sauter un repas semble impossible - 09062013

isaelle.
Inscrit

Bonjour  à tous,

 

Je voudrais savoir si  il est possible pour vous de sauter un repas.

Psychologiquement il est difficile pour moi de sauter le repas du midi et surtout celui du soir meme si j'ai pas du tout  faim.

Ma vie est rythmé sur mes repas autant le petit déjeuner cela ne me pose aucun probléme mais le reste des repas me semble sur humain pour moi.

L'autre jour j'ai réussit pour un repas du soir parceque j'avais mal au ventre d'avoir trop mangé et j'étais fatigué du coup je suis allée dormir.

J'étais ravie le lendemain matin de sentir ma faim mais je voudrais reproduire plus souvent cet exercice.ESt cela semble difficile.

La question que faire si on mange pas a ses moments clés de la journée pour rythmer notre journée.

Avez vous des expériences a partager ?

merci

Commentaires

AMRITA.
Abonné

Isaelle je suis dans le même cas que toi. Impossible sinon je deviens dingo

Je le tente parfois un soir en semaine car j'ai un cours de 20 h à 22 h mais bien souvent au mieux je prends une collation vers 18 h, une soupe par exemple et après je suis occupée et puis à 22 h et bien je n'ai plus faim bien souvent.

Le midi c'est exclu, j'ai vraiment trop faim, sinon je défaille.

Alors je n'ai vraiemnt bien fait cet exercice mais qu'importe

Alwena.
Abonné

Gros problème oui et non, je l'ai minimisé une fois rétabli l'équilibre sans ce protocole ; je peux sauter le goûter et le dîner, mais pas de façon systématique, le déjeuner  est exclu ainsi que le petit déjeuner. Si les réactions sont très négatives physiquement penser-vous que ce soit sage de poursuivre à répétition, cela reste ma question sans réponse...Certaines s'en touvent bien par contre.

Bon dimanche!wink

Laureline.
Abonné

Bonjour Isaelle,

Bravo pour ta dernière expérience, il semble que cela te soit possible de temps en temps de sauter un repas !

Je trouve que mois après mois, ça devient un peu moins difficile... Il s'agit peut-être de faire confiance au temps, à l'idées que des petits ruisseaux vont faire de grandes rivières :-).

Il y a quatre mois, jamais je ne sautais de repas, pourtant je mangeais beaucoup plus qu'aujourd'hui. Pouvoir faire une pause après une grosse EME, c'est une sacrée avancée. Pour l'instant si je le fais c'est un peu comme toi : quand j'ai mangé vraiment beaucoup beaucoup au goûter par exemple, je peux sauter le dîner (ou prendre juste un fruit). Ca me permet de retrouver mes sensations de faim le lendemain, et d'être rassurée sur le fait que mon excès ne va pas me faire regrossir. Je l'ai pas mal fait au mois de mai, où j'ai eu deux ou trois semaines avec des EME en rentrant du travail. Ca a permis que je ne prenne pas de poids. Sauter le petit déj, idem, si je n'ai pas faim cela devient possible. Sauter le déjeuner... là... pas pensable pour l'instant, mais c'est vraiment très rare que je n'aie pas faim le midi.

En fait, cette idée qu'attendre le retour de sa faim après un excès protège de la reprise de poids, est un énorme point d'ancrage pour moi. C'est pour l'instant l'élément le plus fort dans ce programme, qui m'a aidée à traverser quelques semaines de tourmente alimentaire. Attendre ma faim, c'est comme une petite révolution dans mon rapport à l'alimentation, qui va changer des choses pour toute ma vie. C'est tellement fort, génial, libérateur, que je veux bien que ça prenne du temps pour faire tous ses effets, et pour que les peurs qui sont liées à tout ça puissent "s'assouplir" (je n'ai pas trouvé d'autre mot !).

C'est sûr, je préfère avoir un rythme régulier ! et manger à mes "moments clefs" comme tu dis. Je commence à les avoir identifiés : j'ai besoin de quatre repas par jour, dont un goûter, souvent sucré. Je n'ai probablement pas encore trouvé les quantités les plus appropriées, puisque je ne perds pas de poids en ce moment.

