Le fameux petit déjeuner - 19022013

Ambre92.
Abonné

Re bonjour tout le monde !

Voilà, je me pose une question. Je suis incapable de faire l'impasse sur le petit déjeuner. Faim ou pas, il faut que j'avale mon café avec un bout de pain. Certes il sera plus important si j'ai faim et minime si la faim n'est pas au rendez-vous. Mais il est impossible pour moi de démarrer la journée le ventre quasi vide. J'ai essayé et ça me rend dingue lol 

Bon, je n'ai pas très envie de changer ça, plutôt de l'accepter et du coup je me demandais si le fait d'attendre après (pour le déjeuner donc) la bonne faim (voire la grosse faim car j'ai souvent trèèèèès faim le midi), est-ce que ça équilibre les choses ? Puisque j'ai lu qu'après un excès où on a mangé sans faim, pour réguler il faut attendre la bonne faim d'après. Du coup je me demande si ça marche comme ça pour moi, quand bien même je mangerai sans faim tous les matins.

Merci pour vos lumières ! :D

Commentaires

izabelle
Animatrice forum

hello ambre,

as-tu essayé de boire ton café simplement, sans le pain?

moi quand je n'ai pas faim, c'est le café, sucré d'ailleurs

et je fais "comme si" j'avais mangé..... simplement

j'ai rarement des EME le matin donc cela ne me pose pas de problème

pour toi, cela me semble surtout une question d'habitude????

 

 

ceci dit, oui, je dirais, te connaissant pour t'avoir lu souvent (et t'appréciant d'ailleurs), je crois que c'est plutôt une bonne idée de ne pas te mettre trop de pression là-dessus

plus tard, tu verras que ça surement possible pour toi de prendre juste une boisson, et de manger le pain en cours de matinée quand la faim est là

mais pour l'instant, et du moment que tu as faim de toute façon à midi, je pense que tu peux tout à fait continuer comme ça

 

à vouloir trop en faire au départ, on finit par se décourager, tu verras que le bout de pain partira tout seul par la suite, sans forcer....

bonne journée

Ambre92.
Abonné

Coucou Izabelle

Oui justement, j'ai essayé de ne boire que le café et la première fois ça c'est bien passé. La deuxième, j'étais tout colère. Je me suis demandé si effectivement, c'était l'habitude et en analysant un peu, c'est la peur d'avoir faim, je pense, qui me fait cet effet. Plus que le simple fait de ne pas avaler un bout de pain au réveil. En tout cas, c'est comme ça que je l'analyse. Et finalement c'est d'une logique implacable. Dès mes premiers régimes, je me couchais en ayant faim et en fantasmant sur la nourriture. J'imaginais que j'avais le pouvoir magique d'arrêter le temps et que je dévalisais un mcdo...XDDD Oui oui, c'était mon fantasme absolu quand j'étais gamine XD Bref ! Du coup le matin, le petit déjeuner était un soulagement énorme et je le mangeais avec d'autant plus de plaisir et d'avidité que j'avais le droit à mon bol de lait avec nesquick (une cuillère à café rase hein, surtout pas plus). C'était ma seule sucrerie de la journée, après j'étais en collation biscotte nature ou pomme verte. Du coup il ne fallait surtout pas louper le petit déjeuner ! ^^

Enfin, voilà quoi, ça me fait tout drôle de raconter ça parce que je me rends compte à quel point je suis encore conditionné par des restrictions connues dans mon enfance comme si j'étais encore à cette époque. C'est fou. Pourtant j'étais suivi par une psy, je sais que j'ai fais beaucoup de chemin et il me faut LC pour voir l'ampleur de mon conditionnement.

Bon, incèrement je ne me sens pas capable de passer outre mon bout de pain pour le moment ou en tout cas pas tous les jours. Je pense que je continuerai de rester consciente, c'est à dire de me poser la question si j'ai faim ou pas en me levant, et que je rajouterai derrière la question : 'tu peux attendre ou pas ? ". Y'a des jours sûrement qui seront plus faciles que d'autres et où la réponse sera oui. Peut être qu'avec de la patience ils deviendront de plus en plus nombreux. Ou pas. 

Ce que je me dis, c'est que si je régule sur le reste de la journée alors ma foi, même avec un bout de pain, y'aura pas mort d'homme ^^

Là où le défi me semble plus important finalement c'est sur ce conditionnement, j'en prend conscience là tout de suite, en écrivant et me dit merde, c'est vraiment de ça qu'il faut que je me sorte...ça m'angoisse terriblement, mais au moins j'en prends conscience.

mamzelzoï.
Abonné

Il me semble que si tu as trèèèèès faim à midi, c'est que ce bout de pain est peut-être à sa place (dans ton estomacwink), non??? La bonne faim, en tous cas, ce n'est pas la grande faim, et si tu ressens une grande faim au déjeuner, alors tu as peut-être besoin d'une mini collation dans la matinée pour arriver à midi avec une faim moyenne qui te permettra de manger ni trop ni trop peu?

Je me trompe peut-être...

En tous cas on doit tous passer par une phase de tatonnements, d'essais-erreurs, avant de voir ce qui nous convient.

En te lisant je comprends ta colère à l'idée de supprimer ce petit bout de pain!!! Si ton petit-déj est ton repas préféré (c'est mon cas), rien de tel que d'arriver à avoir une bonne faim le matin, donc en n'ayant pas trop mangé la veille... Perso mon péché mignon du dimanche matin c'est un croissant ou des pancakes maison, avec (soyons fous) parfois un chocolat chaud maison!!! Quand la bonne faim est là, un vrai bonheur et pas de culpabilité!

izabelle
Animatrice forum

une belle prise de conscience

garde ton bout de pain pour l'instant, bien sûr, avec juste cette conscience, et peu à peu tu n'en n'auras plus envie, tu verras

mais il te faut te laisser le temps et ne pas aller trop vite

 

bien sûr que c'est énorme ce conditionnement, et je comprends ta colère vis à vis de tous ceux qui t'ont "mise au régime" et t'ont donc conditionnée dans cette peur de la faim, dans ce refus d'une nourriture agréable

mais ça va se faire, peu à peu

 

quand tu manges ton pain, essaie de sentir le réconfort qu'il t'apporte, d'avoir conscience qu'il te sert par rapport à cette peur de la faim.....   qu'il te rassure, qu'il te fait du bien

cela te permettra de prendre conscience déjà de cette peur, comme tu viens de le faire, et donc peu à peu   l'automatisme va se défaire,  la peur deviendra ta copine et le bout de pain sera dégusté à son heure....

