Le perfectionnisme - le 29/01/2012

Claire de Linecoaching
Abonné

Bonjour,

Ce programme me fait prendre conscience que mon perfectionnisme est la cause de la plupart de mes EME : je me jette à 100% dans un projet, je ne pense plus qu'à ça ... ou presque puisque je pense à tout le reste que je devrais faire  et que je ne peux pas faire.

Je me trouve alors dans un état émotionnel douloureux mélant le découragement , la culpabilité, et l'insatisfaction.

Au final, incapable de choisir entre mon projet et le reste, je ne fais rien et je mange ... des tablettes entières d'un chocolat que je n'aime pas vraiment !
J'essaye bien de faire de la RPC dans ces moments là, mais je n'y arrive pas : je n'ai pas le temps avec tout ce que j'ai à faire !

 

Je me rends bien compte en l'écrivant à quel point mon comportement est ridicule, mais sur le coup je n'arrive vraiment pas à avancer et à me sortir de cette impossibilité de faire des choix qui me paralyse.
 

Quels conseils pouvez-vous me donner pour lutter contre ça ? Des livres à lire ?

J'ai vu qu'il y avait un outil émotionnel sur le perfectionnisme mais je n'y ai pas encore accès.

 

Merci d'avance pour vos réponses !

Commentaires

G.Apfeldorfer
Votre coach

 

Certaines personnes ont un haut niveau d’exigence, tant vis-à-vis d’elles-mêmes que des autres. Un haut niveau d’exigence conduit à donner le meilleur de soi-même, et souvent, cela se traduit par des réussites. Mais aussi, les personnes perfectionnistes n’acceptent ni les erreurs, ni les imperfections, ni le moindre échec. Elles estiment que la moindre erreur remet en question la totalité de leur travail. Cela conduit à un fonctionnement en tout ou rien, les perfectionnistes préférant ne rien faire que faire quelque chose imparfaitement.

Les perfectionnistes se mettent la pression, et leurs commentaires intérieurs préférés sont : il faut / je dois.

On devient perfectionniste parce qu’on a eu des parents exigeants, avec des standards élevés pour leur enfant. Ou bien, on peut chercher à compenser un sentiment d’imperfection, dû à des critiques et dévalorisations parentales, ou bien des critiques, moqueries répétées par exemple dans des internats, de la part d’adultes ou d’autres enfants et adolescents.

Ou encore, on a « bénéficié » des parents parfaits, gentils et hyperprotecteurs. L’enfant jamais critiqué, jamais puni, en tire l’impression qu’il est trop fragile pour supporter toute réprimande, tout sentiment négatif. Il en retire de la honte et un sentiment de vulnérabilité.

Pour se sortir du perfectionnisme, il faut donc accepter d’être… imparfait. On s’y fait très bien, en fait, et quel soulagement de laisser la perfection à une entité supérieure, ou bien à nulle entité, selon ses croyances !

Notre programme propose des outils pour s’entraîner à l’imperfection, c'est-à-dire à l’état naturel de l’humanité. D’ici à ce que vous y ayez accès, je vous conseille la lecture du livre de Christophe André, « Imparfaits, libres et heureux ».

Bon, cette réponse ne vous semblera sans doute pas parfaite, je m'en rends compte, mais je l'accepte, et vous aussi, j'espère.

Lia.
Abonné

Tag j'ai aussi ce soucis, ca me bouffe un max de temps puisque faire quelquechose=le faire extrêmement bien! l'outil proposé dans le parcrous consiste à choisir uen tâche et la faire consciemment "imparfaite". Moi ca m'aide beaucoup. Par ex un mardi soir réunion d'assoc c'est moi qui anime. Plutôt que comme d'hab y passer 3 heures de temps, tout préparer, tout maitriser. alors que les gens qui viennent n'attendent même pas cela de moi.......j'ai choisi de limiter mon temps de préparation à 30mn.

C'était super comme expérience, j'ai du coup laissé plus de temps de parole et de possibilité de réagir aux autres personnes, en plus j'ai demandé de l'aide à quelqu'un qui m'a répondu très rapidement là ou j'aurai passé des plombes à résoudre le truc seule etc......

Avec cet entrainement je dégage du temps, et ce temps je le consacre par exemple à me faire plaisir et vivre de bonnes sensations.

isabellej.
Abonné

hello

c'est le signe du perfectionniste de ne pas avoir le temps....

en effet, pour lui, si ce n'est pas parfaitement fait, ça ne sert à rien de le faire

du coup on se sent régulièrement dépassé par les tâches, car on s'impose un niveau de perfection que personne ne nous demande

pour la RPC, pas besoin de la faire parfaitement, il suffit de fermer les yeux qq minutes et de respirer...   mais bien sûr si on veut la faire bien parfaitement, dans les bonnes conditions, au moins 20min, etc..  très vite impossible de caser ça dans son emploi du temps

je n'avais pas vraiment conscience, avant de venir ici, que c'était mon perfectionnisme qui faisait que la plupart du temps j'agissais moins que mon mari

lui fait les choses, de façon tout à fait imparfaites, moi je bloque car faire les choses de façon imparfaite, c'est quelque chose que mon orgueil ne tolère pas   (enfin  parlons au passé....   j'ai commandé le bouquin, d'ailleurs....)

labiche29.
Abonné

Eh oui le perfectionisme quelle galère!

J'ai acheté le livre "Imparfait, libre et heureux" mais je n'arrive pas à le commencer. Hasard?

Je me reconnais dans vos témoignages: plutôt ne pas faire que faire à moitié.

J'ai hâte d'arriver aux exercices pour apprendre à être ou faire imparfait!

