Vous avez une EME venez partager - 04122012

mamanzap.
Abonné

je voulais créer un petit coin tranquile ou nous pourrions nous retrouver quand une EME nous summerge!!

Je me sent si seule quand cela m'arrive et ça ne fait qu'accroitre la chose.

Je vous attend !!

Commentaires

-Bibi.
Abonné
Bonne initiative mamanzap! J'en ai pas eu (enfin la journée n'est pas finie) mais je saurai où venir si malheureusement ça j'arrivais!!! Merci... Et certainement à très vite
lola1237.
Abonné

excellente idee ce post. malheureusement je ne l'ai pas decouvert a temps et je viens de faire une enorme eme. je suis degoutee, d'autant pus qu elle ne m'a meme pas reconfortee. je n'ai qu'une envie maintenant me coucher pour ne plus penser mais il me reste tant de choses a faire avant.... bon courage a vous toutes.

lola1237.
Abonné

excellente idee ce post. malheureusement je ne l'ai pas decouvert a temps et je viens de faire une enorme eme. je suis degoutee, d'autant pus qu elle ne m'a meme pas reconfortee. je n'ai qu'une envie maintenant me coucher pour ne plus penser mais il me reste tant de choses a faire avant.... bon courage a vous toutes.

mamanzap.
Abonné

c'est la première fois que cela m'arrive une EME la nuit ,je ne dort que 2H et quand je me réveille summergée par des émotions et des sentations tres desagréables donc re EME et là RPC  vaines donc jene fais que manger!!

motivée.
Inscrit

Salut,

Je viens de lire ton message. C'est marrant, je ressent exactement la même chose quand je viens de me ruer sur de la nourriture et que je n'ai qu'une envie, m'isoler et attendre de pouvoir prendre un nouveau départ...

Moi je trouve difficile de reconnaître exactement les émotions qui me font manger, c'est tellement confus parfois que même de la joie peut me pousser à manger par légèreté ou provocation à un diktat qui veut que tel ou tel aliment m'est interdit vu mes bourrelets!!!

lola1237.
Abonné

coucou, laisse toi un peu de temps tu vas te reprendre. bon courage.

mistigri.
Abonné

J'ai découvert qu'un des sentiments auxquels je suis pour le moment incapable de résister....c'est la culpabilité. S'il s'avère que par exemple j'ai déçu quelqu'un que j'estime, que je n'en ai pas eu conscience et que tout d'un coup le "quelqu'un" m'exprime plus ou moins adroitement des reproches, je n'essaie même pas de discuter, je voudrais passer dans un trou de souris, et là, la RPC ne sert à rien! Je mange, je mange, et bien entendu, sans satisfaction!

Après quelques jours, je commence à me trouver des circonstances atténuantes et je me sens mieux et là, je peux refaire de la RPC et gérer un peu mieux mes EME, penser à d'autres choses de la vie, plus positives.... Peut-être avec le temps, réussirai-je à m'exprimer et à discuter avec la personne que j'ai déçue....

izabelle
Animatrice forum

Mistigri, la RPC ne sert à rien parce qu'elle ne peut pas servir à t'enlever la culpabilité, simplement à en avoir conscience

ce qui pourrait t'aider à ce moment là c'est surtout de prendre conscience de façon très nette de cette histoire qui se réactive dans ta tête, par exemple des pensées automatiques, ou l'idée simplement que  "si je fais des bêtises, on ne va plus m'aimer", ces pensées, ces impressions qui te sont tellement intolérables que cela te donne le réflexe de manger pour éviter tout cela....
Pour pouvoir accueillir cet état désagréable sans sauter directement à la case EME, je te conseille de le considérer comme un film, ou une histoire.
Moi j'imagine une affiche, avec un gros titre dessus bien mélodramatique :    "la coupable"   ou  "l'ennemi public n°1"  ou encore  "la super-incompétente"

puis  que le rôle est joué par une actrice célèbre, etc....

pour mon expérience, ça permet vraiment de prendre de la distance avec la chose, et ainsi de pouvoir le supporter tout à fait consciemment

à partir de ce moment-là il n'y a plus d'EME car elle n'a plus de fonction, on n'a pas à lutter, on a simplement pas envie de manger

c'est surtout à l'intérieur que ça se joue

Essaie la prochaine fois et dis-moi ce qu'il en est....

mistigri.
Abonné

Merci, Isabelle, la prochaine fois, j'essaierai cette technique pour me distancier de cet affreux sentiment de culpabilité, encore plus nocif chez moi que la tristesse.

Tu m'avais une fois donné un conseil pour la tristesse : imaginer que je suis transparente et que la tristesse passe à travers moi, sans s'installer en moi....J'ai essayé avec plus ou moins de succès....puis avec le temps, la tristesse a fini par s'estomper un peu.

Je voulais aussi dire à Maman Zap que malgré tout, j'ai beaucoup moins d'EME depuis mon inscription à LC, fin Juillet 2012 et j'apprécie beaucoup d'en avoir moins.

izabelle
Animatrice forum

ben oui, j'avais oublié le coup de la transparence, ça marche bien pour les émotions comme la peur, la colère, la tristesse

par contre pour les pensées et les ressentis négatifs liés aux pensées, je préfère maintenant la défusion....     ça se raffine dans la pratiquelaugh    

 

En ce moment même, j'ai une EME   car mon mari voulait que je suspende toutes mes activités et mon programme pour aller lui chercher ses médocs à la pharmacie, et j'ai dit : non, j'irais demain.... (je passe à côté demain)

franchement, j'ai envie de fondre dans la tablette de pralinoise....

 

alors j'essaie de prendre de la distance avec cette idée   "je dois être utile aux autres pour gagner ma place en ce monde"

dur-dur.....     d'ailleurs ma mère a illustré cette idée toute sa vie, comme quoi je dois l'avoir assimilée...

 

là je m'imagine en tête d'affiche dans un film qui s'appellerait  : "la sauveuse du monde" (c'est encore plus efficace quand c'est un peu risible)

avec le sous-titre : "si elle ne remplit pas sa mission, il se pourrait bien qu'elle erre dans l'espace, seule à jamais...."

ensuite j'imagine que Stallone reprend le "rôle" dans un remake qui s'intitulerait   :   "il re-sauve le monde, rien ne sera plus possible sans lui"

 

Je dois dire que cela a été plutôt efficace, pour l'instant la pralinoise ne m'appelle plus du fond de son tiroir, je peux retourner à mon travail.....

