RESPECTER SES SENSATIONS : je n'y arrive pas .... - 17062013

Totom.
Abonné

Bonjour tout le monde

Ça se mélange dans ma tête ….j’ai peur de ne pas y arriver  ….

J’ai commencé LC sans problèmes particuliers pendant 1 mois avec la joie, et l’optimisme pour compagnie, mais voilà que ça se complique depuis plusieurs semaines …

C’est tellement confus dans ma tête que je ne sais pas comment vous expliquer.

J’en suis à la dégustation et je m’aperçois que le plaisir gustatif est très long à partir …

La satiété, je pense que je la repère bien maintenant (presque tout le temps), mais j’ai un mal fou à la respecter…

Les EME sont rares en dehors des repas, et, si elles sont présentes je n’y succombe pas (ou rarement)

Mon problème est toujours le même qu’au début : j’aime manger … et je n’aime pas arrêter de manger …alors quand je tiens 3 jours en respectant mes sensations c’est tout le bout du monde …

Pour vous donner un exemple plus parlant :

Hier déjeuner dominicale en famille : j’étais bien, c’était bon, pour une fois ce n’était pas moi qui avait préparé et je dégustais les plats lentement … arrivée au fromage, j’aurai pu m’arrêter : mais j’ai pris du fromage, puis du dessert, puis encore des petits gâteaux secs avec le café … bref j’ai allègrement dépassé ma satiété.

Et pourtant à aucun moment je n’ai eu l’impression de me sentir, lourde, d’avoir trop mangé … j’étais bien … comme j’aime : je n’avais plus faim, plus d’envie particulière, je n’avais pas cette sensation de trop mangé désagréable, mais je sais que j’avais dépassé ma faim.

Alors je m’interroge : vais-je réussir un jour à ne pas dépasser ma satiété ? Car, autant il est simple de s’arrêter quand on sent qu’on a trop mangé, autant il est très dur de s’arrêter quand on a encore de la place et qu’on prend toujours de plaisir à manger ….

Lorsque j’y arrive, c’est que je suis en mode contrôle, ce n’est pas naturel pour moi.. et automatiquement 3 jours après, j’ai comme des minis compulsions …. Surtout s’il y a de la convivialité dans l’air … ou de l’énervement dans l’air …

Néanmoins je dois reconnaitre que je mange moins qu’avant (mais pas suffisamment pour ne pas grossir) : un repas comme hier, j’aurai mangé plus d’entrée , plus de plat de résistance, plus de pain …jusqu’à arriver au dessert repue et en manger quand même et juqu’à donc me sentir lourde et ballonnée.

C’est donc ma première victoire puisque je réussi à gérer sans en arriver là presque tout le temps …

Mais peut on réussir à manger à satiété tous les jours (c’est-à-dire en ayant encore de la place pour manger et en ne percevant pas la diminution du plaisir) de manière plus naturelle, sans se contrôler ???

Au fur et à mesure que j’écris, je me rend compte aussi que souvent le repas se termine mal parce que dans la discussion quelque chose m’a contrariée et que je me suis mise en mode automatique pour manger ..lorsque je fini par m’en rendre compte, je « remange » pour profiter en conscience de ce que j’ai raté (c’est tellement bête de ne pas avoir réalisé que je mangeais un délicieux gâteau …par ex) …

Hier toujours, je n’avais qu’une toute petite faim pour le dîner, je n’ai pas eu envie de sauter le repas : préparer à manger pour les autres et ne pas manger, ce n’est quand même pas chose facile ..surtout quand on sent qu’on peut manger : donc me voilà partie à déguster mes tomates jambon baguette …+dessert semoule au lait accompagnée de 2 spéculos … je me suis forcée à m’arrêter encore une fois … je ne me suis pas sentie ballonnée une seule fois dans la journée … physiquement je me suis sentie bien, à mon aise   …. Bien mieux que lorsque je m’arrête à satiété …

 

Alors suis-je incurable ???

Commentaires

Flowerbomb.
Abonné
Je suis comme toi TOtom, je ne sais pas m'arrêter. Toutes mes EME se passent pendant les repas, comme si, quelque part, je me les autorisais à ce moment là. Et les repas de famille, je connais, au point des fois de me provoquer des coliques intestinales tellement je mange nerveusement... Et je mange Comme si je cherchais à augmenter mon réconfort en ajoutant du plaisir sur le plaisir de manger. Demande toi peut être pourquoi ce besoin de réconfort est si intense... C refus de tenir compte de tes sensations alimentaires est inconscient mais il vise à calmer tes émotions. C'est cela les EME.
Totom.
Abonné

Merci Flowerbomb.

Es tu sure que c'est une EME ?? pour moi une EME c'est dépasser sa faim ...manger sans faim ...alors que ce n'ets clairement plus bon ...mais quand on mange en étant à satiété, on peut encore trouver ça bon ..du moins c'est ce que je ressens en l'état actuel des choses ??

