Faites vous des dépenses compulsives? - 29052014

lmlavie.
Abonné

Voilà, par rapport à pas mal de choses que je lis depuis 1 mois, je me suis dit: pourpas pas faire un petit sondage pour savoir si beaucoup ici ont aussi des dépenses compulsives? Car j'ai le sentiment que c'est le même symptôme. (manger sans y penser et manger jusqu'à ce que l'angoisse parte. Aucun plaisir à manger, aucun plaisir à dépenser...)

Depuis que j'ai 18 ans je ne sais pas gérer l'argent. Je dépense et l'argent n'a aucune valeur pour moi. Ca me pourri la vie depuis maintenant presque 30 ans!! Et je n'arrive pas à enrayer la chose. Bon bien sûr, ça va beaucoup mieux depuis que j'ai mes enfants puisque je ne dépense que pour eux et beaucoup moins, pour les mettre en sécurité, mais toujours de manière, dirons-nous, à me mettre ne dépendance de quelqu'un.

Est-ce qu'il y en a parmi vous qui ressentent la même chose?

Commentaires

josepha-mtc.
Abonné

hello

 

ça c'est marrant ce que tu dis parce que moi je pensais justement qu'il devrait y avoir le même site pour les dépenseurs compulsifs !

je suis comme toi aussi, quand je vivais en couple avec la fille de mon ami, je gérai mieux mes dépenses.

mais chaque fois que j'ai vécu seule, j'ai dépensé plus que de raison ! et depuis quelques années que je gagne plutôt bien ma vie par rapport à avant, c'est pire..;  Suite à une nouvelle déception amoureuse il y a deux ans c'est pire encore.... mais comme j'ai une bonne paye la banque ferme les yeux et me relance quand je suis vraiment dans le rouge, ce qui ne m'aide pas franchement. Je pense que tu as raison, c'est la même démarche au niveau de la compulsion, mais aussi au niveau de l'effet à long terme.... Perso je gagene suffisamment pour pouvoir m'offrir des vacances sympas (pas forcément un voyage à l'étranger) régulièrement par exemple, mais je suis toujours à court pour le faire..; c'est du sabotage de soi comme pour l'alimentation !

je pense cepndant que la pratique d'une démarche de pleine conscience globalement  peut aussi aider sur ce point dès lors qu'on en est conscient... après si ça ne marche pas faudra s'y prendre autrement avec un psy par exemple

bonne soirée à toi

lmlavie.
Abonné

Merci pour ta réponse qui me donne un indice.

Tu parles des vacances et bien justement je ne pars jamais en vacances car jamais d'argent. Il va falloir que je creuse cette idée...

bleu_ether.
Abonné

oh mon dieu l'argent!!!!!

 

Je suis moi aussi une dépenseuse compulsive, en conneries et autres trucs inutiles, je me suis parfois mise dans des situations ingérables!!!!

Mon psy me disait que tout a un  rapport, la bouffe/l'argent/le sexe, bref beaucoup de nos comportements sont le reflet du mal être!!!

Au jour d'aujourd'hui j'ai un bon métier qui me permettrait de bien vivre mais je suis toujours dans la m...e, pas un sous de côté, bref si demain mon mec me plante je suis dans le caca, même pas de quoi voir venir.

En même temps ne pas épargner c'est ne pas se projeter dans l'avenir et vivre dans le passé!!. Peut être faut-il creuser de ce côté là!!

 

bon courage

josepha-mtc.
Abonné

c'est peut être une idée idiote mais bon j'essaye quand même.

9a vous dirait qu'on échange un peu sur ce thème, sur ce forum dans le même esprit que pour la bouffe, comment j'ai resisté ou non  et comment je me ssui fait plaisir ou non et si c'est suite à une EME ?

