Fractionnement et sentiment d'être au régime - 29032014

Mariemarie0000.
Abonné

Je viens de terminer l'étape "Je découvre la satiété".
J'attendais beaucoup de cette étape, comme pour celle où on apprivoise la faim. Et bien au final, je n'en ai pas vu du tout l'intérêt. Lors de la semaine de l'activité "je teste ma satiété", où l'on fractionne les repas, j'ai ressenti un manque et une frustration après quasiment chaque repas où j'ai réduit les quantités. J'avais le sentiment d'être au régime et de me restreindre !
J'ai eu faim toute la semaine et j'ai fait des collations beaucoup plus qu'à l'habitude. C'était désagréable, ça ne m'a pas appris grand-chose sur ma satiété, si ce n'est que quand je sors de table en ayant encore faim, et bien il me faut une collation 2 heures après. Pas franchement une découverte.
Est-ce parce que je mangeais déjà habituellement les bonnes quantités pendant mes repas que j'ai eu le sentiment d'être au régime toute la semaine, en cherchant quoi supprimer de mon repas et en sortant de table en ayant encore faim ?
Dans mon bilan, il est dit :
"Il se peut aussi que vous ayez tellement l'habitude du sentiment de trop-plein après le repas que vous le confondez avec le sentiment de satiété que nous recherchons. Il serait peut-être intéressant de refaire cette activité pour explorer plus loin cette sensation de satiété."
Le sentiment de trop-plein, je ne l'ai pas au quotidien, je ne l'ai d'ailleurs quasiment plus jamais, sauf aux repas de fêtes, au cours desquels je ne sais pas encore m'arrêter à satiété.
Je n'ai nullement l'envie de refaire cette expérience qui fut très désagréable. Cet exercice de privation me fait le même effet que si on me demandait de refumer pendant une semaine, alors que ça fait 5 ans que je ne fume plus. C'est désagérable et stressant, on a peur de "replonger" dans la restriction et de voir anéantis tous les efforts pour remanger de tout et arrêter de calculer ses repas.
Je suis donc très mitigée sur l'intérêt de cette étape.
J'ai parcouru un peu le forum, il semblerait qu'elle soit profitable aux coachées qui mangent encore systématiquement bien au-delà de leur satiété à chaque repas. Certaines redécouvrent ce que c'est que d'avoir faim avant l'heure habituelle du repas suivant, parce qu'elles ont suffisament supprimé d'unités alimentaires pour avoir à nouveau faim 5 heures après.
Bon, au final, c'est une bonne nouvelle, ça veut dire que je ne dépasse plus tellement ma satiété.
Mais j'aimerais tellement pouvoir la percevoir clairement et être sûre de moi à chaque fin de repas.
Ma mère disait "Sainte Patience, priez pour nous !"...
 

Commentaires

Ambael.
Abonné
Je pense oui qu'on est toute differentes!! Moi j'ai hate a cette etape car je pense que je mange trop!!! Mais j'arrive pas a arreter... Par contre j'ai acquis la faim tout ca... Toi tu es peut etre parti avec cette partie deja acquis!!
Patience
Marraine

Bonjour Mariemarie0000,

D'abord, bravo d'être allée jusqu'au bout de la semaine malgré le grand inconfort que tu as ressenti lors de cette étape !

Je ne me rappelle plus vraiment de mon expérience sur cette étape ! Donc je ne peux pas vraiment t'apporter mon témoignage là-dessus.

Mais peut-être pourrais-tu contacter ta coach ; elles sont souvent de très bons conseils !

Bon courage à toi et au plaisir de te lire

Mariemarie0000.
Abonné

[quote=Ambael]Par contre j'ai acquis la faim tout ca... Toi tu es peut etre parti avec cette partie deja acquis!![/quote]

Ho non, je dépassais ma satiété presque tout le temps au début du programme.

[quote=Patience]Mais peut-être pourrais-tu contacter ta coach ; elles sont souvent de très bons conseils ![/quote]

Oui, c'est fait !

 

Merci à vous pour vos messages.

izabelle
Animatrice forum

eh bien Marie je te comprends, j'ai vécu pareil la première fois, la deuxième, la troisième, la quatrième... fois que j'ai fait ça

et pourtant je mangeais encore au delà de ma satiété, en fait..

mais en effet j'avais faim en sortant de table

 

déjà j'avais trop réduit....    si déjà on a réduit ses portions, si on les divise par deux à la satiété, ça commence àf aire trop

 

et aussi il m'a fallu du temps

- d'abord sortir des EME.....  la peur de la faim est qqchse qui s'embraye assez vite

-  et reprendre de nouvelles habitudes de satiété

 

c'est finalement plus avec le défi de Noelle, intitulé  "la petite place" que j'ai réussi à mieux expérimenter le truc

 

bref tout ça pour dire  que pour certains il faut du temps, pour moi c'était le cas

ce n'est pas la première fois que ça m'a été utile, j'ai du m'y reprendre à 5 fois....  et encore......

 

aujourd'hui je commence à le faire pour le repas du soir..... et c'est encore difficile, j'ai des peurs terribles d'avoir faim......

 

bref, tu y retourneras peut-être un jour, à ta sauce, à cette étape, mais peut-être aussi as-tu déjà apprivoisé la satiété?

 

moi je pensais que oui, mais en fait non.....   mais ce n'est que moi

 

la satiété, c'est compliqué!!!!!

Mariemarie0000.
Abonné

[quote=izabelle]
la satiété, c'est compliqué!!!!!
[/quote]

Oui, je crois que tu as très bien résumé.
Je pensais que j'avais mal supporté la semaine parce que je n'avais pas mangé à ma faim, mais je me demande si ce n'est pas l'idée de manger moins qui m'a déplu. J'ai écrit à la coach, qui m'a répondu ceci :
"c’est l’état d’esprit dans lequel vous abordez cet exercice qui en déterminera le résultat. Si l’idée de manger moins vous déplaît et crée des frustrations, et donc vous fait manger plus, c’est que votre rapport à l’alimentation est encore très émotionnel. Refaire cette activité mais en l’abordant cette fois dans un autre état d’esprit est donc essentiel pour pouvoir passer au delà de se blocage."