Par contre c'est clair que quand j'ai la super forme morale je m'arrete de manger à satiété sans trop prendre sur moi ...mais sinon c'est clair que je passe ma vie à me battre contre moi (ou pas) ... donc je suis encore dans la restriction ...

Bliss.
Abonné
Tu dis "Au fur et à mesure que j’écris, je me rend compte aussi que souvent le repas se termine mal parce que dans la discussion quelque chose m’a contrariée et que je me suis mise en mode automatique pour manger ..lorsque je fini par m’en rendre compte, je « remange » pour profiter en conscience de ce que j’ai raté (c’est tellement bête de ne pas avoir réalisé que je mangeais un délicieux gâteau …par ex) … Ca se sont clairement des eme. Le contexte familial, la lenteur, le temps qui passe les discussions dont on aimerait s'extraire......il y a largement de quoi manger sans conscience. En même temps c'est presque "normal" dans le sens ou ca se passe comme cela pour pas mal de gens. Moi chez mes parents il y a le placard à douceurs, débordant de caramels nougats, fondants etc....chaque personne va y piocher une dose d'amour maternel. Simplement ensuite quand je rentre chez moi j'attends le retour de la faim. Et souvent elle en revient que le lendemain. Pour ma part les signes de satiété sont difficiles, les choses bonnes restent bonnes sauf le fromage dont le gout peut vraiment virer. Alors je me fie à de mini détails par exemple le chocolat à un moment peut me sembler graisseux ou collant au palais ou simplement devenir plus amer ou moins sucré......c'est alors pour moi le signe de stop. Mais parfois ça ne le fait pas. Alors je me détermine une quantité, 2 carrés de chocolat par exemple et j'arrête. Et le signe que c'était la bonne dose c'est la réapparition de la faim quelques heures plus tard. Après un bon repas de famille entrée plat dessert formage pain et petits biscuits chez moi la faim réapparaitra le lendemain. La satiété au quotidien c'est surement ressentir ses signaux au quotidien et les respecter. Ne pas se sentir nauséeuse ou avoir mal au ventre n'est pas le signe. Dans ma vie j'ai souvent largement dépassé ma faim et ma satiété et je n'ai jamais eu de crise de foie jamais. Je mangeais lentement sur plusieurs heures et mon organisme bien habitué digérait tout cela et stockait;) Il y a aussi le fameux deuil de la quantité et des habitudes de manger avec les autres. Là aussi il s'agit d'émotion donc d'eme. Quand je "perds ma faim" par exemple s'il y a eu plusieurs invitations de suite c'est simple je ne déjeune pas le matin et j'attends les signaux, je les repère je les accueille. Et ensuite ça me recale. J'ajoute aussi et je sais que ça ne plait pas à tout le monde que le fameux set point n'est pas forcement au poids qui nous convient.Et que vouloir maigrir si notre corps est au poids ou l'on mange à sa faim n'est pas possible à moins de se priver. Mais ça n'a pas l'air d'être ton cas. Les jours ou je me sens bien et dispo je le prends comme un jeu, viens la faim on va jouer, on va te donner de bonnes choses à manger bien choisir, et ne pas prendre de fromage ou alors si trop envie je prends du fromage et ce soir j'attendrai très longtemps d'avoir faim. Et vers 23 h je mangerai un yaourt et ça me suffira.
mavo.
Marraine
Hello Totom En gros, ce que j'ai compris, c'est assez simple. Quand tu ne manges pas par faim, c'est une EME (même si ce n'est pas au point d'avoir mal au ventre). Donc si tu manges fromage et/ou dessert alors que tu n'as déjà plus faim, c'est une EME de fin de repas, pas simple à identifier. Tu peux vouloir continuer de manger parce que tu n'as pas envie que ça s'arrête, ou parce que au contraire l'ambiance est tendue, ou parce que tu as peur de grossir ou de ne pas maigrir, etc etc... Ensuite, trop manger sur un repas convivial, ce n'est pas bien grave (comme Izabelle me le répétait encore gentiment récemment !). Ni même deux repas de suite... Il suffit d'attendre ta faim dans les jours qui suivent... C'est difficile au début, de renoncer à manger, parce que c'est encore vécu comme une forme de contrôle. Quand tu arrives à le vivre comme de l'écoute, comme du respect de toi, ça va mieux (dit la fille hyper pro du sujet... théoriquement !).
Totom.
Abonné

Merci Bliss, je pense qu'au fond de moi je sais que ce sont des EME ...mais que je suis déçue de ne pas sentir ce rassasiement gustatif qui me paraissait être le moyen pour m'arreter plus facilement ... en quelque sorte , on n'a pas le choix, il faut  contrôler un minimum ...