Mon truc à moi c'est d'acheter un truc nul pas cher,plus un autre truc nul pas cher non plus et ainsi de suite jusqu'à avoir plein de trucs plus ou moins nuls qui finissent par faire cher et qui m'auront fait plaisir trois minutes et demi au lieu de garder cet argent pour un truc bien plus sympa et dont j'ai envie (vacances par exemple) et qui me fera vraiment plaisir au lieu de gonfler mon stress au quotidien à ne pas oser regarder mon compte bancaire ???

je peux acheter par envie frénétique de ce truc sur le moment car si je l'ai forcément ça fera de moi quelqu'un de mieux, mais aussi sur une EME comme avec la bouffe, pour me calmer...

si ça vous dit de faire ça un peu en parallèle je suis partante.

mamamelie.
Abonné

Bonjour,

J'ai également des achats compulsifs depuis de nombreuses années. Une petite différence tout de même: ayant grandi avec très peu d'argent, je vis avec la peur du manque. Du coup j'économise beaucoup et j'achète de façon économique au quotidien.

Quand vient une "crise" d'achats compulsifs, je l'assouvie (et n'essaie pas de lutter...) par contre je garde toujours les tickets de caisse pour le lendemain ou la semaine qui suit. La plupart du temps, une fois que j'ai retrouvé mes esprits, je ramène la majorité de mes achats et me fait rembourser :)

bleu_ether.
Abonné

je veux bien qu'on en parle peut être ça nous fera oublier la bouffe!!!!

 

En ce qui me concerne ce sont souvent des achats par peur de manquer, je m'explique, je vais souvent acheter un petit truc en me disant que peut être que j'en aurai besoin un jour pour m'occuper (beaucoup d'objets de loisir créatif) ou parfois des fringues dans lesquelles je ne rentre pas puisque je n'essaye pas (je ne peux pas rentrer dans une cabine d'essayage...)

 

Je me rends compte que je suis boulimique d'achat, je l'ai toujours été!!!!

josepha-mtc.
Abonné

c'est vraiment intéressant de vous lire et de voir les comportements de chacun ! ça peut être très différent de l'une à l'autre en effet !

pour l'instant en ce qui me concerne, je suis bien incapable de rendre ce que j'ai acheté par compulsion ! c'est du même ordre que jeter le reste de mon assiette, je peux pas si facilement m'en séparer ni revenir sur ce que j'ai fait. Par contre l'idée est intéressante et je la garde de côté ! on peut toujours revenir en arrière en effet !

Mes dépenses moi aussi sont liées à une enfance dans une famille sans argent et sans achat plaisir... dès que j'ai eu des sous je les ai claqués à tout vent  sans économiser.

de plus dès que j'ai  commencé à bien gagner ma vie et à avoir une position professionnelle de responsabilité ( je suis cadre), ça a été prie, comme si je culpabilisais de ne plus être dans le même monde en quelque sorte, presque d'avoir trahi..; du coup dépenser beaucoup en plein de petits trucs sans valeurs, me permettait de rester "pauvre" en quelque sorte !

Cela dit hier après mon post sur la possibilité de partager, je suis allée me ballader en ville, et j'ai très vite craqué sur un petit haut d'été vraiment charmant et dont je n'avais nul besoin...et pas vraiment  l'argent pour l'acheter non plus... faut il le rajouter.

par contre pour reprendre la remarque de l'une de vous, la cabine de la boutique n'avait pas de glace à l'intérieur, ce que je cfris d'habitude de peur de me faire voir des autres si c'est trop petit ou ne me va pas. Mais j'y suis allée quand même, et en fin de compte, de ne pas me voir me déshabiller m'a plutôt réussi  (habituellement ça me fait un effet répulsif) et de devoir traverser le magasin pour me regarder dans le miroir près de la porte avec la vendeuse et une autre client qui commentait, le décolleté, la taille, la couleur sur mon teint... m'a finalement bien rassurée !

