intellectuellement j'ai tout compris mais... - 07072014

FRED73
Marraine
C'est clair,j'ai compris tous les principes de linecoaching. Je suis capable de bien expliquer les choses,pourrais faire réussir quelqu'un j'en suis sûre mais c'est encore ma tête encore du contrôle... Je ne parviens pas,ou si fugacement à. Ressentir vraiment les choses dans mon corps. Je fais de la résistance encore. Pour mes 2 premières grossesses j'étais centrée sur mon ventre,sur mon bébé et donc sur mon corps,là plus comme avant. Je ne sais pas pourquoi... Ça me fais peur sans doute,je me protège mais de quoi ? J'ai encore peur de mes émotions,de réagir trop vivement sans doute. Toujours cette peur que si je m'écoute je ferai n'importe quoi. Pas confiance en moi avec toujours ces "il faut","c'est pas bien", ces pensées automatiques,ces jugements qui me bouffentvla vie. J'en veux toujours à mes parents de m'avoir légué ce fardeau... J'ai encore du mal à accepter,à lâcher prise. Intellectuellement je comprends tout ça, je sais ce qu'il faut faire reste à l'intégrer vraiment au plus profond de mon être, l'intégrer vraiment dans tout mon corps. Pas seulement le savoir mais le ressentir vraiment,le vivre pleinement. Reste encore du chemin...

Commentaires

izabelle
Animatrice forum

oui pour l'instant c'est comme si tu t'arc-boutais contre le retour de toutes ces émotions dans ton "système"

peur qu'elles t'envahissent et qu'elles te bouffent

la maitrise est plus rassurante, plus confortable

l'intellect aussi, en ce sens

lui il cherche à maitriser, par la compréhension

mais dans ses tentatives de controle, il ne fait qu'amplifier le problème, l'importance que tu portes à toutes ces pensées automatiques et jugement

 

je te comprends parfaitement car j'étais comme toi, avec l'intellect en roue libre, très barricadée contre mes émotions depuis qu'on m'a appris enfant, que ça ne se "faisait" pas d'être comme moi et de tant réagir aux choses, pour un "rien"

 

je vais te dire ce qui m'a le plus aidé pour sortir de ce controle intellectuel sur-puissant

tout d'abord pourquoi il est là : il cherche simplement à me protéger

je ne suis pas d'accord avec tout ce livre qui disent que le mental c'est mal, à anénantir, tout ça

non le mental c'est normal, le controle mental c'est normal,c'est un fonctionnement qui protège énormément (et c'est pourquoi on s'y accroche)

 

mais....

à chaque fois que je pars en mode  "petit vélo"   (pensées, controle), j'en prends conscience, ok c'est normal, mais je choisis de centrer mon attention sur mon corps, sur les sensations de mon corps

y'a souvent des douleurs dans mon corps, ce n'est pas le plus confortable de quitter la facilité de la pensée et de mettre son attention sur mon corps et ses tensions multiples

tiens là je le fais actuellement et bing  j'ai des douleurs entre les omplates, dans la poitrine, j'ai mal aussi à la nuque

bon mais peu importe

le fait de reporter systématiquement le plus souvent possible mon attention sur mon corps est vraiment très très utile  pour accorder de moins en moins d'attention à toutes ces pensées qui ne sont que des pensées

 

pas facile dans la mesure où justement on fuit notre corps, siège d'émotions

j'ai compris que si je me réfugiais si facilement dans la pensée, c'est que mon corps hypersensible réagissait tellement qu'il était en permanence soumis à des vagues

et pour mon esprit si calme et rationnel, c'était perturbant

dans une visualisation thérapeutique en état modifié de conscience, où j'étais remontée jusqu'au stade avant ma naissance, j'ai compris que cela s'était mis en place très tôt,  que même dans le ventre de ma mère, j'étais soumise à des flots émotionnels très changeants et que c'était dur à vivre pour moi  (ma mère a des émotions très fortes, peu conscientes et très changeantes)

bref

j'ai compris que ce n'était pas évident de quitter le confort d'un intellect qui maitrise   pour "vivre"  des flots émotionnels tout à fait menaçants

mais......

en y allant,    à petites doses, c'est à dire en remettant systématiquement la conscience au niveau du corps, la peur "cède" en ce sens qu'il n'y a en fait rien à craindre de toutes ces émotions

 

aujourd'hui je m'aperçois qu'elles enrichissent ma vie car elles ne sont pas "débiles"  mais d'une sagesse profonde

la colère m'aide à mettre des limites

la tristesse m'aide à accepter ce qui ne peut être changé

la honte m'aide à me diriger selon mes valeurs

le stress m'aide à me savoir qu'il faut se préparer à l'action  (il faut savoir que je stresse AVANT que les problèmes arrivent, c'est même chez moi une sorte de prémonition)

 

donc face à la peur de l'émotion, une seule solution, y aller....

