EME-Zen spécial hypersensibles - le 18/12/2015

izabelle
Animatrice forum

Voilà j'ai envie de créer un nouveau fil  pour travailler sur cet aspect spécifique de moi-même, n'étant pas je pense la seule dans ce cas, je me dis que ça peut aider de le faire ensemble

Une des dernières choses qui fasse obstacle à la perte de mes derniers kilos  (si tant est que je n'ai pas atteint mon set-point), c'est mon hypersensibilité

il m'a fallu quelques années pour me réconcilier avec, mais au quotidien, c'est encore ce qui me génère le plus d'envie de manger, pour "calmer"  mes nerfs hyper-excitables

 

J'ai envie d'utiliser ce fil pour y consigner toutes les expériences où j'ai fait de la place à une excitation, des nerfs à vifs, de l'hyperstimulation, alors même que j'avais surtout envie de calmer ça  sous une bonne couche de gras

et d'y ajouter parfois de la décompression-réconfort-nourriture  en pleine conscience (mais pas tout le temps)

 

Alors hier j'avais une réunion,  anodine, le truc tranquille...

mais mardi dernier, j'avais une autre réunion, anodine aussi (un peu moins)  et juste après j'ai eu les pires EME

 

donc là je me dis : allez reste consciente

me voilà donc partie à porter attention à ma respiration dans la voiture AVANT,  PENDANT la réunion, et aussi APRES

après la réunion, j'ai pris un pot avec une colllège  et en fait c'est LA que mon excitation est montée  (ah oui  papoter ça me fait partir très vite si j'apprécie la personne)

dans la voiture, j'ai refait un minimum de pleine conscience  (pour moi 30 secondes c'est déjà bien  wink)

 

et en arrivant à la maison, j'avais une conscience ACCRUE  de l'état d'hyper-excitation de mes nerfs

et bien sûr une envie de manger, très nette, sans faim

 

tout simplement j'ai essayé de rester un moment dans cette conscience d'excitation SANS calmer

je pense que c'est là fondamental, et que je dois partager avec bon nombre de mangeurs émotionnels qui sont à la fois hypersensibles  ET qui aiment surtout la sérénité

pouvoir accepter de ressentir en pleine conscience   ce  "speed" intérieur  sans le calmer

 

 

bon et ensuite j'ai fait du piano,  ce qui en effet m'a calmée  (et puis bon au bout d'un moment l'excitation retombe toute seule)

mais l'essentiel est surtout d'avoir accueillli en pleine conscience  ce ressenti si particulier  (que seuls ceux qui le vivent peuvent comprendre)

 

je précise que la pratique de la pleine conscience, même très courte, mais régulière, m'aide beaucoup  à rester consciente de tout cela et à lui faire une place

 

pour ma part je touche du doigt quelquechose de très important pour moi,  un réflexe mis en place depuis plus de 30 ans, moment où j'ai commencé à manger plus que ma faim

à l'époque il y avait l'urgence de me calmer pour rentrer dans le "moule" et faire plaisir à mes parents

aujourd'hui il y a la liberté, la créativité....

Commentaires

izabelle
Animatrice forum

voilà un fil qui risque d'être bien rempli de mon côté

hier soir, j'ai senti que tout cela ne serait pas une mince affaire,  de changer mon rapport à l'hypersensibilité et au "calmage"

je n'ai pas eu d'EME à proprement parlé (enfin si un peu, mais surtout lié à la fatigue), mais surtout dans la soirée, tout mon corps s'est contracté, avec des douleurs me rappelant ce que je vivais à la seule époque de ma vie  où j'ai fini aux anxiolytiques

et pourtant le vendredi, eh bien je ne travaille pas !!!

la seule chose que j'ai fait, c'est séance de sport et les courses.....

ensuite repos, repos,  j'étais vannée,   et le soir je me retrouve dans cet état

 

en un sens, cela ne me surprend pas,  je sais qu'il y a des caps à franchir, mais bon sur le moment cela m'a fait un peu peur

donc j'ai essayé de vivre ces douleurs en pleine conscience, simplement, outil que je n'avais pas à l'époque et sur lequel je peux m'appuyer maintenant

après une bonne nuit de sommeil, mon corps est détendu, je n'ai pas mal à la tête (ou presque, ça menace), mais j'ai toujours la peur  de cet état là

peur qu'il me faut accueillir en pleine conscience, après tout elle est normal et elle durera tant que les faits ne lui auront pas donné tort

le plus hard va être de gérer cette journée chargée de travail

ensuite les vacances.... 