Du coup alors que j'allais essayer une robe, la vendeuse m'a dit qu'elle serait trop grande, je ne la croyais pas et ai essayé les deux.. en écoutant leurs commentaires en effet la grande l'était trop et faisiat un peu sac et du coup me grossisait alors que l'autre soulignait mes formes et ne me grossissait pas plus que je ne le suis.... je n'ai quand même pas prise ni l'une ni l'autre car pas assez confortable aux emmanchures. mais cette expérience m'a bien appris sur moi , mon rapport à mon corps et au regard de l'autre !

lmlavie.
Abonné

Donc s'il fallait que je trouve un point commun, serait-il d'avoir manqué à un moment de notre enfance? Quand j'étais petite (4 ans j'ai souffert de la faim) 

Merci à toutes pour vos témoignages, ça me fait bien avancer, notemment la réflexion sur le fait d'avoir changé de catégorie socio-professionnelle (ça me parle) Dépasser ses parents est-ce cela?

Vraiment interessant tout ça...

Continuez à m'eguiller!! Merci

izabelle
Animatrice forum

bien sur les dépenses compulsives, ça participe du même truc :  éviter de ressentir des trucs désagréables

mais là, au lieu d emanger du chocolat,  on va s'acheter un truc

ça produit des sensations fortes, agréables, et une façon d'éviter l'émotion désagréable

 

ça m'arrive un peu parfois, plus maintenant d'ailleurs que j'utilise moins la nourriture

mais pas trop quand même car je suis d'une nature très économe à la base

mamamelie.
Abonné

Avez-vous remarqué que tous ces comportements addictifs consistent à remplir? L'estomac, les placards...

La peur du manque et l'enfouissement de l'angoisse qui l'accompagne! 

FloPS.
Abonné

C'est super que tu ai fait le rapprochement ! Je suis addict à la bouffe et je suis aussi super addict aux fringues !

La dernière anectode, je faisais une RPC, pas du tout l'envie de manger, bien avec ça.... ET c'est une envie de chaussures qui est appararue !!

J'ai toujours oscillé entre les dépenses compulsives et la boulimie... Perte de contrôle dans les bouties ou dans les boulangeries !

Et quand l'un va, c'est l'autre qui déconne !

mamamelie.
Abonné

Je suis d'accord avec toi FloPS, je pense que ce sont simplement des façons différentes de manifester l'angoisse du vide.

Si on a le contrôle sur une méthode l'autre prend le dessus. Par exemple, interdit bancaire ou plus de carte bleue -> pas de shopping possible -> vengeance sur le frigo.

Et inversement, on se sent bien dans nos compulsions alimentaires, en pleine RPC vient une compulsion d'achat!

Pour ma part, le parallèle est d'autant plus facile qu'en plus d'être boulimique je suis aussi alcoolique. Et le système des vases communiquants fonctionne idem: si ça va côté frigo, ça dérape côté bouteille...

Je travaille depuis longtemps sur mes comportements avec une équipe spécialisée en addictologie. Ce qu'il en ressort, c'est qu'essayer de "maîtriser" un comportement addictif est vain. Les envies ou les besoins étant viscéraux, rien ne sert de les empêcher, ce ne serait que faire grandir la frustration et amplifier la crise suivante.

Mon travail actuel porte sur "vivre la crise en pleine conscience", sans jugement. La même méthode qui est enseignée ici!

Je m'explique: lorsque je suis en crise, quelle qu'elle soit (frigo, achats, bouteille... y'en a beaucoup malheureusement) au moment où elle vient, je SAIS que je suis en crise et je la vis pleinement, en pleine conscience. Chaque bouchée, chaque verre étant conscient, cela permet naturellement de réduire la quantité  et donc de limiter la casse.

lmlavie.
Abonné

Et si cette peur du vide était un manque d'amour...maintenant il ne suffit pas de le dire pour que l'inconscient, lui il s'en débarasse. Moi en tout cas j'en ai vraiment marre de ne pas avoir d'argent. Est-ce qu'il y a un exercice en pleine conscience, en particulier qui me permettrait d'aller faire un tour de ce côté histoire que ça fasse du lien et que je me débarasse du symptôme?

En tout cas, bravo à vous pour tous ces témoignages vrais et bienveillants.

josepha-mtc.
Abonné

hello

 

Lmlavie je crois que mamamelle t'as donné la réponse juste au dessus... Je crois moi aussi que les exercices de pleine conscience (voir dans les outils ceux pour dépasser une EME) peuvent tout à fait s'appliquer à une boulimie de quoi que ce soit...