Donc, voilà, je vais refaire l'expérience, je pense.

 

Ambael.
Abonné
Tout a fait ce que je ressens deja maintenant sans en etre deja a votre etape!! Envie de manger plus et frustration qui me font un trou au ventre a,ors que je n'ai pas faim!!!
Lavienrose.
Abonné
Ce qui m'aide pour le fractionnement , c'est que je réserve ce que je n'ai pas mangé pour la collation , si j'ai besoin. Je me dis pas non tu ne manges pas mais tu mangeras quand tu auras faim... Et c'est ainsi que par exemple je me faisais un goûter avec mon dessert ou avec ma mini part de quiche ;-) Je fonctionne encore comme ça; A midi salade et plat et le dessert je l'ai pris à 17h avec fillette!!! La je ai pas encore faim... Je pense que je mangerai après mes 2 zamours!! Je suis en train de faire une tarte salée : pate faite maison épinards frais gesiers de volailles et champignons frais .... Ça vaut le coup d'avoir une bonne faim pour déguster cette tarte ;-)
Parvenir59.
Abonné

Bonjour

Je procède de la même manière, je garde le laitage ou le fruit du matin pour le déguster vers 10h30 et le dessert du midi pour le prendre vers 16h30/17h00. La méthode me semble très bonne et ainsi nous sortons de table sans se sentir remplis.

 

izabelle
Animatrice forum

moi z'aussi j'ai fait comme ça la première fois que j'ai réussi à aborder le fractionnement d'une autre manière

les trois premières fois c'était une souffrance intense, avec beaucoup d'EME

et puis le travail sur les EME en parallèle m'a permis quand même de l'aborder de plus en plus sereinement

c'est clair que c'est une étape difficile à réaliser quand on a un rapport émotionnel à la nourriture

 

et ce n'est pas facile de "lâcher" des habitudes non plus....

c'est vraiment ancré en nous, la taille des assiettes que nos parents mangent, ce que nous mangions enfant.....

pour ma part c'était dur de retrouver de nouvelles habitudes plus conformes à mon véritable appétit

 

il faut un peu de persévrance sur la satiété, et y revenir plusieurs fois

j'y suis revenue 5-6 fois..... et ce n'est que maintenant que, informellement, j'y arrive

de toute façon je n'arrive à faire l'ensemble des exercices du parcours que  "informellement",  sinon mon coté  "bonne élève" s'active et les EME se cachent juste derrière

 

courage sur le fractionnement!

et aussi une clé importante : ne pas trop fractionner.....   je trouve ça plus simple de faire peu à peu

Mariemarie0000.
Abonné

Bon, sur les conseils de la coach, et d'à peu près tout le monde ici, j'ai refait l'expérience "je teste ma satiété". Je l'ai beaucoup moins mal vécue que la première fois, et je me suis même mise, une fois l'exercice terminé, à continuer à réduire spontanément certaines portions. Ça cumulé au sas de transition, ça fait que j'ai à nouveau faim le matin au réveil, je trouve ça très positif.

Quant-au rassasiement spécifique salé, qui arrive juste après le fractionnement dans mon programme, je l'ai fait 2 fois aussi, mais je ne suis pas hyper convaincue :
- la première fois, j'avais pris des chips, mais je me suis trompée en les achetant : je n'avais pas vu que c'était des chips "légères" (quelle idée !) avec 30% de graisse en moins. Elles étaient beaucoup moins bonnes, donc je m'en suis lassée très vite.
- la deuxième fois, j'ai pris des Croustille à l'émental, bien grasses. Et bien je ne m'en suis pas lassée. J'ai mangé la même quantité les 4 jours, c'est à dire un paquet de 90 grammes entier.
Du coup, je ne sais pas trop quoi penser.
Il faudrait peut-être que je recommence, mais j'avoue ne pas savoir quoi prendre. Du fromage, peut-être ?

Vous, vous le faîtes avec quoi le rassasiement spécifique salé ?

marinebreizh.
Abonné

Hello Mariemarie, je suis en plein dedans - j'ai complété un fil commencé il y a quelque temps d'ailleurs sur le sujet - c'est mon dernier jour... Drôle de week end de Pâques mais moi je suis toujours un peu décalée et là aucune réunion de famille donc tranquillou pour festoyer avec 100 gr de Comté le midi ! Je vis au pays du Comté, il est délicieux et je suis une addict au fromage.

J'ai mangé tout le 1 er et le 3ème jour ; le 3 ème jour j'avais encore faim mais j'aurais volontiers mangé autre chose plutôt que de finir la porrtion de Comté. Aujourd'hui je n'ai pas fini mais ai complété avec 1/4 d'avocat et de la salade verte pour calmer ma grande faim.

Bon courage.

 

//www.linecoaching.com/content/rassasiement-gustatif-le-midi-et-pendant-4-jour-100-gramme-daliment-gras-sale

 

Mariemarie0000.
Abonné

Bon, je vais retenter avec du saucisson. J'ai remarqué que j'avais encore pas mel de culpabilité avec le saucisson.
En fait, avec le sucré, ça va, c'est avec le salé que j'ai encore des tabous.

zabou56.
Ancien abonné

bonjour 

je suis l'étape de la sasieté depuis vendredi 

vendredi j'ai reduit les portions  tout en dégustant et c'était ok

samedi j'ai réduit les portions et le nombre là c'était un peu dur j'ai eu l impression d'être au régime 

dimanche j'ai reduit la portion du pdj collation à 11h30 là j'ai pris le reste de mon pdj mais ce midi j'ai réduit le nombre d'aliments et là..... gros rattrapage en collation vers 16h00

je me demande si je suis faite pour la suppression des aliments : peut être suis faite pour la diminution des portions cela me frustre moins car je suis très gourmande et je me dis qu'en diminuant les portions mais pas le nombre d'aliment tout en dégustant je n'ai pas l'impression de me priver d'un aliment qui me fait plaisir (j'aime tous les aliments ou presque

je pense que je vais continuer en reduisant uniquement les portions quitte à manger 1/4 de pomme . 

