Défi acceptation émotionnelle - 21032015

izabelle
Animatrice forum

Depuis qq temps, vu que j'ai eu un petit "rappel" d'EME,   je recommence à pratiquer un peu plus sérieusement l'acceptation émotionnelle

et c'est absolument totalement souverain....

néamoins en ce moment j'ai beaucoup de pratique....

j'ai commencé samedi dernier  (voir mon blog) :  accepter de ressentir l'histoire de la nulle pas à la hauteur

ensuite pendant la semaine (voir mon blog à nouveau)  : accepter de ressentir l'histoire de la pas-intéressante-mise de coté

 

et ce matin, on est samedi (jour de mes "cas" les plus gratinés si j'ose dire), donc j'ai eu droit à une variante de celle de samedi dernier, mais qui revient un peu au même :

"celle qui n'y arrive pas"

ça correspond surtout à des mes patients, avec lequel je râme bien bien bien......

j'ai convoqué le père, lequel rame aussi, et donc ce matin il fallait exprimer ça : le fait qu'en ce moment dans ce suivi je bute, que je n'arrive pas à le faire progresser

imaginez si c'est dur pour une wonder woman de l'impossible (du psychisme.....)  s'il y a bien un domaine où il ne faut pas être wonder woman, c'est bien là....

 

 

donc concrètement, ce matin, me voici prête à ressentir la pillule amère du samedi :

au réveil, j'ai essayé de ressentir le malaise

et en gros c'était ça : dire au parent  "en ce moment je n'y arrive pas, à aider votre fils à changer"

accepter donc d'être celle qui n'y arrive pas, qui n'a pas forcément de solution

 

très dur pour qq'un qui s'est fondamentalement construit avec l'idée que la base de sa vie est d'aider les autres à changer (et là j'y arrive pas)

 

 

finalement je crois que je ne l'ai pas très bien fait, mon acceptation émotionnelle, du moins pas à fond

j'ai accepté de le ressentir, mais je suis restée dans "l'idée" d'accepter  (néanmoins cela a été déjà très efficace, à la fois pour le suivi, mais aussi pour moi, pas d'EME à midi)

 

 

donc j'ai bien envie de lancer un petit défi,  un peu compliqué sans doute pour les débutants, mais ouvert à tous, et surtout aux mangeurs émotionnels, et qui est le suivant :

 

accepter de ressentir un ressenti difficile en pleine conscience

concrètement le défi est le suivant :

- sentir un vague mal-être, vague et diffus  (mauvaise humeur, état de lutte émotionnelle)

- essayer de mettre un mot sur ce mal-être, genre  "la nulle",   "la coupable"   ou  "celle qui n'y arrive pas"  (dans le style)

- se centrer sur son corps et sentir dans le corps ce que "ça" fait

- à chaque fois que des images ou des pensées s'activent, revenir dans son corps  pour sentir ce ressenti-là  dans LE PRESENT

- et continuer ainsi  pendant une minute

 

 

Alors des volontaires????

 

pour ma part, à chaque fois que je le ferai, je viendrais le consigner ici

Commentaires

lylyoz
Marraine

Excellente idée! Je te suis.yes

Lua Nova.
Abonné

Ah oui, beau défi Isabelle!

Pour ma part je suis souvent confrontée à "la paresseuse" (alors que les gens me décrivent comme courageuse, volontaire, active...

Mais celle qui me pèss les plus c'est : l'imposteur! (ça se dit au féminin?) alors que je suis quelqu'un de rigoureux dans mon travail et que la cohérence et l'exigeance intellectuelle font partie de mes valeurs.

Il y a aussi la transparente...

Je ne suis pas sûre d'avoir bien compris la démarche. Quand je sentirai cet inconfort: regarder, respirer, le sentir dans mon corps? Et me dire me voilà en train de penser que je suis un imposteur... une impostrice?

J'essayerai et je viendrai consigner le résultat ou les questions!

izabelle
Animatrice forum

yes

Kaylee
Marraine

yes J'ai mon EME du samedi, plus particulièrement du samedi soir : je n'ai pratiquement jamais d'appels ni de SMS ni de mail, rien du tout, de mon mec à distance du vendredi midi au lundi soir (pourquoi je dis "mon" mec ? il est peut-être aussi à quelqu'un d'autre, mais je m'en fous, parce que c'est ça ou rien - et comme je ne suis pas prête à avoir le "rien", j'accepte l'éventuel "ça"). Le moment le plus pénible, c'est le samedi soir, je ne sais pas pourquoi.

izabelle, je viens de faire selon ton exemple la grande introspection :

* pourquoi le samedi soir ? parce que j'espère comme une nulle, une idiote, un appel qui ne viendra pas... frown

* je suis en colère : contre lui ou contre moi ? Plutôt contre moi : parce que je n'arrive pas à lâcher prise, mes essais de lâcher prise, c'est plutôt de la capitulation, parce que je n'ai pas le choix, c'est comme ça et c'est pas autrement, je ne peux rien faire contre les envies qu'il n'a pas - en colère contre moi parce que je n'arrive pas à trouver le déclic pour ne rien ressentir, pour que je m'en foute, qu'il ne m'appelle pas pendant le week-end - j'ai largement de quoi m'occuper pendant le reste du week-end, mais le samedi soir, je me retrouve vide et je me sens rejetée

* j'accepte ma colère, mais j'en fais quoi, de cette colère ? Elle me vrille l'estomac, me donne envie d'envoyer un texto ultra-sarcastique qui ne servira à rien et que je regretterai dans la seconde. Réflexion faite, je pense que je ne l'accepte pas, ma colère, car si je l'acceptais, ça ne me mettrait pas dans un état pareil, un état qui me donne envie d'attraper un autre 1/4 de Lxxxxxl, ou de me consoler avec un sac de Chips et une bière.

* me "consoler", ou "me faire plaisir" au fait, ou "compenser" avec le sac de Chips et la bière ? Et pourquoi je ne le fais pas ? Parce que ça fait partie des aliments "tabous" et que, de temps en temps, la culpabilité revient au grand galop. Je culpabilise de me faire plaisir avec un sac de Chips, parce que je me dis que je ne le mérite pas.

Si j'étais moins nulle, si j'étais importante (pour lui), si je n'avais pas une "estime de soi" ultra basse (malgré plusieurs TCC), je ne me sentirais pas rejetée, j'arrêterais de me prendre la tête.

Ce que ça fait dans le corps ? Parfois la fourmi au bout des doigts, annonciatrice de la crise de spasmophilie.

Ce que ça me fait, là, maintenant ? L'estomac en vrille, et le cerveau en ébullition, la cervelle qui ressemblerait à une huitre sur laquelle on verserait une grande rasade de jus de citron...

Et Toi, izabelle, une fois que tu constates ce que ça te fait dans le corps, quelle est la suite ? Un simple constat, style "c'est comme ça et puis c'est tout" ? Ou un apaisement en mettant des mots sur ce que tu ressens ?

Liloz, Lua Nova, que faites-vous de la constatation de l'EME du moment ?

Hayley.
Ancien abonné

Je vous suis

Je sais que j'ai quelque chose à "gratter" par là mais je ne sais pas trop comment attaquer "la face nord" !

J'adopte donc le mode-op d'Izabelle...

