Dégustation sur 10 jours, deuxième round - 11052013

liegama.
Ancien abonné

Bonjour à toutes, 

Je suis actuellement à la fin du programme et je constate que j'ai été un peu vite sur l'étape de dégustation. J'ai dégusté 3 aliments tabous mais j'ai jamais vraiment porter mon attention à la dégustation sur 10 jours comme proposé dans l'étape de dégustation. 

Je sais bien reconnaître et respecter ma bonne faim, j'ai beaucoup moins d'EME et je gère mieux mes inconforts en général, je sais reconnaître ma satiété mais comme je ne déguste pas je la dépasse souvent. 

Je me relance donc dans cet exo et je tiendrai un journal de mes 10 jours de dégustations ici.  

Jour 1 : Ce matin pas faim, faut dire que hier soir j'ai fait une EME.

J'ai fait 1h de sport intense à jeun (chose que je n'osais pas faire avant, ayant pleins de voix dans ma tête qui me disaient que c'était dangereux), et j'ai attendu la bonne faim. Comme le sport a tendance à me couper l'appétit, la bonne faim s'est manifestée à 13H00. J'avais à la fois soif et faim je me suis fait un milk shake maison au chocolat (lait riz/noisette, date medjoul, graines de lin, cacao, poudre de protéines de petits pois).

J'ai pas dégusté pour deux raisons. La première est que je découvre que j'ai du mal à déguster des aliments liquides, ils restent moins longtemps en bouche. Je vais essayer de trouver comment mieux déguster des liquides. La seconde est que j'ai réalisé après coup, que j'étais dans le contrôle avec mon choix de milk shake, car j'ai ajouté de la poudre de protéine, et cela ne donnait pas un super goût.C'est lié à une croyance: j'ai besoin de protéines quand je fais du sport et comme je mange à 90% végétalien, j'ai peur de manquer de protéines.  Du coup j'ai bu cela comme si c'était du "carburant", mais sans prendre du plaisir. Je sais par expérience qu'après quelques repas comme "carburants", je fais une EME, pour compenser le manque de plaisir. 

J'ai déjà appris deux nouvelles choses en un seul repas, c'est pas mal. Je vais essayer de laisser mon mental et mes croyances de côté et de me demander ce qui me fait réellement envie quand j'ai une bonne faim.

A plus tard pour la suite.

Commentaires

liegama.
Ancien abonné

Ce soir j'ai réussi à faire 1mn de respiration pour me calmer avant de commencer à manger. J'étais (encore) à la limite de la grande faim. Quand je fais du sport ça me fait souvent ça, je ressens plus ma faim et elle revient d'un coup assez forte. 

J'ai porter mon attention à ce qui se passait en bouche durant les 3 ou 4 premières bouchées, c'était plaisant. J'ai réussi à laisser mon mental de côté et à écouter mon corps. 

J'ai pas ressenti la satiété mais j'ai eu peur de trop manger alors je me suis arrêtée avant de ressentir la satiété et maintenant ça fait 10 mn et j'attends toujours. Si j'ai encore faim dans 20 mn je remangerai quelque chose.

Laureline.
Abonné

Bonjour Liegama,

Je vais suivre ton post avec intérêt... Cette étape des dix jours est la prochaine dans mon programme, il faut "juste" que je termine la dégustatin des trois bouchées. J'aime beaucoup l'étape de la dégustation mais je sens bien toutes les résistances que je rencontre. Pas tout à fait les mêmes que pour la faim : la faim me mettait en colère... la dégustation... c'est plus délicat à exprimer... j'ai du mal à m'arrêter dessus, même avec un peu de rpc avant. Pourtant je sens bien tout le plasir que cela apporte quand je prends le temps de goûter les aliments. Du coup j'imagine combien c'est différent de refaire cette étape en fin de parcours, quand on a passé du temps sur les EME, et qu'on peut déguster plus sereinement.

Bon dimanche

Laureline

liegama.
Ancien abonné

Merci Laureline pour l'intérêt que tu portes à ce post. Tu dis avoir du mal à t'arrêter sur la dégustation, que veux-tu dire par là? Arrives-tu à identifier les émotions/ressentis qui te traversent au moment de la dégustation? Qu'as-tu découvert en dégustant? 

Ce matin tranquille, levé 9H30, bonne faim à 12H00. J'ai réussi à écouter mon corps et laisser mon mental de côté. J'avais envie de pancakes. Me suis préparé une belle assiette de pancakes avec des myrtilles et un coulis de framboise et un thé vert japonais. J'ai fait 1mn de respiration avant de manger, en appréciant pleinement le fait de pouvoir manger au calme, ce que je désire, avec une bonne faim.