Mandala.
Abonné

 

J'ai une EME d'ennui. Je suis dans mon bureau, seule. J'ai du travail, mais pas du tout envie de le faire. Je pourrais rentrer chez moi, mais je m'ennuierais tout autant. J'ai mal à la tête à force de glander sur internet.

 

Alors j'ai envie de me mettre du chocolat dans la bouche, que ça fonde, que ça soit gras, et que ce soit sucré, que ce soit bon. Que je m'oublie dans le chocolat. Arrêter de penser, arrêter de m'ennuyer.

 

Et pourtant, je ne pense pas que je vais manger. Parce que mon cerveau est en train d'apprendre que si je mangeais, ça ne me soulagerait pas. Ce ne serait même pas vraiment plaisant, en fait.

 

Alors je vais essayer de vivre pleinement cet ennui, et de trouver une autre réponse que de manger. Et l'EME va passer, ça c'est sûr à 100%.

 

Et quand elle sera passée, cette expérience me fera un nouveau souvenir de comment j'ai pu gérer un sentiment désagréable, et qu'il a fini par disparaître… 

 

Je suis en train d'apprendre et de changer, et ça c'est positif :-)

 

Mandala

Lullabycrazy.
Ancien abonné

Je viens aussi d'avoir une EME.

Aujourd'hui, je n'ai pas pu manger ce midi (organisation du boulot pourrie -__- ) mais comme 2-3 chocolats traînaient, j'ai pu calmer ma faim. Apéro prévu le soir (remise de cadeaux entre collègues \o/ ) donc j'ai tenu bon, pas de précipitation sur le distributeur de cochonneries.

J'ai pas mal mangé lors de l'apéro, et un peu bu, alors au moment de rentrer, pas faim.

Et pourtant, une envie de passer au McDo sur le chemin et de me goinfrer de 2-3 burgers bien chauds, "foutu pour foutu"...

Et là, RPC de 3 minutes, pour analyser. Et j'ai surmonté. Mon corps n'avait pas besoin de plus, et je l'ai écouté, mon fidèle compagnon de souffrance..

Première fois que je surmonte cette envie violente de manger sans faim, et que la RPC m'aide vraiment. Il est vrai que sans émotion négative, j'ai énormément de mal à tenir une séance de RPC. Comme quoi, il est important de l'avoir sous la main, cette RPC ^^

-Bibi.
Abonné
Je viens d'avoir une EME . La journée à mal commencée. Depuis que je me suis levée j'avais envie de manger. J'ai tenu bon toute la journée en faisant tout ce qui était possible de faire pour penser à autre chose. Mais j'ai pas tenu. Le chocolat qui était dans le frigo a finit dans mon estomac. J'ai troqué un sentiment d'envie contre un sentiment de culpabilité.
Mandala.
Abonné

 

@ Bibi ne culpabilise pas, déjà tu dis que tu as tenu bon toute la journée, c'est déjà une victoire !  Il y a surement quelque chose à apprendre de cette expérience. Bienveillance, bienveillance !

 

Pour ma part, être rentrée chez moi, avoir fait 10 minutes de jogging, j'ai fini par manger aussi du chocolat. Cette fois l'EME était trop forte ! Mais bon, ça aurait pu être pire. Et je me dis que je vais me réguler dans les jours qui viennent… Donc je considère que j'ai bien géré cette EME, malgré tout.

 

Courage à tous et toutes !

Mandala

nath1810.
Abonné
Bonjour a toute, Je la sentais venir depuis quelques jours cette eme et la paffe hier en faisant le repassage je me suis mange je ne sais combien de cookies pas la boites mais quand memecpas mal, et la c est dur car la rpc la je ne sais pas l utiliser et je refuse au plus profond de moi de l utiliser dans ces moments la, et je pense savoir pourquou elle est arrive, inconciemment j en veux beaucoup a mon père sur plein de choses et quand j en reparle avec quelqu un je me jette apres sur la nourriture pour me reconforter quel horreur cette situation. Et dire que je revois tt le monde dans quelques jours vivement la fin des fetes!! Désolé de casser l ambiance
viviette.
Abonné

Bonjour,

Que vous dirais-je? Qu'avec LC le chocolat n'est plus un aliment tabou, ni un interdit. Que l'on peut en manger. Mais si tel est le cas, mieux vaut le manger avec dégustation, en pratiquant l'EME-zen (attitude,lol), si vous en êtes arrivées là, dans votre programme. Vous vous donnerz un moment de plaisir réconfortant, sans avaler toute la tablette et sans culpabilité.

Essayer, c'est l'adopter!

Allez courage, vous allez y arriver.

nath1810.
Abonné
Il va falloir que je parte aux combats de mes Eme pendant cette periode, merci pour tes encouragements
Mag13.
Abonné

Bonjour à tous,

je viens également me joindre à vous, me confier et essayer trouver un peu de réconfort en écrivant, au lieu d'en rechercher en mengeant frown.

J'essaye de pratiquer l'EME-zen ,la RPC, mais dur dur en ce moment. Le EME me submergent quotidiennement, et comme je travaille à mi-temps, j'ai la moitié de la semaine libre, je dirais même... vide. Alors ces derniers temps, je dévalise le frigo du matin au soir, et je n'arrive plus à stopper cela !

Je sais que mes EME sont dûes à mes émotions et mes pensées négatives, mon jugement sur moi-même et mes choix de vie que je n'assume et ne vis pas très bien depuis quelques temps. Un peu comme Izabelle, je me raconte des histoires dans lesquelles je me vois ayant raté ma vocation, celle d'aider les autres en bonne sauveuse du monde angle,  et je me retrouve finallement dans un job que je n'aime pas, et loin de la famille et des amis.

Mais je me sens comme paralysée par un changement : d'un côté j'ai envie de tout plaquer, quitter le job que je n'aime pas, voir quitter le pays, mon mec... tout, je crois que j'imagine que ça me soulagerait, que j'aurais enfin l'impression de respirer et d'être libérée, tout en sachant que ce n'est nullement une solution, mais juste une fuite en avant. De l'autre côté, impossible de bouger, d'essayer de changer certaines choses, ça me semble tellement insurmontable que....je mange pour ne plus y penser!

