maman souhaitant pratiquer alimentation libre avec ses enfants - 23082012

masala.
Abonné

Bonjour,

j'ai débuté ce programme il y a 2 jours à la suite de recherches sur l'alimentation libre avec les enfants (respect de leurs sensations de faim, du choix des aliments, de l'heure, de la satiété...).

J'ai donc décidé de m'inscrire pour moi , car j'ai vraiment besoin de me réconcilier avec mon corps, me reconnecter à mes envies réelles et soigner mes compulsions alimentaires... pour cesser de culpabiliser...

.. mais aussi pour ne pas commettre d'erreurs avec mes enfants, c'est-à-dire éviter de suivre le modèle assez classique que j'ai reçu : on mange à l'heure du repas, tous ensemble la même chose, on termine son assiette avant de passer la suite...

Je souhaite qu'ils n'aient pas de soucis avec l'alimentation plus tard et donc leur permettre de suivre ce que leur demande leur corps. Mais ce n'est pas évident car les habitudes reçues reveinnent au galop, car c'est difficile de se dire qu'on ne mange pas tous ensemble la même chose (convivialité, facilités d'organisation...) . Et comment être certaine que c'est vraiment la bonne voie, qu'on ne se trompe pas complétement et qu'on ne portera pas préjudice à ses enfants.

 

Donc si quelqu'un veut échanger avec moi à ce sujet (je le concède peut-être loin des motivations de la plupart d'entre-vous), ce sera avec plaisir.

 

Et sinon, je serai aussi heureuse d'échanger sur notre avancée dans le programme, nos doutes (éventuels), nos petites joies (très certainement)...

Commentaires

Alx31.
Abonné

Bonjour,

Je suis maman de deux enfants (5 ans et 2 ans et demie) et cette idée d'alimentation libre me fait très peur.

Enfant, je n'avais pas de limites alimentaires et j'ai pu très jeune manger n'importe quoi, n'importe quand et notamment devant la télé. Jusqu'à 12 ans ça allait car j'ai grandi très vite mais ensuite, j'ai commencé à grossir car je ne me souviens absolument pas si j'ai un jour écouté ma faim. Je mangeais par ennui.

Ne voulant absolument pas reproduire ça avec mes enfants et trouvant indispensable qu'ils aient des habitudes, des repères, ils ne font que 4 repas par jour. Par contre, je ne les force jamais à finir leur assiette. Ils doivent manger des aliments de toutes les familles alimentaires et s'ils n'ont plus faim pour les légumes, ils n'ont plus faim pour le dessert! Ils peuvent sauter un repas mais ils savent qu'ils devront attendre le repas suivant. Je ne pense pas qu'un enfant soit capable de dire de quel aliment précis son corps a besoin à l'instant présent. Il faut absolument leur proposer (et s'assurer qu'il y goûtent) une alimentation variée et équilibrée. Sans cela, il y a selon moi des risques de carences. Bien manger cela s'apprend, ce n'est pas quelque chose d'inné comme la marche.

Il faut penser à leur socialisation: à l'école où les repas sont à heures fixes et même plus tard, au travail...

Il faut penser à toi aussi, à l'organisation que cela demande: une envie de couscous à 10h du matin, ce n'est pas forcément gérable!!

Sans plaisanter, je pense vraiment que cela peut être dangereux pour des enfants.

masala.
Abonné

Bonsoir et merci pour la réponse.

 

Chez moi, c'était le contraire et j'ai aussi à un moment donné mangé par ennui... (en cachette en plus).

Je n'imagine pas non plus donner à mes enfnats à manger à toute heure du jour et de la nuit. Par ailleurs, gérer des repas à des heures différentes pour chacun me semble très difficile. Par contre, si un enfant n'a pas faim, je ne le force pas à manger, à terminer...

Et par exemple ce midi, c'était salade composée avec toutes sortes de légumes, fromages, croutons, lardons... à disposition et chacun de composait son assiette.

Par ailleurs, je commence à m'autoriser à donner le goûter à 15h20 si mon enfant à déjà faim ou bien à 17h si pas faim avant. Je précise qu'ils ont 5 ans, 3 ans et même pas 2 ans.

J'ai remarqué qu'un jour ils vont ne manger que de la ratatouille, le lendemain que de la semoule, un autre presque que du jambon. Ils ont donc bien l'air de se réguler sur la semaine. Mais j'ai besoin aussi de me rassurer de ce côté là et ne pense pas que je les laisserai manger à tout bout de champ...

080413075303_Rikki.
Abonné

Masala, je pense que la convivialité du repas est une chose essentielle dans notre société, et que faire "frigo ouvert" n'est certainement pas une bonne solution... surtout si c'est tout le temps. 