izabelle
Animatrice forum

eh bien oui, tu as raison!!!

il faut veiller à ne pas trop en faire non plus,  ce qui est important c'est de pouvoir réduire les quantités afin de revoir nos habitudes

ça m'arrive souvent de manger un demi-yaourt, une bouchée d'un truc

alors je te comprends tout à fait!!!

isableu23.
Abonné

Oui c'est une étape difficile mais très importante. Hier, alors que je n'avais pas un bon moral, je n'ai pas respecté ma satiété et bien le soir j'avais le ventre plein et j'ai eu du mal à m'endormir, la digestion du Mc Do a été très difficile!! Aujourd'hui j'ai remis le pied à l'étrier!!

ladyl56.
Abonné

plus que 2 jours pour terminer l'étape du fractionnement et heureusement car j'ai réduit les UA et les quantités en pensant que je complèterai avec les collations ; mais en fait très peu souvent car je n'ai pas faim.Du coup j'ai trop maigri de mon point de vue  (+ de 2 kg en moins en 5 jours) ça me rappelle trop les régimes et surtout mon anneau gastrique, sauf que là je n'ai pas faim en dehors des prises alimentaires.

Surtout que j'ai découvert que j'évaluais mal les poids : ce midi, enfin à 14 h, j' ai pesé ma tranche de roti froide : <50 gr alors que je pensais 80 ou même 100. avec une belle tomate bien mure à la croque et sans sel et je n'avais plus faim. J'ai quand même insisté avec 1 P. de lait avec des framboises fraîches (j'adoooore) et bien je n'ai pas fini.

Comme je suis un peu inquiète, la peur de tout reprendre surtout si je ne mange que du fromage après.  j'ai mis un message à la coach. J'attends

Pattie.
Ancien abonné

Ca m'intéresse, si tu veux bien partager ce qu'elle dit au sujet de tes craintes. Moi aussi, au début, la première perte m'a paru un peu trop forte, j'ai eu peur d'un effet feu de paille. Ensuite, ça s'est nettement ralenti. Je me dis que là aussi, on peut faire confiance au corps. Il est programmé pour gérer ses stocks. S'il lâche plein de poids, c'est qu'il sait qu'il peut, et il saura économiser les réserves pour en lâcher moins après. Je crois que c'est à ça que lui servent les fameux et désespérants paliers : il se regroupe, il fait l'inventaire, il voit ce qu'il peut encore lâcher et ce qu'il doit garder.

ladyl56.
Abonné

bon j'ai déjà bcp écrit sur la fin de mon étape fractionnement (blog et forum).  Ma fureur est venue du fait que pour suivre au plus près ma faim et ma satiété j'en suis arrivée à manger très peu mais vraiment très peu (même moins que du temps de mon anneau gastrique)  mais sans restriction cognitive, et j'ai eu peur d'abord de reprendre à l'arrêt, et aussi une vague inquiétude de tomber anorexique :  eh oui ! la gamberge malgré la PC.

Donc quand j'ai lu que je prenais des collations (3 sur 21 prises alimentaires) et des en-cas (aucun pris et donc renseigné) importants (la dernière collation était une pêche) j'ai vu rouge. Je ne suis pas taureau mais bélier quand même.

Je suis aussi soupe au lait, donc ça passe très vite.

Comme en plus d'être un peu "culcu" je me rends compte que je suis aussi "concon" je vais commencer le  gras calorique bien que je n'ai pas d'aliment tabou. Je crains le pire pour le bilancrying

Kaylee
Marraine

[quote=ladyl56]

bon j'ai déjà bcp écrit sur la fin de mon étape fractionnement (blog et forum).  Ma fureur est venue du fait que pour suivre au plus près ma faim et ma satiété j'en suis arrivée à manger très peu mais vraiment très peu (même moins que du temps de mon anneau gastrique)  mais sans restriction cognitive, et j'ai eu peur d'abord de reprendre à l'arrêt, et aussi une vague inquiétude de tomber anorexique :  eh oui ! la gamberge malgré la PC.

Donc quand j'ai lu que je prenais des collations (3 sur 21 prises alimentaires) et des en-cas (aucun pris et donc renseigné) importants (la dernière collation était une pêche) j'ai vu rouge. Je ne suis pas taureau mais bélier quand même.

Je suis aussi soupe au lait, donc ça passe très vite.

Comme en plus d'être un peu "culcu" je me rends compte que je suis aussi "concon" je vais commencer le  gras calorique bien que je n'ai pas d'aliment tabou. Je crains le pire pour le bilancrying

[/quote]

Bon ben... depuis hier soir en te lisant ça ne me motive pas pour attaquer ce test de la satiété, je crois que je vais attendre un peu, de toutes façons je ne me sentais pas prête du tout, et les collations c'est pas mon truc : moi, ou j'ai faim et je mange, ou je n'ai pas faim et ce n'est pas un petit truc pour patienter qui va m'aider.

ladyl56.
Abonné

Je me suis peut-être mal exprimée.


Ce n'est pas l'étape que j'ai critiquée et je l'ai d'ailleurs très bien vécue car j'ai réalisé que je pouvais manger peu, en tout cas moins que je n'ai jamais mangé, sans ressentir la faim donc je ne pense pas que ce soit de la restriction cognitive.


C'est le compte rendu et la conclusion. Il ne faut surtout pas que cela  t'arrête parce que je trouve que c'est indispensable. Je me réservais pour des collations et j'en ai très peu consommées. 3 sur 21 repas.

