Ciel je maigris ! Les EMEs provoquées par la perte de poids - 01092015

izabelle
Animatrice forum

Un nouveau fil proposé par Redgine  pour échanger sur nos expériences d'EME  induites par la perte de poids

il y a ceux qui, dès qu'ils constatent une perte sur la balance,  s'enfilent la moitié du frigo

 

et aussi ceux, comme moi, qui sont devenus indifférents à la balance

mais qui ressentent néanmoins des EME  genre  "automatique"  dès qu'une perte de poids est en cours

 

dans mon cas, dès que j'écoute vraiment mes sensations et que je commence à fondre (et je le sens physiquement, pas besoin de me peser),  cela déclenche une sorte de système d'alarme intérieur, une angoisse, une peur

et  des envies de manger, mais surtout bien sûr  gras, sucré  (pour reconstituer les stocks!)

 

je suis pour ma part persuadée que notre cerveau émotionnel n'est pas programmé pour apprécier la perte de poids qu'il considère comme un danger, en tant qu'être humain cherchant à préserver sa vie

et dans le cerveau émotionnel, contrairement à notre cerveau frontal, la santé n'est pas synonyme de perte de poids

très basique le cerveau émotionnel : perte de poids = danger

 

bon c'est une conviction personnelle, que j'ai constaté sur moi-même, cela n'a rien de scientifique wink

 

 

c'est pourquoi ce fil peut être utile pour échanger là-dessus,  et aussi pour consigner nos expériences de pleine conscience sur cette peur bien particulière de perdre du poids

qu'elle soit symbolique  (enjeux sociaux émotionnels)

ou réelle  (perte de poids physique  avec une réaction émotionnelle)

 

l'idée c'est de faire de la pleine conscience au moment où on ressent cette peur, afin de l'apprivoiser, la dédramatiser

la pleine conscience sur la peur ou sur l'angoisse est vraiment une expérience très transformante

en tant qu'anxieuse-phobique à la base, je peux vous dire que c'est assez sidérant de voir l'effet que ça peut faire

mais il faut le répéter de nombreuses fois, car la peur ne s'apprivoise que par l'expérience

 

 

 

 

Commentaires

redgine's cocktail.
Abonné

Merci Izabelle pour ce fil, j'en ai vraiment besoin.

J'ai perdu 5% de mon poids. Si pour certaines personnes cela représente 1kg, pour moi c'est beaucoup plus. Et mon cerveau s'affole : ça y est tu es mince. Et mes yeux quand ils me voient par hasard : tient, t'avais pas dit que t'était mince ?

J'ai l'impression que des informations sur mes différents poids à différentes époques de ma vie se mélangent.

Cela fait un paquet de kg, hélas, c'est plusieurs paquets pour sortir de la morbidité dans mon cas.

Je ressens une indiférence pour la nourriture en ce moment qui m'effraie. Pourtant je tourne, je cherche quelque chose à manger. Je ne trouve rien. Je mange des aliments dont je n'ai pas envie, et les émotions se bousculent.

J'ai fait une RPC, rien.

cette perte de poids me renvoie à une perte, tout court. J'en ai les larmes aux yeux.

Il est peut-être temps pour moi de faire mes 2 lettres.

Noelle
Marraine

peut etre est il question aussi d'image et d'identité. Pour ma part, j'ai mis longtemps a reconnaitre mon image amincie quand je me croisais dans un reflet, devant une vitrine. Je me vivais toujours avec le meme poids, meme si objectivement, j'avais maigri

je me trouvais toujours moche sur les photos alors qu'aujourd'hui, je trouve que jétais juste superbe.

je pense que LC m'a permis de regagner  en estime de moi.

Patience
Marraine

Je rebondis sur les notions d'image et d'identité dont parle Noelle.

Un de mes collègues vient de perdre une bonne vingtaine de kilos pour des raisons de santé.
Et depuis quelques temps, tout le monde lui dit qu'il n'est plus celui que l'on connaissait... Les autres lui disent qu'il a perdu, à leurs yeux, son identité. "Pour moi, G. c'est un homme rondouillard, jovial ! Maintenant tu n'es plus aussi gai qu'avant !".

Et pourtant, il est peut-être même plus gai qu'avant, d'autant plus que sa santé va mieux. Il a toujours de l'humour.
Mais l'image que les autres avaient de lui, de son apparence physique liée à un certain tempérament, a été brisée.

Je pense à son cas.
Et du coup ça me fait penser à notre propre regard sur nous-mêmes. À notre propre regard sur notre identité et notre image, celle que nous nous renvoyons à nous-même, celle que nous renvoyons aux autres.

Pour moi, perdre du poids est difficile.
L'image que j'ai de mon corps a toujours été altérée par les kilos en trop.
L'estime que j'ai pour moi a toujours été altérée aussi. Au gré des variations de poids, cette estime évolue en bien ou en mal : si je perds, je trouve que je suis une super gagnante ; si je prends, je m'estime incompétente. D'ailleurs, je m'estime toujours incompétente avec cette méthode quand une EME finit la main dans un paquet de gâteaux...

Je me dis que je suis profondément meurtri(e) et que le poids sera toujours un sujet fragile pour moi.
Cependant, j'essaye de poser sur chacun de mes actes la valeur qui le sous-tend. Et sachant que cette valeur (la santé, notamment) est importante, elle mérite que j'accepte la peur de maigrir...

