Rester avec sa faim - 19052014

Alex17.
Abonné

Bonjour,

je me pose une petite question.

Hier soir gros repas, du coup je n'avais pas faim au petit déjeuner, je n'ai donc rien mangé. Mais maintenant je commence à avoir faim, et je ne vais pas manger avant 12h30.

Je sais que si je mange une collation, même petite, je n'aurais plus faim pour le diner. Et rester avec ma faim jusque là ne me dérange pas, mais alors pas du tout.

Je peux donc attendre 12h30 pour savourer mon repas, sans me forcer à manger un petit quelque chose, parce que la faim est là ?

Merci pour votre aide

Commentaires

izabelle
Animatrice forum

Hello Alex

bien sûr que tu peux attendre ton repas pour manger, surtout si ta faim est petit

si la faim est déjà assez grande à 10 et que tu manges à 12h30 (et que donc tu ne veux pas te couper l'appétit)  c'est quand même possible de faire une mini-collation qui va faire patienter la faim, l'urgence de la faim

moi dans ces cas là je mange une bouchée d'une barre protéinée ou qq petites tomates, ou encore un fruit si je peux

tu en prendras l'habitude peu à peu, de voir ce qui te coupe l'appétit ou non, de trouver les collations qui te permettent de réguler ton appétit sur les horaires sociaux

 

mais si tu préfères attendre, eh bien sans problème, tu peux attendre de manger

le tout est que ça ne soit pas trop inconfortable, car ensuite cela peut se répercuter sur ton comportement alimentaire

Alex17.
Abonné

Merci Izabelle pour ta réponse et ton aide :)

Bon après-midi

Alex17.
Abonné

Encore un petit problème qui pointe son nez....

Je me rends compte que j'ai tellement peur de ne pas avoir faim au prochain repas que je n'ose pas m'autoriser une collation, même si j'ai vraiment faim, en dehors des collations prévues.

Aujourd'hui, par exemple, j'ai pris mon petit déjeuner à 9h30, comme d'habitude, avec un yaourt dont j'avais réellement envie. A 10h30 j'avais déjà faim, et je n'ai pas osé manger une banane, dont j'avais envie, car je me réjouis de mon repas de ce midi, et donc peur de ne pas avoir faim lorsque ce sera l'heure de manger, qui sera aux alentours de 12h45.

Il y a un travail prévu dans le programme pour savoir comment doser les collations ? ça me panique un peu là...

 

Merci pour vos réponses :)

izabelle
Animatrice forum

il y a l'étape de l'appétit prévisionnel, mais il semble me souvenir que cela ne porte pas spécifiquement sur les collations, bien que ça participe bien sûr

mais tu n'y coupes pas d'un peu de tatonnement

si tu as envie d'une banane, mange de la banane, mais pas forcément une entière

moi ce que je fais, je mets ma conscience dans mon corps et je garde en tête que je dois avoir faim dans deux heures

je mange bouchée par bouchée et je reste attentive au moment où  "ça va", je ne suis plus sous tension

c'est vrai que pour ma part une banane entière me coupe l'appétit  2-3 h, alors qu'une pomme une heure, mais on peut manger seulement une partie de l'aliment

 

essaie d emanger une bouchée ou deux de l'aliment, a priori ça ne devrait pas te couper l'appétit

Alex17.
Abonné

Merci Izabelle pour ta réponse, je testerais ton conseil, mais pas facile de ne pas tout manger un aliment.

Pattie.
Ancien abonné

Non, ça n'est pas facile, mais il y a des étapes qui aident à voir comment c'est possible sans se priver et qui nous entraînent à le faire : le rassasiement gustatif, par exemple. Un excellent aliment est difficile à laisser, mais un aliment moyen dont on sait qu'il va redevenir bon dès que la faim sera revenue est plus facile à laisser (pas facile tout court, hein, mais plus facile).

En ce moment, je n'essaie pas : une crème dessert commencée est une crème dessert finie. Mais je fais durer dans le temps, j'observe les effets en bouche, je me familiarise avec l'idée de pouvoir le laisser, sans pouvoir encore le laisser. Pendant un moment, j'y suis arrivée, mais ça me réclamait parfois une action consciente d'auto-gendarmage. Je suis certaine que je peux y arriver sans ça.

Quand je regarde des enfants manger des bonbons et qu'il y en a une quantité impressionnante à disposition, il vient toujours un moment où ils s'en désintéressent, et sans se dire "Ca n'a plus de goût, j'arrête d'en manger". Ils s'en désintéressent, c'est tout. Parce qu'ils ont appris qu'il y aura toujours des bonbons, et à respecter leur plaisir dans l'instant. Moi, je l'ai désappris. Eux, ils mangent, et puis l'instant d'après, ils s'absorbent dans autre chose. Quand on leur repropose une tournée de bonbons, il arrive même qu'ils fassent une petite moue avec les lèvres, pas du dégoût mais presque. Si ce sont des gâteaux, ils laissent fréquemment un morceau, et ils viennent demander ce qu'ils peuvent en faire, avec sur le visage une expression qui laisse entendre que "le finir", n'est pas une réponse envisageable.

Ils y arrivent sans s'auto-gendarmer ni sans qu'on les gendarme. Donc on devrait y arriver aussi, un jour ou l'autre ! Il faut "juste" déconstruire tous les contrôles insensés qu'on a mis en place pour remplacer nos signaux sensoriels !

Alex17.
Abonné

Merci Pattie pour ta réponse, tout ceci est bien juste !

Je me souviens d'un jour où je discutais avec une collègue. Elle mangeait un croissant et a mis pas loin de 30 minutes pour le manger. Je me suis demandée comment elle faisait pour prendre tout ce temps, moi je l'aurais dévoré en 2 minutes. Parce qu'en temps normal je m'en serais privée.

Tout comme je fais des réserves des aliments dont j'ai peur de ne plus avoir, comme par exemple les fameux lapins en chocolat.

J'espère vraiment un jour avoir un rapport naturel avec la nourriture, mon plus grand souhait !

 

Bonne continuation à toi Pattie

Alex

Haut de page 
X