Mais tu as raison, manger en écoutant les sensations et pas en étant rivée sur la pendule est une bonne chose. On a mangé léger à mide et on s'est bien dépensés après ? C'est normal d'avoir faim à 15 h 20, allons-y pour un bon goûter bien reconstituant. Moi, ça ne me choque pas, bien au contraire. 

 

Je ne force pas non plus mes enfants à manger de la viande s'ils n'en ont pas envie, ni à prendre de grandes quantités de tout. Par contre, je pense que manger un peu de tout fait aussi partie de la bonne éducation, et je régule un petit peu de ce point de vue là, ne serait-ce que pour qu'ils sachent se tenir en société. Je n'ai pas envie que les gens qui les invitent aient des diablotins à table !

masala.
Abonné

Rikki, je pense que je vois les choses à peu près comme toi car j'aime la convivialité des repas, que malgré tout les journées sont rythmées aussi pour eux par des horaires : école, cantine...

Mais à table, j'essaie de rester très cool sur ce que chacun mange ou non, beaucoup ou non.

Courtepatte.
Abonné

Voilà un sujet qui me passionne et me pose question à moi aussi!

J'ai un enfant de presque 6 ans, et il mange de façon très déconcertante. La plupart du temps, il n'a pas faim, c'est un petit appétit (et un assez petit format, ce qui me tracasse - mais quand je suis allée il y a trois ans chez le médecin avec lui, inquiète parce qu'il était parmi les plus petits de sa classe, elle l'a mesuré et pesé, m'a affirmé que le rapport taille/poids était impeccable, puis elle m'a demandé: "Vous voulez savoir pourquoi il est petit?" - "Oui, oui, Docteur, je vous en prie!" - "Rentrez chez vous, prenez votre mari par la main et mettez-vous devant un miroir, vous aurez l'explication!" (1,70 m pour mon mari, 1,57 pour moi!); à part ça, il est en bonne santé, assez rarement malade, et il déborde (presque trop!) d'énergie.

Contrairement à moi, il semble ne pas être gourmand ni intéressé par la nourriture (c'est comme son père: pour mes deux hommes, manger est une perte de temps).

Je l'admire parce qu'il me semble être un parfait mangeur régulé: quand il n'a plus faim, il ne mange plus, point.

Je pense (mais je n'ai jamais pris la peine de noter) que sur le moyen terme, il ne mange pas si déséquilibré que ça: certains jours, il va reprendre de la viande 3 fois, puis trois-quatre jours de suite, refuser d'en manger plus qu'une ou deux bouchées (le seul point sur lequel j'insiste, c'est que j'essaie de lui faire goûter une bouchée de chaque chose). Il refusera les légumes pendant trois ou quatre jours puis mangera presque un demi chou fleur cru à l'apéro avec de la sauce Cocktail...

Depuis que j'ai découvert les docteurs Zermati et Apfeldorfer, j'essaie d'intervenir le moins possible avec le gamin. J'essaie juste de monter mon propre enthousiasme face à la nourriture, et de le faire cuisiner avec moi quand je peux (mais ça ne donne pas de résultats spectaculaires, il reste très méfiant vis-à-vis de la nourriture).

Je voudrais même supprimer la règle "pas de dessert si tu n'as pas fini ton assiette", mais là, j'ai encore trop l'impression de désobéir à ma mère, et mon mari y est tout à fait opposé (opposé à la règle, pas opposé à l'idée que je désobéisse à ma mère!)

Ca m'intéresse vraiment d'échanger avec vous sur tous ces sujets!

masala.
Abonné

Bonjour,

mon aînée est aussi un petit appétit. Et je dirai que mes 2 grands s'autorégulent bien à priori. L'autre jour, pr exemple, lors d'un pique-nique, mon aînée m'a tendu la bouchée de pain qui lui restait se son sandwich en me disant : "Je n'ai plus faim !".

Chez nous, pas de règle "Si tu ne termines pas, pas de dessert !". Par contre, je commence tout juste à ne même pas les obliger à goûter et à les autoriser par exemple à manger 3 fois du fromage plus un yaourt (Alors que chez moi la règle était yaourt ou fromage.)

 

J'échangerai donc avec plaisir sur le sujet (Et pourquoi pas essayer de noter ce nos enfants mangent sur une semaine pour voir s'ils mangent équilibré dans l'ensemble ?)

 

Bonne journée.

 

Masala

Mushroom.
Abonné

Voilà une question très intéressante ! 