Bon, je ne sais pas si mon message est très clair ! Mais c'est à peu près ce que je pense / ressens !

 

Au plaisir de vous lire


 

izabelle
Animatrice forum

oui, cette perte, on ne sait pas ce que c'est Redgine, peut-être d'identité    ou perte d'une idée, d'une lutte, perte d'une illusion

c'est TOUJOURS inconfortable le changement, même quand on le souhaite

si tu as les larmes aux yeux pour une perte, c'est que la tristesse est là, et la tristesse vient nous aider à accepter la perte

 

tu tiens le bon bout

pour moi c'est devenu plus compliqué de maigrir depuis que je pratique la relation d'aide

je vois bien que les freins actuels que j'ai sont liés à ça

 

j'aurais donc l'occasion d'alimenter ce fil moi aussi

redgine's cocktail.
Abonné

Gros ras le vol, y en à marre des montagnes russes !!!!!!!

Je me retrouve dans les réponses du chat du mercredi 2 septembre dernier :

Amaigrissement = peur de perdre = plus d'appétit, intestins et estomac en vrac = mémoire du corps : mode famine = quand la famine passe : mode goinfrerie = tout arrêter = reprise de pooids = STOPPPPPPPPPPP

"Peut-être que vous n'avez pas très souvent faim. Cela arrive aux personnes en surcharge pondérale, qui sont très au-dessus de leur poids d'équilibre. Si vous n'avez pas très faim, mangez très peu. Vous n'avez sans doute pas besoin de plus. Si vous n'avez pas faim du tout et même si c'est l'heure de manger, eh bien ne mangez pas, et espacez vos prises alimentaires. Sans les arrêter, bien sûr. Car si on attend trop sans manger, on se retrouve dans un état de jeûne durant lequel on n'a pas faim, ce qui dure jusqu'à ce que la présence d'un aliment, d'une odeur, réveillent enfin notre faim."

 

Tout remonte à la surface comme si je recouvrais la mémoire après avoir étais amnésique.

"On est honteux de ce que l'on est. Gros, par exemple.
Ce qui caractérise la honte, c'est d'être inexpiable, très souvent aussi inavouable, aussi bien à soi-même qu'aux autres, et dans bien des cas même impensable.
Il n'y a pas de possibilité de réparation : lorsque l'on est honteux d'être obèse, le fait de maigrir ne fait pas disparaître la honte. On sera alors honteux d'avoir été gros.
Les réactions à la honte sont de l'ordre de l'inhibition, de la sidération. La personne peut réagir par la dépression, ou bien par la révolte, ou développer des mécanismes de surcompensation telle que le perfectionnisme ou l'hypernarcissisme. Perfectionnisme et hypernarcissisme visent à camoufler la honte.
Pour sortir de ces différents cercles vicieux, il convient de prendre conscience de sa honte corporelle.
Le problème n'est pas qu'on soit honteux, mais qu'on subisse cette honte. On la subit lorsqu'il est sidéré ou inhibé, ou encore révolté ; ou encore lorsqu'on cherche à lutter contre sa honte par des réactions d'hypernarcissisme ou de perfectionnisme visant à réparer l'estime de soi."

Cette honte est venu de l'homme, il avait honte de moi, il me l'a avoué, parce qu'à l'époque je lui avais tiré les vers du nez. Et ce chat à réveillé tout ça.

"Pour moi, se respecter, c'est prendre en considération ses besoins fondamentaux. Ces besoins physiques et aussi ses besoins psychologiques et émotionnels.
Et respecter l'autre, c'est être capable de lui témoigner de l'empathie, c'est-à-dire de comprendre ce qu'il ressent et ce qu'il pense, et d'en tenir compte dans sa façon de faire vis-à-vis de lui."

Trop longtemps je ne me suis pas respectée, et l'homme ne posède pas d'empathie. Dur dur de vivre pour les autres, à travers les autres.

"lorsque vous commencez à maigrir, vous prenez peur et vous vous dépêchez de regrossir. C'est loin d'être un comportement rare. Toute la question est : qu'est-ce qui vous fait donc peur, au juste ?
Certaines personnes ont peur de devenir séduisantes. Ou bien elles sont simplement naturellement timides et maladroites, ont peur d'être rejetées.
D'autres personnes ont l'impression que maigrir va les mettre en quelque sorte au pied du mur. Elles seront tenues de réaliser leurs rêves et ne sont pas sûres de pouvoir le faire. Alors, autant regrossir pour ne pas se retrouver en échec. Mieux vaut l'échec au niveau du poids qu'un échec plus général.
Ou encore, certaines personnes qui ont centré la totalité de leur existence sur les problèmes pondéraux ont le sentiment que si ces problèmes disparaissent, le vide de leur existence risque de leur apparaître.
Il y a encore plein d'autres raisons possibles à cette peur de maigrir
."

Oui, pour moi c'est aussi devenir comme mes proches voudraient que je sois. Comment maigir pour mon bien sans que cela soit gré. Je ne veux pas leur faire plaisir, ou leur rendre raison.

Je trouvais que je n'avais pas d'EME.