Pour le nouveau challenge, j'ai déjà postécheeky

Kaylee
Marraine

Bon, j'en suis au jour 1, conclusion au soir de ce premier jour : fractionnement, pour moi = rationnement. J'ai diminué mes quantités, je suis chaque fois sortie de table avec une grande faim. Je ne peux pas enlever une UA à la place, car en général je ne mange qu'une seule chose.

Arme à double tranchant d'être seule et de ne plus bosser : pas de repas type à préparer depuis longtemps, pas d'heure de repas type à respecter, aucune obligation sociale. Une des raisons pour laquelle la collation, c'est pas du tout mon truc. Pourquoi me contenter d'un petit truc pour patienter, alors que je peux manger normalement quand bon me semble ? Qu'est-ce qui me garantit que je n'aurai pas encore faim après une "collation" ?

Je sens que si je continue comme ça pendant les jours qui suivent, avoir faim dès la fin du repas, ça va me mettre de mauvaise humeur, ou me donner envie de me jeter sur une cigarette alors que j'ai arrêté de fumer depuis très longtemps. La moitié des personnes de mon immeuble fume, il me suffirait juste de monter à l'étage au-dessus demander une cigarette à la voisine...

Ce soir, la RPC et accueillir l'émotion, ça marche pas, mon estomac gargouille. Je vais aller noyer ce bruit avec un grand verre d'eau.

Merci de m'avoir lue frown

coolosse.
Abonné

ne craque pas pour la cigarette kaylee

Kaylee
Marraine

[quote=coolosse]

ne craque pas pour la cigarette kaylee

[/quote]

Non, je sais bien que je ne craquerai pas, la pensée de savoir que je n'ai qu'un escalier à monter, que c'est à portée si je veux, me suffit grandement. Et dans 2 h, je pourrai aller poster dans "la victoire du jour", style "je n'ai pas monté un escalier pour aller piquer une cigarette à la voisine" wink

Pattie.
Ancien abonné

Et au bout d'une demi-heure, elle est devenue quoi, cette faim ? Aussi grande, plus grande, elle a disparu, ou bien c'était une EME ?

Parce que le but, ça n'est pas du tout d'avoir faim. Le but, c'est d'apprendre, par tâtonnements, à ajuster sa prise alimentaire à sa faim.

Je ne sais plus trop ce que dit le protocole, mais il me semble bien qu'il faut attendre une demi-heure avant de compléter son repas s'il n'a pas été suffisant. Cette demi-heure, c'est parfois le temps qu'il faut pour que ce qu'on a mangé s'installe à son aise et que la sensation bizarre d'avoir "encore une place" disparaisse et que ça soit remplacé par une impression de bien-être. Si ça ne disparaît pas, alors c'est de la faim, le repas était trop fractionné, tu peux le fractionner moins la prochaine fois et manger un truc en attendant.

Moi aussi, pour mon premier jour, j'avais faim et j'étais indignée qu'on puisse me demander d'avoir faim alors que le programme dit bien que si on a faim, on mange ! J'avais eu la chance d'avoir Izabelle au bout du forum, et elle m'avait suggéré que si j'avais faim une demi-heure après, c'était peut-être parce que je n'avais pas assez mangé. Du coup, j'ai vu les choses autrement. Et au lieu de fractionner drastiquement, j'ai fractionné à peine. Pour une quiche, par exemple, je positionnais le couteau comme j'en aurais pris d'habitude. Et je le bougeais un peu, pour en couper un peu moins. Pareil pour le morceau de pain : j'en enlevais un bout que je laissais à mon mari.

Et petit à petit, j'ai vu qu'au bout d'une demi-heure, soit je ressentais ce bien être, soit j'avais faim (hop, collation, miam !), soit la faim avant disparu et une EME avait pris sa place (et là, c'est plus dur, je ne savais pas utiliser l'EME-zen, sauf à la sauvage). Et miracle ! En faisant comme ça, j'avais le plus souvent faim en même temps que mon mari !

Bonnes observations à toi !

ladyl56.
Abonné

c'est fou ça ! c'est exactement ce que je voulais écrire et Pattie m'a coupé l'herbe sous l' pied.

Il ne faut pas avoir faim, ou à peine une petite faim qui va en s'atténuant.  il faut ajuster repas après repas et ça ne peut pas venir du premier coup.
N'abandonne pas Kaylee, si c'est sur 10 jours c'est bien qu'il y a une raison et après ,sans tenir compte du bilan/bidon, j'espère que tu trouveras du changement comme nous. De tout coeur avec toi : on y croit et on y va.yes

Kaylee
Marraine

[quote=ladyl56]

Il ne faut pas avoir faim, ou à peine une petite faim qui va en s'atténuant.  il faut ajuster repas après repas et ça ne peut pas venir du premier coup.[/quote]

Je crèèèèève de faim, j'ai faim dès la fin du repas, tantôt je diminue la quantité tantôt j'enlève une UA, même résultat. Je pense que c'est parce qu'avant de faire cette étape, j'avais déjà pas mal diminué mes quantités/UA. Voilà la seule constatation pour l'instant que je peux faire. J'ai tenté le coup de la "collation", mais finalement, avec la collation, j'ai mangé normalement donc je l'ai considérée comme un repas (insatisfaisant) et me suis abstenue.

Le fait d'être seule dans la maison et de ne pas bosser supprime pour moi toute obligation sociale ou familiale de manger à telle heure plutôt qu'à telle autre, ou d'attendre qui que ce soit pour me mettre à table. Je ne sais pas encore si c'est un avantage ou un inconvénient, mais je n'ai pas le choix, c'est ainsi.


[quote=ladyl56]N'abandonne pas Kaylee, si c'est sur 10 jours c'est bien qu'il y a une raison et après ,sans tenir compte du bilan/bidon, j'espère que tu trouveras du changement comme nous. De tout coeur avec toi : on y croit et on y va.yes

[/quote]

Ben non, dans l'étape, tout au moins celle que je fais actuellement, ce n'est que sur 7 jours smiley Plus que 3 jours !