J'ai dégusté la première bouchée, j'ai identifié clairement la framboise, les graines de framboises craquer entre mes dents, la consistance pâteuse et presque spongieuse du pancake, le juteux de la myrtille.

J'ai également déguster un thé gyokuro (un thé vert japonais), que je m'étais offert il y a peu et que je "gardais pour les occasions". Encore un truc que j'essaye d'arrêter, la vie est à prendre maintenant, pas à "garder" pour le futur.

Pour la première fois j'ai réussi à déguster du liquide, j'ai porter mon attention sur le vert pâle et transparent du thé, les voluptes qui s'échappaient de la tasse, les dessins qui se formaient sur la surface. J'ai porté le thé à mon nez, j'ai senti tous ces arômes d'herbes fraîches, un peu iodé. Cette liqueure aromatique m'a comblée, elle était fortement désaltérante et rafraîchissante (bien que chaude) pour rincer la bouche du sucré du pancake. 

Que de plaisir ce matin, c'était fantastique. A la fin du repas, j'ai ressenti une grande envie de "stocker le moment". En général ce genre d'envie entraîne une EME de fin de repas où je veux prolonger le repas, le plaisir. Aujourd'hui je me suis rappelée qu'il y aura d'autres moments de plaisir à vivre, que celui-ci n'était pas le dernier. Ca m'a suffisamment rassuré pour m'arrêter avant de ressentir la satiété (qui arrive parfois quelques minutes plus tard). 

Noelle
Marraine

Mmmmm... ta description de la degustation donne envie de se remettre a deguster!!!  et  le the vert!

Laureline.
Abonné

Oui, mazette, quelle dégustation !!! C'est très éloquent et ça me motive !!!

Je vais essayer de me souvenir de tes questions quand je me retrouverai devant mon assiette ces prochains jours. Pour l'instant j'ai surtout trouvé que la dégustation permettait de porter mon attention sur ce qui se passe dans ma bouche quand je  mange, de profiter du repas. Avant c'est comme si ça passait direct dans le ventre ! A chaque fois que j'ai pu ralentir, goûter, cela a changé mon repas en mieux. Je me rends compte de ce que j'aime, de ce que je n'aime plus. Il faut me séparer d'anciens aliments fétiches que je n'aime plus trop et en trouver des nouveaux. J'ai acheté un bouquin de cuisine avec des recettes simples et rapides, que j'ai commencé à tester. Je découvre que j'aime les épices, les fruits et les légumes...

Alors, oui, qu'est-ce qui fait que malgré ces aspects positifs j'ai du mal à m'y arrêter à cette dégustation ? Vraiment pour l'instant pas de réponse, c'est le vide. Je n'ai pas l'impression de ressentir des émotions quand "j'évite" la dégustation. Je n'y pense pas, je ne ressens pas d'émotion spécifique. Les sensations priment (comme lors de la découverte de la rpc, je ressentais des sensations, mais pas d'émotions, ça commence à venir). Il faut du temps pour changer l'habitude de manger vite, et aussi peut-être pour mettre des mots sur ce que cette rapidité vient cacher.

Hâte de lire ton prochain compte-rendu !

Laureline

liegama.
Ancien abonné

Laureline tu as tout compris si tu arrives à porter ton attention à ce qu'il se passe dans ta bouche quand tu manges. Tu es tout a fait sur la bonne voie puisque tu es en train de découvrir ce que tu aimes et de te refaire un répertoir alimentaire. Donc je ne comprends pas ce que tu veux dire par : t'arrêter à cette dégustation?" Ensuite tout est question d'entraînement, si tu arrives à intégrer l'attention porter à ce qu'il se passe en bouche de plus en plus souvent, arrivera un moment où cela ne te demandera plus d'effort de déguster. 

De plus Zermati dit que déguster = observer, et que l'on peut manger très lentement (par exemple en faisant un jeu sur l'ordinateur) sans déguster mais qu'en général on a besoin de ralentir au début pour mieux déguster (que de nuances hein!)

Pour continuer sur mon compte-rendu, la bonne faim était de retour vers 17h. Je me suis posée quelque secondes pour demander à mon corps ce dont il avait envie. J'avais envie de quelque chose de salé à température ambiante et crémeux. J'essaye d'appliquer une astuce donnée dans un livre de Geneen Roth : quand vous avez faim, demandez-vous ce que vous souhaitez manger, si rien ne vous vient à l'esprit alors demandez-vous la texture, la température de l'aliment que vous souhaitez manger. Est-ce que vous voulez du froid, tempéré, chaud, liquide, moelleux, croquant, croustillant etc...

