Impossiblité de jeter de la nourriture - 30072014

suhaki.
Abonné

bonjour,

est-ce difficile pour vous de jeter de la nourriture? ce la est plus fort que moi, je vais conserver des restes comme un "ravitaillement" en cas de pulsion alimentaire: Comme un fumeur qui tente d'arrêter qui n'arrive à jeter ses cigarettes.

je vous remercie pour vos réponses.

Commentaires

bebe333.
Abonné

Bonjour,

oui moi aussi j'ai du mal à jeter la nourriture... J'ai aussi du mal à garder les restes car je sais que ça finira à la poubelle -> Retour à la case départ. Et puis les données aux chiens c'est pas la solution, y en a 1 sur les 2 qui est deja trop grosblush

Du coup je finis mon assiette meme si plus faim.

Je sias pas ou tu en es de ton parcours mais je fais un exo dans le cadre du parcours pour apprendre à jeter.

Je me rend compte que je m'en fais tout un plat avant de le faire alors qu'une fois fait c'est oublié !

Regarde dans les outils l'exo y est peut-être !

suhaki.
Abonné

je te remercie pour ta réponse, je ne suis qu'au début du programme (9jours) donc je n'en suis pas encore à cete exercice.toutefois, je pense qu'il pourra traiter ce problème.

je te souhaite bon courage!

Pattie.
Ancien abonné

J'ai aussi du mal à jeter de la nourriture, mais ça m'arrive (jamais avant LC).

Un des exercices qui m'a aidée à y arriver, c'est celui où on doit se séparer d'objets inutiles, et un mot du docteur Apfeldorfer qui m'a fait comprendre que oui, il y a des gens qui meurent de faim, mais que ma tarte aux poires chocolat complètement ratée, pas bonne ne les nourriraient pas. Qu'on pouvait être solidaire autrement. La tarte a fini à la poubelle (vraiment ratée, jamais autant). Pareil pour une boîte d'ananas séchés, qui n'avaient aucun goût, que du sucre et sur lequel je compulsais pour le finir plus vite et ne pas le jeter. Hop, poubelle.

Et puis aussi un truc qu'il a dit : que souvent, quand on ne jetait pas, on se mettait dans l'obligation de le faire. Par exemple le reste de pâtes "oublié" dans le frigo, qui moisit, on finit par le jeter, sans se sentir autant coupable que si on l'avait jeté après le repas.

Quand l'aliment ne fait pas plaisir, c'est comme un objet inutile dont on s'encombre. Ca n'est pas un hasard si j'ai aussi du mal à me séparer des objets inutiles, des vieux magazines que je ne lirai plus. Même les boîtes de cachou, quand j'étais étudiante, je les gardais. Ca n'est pas seulement un problème avec le gaspillage, chez moi, un truc d'éducation (mon grand-père nouait dans sa serviette le bout de pain qui restait, pour le manger sec au prochain repas. Bon, sauf que lui, il aimait le pain sec !). Pour ne pas gaspiller, j'essaie de trouver les doses correctes (style pâtes pour une fois, pas pour la semaine). Mon problème, c'est surtout accepter que les choses changent, de me séparer des objets.

marieal.
Inscrit

moi la phrase qui a fait vraiment tilt, c'est: je ne suis pas une poubelle...alors pourquoi jeter au fond de ma gorge ce que je n'arrive pas à jeter à la poubelle?

mais ça reste une vraie difficulté pour moi...alors maintenant, si j'ai craqué et fini l'assiette de mon homme ( parce que lui sait s'arrêter sans culpabiliser, c'est un mangeur régulé, lui)  je me contente d'un plat unique, pas de dessert, j'attends que la bonne faim revienne.