Alors j'enchaine les EME, pas moyen de les stopper. Je rempli le vide laissé par mes regrets.

Je pense qu'on est tous/te passé(e) peut-être par là, chacun(e) à sa façon. Parfois on "tombe" dans nos EME juste pour fuir une réalité qui ne nous convient pas, nous déprime, nous angoisse, parfois parcequ'on s'imagine que le bonheur est ailleurs (ou la vérité, mon cher mulder!!). 

Que dire d'autre, Mamanzap, si ce n'est que je te comprend tellement quand tu dis te sentir si seule quand les EME arrivent.

Mais je reste persuadée qu'on peu en venir à bout. Qu'on peut "changer l'histoire" qu'on se raconte, que finalement, c'est une question de temps et de persévérance.

Merci pour ce forum où l'on peut écrire nos ressentis dans ces moment difficiles, ça soulage déjà d'en parler :)

Bonne continuation à tous et toutes.

Bliss.
Abonné

Je viens de "chopper" une belle EME de fin de repas, celles difficiles à détecter pour moi.

Matinée d'énervement interne personnel puisque j'ai appris que le jour de noël ou je travailles outre les soins prodigués (ok pour moi) je vais faire du ménage!!!!!!!!!!! ( pas ok pour moi) cette colère m'a dévorée tout le matin.

A midi très très faim, je fais encore quelques courses de noël. je me prends des sushis dont je rafole. A la maison je mange un peu trop vite mes sushis et sans m'en rendre compte j'accompagne mon café de 1 puis 2 puis 3 chocolats.........OUILLLLEE je suis en train de noyer ma colère!

Bon voilà. pas grave, quelques chocolats bien bons dailleurs piqués dans la boîte de mon fils. Je vais respirer, faire tout ce qui me fait du bien et retourner plus tard au travail en espérant que mes mots ne dépasseront pas ma pensée...........

La faim me protège, à moi d'attendre la faim sereinement.

Mandala.
Abonné

 

Bonjour à tous,

 

On dirait bien qu'il y a une épidémie d'EME en ce moment !!

 

@ Mag13

Tu dis : Mais je me sens comme paralysée par un changement : d'un côté j'ai envie de tout plaquer, quitter le job que je n'aime pas, voir quitter le pays, mon mec... tout, je crois que j'imagine que ça me soulagerait, que j'aurais enfin l'impression de respirer et d'être libérée, tout en sachant que ce n'est nullement une solution, mais juste une fuite en avant. De l'autre côté, impossible de bouger, d'essayer de changer certaines choses, ça me semble tellement insurmontable que....je mange pour ne plus y penser!

Parfois, pas besoin de changements radicaux. De simples ajustements peuvent améliorer la situation. Pourquoi ne pas changer seulement de boulot (ou certains aspects de ton boulot) dans un premier temps, par exemple ?

 

Tu dis : Mais je reste persuadée qu'on peu en venir à bout. Qu'on peut "changer l'histoire" qu'on se raconte, que finalement, c'est une question de temps et de persévérance.

Bien d'accord avec toi ! Je pense qu'on a tous les outils à disposition ici. Il faut laisser le cerveau faire son petit apprentissage.

 

Tu cites Mulder… Ce me fait rire, c'est ma série préférée. Je suis fan de Dana Scully, pour ma part ! Une grande source d'inspiration pour moi quand j'était ado, ce personnage.

 

@ Bliss : les "rechutes" font partie de l'apprentissage… Bon courage pour retrouver la sérénité !

 

C'est vrai que d'échanger sur ce forum, ça m'aide beaucoup personnellement.

 

Bonnes Fêtes à tous 

Mandala

maggy.
Abonné

C'est mon tour.. jolie petite EME au boulot.. Aucune raison identifiée.. j'avais juste des M&Ms dans mon tiroir, et c'était impossible de résister. Je ne comprends/réussis pas la RPC, elle ne m'aide pas vraiment. Et mon cerveau s'était mis en standby, pour ne surtout pas écouter mon ventre qui disait "non merci, non merci, non merci".

 

Je ne comprends pas ce qui se passe quand je fais ça. Je suis en pilote automatique, je ne maitrise pas mes gestes, et quand j'entends la petite voix qui dit "stop", il y a une autre petite voix qui dit "j't'emm***!!!!".

Est-ce que vous connaissez ça? Je n'éprouve pas d'émotion particulière, et pourtant, je pars en live. Pourquoi?.. 

Quand je subis ces EME, je me revois adolescente, en train de fouiller les placards de la cuisine, quand ma mère était sortie, pour trouver coute que coute un truc à bouffer. Je me suis trouvée une fois à manger du pâté à la petite cuillère, parce que c'était tout ce qu'il restait. 

Mais aujourd'hui, plus personne ne contrôle ma façon de me nourrir, plus personne ne me dit "attention à tes bourrelets"... mon mari aime mon corps comme il est. Pourquoi ai-je ce besoin de provoquer quelqu'un qui n'existe qu'en moi? Je me rebelle en me faisant du mal. Je sais que j'ai une espèce de coloère contre mes parents, pas tout à fait réglée. Mais j'y travaille... et c'est vraiment désespérant de voir que ce que je ne règle pas dans ma tête ou dans mon coeur me pousse à me faire du mal, en mangeant quand je n'ai pas faim, en dégradant l'image que j'ai de moi.

grrr... ça me remet encore plus en colère!!

 

Bliss, j'espère que ça va aller au boulot et que tu trouveras la bonne attitude.. courage.

Mag13.
Abonné

Salut Maggy,

je vois tout à fait de quoi tu parle quand tu dis passer en "pilote automatique".

Finalement il me semble que c'est une stratégie pour éviter de penser , enfin pour moi c'est cela, à certains soucis du moment, à ce qui nous préoccupe: manger pour ne plus penser, faire autre chose pour ne pas se concentrer sur les réalités du moment. Et même si ces EME ne répondent pas à une situation/émotion immédiate, peut-être que cela peut être sous-jacent, latent...?