A bientôt sur nos écrans !

acdc.
Abonné

salut

 

ce week end j'ai bien besoin d'accepter mes emotions...tristesse de me rendre compte que j'ai très envie d'agrandir la famille...envie qui n'est pas partagée par mon mari.

du coup on est tristes tous les deux...et chacun avec des espoirs et des  projets différents.

le  risque de panique devant tant d'émotions n'est pas loin...je me dis d"jà: comment tu vas faire pour etre opérationnelle demain avec tout ce bordel dans ta tête????

bref, je me sens triste...et cette morosité entre nous m'angoisse aussi....

j'aimerais déjà accepter tout ce tsunami emtionnel au lieu de paniquer en me disant que demain je vais pas valoir une cacahuete au boulot.

donc j'ai aussi peur...toujours ce scénario de l'incompétente....et dire que lors de mon évaluation annuelle ma chef me renvoit que des choses positives. evoauqnt meme le fait qu'elle me voit bien à un poste de cadre!!!j'entends, je suis contente...mais j'ai du mal à y croire. ELle ne parle pas de moi surement mdr

bref, ce fil me parle bien...donc à très bientot!!

Loli2pop.
Abonné

Hello tout le monde,

Et super idée Izabelle ! j'adore le défi .... je ne suis pas vraiment une débutante, mais je me sens totalement novice en acceptation émotionnelle. Donc, je participe au défi, yessss.

Lua Nova >je crois qu'on aura qq fois les mêmes mots à mettre sur notre mal être ...."imposteur" "paresseuse" tout ça, tout ça .... Mais pour ma part, je sais que je réalise peu de choses concrètes depuis qq semaines, du coup, ça renforce les pensées. Je crois que ça va justement me faire beaucoup de bien d'accepter ces ressentis pour enfin avancer !

Kaylee > bravo pour ton décortiquage ... et le moment venu, bon courage à toi, pour te rapprocher de ce dont tu as besoin, pour prendre le taureau par les cornes et mettre à plat tout ce qui est bon ou non dans ta vie ! Des moments de vie, jamais simples et tellement bénéfiques après coup.

Hayley > hihi, voilà, pareil que toi ... c'est fou, comme on ressent qd il y "quelque chose à gratter" :) j'aime bien cet image, de gratter la terre comme pour déterrer un os, ou le graal !!

ACDC > ah mais je vois qu'on a cette problématique commune en ce moment : un bébé désiré que par nous et pas par nos hommes. P°°°°°, quel fouillis la vie des fois. Plein de pensées à toi !

Ce matin, j'ai ressenti comme un mal être de "feignasse" .... dans mon corps, pas grand chose, ... si juste une sensation de froid, et des pensées récurrentes de procrastination devant la tv (en mode évitement avec la zappette folle) .. mais bon, c'était plus que des pensées, c'est ce que je vivais au moment du ressenti :) Je crois q'un peu de PC pourrait m'aider à analyser "ça" plus en profondeur.

Bons ressentis à vous,

Loli

isage109.
Abonné

oui je suis volontiers.

Là c'est la "profiteuse" qui va sur LC au lieu de bosser qui se manifeste alors je développerai plus tard...-surprise

 

A tout bientôt

izabelle
Animatrice forum

[quote=Lua Nova]

Mais celle qui me pèss les plus c'est : l'imposteur! (ça se dit au féminin?) alors que je suis quelqu'un de rigoureux dans mon travail et que la cohérence et l'exigeance intellectuelle font partie de mes valeurs.

Il y a aussi la transparente...

Je ne suis pas sûre d'avoir bien compris la démarche. Quand je sentirai cet inconfort: regarder, respirer, le sentir dans mon corps? Et me dire me voilà en train de penser que je suis un imposteur... une impostrice?

[/quote]

le syndrome de l'imposteur est CARACTERISTIQUE des personnes hypersensibles   et-ou  (souvent et)  de niveau intellectuel assez percutant (on va dire, sans être forcément sur-doué)

c'est peine perdu que d'essayer  de NE PLUS ressentir le syndrome de l'imposteur

ou encore, je l'ai compris récemment, de chercher à tout prix à "renforcer" son estime de soi de façon classique

 

en fait j'ai compris que c'est voué à l'échec  car le syndrome de l'imposteur  est  qqchse qui s'active automatiquement lorsqu'il  y a un décalage  entre :

- la perception qu'on a de la façon idéale dont une tâche pourrait être réalisée

- nos capacités actuelles à réaliser la tâche

 

c'est cet écart, ce décalage qui crée le syndrome de l'imposteur

et comme on ne pourra jamais s'empecher de percevoir,  ni être toujours au top au niveau de nos compétences, eh bien....  ça s'active

c'est comme une histoire qui s'active, l'imposteur, la personne pas à la hauteur

dans l'imposteur, il y a la notion de secret dans le fait de ne pas être à la hauteur

 

la seule chose à faire avec cette "histoire"  c'est d'accepter qu'elle puisse s'activer au moindre truc,  d'accepter sa présence, mais de lui donner moins d'importance

c'est comme qq'un qui aurait une blessure de guerre, elle sait que par moments ça va faire un peu mal, mais c'est comme ça et ce n'est pas forcément grave (ce qui ne veut pas dire que ça n'est pas agréable, mais pas le choix)

la dédramatisation est donc essentielle

 

 

de mon côté, j'ai poussé plus loin le schimlblick,  parce que je pense que tout ressenti ou émotion  a une utilité  (au bout du compte, tant qu'on ne plus les faire disparaitre, autant qu'elles soient utiles  ;-)

pour ma part, à chaque fois que je ne me sens  "pas à la hauteur",  eh bien je sais que le moment est venu de  "bosser"

chose que je n'ai pas appris du tout à faire dans ma jeunesse (et dont je me suis bien mordu les doigts par la suite)

à chaque fois que "l'imposteur" s'active en moi je me dis :  ah ok....  c'est peut-être le moment de faire qq recherches, de te montrer créative, car il y a une partie de toi  qui "sent"  qu'une progression s'impose, là maintenant

 

personnellement, donner du sens à l'activation de cette histoire, ce n'est pas chercher à la faire disparaitre, mais c'est l'utiliser comme un signal, comme j'essaie de le faire avec mes autres émotions : par ex  quand je suis en colère, je "recadre", quand je suis triste, bon rien à faire  mais je sais que je dois accepter une perte, quand j'ai peur je sais que je suis devant un défi à relever et que si ça va dans le sens de mes valeurs, ça peut valoir le coup

et donc maintenant quand je ne me sens pas à la hauteur, je sais qu'il faut que je travaille

donc concrètement, je prends un "cas", j'y consacre du temps de réflexion, je cherche des pistes, dans l'idéal je lis des livres sur le sujet, etc.....

 

 

 

mais pour en revenir à nos moutons,  pour simplement déjà accepter la présence de ce ressenti, c'est :

 

- le ressentir dans le corps, en pleine conscience

 

et c'est tout !!!!!

pour l'imposteur,  si vous avez des ressentis dans le corps, je vous paie des prunes, enfin j'imagine qu'il peut y avoir de la peur, dans ce cas du ressenti physique

mais l'imposteur pur, c'est de la pensée, donc aucun ressenti corporel particulier

 

pareil pour  "la transparente",  tu essaies de le vivre dans le moment présent, tu le ressens donc  dans ton corps  (sans pensée, sans image)

 

et voilà le défi

si on fait ça une minute, on a gagné !!!

izabelle
Animatrice forum

[quote=Kaylee]

Ce que ça me fait, là, maintenant ? L'estomac en vrille, et le cerveau en ébullition, la cervelle qui ressemblerait à une huitre sur laquelle on verserait une grande rasade de jus de citron...

Et Toi, izabelle, une fois que tu constates ce que ça te fait dans le corps, quelle est la suite ? Un simple constat, style "c'est comme ça et puis c'est tout" ? Ou un apaisement en mettant des mots sur ce que tu ressens ?