Pour le set point ... je pense que je n'en suis pas loin ... à mon avis je peux espérer perdre 2 ou 3 kilos grand max si je réussie à mieux maîtriser mes EME de fin de repas ...

Totom.
Abonné

Merci Mavo, je crois que tu as la clé du problème : il faut réussir à le vivre comme autre chose qu'une privation ..pour l'instant je le vie comme une privation, ce qui doit accentuer les EME  ...

Flowerbomb.
Abonné
[quote=Totom]

Merci Bliss, je pense qu'au fond de moi je sais que ce sont des EME ...mais que je suis déçue de ne pas sentir ce rassasiement gustatif qui me paraissait être le moyen pour m'arreter plus facilement ... en quelque sorte , on n'a pas le choix, il faut  contrôler un minimum ...

Pour le set point ... je pense que je n'en suis pas loin ... à mon avis je peux espérer perdre 2 ou 3 kilos grand max si je réussie à mieux maîtriser mes EME de fin de repas ...

[/quote] Le rassasiement gustatif, il n'y a pas de mystères, on le ressent en dégustant encore et encore et encore. Quand tu feras l'exercice de la dégustation d'un alIment gras ou sucré pendant quatre jours tu comprendras mieux. Cela dit, je suis nulle en dégustation quotidienne.. Mais de déguster pendant quatre jours du gruyère ou du jambon de parme, là oui, on comprend ce qu'est le rassasiement gustatif..
liegama.
Ancien abonné

Totom, je rejoins Flowerbomb, il est vrai que la dégustation, encore, et toujours (pour ma part j'ai fait 2 fois 10 jours de dégustation + 10 dégustations d'aliments tabous + 2 fois 4 jours à remplacer le déjeuner à midi par un aliment tabou que l'on déguste + 2 semaines où je passe 20 secondes avec l'aliment en bouche à chaque bouchée, à chaque repas) est la clef mais dernièrement j'ai découvert que mes EME de fin de repas étaient également du à mon état de restriction.

Je me restraignais sur des petites choses mais qui cumulées font des EME quotidiennes. Par exemple, je choisissais de manger du pain complet plutôt que du pain blanc, des yaourts nature plutôt qu'aux fruits (car trop de sucre...) etc... donc j'étais encore à écouter des voix "règles nutritionelles". 

C'est parce que je continuais à contrôler que j'avais toujours des EME en fin de repas. Ces quelques derniers jours je suis très étonnée de constater que j'arrive, sans effort du tout, à m'arrêter à satiété, en en laissant dans l'assiette/ou le bol quand je déguste des aliments qui me plaisent. 

Je te dirais d'être patiente (c'est dur, je sais) et d'attendre l'exo sur le rassasiement gustatif qui t'apprendra plein de choses. 

 

EleanorRigby.
Abonné

Merci Totom d'avoir abordé ce sujet !

Je suis comme toi, un peu impatiente de me lire comme un livre ouvert ! Et les réponses m'ont beaucoup aidé. C'est d'ailleurs pourquoi je répond : pour ne pas louper les éventuelles prochaines réponses !

En attendant, je ne peux que te conseiller la patience ! Et la bienveillance : le chemin est semé d'embûches, mais nous y arriverons !

Totom.
Abonné

le rassasiement gustatif .... je n'y crois pas trop car j'aime la variété et je déteste manger une seule chose ...donc rien que de me dire que je vais manger pendant 4 jours la seule même et unique chose à un repas, je suis déjà rassasiée ... Le seul aliment qui peut eventuellement me donner envie de ne manger que ça, ce sont les crêpes (maison) ...alors il va me falloir une sacrée organisation pour me faire des crêpes tous les jours ..sans compter que toute la petite famille adore ça et il va falloir que j'en prépare des tonnes ....

Bref, pour l'instant mon problème se situe dans la non décroissance du plaisir de manger et l'envie de continuer encore et encore ce moment de douceur ...

J'espère, comme vous me le dites, qu'à force de déguster je finirai par trouver plus facilement cette diminution du plaisir ... En tous cas je persévère avec plasir car j'aime cette nouvelle manière de manger.

Par contre je ne pratique pas la dégustation jusqu'au bout : je ne peux pas me résoudre à avaler quelque chose de mauvais ..j'attends donc de commencer à sentir qu'il y a moins de saveur pour avaler, mais je n'attends pas que ce soit sans saveur, sinon c'est vraiment déprimant, pour ne pas dire dégoutant de manger ainsi ...

 

Merci à vous toutes pour votre aide et votre partage d'expèrience bien utile.

FRED73
Marraine

Moi ce qui m'a aidé à ne plus (trop) manger au delà de ma faim, c'est de me dire j'écoute mes sensations, je ne le fais pas pour maigrir mais parce que je ne me sens pas bien quand je mange trop. Ce qui me faisait trop manger c'était le contrôle : " il faut que je fasse attention parce que si je mange trop je vais grossir ou en tout cas pas maigrir !". Je ne me pèse plus et je ne veux plus maigrir à tout prix mais manger à ma faim parce que c'est plus agréable. J'espère que ça t'aidera...