à petites doses....

et constater que ce qui nous semblait incontrolable et monstrueux n'est en fait que quelque chose de merveilleux qui nous aide dans notre vie

FRED73
Marraine
Quand j'étais petite il fallait être discrète, ne pas montrer l'attention sur moi. Mon père était médecin dans un petit village et pour ma mère qui venait d'un milieu très modeste c'était difficile à assumer d'être devenu la femme du médecin du village. Il ne fallait donc pas qu'on se prennent pour des riches pour ne pas que les autres nous envient. Il ne fallait donc pas que je raconte nos voyages à l'étranger,je devais donc montrer l'image d'une fille qui n'a rien d'intéressant à raconter parce que ça risquerait de faire penser aux autres que je suis une pimbeche qui se vante. Devenir donc une autre, pas la fille du médecin qui voyage et aime partager ses découvertes,et être une fille fade qui n'a rien à dire. Il ne fallait pas non plus se faire remarquer parce qu'une enfant qui fait trop de bruit n'est pas bien élevée. J'avais l'impression de n n'être jamais comme il faut,pas aimable en enfant curieuse et pétillante de vie. Ne pas embêter mes parents, ni les autres voilà ce que je devais faire. Mes parents ne savent pas gérer les émotions, les débordements ça les paniquent totalement et ils ne réagissent pas de façon adéquate alors ça prend de trop grandes proportions avec la culpabilité qui en découle. Détricoter tout cela n'est pas simple mais pas impossible. J'essaie d'être moi même mais ne pas contrôler mon image est encore difficile. Merci pour ton aide Iza.
-Céline-.
Abonné

Merci Izabelle de partager toutes tes réflexions. Tu me fais drôlement avancer, c'est assez incroyable comme on se retrouve dans tes écrits ... enfin, j'écris "on" ... moi en tout cas ..

Sache que je garde tes mots comme un trésor dans ma caverne. Pour l'instant, je les garde "pour moi", je me donne le temps de les explorer, de les observer, de m'en imprégnier.

j'ai compris que ce n'était pas évident de quitter le confort d'un intellect qui maitrise   pour "vivre"  des flots émotionnels tout à fait menaçants

mais......

en y allant,    à petites doses, c'est à dire en remettant systématiquement la conscience au niveau du corps, la peur "cède" en ce sens qu'il n'y a en fait rien à craindre de toutes ces émotions

 

aujourd'hui je m'aperçois qu'elles enrichissent ma vie car elles ne sont pas "débiles"  mais d'une sagesse profonde

la colère m'aide à mettre des limites

la tristesse m'aide à accepter ce qui ne peut être changé

la honte m'aide à me diriger selon mes valeurs

le stress m'aide à me savoir qu'il faut se préparer à l'action  (il faut savoir que je stresse AVANT que les problèmes arrivent, c'est même chez moi une sorte de prémonition)

ça me donne une piste, un chemin vers où me diriger ....

Je suis hypersensible moi aussi. Il n'y a que depuis peu que je me rends compte que c'est plus une force qu'un handicap. Mais je ne savais pas trop quoi en faire finalement ... Et puis ce corps hypersensible avec cet esprit hyper rationnel, "scientifique", j'ai toujours ressenti une contradiction en moi, tu viens de m'aider à la pointer du doigt ....

Merci !

