Régulation de la faim - 04022014

marinebreizh.
Abonné

J'ai fait une découverte hier soir et je pense qu'il s'agit là d'un cap de franchi.

J'avais très faim vers 18h30 en quittant le bureau. Je fais quelques courses urgentes ; je rentre ; prends le temps de me doucher, d'une séance de RPC et me voilà en cuisine où je prends encore le temps d'éplucher la salade à déguster avec la quiche au saumon cuisinée à la mause du midi.

Comme j'ai une très grande faim (il est 20h maintenant) je prépare un bol de soupe (elle est épaisse) au potiron, un epart de quiche et la salade verte.

La soupe commence à me caler. J'aime beaucoup cette soupe que je réussis bien.

J'entame la quiche ; elle me plaît ; j'alterne une bouchée de quiche un peu de salade...

A 1 moment j'ai la sensation de satiété ; je me dis je n'ai plus très faim... mais une autre petite voix me dis : oui mais tu avais si faim tout à l'heure ce n'est pas possible ; tu risque d'être affamée cette nuit... et je finis.

Je finis sans vrai plaisir, sans faim.

La quantité que j'ai mangé correspond à mon ancien comprotement alimentaire ; quand mon ex-mari (cuisinier) me "gavait", ne comprenait pas que je ne mange pas plus pour lui faire plaisir. Il y avait beaucoup d'enjeu affectif...

La vraie victoire ce sera quand je réussirais à m'arrêter au lieu de continuer comme hier. Mais je crois que mon appétit est en train de se réguler...

Il faut que je sois plus attentive et à l'écoute.

Voilà je suis contente aujourd'hui !!smiley

Commentaires

mavo.
Marraine

Excellent ! Bravo !

C'est effectivement une étape importante : le fait de repérer ce point te permettra peu à peu de le respecter !

izabelle
Animatrice forum

surtout aie bien conscience que la grande faim ne veut pas dire qu'il faille manger  "beaucoup",  mais bien plutôt qu'il faille manger  "en urgence"

c'est une question de timing,  besoin d'énergie du corps urgente

mais pas de grandes quantités...

du coup, oui,   tu aurais pu t'écouter,  et surtout ne te prépare qqchse en plus   sous prétexte d'une grande faim,   tu aurais pu manger ta quiche direct

ou bien la soupe la moitié de la quiche

tu as bien ressenti la satiété,  ensuite maintenant, il faut te faire   : CONFIANCE

moi, pour y arriver je me dis :  bon si j'ai faim dans la soirée, je mangerais tel truc  (un petit truc)

ça m'aide un peu  à faire confiance à ma satiété

marinebreizh.
Abonné

Exactement Izabelle ; c'est ce que j'ai fait hier soir.

Du coup creux vers 22h30 : j'ai réchauffé la dernière crêpe de la chandeleur ...

Et par voie de conséquence moins faim ce matin : plus petites tartines

Ambael.
Abonné
Comme toi, j'arrive maintenant a me dire que j'ai plus tres faim mais je n'arrive pas a laisser mon assiette!!! Surtout s'il n'en reste pas assez pour etre fini un autre moment... On va pas gacher....
marinebreizh.
Abonné

[quote=Ambael]Comme toi, j'arrive maintenant a me dire que j'ai plus tres faim mais je n'arrive pas a laisser mon assiette!!! Surtout s'il n'en reste pas assez pour etre fini un autre moment... On va pas gacher....[/quote]

Exactement on me (nous) l'a tellement seriné !!

Ambael.
Abonné
Oui c'est ca fini ton assiette!! Et maintenant qu'on est adulte c'est " les hommes gache t trop" arretez de jeter!!!
capuccino
Marraine

La solution consisterait peut-être à se servir de plus petites portions quitte à se resservir si on a encore faim, non ?