Patience
Marraine

Fred73,

Je suis assez épatée par ta capacité à prendre du recul face à la balance et à l'idée de maigrir à tout prix ! Pour ma part, j'ai encore bien du mal à mettre de côté le "maigrir à tout prix" au profit de l'écoute de mes sensations...

Je crois que je vais coller ton texte sur mon frigo, ou près de mon assiette, ou je ne sais où, pour me rappeler que mes sensations devraient passer avant tout !

Merci à toi ! ;-)

pleinedespoir.
Abonné

 

Totom a dit

 

"Bref, pour l'instant mon problème se situe dans la non décroissance du plaisir de manger et l'envie de continuer encore et encore ce moment de douceur .."

 

alors là je te compredsn cent pour cent.. et suis exactement là... pfff c'est dur ! Que faire sinon exercer encore et encore... et puis  comment se débarasser de cette senstion de contrôle et de privation? moi je n'y arrive pas et je me dis souvent qu'un morceau de pain complet c'est  "mieux " que du pain blanc, que un yogurt écrémé c'est mieux qu'un yogurt plein de crème ... suis pas  sûre que ce soit faux d'ailleurs....

Bref moment d'impasse!!

Courage à nous

Totom.
Abonné

@ Fred : le soucis c'est que, comme je l'explique , je peux dépasser ma satiété sans me sentir mal, bien au contraire, c'est là que je me sens le mieux ...car quand je suis à satiété, il reste un petit creux ... qui part plus ou moins facilement, voir pas du tout et je n'aime pas cette sensation : d'ou mes difficultées à m'arrêter de manger aussi ...Mais j'imagine que comme pour le reste je vais finir par apprécier cette sensation.En tous cas je n'aime pas comme toi me sentir trop remplie, là, c'est vrai c'est de l'inconfort ...mais quand j'en arrive là c'est que j'ai dépassé de beaucoup la satiété et que j'ai mangé sans faim et sans plaisir

@Patience, moi aussi j'essaie d'oublier les quelques kilos en trop et me dire que d'abord je veux arrêter le yoyo ... et ensuite adviendra que pourra ...

 

@PLeinedespoir : je suis un peu comme toi, je m'impose souvent des légumes par ex (j'aime ça ceci dit) mais j'ai bien compris un principe : manger ce dont on a envie et je l'applique sans problème celui là :)

Nounette73.
Abonné

[quote=pleinedespoir]je me dis souvent qu'un morceau de pain complet c'est  "mieux " que du pain blanc, que un yogurt écrémé c'est mieux qu'un yogurt plein de crème ... suis pas  sûre que ce soit faux d'ailleurs....[/quote]

ah mais moi j'aime bien le fromage blanc 0% !! je préfère ça de loin au fromage blanc 40%. Du coup pour moi c'est mieux.

Mais c'est pas parce que c'est plus "sain" ( de ce point de vue le mieux à mon avis c'est le 20%). Je n'aime pas quand c'est trop gras, ce que j'aime c'est le sentiment de frais. Et j'adore les fraises au fromage blanc, avec du 0 ou du 20% le fromage ne masque pour moi pas le goût du fruit.

Certes si je veux sucrer je mets de l'hermesetas, pas du vrai sucre mais ça ne me pose pas question, je ne vais pas me forcer à mettre du sucre pour me prouver que je ne suis pas au régime ? (mon père qui a toujours été mince met bien des sucrettes dans son café par habitude et moi je trouve ça plus pratique, 3 gouttes d'hermesetas) ... Au moins, désormais, je ne culpabilise plus de prendre avec les fraises un yaourt sucré à la vanille qui s'ennuie dans le frigo et que les mouflettes ne mangent pas ... et parfois en plus des fraises je rajoute à mon fromage blanc 0% sucré à l'hermesetas des choco pops pour avoir un sentiment de craquant (mais maintenant je ne compulse plus dessus !) et miam je trouve ça bon !! C'est ce qui compte non ? D'ailleurs les filles ne s'y trompent pas ma petite dernière m'en pique la moitié.

Le pain complet bé si tu aimes ça au goût pourquoi pas ? parfois aussi tu peux avoir envie de pain complet parce que ton transit est ralenti, faut s'écouter.

Moi j'aiiiiiiiiiiime le pain blanc (mais si je prends du pain au son c'est pour le plaisir de changer, ça ne me donne pas un sentiment de régime).

Et je suis viscéralement incapable d'avaler du coca pas light, le sentiment de tous ces morceaux de sucre qui tombent dans mon  verre m'écoeure (cela étant le goût sucré du coca m'écoeure aussi de plus en plus mais ça reste un bon compromis à l'apéro pour garder de l'appétit, plutôt qu'un jus de tomates qui va me couper la faim). OK c'est peut-être un résidu des régimes, mais pas que ... et puis je suis en paix avec ça.