Bonne soirée à tous et toutes

lorraine
Marraine

Toujours dans l'idée d'être ds le perfectionnisme......... :

Y  a aussi le refus d'un emploi, parce que "je ne suis pas compétente" sous entendu je ne fournirai pas un travail parfait dès la première journée d'embauche ! Alors que toutes les preuves extérieures (entretien d'embauche, tests psychotechniques, paroles d'amis) existent...Les petites voix des démons intérieurs prennent le dessus.

C'est oublier l'importance de l'apprentissage ou plutôt ne pas savoir qu'on a le droit d'apprendre avant d'être efficace à 100%, ceci pour le boulot mais aussi toute autre activité. (Clin d'oeil : avec LC on est ds l'apprentissage.....)

C'est avoir cru parce que entendu pendant toute l'enfance ou "tu sais tout de suite (c'est magique!) et t'es bonne ou tu ne sais pas et t'es nulle ! " C'est l'incompétence d'adultes (réaction de défense face à un enfant...sans défense !) qui ne sont  pas très pédagogues  et qui n'ont pas touvé la méthode d'enseignement adaptée

Et c'est comme ça que pendant des années on fait en dessous de ses possibilités....Ne pas prendre de risques de peur de l'échec (qd c'est pas parfait selon ses critères  à soi c'est forcément nul et donc échec)

Mais un jour y a le déclic, tant qu'il y a de la vie, on peut avancer....

J'ai lu le livre de C ANDRE, j'ai bien aimé, c'est un livre aidant, celui sur les états d'âme aussi

Bonne fin de dimanche et bonne semaine à toutes et tous

mamzelzoï.
Abonné

J'en ai déjà parlé sur un autre fil, mais pour moi la prise de conscience de mon perfectionnisme c'est par un livre qu'elle est passée : "entretiens avec mon évier", un livre sur le ménage et l'organisation de la maison. Le message est, en gros, mieux vaut 5 minutes de ménage très souvent et imparfaitement que faire à fond pendant des heures de temps en temps. Je m'inspire de ça pour beaucoup de choses maintenant.

Dans un autre domaine, ma spécialité c'est d'acheter des bouquins et encore des bouquins pour approfondir un sujet avant de passer à l'action. Résultat... souvent au bout du compte je ne fais rien. En ce moment c'est peintures et enduits pour la maison... j'accumule les livres mais pour l'instant mes murs n'ont pas évolué d'un iota! Va bien falloir que je m'y mette, mais peur de ne pas le faire parfaitement!

Isabellej, je prends note pour la RPC : mieux vaut quelques minutes que rien du tout...

Tag.
Abonné

Bonjour et merci à tous et toutes pour vos réponses !

 

Dr A. ah oui le "il faut" qui tourne en boucle dans ma tête avec son grand ami "il faudrait" ! Je vais réfléchir aux causes du perfectionnisme mais la devise de mes parents étant "Peu importe ce que tu choisis de faire, fais-le mieux que les autres", je crois que j'ai une piste de ce côté là.
Pour le non-perfectionnisme de votre réponse, il n'y a aucun problème, je n'attend pas du tout des autres qu'ils soient parfaits.
Merci pour le conseil de lecture, je viens de le commander sur le net.

Lia, ça m'arrive aussi de choisir de limiter mon temps et donc de faire quelque chose d'imparfait ... mais c'est toujours accompagné de culpabilité, celle d'être fainéante.

Mamzelzoï, je suis comme toi pour les bouquins, je lis plein de trucs avant de me lancer.

Respirons pour être moins perfectionniste alors !

 

 

Zéphyr.
Abonné

"ça m'arrive aussi de choisir de limiter mon temps et donc de faire quelque chose d'imparfait ... mais c'est toujours accompagné de culpabilité, celle d'être fainéante." Oh la la comme ces mots me sont familiers!

Bref... Il y a tant de pensées parasites dans chacun de nous que je me demande comment en défaire tous les noeuds!

En prendre conscnience est sans doute la première étape, et la plus décisive, j'espère...!

leena.
Abonné

Leena, 25 ans,  perfectionniste, j'apprends l'imperfection depuis que je suis ici. C'est dur mais j'tiens le coup.

Aïe aïe aïe, je le sais, je suis comme vous, je lutte !!!

Et c'est dur de lutter contre cette tendance, surtout quand elle vous a permis de mener à bien vos projets, qu'elle vous vaut (un peu) de reconnaissance des autres et qu'elle est si ancrée dans votre vie (la façon de conduire, de ranger quand on reçoit, de répondre aux messages, de peser ses mots en réunion...)

Mais qu'est-ce que c'est épuisant !!! Et qu'est-ce qu'on est heureux quand on lâche un peu. Je m'initie à l'imperfectionnisme depuis que j'ai lu "L'apprentissage de l'imperfection", un super bouquin que je vous recommande, écrit par un perfectionniste qui a fini prof à Harvard, qui sait donc de quoi il parle...

Et finalement, c'est pas si pire d'improviser. Testé et approuvé récemment : un repas improvisé entre amis (oups, bah on va faire de simples spaghettis tomate basilic, mais avec beaucoup d'amour et de partage, c'est le top !), ne pas préparer de topo pour présenter son travail en réunion (après tout, je sais de quoi je parle : j'y passe suffisamment de temps !) ou encore supporter le bor... (relatif d'ailleurs) dans son salon en présence des invités.