Céline

FRED73
Marraine
Je sais moi aussi que les émotions sont un signal d'alarme qu'il est important de prendre en compte mais j'ai toujours peur du débordement. De ne pas savoir gérer, d'être embarquée, noyée sous le flot d'emotions trop intenses. Alors je me retiens,me contrôle et quand effectivement c'est vraiment trop j'ouvre les vannes et là je suis submergée. Alors que faire ? Ne pas lutter et réagir tout de suite ? Les émotions sont aussi une protection contre l'envahissement.
Soleluna.
Ancien abonné

Coucou Fred, dans l'intellect tout va bien, t'as tout compris à la théorie. Mais dans la pratique ça bloque, si j'ai bien compris.

question : t'en es où de la pratique justement ? Tu pratiques par petites ou grandes touches ? Ou ta pratique c'est de lire et d'assimiler intellectuellement les choses? Réponds moi et je reviendrai vers toi, avec ce que j'ai derrière la tête ;)

des bises en attendant

FRED73
Marraine
Tu as raison,je ne fais plus que lire et assimiler intellectuellement les choses! Je n'arrive même plus à faire de la RPC ! Je bloque et prend trop de poids pour mon état. J'avais pris moins à ce stade pendant mes 2 premières grossesses. Je vais faire une prise de sang ce matin et boire du sucre pur pour savoir si j'ai du diabète gestationnel et si j'en ai je devrai faire attention à ce que je mange et là ce sera parti pour la restriction ce qui ne m'enchante vraiment pas ! Je vous tiens au courant.
Patience
Marraine

Bonjour Fred,

Je rejoins Izabelle sur le fait de pratiquer, toujours, par petites touches puis par grandes !

Lorsque tu parles de ta peur de ne pas savoir gérer, d'être noyée sous trop d'intensité, cela me parle car j'avais la même appréhension pour certaines émotions.
Ce qui m'aide, moi, c'est de les imaginer.

Par exemple, la peur. Avant je mangeais automatiquement (ça arrive encore de temps en temps, cela dit !).
Maintenant je reviens à mon corps (comme te le suggérais Izabelle) : je me concentre sur les endroits où se pose cette peur.
Et je l'imagine. Ma peur à moi c'est une petite vieille avec son petit sac collé contre sa poitrine, qui a la tête baissée et qui regarde en haut, les yeux terrorisés.
J'imagine qu'elle s'asseoie dans un fauteuil situé dans ma poitrine. Elle est là, toute contractée, toute recourbée et tendue.
Et puis je garde cette image en l'important dans mon environnement : les bruits autour de moi, les gens, mes autres sensations...
Je prends alors conscience que la peur est là, mais qu'il n'y a pas qu'elle. Et ça m'aide à ne pas me sentir submergée.
Et j'agis ensuite en pensant qu'elle m'accompagne, qu'elle est assise là en moi, mais qu'il n'y a pas qu'elle.

L'autre jour, j'ai ainsi réussi à marcher sur deux ponts de singe (pas un, mais deux !) à quelques bons mètres de hauteur. Et je peux t'assurer que c'était un exploit pour moi qui ait le vertige !

Bref, mes propos peuvent sembler un peu bizarres ! Mais imaginer mes émotions, leur donner un nom, un visage, un accessoire, une allure, m'aide à leur donner corps, à leur donner vie... et donc à les laisser vivre en moi, sans pour autant me sentir envahie.

J'espère que cette piste pourra t'aider. J'espère aussi que tu n'as pas de diabète gestationnel et que ta grossesse se déroule bien.

Plein de courage à toi et au plaisir de te lire

mavo.
Marraine

Je lis l'échange avec un grand intérêt car je partage beaucoup ce sentiment de "tête qui a tout compris" mais "corps qui ne débloque pas".

Ce qui reste très compliqué pour moi, c'est déjà de ressentir quelque chose, de repérer les émotions : elles sont tellement sous contrôle, bichette, qu'elles passent le plus souvent en sous-marin.

Pour cela, PC, PC, PC, pas d'autre recette : plus souvent j'artrive à me poser et à prendre qq minutes de connexion, plus souvent j'ai des moments de réalisation, impromptus, où je me dis "tiens, là, il se passe qq chose, y'a un truc qui ne passe pas...".

Je n'arrive pas encore à pleurer, mais ça viendra ! smiley

FRED73
Marraine
Moi je pleure très facilement, moins maintenant mais quand même les larmes me montent vite yeux. Et justement, je suis capable de me mettre dans un état incroyable dans lequel je vois tout en noir et ne vois plus de solutions. Dans ces moments là il est vrai que le fait de se connecter à son corps permet de revenir dans la réalité, au moment présent où les choses ne sont pas si dramatiques ! Mais j'ai peur de me retrouver dans cet état parce que ce n'est pas confortable du tout ! En tout cas merci pour vos commentaires les filles,ça fait avancer. Je n'aime pas non plus me mettre en colère parce qu'après je culpabilise de m'être emportée.
izabelle
Animatrice forum