 

Enfin pour résumer ma pensée tu as le droit d'aimer des produits de régime (je crois que je l'ai lu récemment sur un autre post ?), c'est pas une tare d'aimer les yaourts aux fruits 0% ou le beurre allégé (perso mon kif c'est le vrai beurre breton, avec des cristaux de sel, rha).

 

Sinon ... je vous suis toutes les deux sur le sentiment de contrôle !

Sauf que moi ça ne me donne pas un sentiment de privation : plutôt un sentiment de forte concentration. Dès que je suis distraite je perds le contact avec la satiété. Mais le reste du temps je vis bien le fait de me concentrer sur moi et sur ce que je fais. J'en tire un vrai sentiment de bien-être, d'harmonie (alors que je suis dans les choux sur la pleine conscience). Je m'occupe de moi, j'aime bien. D'ailleurs je passe du temps à surfer sur le web pour regarder les fringues.

Et la décroissance du plaisir, je l'ai expérimentée et j'ai réalisé que ça existait, mais j'ai aussi du mal à retrouver la sensation. Je suis sous pression en ce moment j'imagin que ça me prend de l'énergie et aussi de la concentration.

 

Ma difficulté reste de réussir à ne pas finir mon assiette.

Je contre en me servant des quantités réduites, et pour le coup je suis dans le contrôle pour la bonne cause = l'apprentissage du "laisser qqc dans mon assiette" pour désacraliser la nourriture. Si je ne me fais pas un peu "violence" je ne vois pas comment ça va changer ? je me dis que pour changer les habitudes il faut en installer d'autres et au départ je dois me concentrer dessus puisque par définition c'est pas habituel pour moi.

Mais en fait je ne le vis pas comme une violence, c'est un choix que j'ai fait et j'en suis contente, je trouve ça plutôt excitant.

Et à présent dans les moments à risque, comme un buffet ou un repas avec des potes je dépasse ma faim mais je me dis qu'on n'a qu'une vie, et puis je choisis ce qui me fait vraiment envie. Dans ces occasions manger reste un plaisir même au-delà de la satiété (il faut dire que dans un buffet j'alterne, j'ai l'impression que le plaisir décroit sur un même aliment mais si je zappe entre différentes sortes de petits fours, à chaque fois l'aliment a du goût). Ah, et j'ai progressé en commençant par une petite bouchée puis en osant laisser ou jeter les petits fours que je n'aimais pas (avant je les aurais mangés).

 

Bref ça reste "contrôlé" à un niveau intellectuel quand même, mais je suis fière de mes progrès, je ne suis pas dans l'écoute naturelle, instinctive, sans y réfléchir ... mais au moins j'écoute !!

 

Et tout ça pour dire que ... vous aussi, maintenant, vous écoutez. Faudra un peu de temps pour entendre, mais ça bouge quand même.

 

Moi je fête mon premier kilo perdu,  je suis euphorique et je lui souhaite longue vie et ... une famille nombreuse !

en 1 mois et demi pas de quoi pavoiser mais je suis détendue vis à vis de l'idée de manger, je commence à comprendre l'appétit prévisionnel, je prends l'habitude de m'écouter (même si je ne m'entends pas encore très bien il y a du bruit de fond), alors certes je suis à la ramasse totale côté gestion des émotions mais c'est qu'il y a encore plein de marge de progrès !!! (la classe).

 

J'espère que je ne donne pas l'impression de ne pas prendre au sérieux vos questionnements, je vois bien que tu es un peu déroutée mais j'essaie de donner un autre point de vue, chaque élément du programme n'est ... qu'un élément ... ce n'est pas une nouvelle règle qui remplace les précédentes (enfin tu le savais déjà) ...

 

Bon je ne suis pas sûre d'apporter qqc en fait sinon ma bonne humeur (il pleut des cordes sur la région parisienne, je suis en t-shirt et je n'ai pas de parapluie - alors la bonne humeur c'est déjà ça)

 

Bisous les filles ne baissez pas les bras.

EleanorRigby.
Abonné

Merci Ariane Nounette pour ta vision optimiste et vivante du programme. Ca fait du bien à lire.

Je n'ai pas le sentiment que tu tournes le programme à la dérision, mais davantage que tu y vois les bons côtés, et que tu essayes de transmettre un sentiment positif.

Nounette73.
Abonné

ouf , merci Eleanor, je ne voudrais pas que mon optimisme soit trop déphasé par rapport à ce que les LC vivent ...

Il n'y a pas une once de dérision vis à vis du programme dans mes propos et mes avis 

(même si heureusement je suis capable d'une bonne dose d'auto-dérision dans les moments difficiles ;o) )

EleanorRigby.
Abonné

On veut toutes aller trop vite, voir les résultats immédiatement, etc.