Effectivement, mes sentiments, mes souvenirs, mes ressentis étaient enfouis, bloqués sous toute ma graisse. Et lorsque la graisse a commencé à fondre, c'est comme lorsque un lac gelé fond : il y a une immensité au dessous de la surface.

Chez moi il y a moultes EME qui me submergent et je panique.

Si la graisse arrête de fondre, je peux garder le contrôle sur tout cela.

Le hic c'est que je ne veux plus.

Et j'ai grand besoin d'attention et d'affection en ce moment. Hélas, seule moi ma meilleure amie pourrra m'en donner.  Car je ne me sens nul part bien. Je ne sais plus quoi faire de moi. Mes systèmes de réconforts habituels ne marchent plus depuis LC.

Je suis entre deux états. Pouffff je suis épuisée. Un peu de lâcher prise me ferait un grand bien.

Voilà, je vais pouvoir dormir. Une petite RPC quand même.

Merci Izabelle

Patience
Marraine

Redgine's,

Avant tout, j'espère que ta nuit aura été réparatrice...

Le passage dans lequel la honte est évoquée fait écho à ce que j'écrivais dans mon post. L'image altérée que j'ai de moi (de mon corps, de ma confiance, de mon estime) ne s'en ira pas car "il n'y a pas de possibilité de réparation"...

Reste la piste de l'acceptation, aussi douloureuse soit-elle et sans pour autant tomber dans le laisser-aller laisser-faire, le déni ou autre...

La perte de poids est une phase complexe pour notre corps et notre âme. Je te souhaite le meilleur ancrage possible dans cette période de tempête...

Au plaisir de te lire

izabelle
Animatrice forum

merci pour ce long message Redgine, en plus ça me permet de lire des éléments du tchat, que je lis peu en général mais qui est toujours passionnant

qu'est-ce que ça a pu m'aider au début !

 

à lire ton message Redgine, ça m'a fait penser à qqchse

quand on est en surpoids ou en obésité,   cela produit une sorte d'anesthésie du corps, des sensations corporelles en général

 

et du coup quand on maigris,  on ressent à nouveau  "fortement"  les sensations, ce qui peut faire peur

 

moi cela m'arrive, à savoir que c'était mon problème principal pour ne plus avoir peur de la faim

c'est une sensation "forte"  et je cherchais à calmer toute sensation en général, parce que je ressentais  "trop"  fort

 

donc la panique peut être lié  aux sensations physiques qui deviennent plus fortes, mais qui sont en fait normales, mais comme on a perdu notre tolérance à ces sensations ça nous submerge

 

je sais pas si c'est bien clair tout ça !!!

 

 

en tous cas  moi je sais que quand je mincis je ressens plus fort, et ça me fait  "peur"

de plus, on m'a toujours fait comprendre, depuis mon enfance, que ce n'était pas "normal" de ressentir si fort , qu'il fallait être mesuré, ne pas trop ressentir, toujours d'humeur égale

alors je suis la plupart du temps d'humeur égale, mais uniquement avec l'aide du chocolat !!!   wink

 

du coup, jquand je lache ce co-pilote, eh bien je ressens plus et c'est à la fois inconfortable,  et à la fois cela réveille des enjeux d'inadaptation sociale (genre l'anormale trop sensible)

 

 

bon....

ce matin j'ai perdu du poids

et cela ne m'a pas provoqué d'EME

c'est déjà ça

 

j'attends de voir....    et d'observer

c'est vraiment au moment où l'on ressent les choses que l'on peut véritablement les observer, sinon ce n'est que des suppositions

 

moi je plaide pour un espace de respiration après chaque pesée, ainsi on saurait  "vraiment" ce qui nous travaille dans ce moment là

Patience
Marraine

D'accord avec ton plaidoyer, izabelle ! Un espace de respiration après chaque pesée pour observer ce qui trotte dans notre tête à ce moment là : je vote et je tenterai l'expérience la prochaine fois que je monterai sur la balance !

Redgine's, j'espère que tu vas mieux...

Au plaisir de vous lire

redgine's cocktail.
Abonné

"de plus, on m'a toujours fait comprendre, depuis mon enfance, que ce n'était pas "normal" de ressentir si fort , qu'il fallait être mesuré, ne pas trop ressentir, toujours d'humeur égale

alors je suis la plupart du temps d'humeur égale, mais uniquement avec l'aide du chocolat !!!   wink

 

du coup, jquand je lache ce co-pilote, eh bien je ressens plus et c'est à la fois inconfortable,  et à la fois cela réveille des enjeux d'inadaptation sociale (genre l'anormale trop sensible)"

 

Ah Izabelle, encore un point commun : ne pas bouger, rester dans son coin, ne pas faire de bruit, être lisse, pour ne pas déranger. Pour se fondre dans la société, politiquement correct.

Moi je filais chez ma grand mère pour calmer mes EME par des madeleines. Ou des tommes de chèvre sèches. Mais que c'était étouffant d'engloutir à toute vitesse. Quels merveilleux souvenirs ma grand mère. Elle est morte j'avais 11 ans.

Moi par contre, physiquement, j'aime les sensations fortes, comme par exemple pour les douches au jet, c'est puissance maximum, et la gym je me donne à fond sans retenue, et mes massages anti-celullite douloureux ok. C'est pour me sentir en vie, car justement, engoncée dans la graisse, le corps est sous anesthésie. Mais paradoxalement, l'osthéopathe n'a pas besoin de beaucoup de force pour que mon corps réponde présent.