Et pour les causes, y a pas à chercher bien loin : un paternel prof de maths, passionné d'orthographe qui vous serine toute votre enfance que 19 est une mauvaise note... Et le discours d'aujourd'hui quand j'aborde le sujet avec lui : "Ma fille, reconnais que tu ne serais sans doute pas arrivée là si je n'avais pas été comme ça avec toi" Ah non, si tu savais... C'est clair que je ne serais peut-être jamais tombée dans la spirale de l'hyperphagie après avoir connu la restriction si on n'avait pas eu autant d'exigence envers moi. Enfin avec des si...

Le perfectionnisme, pfff. Un défaut dont on peut certes tirer des bénéfices, mais je dirais plutôt une qualité pernicieuse, et destructrice...

Bref... Retour au moment présent !

A 25 ans, j'apprends (enfin) à être heureuse parce que ça on m'a pas dit que c'était important... Tiens ça me rappelle la chanson France culture d'Arnaud Fleurent-Didier, qui me met les larmes aux yeux...

Allez, c'était ma séance défouloir sur le divan virtuel ! Je suis désolée : ça n'a peut-être pas fait beaucoup avancer le schmilblick, mais ça m'a fait du bien !

Merci de m'avoir lue.

mamzelzoï.
Abonné

Leena, j'ai beaucoup aimé ton message!

Lily.
Abonné

Bonjour,

Que ça réconforte de vous lire ! Que de temps perdu à ne pas se sentir à la hauteur, à avoir peur du jugement des autres, à repousser à plus tard les plus beaux projets, juste par peur de ne pas savoir faire, de n'être pas assez rigoureuse, etc, etc...

En viellissant, on progresse forcément un peu, on gagne en sagesse, on relativise, on ne cherche plus LE bonheur et on apprend à cueillir tous les petits bonheurs, mais quel long chemin...

Bonne route à toutes (et tous, y a bien quelques hommes perfectionnistes, ici, non ?)

Lily

lys.
Abonné

Bonjour Dr A en lisant votre réponse , j ai tout de suite fait le parallele avec le regime hyperproteine qui en soit est intenable donc est une épreuve pour le perfectionnisme en fait ce régime est vecu comme raté et je crois que l auteur le dit lui meme une once de sucre et tout est fichu ,ce n est pas exactement le terme qui est utilisé mais je n en suis pas loin !

et je sais que personnellement ce régime depuis que je suis lc m est devenu impossible ,mais il attire toujours mon perfectionnisme ,il y a une partie de moi qui voudrait y arriver car en plus la perte de poids est rapide ,mais ma question etait surtout est ce que vous croyez qui il y a un lien entre perfectionnisme ,restriction impossible donc mise en echec de ce perfectionnisme et ceci est tres douloureux voir angoissant et le cercle infernal de la restriction cogintive intenable et ce sentiment de craquer donc de tout rater ,comment detruire ce perfectionnisme qui me semble chez moi la cause de mes ennuis    lys

FloD75.
Abonné

Bonjour, 

Comme je me reconnais dans tout ce qui a été écrit, tous les exemples, y compris celui de refuser un emploi car je ne me sens pas compétente. Et j'en ajouterai le fait de ne pas poster de commentaire aussi souvent que je le voudrais : car écrire des messages dont la syntaxe et l'orthographe sont toujours correctes, toujours argumentés ont raison de moi ! Alors moi aussi je vais essayer de ne pas faire des posts parfaits. Hourra !

Rose-PetitBeurre.
Abonné

Bonjour,

 

Je vous rejoins au club des perfectionnistes !

l'art de se pourrir la vie pour des broutilles, je connais. Voir le verre à moitié vide (et même vide tout court), aussi.

Toujours pointer ce qui ne va pas, dans tous les domaines : le physique, l'alimentaire, le ménage, le travail, etc.

Donc, je bascule dans le tout ou rien : soit tout est rangé et propre chez moi, soit c'est le bazard... Soit je me lance à fond dans un projet soit je ne fais rien. Mais je mets la barre toujours trop haut et du coup^, je me décourage !frown

Avec LC, j'essaye d'apprendre à relativiser, à cerner mes priorités, à avoir une vue d'ensemble sur les choses... Je dis bien : j'essaye. Les vieilles habitudes, les pensées automatiques sont dures à apprivoiser, et surtout à repérer.

J'ai pris conscience de mon perfectionnisme il y a peu de temps... avant, je me disais "je ne peux pas dire que je suis perfectionniste puisque je ne suis pas parfaite". Si c'est pas beau ça !

une phrase que j'avais lue un jour "il n'y a pas besoin d'être parfait pour commencer quelque chose de bien", et aussi "il n'y a pas de perfectionniste heureux"...

Des bises imparfaites, mais avec du coeur, à tout le monde kiss

Juliaan.
Abonné

J'adore ton message. Tu m'as fait rire!!

ET c'est super que tu sois si jeune et que tu aies compris cela. Moi j'ai attendu 40 ans pour y arriver et encore y a des choses bien ancrées!!

ccil.
Abonné

j'adore le message de Leena!

Le moment présent c'est si important!!!!