Néanmoins là ou je suis d'accord avec Mamamelle c'est que si on cherche à tout prix à virer le symptôme, il va s'empresser d'aller se cacher ailleurs (achat, bouffe, alocool ou autres dépendances sexe... mais aussi hors addictions en dernier recours)

La pleine conscience sert à éviter les dégats en prenant conscience au lieu de les fuir, des émotions ressenties dans ce qu'ils appellent ici les EME mais aussi EAE (envie d'acheter émotionnelle...). Ensuite soit on peut gérer ces émotions plus ou moins bien seul soit il faut aller aussi chercher de l'aide ailleurs en parallèle (psychothérapie, analyse ou soin en général).

Car il ne s'agit pas de travailler que sur le symptôme mais aussi dans notre propre histoire, voire  parfoisdu côté d' une pathologie développée malgré nous. les deux n'étant pas incompatibles....

C'est souvent les grands combats entre thérapeutes comportementaliste et analytique...tout viendrait du comportement ou tout de l'inconscient... la belle affaire ! et si tout venait des deux et qu'il serait intéressant d'aller voir des deux côtés...

bon courage les filles et merci à mamamelle d'oser dire ici tout haut ce que la morale réprouve souvent tout bas ici et là et bon courage pour t'en sortir !

lmlavie.
Abonné

Alors pour avoir fait et une psychanalyse et une thérapie comportementale et cognitive, je peux dire, par expérience que l'une a servi à faire un travail en profondeur et virer des symptômes (la psychanalyse) et la TCC (dans leur jargon) m'a permis d'enrayer des comportements, me reconstruire mais il y a des symptômes bien ancrés, qui eux sont restés bien présents.

Là je vais aller voir une psy qui semble être généalogiste, (je sais juste qu'elle revisite nous enfant, nous ados, nos ancêtres...) mais je ne sais pas trop comment elle bosse.

Moi ce qui me tente maintenant c'est la psychothérapie boudhique. Mais je ne sais pas si ça existe vraiment. En tout cas ça me tenterait bien et j'y crois d'aller en pleine conscience faire du lien pour enrayer les symptômes définitivement.

Si ce n'est pas pour moi, au moins pour mes enfants et mon conjoint!

Kaylee
Marraine

[quote=josepha]

je pense cependant que la pratique d'une démarche de pleine conscience globalement  peut aussi aider sur ce point dès lors qu'on en est conscient... après si ça ne marche pas faudra s'y prendre autrement avec un psy par exemple

[/quote]

Tout à fait d'accord avec tes propos, Josepha.

C'est lié... j'ai passé une période, quand le père de mon fils est parti, à faire des dépenses compulsives alors que j'étais en pleines difficultés financières puisque je me retrouvais dans le même appartement, dans les mêmes conditions de vie, mais avec un fils de 10 ans à élever et un (confortable) salaire en moins. A cette époque, je ne compensais pas encore avec la nourriture (mais j'étais déjà en surpoids).

Je suis cadre, la banque me faisait confiance et m'a donc m'a laissé m'enliser d'une manière honteuse... j'ai mis 4 ans pour tomber dans de grosses difficultés, prenant crédit sur crédit pour couvrir les autres crédits, "déshabillant Pierre pour habiller Paul". A un moment j'ai souhaité présenter un dossier de surendettement à la Banque de France, la banque que j'avais à l'époque m'en a dissuadé, avec l'argument "mais non, Mme X, votre dossier de surendettement à la Banque de France ne passera jamais, vous gagnez trop, reprenez donc un petit crédit révolving chez nous...". Jusqu'à ce que je me retrouve avec une saisie sur salaire, convoquée par le Service du Personnel. J'ai la chance de travailler dans une grande entreprise, avec un Service Entraide, qui m'a conseillé de changer de banque puis de constituer ce dossier de surendettement auprès de la Banque de France, et m'a fait part de plein de conseils précieux sur la procédure.