Moi la première !!!!! J'ai la chance d'avoir perdu 2,2 kilos depuis 2 mois. Bah je voudrai qu'il y en ait 10 de plus instantanément.

Mais je comprend aussi l'importance de faire des changements en profondeur de nos habitudes (l'écoute alimentaire, la bienveillance, le respect de soi, etc) et que le chemin est long et que je me dois (pour une fois...) d'être patiente !

C'est pourquoi tes mots et ton optimisme sont rafraichissants !

pleinedespoir.
Abonné

Mais... j'adooooore la double crème de gruyère ( en Suisse) introuvable en France ... vous avez de la chance..Lol

je crois que  tout cela est affaire de compromis: oui, je mets aussi du sucre artificiel dans mes desserts de fruits mais je crois que pour des raisons de santé je vais garder mes bonnes habitudes de pain complet et de légumes à tous les repas car autrement c'est  mon intestin qui se met en grève. ( depuis de ldébut  de LC j'ai quelques problèmes avec ça  alors que  je n'en avais jamais  eu auparavant)

Un peu de contrôle, gérer la frustration,(oui il y en a) et avancer en traversant les difficultés sans les nier....

Bonne journée

Nounette73.
Abonné

Ohlala, si c'est tellement bon je ne dirais pas qu'on a de la chance de ne pas en avoir

(moi je suis une indécrottable curieuse, j'aimerais bien goûter du coup - je vais demander à une copine suisse mais si ça doit être réfrigéré c'est mort)

Oui c'est vrai qu'il y a de la frustation

enfin je ne réponds pas pour ça, c'est juste que moi les premières semaines j'étais constipée à mort (on a commencé quasiment en même temps, j'ai commencé le programme 2j après être inscrite). Mais je n'avais pas de raison alimentaire de l'être aussi brutalement, donc j'étais (et je reste) convaincue que c'était psychosomatique.

Bon, c'est vrai que je somatise beaucoup (vu que je ne sais pas gérer pas mes émotions faut bien que ça s'exprime). Et ce n'est pas la première fois que j'ai ce phénomène de blocage total et brutal quand j'entreprends qqc pour changer et pour évacuer ce qui est merdique dans mon existence (pardon pour les termes c'est pour rendre lisible le symbole que j'y vois).

C'était très inconfortable, vraiment, j'ai pas eu bcp d'info par la coach (et je sais d'expérience que mon médecin ne s'y intéresse pas des masses), du coup j'ai pris des suppléments de magnésium (la plupart des femmes sont en carence de magnésium de toute façon) et ça a débloqué la situation.

Tout ça pour dire qu'il n'y a pas forcément que l'alimentation pour impacter le transit.

Mais ce qui est vrai pour moi ne l'est pas forcément pour d'autres (et puis chouchouter son transit c'est aussi une manière de se faire du bien).

bises

pleinedespoir.
Abonné

Ah oui il faut que  cela soit réfrigéré chère Ariane Nounette.. si tu viens en suisse tu me  dis... et on se fait une meringue à la crème bouaf! une tuerie....

Bon pour la constipation ,moi je terminais volontiers mon repas du soir par une assiette de salade et ça me chouchoutait le transit comme tu dis HIHI Joli!je le fais plus car en fait je n'ai plus faim et voilà que  ... poum je me suis retrouvée constipée! Grande première pour moi... j'ai donc réintroduit la salade en plus petite quantité et  diminué la portion de plat principal pour avoir encore faim pour la salade... voili voilou..,. ça doit pas  être révolutionnaire, car je ne perds toujours pas de poids..mais je ne suis plus constipée et pour le reste . comme le dit le gars de la Maaf "je l'aurai un jour je l'aurai"lol

Allez! vive les meringues et ...la vie

Totom.
Abonné

Merci Ariane pour ton message plein d'humour et d'optimisme.

Je prends le programme un peu comme toi d'habitude ..j'essaie de ne pas me mettre trop de pression ..mais le hic c'est que je grossis ... j'en suis à +1.5 .... alors si je veux bien ne pas maigrir toute de suite, ça me gêne terriblement de grossir par contre ...

Mais bon, je sais que j'ai eu trop de repas avec dépassement énorme de la faim depuis 1 mois, que j'ai pris 5 jours de cortisone, que le chaleur me fait enfler, que je viens de passer un mois difficile nerveusement et que j'ai multiplié les EME , donc je sais que ce n'est pas alarmant si je réussi à me reprendre ... 

C'est dommage j'étais super bien partie, et l'exercice sur la faim m'a fait perdre pied, ca a été le début de la fin de ma bonne période... j'en tire néanmoins quelques bénéfices plusieurs semaines après car je me rend compte que je supporte mieux la faim et que j'en ai un peu moins peur (je me suis forcée à refaire des exercices sur la faim retardée pour ne pas rester sur cette impression d'échec) ...