Merci de me lire, de vos réponses et de votre soutien, j'ai l'impression d'être celle qui réussit le plus mal cette étape, enfin, j'écris "réussit" mais je suis curieuse du bilan, je crois que c'est complètement râté no

ladyl56.
Abonné

coucou ! ce matin je me suis quand même pesée : youpi + 1.6 kg mais comme je m'en doutais même pas grave.

Je vais reprendre les bonnes  habitudes : PC au réveil, et "manger en pleine conscience" avant le repas. Il faudrait aussi que je me bouge ; ce midi c'est grande marée je vais aller à la gratte c'est une bonne fatigue et puis les huîtres et les palourdes c'est bon, et bon pour ce que j'ai. cheeky

Kaylee il faut peu-têtre que tu te fasses à l'idée que tu n'es pas une petite mangeuse ; donc ne t'affames pas ça ne sert à rien qu'a te mettre de mauvaise humeur d'où sûrement eme, d'ou PA. As-tu mis un message à la coach

PS - j'écris encore sur mon portable mais ma formation i-pad avance, heureusement que mon fils reste encore qq jours

marinebreizh.
Abonné

Hello Ladyl56, moi aussi je vais aller  "à la gratte" mais plus à l'ouest encore !

Bonne journée

Kaylee
Marraine

[quote=ladyl56]

coucou ! ce matin je me suis quand même pesée : youpi + 1.6 kg mais comme je m'en doutais même pas grave.

Je vais reprendre les bonnes  habitudes : PC au réveil, et "manger en pleine conscience" avant le repas. Il faudrait aussi que je me bouge ; ce midi c'est grande marée je vais aller à la gratte c'est une bonne fatigue et puis les huîtres et les palourdes c'est bon, et bon pour ce que j'ai. cheeky

Kaylee il faut peu-têtre que tu te fasses à l'idée que tu n'es pas une petite mangeuse ; donc ne t'affames pas ça ne sert à rien qu'a te mettre de mauvaise humeur d'où sûrement eme, d'ou PA. As-tu mis un message à la coach

PS - j'écris encore sur mon portable mais ma formation i-pad avance, heureusement que mon fils reste encore qq jours

[/quote]

J'attends mon bilan pour contacter une coach, avec ce que tu as écris à propos du tien, je suis curieuse.

Moi aussi j'ai "gratté" de bon matin wink :  les mauvaises herbes de mon jardin que j'arrache à la main, j'adore l'odeur fraîche qui s'en dégage. La terre est encore humide des  pluies qui sont tombées et elles viennent toute seules.

izabelle
Animatrice forum

Kaylee, je ne comprends pas pourquoi tu veux noyer ton gargouillis d'estomac avec de l'eau?

le fractionnement n'est en effet pas le rationnement, le but n'est absolument pas d'avoir faim

si tu ne manges qu'une seule UA,  eh bien je te conseille d'en enlever simplement une ou deux bouchées

en même temps ça me semble bizarre que tu sortes de table avec une  "grande faim"  même si tu as réduit tes portions

ne serait-ce pas plutôt une sorte de frustration qui s'exprime?

pour ma part j'ai eu ça la première fois que j'ai fait cette étape

ça me foutait les nerfs d'enlever une partie de mon repas dans la mesure où déjà j'ai ajusté mes portions pour ce qui me semblait être la satiété

au final ce n'est que plus tard que je me suis rendue compte qu'en fait j'avais en effet encore des portions trop importantes et surtout que je mangeais trop vite, ce qui fait que je ressentais une frustration intense

 

ce qui m'a aidé à accepter ce travail là, c'est  que ce que j'enlevais de mon repas, je le mettais à part, je le mangeais genre une demiheure une heure après si j'avais faim

la collation c'était la partie enlevée de mon repas

le fait de le visualiser, de conscientiser que je n'en étais pas "privé", que je pouvais le manger si j'avais faim  m'a aidé à finalement faire cette étape

mais je dois dire que j'ai dû m'y reprendre quasiment à 5 fois....

au début j'avais encore beaucoup trop d'EME  et là c'est galère quand même  parce que cet exercice provoque beaucoup d'inconforts émotionels liés à la nourriture, ça nous confronte à l'insuffisance, la perte, la frustration, l'incertitude.....   un bon package......

Kaylee
Marraine

J'ai terminé aujourd'hui, après une fort désagréable semaine, cette étape de la satiété.

Non, je n'ai absolument pas atteint la satiété pendant ces 7 jours, au contraire, je suis sortie de table en ayant faim, parfois même assez faim.

Ouf ! Je redeviens moi-même, j'arrête de me prendre la tête en me demandant ce que je vais bien pouvoir enlever comme UA, ou comment je vais bien pouvoir fractionner/rationner le contenu de mon repas.

Je redeviens la nana légère et apaisée (légère dans ma tête, hein, ne vous méprenez pas, cette étape ne m'a pas fait dégonfler par enchantement) qui prépare son repas normalement, qui se demande juste si elle a encore faim ou non, et qui s'arrête parce que son estomac lui indique qu'elle n'a plus faim. Et qui attend tranquillement d'avoir faim à nouveau pour faire un nouveau repas.

Je redeviens celle qui apprécie son repas en Pleine Conscience, lentement, en dégustant.

Heureusement que j'étais seule pendant les 7 jours de cette étape, parce que je me suis sentie frustrée et hyper agressive. Donc personne pour supporter ma mauvaise humeur.

Contrairement à certaines qui ont maigri pendant cette étape, je n'ai pas perdu de poids pendant ces 7 jours, malgré ce que j'ai vécu comme un rationnement. J'ai même pris... 200 gr.

