hyperphagie - 06022013

joy.
Abonné
Bonjour à tous, J'ai 34 ans dont 22 ans à souffrir de troubles du comportement alimentaire. Ça fait 10 ans que je fais tout pour m'en sortir ( psy, diététicienne...) Ce programme me semble génial, c'est exactement ce qu'il me fallait en ce moment. Si votre histoire ressemble à la mienne, n'hésitez pas... C'est toujours agréable de s'entraider.

Commentaires

izabelle
Animatrice forum

Bonjour Joy,

moi  37 ans  dont 30 avec troubles du comportement alimentaire.....  dont 20 de lutte intensive contre les-dits troubles....   avant que je comprenne que ces troubles étaient déjà une lutte en eux-mêmes...

au bout d'un an ici, je peux enfin en parler au passé

bonne route!

Emman.
Abonné

Bonjour,

Je n'étais pas venue depuis un petit moment.

Izabelle, je te vois très active, et pleine de bons conseils.

Tu vois un déclic dans ton évolution ? J'ai bien compris qu'il y a eu des allers-retours, mais à un moment quelque chose s'est déclenché pour toi ?

 

Moi bientôt 40 ans et près de 30 ou presque avec des soucis alimentaires !

izabelle
Animatrice forum

oui Emman, le déclic s'est bien produit, mais ce n'était pas soudain....   c'était une sorte de déclic au ralenti.....

c'est surtout quand j'ai trouvé comment agir avec mes pensées négatives, en fait.....   comment pouvoir les accueillir vraiment, il y a quelques mois de ça....

mais tout le parcours que j'ai fait avant m'y a préparé

Emman.
Abonné
A savoir ? Je suis peut etre ciroeide.
liegama.
Ancien abonné

J'aime bien quand tu dis "déclic au ralentis" c'est trop ce que j'ai l'impression de vivre. Je me vois dans un film où la fille se transforme mais dans un immense ralenti, genre ça fait les deux heures de film et tu n'en vois pas la fin (bon, moi j'en vois pas la fin maintenant mais ça arrivera j'espère). Merci en tout cas tu m'as fait rire. A propos de rire, j'ai posté sur le forum "mon corps et moi" une vidéo de ce qui arrive quand on est trop belle qui m'a fait hurler de rire ce matin.

Didoune.
Abonné

Hello, 

Mon histoire ressemble à la tienne : 31 ans et 15 ans à souffrir de trouble du comportement alimentaire (avec une forte tendance à l'hyperphagie compulsive...). Ca fait des années aussi, que je vois psy, nutritionniste, que je fais des régimes, que j'arrête les régimes et que mon poids varie au gré de mon état d'esprit.

Ca fait peu de temps que je suis sur LC et pendant  mois, je n'ai connu que des crises sur crises sur crises. Jusqu'à ce que sans déclic mais grâce à une évolution permanente de ma propre vision sur mon alimentation grâce à LC, je commence à modifier en profondeur des comportements et surtout comme Izabelle, que je me rende compte que je mange mes émotions et que c'est pour ça que je ne pouvais jamais m'en sortir... (je sais pas si je suis claire). 

Depuis un mois, encore des EME mais plus d'hyperphagie et quand EME, je n'éprouve plus systématiquement le besoin de manger compulsivement, j'écoute mon corps, ce qu'il cherche à me dire et soit ça passe, soit je DECIDE de me réconforter :)

Ellyra.
Ancien abonné

27 ans, dont une bonne dizaine d'années de TCA (hyperphagie pendant un long moment, puis boulimie pour finir) pour ma part. Je "date" mon problème avec la nourriture aux alentours de mes 12 ans, mais en fait, je commençais déjà à compulser depuis mes 9/10 ans (seulement à cette époque, j'étais relativement surveillée et sans possibilités de "faire plus" ).

Mon adolescence a été une période très chamboulée. Ma crise d'ado à moi, c'était grossir alors que mes parents voulaient que je maigrisse. J'étais une enfant tellement polie et docile que je n'arrivais à exprimer mon désaccord que par le biais de la nourriture. Je faisais de l'hyperphagie sans le savoir. Je savais que j'avais un problème avec la nourriture parce que je ne trouvais pas cela normal de me lever la nuit pour manger des chips ou des gâteaux en cachette, ni de mentir à mes parents quand ils demandaient qui avait fini tel ou tel paquet pourtant neuf hier.