[/quote]

eh bien bravo Kaylee pour avoir ressenti ce "package"

la colère contre soi, c'est une lutte émotionnelle, en fait

tu luttes contre le ressenti que cet  homme réveille en toi, à savoir celui de ne pas être  "suffisamment intéressante"  ou  "pas digne d'amour"

c'est un ressenti très dur à accepter

et c'est celui-là qu'il faut essayer d'accepter

accepter de ressentir,  et non pas accepter qu'il existe.....

c'est à dire qu'on est d'accord que ça serait beaucoup mieux que ton amoureux ne te fasse pas ressentir ça

mais puisque tu en fais l'expérience, notamment le samedi soir

eh bien tu peux essayer  d'accepter de ressentir ça  en pleine conscience, ce truc-là   "ne pas être aimé"

 

accepter de le ressentir et le faire en pleine conscience  est ce qui te fait sortir automatiquement de la lutte qui te prend toute ton énergie

 

je l'ai fait récememnt pour   "la pas -aimé"

déjà accepter de faire l'expérience de ce ressenti, c'est difficile

et c'est normal que ça soit difficile

ne pas être aimé, pour un enfant c'est vraiment dangereux au niveau de la simple préservation,  pour un ado aussi au niveau symbolique de l'insertion sociale

pour un adulte, ça devient de moins en moins "dangereux"  mais on a tellement intégré que c'est dangereux que vraiment on a le "réflexe"  de ne pas vouloir, accepter de le ressentir

 

donc perso je me dis :  ok, tu fais l'expérience de ça, tu acceptes?

ok  (pour dire ok, faut déjà être persuadé qu'en fait ya pas de danger)

ensuite tu le vis, ressens dans ton corps

pour j'ai des manifestations physiques, puisque ça s'accompagne de tristesse

 

je le laisse simplement durer dans mon corps, le temps que ça dure

 

à mon avis, si on le fait déjà qq secondes, on marche dans la bonne direction

 

 

le but n'est en aucun cas de "faire disparaitre"  le-dit ressenti

mais plutôt  que le ressentir ne soit plus un tel drame

 

 

de mon côté quand j'ai fait ça,  un petit moment après je sors de la "lutte" donc je reconnecte à moi-même  et je sors donc totalement de toute dépendance affective car je suis présente à la réalité

mais le but ne doit être en aucun cas de "sortir" de cet état,  bien au contraire le but est d'accepter de resssentir

izabelle
Animatrice forum

[quote=Hayley]

Je sais que j'ai quelque chose à "gratter" par là mais je ne sais pas trop comment attaquer "la face nord" !

J'adopte donc le mode-op d'Izabelle...

[/quote]

à très vite alors pour ton ressenti sur ce défi

 

[quote=acdc]

ce week end j'ai bien besoin d'accepter mes emotions...tristesse de me rendre compte que j'ai très envie d'agrandir la famille...envie qui n'est pas partagée par mon mari.

du coup on est tristes tous les deux...et chacun avec des espoirs et des  projets différents.

[/quote]

oui la tristesse est normal avec la "perte" de ce projet d'enfant,  ou du moins des obstacles à le réaliser

hier j'ai fait une acceptation émotionnelle de la tristesse, il est vrai que c'est particulier...

 

[quote=Loli2pop]

Ce matin, j'ai ressenti comme un mal être de "feignasse" .... dans mon corps, pas grand chose, ... si juste une sensation de froid, et des pensées récurrentes de procrastination devant la tv (en mode évitement avec la zappette folle) .. mais bon, c'était plus que des pensées, c'est ce que je vivais au moment du ressenti :) Je crois q'un peu de PC pourrait m'aider à analyser "ça" plus en profondeur.

[/quote]

pas tant analyser que te laisse ressentir...

si ça se trouve c'était un truc de "pas à la hauteur" que tu ressentais

c'est très lié au perfectionnisme et la procrastination

 

[quote=isage109]

Là c'est la "profiteuse" qui va sur LC au lieu de bosser qui se manifeste alors je développerai plus tard...-surprise

[/quote]

bouh la profiteu---ze....   wink

à très vite

izabelle
Animatrice forum

De mon côté j'ai expérimenté   hier matin  la tristesse

il se trouve que mon homme s'est levé du mauvais pied, et il était speed et dur, ce qui contraste pas mal avec son tempérament habituel : tendre, affectueux et compréhensif

pour une histoire débile de paillasson sale, il était d'une dureté.....

de plus on était en voiture, du coup ambiance glaciale, merci bien le dimanche matin......

 

c'était le moment de pratiquer l'acceptation émotionnelle

donc j'ai mis ma conscience dans mon corps, pour sentir  "où" ça se passait

clairement dans les yeux, avec les larmes qui étaient prêtes à bondir (mais pas envie quand même de ruiner mon maquillage)

la sensation que j'ai toujours dans ces cas là, c'est d'être une petite fleur que l'on a piétiné, mon coeur a comme des "soubresauts"

donc je suis restée avec ce truc là un petit moment, dans cette conscience là

pas de pensées, pas de ruminations, pas de  "ah mais lui, gna gna gna....."  enfin si au début, mais ensuite j'ai laissé ça pour partir dans la pleine conscience

 

pas trop facile à vivre la tristesse je trouve, même en pleine conscience

mais j'ai survécu......

je savais que la tristesse était là pour m'aider à accepter  cette "perte" de lien momentanée

 

 

ensuite tout s'est bien arrangé, puisque du coup  il s'est bien sûr rendu compte qu'il était mal luné et s'est excusé (ou presque) sans que je n'ai rien eu à dire

toujours plus sympa que de se prendre la tête pour rien (très peu pour moi)

marieal.
Inscrit

il tombe bien ce défi...

ça fait 14 jours que je suis confrontée à un état émotionnel intense, en lien avec notre projet d'adoption: malgré des rapports favorables des deux pros que nous avons rencontrés pendant 9 mois, la comission d'agrément nous a refusé l'agrément pour une raison médicale ( pathologie de mon conjoint) sans avoir de renseignement sur cette pathologie et sans nous en avoir demandé...en plus cette pathologie n'est pas une contreindication à l'adoption...cette décision était tellement illogique que nous avons réussi à la faire simplement annuler, mais on rejoue ça le mois prochain...

bref , depuis 14 jours, je passe par la colère, la tristesse, l'angoisse, la peur de l'avenir, les regrets d'avoir été honnêtes pour cette adoption, la combativité, la hargne mais aussi des émotions positives avec mon mari, notre complicité qui nous aide à surmonter celà...

depuis 10 jours, je fais essentiellement des cauchemars et je me réveille tous les matins avec le bas du dos bloqué et une pointe douloureuse dans le dos, j'en ai plein le dos quoi!

depuis 10 jours tous les matins je fais une séance de yoga et ça va mieux après, je dénoue par le souffle les tensions émotives accumulées dans mon dos pendant la nuit.

Bon je ne vous cache pas que j'ai quelques EME, mais le fait de savoir que mes EME sont normales, qu'il est probable que je reprenne quelques centaines de gramme pour atténuer mes tensions, ben je suis beaucoup moins en lutte avec moi- même sur ce plan là et c'est drôlement plus facile à gérer que les coups durs auparavant! moins de fringales, mais des EME que j'assouvie tranquillement...

 

acdc.
Abonné

salut!

 

Marieal, plein de courage et d'énergie à toi, à vous pour ce parcours d'adoption. Super ce temps que tu prends pour toi tous les matins!

