fractionnement et mauvaise humeur - 14092011

clementine77.old.
Abonné

Bonjour

J'expérimente en ce moment le fractionnement des repas, j'en suis au matin du deuxième jour.

Autant l'expérience de la faim a été une véritable épreuve, mais j'y trouvais un certain enthousiasme, autant cet exercice du fractionnement provoque chez moi pas mal de frustration et de mauvaise humeur. 

ça m'énerve de ne pas pouvoir manger à ma faim pendant un repas, ça me stresse car j'ai la sensation que le repas suivant je ne mangerai pas à ma faim non plus. Du coup je n'attends pas, la plupart du temps, d'avoir une bonne faim car je sais que je devrai me priver. Alors il est vrai que je peux prendre une collation plus tard, mais là il faut anticiper pour avoir une bonne faim pour le repas suivant !

J'en suis au deuxième jour et j'en ai déjà ras-le-bol.

Et vous, êtes-vous traversés par des émotions, frtstrations et inquiétudes similaires ? Comment vivez-vous/ avez-vous vécu cet exercice ?

Commentaires

yayie.
Abonné

je n'en suis pas encore à cette partie du parcours mais ce que je peux lire de ton expérience me semble normal.

est-ce que justement cette expérience ne doit pas t'amener à te rendre compte que ne pas manger à ta faim en s'arrêtant quand tu es à satiété et pas avant et pas après c'est là que tu ressens le plus de plaisir.

là, tu es frustrée de ne pas pouvoir manger à ta faim et que donc priver son corps de quelquechose pour maigrir n'apporte aucun bien être.

je ne sais pas si c'est le but de l'expérience mais moi je trouve positif que tu te rendes compte que ça te plait pas comme sensation et que tu as besoin d'écouter ton corps pour te sentir bien/

clementine77.old.
Abonné

Merci pour les encouragements, ça me fait du bien.

Je ne sais pas exactement quel est le but, j'avais compris que c'était de se rendre compte qu'on a peut-être besoin de moins manger que ce que l'on croit. Le souci est que du coup je me sens "au régime" et que en général ça provoque des EME chez moi...

Flowerbomb.
Abonné

je finis demain mes 7 jours d'expérimentation de la satiété, donc j'ai dû manger pendant 7 jours moins qu'à ma faim. eh ben.....heureusement que c'est fini car je me suis sentie aussi au régime et ça c'était horrible. cela dit, je n'ai pas toujours réussi à manger moins mon repas mais c'est pas grave. j'ai noté scrupuleusement tous mes repas et collations et j'attends le bilan avec impatience. ce qui est sûr, c'est que je n'ai pas perdu un gramme. la dernière fois que je me suis pesée c'éatait en juillet mais je me sens pas mieux dans mes vêtements donc j'ai rien perdu.

clementine77.old.
Abonné

eh bien bravo Grazia d'avoir effectué cette expérience jusqu'au bout ! Et merci pour votre témoignage, ça me rassure de voir que je ne suis pas la seule à vivre cela de manière pénible. Est-ce que maintenant vous avez l'impression d'avoir besoin de moins manger qu'avant ?

Bon courage en tout cas pour la suite !

Lily.
Abonné

Bonjour,

 

J'en suis moi aussi à cette étape, et je ne l'ai pas compris de la même façon.

Si j'ai bien compris, il ne s'agit pas de privation, ni de restriction, ni encore moins de sortir du repas en ayant faim.

En enlevant seulement soit un petit peu de quantité, soit un élément du repas (pain, dessert, ...), on termine le repas à satiété. Et on doit logiquement avoir l'esprit tranquille puisque si l'on a faim plus vite que d'habitude (ce qui n'est pas sûr), on peut prendre une petite collation. En attendant le repas et sa bonne faim...

Bien sûr il faut avoir une marge de manoeuvre sur le repas... Es-tu sûre que tu ne peux rien supprimer sans avoir faim ?

clementine77.old.
Abonné

Lily, il est tout à fait possible que j'ai mal compris, et que j'enlève une part trop importante de mes repas habituels. Merci pour l'idée.