Comment faites vous pour la dégustation ?ça ne vous gêne pas d'avaler quelques chose qui n' plus de goût et qui ne ressemble plus qu'à une bouillie infâme ?? moi franchement j'arrive pas à m'y résoudre ... faut dire que je suis légèrement émétophobe et que ça me fait trop penser à ça ...

 

Merci à toutes pour votre participation, c'est fou ce que ça fait du bien de pouvoir parler de tout ça avec vous.

Totom.
Abonné

Je viens d'avoir la chance et le plasir, (pour ne pas dire l'honneur) d'un chat privé avec le D Apefeldorfer pendant une vingtaine de minutes car j'étaits toute seule : j'ai donc pu lui poser mes questions et voici ce que je retiens :

 

Concernant ma frustration par rapport à la satiété :

 

"Vous serez dans l'acceptation si vous décidez que c'est bien, ainsi que se finit un repas: un estomac pas plein, une incomplétude"

 

Concernant le plaisir gustatif :

Pour ce qui concerne le plaisir gustatif, cette fin du plaisir ne concerne que les aliments à haute densité calorique.

En fait, il existe 2 sortes de rassasiement: le rassasiement gustatif, qui est cette terminaison du plaisir en bouche. Et le rassasiement global, la fin de la faim, qui met plus longtemps à apparaître (20 mn)

 

MERCI ENCORE DOCTEUR !!!

izabelle
Animatrice forum

[quote=Totom]

le soucis c'est que, comme je l'explique , je peux dépasser ma satiété sans me sentir mal, bien au contraire, c'est là que je me sens le mieux ...car quand je suis à satiété, il reste un petit creux ... qui part plus ou moins facilement, voir pas du tout et je n'aime pas cette sensation : d'ou mes difficultées à m'arrêter de manger aussi ..

[/quote]

alors là bienvenue au club!

je confirme, moi aussi être absolument capable de nullement me sentir ballonnée, de digérer parfaitement, et me sentir "à l'aise"  en mangeant un peu trop à chaque repas

en effet, il y a le "ptit creux"  que j'ai eu du mal à supporter quand j'ai fait l'étape de la satiété

normalement le ptit creux, il part en 10 minutes un quart d'heure.... sinon c'est que tu n'as effectivement pas assez mangé

eh bien... pas grave, tu prends un petit truc en plus.....

quand je faisais l'étape de la satiété,  bon on va dire la 5ème fois que je l'ai fait   (pour dire que ça ne vient pas tout seul),  je visulisais  le "petit truc"  que je pourrais manger si j'avais faim avant le repas suivant

cela m'a beaucoup aidé à accepter cette sensation

cette sensation n'est pas confortable parce qu'elle correspond aussi au corps qui maigrit qui s'allège, et que maigrir est toujours, au plus profonde de notre inconscient, signe de danger  (bon ça c'est mon interprétation perso, hein...)

 

 

là où je veux te rassurer c'est que oui, c'est possible de ne plus avoir d'EME de fin de repas,  mais pour cela la dégustation est essentielle, se créer des bonnes conditions de repas

moi je suis devenue un vrai dictateur à la maison,   si on me cause de trucs qui fachent pendant le repas, je rouspète, ou au pire je me casse dans mon bureau pour manger tranquille.....

les maris étant toujours motivés pour qu'on soient minces, ils sont prêts à tout, même à nous laisser manger en paix   ;-)

 

aussi manger ce dont on a vraiment envie, se faire des repas de qualités

et.....  ne pas trop stresser, trop vouloir bien faire sur la satiété

 

c'est un peu paradoxal, mais pour que la satiété ça devienne automatique, il faut un peu lacher prise aussi....

et refaire certaines expériences

le rassasiement gustatif,  moi perso je ne l'ai JAMAIS senti sur ce que je mange au quotidien  car  je ne mange pas de choses très énergétiques que je n'aiment pas

si je mange des frites, oui je le sens, mais je n'aime pas les frites donc......

 

 

bref je finis ma prose en espérant t'avoir éclairée un petit peu......

dégustation......  repas de qualité dans le calme....   et zen......   devrait t'aider avec ces EME de fin de repas

izabelle
Animatrice forum

oups  je n'avais lu la réponse du docteur....

eh bien ça correspond bien à ce que je pensais,  en plus clair par contre!