Je me suis préparée des asperges mimosa avec un oeuf dur haché et un filet d'huile d'olive et une tranche de pain grillée avec 1/4 d'avocat écrasé, une pointe de mayonnaise et quelques grains de gros sel. C'est mon aliment doudou en ce moment cette tartine d'avocat. 

J'ai pris 30 secondes pour me poser avant de commencer par la tartine, après les deux premières bouchées j'ai noté que mon esprit était parti loin dans des pensées stressantes. Une fois noté, j'ai reporté mon attention sur ce qu'il se passait en bouche, le crémeux de l'avocat associé à la mayonnaise avec le croquant du sel était merveilleux. Par contre je n'ai pas bien réussi à déguster les asperges et puis tout est parti en live au dessert. J'ai commencé à goûter les muffins que j'avais fait pour le blog, ils ne m'ont pas satisfaits, j'ai continué avec du chocolat, puis du pain, 3 tartines avec de la confiture, bref une belle EME. J'ai pas encore identifié la cause de mon EME mais je dédramatise, j'attendrais la faim, et en attendant je suis sortie marcher 1h dehors, ça m'a fait du bien. 

A demain pour la suite. 

Pascaline.
Abonné

Ben moi ca se passait bien et puis ce week end j'ai fait un peu n'importe quoi!

Des fois ca m;enerve de ne pas avoir faim. Alors ce week end j'ai fait la rebelle. Ah ben Bravo

Alwena.
Abonné

Coucou je vous livre mon expérience dégustation yaourt 0%, vous pourrez apprécier comme je l'ai fait.cheekyyes

hier j'ai "dégusté" un yaourt act*v*a 0%, j'en ai quand même car les calories montent, prenant 4 laitages /jour, because vitamine D/calcium.

Après l'avoir flairé  je prends une cuillerée, : aucune odeur, c'est froid et molasse, j'écrase, désagréable, aucune sensation, je malaxe, aucun goût, pire que neutre, la matière tiédit, ce n'est pas mieux, je commence à avaler et je sens la gélatine descendre dans l'oesophage.

Courageusement, je vais jusqu'au bout. Comment ai-je pu "descendre" tant de 0%  pendant mes années w*w*?

Amusez vous un peu, il faut rire de nous parfois! bonne journée!

liegama.
Ancien abonné

Merci Alwena pour ce partage, ça m'a fait rire. En effet la dégustation est parfois source de découverte surprenantes mais pas forcément de confirmation que l'on apprécie un aliment. 

Ce matin réveil avec une bonne faim, j'avais envie de quelque chose de frais. Me suis préparée un de mes pdj habituel mais en version mini : 1 bol chinois à moitié rempli de yaourt soja nature, 1 CS de graines lin, 1CS de pollen, 1 CS de myrtilles et mon thé vert gyokuro. J'ai pris 30 secondes pour respirer et j'ai dégusté la première bouchée, c'est frais, je sens le sucre de la compote, le croquant du pollen, la saveur un peu noiseté des graines de lin et le juteux des myrtilles. Je déguste mon thé également, toujours autant de plaisir à laisser couler ce breuvage au goût vert et un peu iodé. Je note que je prends plus de plaisir à boire mon thé qu'à manger mon pdj. A la 4ème bouchée, je ressens vivement la satiété. Je regarde le bol, encore à moitié plein. Mon mental commence alors à s'activer : tu devrais finir, il n'y a que quelques bouchées, que vas-tu faire du reste? tu ne tiendras pas jusqu'à midi etc... Je n'ai pas écouté et me suis levée de table. 

Je constate que la dégustation aide bien à mieux ressentir la satiété. 

A plus tard pour la suite.

maggy.
Abonné

Liegama, c'est vraiment génial de te lire, et tellement motivant!

Clairement je ne déguste pas assez ce que je mange. De voir à quel point ça te comble, lorsque tu le réussis, je me dis que je vais t'accompagner. Ce n'est pas un exercice de mon parcours actuel, mais peu importe.

