Ma grande difficulté c’est ne pas manger quand je n’ai pas faim - le 24/08/2011

Jade.
Abonné

J’ai toujours envie et besoin de me remplir pour me réconforter mais ça commence à me jouer de sales tours d’abord sur ma digestion et sur mon tour de taille !! Il y a des fois ou rester à jeun me ferait un grand bien mais j’ai PEUR de ne pas manger, en fait j'ai peur de m'écouter... Je me dis toujours "et si je me trompais" alors je mange et je mange sans réelle faim

En fait je dois désapprendre à me remplir

Commentaires

Tag.
Abonné

Jade,

Sois patiente, ça va venir !

J'étais comme toi, au moindre petit signe que je prenais pour de la faim, au moindre petit gargouillis, au moindre signe de fatigue, je mangeais.
Mon petit cerveau justifiait tout ça de façon très rationnelle :
Je suis constipée / j'ai un peu mal au ventre -> je vais manger des pruneaux, des fruits ou boire du jus d'orange
J'ai un peu faim -> je vais manger un bon goûter pour ne pas avoir faim avant ce soir
Je suis fatiguée -> je vais manger un yaourt ça va me redonner un coup de fouet
etc.

En plus, comme c'était agrémenté de culpabilité et que ça ne correspondait pas à ce dont mon corps avait besoin, ça se terminait en grand n'importe quoi avec une bonne grosse compulsion.

Depuis que j'ai commencé le programme, le fait de devoir cocher avant chaque prise alimentaire "Aviez-vous faim avant de manger ? Oui / Non / Je ne sais pas" m'a obligée à me poser moi-même la question. Une sorte de déclic s'est produit en moi, je ne me précipite plus au premier petit gargouillis, j'attends un peu d'être sûre d'avoir vraiment faim. Parfois ça passe, alors je me dis que ce n'était pas vraiment de la faim, parfois ça ne passe pas, alors je mange et je coche "Oui".

Ensuite, avec l'étape de dégustation, j'ai compris que c'était plus facile de déguster et que les aliments étaient bien meilleurs quand j'avais vraiment faim que quand je croyais avoir faim, ça a été une découverte aussi.

Ce programme est une succession de petites découvertes personnelles qui nous permettent d'avancer, petit à petit.

Bon courage pour la suite !


 

Line77.
Abonné

Coucou Jade,

Je suis comme toi, j'ai un mal de chien à ne pas manger quand je n'ai pas faim mais que c'est l'heure, ou quand je me sens en état de faiblesse (mentale). J'ai beau savoir que je n'ai pas faim, j'ai beau être (parfois) dans un inconfort physique parce que trop "pleine", rien à faire. Peur de manquer ou d'avoir faim, sensation d'avoir déjà trop mangé donc autant y aller à fond... Et si parfois j'arrive à me passer de petit dej ou de déjeuner s'il le faut, autant le dîner c'est terriblement difficile.

Je sais pourquoi le dîner est important pour moi : c'est le seul repas complètement détendu de la journée (le petit dej c'est la course, le déjeuner, c'est au boulot...) C'est le repas de la détente, de la convivialité... et à l'inverse, lorsque tout va mal, c'est celui des compulsions et de la solitude des dimanches soirs. Alors pour ces bonnes et ces mauvaises raisons, c'est dur de faire une croix dessus. Mais la méthode line coaching m'aide. Je ne crie pas victoire trop vite, mais par exemple ce soir, je crois que je vais réussir à ne pas manger alors que je n'ai pas faim. A ne pas dîner quoi. Inconcevable il y a encore quelques semaines.