 

ça viendra ne t'en fais pas,  tes prises de conscience sont précieuses

Ambre92.
Abonné

Mamzelzoï, tu as tout à fait raison. Il est tout à fait à sa place ce bout de pain, autant pour la raison de la faim que tu évoques que pour celle du plaisir, que pour la raison psychologique qu'évoque Izabelle.

Le jour où je me débarasse de mon EME du soir (je dépasse tout le temps ma satiété à mon repas du soir, toujours cette peur d'avoir faim, toujours la même raison...c'est fou, je m'en rendais même pas compte y'a 24h Oo alors que je n'ai qu'une hantise c'est de me coucher en ayant faim,il faut que je sois bien pleine et si par malheur mon conjoint me réveille en venant se coucher et que je me rends compte que j'ai faim, je ne peux plus me rendormir avant d'y avoir répondu...fou ej vous dis, c'est fou lol) Donc, le jour où je m'en débarasse (et j'y arriverai puisque je l'ai identifié, je sais pourquoi elle existe donc je saurais comment lui parler dorénavant) et bien mon petit dèj sera tout à fait à sa place puisque j'aurais faim au réveil logiquement.

Bon et bien, je vais méditer hein...faut que je m'en remettes de cette claque du jour ^^

Merci pour vos réponses et tout ce que je peux lire de si éclairant sur ce forum !

 

Patience
Marraine

Comme quoi, il peut s'en cacher, des choses, derrière un petit bout de pain du matin ! :-)

Je crois que l'essentiel a été dit par toi, Izabelle et mamzelzoï.
Moi je voulais surtout te féliciter pour ta capacité d'analyse car, finalement, ce bout de pain est un peu l'arbre qui cache la forêt...

Bravo !

Ambre92.
Abonné

Merci Patience, ce bout de pain est une révolution lol Enfin pour moi hein ^^

ghighi.
Ancien abonné

Je pense également que si ce bout de pain t'est indispensable pour éviter la frustration et la colère, alors ne t'en prive pas.

Et si en plus tu as faim à midi, c'est très certainement que ce bout de pain n'est pas superflu..

As-tu essayé la pleine conscience le matin avant ton petit déjeuner, peut-être seras-tu surprise de t'apercevoir qu'en fait, tu as faim.

Pour ma part, cela a été un soulagement de voir que le petit déjeuner n'était indispensable QUE si on avait faim, donc sonvent, je n'en prends pas, mais par contre, quand j'ai faim le matin, mon plaisir, c'est une tranche de jambon avec une tartine de pain-maison...

Bonne continuation..

liegama.
Ancien abonné

Moi je dis gardes ton bout de pain, il semble avoir une place importante pour toi. J'adore le pdj, c'est mon repas préféré, et comme toi durant mes années de régime où je crevais la dalle le soir je me projetais le matin à manger ce que j'aimais. Déjà un bout de pain c'est pas ça qui va te faire prendre du poids si tu attends d'avoir faim ensuite et si tu as faim à midi c'est que tu en as besoin de ton bout de pain. Si tu attendais ta faim tu le mangerais sûrement plus tard dans la mâtinée mais là tu en as besoin avant de partir. 

Ce que j'ai trouvé c'est que pour avoir faim le matin je peux faire le choix de moins manger le soir. Mais je n'y arrive pas souvent car j'ai encore beaucoup d'EME le soir. Et le matin j'adore le pdj pour le rituel, j'ai besoin de thé, de varier les thés, des fois c'est porridge, d'autres pancakes, tartines, pains variés, des fois je me fais des gauffres, d'autres fois des muffins, parfois omelette bref pour moi c'est un vrai repas et j'adore la variété. 

J'ai réussi à sauter le pdj quand je me suis autorisée, les jours où je pouvais à le manger plus tard voir à midi si j'en avais envie. Je me suis rendue compte que c'était jubilatoire pour moi de m'autoriser à manger mon pdj à midi, chose strictement interdite dans ma famille. 

J'ai essayé d'analyser ce dont j'avais besoin avec le pdj et pourquoi j'avais du mal à le sauter. J'ai noté que ce moment est spécial car je l'associe à un moment à moi, (le midi et le soir c'est souvent business lunch et repas en société). C'est aussi un moment où je suis chez moi et je peux manger ce qui me satisfait vraiment contrairement au restos où je suis souvent déçue.

J'ai noté que lorsque je fais plusieurs EME le soir et que je saute le pdj plusieurs jours d'affilés pour attendre ma faim je me sens lésée au bout de 4 jours, il me manque quelque chose, je suis frustrée.  

izabelle
Animatrice forum

oui, ça moi aussi je l'ai fait, de prendre mon petit dej  à l'heure du dej....   amélioré en plus.... avec un oeuf.....

le pied...

Ambre92.
Abonné

Peut être que j'arriverai à faire pareil mais déjà qu'avec mon bout de pain à 10h j'ai super la dalle. Je mange souvent une collation à cette heure déjà et j'ai hyper super faim le midi. Après cette faim je sais que c'est le fait que je mange pas en quantité astronomique à cause de mon opé et que je digère très vite à cause de cette opé toujours mais bon, c'est un autre paramètre.

Je le garde comme ça mon bout de pain, j'en ai besoin pour le moment et je pense que ça ira mieux sans ""l'orgie"" du soir. J'aurais sûrement faim au réveil plus souvent sans ça :-) Pour le moment les fins de journée je les gère pas du tout du tout du tout !

joy.
Abonné
Bonjour à toutes et tous ! Pour moi aussi le petit déj me pose des problèmes. Mon mari et moi avons l'habitude de manger comme il faut le matin avant de partir au travail. Mais depuis que j'écoute mon estomac, j'ai constaté que je n'avais pas faim au lever. Question pratique c'est pas terrible ! Je regarde manger mon mari pendant 20 à 30 minutes ensuite je vaque à mes occupations et je mange un peu plus tard. Il faut avoir du temps à perdre... Je précise que lorsque je mangeais avec mon mari j'adaptais les quantités à ma faim et que j'avais toujours une grande faim à midi. Je ne sais pas trop comment conjuguer tout ça... Merci d'avance pour vos précieux conseils.
Noelle
Marraine

Bonjour

 

Cette  question du petit dejeuner m'interesse beaucoup!

depuis que je suis en retraite (pas longtemps), j'ai evidemment un autre rythme le matin, et  je me suis apreçue que l'absence de petit dejeuner me frustrait parfois, j'ai fait de la delicieuse confiture d'oranges et  j'éprouve la nostalgie de l'odeur du pain grillé

j'ai pris un peti dej a l'heure du dejeuner, pas mal , et surtout, je me dis que si j'arrivais a mieux suivre ma sasiété le soir (espoir..) j'aurai peut etre faim le matin

et là, ça me renvoie a gerer mes fins de journées, (et pas le stress du boulot) , mais les emotions de la journée, qui sont quand meme drolement presentes

mamzelzoï.
Abonné

Je trouve en effet que cette question du petit dej est compliquée.