Izabelle, merci pour les explications que tu donnes concernant le syndrome de l'imposteur...que je vis souvent aussi.

aujourd hui je me rends compte que le fait d'avoir accepté ma tristesse l'a rendue vraiment plus légère...j'ai même eu dans la journée des envies de prendre soin de moi, que je n'avais pas eu depuis longtemps, au niveau de l'alimentation notamment.

j'ai eu envie de retourner faire des vrais choix dans un supermarché au lieu de faire tjs au drive des commandes, je réalise que je mange tjs la meme chose, je me lasse.

la tristesse a comme laissé la place à des envies ...plutot cool comme expérience de l'acceptation émotionnelle!!!

bonne soirée

acdc.
Abonné

bonjour!

 

ce matin, je me sens inquiète par rapport à la synthese que je vais présenter tout à l'heure, scénario de la fille qui s'exprime de façon confuse et bordellique. inquiète de ne pas trouver mes mots...pas une énorme inquiétude mais elle est présente...salut ma p'tite!

 

bonne journée à vous

Lua Nova.
Abonné

Ce matin lourdeur et fatigue.

Decouragement.

"La paresseuse" et "l'incompétente" sont au devant de l'écran.

Une douche et ça ira mieux...

izabelle
Animatrice forum

bravo les filles pour l'acceptation émotionnelle

Marie, je comprends que tout ceci soit très "émotionnant", quand on parle d'avoir des enfants, on touche à des émotions parmi les plus profondes

ça me fait même pleurer de lire ton message, donc...

 

pour moi ce matin j'ai du "accepter" un état émotionnel, ou plutôt nerveux qui est très pénible pour moi

normalement le mardi je bosse tranquille, je n'ai pas de rendez-vous, je fais mes bilans (et mon jardin théoriquement, mais trop de bilans en ce moment, ce qui d'ailleurs me gave)

bref, je prends le bilan le plus dur que j'ai à faire

je ne sais pas pourquoi, pour cette enfant, je me suis mis la pression pour déterminer exactement ce qui la gêne (troubles des apprentissages complexes et dur à déceler)

j'ai fait trop de tests et j'ai eu la tête sur le point d'exploser au moment d'associer tout ça dans ma tête pour arriver à une compréhension

et j'y suis arrivée, mais ensuite ma tension nerveuse était si élevée que j'ai cru que j'allais péter un cable

avant c'était facile.... un peu de chocolat, tu calmes la "machine" et ça repart

bon, là j'ai pris du chocolat bien sûr comme tous les jours, en dessert,  mais nulle envie de me calmer avec plus de chocolat

eh bien je suis allée me coucher.....

j'avais comme besoin d'un "reset", juste éteindre l'ordinateur  et le rallumer

par contre dur dur quand je suis à ce point de tension nerveuse

j'ai fait bien 3-4 rotations de conscience à la suite (genre bodyscan, mais accéléré et plus complet)

en ressentant bien dans mon corps le stress, la tension

et en lachant mes pensées qui revenaient à la charge

pas pensée.... corps.....

 

j'ai fait mon "reset"  c'est à dire qu'au bout de 30min  j'ai réussi enfin à m'endormir

pour me réveiller juste après  (plus le temps)

mais mon mal de tête a disparu, ma tension nerveuse a baissé de trois crans

j'ai cru que j'aurais une EME après ma sieste (d'habitude systématique)  mais non !!!!!

faire la sieste avec du bodyscan pour arriver à déconnecter, c'est mieux que la simple sieste classique donc....

acdc.
Abonné
Geniale izabelle pour cette pause!!ca me donne envie....jesuis dans un bureau où il y a une table de consultation médicale. Punaise je m y allongerais bien.....mais le bip bip bip de la culpabilité m y empêche!en même temps. ...je rêve que la sieste soit un jour reconnue comme une nécessité au boulot!! Sinon ce jour je me suis sentie débordée. Ok. je me suis sentie aussi encore touchee par le syndrome de l imposteur. ..Plusieurs fois mm dans la journée. Ok ok je me prends dans mes bras et je me cajole. à plus et bonne journée à vous
Hayley.
Ancien abonné

J'ai bien aimé le "démontage" de l'imposteur, en terme d'écart constaté et de la nécessité perçue d'agir. Conscience parfaitement rationnelle de l'insuffisance. Et ça m'a interpelée.

J'ai, je pense toute ma vie, réactivé régulièrement et suivant les circonstances, "la nulle", celle "qui n'a pas", "qui n'est pas" ou "qui ne sait pas", c'est selon... et à l'occasion "la gourde"... et plus récemment la "pas à sa place"... Parfois c'est la version "celle qui n'a pas de chance". Je vis cela très fort depuis quelques mois (c'est la source d' au moins 80% des EME et peut-être bien des kgs en trop !). Depuis 4 jours c'est en rafales.

Je viens de chopper une nouvelle attaque... ressenti ? une forte oppression comme l'effet d'un coup de poing au plexus et, associé, une sensation de vide qui tire toute mon énergie vers le bas (effet-siphon). D'ailleurs je prends conscience que j'ai tendance à me replier physiquement en même temps (troublant !)

Si je cherche à rattacher l'émotion à son contexte de survenue (l'évènement), je trouve un travail délicat, un peu complexe sur lequel je n'avance pas... et je m'en veux... et j'en stresse.

Flash-back : pourquoi est-ce que je n'avance pas ? A la louche je pourrais dire "je procrastine".. mais c'est plus compliqué que ça : je prépare la préparation, puis je relis la préparation, et aussi je retouche la préparation, et puis je corrige la préparation, voire je refais la préparation... Je peaufine (comme l'écrivain qui n'a jamais écrit que la 1e ligne de son unique roman à force de la vouloir parfaite)... En fait je diffère pour espérer atteindre la perfection, parce que j'ai la trouille de ne pas être à la hauteur.... La hauteur ? quelle hauteur ? Tant qu'à faire, la perfection... Mais alors c'est de l'orgueil ? Qu'est-ce que je cherche à prouver à qui et pourquoi ?

Il me semble que ça a qque chose à voir avec l'imposteur mais en plus moche !

Ce qui est clair c'est que d'avoir ramené le ressenti au "senti" m'a permis de le mettre à distance et de le scruter, ce que je n'avais jamais pu faire avant (trop d'émotion intégrée). Cela dit, il y a quelques jours, ici, j'évoquais l'ascension de la "face Nord" eh bien je suis toujours au pied de la face Nord ! Je résiste beaucoup à l'idée d'accepter....

isage109.
Abonné

Ah oui Izabelle la sieste grâce au bodyscan ce doit être génial !

 

Revenons à l'acceptation émotionnelle : Désolée mes amies psychologues - rassurez-vous je ne comettrai pas l'ERREUR de mettre tout le monde dns le même sac - mais cet après-midi les deux psy qui travaillent au collège m'ont énervée.

Et l'infirmière scolaire était encore plus énervée que moi. Ca veut dire que je suis en bonne voie d'acceptation non ?

En équipe psycho-médico-sociale on se voit de temps en temps juste entre nous pour faire le point sur les situations d'élèves. Là on a terminé le 2e trimestre, il y a eu les conseils de classe qu'on se réparti entre nous 5

2 psy

1 psy conseillère d'orientation professionnelle (pas concernée cette fois)

1 infirmière

et bibi la conseillère sociale

Quand on a fait la répartition on a profité pour noter un rdv  APRES les conseils pour se transmettre les infos. A part la Conseillère d'Orientation, on a toutes bloqué cet après-midi de 13h30 à 15h05

Comme par hasard, à 13h30 l'infirmière était là moi aussi évidemment mais pas de PSY. J'appelle dans leur bureau et je laisse des sms sur leur portable. 

