Aller au contenu principal
Accueil forum       Retour à liste des sujets

La RPC doit elle aider à identifier nos émotions?

Linecoaching au quotidien Pratiquer la Pleine Conscience au Quotidien
03 Mar 2014 à 08h

Je me pose des questions sur ce qui se passe, doit se passer pendant la RPC. Est-ce juste être à l'instant présent ou bien sert-elle aussi à identifier nos émotions? 

Mon soucis est que je n'identifie pas ces émotions: je ne sais pas si je suis en colère, jalouse, si je culpabilise etc. Je sens bien ces émotions notamment par des ressentis physiques mais je ne sais pas ce qu'elles sont. 

Est-ce le rôle de la RPC de nous aider à les identifier?

Que se passe-t-il pendant la RPC?

En fait pour être plus claire voilà un "extrait" d'une séance de RPC (ne vous moquez pas hein lol):

-J'observe l'air qui entre et sort de mes narines.

-Tiens c'est quoi ce bruit? C'est une de mes filles qui se lève. J'espère qu'elle va aller directement dans la cuisine et non pas devant la télé.

-Je ramène mon attention sur ma respiration.

-J'ai comme une boule au ventre. C'est quoi? De l'angoisse? En tout cas c'est pas bien gros.

-Je ramène mon attention sur ma respiration

-J'ai le repassage à faire. Vue la montagne, j'en ai pour un moment. Le mieux c'est de le faire en plusieurs fois mais bon c'est pas le moment d'organiser ça

-Je ramène mon attention sur ma respiration

-J'ai mal en haut du dos, encore. Je crois que ça fait plusieurs jours d'ailleurs que je suis tendue. Il faudrait que je prenne rendez-vous avec le médecin pour montrer les radios. Enfin bon on verra ça plus tard

-Je ramène mon attention sur ma respiration

Voilà à quoi ça ressemble. Ca doit être ainsi?

Ne devrais-je pas m'interroger sur les raisons de cette boule au ventre, de cette tension dans le dos. Ou alors m'interroger plus tard?

Voir le dernier message

11 commentaires

Depuis 5 mois de programme, je considérais la RPC comme l'occasion d'examiner mes pensées, de faire un "brainstorming" de tout ce qui me causait de l'émotion. 

Ce travail, même si ce n'était pas vraiment de la RPC, est positif car il m'a permis de vraiment mieux me connaitre et de repérer mes automatismes conduisant à des EME. 

Mais maintenant, depuis quelques jours et mon entretien avec un coach, j'ai l'impression d'avoir bien fait le tour de mes causes d'EME. Et curieusement, je commence seulement à accepter l'idée de la RPC telle que préconisée par la méthode : accueillir ses pensées, puis les repousser gentiment mais fermement. 

C'est peut-être aussi pour cela que j'avais du mal à en faire régulièrement : ça représentait donc un travail, plus qu'un moment de détente. Maintenant, je commence à l'envisager effectivement comme un moment pour faire baisser la pression, et en éprouver l'envie. Attention, je ne dis pas que je deviens adepte : il y a encore du boulot pour que j'en pratique régulièrement!! 

Le message que je veux faire passer : peut-être ne faut-il pas trop se mettre la pression quand on ne voit pas l'intérêt de faire une RPC, parce qu'au bout d'un certain temps de travail, quand on devient prêt, il va nous sauter aux yeux.

Merci surtout à vous toutes pour vos réponses qui me permettent d'avancer.

J'ai sorti une grande feuille sur laquelle j'ai l'intention de noter des sensations, des émotions, les raisons en reliant les différentes choses entre elles pour m'aider à y voir plus clair.

oui, c'est ça, laisser les sensations revenir...et puis, ça devient de plus en plus naturel,et du coup on finit par comprendre quelle émotion se cache derrière une sensation physique...ceci dit, comme je l'ai déjà dit sur un autre post, moi il m'a fallu un petit coup de pouce d'un psychologue...mais maintenant, je sais identifier mes émotions toute seule, moi qui croyais ne pas en avoir...

Bonjour,

Je me lance n'ayant pas l'habitude des forums.

Je trouve qu e Valia a très bien décrit ce qui se passe en nous. On ne peux pas rester sans penser , en tout cas moi je ne peux pas mais le fait de se centrer sur la respiration peut nous apporter beaucoup .De m^eme , identifier ces sensations, ces émotions peut suffire à les accepter et ne plus en avoir peur.