Merci!

liegama.
Ancien abonné

Bonjour Maggy, soit la bienvenue, même si tu n'as pas encore eu la dégustation tu peux déjà faire pleins de choses. Déguster = observer donc porter son attention avec tous ses sens. Par exemple au moment de manger regarder son plat comme si c'était la première fois, noter les couleurs, l'aspect visuel en général, puis porter son attention sur l'odorat en sentant (si on est seul sinon on a l'air un peu bizarre en société) la nourriture, puis la mettre en bouche porter l'attention à ce qu'il se passe dans la bouche, texture, arômes, saveurs, essayer de reconnaître le mode de cuisson, les aliments, les épices. 

Ce midi j'ai mangé à 14H après 1H de cardio intense et 1h30 de yoga, je me suis fait plaisir avec toutes ces activités, j'aime bien bouger mais souvent je fais passer d'autres choses avant.

Il fait beau, j'ai eu envie de fraîcheur, de craquant, de salé. Me suis préparée une belle grande salade avec les restes du frigo laitue, tomates jaune, radis, carottes, courgette, et de la truite fumée bio, avec une vinaigrette citron/huile d'olive et plein de ciboulette (elle pousse comme une folle sur ma terrasse cette ciboulette alors je fais mon possible pour l'utiliser).

J'ai pris quelques secondes avant de commencer à manger pour apprécier les couleurs de cette salade, l'arôme citronné qui ressortait. Je voulais vraiment en profiter surtout que je venais d'avoir une discussion tendue sur des aspects professionnels avec mon mari. Et en général après discussion tendue j'ai une EME. J'ai senti la fraîcheur des feuilles de salades, la ciboulette, le juteux de la tomate et le salé de la truite fumée. J'ai mangé calmement et j'en ai laissé 1/4 dans mon assiette. Je me suis également préparée une petite tranche fine de pain de seigle avec 1/4 d'avocat, 2 noisettes de mayonnaise et 1 pincée de fleur de sel. J'ai fort apprécié le moelleux fondant de l'avocat mélangé à la mayonnaise et j'ai tout mangé. 

Pour finir j'ai eu envie d'une touche de sucré et j'ai dégusté au soleil 1/2 carré d'un excellent chocolat noir, cru sauvage de bolivie qui a des arômes de pruneau et vanille avec une très grande longueur en bouche. 

Encore une dégustation positive qui me confirme que c'est ce qui me manquait quand je sortais de table insatisfaite. Je note également que cela fait deux repas entre ce matin et ce midi où je laisse sans effort quelques bouchées dans mon assiette. Très différent de la semaine de fractionnement où je devais volontairement coupée d'1/3 mes portions, ce qui me faisait sentir au régime. C'est encore un apprentissage qui requiert une forte attention mais le plaisir retiré compense tout à fait cela. 

A plus tard pour la suite.

maggy.
Abonné

merci Liegama!

c'est marrant que tu trouves bizarre de "sniffer" son assiette en public. Ca me rappelle un copain qui sentait systématiquement tous les aliments avant de les mettre à la bouche. C'était vraiment instinctif chez lui! Ca va m'aider à appliquer la dégustation! je vais repenser à ce copain!

Ton expérience du jour me motive encore plus pour le faire sérieusement.. Ca a l'air tellement jouissif!

Laureline.
Abonné

Ca donne des idées ce post, Liegama !

Du coup ce week-end je me suis acheté du thé dans un magasin qui sent bon dès la rue ! Parce que finalement les thés de mauvaise qualité c'est pas bon ! Mon placard contient un thé vert aux fruits rouges pour le matin. Je vais tenter de reconnaître les fruits...

Je trouve difficile la dégustation dans le sens où j'ai beaucoup de mal à y penser, c'est encore rare, même avec l'aide des exercices. J'oublie ! Alors que je n'oubliais pas les exercices sur la faim. Ce que je me demandais, c'est : est-ce juste une question d'habitude ? Ou est-ce une forme d'EME (je n'écouterais pas certaines émotions dans les moments où j'oublie de déguster ?).

Tu disais au début de ce post que la première fois que tu es passée par l'étape de dégustation, tu étais passée assez vite. Penses tu que c'était en raison d'EME ? Et que tu y parviens mieux aujourd'hui parce que tu as avancé sur les EME ?

liegama.
Ancien abonné

Grosse journée mais ce matin j'ai réussi à prendre le temps de respirer avant de manger et j'ai profiter, lentement de mon pdj de yaourt de soja, graines de lin, pollen, et une grosse figue séchée que j'avais réhydratée. J'ai bu mon thé vert et toujours autant apprécié ma petite théière de 500 ml. 