Ce n'est pas la première fois qu'elles nous font le coup. L'une met des rendez-vous avec des élèves sur ce temps-là !!! L'autre avait oublié son agenda et ne se rappelait plus.

Comme c'est un collège avec des baies vitrées, nous l'avons vue arriver depuis le parking. Elle nous salue toute souriante. Nous lui avons dit que nous l'attendions et montons à mon bureau mais nous avons eu le temps de passer deux classes en revue avant qu'elle daigne nous rejoindre. Bref !!!

J'ai décidé que ça ne prendrait pas tant d'importance. L'autre psy nous a rejoint une demi heure après elle.

Par contre, je ne leur ai pas souri ni accepté leurs excuses et encore moins accepté de déborder sur l'heure suivante. Elles se sont attribué chacune une moitié des classes et s'en vont quand elles ne sont pas concernées alors que l'infirmière et moi nous sommes seules. angry

Voyant qu'elles nous avaient encore posé un lapin, j'étais tout de même énervée, je prends une barre de chocolat dans mon sac et descend à notre salle de pause boire un café avec l'infirmière et les assistants techniques. Mon chocolat était tout fondu, je ne pouvais pas le déballer, l'assistant technique a eu pitié de moi et m'a ramené une barre de ma marque préférée cheeky je leur ai dit ça c'est une EME hihih

 

Je travaille avec l'une des psychologues depuis 2004, je l'apprécie beaucoup, on se soutient dns les coups durs, elle est assez sensible donc je pense qu'elle a perçu mon agacement. Figurez-vous que je me sens un peu coupable surprise...ma foi...on ne se refait pas....

Désolée pour tous les détails mais j'ai besoin de planter le décor et de poser le reste aussi wink

 

 

 

 

 

  

lylyoz
Marraine

Acceptation émotionnelle de la tristesse. Dimanche dernier et lundi, je me sentais triste. Rien de violent sous jacent, juste triste. Difficile à décrire mais c'est la première fois que je touchais cette émotion d'aussi près. Aucune EME qui en a découlé car j'ai vraiment pris le temps de la sentir. Je me suis même autorisée à pleurer et ça je trouve que c'est déjà fort en soi. 

Aujourd'hui, elle est partie. Aucune lutte.

acdc.
Abonné

acceptation émotionnelle du stress de ne pas tout maitriser....

acceptation émotionnelle sur le fait que je me sente responsable de plein de choses

du coup cette émotion me donne envie de manger du sucré, de me réconforter et de me détendre pour faire cesser cette tension et cette vigilance....

acceptation de ressentir cela.....

Ederl.
Ancien abonné

Bonjour je vous rejoins.

 

ressentir d'être un imposteur, ça m'a fait tilt !

j'ai du boulot entre la nulle, la pourrie, la malchanceuse et comme quelqu'un de sympatique ( c'est ironique ) me le faisait remarquer : la chèvre.

 

La chèvre il y a longtemps, mais c'est bien marqué en moi, cela me fait penser à quelqu'un de nul, de suiveur, d'ignorant, de faible.

 

Des fois je suis vraiment étonnée d'avoir pu faire telle chose à un tel moment et je me dis que je ne pourrais plus y arriver, j'ai un manque de confiance en moi fulgurant...

izabelle
Animatrice forum

bravo les supers nanas !!!

 

isage, acceptation émotionnelle de la colère c'est qqchse

j'espère que tu en as profité pour les recadrer

moi je dis aux gens qui n'ont aucun respect pour mon emploi du temps  :  "vous pourriez penser aux autres,  vous me manquez de respect par votre attitude"

allez je le dis cash  ou un peu atténué

le genre de chose que je n'aurais jamais pu dire avant, mais vraiment.....

et maintenant je me "force"  quand je suis en colère

cela a grandement amélioré  et mon travail et mon rapport avec les autres

 

 

pour moi, depuis la fatigue d'hier rien de vraiment nouveau

pas de sentiment d'imposteur au réveil, juste un peu le sentiment d'être débordée

11 rdv dans la journée, dont un par Skype

j'ai tellement de demandes que j'ai envie de prendre tout le monde, mais je recommence à me faire des emplois du temps lourds de chez lourd

la seule chose qui me sauve c'est de faire de la PC pendant mes consults  (enfin j'ai quand même du mal tellement je suis happée par l'autre bien sûr, mais franchement c'est mieux d'avoir conscience de ce que l'on ressent)

 

ah et de m'etre calée un quart d'heure de battement en milieu de matin, ça aussi c'était une riche idée.....

 

allez j'y retourne....

Lotus Flower.
Abonné

Super ce defi (comme tous les autres!), merci Izabelle.

Moi la tristesse, je l'accepte totalement. C'est la plus facile. Je ne mange jamais par tristesse. J'ai la larme tres facile, donc ca sort illico.

Par contre la 'Victime' - oh la la!! Elle RUMINE, elle me FAIT CHIER, elle me HANTE, elle parle sans s'arreter, 'Oui mais moi... Oui mais lui... Et pourquoi x m'arrive? Et pourquoi moi? Et moi alors?' etc etc etc 

Je ne pense pas avoir d'EME tout de suite qd je pense tout ca - mais ca doit me rattraper a d'autres moments, et du coup souvent je mange et je ne sais meme pas pourquoi - eh bien ca doit etre pour ca... Je vais regarder cela de plus pres! Merci les filles!

izabelle
Animatrice forum

moi aussi je ne mange jamais par tristesse

cependant l'accepter en pleine conscience c'est tout de même important

je l'ai fait l'autre jour, non pas pour éviter une EME, mais parce que je suis partie du principe que j'essayais d'accueilllir systématiquement mes ressentis en pleine conscience

 

la victime, ça cache un peu autre chose, genre sentiment d'impuissance, ou mal-aimée, ou......

la victime c'est déjà la lutte, et lutte contre quoi?

qu'est-ce que la victime ressent, en elle-même?

 

de mon côté hier soir, j'ai encore eu l'occasion de pratiquer

donc déjà j'avais envie de manger tout l'après-m  à cause de mon dos  ou plus précsément ma douleur aux cervic....

 

pas fait tout de suite l'acceptation car j'étais vraiment  "en lutte"

ce n'est que sous la douche que je me suis résolue à le faire

finalement j'ai ressenti qu'avoir mal  (à nouveau) aux cervicales, c'est me sentir nulle dans mon corps

en fait je suis suivie depuis des mois chez l'ostéo pour une rééduc posturale (à cause de mon dos)

je dois renforcer mon abdo transverse, mais la plupart des exos me coince le cou  à cause de la faiblesse de mes bras (et de mon transverse)

du coup, il ne me reste qu'un exo pour le renforcer, exo rébarbatif, long et peu productif

donc j'ai essayé un autre qu'il m'avait donné,  je l'avais fait sous sa direction,  ensuite trop contente  d'y arriver en ayant vraiment l'impression que c'était le tranverse qui travaillait, et bien...

du coup, j'y vais à fond,  pour avancer un peu plus vite

et bim... au bout de deux semaines, grosses contractures de la nuque à nouveau

pas envie de retourner chez le kiné pour  être encore la "mauvaise" patiente (et pourtant il est adorable, mais juste je veux être la "bonne " élève)

 

finalement cette "incompétence" dans mon corps me renvoyait à toutes ces années où, en sport, je ne touchais pas une bille

autant je pouvais tout comprendre dans ma tête, autant dans mon corps, ça ne suivait pas.....