Avec LC, j'apprends la mesure, la flexibilité, la continuité. Car je perds mes kg mais aussi mes points de repères. Et oui, la tristesse et la peur sont mes compagnes quotidiennes en ce moment. Et je me demande si je vais y arriver. La peur de l'échec me colle à la peau.

J'ai pris conscience que je m'étais mise en restriction en suivant le programme, faut le faire quand même !!!!!!!

Alors :

- pas de pesée jusqu'au 15 septembre,

- manger tout ce que j'aime et que j'ai envie

- cuisiner même si je n'ai pas faim, car Sophie se cache la coquine,

- continuer le programme

Eh oui, continuer le programme, c'est un jour arriver à sa fin. Là aussi c'est source d'EME.

Une RPC et bonne nuit. ou pas ...........

Noelle
Marraine

 

 

Eh oui, continuer le programme, c'est un jour arriver à sa fin.

Là aussi c'est source d'EME.

 

et bien,  Redgine's, pas necessairement.

Un jour, tu arrives a integrer le programme, et là, tu le vis au quotidien, meme si tu n'es plus inscrite sur LC!

Bon dimanche

rima.
Abonné
salut à toutes! tout dabord merci pour ce post que je trouve très juste et très utile à tt le monde. je viens de commencer avec LC. il est vrai que cette premiere semaine, après avoir respecté ma faim pdt une journée, jai pu constaté que mon poids avait diminué. la journée suivante a été riche en EME...mais je nai pas eu conscience du lien entre les deux... dc merci de le souligner!! et je pense qu'effectivement une petite séance de respiration serait la bienvenue après chaque pesée ou constatation de perte de poids. début du démêlage du cercle vicieux enclenché...pensées sur le poids, EME, compulsion, prise de poids, stress poids, EME, etc... bises
redgine's cocktail.
Abonné

[quote=Noelle]

 

 

Eh oui, continuer le programme, c'est un jour arriver à sa fin.

Là aussi c'est source d'EME.

 

et bien,  Redgine's, pas necessairement.

Un jour, tu arrives a integrer le programme, et là, tu le vis au quotidien, meme si tu n'es plus inscrite sur LC!

Bon dimanche

[/quote]

Et l'intégration n'est pas pour demain, vu le nombre de mécanismes que j'ai mis en place depuis l'enfance. et le nombre à 3 chiffres de kg à virer.

Et toutes les fins sont des sources d'EME pour moi.

La fin de la journée, la fin d'un paquet de gâteaux, la fin d'un bon week-end, ......

Mais pour l'instant ce n'est pas d'actualité, chaque chose ne son temps ..........

izabelle
Animatrice forum

bon je rassure sur ce point, Redgine, mais le programme n' a pas de fin !!

ce qui est frustrant pour beaucoup d'entre nous en fait,  on voudrait bien avoir notre "diplome" !!!  wink

en fait on a accès à de nouveaux outils à la faim et on continue à travailler  (mais oui !!)

 

en ce moment je maigris et je commence à noter un "petit" affolement émotionnel à l'intérieur de moi

cela contient plusieurs choses si je laisse venir à moi ces ressentis

- peur (assez irrationnelle)  de ne plus être protégée des flots de détresse de mes patients (exagération mais l'hypersensible exagère toujours)

- peur d'être trop séduisante,  là encore très irrationnel,  mais depuis mon enfance je me protège inconsciemment de ça

- peur de trop ressentir  (certainement la plus forte car la plus " physique")

 

à moi d'accueillir ces peurs en pleine conscience

lorraine
Marraine

Ah ça oui pour continuer de travailler sur ses sensations physiques, émotionnelles liée à son rapport à la nourriture on continue! smiley Rien n'est jamais fini et aquis....Mais que l'on avance quand même sur le chemin

 

En fait je viens sur ce fil car il m'intrigue  dans son titre et m'interesse dans vos posts   : le fait de faire des EME après avoir maigri je connais bien aussi mais je ne ressens pas de peur de maigrir s.....

La peur de maigrir non, pour tant j'interroge mes ressentis , je me demande si moi aussi j'ai peur .  Mais non, je ressens plutôt  de la joie à l'interieur de moi  quand ça m'arrive . 

Ceci dit je me "débrouille" assez vite pour faire des EME et reprendre  les kilos perdus   ces derniers mois....Et alors là, j'ai vraiment les boules, de ne pas avoir de stabilité, de stabilité émotionnelle.

Les EME de tentation sont les plus fortes, tentation aux moments de repas conviviaux partagés avec des amis, ou encore parce que je ne peux plus m'empêcher de partager les repas familiaux même quand je n'ai pas très faim.

Bref, maigir est également complexe pour moi, perdre du poids et surtout ne ne pas le reprendre comme si je ne m'accordais pas le droit d'avoir une silhouette plus fine ou que je me punissais de quelque chose......

Je ne sais pas si je suis très claire, peu importe j'ai écrit qulque chose de moi et je me sens toute émue, ça faisait longtemps que je voulais poster sur ce fil voilà qui est fait. Merci de ce fil.

izabelle
Animatrice forum

je comprends tout à fait Lorraine et je profite de l'occasion pour dire mon bonheur que tu sois revenue sur ces pages!