Le truc c'est que les kilos que j'ai en trop sont liés essentiellement à mes compulsions. En fait mes repas ne sont jamais très copieux, du coup en général au bout d'un moment j'ai faim, alors je mange "en plus", puis je culpabilise et ça termine en compulsion. Ou alors la compulsion est liée à une émotion du quotidien autre, d'autres fois. 

Mais du coup quand j'enlève quelque chose à mes repas déjà très "calculés" en terme de calories pour en arriver à 1800 max par jour (comportement dont j'essaye de me défaire avec la méthode LC), alors il ne me reste plus tellement à manger, sauf à me mettre en mode régime et donc à reprendre du poids quand je mangerai à nouveau à ma faim par la suite.

Je ne sais pas pour vous, mais plus j'avance dans cette méthode, plus je me rends compte à quel point ma relation à la nourriture est encore plus complexe, pleine d'ambivalences et de contradictions que ce dont j'avais déjà conscience auparavant...

Merci en tout cas pour vos réactions, ça fait du bien d'échanger.

Lily.
Abonné

Bonjour Clémentine,

Je comprends très bien ce que tu dis car je suis moi aussi dans une problèmatique où je m'affame la journée, et compense régulièrement par des compulsions le soir...

Cela dit, mon expérience du fractionnement m'a démontré que j'avais sans doute besoin de fractionner ma prise alimentaire pour arriver le soir chez moi en ayant une bonne faim, et pas une grande faim. Et par exemple, si je mange la moitié de mon sandwich (sans beurre ni mayonnaise bien sûr ;-) le midi et l'autre moitié vers 17H/18H, je gère beaucoup mieux le soir.

A plus long terme, il faudra sans doute que j'arrive à rééquilibrer ma prise alimentaire sur la journée mais le fractionnement m'a rassuré : à partir d'un même appot calorique, le fractionnement permet de mieux sentir les seuils de satiété. Je me suis ainsi rendue compte que même sur mon repas du midi, que je pensais léger, je pouvais fractionner et être à satiété.

Reste la problématique du soir, et là, c'est pas encore gagné !!! (mais j'y crois !)

Bon courage Clémentine, et à bientôt !

Pomdereinette.
Abonné

Même constatation : autant l'expérience de la faim m'a été difficile mais bénéfique autant le fractionnement, même en respectant la satiété, ne m'a appris qu'une chose : cela déclenche des EME au repas suivant, collation ou pas.

Je pense que la peur du manque est si ancrée que le "simple fait" de réduire réenclenche le processus. Grrrr...

exekia.
Abonné

Je ne suis pas la seule à avoir eu du mal avec cette étape, ça me rassure.

Moi qui n'avais plus d'EME depuis le commencement du programme, c'est revenu pendant cet exercice.

Est-ce la peur de manquer ? la peur d'avoir faim ? Et puis j'ai été destabilisée de constater que mon corps n'avait pas besoin d'autant de nourriture. Maintenant il faut que ma tête comprenne à son tour que je n'ai pas besoin de manger tout ça.

Depuis cette étape, je mange dans une assiette à dessert pour aider ma tête à moins manger ;)

Je suis passée à l'étape suivante en me disant qu'il faudrait que je continue en m'aidant de l'outil "respecter sa satiété".

jaraz.
Abonné

oui premier jour de fractionnement pour moi et c'est horrible

j'ai diminué les portions ce midi, et j'ai fait un effort surhumain pour ne pas terminer mon dessert. histoire d'en garder la moitié pour la collation

bon c'était agréable de sortir de table avec le ventre léger, mais à 15h30 impossible de démêler la faim/de la tentation de de faire une pause et de terminer mon dessert, enfin si je sais en fait ;s

s'en est suivie une succession d'EME dans l'après midi pour finalement décréter le dîner à 18h45

reste plus qu'à attendre le retour de la faim maintenant

bon demain je serai plus mesurée sur le fractionnement...