 

et voilà comment un simple mal au cervicales peut réactiver tout cela, des sentiments diffus de nullité de mon enfance

 

 

alors là je me suis aidée d'un peu de défusion, car dès que ça touche aux rapports à mon corps dans mon enfance-adolesence, j'ai beaucoup de mal

donc je me suis dit :     "la nulle au cou coincée,  le retour"

 

après ça c'était assez facile à accepter finalement

 

et le matin au réveil...

la super pêche

enfin mentalement car j'ai toujours le cou coincé

 

et même plus, je ne sais pas si c'est le timide retour du soleil, mais l'impression de vibrer de l'intérieur, d'être heureuse, quoi... sans raison particulière

 

l'acceptation émotionnelle a toujours des effets très étonnants, au delà simplement de son effet sur les EME

isage109.
Abonné

Merci Izabelle,

Non je ne les ai pas recadrées mais avec l'infirmière on s'est dit que la prochaine fois qu'on fixe un rdv avec elles, on ira faire une bonne bouffe toutes les deux et on arrivera tranquillement à l'heure qu'on arrivera devil

 

Chouette que tu aies pu prendre une pause !

 

Quand je me sens triste, soit, je ne peux rien avaler soit j'ai une grosse EME,  Ca dépend de ce qui me rend triste. Si c'est un conflit avec mon compagnon, je fais la grève de la faim surprise Mais ça ne dure pas et je n'ai jamais perdu de poids durablement à cause de ça hihihi

 

Courage !

 

 

acdc.
Abonné
Salut je me sens tellement fatiguée submergée que j'ai envie de pleurer je me suis garée face à la mer profitant de qqs instants de pause dans ma journée. ...cela fzit du bien de s abriter un peu....hors de tout contact avec des personnes ayant de grosses difficultés. ...je n'ai pas beaucoup de possibilités d agir pour le mieux être et l interet des enfants....je me sens tellement débordée alors que je priorise déjà les priorités. En ce moment beaucoup de jeunes partent en vrille dans le cadre de leur fzmille ou de leur placement et y a tellement peu de solutions. ...pfiou plein d émotions!heureusement que j'ai un peu de temps pour les accueillir à plus bonne journée à vous
Hayley.
Ancien abonné

Submergée par l'impuissance...  Alors oui il faut accueillir les émotions pour pouvoir "émerger" soi-même...  Face à de telles émotions vécues professionnellement, je mettais de la distance entre moi et elles (les émotions) en recourant à un "truc" hérité d'études de droit : "obligation de moyens" / "obligation de résultats"... Ca n'enlevait rien à la violence du "je ne peux rien faire" mais au moins me gardait à peu près "en état" pour accueillir les situations suivantes !

Bon courage... Respire !

Lotus Flower.
Abonné

Oui Izabelle, tu as raison - derriere la victime, il y a la perte de controle et l'impuissance. Merci!

J'ai mange toute une plaquette de chocolat au lait-noisettes. Des lustres que ca ne m'etait pas arrive, comme ca, en qqs heures! MAIS j'ai savoure chq carré ou presque! Tres different! Qd meme une compulsions qq part, mais j'ai apprecie et ne me sens pas coupable. Par contre, donc, je ne me suis pas penchee sur mon ressenti emotionnel... Juste 'ca me fait envie' c'est tout... Mmm... A mediter!

acdc.
Abonné

salut

 

finalement je fais à nouveau l'experience qu'en accueillant mes émotions, elles passent plus rapidement...j'ai repris le cours de ma journée, avec deux rendez vous à suivre qui se sont révélés intéressants. mon état de fatigue a diminué et plus du tout le même état d'esprit le soir, puisque j'ai meme calé un week end en amoureux avec mon mari...

bonne journée à vous

izabelle
Animatrice forum

bravo les filles pour tout ce travail d'acceptation émotionnelle

c'est comme être un océan et accepter d'avoir des tempêtes à l'intérieur

 

moi aussi l'impuissance je trouve ça très dur  (et perte de maitrise également, les deux étant liées)

justement je me sens pas trop bien, et je me demande si c'est parce que ce matin j'ai deux suivis adultes

autant les adultes hypersensibles ok c'est fastoche, tellement avides de changer..... d'agir sur leur propre matière psychique

mais les adultes tout venant, c'est plus dur pour moi, j'ai moins de "matière" pour travailler

et finalement je me demande si ce que je ressens c'est de l'impuissance aussi

je dois absolument ne pas me mettre en mode "résolution de problème" et être présente avec la personne dans le moment présent

ce qu'il y a c'est que les adultes sont en "attente" qu'on résolve leurs problèmes, leurs émotions

et par empathie j'ai envie de répondre à leur demande  (alors que c'est contre-productif)

alors que les enfants non, ils ne demandent simplement qu'on s'occupent d'eux, d'être en relation

 

 

alors que face à un adulte qui vient me voir pour "aller mieux" d'un  coup de baguette magique,  c'est à dire pour changer les autres sans se changer lui,   j'ai du mal à ne pas "répondre" à sa demande

je suis impuissante face à cette demande  et donc ce ressenti est très dur à vivre

ou alors ce qui me rend incertaine, c'est le fait de ne pas répondre à une demande......  pour amener la personne ailleurs

 

 

je vais essayer de me connecter à cela avec mon prochain patient, d'accueillir l'impuissance en pleine conscience

et le fait de ne pas répondre à une demande inconsciente...

 

à chaque fois que j'ai réussi à faire ça, cela a toujours été très profitable pour le patient.....

donc c'est l'occasion

 

allez, on y croit,  en pleine conscience

l'impuissante qui ne fait pas ce qu'on lui demande..

Lotus Flower.
Abonné

C;est clair qu'en tant que therapeutes, nous n'avons pas de baguette magique - enfin si un peu qd meme (notre intuition, notre instinct, dire les bonnes choses qui percutent le patient!) mais pas pour REGLER le probleme la tout de suite. Oui, tres important d'ETRE. D'etre present, d'etre la, a l'ecoute. Moi apres j'imprime tout cela ds l'inconscient du patient, donc c'est encore different de ton travail.

L'impuissance a 'regler les problemes du monde', on y est confrontes tout le temps, c'est dur, mais une fois accepte (et ca peut prendre plusieurs reprises!) on est plus calmes, plus poses, plus presents, et DU COUP on aide mieux les autres! Cercle vertueux!

J'espere que tout ira mieux avec ton prochain patient. Raconte-nous ton experience d'impuissance en pleine conscience, ca m'interesse!

izabelle
Animatrice forum

euh....

tu parles, j'y suis allée à fond dans le conseil

ah là là !!!!

c'est pas évident pour moi  car en tant que psy pour enfants, je conseille les parents sur l'attitude à adopter

du coup comme cette personne se sent en fragilité par rapport à son rôle de parent,  pas pu m'empêcher de donner des éléments concrets....

enfin bon j'ai tout de même essayé de garder à l'esprit que je devais me centrer surtout ce que la personne devant moi ressentais sans chercher à le modifier

 

pas ressenti d'impuissance du coup, mais sentiment de ne pas forcément avoir fait la bonne chose

en même temps j'ai suivi mon instinct, alors on dira que ça va....

izabelle
Animatrice forum

aujourd'hui c'était coton de chez coton

les inconforts physiques et émotionnels version grand grand format

du coup j'ai pris un moment tout à l'heure, pour accepter l'essentiel en pleine conscience

deux majeurs :

- physique : douleurs terribles dans les cervicales + la barre sur la tête + pas assez dormi (enfin ce qui est la cause de ladite barre)

- émotionnel : laissée pour compte, pas intéressante, presque.... abandonnée  (par mon ostéo mais aussi sur un plan plus sentimental)

 

dans le moment présent, la douleur physique était plus supportable

quand à la douleur émotionnel,  dans le présent c'était de la tristesse, tristesse

je pense que ça m'a fait du bien de le vivre en pleine conscience

Lotus Flower.
Abonné

Ecouter notre instinct est bon aussi, meme si ca va a l'encontre de ce qu'on est 'cense faire' - j'en suis persuadee!