Moi en ce moment, je crois un peu aussi grâce à ce site, j'apprends la confiance! La confiance dans le moment présent, la confiance en moi. En fait si on se fait vraiment confiance, pas besoin d'être "perfectionniste" car ce que l'on doit faire "de mieux"  viendra tout seul!

emma4.
Abonné

je viens de lire ce post et j'en ai presque pleuré tellement je me retrouve , ca fait un peu comme une "claque" !

je me lance à fond dans les projets, je trouve une idée géniale alors je veux la mettre en place correctement je me prepare à fond pour que le jour ou je m'y mette tout soit préparé et si à un moment donné ca ne se passe pas comme prévu ben j'arrete tout en me disant je reprendrai tout depuis le depart pour faire tout bien comme il faut au lieu de me dire c pas grave re prends comme tu peux.

c peut etre brouillon ce que j'ecris, mais par exemple ww ou dukan, avant de m'y mettre je m'etais fait une liste de tout ce qu'il fallait acheter, j'avais fait sur l(ordi des listes de recettes,....

autre exemple pour ceux qui connaissent j'ai essayé la methode flylady (pour le menage) et bien pareil j'ai fait plein de liste (routines,...) et des que j'en loupe une j'arrete tout et je me dis que je recommencerai quand j'auraisplus de temps, que je serai prete.

et resultat je pense un temps pas possible sur l'ordi ou à tout preparer plutot que de faire et apres quand je vois que j'ai pas reussi je m'en veux,...

c'est tout ou rien avec moi je me retrouve completement quand vous dites "je prefere rien faire plutot que de faire quelque chose d'imparfait) !

j'ai une mere maniaque , moi j'etais bordelique et depuis que j'ai des enfants je deviens comme elle ! actuellement je travaille à50% et dans 2 mois je change de boulot et repasse à100% je suis super heureuse de changer mais je stress complet par rapport par rapport à l'organisation à la maison!!!

je suis vraiment contente de ce site ou ca nous ouvre les yeux sur plein de choses.....

savylaeti.
Abonné

Ah oui, moi aussi le perfectionnisme me tue a petit feu, mais j'y travaille bcp depuis que je suis sur LC car je vois combien ca me mine et ca me gache la vie... Comme toi emma4, je passe des heures a confectionner des plans, des plannings, des routines, sur mon ordi, au lieu de juste 'faire'! Just do it! Quelle perte de temps et d'energie! L'internet me gache aussi bcp de temps. Je n'arrive pas a croire que l'ere electronique nous bouffe finalement plus de temps que l'ere non-electronique, du bon vieux papier et crayon (et je ne suis pas vieille, hein - j'ai 35 ans!) - a part l'aspirateur, la machine a laver, l'ordi, le frigo, le congel, et les lumieres, je n'ai besoin de rien d'autre ds la vie moderne. L'internet me facilite la vie dans mon metier (je suis editeur, c'est bien pratique pour verifier les faits), mais me fait perdre des heures et des heures car on est tres facilement distraits. Et je parle de ca car mon perfectionnisme est lié a ca - si je ne lis pas TOUT ce qui est offert (sur le net, ds les magazines, dans les livres), alors je crois que je loupe qqch. Du moins c'est ce dont je me suis rendu compte il y a qqs mois, du coup maintenant je fais tres attention et me rappelle que je ne pourrai jamais tout lire ni tout savoir, il faut juste choisir judicieusement...

A lire: Imparfait, libre et heureux. Dr A l'a deja recommande plusieurs fois sur le forum et les chats, mais je le mentionne encore. Je l'ai lu il y a 5-6 ans, vraiment bien. Je devrais le relire d'ailleurs, car je ne me rendais pas compte a l'epoque a quel point ca me gachait la vie. Donc si je relis maintenant que j'en sais plus sur moi-meme, ca devrait bien aider.

Voila! Bises a toutes et tous et bon courage pour la voie de l'imperfection, tellement liberatrice!

Berthie.
Abonné

Je viens juste de commencer le programme (deuxième jour) et je lis ce matin votre réponse Docteur. Vos paroles me réconfortent vraiment. J em'y retrouve bien. J'ai eu une mère très exigeante qui m'a fait sauter des classes, voulait que je sois toujours en tête de classe. J'ai appris, il est vrai, que l'on peut rebondir à partir de ses échecs. Mais cette idée d'apprendre à être imparfaite, je ne l'avais jamais entrevue. J'y découvre pour moi, une des causes à vouloir me protéger par la nourriture. Je crois qu'en fait, je vais apprendre beaucoup de choses sur moi-même. Je voulais aussi vous dire Docteur que les premières vidéos que j'ai pu consulter avec vos conseil, m'ont déjà beaucoup éclairée. Donc, je pars, confiante.. Merci

Orange Cadmium.
Inscrit

Je suis réconfortée  de vous lire, je vais aller faire un petit peu de rangement imparfait.wink

Kaylee
Marraine

[quote=Orange Cadmium]

Je suis réconfortée  de vous lire, je vais aller faire un petit peu de rangement imparfait.wink

[/quote]

Mais qu'est-ce qu'on serait chiantes, ou ennuyeuses, si on était parfaites ! On serait lisses, glacées, on perdrait toute personnalité... 

isage109.
Abonné

[quote=Kaylee]

[quote=Orange Cadmium]

On serait ..... glacées,

[/quote]

Encore ?! Mais c'est une obsession KAYLEE, as-tu pensé à consulter ? hiihi

Je te taquine, ça me manquait wink

bisou MAX

anne-marie35.
Abonné

Bonjour ,

c'est drôle , j'ai acheté le livre 'imparfaits libres et heureux ' il y longtemps mais je ne l'ai pas lu , je l'ai passé à une copine chez qui j'étais hier en me disant 'ouah !! elle m'invite alors que c'est le basard chez elle et je crois bien que cela ne lui pose pas l'ombre d'un problème!!" j'aurais mieux fait de le lire aussi

ma mère a été bonne à tout faire dans une famille bourgoise dès l'âge de 15 ans ,elle détestait sa condition , crachait dans les plats avant de les servir

elle est devenue commerçante , mon père chef d'entreprise , et là , ma soeur et moi sommes devenues ses 'portes drapeaux ' , nous devions quelque part laver ce passé douloureux .Faire du piano ( ma prof de conservatoire me tapait la doigts à la rêgle ) , faire de la dance , de la gym , ma grand mère ne savait pas lire et moi j'ai un bac + 5 en sciences politique , je vous laisse constater la marche franchie en 2 générations ! Nous devions être en même temps , des fées du logis , repasser , cuisiner , être jolies , coiffées maquillées