Je passe les détails... ça a marché, mais j'ai horriblement galéré pour rembourser tout ça pendant 5 longues années, pendant lesquelles je me disais "pourvu que ma voiture/ma machine à laver/mon aspirateur etc. ne me laissent pas en rade, parce que je ne peux pas les changer". Quand je suis sortie de cette longue période j'ai dû acheter des choses qui ne marchaient plus dans la maison, et je me suis dit que j'avais peut-être eu besoin d'en arriver à cette situation difficile pour me donner le déclic de changer de comportement... Style c'est quand on arrive dans le fond de la piscine ou du puits, quand on ne peut pas tomber plus bas, qu'il ne reste plus qu'à donner le grand coup de pied salvateur pour commencer à remonter.

J'ai entamé une psychothérapie, et des séances de groupe de TCC. Pour les dépenses compensatoires, et je taisais soigneusement les problèmes de nourriture qui s'étaient ajoutés entretemps. 

Problème de dépenses compensatoires réglé, donc maintenant, une chose après l'autre, je m'attaque à la nourriture, je me dis que "à bientôt 64 ans, il serait temps". C'est maintenant ou jamais, maintenant soit j'accepte de vieillir passivement, de baisser les bras, soit je fais tout mon possible pour changer les choses. Et si ça ne marche pas, j'aurai au moins essayé. Mais j'ai l'impression depuis 5 semaines que ça marche.

Ce qui me motive, tout d'abord c'est l'âge de mon fils (seulement 28 ans) je ne veux pas qu'il ait l'image d'une mère résignée, et puis... dans quelques mois, je ne bosse plus, je suis enfin à la retraite.

Depuis que je suis sur LC, vraiment dans ma tête ça va mieux point de vue nourriture, mais c'est une vigilance quotidienne.

lmlavie.
Abonné

Kaylee, merci pour ton témoignage qui m'apporte beaucoup. Et je suis surprise et en même temps ravie de voir qu'un fils, même à l'âge de 28 ans peut continuer à donner de l'élan et l'envie de changer à une mère. 

Je te trouve intelligente et sensible et je te tire mon chapeau car ça n'a pas du être facile tous les jours. Moi j'ai touché le fond à deux reprises financièrement mais ça ne m'empêche pas de continuer sans le vouloir (car je ne me trouve pas si dépensière que ça, beaucoup moins qu'avant) à ne plus avoir d'argent pour vivre le 15 du mois, voir ce mois -ci le 1er du mois. Heurseusement que j'ai mon conjoint qui tient la route et qui assure derrière. Mais je ne veux pas justement l'embarquer dans mes problèmes et du coup j'ai rdv avec un psy fin juin et je crois que c'est la première chose que je vais tenter de régler. 

Je me dis que l'argent permet de faire des choses mais aussi d'être autonome. Et si je n'ai plus d'argent, un peu comme une enfant je me retrouve plus libre et autonome comme une "grande"!

mavo.
Marraine
Complètement en phase sur le fait que dépenses et sur-alimentation relèvent de mécanismes proches. Dans le même ordre d'idée, je peux ajouter la cigarette (dieu merci, cette addiction-là est derrière moi... Mais je ne crie pas victoire sur ce sujet qui peut toujours revenir à l'ordre du jour !). Le boulot aussi. Le sexe par périodes. Tout ce qui peut procurer des sensations fortes et qui permet de ne pas se connecter avec le moment présent. Tout ce qui permet de moins ressentir, de ne pas se pencher sur la question du vide, du sens, etc... Et derrière tout ça, en ce qui me concerne, oui il y a aussi des questions de manque, de peur de l'abandon. D'où l'intérêt en effet de ne pas interdire, arrêter un comportement, car le risque évidemment est une substitution d.une addiction par une autre.
FRED73
Marraine
C'est marrant parce que pour moi, ce n'est pas le cas. Je n'ai jamais fumé, je ne fais jamais d'achat impulsif, je ne me suis jamais noyée dans le boulot, côté sexe c'est un peu compliqué, bref pour moi ça ne marche pas du tout ! Va falloir que je trouve une autre explication !
izabelle
Animatrice forum

parce que tu t'es focalisée sur la nourriture pour l'évitement émotionnel, mais d'autres personnes peuvent utiliser d'autres méthodes d'évitement émotionnel,  même le sport d'ailleurs, ou les sensations fortes

par contre, on peut tout à fait utiliser une méthode unique d'évitement,  ou bien plusieurs

pour ma part ce n'est QUE la nourriture, et c'est depuis que je la lache  que je commence à observer un chouilla de truc de dépenses et de jeu, mais alors vraiment une brindille, ces deux choses n'étant absolument pas mon truc à la base

je crois bien que la liste des addictions comportementales est détaillée dans le lexique  du site