Bravo!

acdc.
Abonné

salut!

 

en ce dimanche, je me sens envahie par des pensées en lien avec le travail: faut que je fasse ceci, cela...et si j'y arrive pas? et si je me trompe? ça va dans tous les sens, avec un sentiment d'inachevé

parfois quand je suis en week end, je suis à la fois contente de me reposer, et à la fois, j'ai la sensation d'être coupée dans mon élan d'actions...ce qui crée de la frustration...

je me sens donc frustrée, inquiète, et en même temps j'ai besoin de me recentrer et de me reposer.

sinon je me sens fière aussi car j'avance dans mon dossier de VAE. je voudrais obtenri le diplmoe d'assistant de service social pour élargir mon horizon professionnel (qui est limité là où je bosse avec un diplome d'éduc)... fière de voir que je bouge, que l'énergie circule différemment dans mon corps et dans ma tête.

bon dimanche à vous!!

biz

isage109.
Abonné

[quote=acdc]

salut!

 

en ce dimanche, je me sens envahie par des pensées en lien avec le travail:

sinon je me sens fière aussi car j'avance dans mon dossier de VAE. je voudrais obtenri le diplmoe d'assistant de service social pour élargir mon horizon professionnel (qui est limité là où je bosse avec un diplome d'éduc)... fière de voir que je bouge, que l'énergie circule différemment dans mon corps et dans ma tête.

 

[/quote]

Salut acdc

est-ce toi qui avais créé un fil de discussion sur le lien entre le travail d'aide (psycho-socio-éducatif) et LC ? c'était très intéressant.

Je souhaite pour toi que tu obtiennes ton diplôme et contente que tu sois fière c'est important.

A Genève il y a un bachelor pour les trois professions divisées en options (service social, éducation et animation socio-culturelle). Il y a des institutions qui ne veulent que des AS même si on a la même formation de base.

Actuellement je fais un travail qui mêle l'éducation et le service social mais je cherche à changer.

Je pense que je suis plus âgée que toi et je vais faire un bilan de compétences pour définir un projet.

Sinon c'est vrai que la limite entre travail et privé est difficile à faire. Parfois je laisse mon numéro de mobile privé - quand je sens que la situation pourrait dégénérer ou qu'on se fixe un rdv en dehors du collège mais c'est rare que les ados m'appellent.

 

tout de bon pour toi et BRAVO pour tous

 

 

 

 

 

Maryette.
Abonné

J'aime l'idée du défi alors je susi allée copier ce que j'avais posté sur le fil " accepter une émotion en Pleine conscience".

 

hier,

Le retour des ruminations autour du travail, transformées en : " tiens revoilà la chef de service qui tourne à vide....."

puis en ce dimanche gris souris: je déprime un brin  .....puis ça part,

Vers 16h, une envie de sucreries....partagée par mon fils à qui j'ai fait faire l'expérience de la dégustation de son troisième beignets, les yeux fermés, il a bien rigolé.....et je n'ai pas craqué ....j'ai fait une collation lorsque j'ai été sûre de ma faim.....

Ce soir, j'ai envie de crêpes, de beurre, de fromage......et "c'est le retour de Mme Restriction mentale":  alors nous verrons.

Les pauses RPC de 5 minutes toutes les deux heures, même si je ne parviens à en faire que deux par jour sont souveraines .........

à bientôt

Maryette.
Abonné
Bonjour,
 
samedi réapparition de les personnages de bd ont 4 doigtsla tyrannique, l'insupportable ......j'été énervée contre fils: accélération du pouls, rougeurs, respiration oppressée , débit de paroles lapidaires.....puis je reçois un appel de mon chéri qui me reparle une fois de plus de la queue et de la joue de boeuf qu'il s'est chargé d'aller chercher et qu'il n'a pas encore trouvé......je lui ai dit clairement ce que j'en faisait de sa queue et de sa joue ..... en mode cartoon.Il a compris et j'ai compris qu'il voulait échanger avec moi, le pot au feu étant le prétexte....
 
Là où c'est intéressant, c'est qu'avant j'aurais culpabilisé tout l'après midi:
- La mère qui perd ses moyens,
-Le monstre mal aimable,
 
et là j'ai accepté cet éclat , le stress de recevoir du monde et que ce stress me gâche le palisir, et cela s'est dégonflé comme une baudruche, comme une averse qui nettoie et clarifie le paysage.
Maryette
izabelle
Animatrice forum

bravo pour toutes ces acceptations

pour ma part je viens de pratiquer 10 secondes  (comme quoi ça ne prend vraiment pas de temps non plus...)

le ressenti que je dois "accepter" c'est un manque intense, une frustration intense

ce qui m'a aidé à arrêter de lutter, c'est de mettre du Mickael Jackson à fond la caisse....

ça fait plus de bien que de manger du chocolat

la sensation physique ressenti c'est un genre de "déchirement" intérieur  très intense

avec MJ en fond sonore je crois bien que j'accepte mieux de ressentir

Loli2pop.
Abonné

Hey,

Izabelle > cette pression que tu ressens de la part des adultes qui viennent avec l'envie qu'on leur fournisse une solution, genre me package clés en main, me fait penser à ma mini session de speed coaching. Ca durait 25 minutes. J'avais été précédemment coachée ya 3 ans pour ma prise de poste de responsable qualté et je me souvenais que la coach ne me proposerait pas de solutions et que c'était à moi de trouver les "façons de faire différemment" et de comprendre ce qui s'activait qd je fonctionne à ma façon puis en testant des nouveaux chemins. Mais qd je me suis pointée au speed coaching, ça m'a fait tout bizarre, je suis arrivée avec ma problématique (la récurrente procrastination) ... mais là, la coach, m'a quasiment tout apporté sur un plateau. A la lecture de ton commentaire et en me remémorant la situation je réalise que j'avais dû arriver avec une attente trop forte, et la coach a pas voulu me décevoir :)

Hier, j'ai accepté de dire à mon Homme que j'avais été blessée par un événement. Lui était en colère pour le même sujet, mais moi j'ai été blessée .. et ça m'a coûté de le dire, d'admettre que certaines de ces paroles peuvent atteindre mon coeur pas assez protégée par une armure anti-sentiments douloureux. Il a reconnu une erreur dans ses actes, s'est excusé et je me suis sentie comprise et je crois que ça a remis les pendules à l'heure. C'était de la vraie communication - waouhhhh. Par contre, pour le prochain défi, je dois aller encore plus loin, et vraiment ressentir encore plus dans mon corps l'émotion. Là, j'ai eu qq secondes les larmes aux yeux ... et j'ai repoussé cette réaction.

marieal.
Inscrit

hello!

oulala les emotions en ce moment...et les eme qui vont avec!

hier au boulot, une personne très instable sur le plan clinique, qui m'a mobilisé toute la soirée. Situation assez stressante. A un moment, je ne pensais qu'à une chose, manger pour ne pas avoir faim et risquer l'hypoglycéme, alors que je n'avais pas faim! Il y a quelques mois, j'aurai ingurgité mon repas et même plus, pour ne pas risquer l'hypoglycemies, et là hier soir, j'ai juste respiré un coup, laissé le stress passer, avalé quelques amandes pour me rassurer sur mon taux de glycémie et accepté d'être stressée.

