Aller au contenu principal
Accueil forum       Retour à liste des sujets

les lettres aux proches

Notre rapport au corps Mon corps et moi!
10 Aoû 2012 à 09h

Bonjour

 

Avez-vous réussi à écrire vos lettres aux proches ? Pour ma part, j'en suis à 94% de mon parcours, et pourtant je n'y arrive toujours pas.

Je crois que je sens confusément que ça peut être douloureux et destabilisant, c'est comme si je refusais de prendre conscience de ce qu'écrire ces lettres me permettrait de découvrir sur moi.

Quelle est votre expérience de ces écrits ? quelles ont été vos difficultés dans leur rédaction ? Que vous ont-ils apporté ?

Voir le dernier message

27 commentaires

Bonjour

Merci à vous toutes d'avoir participé à ce forum. Je ne suis pas beaucoup intervenue à l'écrit, mais j'ai lu attentivement chacun de vos posts. A chaque fois, ça a provoqué une ouverture en moi, et ça y est : je les ai enfin écrites, ces fichues lettres.

Je les ai mises sur mon blog.

C'est aussi une première pour moi, ça, d'avoir un blog... LC mène à tout !smiley

 

L'écriture de ces lettres m'a permis de me rendre compte que je suis extrêmement ambivalente quant à une perte de poids. Et aussi que je n'ai pas fini de me surprendre moi-même...

Encore merci pour votre participation, vos conseils, votre soutien et vos témoignages.

Bonne continuation.

Moi je trouve excellent cet exercice.

J'ai fait hier la première lettre alors que je suis en début de parcours. Peu importe à qui je l'adresse, en fait; la consigne, c'est juste quelqu'un que l'on n'a pas vu depuis 3 ans, pour lui raconter l'évolution.

Je me suis aperçue que je faisais aujourd'hui porter à l'amaigrissement un seul bénéfice fondamental : être plus élégante. Elégance de l'âme, du langage, du corps nu, du corps vêtu... En ce moment, je fantasme l'élégance. J'ai d'ailleurs déjà fait un peu de chemin dans ce sens ces 3 dernières années.

La deuxième lettre est tout à fait intéressante, bien que je ne l'aie pas encore écrite : Qu'est-ce qui m'empêche d'être plus élégante dès maintenant ? J'ai en tête bien des femmes rondes et élégantes, psychologiquement et physiquement élégantes. Bien souvent, l'on se croit empêché alors qu'on est la seule personne à s'empêcher. Je vais chaque semaine m'atteler à un petit défi pratique lié à mon fantasme de l'élégance (encore une fois, élégance physique ou psychologique). Me maquiller les yeux ou m'interdire le moindre gros mot ou rire de façon plus contenue ou m'offrir ces magnifiques chaussures féminines à talon peu élevés que j'ai vues en vitrine l'autre jour, en tout cas les essayer pour voir si elles sont confortables, car je vise l'élégance ET le confort...

Bravo Sitâ, bravo Elsab !  Et j'adore cette idée de se l'adresser à soi-même (parler au petit enfant qui est en nous :-) ?), et encore plus de se la faire parvenir pour une date ultérieure. Merci du tuyau ;-).

Alors il m'arrive quelque chose de très comique (ou pas loool :-P ?).  Dans mon message plus haut, je me disais pas prête de les relire mes 2 lettres.  Et vlà t'i pas que là, tout de suite, maintenant, à la lecture de ton post Sitâ, je me dis que revenir y jeter un oeil alors que j'y pense, c'est une bonne idée. 

Je relis la lettre de réussite, tout baigne, écrite il y a 3 mois, l'état d'esprit correspond encore mieux et tout, et tout.  Puis je regarde pour ma lettre d'échec et ... beh ... j'avais écrit un paragraphe et pi c'est tout !?!   Incroyable !  Dans mon esprit, je l'avais écrite moi.  Sûre, certaine, je l'aurais juré mordicus !!!  Eh beh non !  Non de non ! 

Alors je me dis "Bah, ça, c'est un signe Ma Cocotte, fais-le maintenant alors" ... eh beh ... non ... ça ne va pas.  Ca bloque.  Ca coince.  Impossible.

Mais en fait, ce n'est même pas l'aspect perte de poids raté qui me rebutte. C'est tout ce qu'il y a autour.  Je réalise qu'en fait, la perte de poids est devenue accessoire pour moi. Quoiqu'il arrive, je ne saurais pas écrire une lettre d'échec puisque j'ai la sensation d'avoir tellement gagné là où je n'attendais rien en arrivant.  J'ai gagné en confiance, j'ai gagné en sérénité, etc.