Totom.
Abonné

Merci Izabelle, j'adore te lire sur tous les posts : j'adore ta sagesse et ton expèrience, ta façon de dire les choses ..bref c'est un plaisir d'avoir ton avis sur mon post aussi.

izabelle
Animatrice forum

mercilaugh

tu es super intéressante à lire toi aussi d'ailleurs

nana51.
Abonné

j'en suis à la découverte de la satiété et franchement je trouve cela vraiment compliqué, je pense que je mange normalement et du coup j'ai le sentiment de ne pas faire ce qu'il faut .

izabelle
Animatrice forum

manger normalement je ne sais pas ce que tu entends par là,  mais si ça veut dire que tu respectes déjà ta satiété lors des repas, alors oui, l'étape de la satiété ne sera pas forcément super utile

en fait, on finit par tous passer les étapes, dans un ordre différent, mais on les fait toutes et de certaines on a un gros besoin, d'autres moins, c'est normal, on  a tous un parcours et un vécu différent

qu'est-ce que tu appelles  "ne pas faire ce qu'il faut"

disnons que le principe, c'est que tu retires un bout de ton repas,   et que tu le manges plus tard, mais uniquement si tu as faim

c'est assez destabilisant, mais ce n'est qu'un exercice, et au bout du compte parfois on peut se rendre compte, si l'on a pas faim jusqu'au repas suivant, que les quantités que l'on mangeait étaient trop importantes pour nous

en tous cas, bon courage pour cette étape,  elle est très difficile, alors ne t'en fais pas, fais de ton mieux et surtout tache d'en tirer les leçons qui te seront utiles, à toi, dans ton propre cheminement

virdela.
Abonné

Bonjour, j'avais préparé un texte, qui peut s'ajouter à ce fil. Je vous laisse le dévouvrir et commentez si le coeur vous en dit.

MOI C'EST CA :

je pense que mon principal problème est la gourmandise. De temps en temps j’ai de vrai EME pour pallier à une contrariété ou un truc du genre, mais la plupart du temps, la seule émotion que j’identifie c’est jute « c’est bon ça j’en mangerai bien, et si possible une grosse quantité pour plus de plaisir »… Ce problème ne date pas d’aujourd’hui. Très petite mes parents m’ont raconté que je mangeai mes aliments préférés jusqu’à me faire vomir, et une fois le trop plein évacué je mangeai de nouveau… Effrayant ! Je ne m’en souviens pas car ça devait être quand j’avais 2 ans…  Mais je me souviens qu’enfant quand j’imaginais qu’une fée me proposait d’exhausser 3 voeux, l’un d’eux était toujours de vivre dans un monde ou je pourrais manger des glaces et des bonbons toute la journée sans conséquences…

J’ai grandi dans une famille de gros mangeurs amateurs de bonne chère. Ma mère est obèse. Chez nous pendant les repas familiaux on se goinfre. Donc on m’a toujours laissé mangé, je n’ai pas été tellement frustrée. Etant enfant, je n’avais pas n’ont plus de problème de poids.

J’ai commencé à prendre du poids à la puberté. Aujourd’hui je m’arrête principalement de manger car je sais par expérience que j’ai assez mangé, mais souvent je mangerai bien encore. Je n’arrive pas à trouver une origine à mon envie de trop manger des bonnes choses. J’ai vraiment l’impression d’être « juste » trop gourmande, et j’arrive à apprécier des bonnes choses même à la limite de l’écœurement…

Donc respecter ma satiété sereinement me semble très compliqué. Pour moi respecter ses sensations = faire des efforts de contrôle.

Je crois que LC peut m’aider un peu, mais je ne pense pas que cette équation puisse un jour être mise en défaut. (je n'en suis pas encore à l'étape de rassasiement, mais ce problème n'est pas apparu avec LC).

Bonne journée à vous

izabelle
Animatrice forum

hello virdela,

aimer la bonne chère c'est bien

mais respecter son corps aussi

moi ce que j'aime bien c'est pouvoir faire  :  les deux!!!!

 

pour l'instant cela peut te sembler du controle de respecter tes sensations, mais il faut te laisser le temps

car ton éducation ne t'a pas aidé à mettre les limites, les limites naturelles, celle de ton appétit

 

il faut quand même interroger cette envie que tu avais enfant de manger des glaces et des bonbons toute la journée

ça correspond vraiment à un mécanisme de fuite émotionnelle

ça peut être lié par exemple à une hypersensiblité et un besoin de se calmer tout le temps

ce ne sont pas forcément des grosses émotions que l'on calme en mangeant, c'st même bien plus souvent les petites que les grosses

 

il est temps que tu retrouves les limites de ton corps,  en le percevant mieux sans doute

je pense que l'étape du bodyscan va beaucoup t'aider en ce sens

mais la bonne nouvelle c'est que respecter les limites de son corps, ce n'est pas renoncer au plaisir gustatif

simplement le plaisir gustatif quand on a faim

ah oui : pas tout le temps

 

mais ça c'est le travail émotionnel :  pouvoir accepter que la vie ne soit pas "que" confort, qu'il y a des moments plus agréables que d'autres, mais que dans l'ensemble rien n'est insurmontable

 

bonne route à toi!!!

Haut de page 
X