Je suis aussi très sujette au sentiment d'impuissance en ce moment, c'est super difficile d'accepter de ne pas être responsable de son destin quand justement on est plutôt une personne responsable dans la vie.

Sealine.
Abonné

très bonne idée ce fil, que je vais surement plus lire qu'agrémenter.....

pour ma part, histoire de dire que je participe, mes émotions principales : je me trouve grosse, moche et surtout vieille... j'ai du mal à l'accepter sereinement, je lutte contre à fond...

je vous lis et ça me fait beaucoup avancer, merci à voussmiley

acdc.
Abonné

salut!

 

eh bien ce matin, je me sens dans l'impuissance vis à vis de certaines situations...

et aussi inquiète car je suis de permanence d'urgence ce matin, et que s'il y a une situation urgente à gérer, cela peut déborder sur l'apres midi; or j'ai rv avec l'enseignant de mon fils; je ne veux pas louper ce rv

je regarde cette inquiétude et je me sens fatiguée de cette tendance à construire des scénarios négatifs: t'y arriveras pas, ça marchera pas, tu vas devoir annuler et alors tu te sentiras une mère indigne...bon je souris en écrivant ça mais si je regarde vraiment mes pensées ça donne vraiment cela!!!!

 

bonne journée

 

Isage, oui j'avais effectivement lancé un fil sur l'impact du travail en protection de l'enfance sur l'équilibre personnel :)

Loli2pop.
Abonné

Bravo Marieal, c'est super comme expérience : identifier ton angoisse de l'hypoglycémie (aussi rationnelle ou non que soit l'angoisse, cette pensée existe en toi) et tu as pris le parti de la laisser vivre et aussi de la prévenir avec qq amandes afin d'être plus concentrée sur ton boulot. Chouette initiative qui a dû te permettre de passer une soirée moins désagréable !

Pour ma part, c'est dur dur de reconnaître les émotions sur lesquelles je dois me lancer des défis de confrontation / acceptation. Pour le moment c'est plutôt des ressentis diffus de nullité, feignasserie, inutilité, ... liés à mon inactivité pro ... mais c'est pas une grosse émotion comme ça dévastatrice et qui m'emporterait. du coup, qd je suis sous le coup de ces ressentis, bien souvent ça peut me déclencher des EME .. mais j'ai bien du mal à ressentir le ressenti. C.Q.F.D  :)

marieal.
Inscrit

hier soir, j'étais une vraie boule de nefr, comme je ne l'ai rarement été, j'avais préparé un RDV important pour l'adoption qui a lieu ce jour ( j'ai réuni des documents, quelle préparation!) et l'angoisse est montée: noeud à l'estomac et sentiment d'avoir la respiration bloquée...une vraie crise d'angoisse quoi!

donc urgence respiration, je me suis enquilléee les deux séances de méditation de C André: accueillir les pensées puis accueillir les émotions négatives....c'est fou comme ça fait du bien de laisser de la place dans son corps et dans sa tête à ses ruminations...et pour bien m'endormir , j'ai enquillé avec une séance longue d'hypnose " gérer son stress"..comme là aussi tout passe par la respiration et que tu visualises que tu te décharges de ton hype tension en la disolvant à l'expiration par le contact du sol, c'est top, tu laisses filer tes pensées " je suis en colère", " on va jamais l'avoir" dans le sol, et tu en sors apaisée....

izabelle
Animatrice forum

Acdc c'est bien d'avoir observé tes pensées et cette tendance à anticiper négativement

c'est une fonction normal de l'esprit humain, la seule chose à faire c'est d'y donner moins d'importance,  donc c'est bien ce que tu fais, en l'observant....

 

n'hésite pas à "tenter"  de vivre l'inquiétude et l'urgence en pleine conscinece, c'est à dire dans ton corps  et sans pensée

c'est vraiment le "pas" décisif de l'acceptation émotionnelle

accepter de ressentir, c'est accepter de ressentir  ici et maintenant, en pleine conscience

et pas simplement l'idée qu'on accepte de ressentir.....

 

bravo Marie aussi d'avoir accueilli cette angoisse en pleine conscience

c'est difficile, mais au final  on voit que c'était bien la meilleure des choses à faire plutôt que de lutte contre pendant des plombes

 

 

de mon côté, l'acceptation émotionnelle pratiquée hier m'a beaucoup aidée

c'était tellement fort ce que je ressentais que j'avais envie encore de lutter, genre accepter de ressentir ça????? mais je vais mourrir....

ben non je ne suis pas morte,  et toute le soirée, bien au contraire, tout ceci s'est totalement apaisé,  comme une tempête qui s'était calmée  (mais sans chocolat)

 

en fait la pleine conscience est des millions de fois plus efficace que le chocolat, ce n'est en rien un paliatif

tant qu'on   est  "sous chocolat"  wink,  on continue en même temps à lutter contre l'émotion

et ça dure, ça dure.....

alors qu'avec la pleine conscience et l'arrêt de la lutte....  on passe vraiment à autre chose

on accepte une tempête dans notre océan intérieur   et donc, elle se calme d'elle-même,  on ne l'attise pas par notre propre lutte...

elle vit et elle meurt,  on ne l'entretient pas

izabelle
Animatrice forum

[quote=Loli2pop]

C'était de la vraie communication - waouhhhh. Par contre, pour le prochain défi, je dois aller encore plus loin, et vraiment ressentir encore plus dans mon corps l'émotion. Là, j'ai eu qq secondes les larmes aux yeux ... et j'ai repoussé cette réaction.

[/quote]

bravo Loli !!!!!

et bravo d'avoir pu observé ta propre lutte contre l'émotion

c'est comme ça qu'on ouvre une brêche

récemment j'ai vécu beaucoup de perte, manque tristesse en pleine conscience

il est clair qu'il y a qq mois je n'en aurais jamais été capable

là je me suis dis :allez ça risque rien,  un peu comme plonger du grand plongeoir....

et puis oui, je confirme, on ne risque rien, on n'est pas "démoli" par la tristesse quand on apprend à la vivre en pleine conscience, c'est à dire  dans le présent, sans controler, sans juger, juste en accueillant ce qui est là, et vraiment là  (pas des histoires et des souvenirs de la tête, mais ce qu'on vit maintenant au présent dans notre corps)

acdc.
Abonné

merci Izabelle pour tes précieuses propositions!

 

ce matin, je constate que je rumine des propos qui m'ont été adressés hier soir et qui m'ont vexées et mises en colère.

physiquement cela se manifeste par le gorge serrée et une sensation de lourdeur dans la tête, dans le plexus.

je constate aussi que j'accumule des colères et des frustrations vis à vis de cette personne

je me suis engagée dans cette activité que je vais mener jusqu'au bout mais je ne me sens pas en accord avec les valeurs véhiculées dans le groupe et avec la manière d'enseigner... bref, vivement le mois de juin que ca se termine.

j'avais exprime déjà mes ressentis sur certaines choses, mais pas sur tout...car pas mal de choses sont induites par la personnalité du prof, chose que je ne peux changer! donc j'ai l'intention de continuer en portant mon attention aussi sur les moments sympas...élargir mon regard sur l'ensemble et non me focaliser sur ce qui ne me plait pas.

mais voilà, aujourd hui je me sens vexée et en colère!

je me suis aussi inquiète, par rapport au boulot (plein de choses différentes), et cela se manifeste par une agitation, une tension dans le ventre, tension dans la nuque et impression d'être dans un tourbillon de taches à effectuer...

 

bonne journée

Haut de page 
X