izabelle
Animatrice forum

hier je ne me suis pas méfiée, journée de vacances, mais avec ma fille

résultat : EME en pagaille, pas des masses non plus, mais assez destructurant (car appétit coupé bien sûr)

le soir j'observe que pas une seule fois je me suis connectée à ma respiration de la journée

 

c'est pourquoi aujourd'hui encore vacances, encore avec ma fille,  j'ai prévu de faire une séance de RPC  toutes les deux heures au moins

j'en ai fait une au réveil  et une autre vers 10h30

je pense en refaire une avant déjeuner

après tout, autant profiter des vacances pour prendre soin de soi aussi de cette façon là

apolline77.
Abonné

Bonjour Izabelle,

 

Ce sujet date un peu, mais je me reconnais tellement dedans que je vais tenter de le réactiver, au cas où il y ait d'autres personnes comme moi parmi les nouveaux et nouvelles venues...

Je me savais déjà hypersensible, mais je ne mettais pas ce mot là dessus, je parlais, peut être à tort, d'hypersusceptibilité, je ne sais pas si c'est tout à fait pareil. Mais dans les faits, la moindre contrariété, changement dans ma journée, imprevu même tout petit, remarque anodine d'un proche sont pris comme une grosse claque. Je ressasse tout ça jusqu'à ce que cela me crée une EME. Idem quand mes proches ont une émotion : colère, peur, angoisse...je pompe toutes ces émotions, comme une éponge et je stress ou angoisse à mon tour...et du coup EME, compulsion etc...vous connaissez la suite

J'ai pris conscience de tout ça il y a qq temps quand ce surplus d'angoisse généré par les personnes exterieure s'est transformé en enormes crises d'angoisse me conduisant direct aux urgences...

En prendre conscience m'a aidé, mais je me rend compte aujourd'hui, en pratiquant la PCS via LC que ce n'est pas reglé. J'arrive parfois à identifier les causes d'EME et ce sont de belles petites victoires. Mais parfois, c'est un mystère...pourtant, si je fais vraiment le PCS serieusement, j'ai souvent des envies de pleurer qui me submergent d'un coup...c'est qu'il doit bien y avoir des emotions enfouies quelque part...

As tu vu une évolution de ton hypersensibilié depuis ce billet datant de 2015 Izabelle ?

ou puis je seulement esperer que la PCS m'apprenne à accepter cette hypersensibilité sans la réduire ? ce qui est déjà pas mal...

encore un long chemin à parcourir, long, mais passionnant...

@+

 

izabelle
Animatrice forum

la réduire c'est impossible, mais apprendre à vivre avec est essentiel,  et je peux t'assurer  que c'est essentiellement la relation que l'on entretient avec ses émotions qui est la clé

et ce, qu'elles soient fortes ou non

pour les hypersensibles l'enjeu est majeur

 

j'ai en fait pris conscience de mon hypersensibilité et travaillé dessus depuis 2013  grâce à la réflexion d'une abonnée LC sur mon blog à l'époque

donc je peux te dire que oui on progresse énormément dessus

et se comprendre, se connaître est essentiel

adapter aussi son mode de vie quand c'est nécessaire

 

de mon côté  j'ai  "revécu"  quand j'ai quitté Paris

et d'ailleurs j'ai perdu 15 kg quand je suis restée des mois à la campagne avec juste ma fille, mon homme, le jardin....

bon ensuite il a fallu recommencer  à travailler et bon.....

 

 

mais depuis que j'ai pris conscience de tout ceci, et bien sûr grace à la pleine conscience, même si dans les faits je pratique très très peu, ce qui est très dommage  car mon cerveau est toujours et encore TROP en ébullition  (c'est pour ça qu'une séance de PC est un genre de marathon...),   j'entretiens de nouveaux rapports avec mes émotions

dans mon enfance on me reprochait d'être si sensible de "trop" ressentir

mais aujourd'hui dans mon métier  (psy),  c'est un peu comme si j'avais des super-pouvoirs  wink

en tous cas je sais que c'est à peu près mon seul atout pour exercer ce métier, car sinon.....