J'ai beaucoup trop tendance à vouloir analyser le pourquoi de ces émotions pour les modifier.

grignotte marmotte

eh bien oui ça finit par "venir"

super grignotte marmotte ta présence sur le forum, j'espère que tu reviendras souvent

c'est vrai que moi aussi c'est tout à fait comme ça pour moi aussi la RPC sauf que parfois je mets plus lontemps à me rendre compte que je me suis laissée embarquée dans mes pensées

pour vous rassurer,  quand j'ai commencé LC je n'identifiais pas la plupart de mes émotions

aujourd'hui je ressens l'infini complexité de mes ressentis, qui sont forts et très réactifs,  sans aucun effort, car simplement je n'ai plus de barrière, je n'ai plus peur de tout cela

et aussi, je n'ai plus d'EME,  la plupart du temps  (ça va ensemble finaleemnt),  sauf quand une nouvelle émotion vient s'inviter dans ma conscience 

bref tout ça pour dire c'st normal au début, mais ensutie ça vient....

il faut persévérer sur la RPC

Merci pour vos réponses qui sont à chaque fois enrichissantes!

Me reste alors à identifier ces émotions, la partie difficile quoi lol

Valia, Je crois que l'essentiel est surtout d'accepter les ressentis : accepter de se laisser traverser par eux, d'être plus ou moins chahutée par eux, de les sentir évoluer... Et donc de ne pas chercher à lutter contre eux ou à les fuir. Et réussir à mettre un nom sur les ressentis, c'est un peu la cerise sur le gâteau ! Mais si elle n'est pas là, ça n'empêche pas de déguster le gâteau quand même ! ;-) Au plaisir de te lire

Valia,

Oui, comme tu fais c'est bien.Tout à fait Ok avec Iza donc je ne rajoute rien.

Juste de mon expérience : quand des ressentis corporels ou/et émotionnels comme ceux que tu décris émergent =  je ne m'y accroche pas sur le moment, comme toi je reviens à la respiration.

Mais y reviens plus tard à un autre moment, hors rpc. Je "creuse" par la pensée ce qui était apparu et fais ce qui a lieu de faire : le rendez vous à prendre, telle fragilité psychologique sur laquelle travailler, tels liens avec telles émotions etc...

Je trouve que ces moments de rpc où "on ne fait rien" donne un regain d'énergie et de lucidité . C'est aussi pour cela que j'aime ces pauses d'ETRE

Valia, Tout pareil que lorraine et izabelle. Je voulais juste revenir sur ta description très vraie d'une séance de pleine conscience ! Je suis ébahie par les pensées qui peuvent traverser notre esprit : on n'arrête pas ! :-) Concernant les émotions, je m'attache beaucoup à prendre conscience des sensations physiques qu'elles procurent. C'est comme ça que j'ai réussi ensuite à poser des noms dessus. Maintenant je sais que quand je me sens nouée et bloquée, de la gorge au diaphragme, je suis en colère. Quand j'ai l'estomac noué, j'ai peur. Etc. Alors bonne expérimentation à toi et au plaisir de te lire !

Mais oui, bien sûr  Patience, ressentir l'expression physique de l'émotion ou de l'état d'esprit. OK à 1000% Merci de rappeler ce détail essentiel !

En plus, je trouve que c'est plus simple et aussi cela permet de ne pas solliciter le mental, celui qui souvent nous piège

Pour la fatigue, la tristesse, la colère ça marche super bien pour moi et au delà des séances formelles de rpc. Ca devient naturel et spontané , comme tu le dis mareal

De plus, pour prendre/entretenir/conserver le repérage des sensations de faim c'est extraordinaire...C'est le langage du corps qui est privilégié. Le mental perd de sa force....Et ça aussi pour la trouver la paix, c'est génial

 

 

Au début de la rpc et quand j'avais envie de manger, que je me posais et que j'observais ce qu'il se passait en moi, je re -découvrais des émotions comme la présence de culpabilité, de honte (...) que je n'avais jamais trop ressenti, plutôt "intellectualisé" .J'ai pu faire des liens avec des moments de thérapie faits ailleurs i l y a quelques années déjà. De les ressentir, "me parlait plus" et j'étais bien prête aussi à les regarder en face et ne pas les éviter.

Ces moments de connexion à Soi même (finalement, c'est ce terme là entre rpc, méditation, que je préfère à tous !) peuvent nous entrainer loin, je trouve, dans la connaissance et l'acceptation de soi

Effectivement, de cette rencontre avec soi, en découle un gâteau plus ou moins sophistiqué  avec ou sans cerise , mais toujours très bon à déguster . Sans modération, toujours et encore.

 

Merci de ton fil valia. Oui, OK avec Iza, supêr Grgnotte que tu te sois lancée à poster !