Toutes ces injonctions étaient ponctuées de ' tu n'arriveras jamais à rien , quand tu seras grande , tu seras balayeuse , même pas , car quand tu seras grande , il faudra avoir son bac pour balayer et toi , tu ne l'auras pas !!'

ma soeur et moi devions affronter nos peurs comme de petits soldats , faire une colo trop jeune en pleurant tous les soirs car les colos c'est comme le service militaire , il faut en faire , participer à des concerts de piano ,  des galas de danse et de gym

La question du poids s'est posée très vite , au début lorsque je ne finissais pas mes plats , ma mère me posait mon assiette sur la cuvette des toilettes !! avec ordre de ne sortir qu'après avoir tout mangé ! je mangeais des douceurs en cachette , mes parents sortaient beaucoup nous laissant seules , souvent nous nous enfermions dans une chambre avec nos provisions

les régimes ont commencé à 5 ans , j'ai dû voir tous les spécialistes de la terre , des marabouts , des magnétiseurs , des médecins ....

j'ai souvent l'impression d'être une handicapée de la vie , je ne fais rien simplement , ma mère me disait toujours 'on te jugera !! sur tout !! 'un jour , j'avais mis le linge à sécher sur le fil , elle m'a dit que c'était du travail de souillon , que si quelqu'un voyait ça , je serais jugée comme ça

depuis mes armoires sont rangées parfaitement ! et le bazard me met dans des états d'angoisse impossible

 

j'ai grandit , et là , on a commencé à me dire ' on sera toujours là pour toi quoiqu'il t'arrive "

donc une panne de voiture , une machine à laver en panne , je n'appelle pas le dépanneur j'appelle papa

comme si j'étais incapable de rêgler le problème moi même , après le désamour , j'ai eu le sur-amour , le trop , l'éttouffement  , la négation de moi même

comment s'en sortir , comment être moi tout simplement après tant de conditionnement ??

la tâche me semble compliquée

anne-marie35.
Abonné

Bonjour ,

c'est drôle , j'ai acheté le livre 'imparfaits libres et heureux ' il y longtemps mais je ne l'ai pas lu , je l'ai passé à une copine chez qui j'étais hier en me disant 'ouah !! elle m'invite alors que c'est le basard chez elle et je crois bien que cela ne lui pose pas l'ombre d'un problème!!" j'aurais mieux fait de le lire aussi

ma mère a été bonne à tout faire dans une famille bourgoise dès l'âge de 15 ans ,elle détestait sa condition , crachait dans les plats avant de les servir

elle est devenue commerçante , mon père chef d'entreprise , et là , ma soeur et moi sommes devenues ses 'portes drapeaux ' , nous devions quelque part laver ce passé douloureux .Faire du piano ( ma prof de conservatoire me tapait la doigts à la rêgle ) , faire de la dance , de la gym , ma grand mère ne savait pas lire et moi j'ai un bac + 5 en sciences politique , je vous laisse constater la marche franchie en 2 générations ! Nous devions être en même temps , des fées du logis , repasser , cuisiner , être jolies , coiffées maquillées

Toutes ces injonctions étaient ponctuées de ' tu n'arriveras jamais à rien , quand tu seras grande , tu seras balayeuse , même pas , car quand tu seras grande , il faudra avoir son bac pour balayer et toi , tu ne l'auras pas !!'

ma soeur et moi devions affronter nos peurs comme de petits soldats , faire une colo trop jeune en pleurant tous les soirs car les colos c'est comme le service militaire , il faut en faire , participer à des concerts de piano ,  des galas de danse et de gym

La question du poids s'est posée très vite , au début lorsque je ne finissais pas mes plats , ma mère me posait mon assiette sur la cuvette des toilettes !! avec ordre de ne sortir qu'après avoir tout mangé ! je mangeais des douceurs en cachette , mes parents sortaient beaucoup nous laissant seules , souvent nous nous enfermions dans une chambre avec nos provisions

les régimes ont commencé à 5 ans , j'ai dû voir tous les spécialistes de la terre , des marabouts , des magnétiseurs , des médecins ....

j'ai souvent l'impression d'être une handicapée de la vie , je ne fais rien simplement , ma mère me disait toujours 'on te jugera !! sur tout !! 'un jour , j'avais mis le linge à sécher sur le fil , elle m'a dit que c'était du travail de souillon , que si quelqu'un voyait ça , je serais jugée comme ça

depuis mes armoires sont rangées parfaitement ! et le bazard me met dans des états d'angoisse impossible

 

j'ai grandit , et là , on a commencé à me dire ' on sera toujours là pour toi quoiqu'il t'arrive "

donc une panne de voiture , une machine à laver en panne , je n'appelle pas le dépanneur j'appelle papa

comme si j'étais incapable de rêgler le problème moi même , après le désamour , j'ai eu le sur-amour , le trop , l'éttouffement  , la négation de moi même

comment s'en sortir , comment être moi tout simplement après tant de conditionnement ??