 

la clé est vraiment dans l'acceptation émotionnelle en pleine conscience, qu'il faut pratiquer, pratiquer, et encore, et encore

sortir de sa tête et vivre les émotions dans son corps

 

et l'essentiel : accepter de ressentir, arrêter de vouloir toujours atténuer, atténuer

personnellement je continue à atténuer  en ne surchargeant pas mes horaires et mes engagements, mais par contre quand une émotion me vient,  au lieu de vouloir à tout prix la calmer comme avant  (et le plus efficace à très court terme : en mangeant),  eh bien j'accepte de la ressentir

et pour accepter, il n'y a qu'un seul lieu possible : dans mon corps

si je pars dans ma tête, dans mes pensées qui cherchent elles aussi à protéger, atténuer, exterminer.....    ça monte en mayonnaise, lutte émotionnelle, etc.....

 

c'est pourquoi j'avais lancé ce post  pour que l'on puisse y faire nos expériences d'EME Zen  spécialement sur le sujet

 

donc avec plaisir si tu veux l'utiliser!!!

apolline77.
Abonné

pourquoi pas, c'est une bonne idée !!

En tout cas, merci pour ta réponse très complète et encourageante !!

Aujourd'hui, grace à la PCS j'arrive à ressentir mes émotions dans mon corps, car elles se manifestent presque toujours de la même façon. Par contre j'ai encore du mal à ne pas chercher à "les attenuer", pour reprendre ton expression. C'est parfois tellement inconfortable...

izabelle
Animatrice forum

c un peu normal

mais ce qui m'a aidé le plus avec ça, c'est de comprendre que les émotions sont utiles et aussi, justement, à quoi elles sont utiles

souvent elles nous donnent des précieuses indications

elles sont inconfortables, souvent, mais elles sont utiles

apolline77.
Abonné

je n'ai pas encore pris conscience de leur utilité...j'accepte l'idée, mais je ne comprends pas...

izabelle
Animatrice forum

la colère sert à remettre les limites, à se défendre

la tristesse sert à accepter une perte (dans le temps)

la joie sert à nous pousser à rechercher à nouveau certaines expériences

le dégoût sert à nous protéger de l'empoisonnement

la peur sert  à nous protéger du danger (réel ou symbolique)

 

ensuite il y a les pensées-ressentis  qui  de leur côté  sont moins utiles

c'est à dire les histoires que notre tête nous raconte

 

ceci dit  cela peut aussi avoir une utilité, mais il nous revient de faire un grand  "tri"

la culpabiité sert à nous dire ce qu'on considère comme bien ou mal

le sentiment de ne pas être à la hauteur sert à nous donner l'énergie de nous mettre au travail...

 

 

tout ceci n'est pas exhaustif bien sûr, mais chaque émotion est utile

quand aux pensées-histoires, la plupart ne sont pas utiles, mais depuis peu, je m'aperçois que celles qui me sont récurrentes sont en fait très utiles du moment qu'on les prend en ce sens

par exemple le fait de ne pas se sentir à la hauteur  qui est très très actif chez les hypersensibles

eh bien depuis peu je me suis aperçue finalement de son utilité

 

 

trouver l'utilité d'une émotion est très salvateur pour les hypersensibles, car cela lui donne un sens  et c'est à peu près la seule façon de faire en sorte qu'on arrête de se "battre" contre elles

 

de mon côté  cela a été déterminant

Petronilles.
Abonné

Je rejoins le club des hypersensibles.

Pour moi les émotions (négatives) sont parfois tellement puissantes, surtout les angoisses, que je m'en retrouve presque paralysée et incapable de faire ce que j'ai à faire, c'est très handicapant. Sans parler du fait que ça en est douloureux physiquement.

C'est donc assez naturel pour mon cerveau de se rebeller, et d'essayer de faire en sorte que ça cesse le plus rapidement possible. Maintenant que je prends conscience de tout cela, j'essaye de faire de la place, de respirer et tout et tout, mais ça prend du temps, et dans certaines situations le temps manque.

Ca ne fait pas si longtemps que ça que je comprends un peu mieux ces mécanismes émotionnels et surtout que je les remarque et prends le temps de les observer. Peut-être qu'avec le temps ça ira effectivement mieux.

apolline77.
Abonné

Bonjour Petronille,

Je suis d'accord avec toi sur l'importance du facteur "temps". Quand les émotions sont là et qu'en plus, les évenements font qu'on n'a pas de temps à se consacrer, ne serait ce que pour respirer...ça n'est pas toujours simple.

chris73000.
Abonné

Sujet très intéressant qui me titille depuis quelques temps... depuis aujourd'hui en fait... donc vos échanges m'interpellent.