Evelyne2212.
Abonné

Pour répondre à la question initiale : oui, cela m'est arrivé. Ce n'est pas courant, mais je dois reconnaître que j'ai eu des occasions de dépenses compulsives. Après une grosse frustration justement. Ou quand je trouve dans un magasin plein de vêtements à ma taille qui me vont bien, je prends tout. C'est tellement rare de trouver.

Et encore un truc sur lequel travailler avec LC.

 

cilou_cile.
Abonné

J'aime beaucoup ce fil merci lmlavie smiley

J'ai presque failli répondre direct "ouiiiiii!!! "à ta question, sans lire les réponses que l'on t'avait apporté!

J'ai été une acheteuse compulsive (je le suis beaucoup moins depuis LC) jusqu'à me mettre dans de sales draps, même si je n'ai jamais dépassé certaines limites. Budget resto, cadeaux, fringues, courses...quand je regarde les dépenses que j'ai pu faire, c'est effarant! Il n'y a pas d'autre mot.

Je me souviens d'engueulade monumentables avec mes parents pendant mes études sur ce sujet (jamais un rond en poche et eux, toujours à me ravitailler comme un puits sans fond), des premières années où j'ai bossé (à découvert dès le 5 du mois, me disant que j'avais des économies et que c'était fait pour ça)...

Oui, les achats compulsifs peuvent tout à fait s'associer à la prise de nourriture compulsive et à tout comportement addictif en général. Je le ressentais comme une manière de vivre sans limite, sans frein, sans contrainte, brûler la chandelle par les 2 bouts...en fait, c'était plutôt une manière de masquer, noyer les problèmes et les ressentis désagréables. Comme par exemple, par rapport à l'argent: ne pas pouvoir me payer les mêmes choses que les autres, ne pas pouvoir avoir le même train de vie, devoir me priver, l'impression que si je n'achetais pas ça ou ci, ça allait me manquer terriblement, je ne pourais pas être bien sans...trop dur à vivre, à supporter.

LC m'a beaucoup aidé. J'en ai d'ailleurs fait part dans mon témoignage et ce passage a été surligné, pour bien indiquer que tous ces comportements et leur régulation étaient liés.

Aujourd'hui, je fais mon budget chaque semaine (c'est le meilleur rythme pour moi). Ma banquière (lors de l'étude de ma demande de prêt) m'a félicité car je n'étais jamais à découvert et toutes mes dépenses sont soigneusement notées. Je ne pioche plus dans mes économies pour les vacances, les impôts, les imprévus, ...

J'ose dire aujourd'hui aux autres que non, je ne pourrais pas aller là ou je ne pourrais pas participer à ça ou ci car question budget, ce mois ci, ce ne sera pas possible.

Aujourd'hui, par exemple, je me suis acheté un sac, avec mon bon cadeau de fête des mères et je me suis limité à un budget "raisonnable" pour un sac de marque et dans un magasin ne vendant rien à moins de 100€. ça faisait déjà plusieurs mois que je n'avais rien acheté et ça m'a fait vraiment tout drôle d'être devant cet étalage de belles choses et de me dire que j'y avais le droit.smiley Alors oui, elles étaient là encore les pensées "mais vas y, achète toi plutôt celui là, il coûte bien plus cher donc il doit être mieux, tu as des économies de toute façon donc fais toi plaisir...." Je les connais bien maintenant. Un peu de RPC et je vais vers ce que j'ai en tête...et ça va mieux!