Lullabycrazy
Inscrit

J'ai aussi beaucoup de mal à me lancer dans ce fractionnement, la peur de manquer sans doute ?

Je n'arrive pas à m'arrêter avant d'avoir fini mon plat et à garder pour plus tard... Il me faudra peut-être attendre la reprise du boulot pour retrouver un rythme de nutrition normal ??

izabelle
Animatrice forum

c'est l'étape la plus difficile je trouve

souvent, on supprime "trop"  et je trouve que mourrir de faim en sortant de table n'est pas forcément une bonne idée

ne pas oubliez que le but de l'exercice est de se rapprocher de la satiété, surtout pour se rendre compte que la satiété n'est pas forcément celle que l'on croit

donc, pourquoi ne pas y aller peu à peu

et bien entendu, avoir quelque chose à manger dans l'après-midi si la faim revient, sinon c'est stress maximum....

bon courage ce n'est pas évident cette étape

Ambre92.
Abonné

Tellement pas évident que j'y arrive et je ne me suis pas engagée encore. D'après les consignes il ne faut pas être en période d'EME à gogo et là c'est mon cas, clairement. Je sais les raisons. Par exemple, une prise de sang ce matin, encore, le stress qui remonte, l'"attente du résultat. Un supermarché et me voilà entrain d'acheter compulsivement : gâche vendéenne, deux tablettes de chocolats, des galettes d'épautres, du surimi, du tarama...Des choses que très sincèrement je n'avais pas besoin de manger mais que j'avais besoin d'acheter. Cela m'a destressé. En rentrant je n'ai pas dévoré comme j'aurais pu le faire, j'ai décidé de me faire un plateau et d'apprécier un minimum. Comme quoi je ne suis pas une cause complètement perdu. Mais le courage me manque pour cette étape du fractionnement. Mon énergie est focalisé ailleurs. D'ici une petite semaine, je devrais voir le bout de tout ça, j'espère ! Cette étape est rude rien que d'y penser !

izabelle
Animatrice forum

mais oui surtout pas le fractionnement en période d'EME parce qu'alors il ne sert pas à son but principal  et ça complique un peu les choses sur le front des EME

j'ai fait le fractionnement plusieurs fois et je confirme :  c'est hors EME que ça peut apporter qqchose

même si pour moi je dois dire cela ne m'a pas apporté grand chose mais je crois que j'avais déjà "saisi" la satiété

 

cette étape n'a pas à être rude, on veut toujours trop bien faire, pensons bien au but de l'exercice, pas de nous priver mais de nous permettre de prendre conscience qu'on PEUT avoir peut-etre, besoin de moins....

Ambre92.
Abonné

C'est même certain pour ma part, j'ai un vrai souci avec la satiété. Peut être que ça m'arrange quelque part de retarder l'expérience aussi hein ^^"

izabelle
Animatrice forum

oh mais qui n'a pas de souci avec la satiété???

surtout quand les EME s'en mêlent....

 

 

Lullabycrazy
Inscrit

Coucou Ambre !

Comme je te comprend... J'en ai bien souffert de ce fractionnement ! Les EME liées à la fatigue et au stress du boulot m'ont poussée à retarder mon lancement dans cette activité, par crainte de ne pas y arriver parfaitement, avec achat compulsif de trucs gras/salés/sucrés... Et au final je pense que ces EME étaient aussi liées au fait de me lancer dans ce fractionnement, l'idée de devoir me "priver" d'une partie de mon repas alors que je pensais maîtriser la satiété...

Et puis (j'en ai parlé sur un autre topic) j'ai décidé et accepté (grâce notamment à izabelle d'ailleurs^^) que je n'avais pas à le faire à la perfection... Des fois, je ne suis pas arrivée à diminuer le nombre d'u.a., je l'ai marqué et ai continué ma route... Je le referais très certainement car j'ai quand même pris conscience que je mangeais quand même un peu trop, et que ne pas faire parfaitement les choses, c'est utile aussi pour avancer et on en a besoin.

J'espère que tu arriveras à t'y lancer en restant zen ! Bon courage à toi !