Perso en semaine mon réveil sonne à 6h15, à 7h15 je n'ai plus le temps de manger si la faim apparaît car je dois préparer les enfants. Donc soit, je mange sans faim après la douche, soit j'attends et je mange quelque chose mais pas dans de bonnes conditions car il faut partir au boulot, ou alors j'y suis déjà (au boulot) et je ne peux pas vraiment déguster.

D'autre part, quand j'essaie d'attendre la bonne faim le matin, j'ai l'impression de passer parfois de "pas faim" à "grande faim" avec vertiges et tout... donc je me demande si c'est simple de percevoir la bonne faim le matin. L'autre jour c'est ce qui m'est arrivé, j'avais sauté le repas du soir pour cause de gouter trop copieux, le matin au lever pas faim, et plus tard dans la matinée... grande faim. Ca fait plus d'un an que je suis sur LC et je suis encore un peu perdue avec tout ça. De mon expérience, il vaut mieux parfois manger un peu mon petit déj avec une petite faim que ne rien manger du tout.

Mais en tous cas ce matin j'avais une vraie bonne faim et là c'est un régal!!

Ambre92.
Abonné

Et bien je vois que cette question du petit déjeuner est importante pour beaucoup d'entre nous.

En lisant vos témoignages, finalement le problème n'est peut être pas dans le petit déj mais dans nos gestions du soir. Apparement, les fins de journées sont difficiles à gérer et du coup ça nous décale dans nos faims matinales. Peut être que la clé est là. Autrement, peut être que se lever un quart d'heure plus tôt, le temps de laisser nos corps se réveiller pourrait nous aider aussi à percevoir si on a vraiment faim ou pas.

Pour cette historie de grande faim Mamzelzoï, je pense que parfois effectivement il vaut mieux répondre à une petite faim en quantité réduite, histoire de tenir. Car la grande faim d'après est finalement dangereuse, c'est là qu'on peut ne pas faire attention à sa satiété, qu'on gloutonne souvent.

Enfin voilà, c'est juste des pistes ^^

mamzelzoï.
Abonné

Oui mais en principe on passe par une phase de faim moyenne avant de tomber dans la grande faim. Sauf qu'il semblerait que parfois on ne ressent pas cette faim moyenne quand on est en mode "jeûne". Ca complique un peu le truc je trouve.

izabelle
Animatrice forum

ah oui, ça semble poser question

vu que beaucoup d'entre nous ont des EME le soir, c'est quand même pas mal de pouvoir attendre le retour de la faim dans la matinée, dans l'ensemble, hein, je ne parle pas de Ambre, car pour elle c'est acté, il ne faut pas aller trop vite et vouloir faire trop bien

mais disons que dans mes périodes d'EME, ce qui m'a permis de ne pas prendre de poids, c'est quand même de pouvoir ne rien manger le matin quand je n'avais pas faim, ce qui est bien sûr systématique après un bon "surdosage calorique" la veille au soir....

je pense qu'à un moment donné (peut-être pas au début),  il faut faire le deuil de ce petit déjeuner doudou-réconfort, et pouvoir voir les choses simplement : si j'ai faim dans la matinée, je me croque une barre ou un fruit, même dans des conditions pas top....

du moins moi c'est ce que j'ai fait

bien sûr j'aime mes tartines, mon petit pain maison, mon beurre frais, à la première heure en contemplant le lever du jour sur les montagnes

mais si je n'ai pas faim à ce moment là, je prends quand même ce moment, je bois mon café en contemplant les montagnes, mais sans les petits pains....

et puis, vraiment, je fais "comme si" j'avais mangé, je n'y pense plus

ensuite dans la matinée, la faim arrive parfois (souvent), je croque un bout de pain, un bout de fruit, si je suis en entretien c'est pas marrant mais je ne vais pas mourir de patienter 30 min pour croquer dans ma barre

 

et la plupart du temps j'ai faim le matin, donc mon petit dej, je le mange souvent quand même.....

par contre, souvent, on n'a pas faim au lever et c'est genre 15-20 min après que ça se "réveille"

 

Ceci dit, je vous encourage à ne pas vouloir trop en faire, juste cette idée que  "tiens et si j'attendais, je pourrais toujours prendre ça tout à l'heure, quand j'ai faim"

mais si vous avez faim dans la matinée :    il faut manger!!!!!   même quelques bouchées

c'est très important sinon vous passez en restriction   et là ensuite  c'est le gros blocage pour ne pas manger le matin quand on n'a pas faim.....

sorcièresucrée.
Abonné

c'est intéressant de vous lire !

 

j'ai une relation bizarre au petit déjeuner !

 

reste de la chrono, je mangeais des tartines au fromage - de plus en plus de fromage (150 gr !) tous les matins pour "tenir" jusqu'à 13 heures ... plus le temps passait, plus il me fallait du fromage pour tenir !

 

mais le matin, je ne suis pas certaine d'avoir faim , en fait ...