Voilà, je l'écris car j'en suis fière, c'est même une de mes plus belles réussites. C'était un comportement très ancien et je ne voyais pas de solution pour le juguler. En plus, grâce à la PC, la diminution et la régulation de mes achats ne se sont pas compensé par plus de prise alimentaire, ni d'alcool, ni de cigarette, ni de saute d'humeur...au contraire, même de ce côté là, ça s'est apaisé également.

Kaylee
Marraine

[quote=cilou_cile]

J'ose dire aujourd'hui aux autres que non, je ne pourrais pas aller là ou je ne pourrais pas participer à ça ou ci car question budget, ce mois ci, ce ne sera pas possible.

[/quote]

Franchement, je t'admire, cilou_cile...

Mes problèmes financiers sont terminés, (par la force des choses, mon passage "Banque de France" m'ayant salement servi de leçon), mais j'aimerais vraiment pouvoir adopter plus souvent ton comportement à la nourriture vis-à-vis des autres : dire "non, merci, je n'ai pas faim"

cilou_cile.
Abonné

[quote=Kaylee]

[quote=cilou_cile]

J'ose dire aujourd'hui aux autres que non, je ne pourrais pas aller là ou je ne pourrais pas participer à ça ou ci car question budget, ce mois ci, ce ne sera pas possible.

[/quote]

Franchement, je t'admire, cilou_cile...

Mes problèmes financiers sont terminés, (par la force des choses, mon passage "Banque de France" m'ayant salement servi de leçon), mais j'aimerais vraiment pouvoir adopter plus souvent ton comportement à la nourriture vis-à-vis des autres : dire "non, merci, je n'ai pas faim"

[/quote]

Merci Kaylee.

Bizarrement, il m'est plus difficile de dire "non, merci je n'ai pas faim" plutôt que de dire "non merci, je ne pourrais pas car je n'ai pas assez d'argent", comme quoi, tu vois rien n'est simplewink

josepha-mtc.
Abonné

bravo et merci ciloucile

très réconfortant ton message et on aprtage d'expérience.. je vais essayer aussi la RPC et les carnets pour les dépenses !

Noelle
Marraine

je me sens assez concernée par le theme achats compulsifs! j'en ai fini maintenant, mais j'ai connu des episodes d'envie brusque de mini trucs genre rouge a levres, vernis a ongles quand j'ai commence LC

ce qui m'a pas mal aidée, c'est de faire des tris, vider mes placards, garder les fringues qui me vont et pas ceux qui m'iraient un jour

lmlavie.
Abonné

Merci à toutes pour tous vos témoignages qui me font cogiter sur le sujet et faire le lien entre plein de choses et me permettent d'avancer.

Je garde l'idée de faire mes comptes à la semaine (impossible pour moi, je ne les fait JAMAIS JAMAIS JAMAIS!!!!).

Qu'est-ce que j'aimerai pouvoir entendre ça de ma banquière!! La mienne elle fait la politique de l'autruche, comme moi! Elle ne me rappelle jamais, ne m'appelle jamais. Là elle m'a interdie de chéquier et de tout.Il va falloir que j'assume. Mais là la pression que je ressens je la connais bien car elle est souvent là. Par contre au niveau alimentaire pas de pression... du coup!! L'un compense surement l'autre!!

MANGER ou DEPENSER il faut choisir!!

Une amie me disait aujourd'hui que c'est un peu pareil avec les relations que l'on entretien avec les gens: de cette personne je vais "manger" ça, et le reste je vais le laisser au bord de mon assiette (ce que je n'aime pas des autres) et il y a ceux qui se laissent envahir par les autres et leurs envahissements. Un peu comme l'argent que l'on dépense sans réflechir (sans pleine conscience) pour assouvir une angoisse ( je laisse l'autre m'envahir avec ses problèmes et je me sentirais mieux ensuite, ce qui n'est pas du tout le cas en général).

 

lmlavie.
Abonné

Et du coup si nos compulsions diverses étaient transformées en compulsions à venir sur le site... ça peut aussi non? 

Mais alors... le jour où je me désabonne... je vais être à nouveau accro à tout le reste????devil

Haut de page 
X