la tâche me semble compliquée

izabelle
Animatrice forum

ouh là, bonjour le "poids" de l'éducation

heureusement tout cela c'est du passé

il y a le conditionnement, les angoisses, oui, mais aujourd'hui c'est à toi d'être le propre parent de toi-même, te traiter d'une autre façon

essaie d'être pour toi-même le parent imparfait mais aimant que tu aurais souhaité

c'est le bonheur du moment présent, dans le présent tu peux créer tout ce que tu veux,   tu peux faire ce que tu veux, avoir les attitudes que tu veux

bien sûr on a des souvenirs, des conditionnements, mais bien heureusement cela ne détermine rien du tout, ça nous donne juste des "réflexes" que l'on peut changer avec de la patience

et surtout de s'engager vers ses propres valeurs, ce qui donne du sens à sa propre vie

anne-marie35.
Abonné

Merci Isabelle pour ta réponse

un jour en entretien d'embauche , la psy m'a dit ' vous allez porter vos valises longtemps ?? '

je n'ai pas compris , maintenant , je comprends , et je tente d'être aux commandes de ma vie , à 48 ans , je n'ai plus mal au ventre quand ma mère m'envoie une remarque comme un os à ronger ,

donc j'avance  !! chouette

la vie m'a gâtée , je suis maman de 3 ados merveilleux , que j'ai fait , dans MON ventre , et les regarder grandir est une source de bonheur et d'épanouissement permanent

je suis plus positive , et j'espère bientôt plus constructive

 

encore merci

Kaylee
Marraine

[quote=isage109]

[quote=Kaylee]

[quote=Orange Cadmium]

On serait ..... glacées,

[/quote]

Encore ?! Mais c'est une obsession KAYLEE, as-tu pensé à consulter ? hiihi

Je te taquine, ça me manquait wink

bisou MAX

[/quote]

Ben... frown c'est pas de ma faute si j'habite en face de chez Pxxxxd smiley

P.S. pour celles qui ne sont pas en France, Pxxxxd c'est une chaîne française de magasins de produits surgelés, rien que des surgelés, avec des glaces délicieuses, entre autres, qui ferme à 19 h 30 même le samedi et qui se situe juste en face de chez moi, je vois même leur devanture de la fenêtre de ma chambre, et je n'ai que la rue à traverser...

Milagros
Abonné

Bonjour à ceux qui me liront s'il y en a.

Je ressuscite ce fil dont les témoignages sont incroyablement forts et parlant pout tous ceux qui souffrent du même mal. Certaines diront peut-être ah elle recommence avec son perfectionnisme. Encore !, mais pour moi c'est très sérieux, il m'a pourri la vie et continue allègrement à me la pourrir.

J'ai commencé LC en juillet 2015 et je ne suis toujours pas arrivée au bout du programme. Je sais, c'est fou ! Je n'arrive pas à me mettre en situation d'apprentissage, d'expérience ; je ne peux pas à accepter de ne pas arriver à faire les choses bien ; si je bloque sur une situation (comme en ce moment je bloque sur une étape depuis 5 mois au moins, je ne sais plus…), il m'est impensable de demander à la sauter, parce que si c'est prévu, je dois le faire, parce que si c'est prévu c'est que j'en ai besoin et que la sauter faussera tout, etc.

Moralité : je viens de remonter sur la balance et après des mois et des mois de yo-yo sans perte significative (pas plus d'1,5 kg), je suis revenue au poids que je faisais au moment de mon inscription.

C'est désespérant. J'ai beau savoir que c'est la cause de tout, je n'arrive pas à mettre la barre moins haut.

Bonne journée à vous.

reborn60
Abonné

Bonjour Milagros,

As-tu relu le préambule de ce fil écrit par Gérard Apfeldorfer ?

Je viens de le faire et il est très "parlant" et déculpabilisant, teinté d'humour.

Et je te conseille le livre de Tal Ben-Shahar "l'apprentissage de l'imperfection" qui a été d'un grand secours pour la perfectionniste que j'étais, un peu soignée depuis, et qui travaille toujours à l'être moinswink.

Il prône l'optimalisme :

- faire de son mieux, dans l'acceptation de ses forces et de ses faiblesses, sur lesquelles on peut travailler, bien sûr, c'est-à-dire accepter son "humanité" évoquée par le doc,

 en lieu et place du perfectionnisme :

- faire parfaitement, quand l'imperfection n'est pas de ce monde.

Ca dit quelque chose évidemment ce blocage que tu fais sur une étape du programme. T'en es-tu ouverte à un(e) coach de LC ? Cela pourrait t'aider d'avoir un regard extérieur.

Belle journée à toi.

Evelyne

Milagros
Abonné

Bonsoir Evelyne,

Merci de ton commentaire. J'ai lu l'apprentissage de l'imperfection, je le conseille même à certains de mes étudiants … Intellectuellement, je comprends et je suis d'accord avec ce qu'il y est dit. C'est le passage à l'acte que je n'arrive pas à faire. 

Je n'ai plus d'entretiens téléphoniques. Béatrice m'a envoyé il y a 2 mois ou plus, les renseignements pour demander un pack d'entretiens, je sais que ça me ferait du bien mais je n'arrive pas à franchir le pas. Un peu comme un enfant qui sait qu'il n'a pas bien fait ou pas fait ce qu'il faut et qui du coup n'arrive pas à demander de l'aide. je sais c'est idiot, mais je suis complètement bloquée. Je reviens aujourd'hui sur les forums après un long temps de silence et ce n'est déjà pas évident pour moi…

Il faut que je prenne le temps pour moi, que je me convainc que cela vaut le coup de le faire, que je le mérite et que je ne pourrai pas m'en sortir seule.

Bonne soirée et encore merci.

reborn60
Abonné

Au plaisir de te lire bientôt, ici ou sur un autre fil, poser ses mots ne peut être que productif, c'est déjà en soi une démarche d'action.

Pensées amicales.