 

je ne sais pas, c'est pas clair, j'ai faim, ça part, c'est vague et fluctuant, ... donc pour le moment, j'essaye de ne pas manger, je prends un jus qui me fait envie et plaisir, et qques amandes germées pour dans la matinée si nécessaire ... et finalement, bizarrement, je ne meurs pas plus de faim en rentrant à 13 h qu'avec ma surdose de fromage ...

tupenses.
Abonné

Depuis 2 jours je ne prend plus de petit déjeuner, je n'ai pas faim. Et c'est surement lié au repas du soir et des eme de la soirée. Cependant, je ressentais que mon envie de manger diminuait  sans pour autant  prendre la décision de ne pas manger, une habitude bien ancrée (on ne part pas le ventre vide). Et bien je n'ai pas du tout l'impression d'avoir le ventre vide mais plutôt plein et dans la matinée je n'ai pas eu de compulsions ni d'eme. POURVU QUE CA DURE

liegama.
Ancien abonné

Bonjour Joy, moi aussi j'avais l'habitude de prendre toujours mon pdj avec mon mari, c'était même notre "moment à deux" de discussion quand on travaillait beaucoup et qu'on pouvait pas se voir le midi ni le soir parfois. Est-ce que vous discutez avec votre mari durant le pjd? sinon pourquoi ne vous accordez-vous pas ces 20-30 mn pour vous seule, un peu de RPC, une petite manucure, un masque, un bain voir 20mn de sommeil en plus ou ce que vous voulez, ce temps libéré est pour vous non ?

Et votre mari il a toujours faim le matin au réveil? 

liegama.
Ancien abonné

Je crois que tout est dit, c'est en effet les EME du soir qui génèrent la "non-faim" du matin. En tout cas pour moi c'est le cas. J'ai noté qu'à chaque fois que j'ai réussi plusieurs jours (car la régulation ne se fait pas en un jour) à :

faire une pause de fin de journée vers 19h,

réaliser que je n'avais pas faim,

sauter le diner,

deux choses sont apparues, la première je dors comme un bébé (eh oui la digestion perturbe souvent le sommeil donc mon sommeil après fromage/viande/Pain chocolat en EME est très différent), la seconde c'est que 15 mn après mon réveil j'ai une vraie bonne faim et que le pdj devient un véritable moment de délice. 

Mais la vie fait que j'ai encore beaucoup d'EME le soir et mon côté enfant "je veux tout, et tout de suite" se sent fort frustré de devoir sauter le pdj les lendemains d'EME. Mais comme Izabelle, j'ai réussi à éviter les grosses prises de poids après EME du soir en sautant le pdj souvent.

Aujourd'hui j'essaye de viser mon plaisir. Hier soir j'ai senti une EME pointer le bout de son nez et j'ai réussi à faire une minute de respiration et je me suis dit, qu'est-ce qui te ferait le plus plaisir, manger maintenant pour te réconforter immédiatement alors que tu n'as pas faim ou attendre un peu et te laisser une chance demain matin d'avoir une bonne faim. J'ai choisie d'attendre et ce matin j'étais contente de profiter de mon pdj.  J'ai noté qu'il y avait une sorte d'urgence à me réconforter immédiatement, comme si je ne pouvais pas être frustrée une seconde de plus. C'est cette intolérance à la moindre frustration, au moindre inconfort qui me pousse à manger.

Je me rends compte que la majorité du temps j'essaye d'être l'adulte, je prends sur moi, je ne dis pas ce que je pense par peur de froisser, d'être rejetée, j'essaye de faire plaisir, j'essaye de donner une bonne image de moi, je m'applique à bien faire mon travail même quand les collègues ne se donnent pas autant de mal que moi, j'essaye d'être une bonne épouse, je suis fatiguée mais je ne me repose pas car je veux nettoyer ma cuisine avant d'aller me coucher, j'ai besoin d'un break mais je ne le prends pas car je veux finir parfaitement un dossier, je voudrais aller au ciné mais je renonce car j'ai promis à mon amie de garder ses enfants, j'essaye, j'essaye, j'essaye, je me mets la pression et du coup arrive un moment où je ne peux plus accepter ne serait-ce qu'une seconde de plus de prendre sur moi. Les fins de journées sont difficiles car j'ai monté la pression dans la cocotte minute toute la journée et arrive le moment où je pose mes fesses sur le canapé avec l'espoire que maintenant, ça y est, je vais pouvoir me me poser et hop, toutes les émotions refoulées, les mots ravalés, les situations évitées remontent d'un coup et créent un inconfort que je trouve tellement injuste, après tout ce que j'ai essayé de bien faire, toute la journée, je me retrouve avec tout ça sur les bras le soir!

Dernièrement, j'ai eu une récente discussion avec mon mari où je lui demandais comment il faisait pour avoir faim et manger ce qu'il veut quand il veut. Il m'a dit qu'il faisait tout le temps des choix dans sa tête en respect avec ses sensations du moment. Le truc déjà c'est qu'il n'a jamais, contrairement à moi, peur de manquer, de ne pas être satisfait etc... comme la majorité de ses choix se font en fonction de ses envies, il est souvent satisfait, et du coup il accepte mieux les quelques fois où il est frustré de n'avoir pas mangé ce qu'il voulait ou quand c'était pas bon dans un resto. Moi j'ai des années de restriction derrière moi qui me font sauter au plafond à la moindre frustration. Quand je me suis inscrite avec LC, j'avais cette idée que comme ce n'était pas un régime, je ne serai plus jamais frustrée. J'ai mis du temps à comprendre que la frustration fait partie de la vie et que c'est la lutte contre cette frustration qui me fatigue plus que la frustration elle même qui ne fait que passer. 

Bon j'ai un peu dévié du pdj, j'espère que vous ne m'en voulez pas trop.

izabelle
Animatrice forum

alors là je ne t'en veux pas, j'adore ton message!!!!

je crois que c'est une clé très importante, de choisir entre deux plaisirs

et aussi de pouvoir accepter de plus en plus les petites frustrations

tu fais un très bon lien entre les multiples frustrations quotidiennes que tu t'imposais  et le fait de ne plus supporter aucune frustration à la fin de la journée.....

je suis un peu comme toi, maintenant souvent en cours de journée je me prends 5 min je me pose sur le canapé, je tricote, ou alors je suis dehors je regarde simplement les montagnes

je ressens même encore de la culpabilité à m'arrêter de "bosser"  alors qu'en fait j'en ai parfaitement le droit

même le dimanche, j'ai du mal....  mais je me soigne

merci pour ton message

voilà ce qu'on retire d'une simple histoire de petit déjeuner   laugh

didil.
Abonné

Je n'ai pas d'EME. Le soir je mange plutôt léger (sauf exception pour des raisons sociales) mais je n'ai jamais faim le matin pour le petit déjeuner. Cela fait des années que je préfèrerais manger un peu le matin et encore moins le soir mais je n'y parviens pas, car je serais alors dans la restriction. En semaine, je travaile et j'ai très faim le soir, donc il faut bien que je mange un minimum. Le WE, je ne ne prends jamais de goûter, donc il est aussi normal que je dîne un minimum. Je précise que je suis une toute petite mangeuse.

