la colère - 03042013

Noelle
Marraine

Bonsoir

 

je sais que le thème a deja ete largement traité, mais qui aurait des pistes pour gérer sa colère???

 

GRRRRR....

merci!

Commentaires

dabul.
Abonné

Perso je lis "méditer jour après jour" de C André, d'après le conseil de plusieurs forumeuse.... Si j'ai bien compris il ne faut pas "gérer" sa colère, déjà essayer de comprendre ce qui la provoque, ne pas agir sous son influence,  ensuite voir les choses sur lesquelles tu n'as pas de prise dans la situation et les accepter (c'est vite écrit mais moins vite fait il y a un outil là dessus en fin de programme), si tu peux changer quelque chose décider de ce que tu veux faire (ce qui peur être bloqué par d'autres émotions, genre peur du rejet etc).

Je vais te citer un passage du livre "Nos émotions, même désagréables ne sont pas les "mauvaises herbes" de notre esprit. Elles font partie de notre écologie psychique. Commencer à les accepter n'est possible et viable que si, par ailleurs, nous sommes conscient d'elles et de leurs mécanismes d'influence, puissants ou subtil. Les émotions tendent naturellement à s'imposer à nous; c'est sur leur influence que nous devons agir, pas sur leur présence".

Donc si tu peux, observe ta colère, vois comment elle évolue. Vers quoi te pousse t'elle? Pourquoi? Ce qu'elle te conseille de faire est il bon?

izabelle
Animatrice forum

merci Dabul j'adore ce passage

oui, j'ai lu souvent G. Apfeldorfer dire ici ou dans les tchats que la colère dure un certain temps, et qu'il faut patienter le temps qu'elle dure, il comparait ça à la cuisson de pommes de terre, qui prend aussi un certain temps, c'est comme ça, la colère aussi, elle est là, elle fait son temps, elle s'en va

pour ma part, cependant, quand je suis en colère et que cela ne  "s'en va pas", genre je suis toute la journée en colère....  je sais tout de suite qu'il y a quelque chose, un ressenti non accepté, qui se cache derrière

c'est à dire que par exemple l'action d'une personne nous met en colère parce qu'elle réveille en nous un ressenti avec lequel nous avons particulièrement du mal, par exemple un sentiment d'infériorité ou d'incompétence, le sentiment de ne pas être reconnu ou valorisé, etc, etc.

dans ces cas là, le mieux est de pouvoir débusquer ce ressenti et pratiquer quelques techniques de défusion.... une fois que ce ressenti est accepté, qu'il a sa place,  la colère a disparu en général

enfin pour moi c'est très souvent le cas, car je n'ai pas trop d'occasions de colère pure et dure....

Noelle
Marraine

Merci a vous deux, déjà écrire que j'étais en colère m'a fait du bien et c'est  une première prise de distance, merci d'avoir lu et répondu

capuccino
Marraine

Coucou Noelle,

Pour avoir été confrontée à ma colère, si terrible qu'elle me faisait peur, je peux te conseiller le livre de Tich Nath Han sur la colère justement.

Grace à ce bouquin et à des heures de Pleine conscience, j'ai compris à quelle moment ma colère n'avait plus de prise sur moi. 

Bonne lecture

Noelle
Marraine

Merci Capuccino  (et , au passage, c'est agréable de te lire!)

lorraine
Marraine

 

Noëlle, suite à ta question

 

Quand je me sens en colère qui se manifeste ou par des envies de hurler, de pleurer, ou des tensions corporelles, après avoir bien pris conscience de ses états, je me questionne sur les raisons (pose entre moi et moi genre de rpc).

Je me rends compte que parfois je pense colère et qu'en creusant je découvre sentiment d'humiliaion, rejet, honte,; la colère peut être la face visible d'autres blessures.

 

Dans la majorité des cas je n'explose pas, j'accueille cette colère, l'accepte et laisse passer le temps pour laisser tomber la pression.

Je ne veux pas rentrer dans le lard des personnes et les accuser de mille maux; et les blesser dans leur dignité. (les mots qui dépassent les pensées). Ca fait souffrir les Autres et  ca me fait souffrir.

 

Quand je suis bien calmée de ma colère acceptée, que tout est digéré et "travaillé", j'en parle (desfois des mois après) à la personne qui a adopté le comportement qui m'a mis en colère. Je parle de mes émotions/réflexion en terme de "JE ressens" JE pense . Et, ce d'autant plus si la relation avec la personne m'importe et que j'ai de l'estitme/amour/amitié pour elle.