zazatissier.
Abonné

et si vous congeler la nourriture? Moi aussi j'aime pas jetter mais quand je sens la sensation trop forte, il m'est déjà arrivé dele donner à quelqu'un ça evite de jeter

nana51.
Abonné

bonjour suhaki

je fais partie de ces personnes qui ont beaucoup de mal à jeter, comme marielal, c'est pareil pour les vêtements, les vieux meubles, les revues, comme je n'aime pas vivre dans le bordel, régulièrement je fais un grand vide, mais j'y pense pendant plusieurs semaines, 

pour mon frigo j'avais cette facheuse tendance à laisser pourrir les aliments dans le frigo( beurk!!!)

donc une fois par semaine avant d'aller en course, j'ouvre en grand le frigo, la poubelle à droite, la bassine de javel à gauche, les gants de ménage, et hop hop hop, je jète , je jète, je nettoie, ensuite je regarde mon frido rutilant, vide , qui sent le propre wink

je dirais que LC m'a bien aidé à faire le tri smiley

Bliss.
Abonné
Pour le nourriture afin de moins jeter je cuisine des plus petites quantités, s'il le faut je congèle aussi (par ex grande marmite de soupe). J'ai du apprendre. Je mettais beuacoup de restes en boites hermétiques puis ensuite poubelle.... Je m'efforce régulièrement de jeter/trier dans d'autres domaines de ma vie car tout cela est lié, la difficulté à séparer, se rassurer de la présence des choses etc. Donc je prends du temps pour trier des vêtements, jeter régulièrement les magazines, les photos pas terribles, cette paire de chaussures bien usées mais confortable qui pourrait servir quand même. Je crois qu'en travaillant à un niveau cela se diffuse ailleurs. J'ai eu de la difficulté à reprendre un abonnement fitness et à prendre un plus cher, d^c'est de l'argent dont je me sépare, qui ne servira pas à autre chose, qui disparait d'un autre projet. Mais au final c'est le même mécanisme, quel est le prix de ma santé, de mon bien être: et chaque fois que je vais à la gym j'en sors très heureuse et cela renforce ce mécanisme de ou je mets les priorités. Bon du coup sur l'année ma consommation de magazine a énormément diminué, je n'achète plus les gros packs familiaux en promo ni les yaourts par 12 (avec un enfant;)) Je m'imagine parfois le surpoids comme la manifestation d'un déséquilibre à différents endroits. Et qu'en réajustant le tout cela peut retrouver une autre configuration. Dans ce sens la pleine conscience est ce facteur équilibrant qui permet de se contenter de peu de nourriture, de ne pas surconsommer (fringues ou autres) et de réinvestir des domaines de ma vie peut être moins favorisés (apprendre de nouvelles choses dans mon cas par ex ou m'offrir un week end thalasso).
ladyl56.
Abonné

aujourd'hui j'ai fait un petit pas pour l'humanité mais un grand pas pour moi : j'ai jeté ce que mon petit-fils n'avait pas fini. J'ai hésité parce que du riz cantonais : c'est bon, et la banane : j'aime aussi, mais je me suis dit : je ne suis pas une poubelle et c'est elle (enfin plutôt le compost) qui a tout prisyes

Kaylee
Marraine

[quote=ladyl56]

aujourd'hui j'ai fait un petit pas pour l'humanité mais un grand pas pour moi : j'ai jeté ce que mon petit-fils n'avait pas fini. J'ai hésité parce que du riz cantonais : c'est bon, et la banane : j'aime aussi, mais je me suis dit : je ne suis pas une poubelle et c'est elle (enfin plutôt le compost) qui a tout prisyes

[/quote]

Et bien voilà yes, ça vient !

Vatsyayana.
Abonné

Je découvre ce post et vous me faites rire ! Je me reconnais tellement !

Difficile de jeter le reste de son assiette à la poubelle quand c'est BOOOONNNN !