Je ne vois donc pas de solution pour prendre un petit déjeuner dans mon cas. Donc, comme je mange seule à midi, mon déjeuner ressemble souvent plus à un petit déjeuner qu'à un déjeuner.

sorcièresucrée.
Abonné

je voudrais encore rebondir sur deux choses,

 

- personnellement, j'ai ce que mon mari appelle une très mauvaise résitance à la frustration (sympa hein !!!) mais effectivement, je ne SUPPORTE pas la frustration, et zermati, c'est aussi sa dose de frustration ... j'aimerais pouvoir manger tout, mais tout le temps aussi !!!

- paradoxalement, après une crise, un goinfrage, ou mm une soirée où je mange simplement plus, bizarrement, je crève de faim la matin !!! alors que je ne devrais pas vu la quantité de nourriture parfois ingusrgitée ! par contre, j'ai remarqué qu'en mangeant à ma juste faim, c'est-à-dire pas énormément, ben le matin, je n'ai pas réellement faim, pas de coup de poignard dans le ventre en tout cas !

 

y a encore du boulot hein !!!

Ambre92.
Abonné

C'est assez énorme ce que ça peut révéler de nos comportements ce pdj ^^

Bon ceci dit moi non plus je ne supporte plus aucune frustration, ça fait longtemps. Enfin je suis quand même plus tolérante qu'avant vu qu'avec la perte de poids massive que j'ai eu, je suis moins dans la lutte quotidienne (me lever, m'habiller, marcher, affronter le regard des autres, ne pas prendre trop de place dans les transports et supporter les insultes gratuites, culpabiliser dès qu'on a faim parce que à 136kg bah on est comme tout le monde et on a faim mais on vendrait père et mère pour que ce soit plus le cas... bref ! )

Seulement je prends sur moi pour d'autres choses et le soir je "compulsionne". Je trouve ça dur d'accepter la frustration, qu'elle quelle soit. Je sais pas trop comment faire en fait. Des idées concrètes pour mieux accepter ?

Peut être que si je me remettai à écrire....mais cela implique de ne plus me juger et de laisser aller, ça fait longtemps que je bloque...

izabelle
Animatrice forum

sorcière sucrée, ne t'en fais pas tu n'es pas la seule

cette fringale du matin après des excès du soir n'est peut-être pas de la vraie faim....  parfois c'est dur de faire la part des deux, enfin pour moi c'était comme ça, personnellement,

mais ça peut être aussi de la faim,  tu pourrais aller lire ce topic qui en parle et tu as la réponse de JPZermati à la fin  :

 //www.linecoaching.com/content/grosse-faim-apres-gros-repas

 

la frustration, tu la travailleras avec les outils de pleine conscience, tu commenceras à découvrir tout cela très bientôt

biz

izabelle
Animatrice forum

[quote=Ambre92]

 Je trouve ça dur d'accepter la frustration, qu'elle quelle soit. Je sais pas trop comment faire en fait. Des idées concrètes pour mieux accepter ?

[/quote]

pour les enfants, on conseille aux parents d'y aller  progressivement

dans l'EME-Zen, je ne sais pas si tu l'as déjà abordé, c'est un peu similaire : d'abord 5 min, puis 10 min, puis 15

on augmente progressivement sa tolérance à la frustration

 

il y a des super outils ici je trouve pour ça, dans la section pleine conscience, ce sont les étirements en pleine conscience  et aussi   Apprenez à tolérer les situations d'inconfort

oceaneclaer.
Ancien abonné

Et bien je me retrouve sur cette file! Toujours très intéressant. Moi aussi, j'adore mon PDJ, j'ai du mal à m'en passer mais je diminue ( bon, mon bout de pain à moi est recouvert de beurre!)

Très bonne piste celle de la frustration....

P.S. Isabelle, elles sont où tes montagnes?

izabelle
Animatrice forum

dans le Sud, les Pyrénées......   ce matin une mer de brouillard, le ciel ultra bleu au dessus, les montagnes immaculées se dressant au loin, c'est assez magique la plupart du temps

sorcièresucrée.
Abonné

[quote=izabelle]

sorcière sucrée, ne t'en fais pas tu n'es pas la seule

cette fringale du matin après des excès du soir n'est peut-être pas de la vraie faim....  parfois c'est dur de faire la part des deux, enfin pour moi c'était comme ça, personnellement,

mais ça peut être aussi de la faim,  tu pourrais aller lire ce topic qui en parle et tu as la réponse de JPZermati à la fin  :

 //www.linecoaching.com/content/grosse-faim-apres-gros-repas

 

la frustration, tu la travailleras avec les outils de pleine conscience, tu commenceras à découvrir tout cela très bientôt

biz

[/quote]

 

merci, j'ai été lire, ça va, mon estomac n'est pas un cas unique !

 

liegama.
Ancien abonné

Sorcière sucrée je ne sais pas si ça peut t'aider et peut être que ce n'est pas le cas pour toi mais personnellement après des EME fortes le soir le matin je ressens comme une grosse faim. Mais j'ai analysé sur plusieurs fois que cette sensation est en fait un reflux d'acidité, qui se calme en mangeant. Pour savoir si c'est le cas pour toi voici un truc : prochain matin où tu "ressens un poignard dans le ventre", bois un verre d'eau accompagné 1/2 cc rase de bicarbonate de sodium et attends 30 mn. Si la sensation disparait c'est que c'était de l'acidité et ta véritable faim apparaîtra bien plus tard. 

Le jour où j'ai compris que ce que je prenais pour de la faim les lendemains d'EME ou de fête était de l'acidité et où je bois cette eau bicarbonaté je peux ensuite attendre plusieurs heures. 

oceaneclaer.
Ancien abonné
Moi aussi j'ai la montagne ( Drôme provençale) le ciel bleu soutenu, les pentes de chênes verts, tout près mon grand pin sylvestre... Bon,j'ai bien fait de rejoindre cette file. Hier soir,couscous ( végétarien mais quand même) Ce matin : décidé. pas de PDJ.café. Et je commence ma journée comme d'habitude : préparer la soupe, faire ma gymn,jeter un oeil sur LC... Bon,je vais partir au boulot quand même. Mais ça va. Ce midi,tout sera prêt. Allons, à plus tard,je vous raconterai.....
mamzelzoï.
Abonné

Liegama : waouh, ton truc!!! Car moi aussi je ressens parfois cette "fausse fringale" du matin, mais j'ai du mal à me convaincre, dans ces cas-là, que ce n'est pas de la faim! Mon estomac me crie "mais siiii... je veux mangeeeeer!"