Pardon pour ces détails un peu trash, mais pendant cette période j'ai même été assez constipée, une constipation de rétention, contraction, comme si mon organisme ne voulait pas "lâcher" le peu que je lui donnais...frown

Ce qui ressort d'un bilan informatique passe-partout, c'est que si j'avais faim en sortant de table alors que j'avais fractionné/rationné, c'est que j'avais sans doute attendu d'avoir une trop grande faim, j'aurais dû moins attendre et j'aurais été rassasiée avec les mêmes quantités. Ce n'est pas exactement ce qui est dit (j'ai la flemme d'aller faire un copier-coller) mais c'est comme ça que je l'ai compris.

capuccino
Marraine

Bonsoir Kaylee,

Le but des exercices n'est jamais de nous mettre en difficulté mais de nous permettre de faire le point sur nos sensations alimentaires (faim, rassasiement, satiété), mais aussi sur nos émotions, nos inconforts émotionnels, enfin tout ce qui nous a amené à prendre du poids. Il y a ce que l'on croit, ce dont on est persuadé, et ce qui est réellement et dont nous n'avons qu'une perception aproximative.. Le but de ses exercices est de nous permettre de faire nos propres expériences.et d'en observer les résultats, d'en tirer des conclusions mais ausside prendre conscience des émotions qu'elles réveillent en nous.

Tu as constaté que cette expérience provoquait chez toi de la frustration et de la colère. Est-ce que cela a eu un impact sur ta manière de manger par la suite, as-tu su faire une place à cette colère, à cette frustration ? Est-ce que cela t'a fait compulser ou bien t'es-tu mise en mode lutte ?  La manière dont nous réagissons à ces expériences sont aussi riches d'informations sur notre façon de réagir dans des circonstances identiques dans notre vie  quotidienne. Est-ce que tu te sens frustrée également lorsque tu ne peux pas manger "à ta faim" au quotidien ? La faim est-elle une sensation difficile pour toi ?

Dans le programme quelquefois notre notre manière de réagir face aux expériences qu'on nous demande nous renseigne plus sur notre comportement alimentaire que les expériences elles-m^me.

Alors sii à la fin de cette expérience tu as pû te rendre compte que tu es capable d'adapter les quantités d'aliments à tes besoins, et bien c'est super et ça sera pour toi au moins un domaine dans lequel tu n'auras pas à retravailler.

Kaylee
Marraine

[quote=capuccino]

...Tu as constaté que cette expérience provoquait chez toi de la frustration et de la colère. Est-ce que cela a eu un impact sur ta manière de manger par la suite, as-tu su faire une place à cette colère, à cette frustration ?[/quote]

Cette étape terminée, ma colère et ma frustration se sont envolés avec soulagement comme par enchantement, je me sentais délivrée d'avoir terminé cette étape.

Dans les heures qui ont suivi la fin de cette étape, j'ai vraiment mangé paisiblement, plus en Pleine Conscience que jamais, consciente que j'avais "la chance" de manger sans me poser de questions, sereine, et j'ai vite atteint ma satiété parce que je me sentais bien. J'ai respecté ma faim. Sans efforts. En plénitude. J'insiste sur cette sensation d'apaisement, elle est importante pour moi.

[quote=capuccino]Est-ce que cela t'a fait compulser ou bien t'es-tu mise en mode lutte ? [/quote]

Ni l'un ni l'autre, je subissais, j'étais résignée, j'attendais que les 7 jours de cette étape se terminent sad

[quote=capuccino]La manière dont nous réagissons à ces expériences sont aussi riches d'informations sur notre façon de réagir dans des circonstances identiques dans notre vie  quotidienne. Est-ce que tu te sens frustrée également lorsque tu ne peux pas manger "à ta faim" au quotidien ? La faim est-elle une sensation difficile pour toi ?[/quote]

Oui, c'est vrai qu'il est important de réfléchir sur notre façon de réagir à certaines expériences, merci de ton post. La faim est une sensation difficile parce qu'au cours des nombreux régimes qui ont jalonné ma vie, je l'ai ressentie plusieurs fois. Douloureusement, péniblement, difficilement. Par exemple lorsque les quantités étaient dirigistes, restrictives et très limitées, style "10 gr de ceci et 20 gr de cela" ou avec des aliments plus ou moins imposés, par exemple "les laitages" que je n'aime pas du tout, qui me donnent une nausée que j'ai du mal à retenir, j'ai toujours avalé un yaourt comme un médicament, comme la cuillère d'huile de foie de morue que ma mère me faisait avaler lorsque j'étais petite, avec l'argument que "c'est pour ton bien".

[quote=capuccino]Dans le programme quelquefois notre notre manière de réagir face aux expériences qu'on nous demande nous renseigne plus sur notre comportement alimentaire que les expériences elles-m^me.

Alors sii à la fin de cette expérience tu as pû te rendre compte que tu es capable d'adapter les quantités d'aliments à tes besoins, et bien c'est super et ça sera pour toi au moins un domaine dans lequel tu n'auras pas à retravailler.

[/quote]

Je pense savoir reconnaître la sensation de satiété, sentir que je n'ai plus faim. J'arrive à jeter le reste de mon assiette si je n'ai plus faim (grâce aux propos du Dr Apfeldorfer concernant la poubelle wink).

Mais... il y a bien sûr des fois où je ressens le besoin de continuer à manger, de manger au-delà de ma satiété et de ma faim, et je sens, je sais, je ressens que c'est alors une EME qui prend le relai de ma faim, et c'est là-dessus qu'il faut que je me penche.

Arriver à accepter les EME, les accueillir, ne pas les considérer d'une manière autodestructrice comme j'ai souvent tendance à le faire, avec la petite voix du diable noir sur mon épaule gauche, style : "allez, il t'arrive ceci ou cela de pas très agréable, de triste, donc continue à manger, ça va te consoler, te faire oublier tes soucis", et ce même diable noir, me voyant continuer à manger sans faim, renchérit ensuite avec : "tu es nulle, tu vois, tu n'as plus faim mais tu continues à bouffer, tu es une grosse vache sans volonté".

capuccino
Marraine

Bonjour Kaylee,

Tous les régimes amaigrissants que nous avons pû faire et qui nous ont mises en restriction cognitive ont laissé des traces et même des cicatrices en nous tellement ils ont été chargés de souffrances. La faim fait partie de celles-ci. Elle peut entrainer la peur d'avoir à nouveau faim, la peur de manquer, une intolérance viscérale à la faim. Cela peut  nous amener a avoir des comportements complètement dingues et irrationnels comme par exemple ne jamais partir où que ce soit sans avoir à manger dans son sac, faire des stocks de nourriture ou d'autres produits, se transformer en furie ou en loque humaine si par exemple la personne devant nous au self prend la dernière portion d'un aliment qu'on voulait prendre, ou si notre conjoint au mac Do nous pique une frite...Tout à coup ça réveille en nous des émotions qui nous submergent. Le danger est là, alors on sort les griffes...