Ambre92.
Abonné

Merci pour vos réponses, on se sent drôlement moins seule en s'exprimant ici ;-)

J'ai déjà eu un souci avec l'étape dégustation juste avant que je vais devoir refaire, impossible de déguster pour moi en ce moment, je n'y arrive pas, je suis trop préoccupée et je n'arrive pas à me calmer sans ma béquille depuis toujours, le miam ^^ Bon, j'accepte et du coup ça limite les dégats et en même temps je me dis "attend ma cocotte, c'est exactement comme pour arrêter de fumer. Dans la vie il y aura toujours des moments stressants, inquiétants et très inconfortables émotionnellement, si tu attend le moment idéal rappelles toi qu' il n'existe pas et donc tu n'arrêtera jamais...."

Je vais méditer là dessus ce soir ;-) Puisqu'il s'agit de faire au mieux et non pas parfaitement ;-)

liegama
Abonné

Salut Ambre, pourquoi ne pas essayer de faire l'exo de la satiété sur un seul repas pour commencer? 

Moi c'est ce que je me dis maintenant avec presque tous les exos d'ailleurs car je me met trop de pression si je me dis : il faut que je fasse x jours.. et la perfectionniste ressort sa tête. 

J'ai d'ailleurs réussi au deuxième tour l'exo sur la satiété en y allant un repas à la fois, quand j'étais plus détendue, ou quand je pouvais manger au calme. Le but étant de ressentir la sensation, pas de "faire une semaine de fractionnement".

Le premier tour, moi j'étais paniquée, je me suis sentie comme au régime, avec la sensation de terminer le repas en ayant trop faim, j'avais voulu trop bien faire, j'avais trop réduit les portions et en plus je n'honorais pas ma faim quand elle se présentait plus tard dans l'après midi. Un autre reste de "restriction".

Je crois qu'au fond, j'étais encore attachée (et je pense que je le suis toujours un peu) à la croyance que je ne pourrai pas maigrir sans "avoir faim", "faire un effort" et le fractionnement ressemblait à cet effort, un peu comme dans les régimes. 

Aujourd'hui j'en suis au rassasiement, l'exercice est présenté sur 4 jours et bien aujourd'hui J3 j'ai pas fait, mais ça veut pas dire que demain je peux plus faire, on est plus en tout ou rien. 

Un jour à la fois, courage, regarde le chemin que tu as parcouru, félicites-toi de persévérer, d'être toujours là. Si c'était une petite fille de 7 ans qui avait tes problèmes de santé actuels, et qui mangeait des bonbons pour se réconforter que lui dirais-tu?  

Ambre92.
Abonné

Je ne sais pas trop ce que je lui dirais à cett petite fille, très sincèrement ;) Ceci dit tu as tout à fait raison, j'ai commencé l'exercice d'ailleurs et finalement je ne stress pas tant que ça puisque je sais que si j'ai trop faim et bien je peux retourner à mon assiette. :D

liegama
Abonné

Je vois que tu avances Ambre, c'est cool. Moi aussi ça me rassure de me répéter souvent que si j'ai faim je peux continuer et même si j'ai pas faim je peux continuer, l'important c'est que je reste "consciente" de ce que je fais plutôt que de subir une pulsion. 

pointvirgule.
Abonné

bonjour, lors de ma grande exploration de la planète forum qui possède encore de nombreuses contrées inexplorées par moi, je suis arrivée ICI......dans mes recherches car je suis itou à l'étape du fractionnement!!

heureusement que j'ai tt relu, je vais ainsi ne pas trop me mettre la pression !! merci a toutes, merci Isabelle, notre chère marraine!

je crois que c'est une étape qui peut faire paniquer car elle a comme des parfums de régimes!!