La peur du manque, la peur d'avoir faim, l'impossibilité de jeter, notre éducation nous poussent à manger au-delà de notre faim...mais quand on a passé ce cap, waouh, quelle liberté !

izabelle
Animatrice forum

si j'ai appris une chose, c'est bien que tout peut etre fini à un autre moment....

mon chéri est le spécialiste pour laisser trois grains de riz dans la casserole, et faire un reste d'un mini-truc....

eh bien oui, on peut le finir à un autre moment

je le dis sans cesse à ma fille,  ellle a le droit de laisser tout, même une bouchée ou deux, on le garde parce qu'on ne jette rien (enfin moi si, un peu parfois, mais mon chéri rien....)

je congèle des petits restes qui font d'excellents repas pour une personne

et les encore plus petits restes, on les finit au repas suivant.....  bon j'avoue que je laisse souvent finir ces restes-là à mon homme, car c'est encore plus important pour lui que pour moi de ne pas jeter donc j'en profite

 

je connais assez bien notre appétit, de mieux en mieux, donc en général, je suis assez juste dans les quantités

sauf quand je fais exprès de faire le double, pour congeler....

Liliblabla.
Abonné

Merci Izabelle pour cette précision sur la grande faim avec manger "en urgence" et pas "beaucoup". Ca va m'aider. Pour l'instant je n'en suis pas encore à l'étape de la satiété mais je garde bien cette nuance en mémoire pour plus tard.

FIBANNE.
Abonné

Bonjour, je ne sais pas si je suis au bon endroit, mais voici mes observations.

Je suis partie au ski et comme les autres années, je n'ai pas eu faim pendant 1 semaine.

Explcations : Habituellement après mon petit déjeuner, je pars au bureau et avant 10h j'ai le creux dans l'estomac, c'est inévitable ! 

or au ski, après le même petit déjeuner, rien ! et ainsi de suite pour tous les repas. J'ai même sauté un repas un midi, et vers 17h je n'avais toujours pas faim. Mais je n'ai pas voulu continuer ainsi. J'ai donc mangé, même peu car j'avais peur, en faisant du ski et en restant dehors au grand air de ne pas avoir assez de force.  Je suis même allée au restaurant où j'ai apprécié mon entrecote frite, mais sans faim préalable.

Une semaine sans sensation de faim c'est frustrant, d'autant plus qu'en vacances on est plus dans l'alimentation plaisir, repas familiaux, conviviaux.....

Et ce we, à peu près le même scénario, activité dehors et très peu faim; Alors je ne comprends pas : quand je bouge j'ai moins faim que quand je suis au bureau ou là c'est inévitable : creux à l'estomac vers 9h, 11h, et vers 16, 17h, quand c'est pas 15h30. Alors je pause la question : le travail "intellectuel" est-il plus consommateur de sucre ?

Pourquoi cette non faim dans l'exercice physique et cette faim dans le travail au bureau ? C'est très contradictoire. 

Noelle
Marraine

Fibanne, j'ai l'impression, a te lire , que ce que tu appelles Faim , au bureau, ce sont de EME...

izabelle
Animatrice forum

oui, il est temps de remettre en questions ces "faims" de bureau, qui doivent certainement être plutôt des EME, de type "tension" dues au stress du boulot

car il est certain que le travail intellectuel n'est pas plus consommateur de sucre, mais par contre bien plus générateur d'EME

liegama.
Ancien abonné

Fibanne, je dirai moi aussi que les "faims" au bureau sont sûrement des EME mais aussi que le sport aide à réguler l'insuline qui régule également l'appétit. Perso quand je fais du sport en plein air j'ai pas faim durant et souvent plusieurs heures ensuite. Quand je "m'ennuie" au travail (ça m'arrive parfois), je note que j'ai souvent "faim", en fait j'ai souvent envie de manger car je m'ennuie. Pour être sûre de ma faim je bois un verre d'eau et j'attends en essayant de concentrer mon attention sur autre chose et 9 X sur 10 l'EME passe (au bureau pas le soir malheureusement) et une fois de temps à autre je constate que j'ai vraiment faim. 

Haut de page 
X