Prochain coup j'essaie le bicarbonate...

Ambre 92 : si tu penses recommencer à écrire... n'hésites plus, fais-le tout de suite!!! Plusieurs fois j'ai constaté que l'on me recommmandait des activités "créatives" : elles permettent de se recentrer sur soi-même.

Première fois : une psychologue que je consultais il ya quelques années. Moi mon hobby c'est la couture, c'est vrai que ça me détend bien, je me sens bien après!! Elle m'a encouragée à trouver du temps pour en faire, à organiser une pièce pour ça chez moi.

Deuxième fois : linecoaching, dans l'étape "gérer ses fins de journée" : ils conseillent une activité pour se recentrer sur soi en fin de journée (comme un "sas" après la journée de boulot si je me souviens bien).

Troisième fois : une naturopathe, consultée l'an dernier. C'est une personne avec une très forte sensibilité, je pense qu'elle a un don pour "sentir" un peu ce qui se passe chez les gens. En tous cas, pour moi, elle a tapé en plein dans le mille (j'étais très mal dans mon boulot à cette époque). Elle aussi m'a dit que la couture ou toute autre activité de création, était importante.

Ambre92.
Abonné

Mamzelzoï, tu sais ce que je fais en rentrant du boulot, mon sas de décompression à moi...vous allez rire...peut être un peu jaune...quand j'y pense...Et bien je vais dans la cuisine et je cuisine ! Je pâtisse, ça me calme ou je prépare le repas du soir en avance. C'est mon plaisir et j'ai toujours hâte de rentrer chez moi pour cuisiner mais... Bon, pas la peine de décrire le "mais", vous le voyez venir avec ses gros sabots...je goûte, je regoûte et reregoûte, je compulsionne et puis le soir j'ai même plus faim pour déguster ce que j'ai préparé mais je mange quand même.

Voilà Voilàààà XD

L'idée de mon homme de transformer notre deuxième chambre en petit bureau pour moi, pour que j'aille dans ma bulle écrire me semble une bien meilleure idée en fait, va falloir organiser ça.

En attendant mon bout de pain et moi-même sommes toujours copain-copain et j'essaie de toute mes forces de rester consciente de ce qui se passe pendant mes repas et d'accepter les choses et donc la frustration d'arriver à rassasiement même quand l'assiette est pas finie ^^

sorcièresucrée.
Abonné

liegama, merci du truc ! je retiens pour un lendemain !

liegama.
Ancien abonné

Moi aussi j'adore pâtisser, j'ai même voulu me lancer en professionnelle l'an dernier mais après réflexion me suis dit que j'aimais pas l'idée de produire "de force", je préfère le garder comme un hobby. Par contre je ne peux pas pâtisser autant que j'aimerai le faire pour deux raisons : 

la première, il n'y a pas assez de personnes pour manger mes oeuvres

la seconde, j'ai une très, (trop?) forte tendance à lécher les plats (me suis même acheté une mini spatule en forme de doigt pour mieux pour lécher les plats). J'adore la pâte à gâteau cru, c'est un immense aliment tabou pour moi. La pâte à cookie crue aussi d'ailleurs. Et que tout ceci ne m'aide pas trop à respecter ma faim/satiété. 

Comme ce hobby m'habite depuis des années (quand je travaillais dans une grande entreprise j'apportai des gâteaux/muffins etc... plusieurs fois par semaine, j'étais connue pour être "melle pâtissière") je cherche à pouvoir le vivre avec plaisir mais sans effet sur ma ligne. Toute suggestion est la bienvenue...

Ambre est-ce que tu as essayé de découper tes plats? c'est la coach qui m'a proposé cet exo et ça m'aide beaucoup car j'ai besoin de terminer mon assiette. Tu te sers dans une assiette normale la portion que tu te servirais d'habitude mais ensuite tu en prends 1/4 dans un autre récipient (idéalement plus petit pour pas avoir l'impression de manger une portion de moineau) et quand tu as terminé tu fais une pause respiration d'une minute. Tu vérifies si tu as encore faim et tu te ressers 1/4 etc... Ca fait 5 jours que je fais ça à presque tous les repas et à chaque fois j'en laisse au moins 1/4 voir la moitié sans me sentir frustrée. Pour moi je pense qu'il y a la satisfaction de terminer le bol/la mini assiette que j'ai devant moi et l'assiette normale devient un peu le plat de service. J'ai donc la (bizarre car fausse) impression de me resservir plusieurs fois. Quand j'avais essayé le même exo en divisant la portion dans mon assiette, ça ne marchait pas, je regardais mon assiette et j'avais une grosse pulsion intérieure qui me poussait la terminer. Ensuite je me sentais frustrée de n'avoir pas réussi l'exo et je terminais en grignotant des trucs en cuisine. Dis moi si tu essayes ce que ça fait chez toi?

Ambre92.
Abonné

Ooooh l'astuce qui déchire tout ! Car c'est la même chose qui me pousse à finir mon assiette, cette pulsion de la terminer (on sait jamais hein demain une force obscure et sombre pourrait décider que je ne mangerais plus jamais surprise XD)

Je vais appliquer ça dès ce soir !! Merci :D

Et pour Mlle Pâtisserie et bien je te confirme, j'ai essayé et bossé 6 mois en restauration et je peux dire aujourd'hui que certaines passions sont faites pour le rester. Et que c'est très bien ainsi ! Quant à la pâte à cookies crue my god...j'adooooore ça. On en faisait pas mal dans la boutique, je te racontes pas le carnage ^^

Heureusement là où je bosse ils sont plutôt gourmand, ça me permet d'écouler ma production maison facilement, j'ai trop besoin de pâtisser ;-) Je sais qu'il va falloir que je procède différement. Me faire un goûter, posée, en rentrant puis pâtisser si j'ai envie. Ca limitera la pulsion du doigt dans la casserole de chocolat avec l'air coupable qui va avec XD

Sylvie75.
Abonné

[quote=ambre]Je trouve ça dur d'accepter la frustration, qu'elle quelle soit. Je sais pas trop comment faire en fait. Des idées concrètes pour mieux accepter ?[/quote]

Je te réponds Ambre, parce que nous avons pas mal de points communs, en dehors du fait que je suis amoureuse de Paris (qui ose dire du mal de la plus belle ville du monde ? Celle vers laquelle j'ai choisi de retourner à 35 ans ?)