Evelyne 

izabelle
Animatrice forum

Eh bien tu as raison Milagros, le mieux est déjà de commencer à revenir ici, parce que déjà en parler  c'est le premier pas

c'est sur quelle étape que tu bloques?

derrière le perfectionnisme, il y a autre chose, je ne doute pas que tu saches pertinemment, intellectuellement qu'il faut le lacher

mais si tu n'arrives pas à le lacher c'est bien parce que ça correspond à une peur très puissante

la peur n'en a rien à faire de nos "arguments"  alors le premier pas je pense c'est de contacter cette peur et de la faire un peu remonter à la surface

 

j'ai créé un fil qui s'appelle  "rendez-vous avec mon émotion", je pense que ça pourrait s'appliquer pas mal....  c'est dans le forum " expé du programme"

Milagros
Abonné

Merci Evelyne.

Merci à toi aussi Isabelle. Toujours prête à venir en aide aux âmes dans la tourmente.

Je suis bloquée à l'étape J'ajuste ma consommation journalière à mes besoins et mon appétit prévisionnel. J'ai saisi des données le 8 janvier, le 11 janvier et puis … plus rien. Le fractionnement est au-dessus de mes forces. Je n'arrive pas à accepter la frustration que cela occasionne.

A cela s'ajoute le fait que je suis en situation de pré-diabète et que mon médecin m'a dit de faire très attention avec les glucides. Du coup, cela m'a créé des envies de sucres épouvantables. Je me suis surprise à avoir envie de manger des choses qui ne me tentaient pas vraiment avant, moi qui suis plutôt "bec salé". Ça m'a déstabilisé. J'ai le sentiment de ne pas faire LC, de ne pas faire ce que me dit mon médecin, bref d'avoir tout faux.

Et c'est aussi le sentiment que j'ai dans ma vie. Je voulais prendre soin de moi, me coucher tôt, me remettre à bouger, méditer 10-15 mn le matin, être plus active dans le travail,… et j'ai l'impression que je me suis figée dans la vie comme mon corps se fige dans la graisse. Je procrastine pour tout et n'ai donc aucune satisfaction parce que rien n'avance. Voilà où j'en suis.

Désolée pour la tartine. frown Vous pouvez fractionner et revenir plus tard … 

Je suis bien convaincue qu'il y a une peur puissante derrière tout ça ou une multitude de peurs, parce que pour me faire autant de mal à moi-même, il faut vraiment qu'il y ait un sacré blocage. Est-ce que j'arriverai à la/les regarder en face ? Je ne sais pas.

Je vais aller voir le fil que tu m'indiques. Je voulais aussi finir de lire ou même reprendre au début le bouquin de Harris Le piège du bonheur car les petites voix 'je suis nulle' et 'les autres font tellement plus de choses et moi je me noie dans un verre d'eau' ou encore 'je n'y arriverai jamais' sont assourdissantes en ce moment. 

En fait, je voudrais mettre en place plein de choses, je sais que je ne dois pas essayer de tout changer en même temps (mais en même temps j'ai envie de résultats rapides) et je n'arrive pas à établir des priorités. Je ne sais pas par quoi commencer. Bref, c'est le bazar dans ma tête…

 

izabelle
Animatrice forum

eh oui ça fait beaucoup  de  "il faut, je dois....."

moi je partirai d'une chose : "je n'arrive pas à accepter la frustration que cela occasionne"

prends rendez-vous avec ta frustration, par exemple tous les midis, à une heure précise, par exemple après le repas en question que tu dois fractionner

la frustration soit là,  ressens-là dans ton corps, et surtout ressens les émotions liées à cette frustration

là tu peux débloquer quelque chose

tant que tu essaies de mettre en place plein de choses pour essayer de te calmer, de t'apaiser, c'est comme mettre un pansement sur une jambe de bois

prends rdv avec ta frustration, vis-là en pleine conscience  et à mon avis il y a une grande foule d'émotions qui devraient remonter rapidement....

à un moment donné, il faut y aller, tu sais, ne plus tourner autour du pot, parce que ces émotions me semblent très puissantes parce que tu les as bloquées depuis longtemps, mais dans le fond ce n'est pas grand chose, c'est juste la vie humaine, et parfois on a aussi besoin de pleurer un bon coup

 

moi je l'ai fait ce rendez-vous avec la frustration : au troisième jour elle avait disparue

mais dans ton cas je pense qu'elle cache derrière elle une frustration émotionnelle et des émotions de tristesse

bon je dis ça... pure intuition,  toi seule pourra le découvrir

Milagros
Abonné

Je vais essayer d'organiser ce "rdv", mais je ne pense pas que la frustration disparaisse au bout du 3ème jour effectivement.

C'et très mystérieux pour moi, tout ça. Je crois que j'ai nié mon corps et mes sensations pendant très longtemps. Je ne me souvenais que j'avais un corps que pour le malmener avec des régimes. Il faut que j'apprenne à lui redonner une place, sa place et à écouter ce qu'il a à me dire. Tu as raison, il faut que j'arrête de tourner autour du pot parce que là je me suis figée, j'ai l'impression d'être dans une voie sans issue.

Merci izabelle.

TasseAThe
Ancien abonné

Bonjour,

Moi je viens de commencer l'étape sur le perfectionnisme du programme... 

Ce que je trouve difficile dans ces exercices sur les pensées automatiques, c'est de prendre du recul au moment où on les vit, et de réaliser que tiens oui là c'est maintenant que je dois suivre les conseils !