Et que faire quand on ne peut pas suivre ses moments clefs ? Certains jour au travail, ou en famille par exemple ? Ben là, je ne sais pas pour l'instant... Qu'est-ce qui fait que tu ne peux pas manger à tes moments clefs ? les EME ?

Les autres LCnautes ont peut-être trouvé des trucs ?

Bonne journée

Laureline

Noelle
Marraine

Bonjour

 

Je n'ai jamais eu de problème a sauter le repas de midi, mais à l'époque pré historique d'avant LC,  j'imaginais impossible de sauter le petit dejeuner

en periode de grand stress, avant de faire cours quand j'etais prof, je ne pouvais pas manger, et il me fallait au moins deux heures après pour de stresser et commencer a retrouver la faim

mais je bloquais sur le petit dej

j'ai eté très etonnée de voir que , en fait, je n'avais pas faim au petit dej quand je me suis lancée dans l'experience

par contre , ne pas diner, c'est rare, je connais bien les eme de fin de journée, bien qu'elles soient moins fréquentes

peut etre pouvez vous considerer qu'il s'agit juste d'expérimentations, et avoir toujours une collation à portée de main, pour de dramatiser la peur d'avoir faim, ou des eme sournoises qui apparaissent dans des moments de ce type!!

Bon dimanche

 

 

Minoque.
Ancien abonné

Bonjour !

Moi je ne vois aucune obligation rigide derrière les exercices, l'important c'est plutôt de saisir l'esprit de l'exo (en gros c'est pas Kho lanta, il n'est pas question d'instaurer le saut du repas comme règle de vie:-).. Ainsi l'objectif c'est d'apprendre à se connaitre et ne pas rester sur des à prioris. Bref, on a pas toutes besoin de sauter un ou deux repas pour connaitre une grande faim, justement à nous d'écouter nos sensations, à nous de nous découvrir... Gardons en tête que ce ne sont que des exos pour soi, pas des tortures ;-), gardons en tête l'esprit de cette méthode.

Bon dimanche aussi à toutes !

liegama.
Ancien abonné

Pas facile de renoncer à ses habitudes. Ce qui pourrait être intéressant pour toi c'est de te demander ce dont tu as peur en sautant un repas (quand tu n'as pas faim j'entends). Tu seras peut être étonnée de ce que tu découvriras. 

Pour ma part j'ai toujours adoré les pdj, c'était mon moment préféré de la journée et c'était difficile de sauter le pdj quand j'ai constaté que je n'avais pas faim. Le programme m'a montré que j'avais à faire des choix, si je veux avoir faim au pdj alors je mange léger ou pas du tout le soir surtout si je n'ai pas faim. Mais comme j'avais souvent des EME le soir j'avais jamais faim le matin. 

La journée est rythmée par ces repas mais c'est une habitude. Si on est en société, il n'est pas facile de modifier cela mais j'ai réussi à plusieurs reprise à me retrouver au restaurant avec des gens que je connaissais plus ou moins ou des amis et ne boire qu'une tisane en les regardant manger car je n'avais pas faim. Pour moi c'était une révolution et surtout une liberté suprême. Le plus dur étant de dépasser l'idée que l'on se fait à l'avance de ce que les gens vont penser de nous si nous ne mangeons pas en même temps qu'eux. 

Aujourd'hui je suis heureuse de me sentir plus libre vis à vis de mon mari également. J'ai remarqué que nous organisions nos repas pour l'aspect convivial surtout. Donc maintenant quand je n'ai pas faim je m'asseois avec lui et je l'accompagne, on discute et finalement c'est bien mieux quand on a des discussions difficiles qui me donnaient des EME avant. Et je m'autorise à manger seule quand j'ai ma bonne faim et je profites bien plus car il m'est plus facile de me concentrer sur ce que je mange quand je suis seule. 

Donc encore une fois, demandes-toi pourquoi est-ce difficile? qu'est-ce que tu as peur de manquer en sautant un repas? ou est-ce que tu as peur de ce que les autres vont penser de toi? ou que tu ai trop faim plus tard? 

Haut de page 
X