j'essaie d'y aller doucement en réduisant tranquillement les portions et en supprimant par ci par là, un yaourt, une tranche de pain....je crois et je crains que l'écueil va etre de ne pas transformer ses collations (si collation il y a) en grignotage et de ne pas consommer a ce moment là des trucs hyper caloriques , genre j'ai faim , j'ai été privée, je me venge, donc je vais essayer de ne pas etre en position de restriction quand je réduit légèrement mon repas et plus dans " j'ai assez mangé, je n'ai plus faim, je garde mon dessert pour plus tard , si j'ai faim, ou pas"...étape pas facile a comprendre et à vivre .........

et vous qui en étes là, que ressentez vous!???

bon courage et belle fin de journée a tt le mondesmiley

Totom.
Abonné

De mon côté, je suis plus à l'aise avec cette étape qu'avec l'étape sur la faim qui m'a véritablement retournée ...

Comme je suis une adepte des collations, je n'ai pas peur de manger moins, car je sais que je vais faire une ou plusieurs collations si necessaire

Pour l'instant , je suis ravie de constater que je mange moins au repas sans pour autant augmenter mes collations, mais je dois avouer que je m'aide d'une tisane bien chaude pour ne pas trop sentir les brulures causées par la faim en fin de journée, si le dîner tarde à venir ..donc j'imagine que sur la longueur, je ne tiendrai pas vraiment ...

En tous cas je ne me sens pas au régime de faire cet exercice, contrairement à l'espèrience sur la faim qui a déclenché de fortes EME durables, et qui m'a fait grossir ...

Patchimo.
Abonné

vous me paniquez les filles!!, je n'en suis pas encore à cette étape et déjà elle m'affole. Je coupe déjà mon petit déjeuner en deux (puisque j'arrête de manger dès que je n'ai plus faim), je suis obligé d'enmener au boulot le reste pour le finir immencablement vers 10H30, je ne vais quand même pas le couper en 3 ou 4, faut aussi bosser.....

pointvirgule.
Abonné

ouh la non, non , pas de panique et puis c'est une étape que certaines vivent en beauté!! inutile de stresser avant....

d'ailleurs ce soir , très bien passé, diminué mes portions sans me sentit dans un plan Régime et tout va bien., pas eu besoin de collation, meme pas faim!wink

..juste que insidieusement je me rends compte que j'attends (finalement consciemment) un amincissement de l'expérience, hum!!

Totom.
Abonné

Patchimo, le matin je diminue très peu car de toute façon je ne tiens pas plus de 3 ou 4h sans manger et je fais une collation tous les matins ... au final, je continue ma collation, et je mange juste un peu moins de pain au p'tit déj.

Idem à midi, je diminue le pain et supprime ou diminue le fromage, et je  prend ma collation  en fin d'après midi (comme je l'ai toujours fait) ...le soir pareil, je diminue le pain et le fromage ..

Noelle
Marraine

 et bien , oui, et en fait ça se comprend..

nous avons en general un desir de perdre du poids et il faut un certain temps pour "apprivoiser" le programme et en saisir le fonctionnement : relation à la nourriture, relation aux emotions, et ensuite, conséquences sur le poids

on a aussi en general bien tiré sur la ficelle " regime" avec un desir d'amaigrissement immediat, ça ne s'efface pas en un claquement de doigts

 

 ça vient petit a petit, au fil du temps et des exercices  et de la pratique de la rpc

bonne journée

pointvirgule.
Abonné

merci Noelle!!

eh oui tout est dans le "et ensuite"!....

bonne journée à toi itou

pointvirgule.
Abonné

bonsoir, étape très difficile je trouve!! vraiment du mal à moins manger car je me rends compte que je suis dans l'incapacité de m'autoriser une collation! sans doute des vieux restes de diktat régime soit :  collation = grignotage , j'ai pourtant bien saisi la différence, du mal donc à diminuer mes portions, cette expérience me stress, je ne le fais pas bien , tant pis je recommencerais... à suivre ....