En ce moment mes EME portent sur mes choix de vie, mais l'origine est peut-être plus profonde, cette constante remise en question de ce que je fais ou ne FAIS PAS justement, prend peut-être sa source dans un probleme d'estime de moi (je commence imparfait, libre et heureux et en 30 pages j'ai déjà pu réaliser que des dizaines de situations décrites me correspondent tout à fait, c'est flippant mais ça éclaircie les choses!).

Pour toi, cette situation adolescente a surement un impact sur ta conception actuelle des choses, ta vision de toi-même.

Comme tu l'as dit, on ne provoque, lors de ces EME, plus qu' une partie de soi maintenant... ou alors est-ce"tous les autres" ??

En se disant à ce moment là "voyez, je vous em*** vous et vos obssession de la minceur et de la performances, et je mange quand même" .

Une révolte en somme. Envers et contre tous; mais au final surtout contre nous-même. Et ce n'est pas bon de partir en guerre contre soi-même, ça ne mène qu'à l'auto-destruction, alors qu'il faut être bienveillante.

Lorsque je mange sans émotions particulières, c'est aussi pour combler un vide en moi. L'emotion n'est donc pas forcément présente à ce moment là; mais l'origine prend bien sa source dans cette sensationde vacuité de mon existence. Pour toi, il semble que ce soit la colère, les situations encore non réglées, les non-dits qui nous rongent de l'intérieur.

Je te propose qu'on fasse quelque-chose si ça te dis: quand cela nous arrive, posons nous, et posons par écrit ce qui se passe en nous --> pourquoi je mange ? est-ce à cause d'une émotions? est-ce pour éviter une pensée, une situation? peut-être que la RPC ne fonctionne pas encore pour nous (mais ne désepérons pas d'y arriver!!) , et qu'écrire les ressentis les rendrai plus "réels" et les avoir devant les yeux nous permettrai de mieux comprendre, d'y voir plus clair ? Puis, quand on a mis les mots sur ce qui nous "remue" et nous fait manger, essayer d'imaginer ce qui pourrait l'apaiser, ce qui pourrait nous permettre de faire changer la situation: toutes les possibilités, même les plus loufoques, et réfléchir à celle qu'on peut mettre en oeuvre maintenant.

Cela pourrait peut-être t'aider dans ta quête de résolution de cette colère envers tes parents, et pourquoi pas crever les abcès ?

Ce sont des pistes, ça ne résout pas tout mais peut faire avancer un peu.

En tout cas soit sûr que ce mode "automatique" et" je m'en fous de tout, je mange", ca me ronge aussi, surtout quand les chose s'apaise un peu et que je constate les dégats ensuite....

Aller, courage et bienveillance,

a bientot à tous.

izabelle
Animatrice forum

c'est vrai que la prise de conscience est fondamentale

si je peux vous apporter mon expérience, j'ai remarqué une grande différence pour les ressentis liés à des pensées, des histoires,des jugements, des souvenirs    et les émotions comme la colère, la peur, l'angoisse, etc....   qui ne sont pas vraiment liés à des pensées mais avec des sensations physiques intenses

pour les premiers, notamment, ces ressentis tels que le rejet, l'abandon, l'échec, etc....   cela m'a posé plus longtemps problème (comprendre : donner des EME)  parce que déjà c'était beaucoup plus dur à identifier

d'où l'intérêt d'écrire, en effet, pour faire remonter tout cela à la conscience

d'tre bienveillant en effet pour pouvoir voir cela en face

et ensuite, il faut pouvoir les tolérer, les supporter....   et pour ça, à mon sens il faut pouvoir les cerner, prendre un léger recul en se rendant compte que ce ne sont des histoires connues qui reviennent régulièrement, par exemple : l'histoire de la fille rejetée, ou l'histoire de "la pas assez belle", ou encore l'histoire de la "laissé-pour-compte"

toutes ces histoires, finalement du passé, viennent nous pourrir le présent parce qu'un truc, dans le présent, nous réveille tout ceci, une histoire connue, et c'est parfois intolérable

une fois que l'on s'en rend compte, on arrive plus à supporter la chose en question, dans le présent (genre mon mec est sur son ordi au lieu d'etre avec moi)  ok c'est pas sympa, mais si l'histoire de la fille "abandonnée" se réactive, je le ressens et je m'en rends compte, et je ne rentre pas dans le truc

bref je ne sais pas si je suis claire mais j'espère que ça pourra vous aider

--------------

sinon je n'ai pas eu d'EME aujourd'hui, désolé pour l'intitulé du post, mais en tous cas la dernière en date c'était je pense il y a quelque jours, simplement j'étais crevée physiquement (eh oui ça me provoque des EME, ça aussi, comme le mal de tete, le mal de ventre ou tout autre inconfort)

en fait je m'en suis rendue compte et j'ai réussi donc à ne pas confondre cette EME avec de la faim, donc finalement je n'ai pas mangé, j'ai dormi!

maggy.
Abonné

OK Mag13! Je vais tacher de suivre ton idée :)

on en reparle d'ici une semaine après les orgies de Noël!! courage à toi.. zen zen zen..

(je ne développe pas plus ma réponse par manque de temps, mais je te remercie vraiment pour ton long message)

maggy.
Abonné

Izabelle,je n'avais pas vu ton témoignage. Merci aussi pour ce coup de pouce. Je note tout ça dans un coin de ma tête..

viviette.
Abonné

Merci Isabelle,

Juste pour te remercier ici, mais aussi ailleurs pour ton implication dans  RPC et tout ce que cla implique.

Tu as l'art de démeler les échevaux dans lesquels nous sommes enchevêtrés, et tu sais traduire d'une manière réaliste tous nos tourments "visibles ou invisibles" ) qui nous induisent dans des comportements erronés. C'est vrai, que je lis particulièrement tes posts, qui nous pemettent (parfois ou souvent selon) de dépasser certaines limites.

J'espère juste que tu vas continuer ainsi, car tes témoignages m'aident beaucoup sachant que pour toi la RPC est essentiellle. Je m'y mets, je m'y mets!

Alors j'espère te lire encore pour persévérer dans cette "écoute de soi-même" qui me parle et qui pourra (me) nous permettre de reprendre conscience avec notre être...... inconscient, subconscient, vérité? équilibre, c'est sans doute cela à quoi je tiens.