oui c'est vraiment important Fred que tu t'affranchisses desormais de cette injonction parentale de ne pas "trop" exprimerm pas trop ressentir et garder en toi tout ceci

tu as le droit d'etre en colere si qq'un te porte prejudice     tu as le droit d etre enthousiaste et d'aimer partager les merveilles de la vie

peut etre en ce moment c'est encore plus dur de te relier a ton corps  car tu portes la vie et c'est ainsi le siege de bcp d'emotions tres fortes

la pensee semble comme un refuge bien confortable et je te comprends

mais pour avoir vecu exactement la meme chose et maintenant   ayant vraiment de - en - peur de ressentir,   c'est comme si tu pensais sauter dans un lac sans fond et en fait  quand tu as saute   tu t'apercois que tu as tout a fait pied  ....

les emtions nous impressionnent car on en a perdu l'habitude   mais pour peu qu'on les autorise a revenir   on s'apercoit  que ce n'est au final pas mechant du tout

 

tu sais ce qui m'a aidee au debut c'est simplement m'autoriser a ressentir pleinement le gout   car rien que cela deja je m'en empechais

et le faisant je me disais   ah ouais finalement  je ne risque vraiment rien a ressentir le gout.....   et j'ai le droit

 

cherche au debut de toutes petites choses comme ca

izabelle
Animatrice forum

oui c'est vraiment important Fred que tu t'affranchisses desormais de cette injonction parentale de ne pas "trop" exprimerm pas trop ressentir et garder en toi tout ceci

tu as le droit d'etre en colere si qq'un te porte prejudice     tu as le droit d etre enthousiaste et d'aimer partager les merveilles de la vie

peut etre en ce moment c'est encore plus dur de te relier a ton corps  car tu portes la vie et c'est ainsi le siege de bcp d'emotions tres fortes

la pensee semble comme un refuge bien confortable et je te comprends

mais pour avoir vecu exactement la meme chose et maintenant   ayant vraiment de - en - peur de ressentir,   c'est comme si tu pensais sauter dans un lac sans fond et en fait  quand tu as saute   tu t'apercois que tu as tout a fait pied  ....

les emtions nous impressionnent car on en a perdu l'habitude   mais pour peu qu'on les autorise a revenir   on s'apercoit  que ce n'est au final pas mechant du tout

 

tu sais ce qui m'a aidee au debut c'est simplement m'autoriser a ressentir pleinement le gout   car rien que cela deja je m'en empechais

et le faisant je me disais   ah ouais finalement  je ne risque vraiment rien a ressentir le gout.....   et j'ai le droit

 

cherche au debut de toutes petites choses comme ca

FRED73
Marraine
Ça fait du bien de s'autoriser à ressentir et à exprimer les choses. D'ailleurs,il y a environ 3 semaines, mon père était à la maison et à un moment j'étais énervée après mon mari qui ne trouvait plus les lunettes de mon fils que je venais de lui donner ! Mon mari ne l'a pas du tout mal pris mais mon père m'a demandé de me calmer en me disant que je lui cassait les oreilles ! Ce qui m'a bien sûr encore plus énervée mais plus contre mon mari ! A 41 ans entendre cela de son père me mets hors de moi ! Je lui ai dit mais 3 semaines après quand j'y repense ça m'énerve encore de penser qu'il me prend encore pour une petite fille et qu'il m'empêche d'exprimer ma colère. Autre chose aussi,avec ma mère j'ai toujours peur de m'énerver parce que je m'en empêche et culpabilise quand ça arrive ce qui fait que je ne dis rien,j'accumule et quand ça sort je suis vraiment très énervée. Je pense donc qu'il ne faut pas que je me retienne de lui dire les choses sur le moment, ce sera sans doute moins fort.
Soleluna.
Ancien abonné

Alors une question (encore :)) : et si tu exprimais ce que tu ressens, il se passerait quoi ? Ta mère se briserait en mille morceaux, y'aurait une invasion de sauterelles ? :) A mon avis rien de bien terrible ou de catastrophique. Mais toi, ça te ferait le plus grand bien, t'arrêterais de ruminer le truc qui n'a pas réussi à franchir tes lèvres.