A midi, c'était déjà un peu plus le stress, entre deux réunions, j'avais pas pu prévoir car hier il n'y avait plus rien dans le frigo. J'ai improvisé une grande salade de retour du marché avec du tofu fumé, des pignons de pin, des pousses de salades, des salades semi-séchées que j'avais faites il y a deux jours et pleins de gousses d'ail marinés dans l'huile d'olive. J'ai mangé du bon pain au levain avec cela et comme dessert une date medjoul et un carré de chocolat noir. J'étais plus stressée à la fin du repas donc c'était presqu'une EME (pas tout à fait car j'avais encore faim). 

J'ai mangé un peu vite, j'ai pas vraiment bien dégusté, le stress l'a emporté mais je suis contente de constater que c'est pas trop parti en EME à la fin du repas. J'ai mangé mon déjeuner à 12H. 

J'ai eu une longue après midi de réunion, j'ai appris une grosse nouvelle bien stressante lier à des aspects financiers de retour chez moi le soir qui m'a fait ressentir de la peur. Des fois je confonds la peur et la faim car mon plexus est serré. Mais cette fois ci, j'ai eu le reflex, après 1h de discussion intense avec mon mari (on monte notre boite, un magasin bio qui s'ouvrira dans 4 mois si tout va bien et c'est la période de réception des devis) je me suis mis un DVD de sport (il était 20h passé donc un peu tard pour moi en général) et me suis défoulée pendant l'heure. Ensuite la bonne faim est revenue vers 22H00. 

J'ai dégusté des champignons passés à la poêle avec 2 petites tranches de pain recouvertes d'un reste de pesto. J'ai pu goûter le côté un peu spongieux des champignons, j'ai pas reconnu le mirin et le tamari mais bien l'ail et le basilic du pesto. J'ai demandé à mon mari de mettre la TV en pause quelques minutes le temps que je puisse déguster. Pas d'EME de fin de repas, donc tant mieux. 

Stinguy.
Abonné

Bonjour Liegama

 

alors, où en es-tu de ta dégustation? c'est agréable de lire ton parcours, et ça donne de la motivation pour poursuivre le sien! je suis moi aussi à l'étape de la dégustation, mais je galère à ralentir les prises alimentaires!

Sinon, as-tu essayé ta tartine avocat-mayonnaise lors des EME, comme aliment réconfortant?

Bonne journée!

Lavienrose.
Abonné
Liegama, merci de ton partage. Je suis à la dégustation et j'ai pas envie, demain journée thérapie( degustation de prevue)ça va m'aider j'en suis sûre. J'espère que tu géres bien le stress que j'ai ressenti dans tes derniers posts.
liegama.
Ancien abonné

Je reviens après quelques jours fort intenses en émotions et beaucoup, beaucoup de travail (plus de 15h/jour). Ca faisait un moment que je n'étais plus dans un rythme aussi intense. 

La bonne nouvelle c'est que je n'ai pas eu d'EME. Mais je soupçonne que cela est du à l'intense activité. En général, tant qu'il y a de l'activité, tout va bien, c'est quand ça s'arrête que les EME arrivent. 

Concernant la dégustation sans aller dans le détail de tous les repas entre le 15 mai et aujourd'hui j'ai réussi à déguster les 3 premières bouchées de chaque repas. Cela s'est fait grâce aux quelques secondes, parfois une minute que je prends pour "me mettre en appétit" avant de commencer à manger. Il y a eu un repas où j'avais trop attendu et la grande faim m'a fait commencé à manger debout dans la cuisine. 

Ce matin j'ai commencé ma journée tard (c'est mon premier break de la semaine), vers 10h avec un grand jus vert (céleri, concombre, blette, citron, pomme) qui m'a réveillée. Je l'ai dégusté doucement, à la paille, en percevant bien la saveur du céleri, la légère acidité du citron. J'ai admiré la couleur vert pomme, cela sentait le frais, le printemps (faut bien car c'est pas la météo qui nous dit qu'on est mi Mai!). 

J'apprécie de plus en plus ces jus de légumes vert, ça me donne une énergie douce, stable, forte. Je me sens légère après. Toutefois, ça reste du jus de légume qui ne tient pas lontemps au ventre!