 

pour ma part je ressens aussi la joie de maigrir

d'ailleurs après une pesée à la baisse je n'ai jamais d'EME en ce qui me concerne

et la peur est qqchse de plus profond, presque inconscient, elle s'active quand je maigris physiquement  (eh oui hypersensbilité oblige je ressens très fortement la perte de gras)

 

hier soir au final  j'étais en plein dedans

si je n'en ai pas conscience, eh bien dès que je descend sous un certain poids, eh bien c'est l'affolement général

 

et finalement il me suffit d'un rien pour perdre la conscience

hier soir tant que j'étais consciente, je me confrontais à ce que je ressentais, tout allait bien

et puis il y a eu un point de bascule, ma fille dinait je lui apportais des trucs,  et soudain j'ai en qq sorte perdu conscience et je me suis précipitée vers un aliment rassasiant, impulsivement

et ensuite j'en ai rajouté d'autres, bien rassasiants, jusqu'à me sentir  "calée"

je ne sais pas encore ce qui s'est joué dans ma tête à ce moment là  ni pourquoi le fait de m'occuper de ma fille m'a fait repartir  dans  le "calmage en urgence, danger, danger....."

 

néanmoins, avec les qq suppléments que j'ai pris hier soir après mon diner, mon poids est revenu exactement au niveau de la semaine dernière, en zone connue quoi...

 

pour moi cet affolement général est essentiellement une peur physique de maigrir c'est vraiment comme ça que je le ressens

 

ce qui n'est pas évident c'est que tant que je reste en pleine conscience aucun souci, mais difficile tout de même d'y rester toute la soirée !!!

 

j'ai l'impression que j'ai là un "pas" à sauter, donc finalement c'est intéressant

redgine's cocktail.
Abonné

Bonjour les filles,

Et si tous vos efforts pour rester en pleine conscience, était tout simplement une sorte de contrôle ?

Rester en pleine conscience toute la journée est impossible, il me semble ?

Faire des séances de RPC est un moyen pour nous écouter du dedans, notamment pour nos EME. Et il me semble que ses séances ont pour but d'augmenter notre tolèrence envers ces fichues EME ?

Et je suppose que nous avons toutes un "capital" tolèrence aux EME qui nous est propre, un peut comme notre set-point ?

Izabelle, tu avais peut-être evie de faire comme ta fille, qu'on te serve à manger ?

Enfin, c'est vu de l'extérieur ......

Orange Cadmium.
Inscrit

Très intéressant ce fil, je ne l'avais pas encore lu. Merci du partage de vos ressentis et courage à toutes. Pour ma part, je ne pense pas avoir maigri depuis que je suis sur LC (ma balance est très capricieuse) mais je l'aurais senti dans mes vêtements, pour l'instant, j'en suis plus à reprendre goût à manger et à cuisiner wink maisça me parle ce corps anésthésié par les kilos qui atténuent l'hypersensibilité. Bonne journée!

rosiale.
Ancien abonné

Bonjour à toutes et tous,

Je viens de tomber sur ce fil et m'en réjouis car en vous lisant je réalise que je fais des EME avant de monter sur la balance, mais aussi après (car je ne fais pas les choses à moitié! wink) je n'avais jamais vu cela sous cet angle!

Un progrès malgré tout, je ne me pèse plus que tous les 15 jours et non toutes les semaines.

Cette crainte de voir mon poids repartir à la hausse ne me quitte pas, car comme  quelqu'un l'écrit plus haut, je me dis " t'as perdu qq grammes,  t'es super, sensas" , moi j'y ajoute: "attention ça finira bien par remonter...." et dans ce cas, alors je serais nulle,incapable etc.... 

Je n'arrive pas à imaginer que cette perte ( 5kg depuis avril ) puisse être durable.

Moi la petite rondouillette, plus mince durablement? Impensable! Impossible!

Manque de confiance en soi certainement, ne pas croire que l'on puisse enfin être plus mince....

Cette image de nous, la grosse, la rondouillette, difficile de s'en départir, de s'imaginer être autrement, elle nous colle à la peau!

La gêne quand il faut se mettre en maillot de bain, montrer ses bourrelets ou affronter la vendeuse qui vous dit "Mais ma po'v dame dans ce magasin on ne va que jusqu'au 44!" sous entendu allez voir ailleurs, vous faites tache dans ma belle boutique!!!

Et puis, conditionnée par des années de régimes je trouve (et les autres aussi, amis, famille) bizarre d'avoir perdu sans me restreindre, alors je me dis ça ne peut pas durer, ce n'est pas possible, ayant tout essayé avant, pourquoi ça marcherait cette fois? 

J'espère que cette vision négative et cette crainte s'estomperont avec le temps, les succès. 

Que d'être sensas / super ne dépendra plus de mon poids, mais de mon mental, de mes actions.

Hélas, le chemin est encore long.

Ce dont je suis certaine est, que quoiqu'il advienne, pour moi il y aura un avant et un après LC.

Même si je reprends du poids, certaines choses sont d'ores et déà acquises.

Manger plus lentement, attendre d'avoir faim etc.... je vais essayer de positiver sur ces victoires et me féliciter de les avoir mises en pratique.