Merci pour toutes ces explications

Je crois bien que je vais revenir lire ça pour m'imprégner, comprendre...

Chris, une hypersensible qui "gère" en mangeant... et qui voudrait ne plus gérer, juste vivre...

choucathou.
Abonné

bonjour

 

Je viens tout juste de me dire que ce post me concernait ^plus que les autres posts car je suis en blocage dans l'étape des EME Zen car je suis "collée' à mes émotions trop fortes pour que je  les regarde de face.

 

J'ai eu des émotions très fortes de tristesse et d'angoisse dont je n'ai pas trouvé la cause. Ces émotions se calment tout doucement. Je viens de traverser un épisode dépressif majeur il faut dire et les compulisons réconfort sont revenues pendant cette période dans toutes leur splendeur.

 

J'ai commencé la méthode vers le 10 janvier et j'ai bien avancé pendant deux mois, je voudrais revenir à cette période bénie. J'avais commencé la RPC et je m'en étais sentie très bien masi mes émotions n'étaient pas aussi fortes que le mois dernier.

 

Peut -être dois je accepter cette période qui fut très difficile et profiter de la période plus douce actuelle pour recommencer la RPC et être bienveillante avec moi.

 

Je souffre aussi beaucoup d'ennui car en invalidité (arrêt maladie)pour bipolarité, je n'arrive à quasi rien faire mais en attendant je m'ennuie énormément. Ce que j'adorais faire ne m'attire plus. Et l'ennui donne des EME aussi comme je l'ai appris.

 

merci de m'avoir lue

 

bonne journée

 

Choucathou

 

 

chris73000.
Abonné

Bonjour Choucathou

J'entends ta détresse dans ton message. Je comprends ces moments que tu as vécus : grosses boulimies à des périodes très difficiles. J'ai vécu aussi cela il y a quelques petits mois. Mais tu es sortie de cette période. Comme moi. Alors profite d'aller mieux pour te relancer.

Concernant ton ennui et les raisons de cet ennui, j'aimerais te faire connaitre un bouquin que je viens de lire et que j'ai adoré : PETIT TRAITE DE L'ABANDON, PENSEES POUR ACCUEILLIR LA VIE TELLE QU'ELLE SE PROPOSE d'Alexandre JOLLIEN. Le sujet est profondément humain et fait beaucoup de bien, sur le plan du moral, des diffilcultés du quotidien. Ce livre m'a détendue.

Chris, Qualifiée Es EME... MDR XXL

choucathou.
Abonné

merci Chris 73000 pour ton message très soutenant.

 

Je vais me renseigner sur le petit traité que tu me conseilles. Bonne journée

Cath

chris73000.
Abonné

[quote=Choucathou]

merci Chris 73000 pour ton message très soutenant.

 

Je vais me renseigner sur le petit traité que tu me conseilles. Bonne journée

Cath

[/quote]

 

Dac Choucathou, tu me diras ce que tu en auras pensé ? Je le prête à toutes mes copines en ce moment car je trouve que c'est une lecture embellissante dans le sens où elle cultive de belles choses à l'intérieur de soi. Belle lecture alors !

Chris

choucathou.
Abonné

j'ai lu récemment un post où Izabelle parlait des personnes qui font des compulsions ou des EMe suite à leur hypersensiblité.
je me suis souvenue de ce sujet - ci qui reprend spécifiquement ce problème et j'ai eu envie de le faire remonter  dans les forums actifs.

Qu'en pensez-vous?

Choucathou

izabelle
Animatrice forum

c'est une bonne idée

 

les hypersensibles, selon leur environnement, peuvent vraiment prendre l'habitude très tôt d'étouffer et de calmer leurs émotions

dans mon cas, ce fut dès l'enfance,  parce que mes parents étaient débordés par l'intensité de mes émotions

en fait, ça les a arrangés que je trouve le chocolat comme "calmant"

 

alors quand on a commencé à 7 ans,  c'est quand même  bien bien bien un réflexe.... ça demande de la patience de détricoter tout ça

arcenciel.
Inscrit

je fais partie de ce club

meme si chez moi c est tout a l interieur

l exterieur est fort et ne pleure jamais presque (l habitude de ne pas avoir ete ecoutee)

je ne sais pas si j aurais la patience de faire ca des annees

des que je m'approche des emotions ca pret a exploser imploser..