Comment tu veux que tes parents te prennent pour une adulte, si toi-même tu ne te prends pas pour une adulte? Je veux dire, tu n'oses pas poser ta parole à toi (et ça peut se faire dans le respect), ta parole d'adulte, comme si tu étais encore l'enfant devant l'injonction de ses parents. Du coup, normal qu'ils te traitent encore comme une gamine. :)

(oui, ils pourraient te respecter, respecter que chez toi, c'est toi la patronne de maison et que ton père n'a qu'à se taire dans ton foyer. Mais certaines personnes sont comme ça, elles aiment les rapports de pouvoir et de soumission... je vois ma propre mère avec ma soeur. Ma frangine est mon ainée de beaucoup, et pourtant ma mère l'écrase totalement et lui dicte quelle attitude avoir sous son propre toit, avec mari et enfants!! Elle n'a jamais eu ce comportement avec moi, elle ne peut pas se le permettre, je lui ai coupé direct l'herbe sous le pied. Elle est différente avec moi, parce que moi je me positionne autrement. Et quand elle tente, elle fait choux blanc. Je la remets à sa place et moi à la mienne).

Change toi et tu verras, ils changeront eux. Et s'ils ne changent pas, toi tu seras différente alors la situation le sera aussi :)

Pour le point de départ de cette discussion, oui je crois qu'aborder les choses intellectuellement c'est bien, parce que c'est une des sources de la conscience. Mais pour que ca passe de la compréhension à l'intégration, pour l'in-corpo-rer, ben y'a que la pratique. Et point besoin de grands objectifs, on sait ou le perfectionnisme nous mène.... Ce que proposent les filles, c'est de la pratique d'ailleurs.

Après, t'as un petit bout de chou dans le bidon, tu peux ptêtre pas tout faire non plus :)

des bises et tiens nous au courant

FRED73
Marraine
Mais je dis les choses ! Seulement le problème c'est que j'attends trop et ça part soit en crise de larmes soit en cris. Je leur ai déjà dit tout ce que j'avais à leur dire, il y a eu de nombreux clashs. Je voulais les faire changer, je voulais que ma mère reconnaisse ses torts. Peine perdue ! Alors je me suis fait une raison mais je crois que ça me fait toujours souffrir surtout depuis que j'ai des enfants et que je suis une mère comme j'aurais aimé qu'elle soit parce que c'est possible même quand on n'a pas connu ça enfant mais il faut en avoir conscience et en avoir envie. Bref,ça peut vraiment partir en vrille,j'en ai déjà fait l'expérience plusieurs fois. Et puis ça ne sert pas à grand chose. Je crois vraiment qu'il est important de dire les choses calmement mais pour ça il ne faut pas être à cran. Le problème c'est que je suis sur la défensive avec elle, je pars avec l'idée que ça va mal se passer qu'il va falloir que je me contrôle pour ne pas lui crier toute la colère que j'ai accumulé au visage ! Alors je prends sur moi et à un moment les digues lâchent et c'est le déferlement et là on s'envoie des trucs horribles à la figure. Et ça fait avancer les choses, enfin je crois... C'est vrai qu'avant quand mon père me faisait des réflexions, dont beaucoup sur ce que je ne devais pas manger,je ne disais rien mais étais très mal. Soit je garde pour moi,soit ça éclate. Je crois qu'il faudrait trouver autre chose: dire calmement les choses sur le moment à chaque fois. Je vais essayer. En fait, si je ne le fais pas c'est parce que je me dis que ça va s'arranger,je lui laisse une chance puis trop c'est trop je ne supporte plus et j'explose.
FRED73
Marraine
En fait, en réfléchissant si je suis sur la défensive c'est parce que je n'arrivais pas à dire non. Dire non à ma mère est très difficile: elle insiste et utilise la culpabilisation. J'ai longtemps marché dans son jeu mais ça va mieux. Donc lui dire non, lui dire qu'on n'est pas ďaccord sans s'énerver est un exercice pas évident! J'ai donc souvent peur que les gens veuillent me faire faire des choses que je n'ai pas envie de faire, je suis alors sur la défensive et refuse maintenant beaucoup de choses de peur de me faire bouffer... Pas facile de trouver ľequilibre !
mavo.
Marraine

En même temps, la grossesses, c'est vraiment un moment très particulier sur le plan émotionnel, tu ne peux sans doute pas tout gérer de front !

Peut-être que tu peux en faire un moment privilégié de connexion avec ton corps ? C'est une parenthèse pendant laquelle je ressentais souvent les choses de façon plus forte, et où j'avais plus facilement envie de me poser et de "m'écouter".