Alors reste avec nous tant que tu le peux et "éclaire-nous". Tu as vraiment le don de remettre tout  sur rail, et nous faire comprendre vers où l'on doit aller quel qu'en soit le chemin.

Encore merci d'être là et partout.

izabelle
Animatrice forum

ben merci Viviette ça c'est super gentil

ça me fait plaisir de pouvoir éventuellement aider ceux qui empruntent le même chemin que moi

j'adore démeler les fils de toute façon, même vraiment, un bon sac de noeuds, je ne le lache pas jusqu'à l'avoir défait... (c'est grave docteur?)

je suis au moins là jusqu'à la fin du mois, après on verra

bises et merci de ta gentillesse

fadinarde.
Abonné

Bonsoir!

Génial cette discussion, merci!

J'ai maintenant à peu près terminé mon parcours "dégustation et comportements alimentaires", pour arriver à la gestion des émotions, donc c'est parfait!

J'ai eu beaucoup de facilité au début du programme, c'était nouveau, c'était chouette, j'ai eu plein de prises de conscience, perdu 1 gros kilo... Et puis la vie tourbillonante m'a rattrapée, stress au boulot, week-ends de séminaires, etc, alors j'ai perdu toutes mes bonnes habitudes de dégustation, de manger sans télé, de respecter ma faim... 

Je me dis que la partie gestion des émotions arrive à temps...

Même si le bodyscan me pose quelques problèmes. Mais je vais essayer de m'accrocher.

En parlant d'EME, je commence à prendre conscience que je fais pas mal d'EME de fin de repas, comme beaucoup d'entre vous il me semble ;o)

Et elles sont néanmoins difficiles à identifier...

Ce soir par exemple. Je suis rentrée du boulot hyper fatiguée, mais il a fallu faire des lessives, emballer les cadeaux de Noël, puis enfin me faire à manger. J'ai fait pas mal d'EME au boulot il me semble (petites sucreries de Noël parfaites pour essayer d'oublier l'ennui, la non envie de travailler, la fatigue, la colère contre mon patron...)

mais en rentrant j'avais plein de gargouilles dans le ventre... Une bonne faim donc... Seulement après une assiette de pâtes, j'ai encore l'impression d'avoir faim... J'ai laissé passer un moment, puis suis retournée dans la cuisine piur compléter. Puis envie de sucré... En bref je mange mais j'ai constamment l'impression d'avoir encore faim. Des gargouillis dans le ventre c'est de la faim non??

Encore là j'ai des bruits... pourtant je viens de lire vos posts pour me calmer, et ensuite une rpc de 10 mn que je viens de terminer....

Il va falloir que je profite de mes courtes vacances pour me destresser, et pourquoi pas reprendre quelques exercices que j'ai bâclé, comme découvrir la faim...

J'ai vraiment l'impression de faire du surplace ces dernières semaines.... Et repris du poids je crois. 

Bon ma vie est un peu tourmentée entre les gros tracas que j'ai au boulot (discussion accusatrice avec le boss... lui me demandant si vraiment j'amais mon travail. moi l'accusant de nous donner une ligne de conduite amorale.... bref, la porte n'est pas bien loin je crois... Ce que je souhaite ardemment, mais pas avant d'avoir de nouvelles perspectives professionnelles, ce qui pourrait être bientôt le cas vu que j'ai décroché une journée de stage pré-engagement pour une nouvelle formation.... mais tout reste à faire, et ça me stresse.)

Bref zut, j'écris trop, de tout et de rien.... Au moins j'ai repoussé l'EME qui planait au-dessus de ma tête... Je vais attendre d'avoir faim pour m'offrir un dessert.

Bonne soirée et merci pour vos messages! Il faut aussi que je reveinne sur ce forum, ça aide vraiment à rester concentré sur LC! 

rienk1peu.
Abonné

C'est que je risque de passer mes journées et mes nuits ici, puije le faire en gloutonant..? ;-)

mistigri.
Abonné

Je viens d'avaler une plaque entière de chocolat au lait et à la noisette, c'était une EME pure, à laquelle j'ai cédé sans espace de respiration....je n'avais pas eu ça depuis des semaines. Aujourd'hui, j'ai repris mon travail de mamy-nounou , ça peut être 4 jours par semaine ou pas du tout, selon les périodes, et c'est toujours dans des conditions agréables) .... est-ce la pression, la responsabilité..... le fait de vouloir tout bien faire pour ne pas décevoir....

Ca peut être un incident sans suite, mais je suis un peu inquiète de mon propre comportement.

FRED73
Marraine

Moi qui pensais ne pas avoir EME en commençant le programme, je me rends compte que depuis que je suis rentrée à la maison je n'ai pas arrêté de grignoter sans faim et j'ai mangé à table avec ma famille, certes pas beaucoup mais sans faim !!! Pendant les vacances, j'étais plus zen et donc plus à l'écoute de mes sensations, maintenant que j'ai repris le travail, je me rends compte que c'est plus difficile... J'avais remarqué un peu avant que j'avais des EME en fin repas, incapable de m'arrêter quand je n'ai plus faim mais là je vois que j'en ai aussi en dehors des repas ! Je ne pensais pas parce que je ne mange jamais une tablette entière de chocolat ou un fromage en entier, je suis capable de m'arrêter mais l'envie de manger est bien là et j'y cède.

melodynelson.
Abonné

EME tu me guettes aujourd'hui, je te sens pointer le bout de ton nez; gare à toi...ou gare à moi

melodynelson.
Abonné

ça y est...c'est moi qui me suis faite manger par mes EME du jour et ce n'est pas fini, j'y retourne, rien ne peut m'arrêter; c'est une force intérieure immense qui m'envoie des signaux obsessionnels à répétition: Biscuits, chocolat...chocolat, biscuit, du gras et du croquant; j'y retourne; je ne sais pas lutter

Mag13.
Abonné

izabelle
Animatrice forum

[quote=melodynelson]

ça y est...c'est moi qui me suis faite manger par mes EME du jour et ce n'est pas fini, j'y retourne, rien ne peut m'arrêter; c'est une force intérieure immense qui m'envoie des signaux obsessionnels à répétition: Biscuits, chocolat...chocolat, biscuit, du gras et du croquant; j'y retourne; je ne sais pas lutter

[/quote]

plutôt que de lutter, essaie d'observer

ces envies, cette force intérieure, progresse par vagues, ça monte, ça monte, ça atteint la crête de la vague, et puis ça redescend....

est-ce que tu as commencé à pratiquer la RPC?

maggy.
Abonné

comme Izabelle, j'ai compris cela avec LC: ça ne sert à rien de lutter et de contrôler et de se fustiger quand on mange compulsivement.

mais le faire en pleine conscience, accepter ce qui se passe, parce que c'est "moi" qui le fais, et non pas un être extérieur que je dois essayer de commander/gronder/diriger comme un enfant.

