RPC, pas d'emotions mais pagaille de pensees "sans interet" - 26032012

Tyene.
Abonné

Bonjour tout le monde,

 

J'aimerai vous demander conseil sur ma pratique de la RPC.

Je n'ai jamais d'emotions qui me traversent a ce moment la (en regle generale je suis plutot optimiste, les emotions du style "je ne vais pas y arriver", "je suis trop grosse", "je n'aime pas ma silhouete" ne m'arrivent que quand j'y suis vraiment confrontees ex devant la glace d'une cabine d'essayage, apres avoir repris du dessert, etc.).

En revanche, j'ai tout un tas de pensees qui m'arrivent pendant la RPC mais qui ne sont pas du tout constructives mais liees a ma vie quotidienne : il faut que je pense a payer telle facture, je fais mes listes de courses, je pense au cadeau pour l'anniversaire d'une amie etc.

Du coup j'ai l'impression de passer completement a cote de l'exercice (un bon point quand meme est qu'il me detend completement), mais je n'apprends pas du tout a gerer mes emotions et des pensees liees a l'alimentation ou au poids ou a l'estime de soi puisque je n'ai pas du tout ce genre d'emotions ou de pensees.

Et comme mes pensees sont plutot neutres (aucun affectif lie a penser a payer la facture de telephone ou a hesiter entre un sac ou un collier pour l'anniversaire de mon amie) je n'apprends pas a les accepter, les considerer et m'en detacher.

 

Suis je la seule a qui ce phenomene arrive ?

Et si oui, qu'avez vous fait ?

Je me demande si je bloque inconsciement l'arrivee d'emotions ou si chez moi elles n'arrivent pas dans ce genre de situation... Pas ailleurs ca me fait penser a mes consultations chez un psy il y a 6 ans qui me demandais de lui dire ce qui me passait par la tete quoi que ca puisse etre, et le simple fait que je doive me concentrer dessus faisais que je ne pensais plus a rien du tout, alors que j'essayais vraiment d'avoir quelque chose a lui dire...

Commentaires

Rapha06.
Ancien abonné

Le silence en thérapie, fait partie de la thérapie.  Le silence ne veut pas dire qu'on a rien à dire à son psy. Au contraire. En fait, quand on n'a rien à lui dire, c'est qu'on pense que ce qui nous passe par la tête est insignifiant et on n'ose pas le dire. Mais si le psy nous demande "à quoi pensez-vous ?" et qu'on lui répond : "oh, à rien, juste à ..." Rien que le fait de penser à cette petite chose insignifiante au départ, peut mener à un problème sous-jacent, que le psy nous amène à percevoir.

Très enrichissant d'ailleurs. Et qui nous fait avancer. En général, ces séances sont très bénéfiques car quand in se lâche à dire tout se qui nous passe par la tête, il y a toujours un fil conducteur avec un problème important.

Le fait, que tu penses qu'à des futilités (comme tu le dis) ne veut pas dire que l'exercice ne fonctionne pas pour toi. Je n'ai pas non plus de grandes pensées lors de la RPC. Par exemple, le fait de penser à payer ta facture ou acheter le cadeau pour ton amie, c'est comme si tu étais toujours en train de penser au matériel afin de ne pas t'abandonner à tes émotions par exemple. Tu préfères faire barrage à ce qui pourrait traverser ton esprit par des pensées purement pratiques. C'est le début de la thérapie, de t'en rendre compte. Donc, l'exercice fonctionne bien pour toi aussi, parce que que tu te rends compte que tes pensées du moment sont faites de telle sorte que tu ne t'abandonnes pas à faire travailler ton sub-conscient. Pour le moment, tu verrouilles ta conscience. Mais pour combien de temps ? A toi de nous le dire.

J'espère que je me suis faite comprendre. Est-ce clair ?

En fait, je ne pense pas qu'il faille se concentrer sur l'exercice, juste sur la respiration. Et les pensées arrivent par la détente.

Bien à toi.

Rapha

lore.
Abonné

rassure toi Tyene, ça n'arrive pas qu'à toi

apparemment, tu as plein de choses à faire et donc à penser pour le quotidien, peut-être que c'est ta priorité et du coup le reste peut bien attendre car il risquerait de désorganiser tout ça, la preuve c'est que ça te détend quand tu as fait le tour de tout ce que tu avais à faire ; il y a peut-être bien un peu de résistance (c'est ton dernier paragraphe qui me fait penser ça : si le psy t'invite à dire ce qui te passe par la tête -tiens ça serait pas de la psychanalyse, ça ?- alors c'est le vide. Quand tu te prépares pour la prc, tu attends des émotions et rien.

Peut-être que ça vaudrait le coup de te dire : je vais faire ma rpc et donc ma liste de choses à faire, (et tu l'écris pour en être débarrassée) après ça, je me refais une rpc. Et là tu verras bien, peut-être qu'il y aura une autre liste qui se présentera à ton esprit , c'est une idée comme ça

Tyene.
Abonné

Rapha,

 

Merci mille fois pour ta reponse si rapide et si complete.