Pour finir une petite citation du grand Confucius tellement vraie:

" Tous les grands voyages commencent par un tout petit pas"

J'espère ne pas vous avoir barbées, en espérant que pendant que vous me lisiez (ou pas wink ! ) vous ayiez oublié de vous réconforter avec du chocolat ou des madeleines!laugh 

Bon, maintenant je vais de ce pas faire l'étape "je découvre la dégustation" avec une délicieuse nectarine!laugh 

 

 

 

 

 

amie35.
Ancien abonné

Je suis dans une période de perte de poids avec -1 kilo sur la balance ce matin. je me suis imaginée dans la journée que je pouvais n en perdre encore 5 puis ensuite 10 kg avec une crainte que l'obsession de la balance revienne mais avec l'idée de me dire que je pouvais les reprendre et le doute d'être enfin sortie; Il faudrait que je ne sois plus sous contrôle et en j'en suis arrivée aux même remarques que Redgine Cocktail

[quote=redgine's cocktail]

Et si tous vos efforts pour rester en pleine conscience, était tout simplement une sorte de contrôle ?

[/quote]

[quote=rosiale]

Un progrès malgré tout, je ne me pèse plus que tous les 15 jours et non toutes les semaines.

Cette crainte de voir mon poids repartir à la hausse ne me quitte pas, car comme  quelqu'un l'écrit plus haut, je me dis " t'as perdu qq grammes,  t'es super, sensas" , moi j'y ajoute: "attention ça finira bien par remonter...." et dans ce cas, alors je serais nulle,incapable etc.... 

Je n'arrive pas à imaginer que cette perte ( 5kg depuis avril ) puisse être durable.

Moi la petite rondouillette, plus mince durablement? Impensable! Impossible!

Pour finir une petite citation du grand Confucius tellement vraie:

" Tous les grands voyages commencent par un tout petit pas"

[/quote]

Ah cette fameuse balance qui contrôle l'estime et l'image que l'on a de soi; alors que l'on sait au fond de nous que l'on est beaucoup plus qu'un chiffre sur une balance .  Nous sommes des êtres humains avec un coeur, des pensées, des émotions, des envies des regrets en un mot tout ce qui fait un être humain.

Être en pleine conscience ce n'est rien d'autre que de se connecter a tout cela , a la personne qui est nous et que l'on a trop souvent oublié

Et l'image de la fille rondouillette qui te colle à la peau, elle te renvoi à quelle pensées ? 

Aujourd'hui" malgré mon désir de continuer à perdre du poids, je me suis retrouvée à manger plus que la normal, le repas du soir était bien copieux. je me suis sentie bien calée, bien remplie toute la soirée. Je suis allée bien au delà de ma faim. J'y ajoute une soirée de solitude qui est pour moi compliqué à gérer ;

Le coté positif c'est qu'une fois bien calée je ne suis pas retournée voir mes placards et mon frigo ce qui est un exploit

Je me demande vraiment  si je vais un jour arrivé à lâcher prise 

izabelle
Animatrice forum

je pense qu'on s'est mal compris redgine, ou je me suis peut-être mal exprimée

mais la pleine conscience est en fait l'inverse du controle

puisqu'il s'agit simplement de rester au plus près de son expérience intérieure, dans le moment présent, sans rien faire en fait, et donc sans chercher à la controler

 

alors oui, si on utilise la pleine conscience pour se calmer ou controler son alimentation, on peut effectivement la prendre à l'envers, mais dans ce cas on ne fait pas véritablement de la pleine conscience

 

 

j'ai lancé un fil sur le forum  mon expé du programme  qui propose de faire une pleine conscience après chaque pesée, je trouve que ça serait pas mal  pour justement s'entrainer à accueillir en pleine conscience  toutes les émotions liées au poids

redgine's cocktail.
Abonné

[quote=izabelle]

je pense qu'on s'est mal compris redgine, ou je me suis peut-être mal exprimée

mais la pleine conscience est en fait l'inverse du controle

puisqu'il s'agit simplement de rester au plus près de son expérience intérieure, dans le moment présent, sans rien faire en fait, et donc sans chercher à la controler

 

alors oui, si on utilise la pleine conscience pour se calmer ou controler son alimentation, on peut effectivement la prendre à l'envers, mais dans ce cas on ne fait pas véritablement de la pleine conscience

 

 

j'ai lancé un fil sur le forum  mon expé du programme  qui propose de faire une pleine conscience après chaque pesée, je trouve que ça serait pas mal  pour justement s'entrainer à accueillir en pleine conscience  toutes les émotions liées au poids

[/quote]

OK pour ce nouveau fil poids-émotions, très judicieux.

Je pense avoir fait un transfert en bonne et due forme.

Et de coup, j'ai trouvé encore une piste pour mes EME. Je l'ai mis dans mon blog, car comme d'habitude, avant d'un venir à la conclusion, il y en a une pleine de page.

Merci Iza

lorraine
Marraine

oui, la conscience à soi qui s'envole qui permet au pilote automatique de reprendre le gouvernail et de se jeter sur la nourriture sans avoir faim...Ma main se sert sans même que je l'ai choisi......