Des massages pour t'aider, peut-être ? J'ai aussi entendu récemment parler du chant prénatal, et j'ai regretté de n'avoir pas connu ça avant mes grossesses : peut-être un bon moyen pour se reconnecter ?

Prends soin de toi !

FRED73
Marraine
Merci Mavo. C'est vrai que lors de mes 2 précédentes grossesses grâce à ľhaptomonie que je pratiquais, je me sentais plus en contact avec mon corps. Cette fois je n'en ai pas fait,trop compliqué avec 2 enfants qu'il faut faire garder parce que cela se fait avec le papa. J'avais adoré et là c'est vrai que je pensais pouvoir le mettre en pratique mais sans rendez-vous avec une sage-femme pour le faire,ça passe à ľas, comme pour la RPC,ďailleurs, si on ne se fixe pas une plage horaire pour le faire on ne le fait pas !
Soleluna.
Ancien abonné

Raaaaaaaaaaaa mais laisse tomber Fred,  j'avais rien compris moi !!! désolée ! j'avais pas compris que tu avais posé ta parole :(

Je leur ai déjà dit tout ce que j'avais à leur dire, il y a eu de nombreux clashs. Je voulais les faire changer, je voulais que ma mère reconnaisse ses torts. Peine perdue !

Je me reconnais là... j'ai dit plein de trucs aussi et me suis jurée mille fois qu'on m'y reprendrait pas, et à chaque fois, j'ai mal. Ca étonne mon mec qui ne comprend pas que ça puisse m'atteindre encore, parce que c'est à chaque fois la même chose. Me suis rendue compte que c'était parce que j'avais pas fait le deuil. J'espère encore des avancées, la faire évoluer, je croyais encore qu'on pouvait tisser une autre relation-mère fille.. Peut-être. Mais une relation ca se fait à 2 et la mienne est pas prête à bouger ses lignes.

Laisser tomber, ne plus espérer, prendre les choses comme elles viennent, c'est difficile je trouve, dans le rapport aux parents. C'est comme si j'enterrais la mienne, je la tuais, oui c'est un deuil, y'a quelque chose de thanatos là, je sais pas bien me l'expliquer. Depuis que je fais ça (très récent et c'est suite aux problèmes de cette année, ça m'a recentrée et fait le tri, malgré moi) ben elle est plus cool, ptêtre parce que je suis moins à cran et ça se passe mieux.

En tout cas, je rejoins Mavo : t'as un bébé dans le bidon !! On peut pas tout faire ! La priorité c'est toi !!

Mille fois oui pour des massages, mais par des pros vraiment ! En ayurvéda c'est un massage spécifique sinon rien ! Parce que c'est dangereux pour les mamans ! (une fois j'ai massé une copine avant qu'elle ne m'annonce qu'elle était enceinte, le stress pendant 15 jours ! Mais bébé s'est bien accroché)
ps : y'a des masseurs qui se déplacent à domicile

Violette28.
Abonné

[quote=Soleluna]

Je leur ai déjà dit tout ce que j'avais à leur dire, il y a eu de nombreux clashs. Je voulais les faire changer, je voulais que ma mère reconnaisse ses torts. Peine perdue !

[/quote]

Je viens partager ma petite expérience sur le sujet. D'ailleurs, ce n'est pas ma propre expérience, mais celle de ma mère. Ma mère et sa soeur ont une mère toxique. Cette dernière a eu une vie difficile, soit, mais il n'empêche qu'elle continue à être toxique pour ses enfants (même à 88 ans...).

Ma mère et ma tante ont toutes les deux tenté mille et une fois de faire reconnaître ses torts à ma grand-mère: peine perdue, elle est empêtrée dans son mode de fonctionnement.

Comme disait Soleluna, tu peux agir sur ton comportement à toi, et le regard que tu portes sur le problème pour que tu te sentes mieux, TOI, avec cette mère-là.

Ma mère, après un suivi psy pendant de longues années, a fini par accepter que sa mère ne changerait jamais, et ne perd plus son énergie en vain à vouloir la changer. Sa relation avec elle est apaisée. Ma grand-mère est toujours toxique, mais comme ma mère n'attend pas de retour (ni reconnaissance pour ses torts, ni empathie), ma mère est maintenant plus sereine: elle peut répondre à ses attaques plus sereinement et elle ne se sent plus détruite par ses réflexions.