13h30, une bonne faim commence à se faire sentir. Plongée que j'étais dans mon boulot (eh oui quand on monte sa boite il n'y a plus de dimanche) j'ai encore attendu plus d'une heure, presque trop encore une fois. Puis me suis préparée des méga pancakes avec des farines différentes (son d'avoine, farine de sarrasin, graines de lin moulues, farine de petit pois) auxquels j'ai ajouté des fraises (les premières bio locales) et des myrtilles avec de la purée de noisette et un filet de sirop d'érable. Le tout accompagné d'un thé vert sencha. J'ai pris 1 mn de respiration et j'ai dégusté, d'abord avec les yeux, la montagnes de fruits, la couleur ambrée de la purée de noisette, le sirop qui dégoulinait de chaque côté des trois pancakes. J'ai apprécié le mélange du rouge de la fraise, du violet de la myrtilles, du beige tâcheté des pancakes. J'ai pris une fourchette, l'ai approché de ma bouche, ai sentie le sucré de la fraise, la noisette, puis je l'ai mis en bouche et là, c'était le bonheur.

Je m'étonne encore du plaisir ressenti quand on déguste un aliment que l'on apprécie en ayant faim. Plus j'expérimente, moins j'ai envie de me goinfrer avec des trucs que je n'apprécie pas vraiment. Mais la différence avec avant c'est que cela devient de moins en moins difficile de dire non quand on me propose à manger et que je n'ai pas faim ou que l'aliment ne me dit rien. 

J'ai pris mon temps, au calme pour manger le pancake. Et comme j'avais vraiment faim, j'ai tout mangé. J'ai bu mon thé doucement également en ressentant le liquide chaud couler ma gorge. 

Encore une belle expérience. Mais difficile à pratiquer à tous les repas. 

Je continue l'expérience encore quelques jours et vous tiendrez au courant de la suite.

 

Karolann.
Abonné

Merci pour ce témoignage , je débute et c'est mon objectif déguster ce que je mange afin de ne plus me remplir de nourriture comme je le fais...

Je le fais régulièrement avec le thé car j'adore le thé... j'aime le sentir puis le déguster à petites gorgées .... le mettre dans de jolis bols asiatiques ....ça me donne des idées faire la même chose avec la nourriture...

Karolann

liegama.
Ancien abonné

Karolan je ne peux que t'encourager à faire de même avec les aliments, moi ça m'a petit à petit habituée doucement à des portions plus petites sans me sentir frustrée ou au régime. J'ai également noté (mais je ne le fait pas à chaque fois) que lorsque je prépare un joli plat (visuellement) j'ai tendance à vouloir le déguster plus lentement, à en profiter et du coup souvent j'en laisse. 

Par contre, quand je mange pour combler mes besoins juste physiques alors j'ai tendance à manger la portion qui est devant moi. 

Keytniss.
Abonné

Merci pour ce partage qui m'aide dans cette étape sur laquelle je stagne depuis des semaines et que j'ai décidé de traiter un peu à la "hussarde" mais à un moment, il faut bien avancer...

En tout cas, là, j'ai une vrai bonne faim, tes descriptions n'ont fait qu'aiguiser mon appétit, les enfants sont couchés je vais tacher de déguster "pour de vrai"

pleinedespoir.
Abonné

Oui que c'est bon de rire un peu ... la dégustation d'Alwena m'a aussi fait  du bien... qu'est ce qu'on a pu avaler comme cochonneries en faisant des régimes c'est incroyable! moi j'ai le souvenir d'un serré maigre infect comme du béton qu'on nous recommandait chez ww et qui  peinait à descencre masi qui "calait"! et toi Liegama .. bravo dis donc quellle leçon.. ça me donne envie de faire pareil !

Bon j'en suis à mon carnet de la faim et je me rends compte que  j'ai souvent  envie de manger des grosses bouchées ou alors trop vite .... comme si j'avais  peur de manquer!!

Pfff...

Quel boulot

Cordialement

Karolann.
Abonné

Merci pour ces partages...

Oui la peur de manquer...la peur du vide...

C'est vrai qu'avec des années de régimes cela a augmenté cette peur du manque... étant donné que l'on mange pendant ces régimes des trucs qu'on aime pas... le pire pour moi les sachets protéinés délayés dans de l'eau rien que d'y penser j'en ai la nausée... Et après les régimes on remange que des trucs gras et sucrés comme si chaque jour on allait se remettre au régime le lendemain donc en en profitant au maximum... et le cercle vicieux s'auto-alimente... et je me retrouve à 50 ans en ayant fait tous les régimes et faisant des crises d'hyperphagie en périodes de non régimes...et en étant obsédée par la nourriture...

Retrouver le goût des aliments en les dégustant et non plus en les engloutisssant ...

En me relisant je mesure la stupidité du mécanisme.. mieux vaut en rire...

Karolann

Haut de page 
X