Réducation alimentaire fonctionnelle - Extremisme - Recupération poids de départ : suis-je foutue, à vie (angoisse) - 11032014

Madamecaca.
Ancien abonné

Bonjour, 

Je m'appelle Sophie, j'ai bientôt 20 ans. Je viens de m'inscrire sur Linecoaching, je vais vous raconter ma vie, car elle m'angoisse. J'imagine que pour vous ce n'est pas rose non plus, et je suis désolée de vous inonder de ma détresse. Si un post similaire a déjà été posté, je vous pris de m'excuser et de me l'indiquer. 

J'ai toujours été grosse, du moins plus grosse que la "normale". Cette fameuse, si révoltante mais aussi si difficile. J'ai le souvenir d'avoir toujours été complexé par mon poids, j'ai le souvenir de vomissements volontaires vers 13 ans, j'ai le souvenir d'avoir toujours mangé trop vite, trop gras, trop passionnément, trop émotionnellement. J'ai le souvenir de crever de chaud en pantalon l'été, d'être choisie la dernière en sport, de n'être celle qui ne plait pas aux garçons et j'en passe (vous les connaissez, je le sais). 

Pourtant je passais au dessus, je n'ai jamais fait de régimes. Jusqu'à mon année de terminale, où d'un retour de voyage à Paris les photos tombent sur internet et là : le choc. Un tas, de graisse. Je n'étais que ça. Jolie mais engraissée, entourée, étouffée par les kilos en trop. Je décide de revoir mon alimentation. De 80 kg je passe à 75. Je cherche un nutrionniste pour m'épauler dans ce chemin. Ce sera un médecin de Gros.org Avec lui je descends à 70. Soit 10 kg en 8 mois environ. C'est merveilleux, mais je ne suis bien sur pas satisfaite.

Carnet alimentaire, dégustation lente des aliments, petites portions, manger si l'on a vraiment faim.. Cela fonctionne. Malheureusement ce médecin que je trouvais alors génial se révèlera très peu psychologue et bien trop intéressé. Dégustation d'aliments interdits (j'en avais une liste, réduite certes, mais existante), suivie des EME... rien de tout cela n'a été fait. Je devais me peser à chaque fois, acheter des sortes " d'antidépresseurs" naturels, lui payer des séances de piqures dans les fesses pour diminuer les graisses (50 euros la séance) ... 

En septembre je rentre à l'université, j'emmenage dans un appartement, seule. Le début est enchanteur puis peu à peu, grisée par mon amaigrissement .. je mange de moins en moins, fait beaucoup de sport, arrête l'alcool et donc les sorties entre amis. 62 kg en décembre, 60 en janvier. Je suis seule, infiniment seule et tellement mal dans ma peau.

Je ne vois pas la différence. Le chiffre sur la balance a peut etre changé, les compliments sur ma perte de poids afflués, pourtant dans le miroir je suis la même fille ou presque. Je me hais, me renferme, je suis obsédée par mon poids (tout le contraire de la démarche de Zermati). Je finis par péter un plomb et rentre dans une longue phase d'hyperphagie/boulimie. Hop en juin 75 kg + un moral à zéro. 

Je déménage (encore) à Lyon, et vois depuis octobre une diététicienne du Gros. Mes comportements boulimiques ont presque disparus, mais comme les cellules dégénérées du cancer elles sont encore là, latentes. Elles reviennent parfois, à moindre mesure. Je vais un peu mieux, parfois. Puis je repars. Je fais 80 kg et je me hais toujours. Pas tout le temps, mais souvent. 

Une méthode qui marchait si bien peut elle re-fonctionner à nouveau ? Je n'ai pas l'impression de manger tant que ça, même si je ne suis pas encore très sereine vis à vis de la nourriture. Vis à vis de moi, des autres, de mon corps. Et je m'en veux tellement. D'avoir tout fait capoté. Je re veux mes 70 kg, ils étaient biens, et cette fois-ci je sais j'en profiterai et m'en réjouerai. 

Mais alors pourquoi je ne perds plus ????? Mon corps est-il bloqué ? Va-t-il m'en vouloir pour une éternité ?