Bref, un truc soufflé par GA, qui m'aide un peu.

La frustration, c'est le vide. D'ailleurs la faim chez moi n'a qu'une traduction : un creux plus ou moins douloureux dans le ventre; Comblons consciencieusement ce creux, pas forcément vite, mais en tout cas, comblons le au point d'en faire une belle bosse, pour se sentir rassuré, c'est l'histoire de ma vie, enfin ma vie d'avant LC.

Maintenant, quand je ressens ce creux à l'estomac, et tant qu'il n'est pas douloureux, j'en prends conscience, de ce vide en moi, et je me demande "La nature a horreur du vide. Le vide, il va se remplir, si je fais de la pleine conscience, mais se remplir avec quoi aujourd'hui ? De la joie, de l'anxiété, de la colère ?" Laissons-le vivre un peu, tant qu'il permet de prendre conscience d'un ressenti, agréable ou pas, c'est un ressenti, donc ce vide, il me permet presque d'évaluer mes ressentis sur lesquels je ne m'étais pas arrêté jusqu'à présent aujourd'hui... Oui, car voyez-vous, JE ne suis pas creuse, et il serait bon que je m'en souvienne de temps en temps.

Donc un peu de respiration autour de ce vide, puis on reprend notre activité, puis on voit ce qui se passe, en combien de temps il revient. Je prends l'habitude d'accepter (un peu) de frustration quelques minutes par jour, et ma tolérance émotionnelle se renforce. Je la rééduque comme l'on rééduque un muscle après des mois de plâtre. Tout en douceur, quelques miinutes chaque jour.

Le creux devient ainsi plutôt qu'un truc désagréable, un truc intéressant à étudier. Pas besoin d'écrire non, écrire c'est agir, juste besoin de respirer et d'observer comme si l'on était une plante verte et pas un animal... Je viens d'acquérir un beau ficus (5 euros chez Franprix lol) en hommage à LC, et quand je fais un peu de PC, je m'identifie à mon ficus. C'est reposant de passer en mode végétal.

Ambre92.
Abonné

Ah oui, je comprend tout à fait le mode végétal. Je n'étais jamais dans ce mode là avant et depuis LC j'ai arrêté de vouloir agir à tout prix. Je m'arrête et j'observe. Là où je ne l'ai pas appliqué c'est sur la frustration, ça me fait perdre un peu les pédales, faut que j'y mette un terme. Je vais essayé de les regarder vivre plutôt...essayer et faire au mieux, pas à tout prix réussir ;-)

Merci Sylvie ;)

doveline.
Abonné

Bonjour les filles,

 

Depuis quelques temps... suite à la création de ce fil de discusssion... je voulais partager avec vous une astuce concernant les petits déjeuners... qui m'aident bien à réguler mon comportement alimentaire... lorsque je n'ai pas vraiment faim le matin... après avoir mangé plus copieusement la veille lors d'un restaurant, d'un repas entre ami(e)s ou d'une EME.

Difficile pour moi de partir le ventre vide avec juste un café... que je ne peux pas boire sucré.

J'aime bien boire le café sans sucre mais avec quelquechose de sucré qui se mange... j'adore le contraste de la saveur un peu amère du café avec celle d'un aliment sucré ou légèrement sucré... je mange donc une petite orange et un kiwi avec un café sans sucre... que je prends le temps d'éplucher et que je déguste... ce petit déjeuner léger me fait vraiment plaisir... il me donne en plus beaucoup d'énergie le matin pour bien commencer la journée... et me permet de très bien équilibrer les repas plus copieux ou les EMEs de la veille... d'attendre le retour de la bonne faim... pour une collation en fin de matinée ou le plus souvent pour le déjeuner.

Depuis quelques mois ce petit déjeuner léger après des repas plus copieux de la veille ou des EMEs... m'a permis entre autres actions de la méthode LC comme une meilleure gestion des EMEs que je suis encore en train d'apprendre... de m'alléger tout doucement de 5 kilos à raison d'un kilo par mois... pourvu que ça dure !

De plus j'ai beaucoup moins peur des EMEs... et je peux profiter des repas entre ami(e)s sans culpabilliser.

Les docs ont raison... si l'on écoute bien sa faim... l'allègement du petit déjeuner est une bonne variable d'ajustement de notre comportement alimentaire... il nous permet de ne plus culpabiliser en cas de repas festifs ou d'EMEs la veille... d'apprendre plus facilement la régulation de notre comportement alimentaire que l'on mets ainsi en pratique la journée ensuite... de profiter enfin de la vie sans grossir ou regrossir... voir de mincir si l'on est pas à son poids d'équilibre... d'avoir enfin un comportment alimentaire de plus en plus normal... de devenir peu à peu un(e) mangeur(se) régulé(e)... de répprendre à manger lorsqu'on a faim et de s'arrêter de manger lorqu'on n'a plus faim.

Je voulais simplement partager avec vous ces nouvelles sensations.

Belle journée à toutes et à tous,

doveline

izabelle
Animatrice forum

super

j'adore aussi le café non sucré avec qqchose de sucré

pas essayé avec un fruit mais tiens je tenterai cette association de saveurs....

Lyphaé.
Abonné

Je sais pas trop où poster mon message alors je choisis ce sujet-ci :-)

J'ai recommencé le programme et après l'étape de gestion des EME, j'en suis à l'étape de la faim : sauter le petit déjeuner.

J'en avais gardé un très mauvais souvenir la première fois : peur de la faim, sentiment de déjà (trop) bien la connaître et la reconnaître...

Cette fois-ci, c'est différent : je suis très étonnée de voir à quel point je supporte la faim en sautant le petit déjeuner et surtout, cette faim ne se fait pas trop sentir, je n'y pense pas beaucoup, elle est là mais guère dérangeante comparé à la première fois que j'avais fait l'exercice.