J'ai vraiment réalisé ma maladie vers mes 18/19 ans. Sur le tard, donc. Avant, j'étais persuadée d'être juste une grosse gourmande fénéante (l'image qu'on me renvoyait, finalement).

Je me souviens avoir passé des week-end entiers enfermée chez moi dans ma petite chambre universitaire, à manger, pleurer, ne voir personne, ne jamais répondre au téléphone... Après mes études, j'ai quitté mes parents, je suis partie vivre à 1000 km d'eux.

Cette libération a eu deux effets un peu contradictoires. Libre des remarques sur ce que je mangeais et sur mon poids, je revivais. Mais libre de la surveillance parentale, j'ai fait encore plus n'importe quoi, je me suis "lâchée" et c'est là que ma maladie a disons "atteint des sommets".

Je sortais pour m'acheter à manger, c'était ma seule motivation: avec quoi vais-je criser aujourd'hui? C'était mes seules sorties et je dépensais des sommes folles dans la nourriture. J'allais me ravitailler à peu près tous les deux jours.

J'ai pris la décision d'être suivie par une psy à un moment où je n'arrivais vraiment plus à m'en sortir. Je n'en pouvais plus de me voir comme ça. Je me suis élevée intellectuellement pour compenser cette image de moi paresseuse et grosse, j'ai beaucoup écrit, avec talent il paraît. Mes textes que je vomissais après mes crises (à défaut de vomir ce que j'avais avalé) étaient ma fierté.
Elle m'a un peu aidée. Je suis retombée dans la dépression sévère. J'ai pris des AD qui m'ont permis d'espacer mes crises. Mais je ne me reconnaissais plus: je n'arrivais plus à écrire. Alors je les ai arrêtés, et puis j'ai arrêté la thérapie aussi.
Un matin je me suis retrouvée dans un centre d'accueil médico psy d'urgence. J'ai failli être hospitalisée, et puis je m'en suis "enfuie" à la dernière minute.

Après ça, j'ai repris un peu goût à la vie. J'ai fait des rencontres. Certaines bonnes, d'autres moins. Je n'avais plus vraiment goût aux crises, mais c'était une habitude. J'en faisais moins mais parfois elles étaient irrepressibles.

Et puis j'ai rencontré mon copain actuel. Il y a 4 ans et demi.
Aussi bizarre que ça puisse paraître et sans que je me l'explique vraiment, mes crises ont cessé presque du jour au lendemain. Ma dernière en date, c'était le 22 novembre 2008, veille de mon anniversaire. Depuis, plus rien. Il m'est arrivé d'avoir envie, mais quand je commençais, mes sensations me disaient "stop". Bizarrement, ça ne me disait plus rien.

J'ai continué à trop manger, à aller au-delà de mes sensations alimentaires, un peu par habitude, un peu par provocation, parfois pour retrouver cette sensation de trop-plein qui me rassurait. Mais les quantités étaient tellement moindres que ce n'était plus de l'hyperphagie.

J'ai revu un psy il y a 3 ans. Ca n'a pas marché, je n'étais pas prête. Et puis il ne connaissait pas les tca, il ne savait pas bien ce que c'était. Il a mis le doigt sur 2/3 trucs, sur le fait que ma famille s'était appropriée mon corps et que je le maltraitais comme s'il n'était pas le mien. C'est vrai, mais ça m'a fait plus de mal que de bien de le savoir.

Aujourd'hui j'avance, doucement mais sûrement. Quand j'ai découvert les dr Zermati et Apfeldorfer, j'ai d'abord cru rêver: tout ce que je pensais des régimes, à rebours de toutes les personnes de mon entourage qui ne juraient que par eux et qui me pensaient sans volonté quand je leur disais que les régimes ce n'était pas pour moi: il y avait donc des gens, Dr qui plus est, qui pensaient comme moi, et ils avaient même des théories sur la restriction cognitive qui collait parfaitement à la mienne. J'ai d'baord commencé par lire des livre, aller sur le site du G.R.O.S.... et puis je suis arrivée sur LC.

Aujourd'hui je peux dire que ça va beaucoup mieux, même si j'ai encore beaucoup de choses à régler au niveau de ma confiance en moi. Je stagne dans ma vie pro et perso à cause de ça et j'ai encore des pensées automatiques du type "quand tu seras plus mince tout ira mieux" "tu feras ça quand tu seras plus mince". J'essaie de les parasiter en me disant que je peux le faire maintenant et que j'en suis capable, mais ce n'est pas tous les jours évident.
 