MONTDOR.
Abonné

Salut Pointvirgule,

J'ai fini cette étape il y a 8 jours et j'ai du m'y reprendre à 2 fois pour la faire. La premiere fois, le simple fait de me dire que je devais me restreindre et reduire mes portions comme au temps de mes regimes a tout de suite déclenché un gros stress. Le premier repas de midi reduit a été suivi dans l'apres midi d'une "collation" qui s'est tres vite transformée en une tres grosse compulsion que je ne faisais plus depuis le debut du programme...J'ai envoyé un mail à ma coach pour lui dire que cette etape me causait beaucoup de stress et me faisait manger plus et trop car il me mettait tout de suite en restriction cognitive ce que je ne veux plus jamais vivre. Voila ce qu'elle m'a repondu :

"Le fractionnement est l'un de nos exercices les plus complexe car il est confrontant. En effet il peut raviver d'anciens souvenirs de régimes. La réussite de cet exercice dépend donc de l'état d'esprit dans lequel vous vous placez. Si vous activez un état d'esprit de peur de manquer au moyen d'un raisonnement qui vous place en restriction cognitive, alors ce sera difficile. Si au contraire vous adoptez un raisonnement de découverte de soi et collaboratif, alors tout de passera bien.
L'objectif du fractionnement des repas n'est pas de vous priver, mais de vous apprendre a définir la juste portion qu'il vous faut pour être à satiété. N'oubliez pas qu'à chaque fois que vous avez faim, vous pouvez manger. Pour cela emportez avec vous une collation.

Si vous trouvez que c'est encore trop tôt pour le faire alors réalisez un ancien outil qui vous avait plu et appris sur vous même avant de retenter l'expérience du fractionnement."

C'est donc ce que j'ai fait, j'ai refait quelques exercices sur la faim que j'avais besoin d'approfondir et je m'y suis remise une semaine plus tard, plus calme et sous le jour de l'observation de ma facon de manger et non de la privation. Je n'ai pas réussi tous les jours à reduire mes repas, j'ai meme fait un break de 2 jours pendant le week end, mais au moins cela n'a plus engendre de compulsions  car je ne vivais plus cela comme un manque et curieusement maintenant que cette etape est finie il m'arrive de reduire spontanement mes portions juste pour voir. Parfois la quantité suffit et parfois pas. J'ai perdu un peu de poids à l'issue de cette etape mais mon bilan m'a dit je cite " la satieté reste un mystère pour vous"... Si quelqu'un à des tuyaux sur la perception de la satiété je suis preneuse!

izabelle
Animatrice forum

oui, cette étape est impossible à suivre si on s'interdit les collations...

il faut véritablement savoir que l'on peut manger en cas de faim dans la demi-journée qui suit,  et avoir qqchse sur soi....

sinon, enlever ne serait-ce qu'un yaourt, ou une bouchée  est une torture régimesque.......   et bonjour le retour des EME

 

si on a beaucoup d'EME, je pense aussi que ce n'est pas forcément le bon moment pour le faire

je l'ai fait 5 fois avant d'y arriver, donc.... patience, patience.....

le truc qui m'a vraiment aider, la dernière fois, c'est de visualiser la collation que je pourrais prendre dans la matinée ou l'après-midi, ou la soirée, si j'avais faim

genre : regarde, tu as ce yaourt qui t'attend, tu pourras le manger sans problème si tu as faim par la suite

 

ce n'est qu'à cette condition que je pouvais réduire sans trop de stress les portions des repas

 

ce qui nous freine, c'est déjà la "peur" des collations  (peur de trop manger lors de la collation),   le "deuil"  de l'aliment idéal pris dans de bonnes conditions (mais quand on a faim, un bout de pain sans beurre, ça marche aussi, mais c'est moins fun que le petit dej de luxe)

en fait, on est obligé de renoncer un tout petit peu au côté réconfort de la nourriture pour  faire l'expérience de ces quantités "justes"

et cela c'est très destabilisant, cela provoque parfois des raz-de marrée d'EME

 

le perfectionnisme est aussi très sensible à cette épreuve!!!!!

attention à ne pas trop réduire......   parce que sortir de table mort de faim, c'est juste pas faisable,   on n'a pas que LC à faire, y'a aussi le boulot....    ;-)

Totom.
Abonné

Montdor : la satiété est une non sensation : tu ne ressens plus la faim ou à peine ...il faut y aller par tatonnement pour trouver la bonne satiété : celle sui te permet de tenir d'un repas à l'autre avec ou sans collation ..