On a fait un énorme déjeuner festif entre collègues ce midi, on a beaucoup mangé et je n'ai clairement pas digéré encore... Et depuis que je suis rentrée à la maison, une seule idée en tête "dîner... dîner"... J'ai cherché à imaginer comment je me sentirais si je mangeais (la réponse = encore plus mal physiquement, et pas mieux mentalement) Je me suis dit que demain, j'ai un petit dej client où on va nous gâter, et que si j'arrive en ayant faim, sans être remplie à raz bord, hé bien je pourrai en profiter en toute tranquilité et sans complexe. Alors que si je me bourre ce soir, non seulement je serais malade, je ne me sentirais pas vraiment mieux, mais je ne profiterais pas à fond des bonnes choses de demain (en terme d'appétit et de culpabilité). J'ai ensuite fait une séance de pleine conscience pour calmer une certaine frénésie (inquiétude). Et l'envie est passée... je ne sais pas si ce raisonnement est bon, en tout cas c'est la première fois que j'arrive à laisser tomber un dîner. J'ai la sensation d'avoir fait un pas en avant. Même si c'est un pas de fourmi plutôt que de géant. Je pense qu'on peut désapprendre à se remplir (j'aime ton expression, je la ressens très fortement). Je commence à goûter cette sensation de ne pas être pleine. Paradoxalement parce que je commence à réaliser que c'est le fait de ne pas être pleine qui va me permettre de continuer à manger des bonnes choses. Enfin je n'en suis qu'au tout début de mon parcours, donc il y aura sans doute des hauts et des bas, des avancées et des reculades, et des fourvoiements. Mais je crois qu'on peut s'en sortir. Il y a de l'espoir! smiley

@Tag, je suis tout à fait d'accord avec toi!

Line

Chandler.
Abonné

@Line : bravo ! et même si jamais tu n'as pas tenu et que tu as diné quand même, on voit bien que ça travaille, alors ça va finir par venir !

Soleluna
Abonné

les filles,

tout pareil. Moi aussi je dois désapprendre à ne pas me remplir quand j'ai pas faim. C'est bête non? Bête comme chou même, dis comme ca. Mais qui sait ce qui se cache derrière cet acte? et j'ai fait ca toute ma vie, alors c'est pas facile. Parfois tout cela me semble titanesque..

Jade.
Abonné

Ohhh les filles quels encouragements ! Merci, je me sens moins seule et très très encouragée à poursuivre ce que j’ai deja compris. Je suis mille fois mieux quand je mange plutôt que quand je me remplis (vilain héritage de mes crises hyperphagiques où si je ne suis pas pleine à craquer je ne suis pas « contente »). Quand je ne me remplis pas je garde le plaisir pour le repas successif et surtout je ne combats pas avec l’inconfort de la culpabilité… En effet, c’est tout un apprentissage pour moi et chaque jour est une mise à l’épreuve mais dans le sens positif car j’essaie, je me teste et c’est enthousiasmant. J’apprends à avoir de la patience vis-à-vis de moi-même et ca marche ! Mon objectif principal est bien de désapprendre à me remplir ! En fait maintenant que je sais que je peux me permettre tout et que je n’ai plus d’aliments tabous, ma peur de manquer n’a plus aucun sens mais je dois m’en convaincre intérieurement car les réflexes sont dur à mourir !!!  Bref patience et indulgencesmiley

tita.
Abonné

Ca me fait du bien de lire vos experiences..

Pendant un moment, j'avais l'impression que j'arrivais bien a attendre d'avoir faim (la plupart du temps) mais que depuis que je me suis inscrite sur LC, je n'y arrive plus. Vos petits conseils vont m'aider a reprendre la main ... enfin a attendre la faim...

Merci, Tita

fine67.
Abonné

Merci à vous toutes pour vos témoignages et petits conseils.

Je suis actuellement incapable de savoir si j'ai faim ou pas, si je mange pour me remplir ou par faim. Comme si mon corps avait décidé de ne plus rien éprouver. Peut être que cette rentrée a été trop perturbante dans d'autres domaines ? Je crois que je vais reprendre le carnet, car moi aussi, quand je note, cela me fait me poser les questions et mon corps aurait tendance à me répondre plus clairement !

Haut de page 
X