Je pense de plus en plus à retourner voir un psy, mais cette fois-ci je veux qu'il soit au courant de LC, du GROS, des TCA, qu'il sache de quoi il s'agit.

izabelle
Animatrice forum

merci Ellyra de ce récit passionnant

je ne sais pas pourquoi, en te lisant, j'ai pensé à ce livre de Russ Harris : le grand saut

surtout par rapport au dernier paragraphe

parce que dans ce livre, l'auteur nous montre que ceux qui ont réalisé des grandes choses n'ont pas attendu d'avoir confiance en eux pour y aller, ils y sont allés la peur au ventre, mais dans cet acte  "d'y aller",   c'était ça, la confiance

la confiance au deuxième sens du terme : un 'acte' de confiance   et que c'est en agissant que la confiance s'édifie, en fait

souvent, on veut la "remonter" avant de se lancer, mais c'est prendre le problème à l'envers

c'est en agissant qu'elle se construit,  en agissant pour faire des choses "importantes" pour nous

 

si tu vas voir un psy, ça serait bien que ça soit quelqu'un qui pratique l'ACT Therapy

juliju.
Abonné

Merci de ton témoignage Ellyra.

juliju.
Abonné

[quote=Didoune]

Hello, 

Mon histoire ressemble à la tienne : 31 ans et 15 ans à souffrir de trouble du comportement alimentaire (avec une forte tendance à l'hyperphagie compulsive...). Ca fait des années aussi, que je vois psy, nutritionniste, que je fais des régimes, que j'arrête les régimes et que mon poids varie au gré de mon état d'esprit.

Ca fait peu de temps que je suis sur LC et pendant  mois, je n'ai connu que des crises sur crises sur crises. Jusqu'à ce que sans déclic mais grâce à une évolution permanente de ma propre vision sur mon alimentation grâce à LC, je commence à modifier en profondeur des comportements et surtout comme Izabelle, que je me rende compte que je mange mes émotions et que c'est pour ça que je ne pouvais jamais m'en sortir... (je sais pas si je suis claire). 

Depuis un mois, encore des EME mais plus d'hyperphagie et quand EME, je n'éprouve plus systématiquement le besoin de manger compulsivement, j'écoute mon corps, ce qu'il cherche à me dire et soit ça passe, soit je DECIDE de me réconforter :)

[/quote]

Bonjour Didoune, j'espère que mon regard, mon rapport à la nourriture va évoluer comme toi. Ca encourage de te lire lorsque l'on en est qu'au début, et encore dans un état de crise hyperphagique.. Alors les messages du matin font du bien.

lorraine
Marraine

Quel magnifique témoignage Ellyra

Tu as de sacrées prises de conscience sur toi même je trouve, et tu es encore bien jeune....

Et tu sembles vraiment avoir trouvé ce qui est bon pour toi.....Continue  à te faire confiance, car au vu de toutes tes avancées je trouve que tu sais te faire confiance....

Je ne sais plus qui disait : le but c'est le chemin.

Cheminons à notre rythme.....

Lorraine

perlinou.
Abonné

bonsoir à tous, et  à toutes,

je viens de m'inscrire ce soir sur le site, et tout comme toi,joy, je fais des crises d'hyperphagies.

chaque nuit, c'est un véritable calvaire. je ferme mes placards à cles. et je suis comme 'une malade",

je cherche quelque chose à grignoter......

je n'ai plus de volonté........ le désir de manger prend le dessus, c'est l'horreur....

voila pourquoi, j'ai décidé de venir sur le site du docteur Zermati.

j'ai donc de l'espoir, bien que je me sente un peu perdue sur le site;..................

DANY

izabelle
Animatrice forum

bravo à toi perlinou

sitot inscrite, sitot sur le forum!!!

une bonne recrue pour papoter en ces lieux.....

normal que tu te sentes perdue, il faut tout d'abord se concentrer sur le parcours alimentaire (et forme pourquoi pas?)  en suivant les étapes les unes après les autres

les tchats sont le mercredis soir normalement, mais tu peux déjà lire les archives des précédents

 

et sur le forum, tu as une rubrique spéciale pour te présenter  et aussi  une autre  "mes débuts sur lc"

 

à très bientôt et j'espère que le parcours réalisé ici pourra t'aider à sortir de ces problèmes

Haut de page 
X