Du coup, petite entourloupe, stockage dans le frigo mais difficile à intégrer aux repas quand il y a moins d'une portion... du coup, on jette une fois que c'est là depuis 1 semaine et qu'on est sûr qu'on ne peut plus le manger ! lol

Je me demandais pourquoi mon congélateur est si plein alors que je ne pioche JAMAIS dedans... Je crois que je viens de comprendre...

leslie44.
Abonné

Comme je me reconnais dans vos mots... pour exemple j'ai déménagé mon appart d'étudiante il y a 1 mois et demi, j'ai un carton entier de choses inutiles ! Magasines de salon, de la sécu étudiante... pareil pour mes papiers , j'ai une montagne d'ordonnances, pu utilisables du tout hein, de papiers de banque... et la bouffe on en parle pas. 

J'ai remarqué par contre, j'arrive plus a jeter si je n'ai pas payé. Genre chez mes beaux parents je peut jeter, chez les miens ou chez moi non. Je stocke frigo ou congélateur. Le pire c'est les restau, même macdo. Parfois je prend trop, j'ai pu faim, limite mal au ventre, je fini les frites de mon ami. Pourtant c'est ni vraiment bon, ni cher. C'est mon premier objectif, jeter macdo.

En tout cas ya du taff, bon courage a tous ! :-)

boudicca.
Abonné

Comme vous toutes, j'ai beaucoup de mal à jetter (toute cette éducation sur il ne faut pas jetter, pense aux enfants qui n'ont rien, ou alors, ça coûte cher....blablabla). Aujourd'hui, j'ai tellement de mal à jetter que je finis aussi les assiettes de ma fille! 

Depuis que je suis sur LC, c'est dure car je m'oblige à ne plus finir ses plats ni les miens quand je n'ai plus faim, mas ce n'est pas encore une grande réussite. Quand je jette de la nourriture c'est comme si une partie de moi partait aussi à la poubelle! C'est dure mais je me soigne!

Kaylee
Marraine

C'est vrai que ce n'est pas évident, de jeter... Je me souviens de ce qu'on me serinait au catéchisme : "il ne faut pas jeter le pain".

Grâce donc à cette fameuse phrase très déculpabilisante du Dr Apfeldorfer dans un de ses chats, qui se trouve très certainement également à un autre endroit sur le site, j'arrive maintenant à jeter la nourriture que je ne souhaite pas manger. Si c'est liquide ou semi-liquide, je fais disparaître dans l'évier, c'est plus rapide et plus parlant. Hop, disparu. Je me suis acheté des sacs de congélation format "mini" et je fais tout mon possible pour congeler ce que je n'ai pas mangé.

En revanche, il y a quelque chose que je ne peux absolument pas jeter, qui n'a rien à voir avec la nourriture et que je me débrouille toujours pour donner, ce sont les livres. Respect pour l'auteur qui a sorti ses tripes pour l'écrire (même si c'est "un nègre" grassement rétribué), pour les ouvriers de l'imprimerie, les arbres abattus pour le papier, le libraire qui a charrié les caisses de livres pour les installer le plus judicieusement possible dans ses rayons.

isage109.
Abonné

Kaylee : moi je donne les livres qui ne m'ont pas vraiment plu à des Etablissements Médicaux Sociaux (pour personnes âgées) ou à Emmaüs (j'en achète aussi là-bas et il n'y a pas que des vieilleries wink). De toute façon, est-ce que je vais vraiment relire les deux trilogies de Katherine Pancol, toute l'oeuvre de Ana Gavalda, d'Alexandre Jardin ? Je sais que non mais bon c'est "sentimental" et je ne serais pas à l'aise de n'avoir aucun livre dans mon bureau même si ce n'est pas de la grande littérature.

Tu devrais lire "Le liseur du 6h27" de Jean-Paul Didierlaurent. Je viens juste de le commencer ! Comme je suis encore en vacances, je lis 4 livres en même temps+des magazines  !