Résultat : je mange moins et je fonds à vue d'oeil parce qu'en outre, je n'ai plus d'EME depuis dix jours. Ce qui m'inquiète un peu, en fait, parce que j'ai un peu peur de perdre du poids trop vite et de tout reprendre au retour des EME (compliquée et contradictoire, moi ? Noooon ;-))

Tout ça pour dire que refaire le parcours dans un autre état d'esprit peut apporter beaucoup !

mamzelzoï.
Abonné

Merci pour ce témoignage Lyphaé. Je vais quitter le programme avant la fin du mois mais il est fort possible que je me réinscrive dans quelque temps, quand je serai à nouveau plus disponible. Vous êtes plusieurs à recommencer le parcours alimentaire et je crois que pour certaines ça peut être une bonne idée!!

izabelle
Animatrice forum

ah là là....  si tu t'inquiètes de ne plus avoir d'EME parce que tu pourrais en avoir de nouveau....  tu cherches les ennuis....

les EME feront peut-être toujours partie de ta vie, comme un signal qu'il y a des choses à affronter, à ressentir, mais ne pense pas à elles comme à des indésirables qui te font grossir, c'est juste un signal, un bouton (le bouton de lutte) qui a été actionné si souvent qu'il a tendance à s'enfoncer de lui-même....

merci pour ce témoignage en tous cas

Lyphaé.
Abonné

Je ne m'inquiète pas de ne plus avoir d'EME, je sais qu'elles repointeront le bout de leur nez. Je crois en effet qu'elles feront toujours partie de ma vie et je me suis fait à cette idée, surtout que j'apprends à les vivre et à les accepter et que j'y parviens de mieux en mieux.

Non, ce qui m'inquiète, c'est de perdre du poids vite parce que j'ai peur de le reprendre encore plus vite, j'ai connu ça trop souvent. Je n'ai pas très faim, je ne mange pas beaucoup et j'ai peur de recommencer un "régime des sensations" comme j'ai pu le faire par le passé. D'un autre côté, je ne souffre absolument pas de la faim et je n'ai pas du tout l'impression de me priver de quoi que ce soit. Bref, je suppose qu'il me reste à accepter toutes ces peurs et tous ces ressentis. Et à arrêter de me casser la tête quand tout va bien ! :-)

mamzelzoï.
Abonné

Héhé, on ne se refait pas, hein?

Zeeeeen....

izabelle
Animatrice forum

eh oui...

ne t'inquiète pas, je ne pense pas que tu fasse un régime des sensations, c'est juste que tu manges à ta faim et que ton corps est programmé pour retourner à son poids d'équilibre, alors il y retourne!!!!!

en effet cette peur, accueille-là, et toutes ces pensées comme une radio qui diffuse gentiment mais à laquelle tu ne prêtes pas trop attention

je suis bien contente pour toi

bravo

Daan.
Abonné
Pour répondre au premier message de Ambre, perso je mange le matin quoi qu'il arrive. D'abord parce que si je ne le fais pas j'ai immédiatement faim quand je ne suis plus chez moi où je ne peux pas manger et alors je suis à plat. On peut considérer ça comme du prévisionnel. Et ensuite parce que je ne vois pas comment on peut ne pas avoir faim après 8 heure minimum de jeûn, alors si je ne sens pas la faim, c'est juste...que je ne la sens pas, mais en réalité, j'ai faim. Je ne pense pas qu'un bout de pain t'empêche de maigrir et de bien réguler. Quand on se réveille toutes les sensations sont en sommeil. Avant, si je partais sans manger, je continuais le jeûn, en étant toujours au ralenti, énervée aussi (peut-être à cause de la faim que je ne sentais pas). Maintenant, je sais qu'il faut que je mange le matin, j'adapte juste ensuite en mangeant, selon mon ressenti, la quantité, et selon ce qui est prévu dans la matiné. Si je reste à la maison, je peux ne pas beaucoup manger car je sais que je peux manger ensuite, si je part travailler, je mange un peu plus, et si je part faire du sport, je "charge" encore un peu plus. Ca parait comme ça ne pas être LC, mais je pense que ça l'est, c'est du prévisionnel comme je disais.
izabelle
Animatrice forum

eh bien moi manger de façon prévisionnelle ça m'arrive de le faire à midi (mais déjà c'est une souffrance), mais le matin je ne peux plus, si je n'ai pas faim, manger m'inssuporte....   c'est déjà ça de gagné

de plus ça m'arrive extrêmement souvent puisque mes EME du soir ont été fréquentes et ont même tendance à revenir en ce moment,  

et je t'assure qu'on peut  ne pas avoir faim du tout  après même plus de 15h de jeun, ça m'arrive extrêmement régulièrement, après une bonne EME de 17h, même pas pantagruélique, je n'ai souvent pas faim DU  TOUT avant le lendemain midi

le corps utilise l'énergie qu'on lui a donné, ensuite il a faim à nouveau, alors tout dépend de ce qu'on a mangé la veille

 

pour le petit dej, si j'ai la matinée blindée, je préfère encore m'emmener une barre à croquer discrètement en cas de faim dans la matinée

 

mais bon, moi le matin j'ai le rdv plaisir et énergie avec mon café...  ça je ne saurais m'en passer

doveline.
Abonné

Ne t'inquiètes Lyphae si tu fonds à vue d'oeil... c'est plutôt une bonne nouvelle... tu es sûrement très loin de ton poids d'équillibre !

Du moment que tu as maintenant appris reconnaitre et à respecter tes sensations alimentaires... il n'y a aucune raison que tu regrossisses comme dans le cas d'un régime... et puis à 23 ans on perd beaucoup plus rapidement qu'à bientôt 53 ans... le métabolisme est beaucoup plus élévé.

C'est vrai que la méthode des docs... où ils nous apprennent si l'on n'a pas faim à décaler voir à sauter les petits déjeuners ou les autres repas d'ailleurs... est une méthode surprenante... après plus de 30 ans de règles diététiquement correctes où l'on nous apprend le contraire... à anticiper la faim... qui de fait nous fait de plus en plus peur et qui est à l'origine d'une partie des compulsions.

La méthode LC n'est pas facile à apprendre... mais une fois qu'on arrive à la maîtriser insconciemment... je pense qu'on a enfin gagné !!!

Belle journée à toutes et à tous,

doveline

Haut de page 
X