 

Desfois je préfère choisir l'indifférence, surtout pour des personnes qui ne communquent que sur un mode agressif et défensif et que je ne connais pas outre mesure..

 

Pendant très longtemps c'est surtout envers moi que je ressentais la colère. Les Autres je les excusais de tout. Ce qui est intéressant c'est que maintenant, j'arrive à être en colère/irritée/agacée par  le comportement d'autrui. J'ai plus de compassion envers moi même

 

Et, oui, aussi , le livre de TNH , il m'aide à réfléchir sur cet aspect de la colère envers Soi ou/et les Autres.

Et je viens de finir le livre, magnifique, de Jan Chozen Bays "Manger en pleine conscience"

 Dans ses derniers chapitres, elle évoque -entre mille autres choses- le critique intérieur et écrit . Je cite : "Le critique intérieur se nourrit d'une énergie d'aversion , de colère. On qualifie la colère et sa cousine moins intense, l'irritation, d'émotions allffligeantes parce qu'elles causent de la souffrance,  nous et à notre entourage" . Pour la colère et l'irritation elle conseille la pratique de rpc (ou méditation) sur l'amour bienveillant.

Bon travail winksmiley A bientôt

Noelle
Marraine

Merci Lorraine, en effet, je resssens de la colère a la fois à l'egard  de personnes et  de situations et a mon egard, avec une furieuse envie de partir, de fuir, ce que j'ai quand même réussi a eviter

Je ne me suis pas encore plongee dans le bouquin de TNH, j'ai pratique un peu plus  de rpc et j'ai cherché a defusionner de " je n y arriverai jamais" la cousine de "je suis nulle"

Merci pour ton conseil de parler avec calme de la situation, j'attends en effet  un  moment propice

 

Bon dimanche

Lavienrose.
Abonné

j'ai besoin d'aide aussi.

Enfant, la colère m'a sauvée et pourtant j'en ai pris des coups (sens propre et figuré) dans mes moments de colère.

adultes je suis devenue rebelle et la catastrophe, ma situation perso et pro est devenue douloureuse.

j'ai eu des problemes de santé, qui m'ont poussé à faire une thérapie, je dis merci à mon corps, il m'a sauvé.La thérapie  a epousseté les vieilleries....J'ai compris que ma colère n'était pas saine...

Du coup j'évite les confrontations, les conflits.....Mais merde ya des fois ou je ne suis pas d'accord et j'ai l'impression de me faire manipuler verbalement car je n'ai pas confiance en ma manière de parler( j'ai trop peur d'etre irrespectueuse, et ca j'en veux plus)

ya des fois ou je sens monter la moutarde et je ne n'arrive pas à identifier pourquoi et trop tard je me suis faite avoir.

j'ai fais un stage, récemment, sur les émotions de Isabelle Filliozat qui nous explique( et beaucoup d'autres choses que je décante) qu'il faut poser un cadre avant de communiquer avec qq'un

ex: une copine appelle et raconte sa vie, pas possible d'en placer une et on sent la colère monter, normal on subit.On doit dire en début de conversation j'ai 10mn à t'accorder est que cela te convient?

Je n'arrive pas à poser les cadres quand une situation est nouvelle pour moi.En écrivant je m'apercois que je me laisse porter par les évènements, que je ne m'affirme pas.

je vais donc faire une demande, rho que c'est bon et difficile

je voudrais apprendre à formuler avec des phrases JE. Aprrendre à dire mes sensations à formuler mes émotions et faire mes demandes

qui veut bien m'apprendre ? qui veut essayer?

izabelle
Animatrice forum

c'est bien

moi j'en ai une de copines, aussi, comme ça

avant j'en avais pour deux heures à chaque fois....   du coup rien que quand elle appellait je disais  "oh non"

maintenant quand j'en ai marre, je dis tout simplement  "bon eh bien JE vais devoir te laisser, bisous bisous...."

et ça passe super bien en fait

il ne faut pas hésiter en effet à affirmer son JE,  cela permet d'éviter de ruminer, de faire monter la colère et ensuite de se montrer blessant ou agressif alors qu'on n'en a même pas envie à la base

Haut de page 
X