Elle me rassure vraiment; a vouloir tout bien faire tout de suite j'en oublie d'attendre pour voir une evolution.

Le jour ou mes emotions viendront participer a mes seances de RPC je penserai a toi :-) , en attendant je vais continuer a me concentrer sur ma respiration, le reste suivra en son temps!

Bonne fin d'apres midi a toi!

 

 

Rapha06.
Ancien abonné

Contente d'avoir pu t'aider un peu à y voir plus clair dans le décodage de l'exercice ou du fonctionnement de la pensée. N'hésite pas à me demander. De longues années de thérapie qui me permettent d'aider si besoin. Bonne RPC alors.

Tyene.
Abonné

"Peut-être que ça vaudrait le coup de te dire : je vais faire ma rpc et donc ma liste de choses à faire, (et tu l'écris pour en être débarrassée) après ça, je me refais une rpc. Et là tu verras bien, peut-être qu'il y aura une autre liste qui se présentera à ton esprit , c'est une idée comme ça"

Tres bonne idee Lore, je pense que je vais tenter un de ces jours !

Merci pour ta reponse !

lulau8.
Abonné

Je me retrouve parfaitement dans ce que tu décris ! 

Mais je n'ai pas encore trouvé de "solution" et j'ai un peu l'impression de faire du sur place avec ma RPC, alors que je crois que ce sera la clé de mon rapport avec la nourriture quand j'y arriverai ! 

 

Du coup je vais aussi essayer de mettre en pratique les astuces qui te sont/seront données ! 

 

bambou.
Abonné

Je suis comme toi Tyène. Ce sont les choses "à faire" de mon quotidien qui me viennent en pensée.

Je ne suis pas sûre que ces exercices sont faits pour essayer de nous psychanalyser et d'essayer de nous trouver de grosses choses qui ne vont pas, mais juste prendre conscience que nous sommes submergés de pensées qui vagabondent, de faire la part des choses entre le mental et soi et de s'ancrer dans le moment présent et d'être, en pleine conscience. Si d'autres émotions remontent, tant mieux (ou pas) moi je ne vois pas ça comme une finalité je n'attend rien de ce côté là. On verra bien. Je prends ce qui arrive.

A part en effet coucher ce qu'il y a à faire sur des listes pour me dégager le mental je n'ai pas non plus trouvé d'autres solutions pour l'heure. Si tu en trouves je suis preneuse !

 

 

Constance.
Abonné

Je suis aussi assaillie d'une foule de pensées durant mes RPC. A mon avis, elles sont là pour amortir le choc de mes émotions (je sais très bien m'anesthésier...) mais il y a une différence entre "pensée" et "émotion" : tu peux être traversée par mille pensées et avoir "en-dessous" une ou deux émotions.

Par exemple, tu peux te sentir stressée sans vraiment t'en rendre compte, ou bien irritée ou bien angoissée par toutes ces choses à faire... 

Moi je détecte les émotions sous-jacentes quand je sens que ma nuque est raidie, ou que mes épaules sont tendues. Ce n'est pas facile... 

Bon courage en  tout cas !

izabelle
Animatrice forum

Bonjour Tyene

c'est tout à fait normal d'avoir des pensées quotidiennes lorsqu'on fait la rpc

moi je n'ai preque que ça également

c'est justement tout l'intérêt.....  de prendre conscience de ce remue-ménage incessant dans notre tête, que l'on peut appeler le mode "faire"

et quand on se pose, justement, c'est tout ce qu'on doit faire qui nous revient en tête, on a peur d'oublier, on le rumine à n'en plus finir

 

c'est justement l'occasion de faire le travail le plus important à mon sens : prendre conscience de cela, l'observer, voir les préoccupations "faire" nous arriver puis repartir quand on se recentre sur sa respiration

c'est très bénéfique et c'est tout à fait ça, la pleine conscience

 

et quand on a cette habitude, cette conscience, cela nous permet de pouvoir avoir conscience d'autres choses, à d'autres moments, par exemple les émotions négatives liées au poids ou autre....

 

donc continue... observe ces pensées qui viennent, revient à ta respiration, la suivante vient, tu te remets sur ta respiration.....

c'est très très utile.... du moins pour ma part, cela m'a permis de ne plus avoir besoin de manger, le soir, pour décompresser de cette pensée qui n'arrête pas de "penser", penser à "faire", etc.

Tyene.
Abonné

Merci a toutes pour vos reponses !

Elles m'ont deja permis de me rassurer, la pratique reguliere de la RCP me permettra de trouver un rythme de croisiere pour laisser venir a moi mes emotions et ne plus les cacher derriere la prochaine liste de courses :-) !

Haut de page 
X