 Moi ce n'est que bien après, en fin de journée quand je me dis "mais mince je n'ai rien fait pour LC aujourd'hui, je n'ai pas eu de pensées automatiques ou perfectionnistes" que  j'en cherche... et je me rends compte que tel mal-être ou comportement, vu sous tel angle, ça serait bien du perfectionnisme... Du coup je n'arrive pas à faire l'exercice quand il faut car je ne détecte que trop tard que j'aurai du le faire, et je ne remplis pas le carnet. En plus le carnet ne permet pas de noter ces moments où, oui j'ai eu tel comportement mais non, je n'ai pas suivi le protocole. Moi ça me donne le sentiment de passer à côté de l'exercice car du coup je ne note rien, ça me parait impossible à suivre en 4 jours :-/

Comment faire ?

Merci pour vos conseils 

Milagros
Abonné

Bonsoir TasseAThe, Je n'ai pas croisé cette étape. Comme je suis là depuis 2015, je me demande si cette étape ne fait pas partie du nouveau programme et si je vais y avoir droit. j'aimerais bien. Peux-tu me dire comme s'intitule exactement cette étape, s'il te plait ?

TasseAThe
Ancien abonné

Bonjour

L'activité est optionnelle, on la suit seulement si désiré. Pour moi elle a été proposé après le travail sur les pensées automatiques. Elle s'appelle :

Je travaille sur mon perfectionnisme

Bonne journée

Fanette
Ancien abonné

Bonsoir!smiley

Milagros, si tu savais à quel point tes mots font écho en moi. Les tiens et ceux de quelques autres; je viens de relire ce fil depuis le début. TasseAThé, prends peut-être ça pour une première étape. Pour moi aussi cette étape a été laborieuse. Dans un premier temps, je n'identifiais pas les pensées automatiques. C'est mon bilan du soir qui m'aidait à repérer les moments de procrastination perfectionniste. Les "il faut" ont été les plus faciles à repérer. Je les ai transformés en "j'aimerais" et "je veux". "Je veux" correspond à ce qui touche au plus près mes valeurs/values. C'est quelque chose qui m'a permis de passer à l'action de façon plus ciblée et plus fréquente, de moins procrastiner et de moins angoisser. Mais c'est loin d'être automatique. Le travail sur l'acceptation émotionnelle commence à porter ses fruits. Tout cela se complète, et vaille que vaille, je progresse vers une féconde imperfection.wink

Je me répète mais parmi les choses qui m'ont bien aidée à me revaloriser, il y a les défis et activités sur les pensées positives, sur le scan de sa journée avec pour mission de ne relever que ce que l'on a fait de bon pour soi et pour les autres. Il y a aussi le fil 3 choses agréables qui m'a bien portée dans des moments difficiles. Je ne suis pas au bout de mes peines mais je progresse doucettement. 

Milagros, je vais te dire des choses que tu sais déjà: ce programme est généré par un logiciel qui ne prend pas en compte ton histoire ni toutes tes caractéristiques, il nécessite des ajustements et il est conçu pour être adapté. C'est en faire un emploi tout à fait orthodoxe que d'en demander une modification ponctuelle. L'étape sur laquelle tu bloques doit pouvoir être déplacée ou neutralisée. Tu peux demander à ce qu'on ajoute l'activité dont parle TasseAThé si tu penses qu'elle te sera bénéfique (ouh, j'avais écrit "bébéfique", c'était joli mais il a fallu que je corrige!). Ce programme doit être amené à devenir bon pour toi, il n'a pas vocation à te rendre malheureuse. Allez, cheer up, tu vas parvenir à dépasser cette difficulté, c'est sûr!

Faites de beaux rêves!

TasseAThe
Ancien abonné

Mille mercis Fanette heartheart

Je me sens mieux, je vais le faire plus sereinement et choisir des défis en relation.

 

reborn60
Abonné

Un petit coucou Milagros, Fanette, TasseAThe, et autres perfectionnistes qui se soignent (dont je suis wink).

Evelyne

Milagros
Abonné

Coucou Evelyne et Fanette et TasseAThe. j'espère que vous allez bien.

J'essaye de revenir.

Ce n'est pas évident mais c'est important pour moi car les derniers mois ont été difficiles et cela s'est traduit par une jolie prise de poids… Je bats mon record… Et plus ma courbe monte et plus mon estime de moi plonge…

il faut donc que je réagisse, que je fasse à nouveau attention à moi et que j'arrive à revenir en faisant de mon mieux, sans me mettre la pression, donc sans faire LC comme un régime car c'est ça qui m'a fait sortir de la route. frown

Demain matin, je vais renouer avec Petit Bambou. wink

reborn60
Abonné

Heureuse de te lire Milagros,

Bon retour parmi LC et n'hésite pas à t'appuyer sur la communauté, même juste pour lire les posts, ça aide énormément.

Bonne journée.

Evelyne

reborn60
Abonné

Petit rappel tiré du chat d'hier avec J.-P. Zermati :

"Le perfectionnisme, ce n'est pas la volonté de bien faire. C'est la peur de mal faire".

Pour qui ça intéresse, le lien vers le chat est ici.

Bonne journée.

Evelyne

 

 

reborn60
Abonné

Et encore, de notre doc préféré wink :

"Certaines choses, à force de répétition, finissent toujours par marcher. Même si on les fait de travers !"

"C'est bien pour ça que les perfectionnistes sont pénalisés. Ils s'efforcent de faire parfaitement des exercices qui de toutes façons porteraient leurs fruits même s'ils étaient mal faits. Cela les conduit bien souvent au découragement et à l'abandon".

Ca remet nos habitudes et croyances en perspective, non ?

reborn60
Abonné

Et pour les intellos dans mon genre qui passent plus les choses à la moulinette de la réflexion qu'à celle de l'expérimentation :

"Pour avancer vite, il est plus rapide de commettre une erreur et de la corriger que de réfléchir longuement."

A l'action, tou(te)s !

Haut de page 
X