Les magazines, je les épluche et je garde que les articles qui m'intéressent que je classe, J'ai dû être archiviste dans une autre vie surprise

 

Pour la nourriture, j'en avais déjà parlé dans un autre fil : j'ai aussi beaucoup de peine. Récemment j'ai nettoyé à fond mon frigo (+mes portes de placards de cuisine+plans de travail+poubelle) donc je n'ai plus envie d'y laisser des trucs qui vont inmanquablement pourrir, même des Tupperware de restes blush

D'ailleurs mon Homme rouspète quand ça pue ! Et on fait la chasse aux petites mites, même si on fait souvent le tri des trucs périmés crying

Congélateur, c'est pareil ! Même si je ne l'ai pas nettoyé, j'ai la flemme de faire des étiquettes alors au bout d'un moment je ne sais plus ce qu'il y a dans les bacs.

Avant LC je me donnais bonne conscience en achetant des légumes surgelés - pas vraiment à mon goût - mais bon....je finissais par jeter tout le paquet, ça prenait de la place.

Même les birchermüsli je n'arrive plus à les finir ! Même les portions de Boursin sont trop grosses ! Même une part de mi-mollette finit par sécher, etc. etc.

Tout de même, les industriels pourraient penser à faire des PETITES portions, il n'y a pas que des familles en France ou bien ?????

Bon fini de râler, je vais aller mettre mes framboises au congèl hihihi

bisous

 

Kaylee
Marraine

Il y a une chose que je peux jeter sans aucun problème : lorsque j'ouvre une bouteille de vin pour en boire juste un verre, une fois mon verre bu, mon vin délicieux dégusté et apprécié (Gewürtztraminer Vendanges Tardives, mon péché mignon), le reste de la bouteille file illico dans l'évier.

Même chose lorsque j'ai envie d'une bière : 3 gorgées et le reste est pour l'évier.

celine-ld.
Abonné

Ouhlala ... ça me fait trop de bien de lire vos messages.

Ma vie est encombrée de tout : les livres, les vêtements, la nourriture, les fournitures pour la couture, le tricot ... et, bien sûr, la nourriture.

Il y a des périodes ou je jette (sauf les livres, je donne : Kaylee, je comprends trop bien ce que tu veux dire :) ) et des périodes où je me replie sur tout ça.

J'ai pris quelques idées dans vos posts et l'idée de vider et nettoyer le frigo avant de faire les courses me séduit bien. Un petit passage régulier dans le congél ne serait pas du luxe non plus.

gacy.
Abonné

Intéressant ce forum ! Moi aussi, culturellement, j'ai du mal à jeter la nourriture. Je transige : je congèle les restes et je les ressors quand je n'ai plus d'idée pour mon prochain repas.

Par contre, depuis le jour où j'ai quitté mon mari avec mes deux enfants, ma voiture et une trousse de toilette, j'ai découvert qu'on pouvait vivre, voire re-vivre, en abandonnant derrière soi les objets qui ont accompagné nos vies.

J'ai déménagé quatre fois depuis, et, chaque fois, j'ai laissé quelque chose en me posant la question : tu en as vraiment besoin ?

J'ai emmenagé en avril dans la maison de ma mère dont j'ai hérité après le décès de mon père. Il y reste dans un grenier des tas de choses conservées religieusement par ma soeur qui a beaucoup de mal à virer des objets qui sont surtout des souvenirs liés à notre mère. Dans mes futurs projets, il y a le tri de toutes ces choses, qui ne sont que des objets, et pas les gens à qui ils ont appartenus. Je ne conserverai que les objets que je trouve beaux.

Perso, j'ai voulu que cette maison devienne la mienne, mon univers à moi, et pas un mausolée !

Et comme j'adore changer de décor, je vends ou je donne. Le bon coin, le site donnons où il y a toujours quelqu'un intéressé ou Emmaüs.

Le jour où je serai capable d'abandonner ainsi mes habitudes en matière d'alimentation sera un jour de grande victoire !

Haut de page 
X