"Je" mange, et non pas cet être abject et lamentable qui mérite du mépris. C'est "moi" qui suis en souffrance, qui puise mon réconfort là-dedans, et ce n'est pas "grave". Je peux m'observer, m'écouter, comprendre ce qui me met en souffrance, et trouver l'action ou la parole qui me consolera autrement qu'en mangeant..

 

Courage, on y arrivera!

liegama.
Ancien abonné

Grosse EME hier, plus petite ce soir. Hier soir j'ai découvert un nouveau déclencheur d'EME pour moi (dont je n'avais pas conscience jusqu'ici) : les stars et la TV. Je m'explique, je suis tombée par hasard (je regarde rarement la télé) sur les golden globes sur la chaîne E! hier soir et entre les filles toutes plus belles les unes que les autres et superbement habillées et la chaîne qui passe 36 images à la secondes avec le brouhaha des commentaires je me suis retrouvée à engloutir la moitié d'une baguette avec de l'ovomaltine à étaler en moins de 10mn. Heureusement j'ai eu la présence d'esprit d'éteindre la télé, de déguster quelques bouchées (à la fin) et surtout d'arrêter de manger. Mais j'ai quand même pas eu de sensation de faim jusqu'au lendemain 17h. 

Ce soir légère EME en fin de repas, le stress de la journée de demain qui m'attend et une envie de me calmer et de me donner du courage. J'étais tellement contente la semaine dernière de ne pas avoir eu d'EME (ça ne m'était jamais arrivé jusqu'ici). Mais maintenant j'ai l'impression de retrouver celle que j'étais avant avec le sentiment d'être fragile face au stress. 

izabelle
Animatrice forum

liegama j'ai l'impression que tu es très loin de celle que tu étais avant

la "présence d'esprit" de déguster puis d'écouter tes sensations alimentaires, c'est super, c'est ça la prise de conscience....

en voyant ces stars bien habillées, quel type de ressenti te turlupinait au point de vouloir l'apaiser à ce moment-là?  frustration de ne pas être comme elles?     en mettant des mots, ça devient tout de suite plus facile à tolérer, accepter....

le stress de la journée de demain... en quoi consiste-t-il?  Quel challenge vas-tu affronter?   à quel ressenti vis à vis de toi-même cela te renvoie-t-il?  

je te pose ces questions pour te donner des pistes de rélexions, ne te sens pas obligée d'y répondre bien entendu....

 

en tous cas je trouve que tu as drôlement bien géré tout ça

c'est normal que les EME reviennent de temps à autre, car on apprend à accepter de plus en plus de trucs,, mais parfois pas on se retrouve avec un ressenti un peu dur à supporter, et l'EME pointe le bout de son nez

pas grave...  tu l'observes, tu penses à déguster si tu souhaites manger

et surtout sois fière de toi, vu de l'extérieur, tes progrès me semblent très consistants....

liegama.
Ancien abonné

Merci Izabelle pour ta réponse que je découvre aujourd'hui alors que je viens poster ma nouvelle EME du jour!!! Et merci de ton soutient. J'ai l'impression d'avancer mais très doucement. Je ne perds pas de poids mais je pense que c'est parce que j'ai encore beaucoup d'EME. 

Je suis en recherche de ce qui cause mes EME, j'ai découvert que la majorité des EME venaient du fait que j'étais encore en restriction alimentaire (reste d'années de régime), ou quand j'avais peur (de l'inconnu, de situations futures que je ne vois pas comment gérer), ou enfin quand je suis tellement fatiguée physiquement ou émotionnellement que je mange pour me donner du courage.

Pour la fatigue et la peur, les pauses dans la journée et surtout celle du soir m'aident beaucoup à me calmer et j'ai réduit de plus de 50% mes EME (jusqu'ici). 

Pour la restriction, j'essaie de prendre conscience des pensées automatique que je peux avoir (comme : tu devrais manger des légumes ce soir, ou pas autant de pain, ou tu ne devrais pas manger ceci ou cela, ou tu devrais faire du sport), et je m'autorise à écouter mes envies. La dégustation des aliments tabous m'a aussi aidé. 

Mais l'autre soir j'ai découvert que je pouvais également avoir des EME de "joie" ou de fébrilité. Tout d'abord j'ai cru que c'était le fait de voir ces stars belles qui m'avaient stressé parce que je me jugeais ou me comparais à elles, mais en réfléchissant je me suis rendue compte que c'était surtout que j'étais comme une gamine à regarder ces stars, ces robes (c'est mon côté "people", je suis comme ça depuis ado), je retrouvais une certaine fébrilité comme quand j'étais enfant et qu'on allait faire "la fête" et comme enfant "la fête" était souvent associée à la nourriture, je me suis retrouvée à manger. Mais maintenant que j'ai pris conscience que je pouvais ne plus associer systématiquement la nourriture à des moments "joyeux" ou de "fête". La difficulté pour moi est de m'arrêter quand j'ai commencé, mais maintenant j'essaierai de faire une pause avant de commencer quand je ressens l'émotion "fébrilité" monter.

Mon EME d'aujourd'hui je ne sais pas encore à quoi elle est due et c'est pour cela que je poste aujourd'hui pour recevoir de l'aide. Donc Izabelle, (ou d'autres) si tu as une idée, n'hésites pas. 