Ma tante, elle, attend toujours que ma grand-mère reconnaisse toutes ses erreurs, est sur la défensive (à tel point que parfois, c'est elle qui lance le conflit sans même sans rendre compte), et leur relation est toujours conflictuelle (et ma tante a pas loin de 60 ans), et ma tante "refuse" de lâcher le morceau, elle veut que ma grand-mère fasse "pénitence". Et elle se bat à chaque fois qu'elle la voit, et elle en a des noeuds dans le ventre à chaque fois qu'elle doit y aller. Ma tante se met dans des états pas possibles, alors que ma grand-mère ne s'en rend même pas compte, tellement elle a l'habitude de fonctionner comme ça.

Alors, oui, tu as dit les choses. Tu peux continuer, pour tenter de te faire entendre. Le problème, ce n'est pas TOI. Tu pourras lui dire les choses de mille et une façons, ta mère n'a peut-etre pas cette capacité de changement. Et le jour où tu l'accepteras, ta mère sera toujours toxique, mais TOI, tu n'auras plus besoin qu'elle le reconnaisse.

J'ai lu le livre "Je t'aime je t'en veux" d'Isabelle Fillozat sur les relations parents-enfant. Je l'ai lu au départ dans l'objectif de pouvoir dire des choses à ma mère en trouvant les mots justes, pour régler mes comptes, en quelque sorte. Et après l'avoir lu, je n'en ai plus eu besoin, j'ai compris et accepté un certains nombre de choses, ça m'a fait beaucoup de bien.

Bon courage à toi!

Pascaline.
Abonné

Merci Violette 

izabelle
Animatrice forum

coucou Fred,

je t'avais posté une réponse, mais sur un ordi pourri à Rome,  et tout a sauté au dernier moment

comme c'était en Azerty et que je me prenais la tete sur cet ordi (pourri) je n'ai pas eu le courage de recommencer

je vais essayer de m'en souvenir maintenant mais bon c'est pas gagné

 

pour ta mère je pense en effet que tu dois lui dire au fur et à mesure et ne pas laisser les choses s'accumuler

tu peux faire qq phrases types à ressortir en cas de besoin du type

"j'ai le droit de me mettre en colère"

ou encore  "je mène MA vie selon mes valeurs"

bref, je ne sais pas, mais des messages affirmatifs qui te feront surtout du bien à toi

 

pour ne plus avoir "besoin" de leur approbation, de leur plaire

les parents ont du mal à reconnaitre leur enfant pour ce qu'il est  et vice-versa  et j'ai l'impression que c'est lorsque l'on s'affranchit de leur approbation  et que l'on mène sa vie  qu'ils finissent par nous comprendre

ils taisent leur fierté et ça ressort parfois par les côtés

au final il y a beaucoup de "peurs" dans cette façon d'éduquer que tu évoques, celle de tes parents

beaucoup de peurs

et toi cela te bloque

mais tu es en effet une adulte qui vole de ses propres ailes,  sois fière d'être qui tu es, simplement, d'exprimer de plus en plus tes valeurs

pour tes parents tu n'es peut-être encore que "leur" enfant, et ça ça génère de la peur

mais si tu continues à vivre pleinement ta vie, peu à peu  ils verront la personne en toi,   qui tu es réellement, en tant que personne  (et là tu te sentiras reconnue)

mais il est possible qu'il te fasse faire le deuil de cette reconnaissance pour l'instant

 

 

c'est bien plus confus que l'autre jour, mais bon....

FRED73
Marraine
Merci Iza ! Cela faisait un petit moment que je n'étais pas revenue sur ce fil. Ma mère est venue chez nous un jour et demi.ça c'est bien passé. Bien sûr, elle a vraiment tendance à m 'enerver quand elle parle sans arrêt et attend une réponse même quand je suis sous la douche ou en train de parler avec mon mari. En fait, il faut être à sa disposition tout le temps! Si elle a besoin de quelque chose, il faut tout arrêter pour s'occuper ď elle. Je ne la changerai pas mais je lui fais comprendre que je suis occupée, je ne lui répond pas tout de suite. Je ne lui dis pas qu'elle me saoule mais lui fait comprendre que j'ai aussi des choses à faire ! Avant, je voulais expliquer les choses maintenant je me dis qu'en agissant les gens comprennent tout aussi bien.
izabelle
Animatrice forum

tu as bien raison!

X