C'est super que tu aies pû en prendre conscience et la sérénité que tu as déjà pû acquérir ne fera que se renforcer et bientôt cette intolérance à la faim ou à l'idée de la faim disparaitra. La frustration de ne pouvoir manger ce que tu veux dans les quantités que tu souhaites, diminuera tellement que cela n'aura plus le même impact sur toi.

En ce qui concerne les EME qui prennent le relai de ta faim, elle peuvent être en relation avec ce que tu es en train de manger (reste-t-il encore un soupçon de restriction cognitive ? Par exemple, je mange tranquillement et avec plaisir et puis tout à coup, je commence à avoir des pensées négatives de ce que je suis en train de manger, de la méthode qui est si permissive alors que pour maigrir, "normalment il faut se restreindre", ou de l'aliment que j'aime tant et qui va surement me faire grossir si j'en mange tous les jours... enfin ce genre de pensées et là ça part en vrille... et les pensées automatiques arrivent pour en rajouter une couche

Ou alors cela peut-être liées à des émotions extra-alimentaires qui viennent te visiter pendant le repas et qui engendrent des émotions négatives que tu vas chercher à calmer en te réconfortant avec la nourriture et tu n'y arrives pas. Il n'est pas anormal de vouloir se calmer avec la nourriture, ça fait partie aussi de ses fonctions, ce qui est anormal c'est ne pas arriver à se reconforter.

J'ai cru comprendre que tu pratiquais la pleine conscience et je crois que cela pourra t'aider fortement lorsque tu commences à manger au-delà de ta saitété. Poses-toi et fais un scanner corporel, que ressens-tu dans ton corps à ce moment-là, quelles sont les sensations physiques que tu ressens, à quelle émotion peux-tu rattacher ses sensations physiques, ensuite tu peux essayer de nommer cette émotion et peut-être pratiquer l'EME-zen (si tu connais). Pour ce qui est des pensées automatiques et de la défusion (prendre de la distance vis à vis de ces pensées, pouvoir ne plus les considérer comme la vérités mais uniquement comme des pensées qui viennent me visiter), as-tu lu le livre de Russ Harris "le piège du bonheur" ?  Il est parfois barbant à lire mais ce qui est important c'est de faire les exercices proposés à son rythme et les refaire inlassablement si nécessaire.

Je te souhaite bonne route et dis-toi bien qu'on peut y arriver. Avec cettte méthode on sait d'où l'on part, on ne sait pas où l'on va arriver mais je peux t'assurer que là où on arrive, la vie est plus douce que de celle que tu aurais pû vivre avec des régimes.

 

 

Kaylee
Marraine

[quote=capuccino]

J'ai cru comprendre que tu pratiquais la pleine conscience et je crois que cela pourra t'aider fortement lorsque tu commences à manger au-delà de ta saitété. Poses-toi et fais un scanner corporel[/quote]

Je n'ai pas encore accès à l'outil bodyscan, mais je reviens souvent à la sophrologie, je ne sais si c'est la même chose

 

[quote=capuccino]

... pratiquer l'EME-zen (si tu connais). [/quote]

Oui, je l'ai même dans mes favoris sur LC, sur mon iPod et mon smartphone

 

[quote=capuccino]...as-tu lu le livre de Russ Harris "le piège du bonheur" ?  Il est parfois barbant à lire mais ce qui est important c'est de faire les exercices proposés à son rythme et les refaire inlassablement si nécessaire.[/quote]

Je ne connais pas, mais j'ai entamé "Etre heureux ce n'est pas nécessairement confortable", de Thomas d'Ansembourg, qui me convient bien.

 

[quote=capuccino]Je te souhaite bonne route et dis-toi bien qu'on peut y arriver. Avec cettte méthode on sait d'où l'on part, on ne sait pas où l'on va arriver mais je peux t'assurer que là où on arrive, la vie est plus douce que de celle que tu aurais pû vivre avec des régimes.[/quote]

De toutes façons, les régimes, pour moi c'est définitivement terminé. Je les ai pratiquement tous essayés, en vain, ou plutôt en pire. Avant de m'inscrire sur LC, je me résignais à mon inconfortable surpoids.

Je sais... Merci capuccino. Je dois arriver à passer outre au comportement pervers (grave) et aux réflexions assassines de ma mère, qui ont pourri ma vie ; maintenant qu'elle est décédée (depuis 2 ans) je devrais pouvoir doucement y arriver. Plusieurs thérapies ont été infructueuses.

Et aussi accepter d'être partiellement rejetée dans ma vie sentimentale.

Chléa.
Abonné

J'arrive à cette étape ..et j'avoue que je suis un peu flippée

J'ai déjà pas mal réduit mes portions depuis que j'ai commencé LC, même si je suis bien consciente que souvent je dépasse- un peu - ma satiété.

Je suis gourmande, j'adore manger, j'adore le plaisir que celà me procure car j'ai réappris, ici , à l'apprécier.

C'est pas tant la peur d'avoir faim qui me pose problème , mais celle de devoir m'abstenir de manger tel ou tel aliment : j'aime bien multiplier les UA au cours d'un même repas( 3 ou 4 en général ) et penser qu'il va falloir que j'en retire certaines me frustre d'avance...