Ce midi, je suis rentrée d'un cours de yoga de 1H30 et j'avais une grande faim. J'avais tellement faim que durant la relaxation à la fin du cours je n'arrivais pas à me sortir de la tête la visualisation de mon repas, prêt dans le frigo. Mais, il se trouve que mon mari avait mangé "mon" repas pendant mon absence. J'ai ressenti de la frustration et j'ai du me préparer qq chose d'autre à manger, moins satisfaisant et qui a pris du temps, alors que j'avais très faim. J'ai fait une minute de respiration avant de manger, j'ai mangé lentement en faisant attention à mes sensations alimentaire et à la satiété (je suis dans l'étape "je teste ma satiété") mais je l'ai pas bien ressentie. 20 après le début du repas j'avais toujours vraiment faim alors que j'avais fini les portions diminuées (pour l'exercice du fractionnement des repas sur l'étape satiété) de mon repas. Alors j'ai continué à manger. J'ai eu le sentiment au sortir de table d'être bien, remplie mais pas trop. Par contre 1h après j'ai eu l'impression d'avoir trop mangé et je n'ai pas eu faim le soir. 

Je me demande si mon EME n'était pas due au fait que j'ai mangé avec une grande faim. Est-ce que ça dilue la sensation de satiété que j'ai pourtant bien ressentie sur la dernière semaine? 

Toute aide sera la bienvenue. 

izabelle
Animatrice forum

bonjour liegama

je pense que ton EME est due d'une part à la frustration de n'avoir pas mangé le repas que tu convoitais + l'inconfort de la grande faim

 

moi aussi, j'ai toujours eu beaucoup d'EME quand je suis fébrile

après m'être interrogée là-dessus, j'ai fini par me rendre compte que finalement j'ai du mal à supporter cet état de fébrilité, d'excitation, et que la nourriture me sert à me "calmer"   là aussi

depuis, quand j'ai ce genre de moment, j'apprends à laisser l'adrénaline couler à flots, à ne pas "transformer" mon état intérieur

je renonce à me calmer et je me concentre un peu de temps à autre sur ma respiration simplement

 

continue tes pauses en cours de journée, c'est vrai que c'est très important

et pour la restriction, du moment que tu en as conscience et que tu ne cherches pas à refouler ces pensées, juste à en prendre note et à prendre de la distance avec

 

bonne journée

tupenses.
Abonné

C'est drôle à dire mais je viens de découvrir que la colère, même exprimée produit en direct une EME. Il faut que je sois vigilante, mais j'ai l'impression que manger m'empêche de pleurer.

izabelle
Animatrice forum

c'est vrai que la colère, même si tu l'exprimes sainement (c'est déjà bien), tant que tu ne "l'assumes" pas, ça provoque des EME éventuellement

c'est quand on a du mal à supporter les effets physiques de la colère, ou qu'on a l'impression plus ou moins consciente de se mettre en danger vis à vis des autres en se mettant en colère

tupenses.
Abonné

C'est vraiment une découverte de pouvoir identifier cette pulsion d 'envie de manger qui se traduit par une colère. En réfléchissant plus profondément cette colère me renvoie à une injustice et l'injustice j'en ai beaucoup souffert. Mais aujourd'hui ne pas perdre de poids est vécue comme une injustice, alors que j'ai l'impression de suivre le programme sèrieusement. Bonne prise de conscience. A suivre !

liegama.
Ancien abonné

Merci Izabelle pour cet "insight", je vais essayer d'accepter mes moments de fébrilité, ça m'aide ce que tu dis, j'avais jamais pensé à ça. Je te tiendrais au courant de mes avancées dans ce domaine.

fadinarde.
Abonné

Tiens, ce soir j'ai envie de  raconter ma journée dans ce fil. Peut-être parce que je me dis que cela m'aidera peut-être à mieux comprendre...

Je suis partie à Naples samedi, et je suis rentrée à 17h aujourd'hui. J'y suis allée en compagnie de mon père et de ma soeur, pour fêter mes 32 ans. Dimanche nous sommes allés à Pompéï. C'était incroyable. C'était surtout un de mes plus grands rêves. Pendant cette journée, j'ai pu (bizarrement!!) expérimenter la faim (nous n'avons pas trouvé de café ouvert à Naples sur le chemin de la gare pour Pompéï...) Donc bonne faim dans le train pour aller à Pompeï. Puis elle  a disparu. Puis j'ai eu mal à la tête. Arrivés à Pompéï on a juste bu un capuccino avant d'attaquer la visite. Il devait être vers les 11h. On a beaucoup marché dans les ruines. La faim est revenue, plus forte. Puis la fatigue... 

On a terminé la visite. Puis vers 14h, en route pour reprendre le train direction Sorrento, on s'est juste pris une orange pressée, et un mini tube de chips (divisé en 3 ça ne faisait pas grand chose!) vers les 15h30 on s'est enfin attablés, et malgré la faim énorme et le froid nous avons mangé raisonnablement. J'ai même laissé la faim de mon dessert.

Bref, tout ça pour dire que aujourd'hui je suis rentrée chez moi vers 17h. Mon dernier repas remontait à 12h30, à l'aéroport. Là j'ai trop mangé. DOnc ce soir je me suis dit que j'allais attendre ma faim. Il me semble qu'elle est arrivée vrs 19h. Mais assez légère. J'ai décidé de manger, juste une tranche de pain et un fromage à tartiner, puis un peu de mague fraîche.

Une heure après, de nouveau faim.... Je me suis retrouvée dabout devant le frigo, à manger des bouts de fromage, un yaourt, des pruneaux... Pas beaucoup finalement. J'ai succombé à la nourriture, mais j'ai quand-même pris conscience de mon comportement: il me semblait avoir faim (grenouilles et tiraillements) mais je me suis mise à manger n'importe comment, comme lors d'une eme.... Etait-ce vraiment de la faim que je ressentais?? Est-il possible de manger de manière compulsive AVEC la faim? Ou est-ce réservé aux eme?? Je n'ai pas du tout eu envie de mettre en place l'eme-zen, ou autre technique pour me calmer....

Mais à la deuxième observation du contenu du frigo (que pourrais-je bien manger encore???) je me suis dit stop, et je suis allée me laver les dents et me coucher.

Je suis au lit maintenant, à écrire le récit de cette fin de journée, et j'ai le sentiment d'avoir encore faim... Et je ne comprend pas ce que c'est que cette sensation....