Pour moi  je mets ça sur le compte du mental qui s'emballe et qui prend toute la place, il n'y a plus de présence à soi , à son corps dans l'instant présent

C'est généralement comme cela que je grossis ou reprend le poids perdu

Fort heureusement LC m'a fait prendre conscience de mes tendances permanentes au ressassement et à avoir l'esprit ailleurs  (j'ai fait ça pendant 40 ans  probablement pour lutter contre mes émotions et autres ressentis Ce qui fait que depuis LC  je ne ressasse plus de manière permanente, 

C'est clair que la rpc permet de bien accueillir les émotions; c'est comme cela que je sais que ce n'est pas de la peur que je ressens après m'être pesée .

Et plus je fais de rpc, et plus l'habitude d'être en pleine conscience dans l'instant présent persiste et moins il y a d'EME. 

Mais desfois j'ai pas envie de faire de rpc ; je me dis que peut être faire des EME "ça m'arrange inconsciemment "  comme cela je re grossis et je ne me respecte pas dans mon envie d'avoir une silhouette plus fine

ou alors c'est simplement les habitudes d'enfant  qui reviennent  toujours et encore au galop et qui s''incrustent, celles d'avoir été nourrie de manière émotionnelle par sa mère  (avec amour mais trop gras trop sucré trop en quantité alors même que j'étais bébé)

A suivre.......

Bonne soirée tout le monde

izabelle
Animatrice forum

oui dans mon cas le "pilote automatique"  reprend la main en une fraction de seconde si certains éléments sont activés

le tout c'est d'avoir suffisamment de bienveillance envers soi-même pour accepter qu'on n'arrive pas encore à tout accepter

pour ma part il y a beaucoup de souvenirs liés à l'adolescence qui sont réveillés par ma fille ( qui y entre)

 

alors hier soir   je me suis sentie légère et pourtant cela ne m'a pas provoqué d'EME

il faut dire que j'av ais été obligé de faire un immmmeeeense sas de décompression  à cause d'une journée bien tendue

 

sur la fin, je me suis rendue compte que j'avais cette tendance  "corporelle"  à harmoniser les énergies en moi-même

à savoir quand il y a du conflit, je prends tout en moi et je veux le "résoudre"

mais vraiment physiquement, émotionnellement,   que tout mon corps se crispait et que je cherchais à le détendre en même temps que d'harmoniser les gens qui m'entourent

alors hier soir j'ai décidé que je n'avais rien à faire avec ces énergies là de conflit, que je pouvais simplement les laisser être

et me connecter moi-même à l'harmonie (comme toujours par la musique) sans avoir besoin de ré-harmoniser les autres

peut-être confus, mais pour moi j'ai touché une clé importante de ma problématique

 

je pense que dès ce soir je vais être confrontée en plein aux EME de "d'amincissement", alors je viendrai alimenter ce fil

lorraine
Marraine

Et oui, on est pas obligé de TOUT maitriser , et

c'est pas parceque on ne peut pas faire le (supposé) bonheur des Autres en résolvant les conflits par exemple qu'on est pas valable....(je me parle à moi même, bien sûr aussi)

.En plus souvent les Autres ne nous demande strictement  rien à part peut être celui d'être bien dans notre peau ...les enfants aiment que leur maman soit épanouie en faisant ce qu'elle aime...

Oh oui Isabelle, soyons et restons bienveillantes avec nous même.....Rome ne s'est pas faite en un jour....Et un pas après l'autre dans nos apprentissages...Et je trouve que s'il n'y a qu'un message à laisser aux nouvelles cest celui là

Comme la pensée n'est pas la réalité, va savoir peut être n'y aura t-il pas d'EME ce soir....   smiley     Je pense à toi.

 

 

izabelle
Animatrice forum

ah bah c'est gentil Lorraine, ton retour sur le forum est mieux que le meilleur des desserts !!

 

 voilà  ce soir, je suis en plein dedans,mais je m'observe  et l'avantage c'est que depuis trois jours que je me confronte à ces fins de diner, cela devient extrêmement facile de ne plus avoir peur de cette confrontation

l'EME que je ressens, je la ressens très fréquemment  après une petite semaine à écouter mes sensations, c'est le fameux moment où on commence à perdre du poids et là  y'a une partie de nous qui soudain, on ne sait pas pourquoi, a envie de  "se lacher"

 

je n'ai plus faim, je pense même avoir dépassé la satiété un chouilla

et je peux dire que j'ai envie de sucre, de pain, de chocolat....

sachant que je viens d'en manger, du chocolat, en dessert  (plus qq petites autres choses tout à fait délicieuses)

 

donc me voilà  avec des EME qui sont induites, j'en suis sûre par la  "peur" de m'alléger,  peur hautement irrationnelle s'il en est, vu que j'ai déjà été plus légère qu'actuellement et qu'a priori  cela n'a pas produit des choses catastrophiques  wink

 

donc j'ai décidé de me faire une petite minute de pleine conscience, car une confrontation en pleine conscience  c'est mieux que juste  tenter, esssayer d'accepter de ressentir (et avoir l'impression de, mais que pouic)

-----------------------------------------------------------------------------

alors vraiment très étonnant cette pleine conscience à ce moment-là précis

dés le début, je sens une peur, mais au lieu de se localiser dans le plexus ou autre,  elle était localisée  dans mes cuisses !!!

eh oui

je l'ai ressenti comme une simple peur de perdre du gras, du stock, de la réserve

 

donc j'ai fait une expansion, c'est à dire j'ai essayé d'élargir la connexion avec cette peur en m'élargissant mentalement à cet endroit

j'avais la tentation de la rassurer, mais j'ai bien vite arrêté car cela ne fait que l'amplifier

 

donc j'étais la,  " la peur aux cuisses " laughlaughlaugh  ben non j'ai pas fumé la moquette je vous assure

et connectée à elle

 

voilà, elle est toujours là je pense, mais moi j'ai fini de m'en occuper j'ai envie d'aller faire de la musique

 

bonne soirée à toutes et merci pour ces échanges

izabelle
Animatrice forum

eh ben voilà j'en ai eu une hier soir

et comme j'étais heureuse de la reconnaître !!!