Quand je respecte à la lettre ma non faim, j'ai une sensation de vide qui persiste un peu après le repas, (puis qui s'en va) et la faim revient dans les 2h qui suivent 

Quand je respecte un peu moins, la faim revient 4 à 5 h plus tard

Quand je dépasse beaucoup, la faim revient 7 ou 8h apres voir le lendemain ...

Il ne faut pas confondre ventre plein avec la satiété : on peut avoir le ventre rempli de salade de tomate sans huile et croire qu'on a dépassé sa faim ... on peut avoir mangé 2 pains au chocolat et se sentir encore un peu vide tout en ayant largement dépassé la satiété ...

 

MONTDOR.
Abonné

Merci Totom pour ta reponse mais avoir faim seulement deux heures apres un repas pour moi est le signe que je n'ai pas assez mangé, c'est le delai du retour de la faim apres avoir mangé une bricole style un fruit et un yaourt ou une tranche de pain.

En general, je mets entre 5h et 7h avant d'avoir une bonne faim apres un repas normal cad un plat de taille standard avec proteines, feculents et legumes, pas d'entree, ni de fromage, ni de dessert, pas assez faim pour cela.

La satiété pour moi est un truc que j'evalue soit par le raisonnement style "bon tu as deja mange çà, çà et çà, c'est assez stop" ou alors quand ce n'est pas ma tete qui parle c'est mon pantalon que je dois deboutonner et qui me dit : arrete maintenant!

Je sais que la satiété est dans la bouche avec la fin du plaisir de manger telle ou telle chose mais cela me parait si léger, flou et faiblement identifiable. Comment le savez vous nettement quand vous avez assez mangé et que vous ne pouvez plus rien avaler,quels sont les signaux incontestables qui vous font arreter?

Merci pour votre partage des sensation de satiété.

pointvirgule.
Abonné

merci Izabelle, Merci Mondor c'est super sympa d' avoir pris le temps de cette  réponse très claire et complète!! je vais donc me poser et recommencer tranquillement!parce que là bonjour l'angoisse latente et sournoise génératrice d'EMe !

merci de vos conseils!! bonne journée

Totom.
Abonné

Montdor, pour ma part la satiété n'est pas dans la bouche sinon je mangerai beaucoup trop. La satiété, c'est lorsque je n'ai plus signaux de faim : le creux à l'estomac, le léger malaise, le besoin de carburant pour me recharger ...il m'arrive fréquemment de m'arrêter en prenant toujours plaisir à manger, donc je ne peux pas me fier à ma bouche.

Dans la bouche on ressent plutot un rassasiement gustatif, spécifique à tel ou tel aliment : tu peux avoir assez mangé de ton plat et avoir encore faim pour un dessert par exemple ..mais bon, moi ça je ne sais pas trop le faire, le plaisir de manger décroit difficilement chez moi.

MONTDOR.
Abonné

Merci Totom, j'ai moi aussi le plaisir de manger qui ne decroit pas facilement....surtout quand c'est tres bon!

izabelle
Animatrice forum

oui attention, la satiété dans la bouche, c'est n'est que dans les aliments très énergétiques!!!!

et ceux là pour ma part, je n'en prends pas à chaque repas

 

pour la plupart des autres aliments, la satiété, c'est plutôt une question d'habitude.....   le corps mémorise un peu la quantité dont il a besoin par rapport à la mémoire qu'il a de ces aliments 

comme dit Totom, c'est une non-sensation, donc plus dur à sentir

si on a bien faim avant, c'est plus facile, car on sent mieux quand cette faim n'est plus là et que le corps n'a plus besoin d'apport

 

la satiété, c'est aussi quand on se désintéresse de la nourriture   (et les EME viennent parfois jouer les troubles-fêtes)

typiquement quand rien ne nous fait envie, c'est toujours qu'on n' a plus faim!!!!