aby00.
Abonné
Aussi du club Merci d'aborder ce sujet Iza Cela commence à faire beaucoup de sujet où je me retrouve... Bref, je vais continuer à vous lire C'est comme si je l'avais écrit :-)
chocoboum.
Abonné

je décourvre ce thème.....ds lequel je me sens concernée aussi

Pour moi tout aussi était à l'intérieur, jusqu'au moment ou tout à craqué, mais vraiment tout, au physique comme au moral : grosses maladies, dépression aussi.......où le médecin qui était assez ami m'a dit : votre vie devient en danger maintenant, je ne peux rien de plus et là c'est à vousn si vraiment vous le voulez de réagir. mes enfants étaient petits, j'ai réagi !

J'ai décidé de vivre, à ma façon - et j'ai pris un tas d'engagement s qui m'intéressaient et me prouvaient que je pouvais faire quelque chose, que j'avais "'une valeur" - donc ça a bien marché -

mais maintenant, certains engagements sont trop lourds, je n'arrive pas à dire NOn stop partout - jaujourd'hui, 'ai d'autres centres d'intérets où je voudrais aller - De plus, des soucies par rapport aux enfants (grands maintenant)

comme je ne veux pas recommencer l'épisode plus haut, j'exprime mes émotions comme je peux ou comme je sens ;: je chant à tue-tête, ça c'est plutot gai, smileymais moins bien, je suis devenue coléreuseangry - je ne m'en rends même pas compte, mais je réagis au quart de tour et c'est la réaction des visages autour de moi, ou des réflexions blessantes qui me le font comprendre... pas facile à vivre de se sentir mal aimée

si je ne fais pas ça : je mange du chocolat, enfin ça vous connaissez, ce produit magique qui panse toutes les blessures (momentanément) - mais ça ne m'empêche pas de faire les deux............

merci pour ce post - du coup, si on me le rappelle souvent (hé oui svp, car je n'y arrive pas vraiment tte seule) je vais essayer de me souvenir de pratiquer et recommencer tout au long de la journée la RPC pour accueillir mes émotions au lieu de vouloir les cacher ou les faire partir de façon négative - en me disant qu'elles font partie de moli, de ma vie... c'est ça Izabelle ? Vous m'en aviez déjà parlé ailleurs, mais on croit qu'on a compris et une semaine plus tard, tout est parti, donc ce n'est pas assimilé

Je ne vais pas forcément écrire encore plus les jours suivants, mais je trouve un grand intéret à lire vos expériences et réflexions - merci

izabelle
Animatrice forum

oui ça fait partie de la vie

pour certains ça s'active au quart de tour, on peut avoir pris l'habitude de les anesthésie automatiquement  ou alors partir au quart de tour, mais dans ces cas là  encore une fois on n'accueille pas véritablement l'émotion,  on lutte contre en criant sur les autres

ça arrive aussi

je suis beaucoup d'enfants hypersensibles, y'a ceux qui prennent sur eux  (dans mon cas le choco est aussi un anesthésiant très efficace)  et ceux qui le font porter par les autres, par leurs crises

quand j'étais enfant, je faisais des crises, mes parents l'ont si fortement puni que j'ai fini par prendre sur moi

 

aucun des deux n'est bon, mais on fait comme on peu

 

se sentir mal aimé, se sentir nul, se sentir coupable, se sentir en échec, se sentir, ci ou ça

voilà ce qui part au quart de tour

et que nous devons apprivoiser, dédramatiser, accueillir

pour s'apercevoir que ce ne sont  "QUE" des sentiments

 

utiles souvent,   mais surtout si on arrête de lutter contre  et qu'on apprend à les vivre au présent

chocoboum.
Abonné

Arrêter de lutter contre - oui - je comprends dans l'instant et je me promets bien d'appliquer.....et prise sur le vif d'une situation, c'est après que j'ai vu que j'ai encore réagi au 1/4 de tour....avec un bout de choco dans la bouche !!! 

LA RPC aide sûrement à se calmer pour pouvoir poser et accueillir les choses...qd on ne se laisse pas submerger par l'émotion trop vite - donc il faut "de l'entraînement" et ......de la patience. Dieu que je suis toujours pressée !!!

Merci Izabelle

Haut de page 
X