimentaire", due à ma restriction à l'envers  bizarroide....

j'ai observé ma vague envie  et j'ai observé des pensées du genre :  "tu as droit à autre chose, tu ne vas pas te contenter d'un fruit, tu n'as surement pas assez mangé, etc, etc.."

 

j'ai continué à l'observer, mais n'ayant plus faim  et n'ayant envie de rien non plus, eh bien  cela s'est évanoui bien gentiment sans que je m'en rende compte au final, c'est maintenant que j'en prends conscience

FRED73
Marraine

Izabelle, je comprends totalement ce que tu écris, je suis pareil. J'ai rarement envie de manger un fruit quand j'ai faim, surtout une pomme que j'associe inévitablement à un régime !

Ça me frustre de manger une pomme, pour moi c'est une punition de manger une pomme. Plus on me dira qu'il faut manger tel ou tel aliment parce que c'est bon pour la santé moins j'aurai envie d'en manger.

izabelle
Animatrice forum

c'est sur LC que je me suis aperçue que j'adoooorais les pommes

alors que je les évitais pour leur "symbole" du régime par excellence

d'autant que depuis deux ans  on achète des kg de pommes en octobre à un petit verger près de chez nous, des pommes qui sont d'un goûtsurprise.....   comme au bon vieux temps que je n'ai pas connu, mais des pommes hyper hyper bonnes pleines de vie et de goût

seulement ça nous tient que jusqu'en février, et après celles-là  plus moyen d'en manger d''autres qui paraissent horriblement fades

voilà pourquoi je viens de me mettre aux poires.....  que je pensais ne pas aimer  et en fait c'est un vrai régal

d'ici un mois les fraises du jardin vont être mûres, alors là c'est le plus pur délice.   Mes fraises sont très très bonnes car je ne les arrose pas du tout!  elles sont très concentrées en goût

y'aura aussi les groseilles mais je ne sais pas à quoi m'attendre car je n'ai pu m'occuper de rien cet hiver au jardin

 

enfin vive les fruits!

c'est ce qui me stimule le plus les papilles indéniablement

Haut de page 
X