 

à une époque, pour ressentir la fin de la faim, je faisais de la pleine conscience sur ma sensation de faim AVANT le repas,  et la même chose   vers la fin du repas....  je ressentais la satiété comme qqchse de très agréable qui est l'apaisement total de la faim....   (sans avoir le ventre plein bien sûr)

Soazigou.
Abonné

Hello, hello,

Le fractionnement : je suis quasi en fin de programme, et cette activité me plombe complet.

Ca fait quand même 3 fois que je la recommence (sur 7 jours), et je ressens avant toute autre chose de la pesanteur plus qu'autre chose, autant les autres activités m'ont paru, sinon aisées, en tout cas de plus en plus naturelles, si vous suivez l'idée, autant celle-là, nada!!!

Bon, la troisième fois, au bout de deux jours, je décide de revenir à ce que j'applique depuis maintenant plusieurs mois de l'observation de la faim (présente ou pas) et satiété (présente ou pas).

Et je laisse tomber ce fractionnement qui ne convient pas, mais pas du tout, au risque de faire survenir des idées stupides genre "t'es franchement nulle, ma pov'fille".

Et du coup, je lâche prise , c'est pas biotiful? Deux en un!!!

S

MONTDOR.
Abonné

Merci Izabelle, voila quelque chose que je ne savais pas, je croyais que la sensation de satiété c'etait dans la bouche pour tous les aliments et pas seulement sur les aliments tres caloriques. Voila quelque chose que je vais experimenter sous un autre jour... et voir si le mystere de la satiété demeure....

izabelle
Animatrice forum

oui moi aussi pendant longtemps j'ai cru ça, mais comme je n'aime pas trop les aliments énergétiques, du coup je ne le ressentais jamais

ce qui m'aide le plus pour la satiété c'est de manger plus lentement en posant la fourchette et machant longuement

pointvirgule.
Abonné

bonsoir!! fini l'expérience du fractionnement!! pas simple mais très instructif envie d'essayer de faire mon bilan (celui proposé sur LC était assez plat et formaté et je suis un petit peu deçue mais ss plus, je fais mon bilan tte seule !)

au début j'ai éprouvé bcp de diffficultés a manger moins comme si j'avais "peur" de manquer ? d'avoir faim ?

je ne me suis quasi jamais "autorisée une collation" ! pourquoi ? vague sentiment de culpabilité versus grignotage?

j'ai pourtant parfois réussi et à réduire la taille et le nombre de mes aliments, sans avoir faim mais avec un sentiment de privation!?

du coup j'en oubliais les "reflexes" fourchette et 20 sec.; j'ai donc mangé plus vite lors de cette étape!!??????

mais finalement je m'apercois au bout de la semaine :

- que je ne suis pas/plus la grosse mangeuse que je pensais ou que les autres pensaient que j'étais.

- que j'ai besoin de petites portions finalement

j'ai réussi à l'issu de cette étape a jeter de la nourriture -chose que je me pensais incapable de faire et donc que ce n'est plus moi la poubelle! (mise à la poubelle ce soir de trucs que je n'ai pas consommé ayant réduit mes portions globalement, et donc périmé mais pas que...mesclun, tapenade, pain) avant j'aurais mangé plus pour justement consommer ces aliments en ttemsp et en heure si je puis dire!..voili, voilou!!!

suis....étonnée, perplexe, inquiète..... fractionnée........... je ne pense pas avoir minci, je ne me suis pas pesée, pas envie...

bon we a toutes

izabelle
Animatrice forum

c'est bien pointvirgule, tu as fait de bonnes avancées

quand tu le referas, cet exo,  plus tard,  il faudra que tu saches dans ta tête que tu t'autorises réellement une collation, sinon tu ne pourras pas prendre le risque de manger vraiment moins, et de plus en plus selon tes véritables besoins

pas facile de lacher l'habitude des grosses portions, alors il faut y aller en douceur....

bravo à toi

Haut de page 
X