Je vais me plonger dans la lecture de "mangez en paix" de notre cher Apfeldorfer. Je viens de le recevoir. Espéront que cette lecture complète mes connaissances...

Mandala.
Abonné

Bonjour à tous/toutes.

Je vous écris en plein milieu d'une EME consommée. Ca fait longtemps que j'en ai pas eu une comme ça. Je sais exactement ce qui se passe : j'ai besoin de m'anesthésier, d'arrêter de penser…

Mauvaise journée de boulot : deux mauvaises nouvelles, grosses émotions négatives : colère, lassitude, fatigue, dépit, découragement, etc etc.

J'ai cru pouvoir faire un repas normal et en tirer le réconfort nécessaire… mais non, ça n'a pas suffit. Après diverses tergiversations avec moi-même, j'ai mangé des tartines; après d'autres tergiversations, j'ai mangé du chocolat; et maintenant me voilà la cuillère dans le pot de pâte à tartiner. Tout cela sans véritable lutte contre moi-même. Je perçois parfaitement que ce n'est pas bon au goût, pas satisfaisant en ce moment-même, mais je sais que ce que je recherche, c'est l'après : la sensation de flotter, la fin des émotions négatives, le repos de la tête, le "stop" au mal-être. Je ne mange pas des aliments, je mange des idées d'aliments, je mange un processus de soulagement.

Bonne nouvelle, le fait d'écrire a stoppé le processus. Mais pas sûre que je ne m'y remette pas, même si j'ai déjà mal au ventre. En fait, si on pouvait me faire une injection d'anesthésiant, je prendrais volontiers ! Je comprends ce que ressentent les accros à la drogue…

Pas vraiment de culpabilité. Tout cela s'est déroulé en (presque) toute conscience. J'ai besoin de ce réconfort ce soir. Je compenserai en mangeant moins demain.

belleetsereineen2013.
Abonné

Fadinarde,

 

Je t'ai lue avec attention. Je voulais te faire part de 2 petites réflexions :

  • d'abord un lapsus - relis toi tu parles de d'avoir laisse la FAIM (au lieu de fin) de ton dessert ... peut etre y a t il une piste ?
  • ensuite, tu as du vivre une journée pleine d'emotions, qui a du consommé beaucoup d'énergie, et sans doute de frustration au niveau de "manger". Je retiens en effet que vous n'avez pas pu vous "restaurer" quand tu en avais besoin et sans doute pas de la maniere dont tu avais besoin sur l'instant. Le soir, quand tu es rentrée dans ton royaume, tu as peut etre eu besoin de te reposer, de te restaurer et pour moi en ce moment cela passe par le fait de manger (j'aimerais bien que ce soit moins automatique à bon entendeur...), voire de te retrouver avec toi ....

J'espère que cela te permettra d'avancer ! 

belleetsereineen2013.
Abonné

Coucou Mandala,

 

Petite insomnie et pour éviter de penser (c'est pas beau de vouloir éviter ses pensées B&S!), je découvre ton message.

J'ai été étonnée par ta maniere de conclure alors que je m'attendais à quelque chose comme " je vais essayer d'attendre la faim (et dieu que c'est dur bien souvent pour moi !) pour faire mon prochain repas" tu conclus par je vais compenser (non non non plus besoin de compenser !). Tu as le droit (pas moi (je rigole, quoique le petit gendarme dans ma tete le pense vraiment)) de chercher du réconfort dans la nourriture. Apparemment tu n'as pas vraiment réussi à le trouver et peut etre avais tu besoin d'autre chose (un calin ????, parler à quelqu'un de ta dure journée et de tes emotions pour ne pas rester seule avec ca ? te reposer - faire une pause apres cette journée ???)

je pense fort à toi

J'espere que tu dors paisiblement ...

Mandala.
Abonné

Salut B&S.

Merci de partager tes impressions. Tu as raison, je me suis mal exprimée. En écrivant "compenser" je pensais "ma faim m'indiquera demain que je devrais manger moins, je la suivrai, et tout rentrera dans l'ordre au plan calorique".

J'ai fini par trouver mon réconfort finalement. Effectivement j'aurais bien parlé à quelqu'un, me serais bien fait câliner… mais impossible, je vis seule loin de mes proches à l'étranger. Et pas sûre que ça aurait suffi de toute façon. Là les émotions étaient vraiment fortes, et ce matin, même si j'ai bien dormi, pas du tout envie de retourner au boulot. Renforcement négatif quand tu nous tiens…

Enfin, j'aimerais quand même bien trouver une pilule anesthésiante à effet immédiat sans effet secondaire.

Avec le recul je me dis aussi que j'aurais pu travailler sur l'acceptation de ces émotions. Y penser la prochaine fois.

Bonne journée à toi et à tous

izabelle
Animatrice forum

ah oui c'est sûr cette fameuse pillule à faire disparaitre les émotions, si je l'inventais je serais milliardaire!!!

seulement ça reste du domaine du fantasme....

 

Fadinarde, c'était effectivement des EME après ton repas.....  sans doute lié à la frustration de n'avoir pas pu mangé à ta faim lors de cette journée :  en plus en Italie, quel dommage:!!!!  quand la nourriture est si exquise!!!!    

c'est bien sûr possible d'avoir des EME en même temps que faim,  surtout d'ailleurs quand on est en état de grande faim....

l'inconfort de la grande faim  fait qu'au lieu de pouvoir atteindre gentiment la satiété,  les EME s'enchainent par la suite....

il faut vraiment manger lentement et avec beaucoup de conscience quand tu as atteint la grande faim pour ne pas basculer dans les EME.....   ce n'est pas toujours possible, mais quand on a pas le choix, ce qui est bien est de faire de la PC sur sa sensation de faim

 

en même temps, comme le dit Mandala, les EME ça arrive, des fois on les repère, des fois non, des fois on mange, des fois non, mais quand on mange..... eh bien le lendemain on a moins faim, voilà tout, et ce sur plusieurs jours d'ailleurs

le tout est de lâcher les réflexions, les calculs, se recentrer sur ses sensations, et se mettre au diapason avec sa faim et sa satiété 

bon recentrage sur vos sensations.....

Haut de page 
X