Même si ,  intellectuellement, je sais bien que je peux les manger " après" 

C'est cette frustration là qui me fait peur : j'ai pu constater chez moi que la frustration engendrait des EME et cette perspective là n'est pas réjouissante du tout ..

Pas bien sure que je vais passer une bonne semaine moi ...:(

capuccino
Marraine

Dans chaque exercice, il est important de ne pas se mettre dans un telle difficulté qu'on ne puisse pas s'en sortir.

Peut-être pourrais-tu fare un peu de pleine conscience avant tes repas et respirer "avec" tes émotions. En prendre connaissance et leur faire une place en toi. Cela t'apportera peut-être un éclairage nouveau sur cette frustration, ce qu'elle génère en toi, ce qu'elle réveille,  qui sait ?

Si le fait de supprimer une UA te semble impossible pourquoi ne pas commencer plus doucement en essayant de "laisser" dans ton assiette 2 à 3 bouchées de chaque plat ?

Je pense vraiment que la pleine conscience avant et même pendant le repas peut t'aider. Etre dans le moment présent et non pas dans l'idée que l'on se fait du moment, cela fait vraiment une grosse différence. Notre souffrance vient souvent de l'idée que l'on se fait des choses et pas forcément de ce qu'elles sont réellement.

Bon courage.

izabelle
Animatrice forum

je comprends que tu flippes Chléa, mais il n'y a vraiment pas de quoi, en réalité

c'est sûr que cet exercice va te confronter à l'expérience de la frustration de façon un peu plus marquée, mais comme le dit Capuccino, à toi de doser, le but n'étant pas de t'imposer une frustration telle qu'elle finisse par monopoliser ton attention

se confronter à la frustration, se mettre en situation d'incertitude sont des expériences difficiles à vivre pour les mangeurs émotionnels, mais plus on a conscience de ces ressentis qui s'activent, de la façon dont on les vit,  et qu'on arrête de vouloir lutter, le faire disparaitre,  eh bien tout ceci prend beaucoup  moins d'importance et on peut faire son exercice sereinement

tu peux continuer à multiplier les UA, mais en réduisant leur quantité

si cela te frustre à nouveau, c'est le signe que la frustration se pose là, sur ton chemin, au moment où tu dois remettre en cause les quantités que tu manges

quelque part, quoi de plus normal?

je te conseille de faire ami-ami avec elle, c'est ce qui fonctionne le mieux

 

viens ma frustration, installe-toi, sois-là, j'accepte de te vivre.....

c'est la meilleure façon de vivre cette phase sans convoquer les EME d'office

 

et bien sûr tout le doigté est de ne pas se mettre dans une "grande" frustration, d'où l'importance de ne pas trop réduire je trouve si on a déjà plus ou moins réduit dans notre parcours, naturellement en s'écoutant.....

 

observer sa frustration, l'apprivoiser, mais ne pas la laisser envahir tout l'espace 

Chléa.
Abonné

Merci beaucoup à toutes les deux , nos marraines de choc  ;)

[quote=capuccino]

 Etre dans le moment présent et non pas dans l'idée que l'on se fait du moment, cela fait vraiment une grosse différence. Notre souffrance vient souvent de l'idée que l'on se fait des choses et pas forcément de ce qu'elles sont réellement.

[/quote]

Oui, c'est exactement ça ..du coup c'est ce que j'ai fait : pleine conscience AVANT les repas ..et ma foi, pour le moment, ça va : cette grosse frustration que j'attendais, à laquelle je me préparais ..n'est pas venue. J'ai essayé de lui faire de la place( merci Izabelle ) , mais non, elle a décliné l'invitation ..

Bon, ben, tant mieux ..on verra demain comment ça se gère tout ça

Et j'ai bien aimé réduire mes portions et mes UA  aujourd'hui, ( bon un peu contrainte certes ..) , consciente que je mangeais en fait un peu trop depuis quelques jours.

Et au final, aujourd'hui ça m'a fait du bien ...sauf que j'ai mangé en une journée ce que je mange d'habitude en un seul repas !

Bon, je sors de table satisfaite, c'est l'essentiel :)

Bliss.
Abonné
Je suis dans le fractionnement, enfin pour le moment à vrai dire j'ai carrément "oublié" de fractionner....... Beaucoup de remue ménage ces jours, des tas d'enfants à la maison (anniversaires multiples) la reprise de ma formation, la rentrée tout ca....donc quand ' j'ai faim à l'heure de manger je me prépare de bonnes choses, mais je zappe de diminuer les UA ou les portions. Je l'ai fait 2 jours pour le moment et je vis mal d'avoir sans cesse faim, de faire des tas de collations, de me promener avec des sandwichs etc. Mes portions sont petites donc quand je diminue ca devient juste riquiqui. Alors oui ok je sais je peux remanger ensuite mais ca me tend un peu. Quand je l'ai fait en gros ca me faisait 3 petits repas et 3 collations genre: 7h repas 1 10hcollation 13h repas 2 17h collation 19h30 repas 3 21h collation. Tout cela est mangé avec faim mais j'ai l'impression de passer mes journées à manger. Bon ouf c'est quelques jours et ensuite autres exercices en perspective.
izabelle
Animatrice forum

courage Bliss pour ce fractionnement,  si tout est mangé avec faim, c'est la seule chose qui importe

coolosse.
Abonné

et oui .....la frustration de réduire ....il s agit d essayer de voir ca que ça fait juste de manger moins au repas et puis de faire une collation si besoin ensuite...pas si facile d accepter de faire différement meme pour qqs jours et pourtant je suis en train de vraiment essayer de faire cette étape sans tricher ;il faut que je me mette dans la tete que c'est un nouveau challenge qui peut m apporter une nouvelle vision des choses.je veux réussir ,je veux avoir un déclic;je veux lacher prise et me regarder en face...j en ai besoin ,je sens que tant que je n arriverai pas à faire cette étape je n arriverai pas à modifier mon comportement

allez,allez ,je vais reussir....allez allez courage

Haut de page 
X