JE SUIS PERDUE PERDUE PERDUE ! 

J'ai recommencé un régime, un vrai, de ceux des Dukon et Atkins que je hais pourtant tellement. Mais je ressens revenir cette infinie tristesse, cette immense solitude qui a bercé ma première année de fac. J'ai mal et je ne sais que faire. J'ai peur. Peur de ne plus jamais pouvoir mincir, de devoir toujours supporter ce corps que je déteste, de devoir affronter mon image et le regard des gens. De devoir payé pour une erreur (de jeunesse), pour l'erreur d'une fille grosse qui devient soudainement mince et ne sais pas le gérer. 

Alors je me suis inscrite sur Linecoaching. Mais je ne sais je ne sais pas....

Commentaires

liegama.
Ancien abonné

Hello, je te comprends, c'est pas facile d'y croire, de croire qu'un jour on puisse être mieux dans sa peau. Je ne peux que te dire que je compatis de tout coeur avec ta souffrance, que j'ai connu plus ou moins le même parcours et qu'il est difficile de s'en sortir certe mais possible. Les livres qui m'ont aidé à mieux comprendre l'aspect émotionnel sont ceux de Geneen Roth (Oser avoir faim et Quand manger remplace aimer). Ce qui est super positif dans ton parcours c'est que tu as quand même depuis longtemps choisir d'essayer la méthode du GROS. Mais il y semble y avoir une croyance chez toi que mince = heureuse. Le truc c'est d'arriver à dépasser cela et à s'accepter, doucement, pas à pas telle que l'on est. Se détester peut se faire à 80 kg comme à 53kg. Ma soeur est superbe pèse 53kg a un de ses corps parfait (type JLO) avec les formes là où il faut, n'arrête pas d'avoir des compliments et pourtant se déteste et passe son temps à obséder sur ce qu'elle pourrait changer.

L'avantage de LC c'est également les forums et le soutient bienveillant de la communauté, c'est vraiment, (pour moi en tout cas) la différence qui fait que je continue et qui m'aide quand je me sens mal.

Courage, tu n'est pas seule et les médecins sont avec nous. Donne toi la chance d'aller au bout et tu recevras de cette méthode ce que tu y auras mis toi même. 

izabelle
Animatrice forum

si tu as déjà perdu avec ton médecin du GROS,  il n'y a pas raison évidente que tu ne les perdes pas à nouveau

mais par contre la peur, elle n'a rien de rationnel, et donc elle est inévitable, c'est parce que tu fais face à un nouveau défi  :  enfin s'occuper des EME,  de ces envies de manger sans faim

de ces émotions fortes que tu t'efforces de calmer à longueur de temps

contrairement à ton médecin tiroir caisse, ici tu trouveras plein de personnes prête à être là pour toi, présentes, en tous cas sur le forum,  pour le simple plaisir du partage et de progresser ensemble

je suis persuadée que pour les mangeurs émotionnels,  le plus important c'est vraiment ce travail émotionnel

et avec de la détermination, de la patience, on arrive ici à des résultats absolument inespérés

(je parle en ce qui me concerne, grosse mangeuse émotionnelle depuis 30 ans, et maintenant..... presque plus)

 

par contre la peur, elle est là, c'est normal

cela ne fera que t'épuiser de la combattre ou te chercher à te rassurer, te prouver par A + B que oui, tu peux encore maigrir

cette peur t'accompagnera tant que tu n'auras pas fait l'expérience de ce grand changement auquel tu te prépares et qui te fait peur : remettre en question ton fonctionnement de mangeuse émotionnelle

c'est normal que cela te fasse peur, mais la seule chose à faire, avec la peur, c'est de se confronter

y aller, faire les exercices, progresser en dents de scie....

car LC n'est pas un long fleuve tranquille, oui,  et parfois c'est dur

mais dans l'ensemble j'ai envie de te dire que tu n'as rien à craindre,  on change à notre rythme, et c'est bien pour ça qu'on ne change pas du jour au lendemain

engage-toi simplement dans cette voie, et n'hesite pas à t'appuyer sur le forum

moi c'est ce qui m'a le plus aidé!

 

à +

Haut de page 
X