C'est comique.  Ca me fait sourire.  Décidément, le psychologique me fascinera toujours :-).

J'ai décidé de laisser décanter encore quelques semaines, et comme aujourd'hui, je retournerai voir ce brouillon ... et puis on verra bien.  Comme disait une certaine pub de chocolat où il y a des vaches mauves tatouées "... Te casse pas la tête !" ;-).

En tout cas, un grand merci à toutes, car ce sont vos différentes interventions qui me font avancer !

 

Bonne idée, Sîta que cet auto-envoi. J'ai enfin pu faire ma lettre aux proches alors que la première tenative il y'a quelques mois était impossible, car j'étais submergée par mes émotions. Je ne pouvais pas envisager d'échec et la réussite changeait ma vie de façon si radicale que j'en étais bouleversée.

Là (elles sont sur mon blog si ça vous intéresse) j'ai pris un énorme recul par rapport à moi-même, les blessures se referment peu à peu, en fait et l'auto dérision me fait du bien.. Je peux rire de qui je suis et ne plus être une victime. C'est vraiment bon et ça montre que le processus est loin de concerner la seule aiguille de la balance....

Bon, la seconde était aussi douloureuse que prévu ^^

En passant, j'ai pensé à quelque chose qui pourrait intéresser celles et ceux d'entre nous qui veulent prolonger l'exercice : dans la mesure où nous sommes quand même les principaux intéressés, pourquoi ne pas nous écrire à nous-mêmes ? Il y a un outil qui pourrait servir à cela, et que vous trouverez ici : //www.mailenium.com/fr/default.aspx

Ce service, assez récent, propose d'envoyer des courriers, des colis ou des mails dans le futur. En d'autres termes (moins science-fictionesques), programmés pour arriver à telle adresse, à telle date. Et l'envoi de mails est gratuit  :)
Je ne l'ai pas encore testé mais ça tombe bien, j'avais justement des choses à dire à mon moi du futur !

Idem pour moi : j'ai commencé par la seconde. Parce que c'était plus facile, parce que j'arrive en fin de parcours sans quasi avoir maigri et parce que... en rédigeant la première aujourd'hui j'ai réalisé pourquoi je ne maigrissais pas... et que ça n'a pas été une partie de plaisir.

Parce que lire celles de Floppie m'a donné le déclic je les mets aussi sur mon blog, quasi jamais utilisé jusqu'alors.

Merci à Clémentine d'avoir posé sa question. Je serais sans doute passé à côté sans ce rappel.

Bonsoir tout le monde,

Ca y est, jai posté sur mon blog (première fois que je l'utilise) ma lettre aux proches.

J'ai commencé avec celle où je n'avais pas maigri parce que je pense qu'elle me correspond mieux et non parce que je crois que je ne vais pas y arriver

Aussi, peut-être, parce que j'ai l'impression que dans cette démarche LC, le plus important n'est pas de maigrir mais d'être en paix avec soi-même alors, je commence par ça et, sans doute, pour l'instant, je n'imagine pas du tout plus mince, du coup cela ne m'inspire rien

Patience et longueur de temps valent mieux que..... enfin, en bonne italienne, je dirais plutôt "chi va piano, va sano, va lontano" !

Vous connaissez tous, je crois :)

Biz

Teresa

C'est incroyable comme je me retrouve dans tous vos témoignages !!!  Je suis passée par les mêmes interrogations, questionnements, réflexions ...

Je ne les ai pas encore relues mes 2 lettres.  Pour le moment, je ne le "sens" pas ... comme si ça pouvait "jeter le mauvais oeil".  Comme quoi, il a fallut que je me sente prête pour les écire, maintenant, il faudra que je me sente prête pour les relire.

En tout cas, bravo les Filles : je suis ce post au fur et à mesure, et je vous vois évoluer, c'est gai à lire et je voulais vous le dire ;-).

Bon. Après vous avoir lu j'ai écrit... celle où je n'ai pas maigri ! Ben, c'est terrible mais je n'arrive absolument pas à faire l'autre. Et les EME sont au RV ! grrr...

Ça y est, je l'ai fait, j'ai écrit les deux lettres... (J'ai failli abandonner trois fois avant de me décider à vraiment m'y mettre, mais bon...).

En les relisant après coup, il y a quelque chose qui me frappe : dans celle où j'ai réussi, je ne parle pas de poids. Pas à un seul instant je ne mentionne le poids perdu ! Je parle d'avoir trouvé un équilibre, d'être devenue capable de prendre soin de moi, d'être devenue capable de me faire respecter... Par contre, dans celle où j'ai échoué, je parle de mon poids, je me lamente de n'avoir pas perdu... Que faut-il en conclure ?