 

donc hier soir   "out of the blue",   nous sommes en train de voir un film en famille, quand soudain  j'ai une envie massive, soudaine et impérieuse d'un carré de chocolat praliné fourré

bien heureusement, comme je ne pouvais m'échapper sans gacher le plaisir de tout le monde, eh bien  j'ai eu un peu de temps avant de me ruer vers le tiroir  pour interroger cette envie

en fait j'ai juste fait de la place à cette envie, sans trop réfléchir car d'ailleurs je voyais quand même le film

 

et puis soudain bing!!!  ça m'a heurté   enlightened

 

c'est une EME d'amaigrissement, en fait je suis en train de maigrir, là, maintenant

 

dans ce type d'EME, que j'ai beaucoup de mal à reconnaitre, j'ai en général une simple envie, impérieuse, sans avoir besoin de rien réconforter,  ça ressemble à une "faim"  mais cela n'en est pas une vraie (l'estomac ne tire pas)

ça peut ressembler à ce que l'auteur de "manger en pleine conscience"  nomme  "faim des cellules"

si je pousse mes sensations, j'ai juste l'impression qu'il y a un grand destockage du gras en cours dans mes cuisses (là où j'en ai la plus importante réserve  wink)

 

 

 

ce qui est bien, c'est que du coup,  sachant d'où venait cette EME, eh bien cela a été bien plus facile de ne pas y répondre et de faire de la place à cette tension, puisque cela avait du SENS  (tellement plus simple pour les zebres dans mon genre)

donc finalement cette EME est devenue joyeuse  (je suis en train de mincir !!)   je n'avais plus du tout envie de ce chocolat, également

 

et le lendemain, j'avais en effet perdu pas mal de poids

 

 

donc bien contente de l'avoir reconnue, cette EME-là,  qui passe si souvent inaperçue,  ou du moins non identifiée

izabelle
Animatrice forum

et voilà rebelotte ce soir

j'ai une EME,  sans avoir besoin de réconforter quoi que ce soit, mais qui correspond à une simple envie de "refaire" les stocks

quand je la vis en pleine conscience, ça se passe toujours au niveau de mes cuisses et mes hanches, une sorte d'angoisse située dans cette zone

je sais c'est bizarre mais je promets que je n'ai pas fumé la moquette  laugh

Primevere92.
Ancien abonné
Merci Izabelle de nous partager tout ceci... Cela semble assez incroyable comme sensation localisée, j'essaierai d'interroger la prochaine qui m'assaille ainsi Le fait de lui trouver un "sens" je comprends bien que cela puisse aider à vivre et laisser passer l'EME
Sandrine.
Ancien abonné

Bonjour,

Je reprends le programme après 3 ans d'interruption. Je vous remercie d'avoir ouvert ce fi lde discussion car en fait je n'ai pas réussi à passer ce cap la dernière fois. Après avoir perdu 7 kg j'ai eu une sensation de peur, de vide, alors que je ne faisais que revenir à un poids déjà connu. Cette angoisse m'a réellement empêché de passer à la phase de stabilisation. 

Pour le point positif tout de même, je reprend le programme avec les acquis, c'est incroyzble de revoir à quel point tout revient très facilement. De plus je passe enfin au programme d'activité physique que je n'avais pas réussi à entamer précédemment car entre 2 j'ai repris l'équitation, arrêté puis entamé le Pialtes. La barrière de l'activité physique est donc tombée. Bon résultat malgré les 10 kg repris en 3 ans.

izabelle
Animatrice forum

bon retour ici Sandrine !!!

moi aussi je viens de faire tomber la barrière physique en me mettant également aux Pilates !!

 

super de voir que les acquis sont toujours là,  et je pense que cette fois tu pourras approfondir justement sur le plan émotionnel, ce qui rendra ta perte de poids encore plus durable

à bientôt

Marie0211.
Abonné
Bonjour, C'est vrai, je me reconnais aussi dans ce post. Autant, je vais manger lors d'émotions négatives, mais les émotions positives peuvent aussi me conduire tout droit dans les placards! Et notamment une perte de poids. Il est vrai aussi que j'étais en surpoids jeune, je ne sais donc pas qu'elle peut être ma silhouette "mince". Cela est sans doute angoissant=stress=frigo! Bon après midi! Marie
izabelle
Animatrice forum

personnellement j'ai toujours eu tendance à manger plus pour me calmer des émotions très agréables que désagréables

c'est surtout pour calmer l'excitation en fait

depuis que j'essaie de la vivre en pleine conscience, ça va beaucoup mieux de ce côté là

Haut de page 
X