Pour moi, ce qui a provoqué le début de mes ennuis, ce sont toutes ces petites phrases surtout entendues dans la bouche de ma grand mère (qui était née en 1907, avait donc connu les deux guerres vous voyez le topo) quand j'étais petite, comme "Mushroom, elle est gentille, parce qu" elle mange toute son assiette !" (en comparaison avec ma "méchante" soeur qui avait un appétit d'oiseau) ou dans un autre genre "Il ne faut pas trop manger de bonbons, c'est de la saloperie". 

Je ne voulais donc surtout pas reproduire ces erreurs avec mon fils. Je ne voulais pas non plus sacraliser le dessert en lui interdisant si jamais il n'avait pas fini son assiette (ou pire comme je peux le voir parfois, en lui ressortant ses haricots verts au moment du goûter). 

 

Mais il y a environ 6 mois (mon fils a 3 ans), j'ai senti que ça devenait n'importe quoi. 

Fiston étant porté sur le sucré, il ne faisait aucun effort pour vraiment goûter ses plats, passait donc directement au dessert, ou plutôt aux desserts devrais-je dire, car il enchaînant deux, trois, quatre laitages pour se rassasier.

J'en suis donc venue à dire ces phrases horribles, comme "Encore quelques bouchées de ton plat, et tu pourras avoir ton dessert". 

Très franchement, j'ai des doutes sur la légitimité de cet ordre, mais je précise que j'essaie de ne pas en abuser (et surtout, jamais je n'utilise l'expression "terminer son assiette", la pire selon moi). Je précise aussi que ça a l'air de rassurer mon fils, qui le prend très bien... 

En fait j'essaie surtout de le faire patienter, parfois je lui dis : "ok, tu ne veux plus de ton plat, mais Papa et Maman eux n'ont pas encore fini, donc tu auras ton dessert quand eux en seront au dessert' .J'essaie aussi de commencer à le faire rester à table, pas pendant des heures bien sûr, mais l'idée est qu'il comprenne que le repas est un moment social. Ca l'incite parfois à goûter davantage de choses que s'il était tout de suite passé à la suite du repas. 

Une autre chose qui compte pour moi : je lui ai appris le sens du mot "rassasié" (même si je ne sais pas quelles sensations lui il met là dessus), et je n'hésite pas à lui expliquer que si là je ne mange pas, c'est parce que je n'ai pas ou plus faim. J'espère qu'il saura répondre aux dames de la cantine si jamais elles le forcent à finir son assiette alors qu'il n'a plus faim :)

Une bonne piste se trouve dans le livre de G. Apfeldorfer, "Mangez en paix" : il y a tout un chapitre consacré à l'alimentation des enfants, et on y découvre que leur apprendre à respecter leurs sensations alimentaires ne veut pas dire les laisser faire n'importe quoi. Il s'agit surtout de leur apprendre à manger de façon "civilisée". 

Courtepatte.
Abonné

Dire que je suis censée travailler! Mais c'est trop chouette d'avoir vos réactions, Masala et Mushroom!

Une des pires choses que j'ai vues: Ma belle-soeur forçant ma nièce de 4 ans à terminer son morceau de gâteau au chocolat du goûter, avec la petite qui en avait les larmes aux yeux, totalement écoeurée (Principe: "Quand on s'est servi, on termine son assiette, sinon c'est du gaspillage").

Moi aussi j'ai peur que mon gamin ne tombe dans le "rien que du sucré", et je négocie aussi, comme Mushroom: allez, encore trois bouchées puis tu peux laisser la fin de ton assiette. Mais je n'insiste jamais pour qu'il termine des sucreries!

Oui, ce serait chouette de noter ce qu'il mange pendant une semaine, super idée, mais là, pour le moment, je suis déjà occupée avec mon propre carnet alimentaire, donc je vais remettre ça à plus tard!

Mushroom, crois-tu possible que les enfants utilisent aussi les repas pour tester leur pouvoir? Et que quelque part, le fait que tu aies "cadré" ton fils en ne lui permettant pas de remplacer les repas par trois, quatre desserts l'a finalement rassuré? (Genre: "Maman est une grande personne et ne me laisse pas faire n'importe quoi, je suis donc en sécurité".

J'ai lu cet été le livre du docteur Apfeldorfer et vraiment beaucoup aimé le chapitre sur l'éducation alimentaire.

Bonne après-midi!

masala.
Abonné

Bonjour,

effectivement très intéressantes vos remarques.

Je n'ai pas lu ce livre, mais il le faudrait certainement. Je ne voudrais surtout pas faire d'erreurs avec mes enfants, ni dans un sens ni dans l'autre.

 

Masala

Courtepatte.
Abonné

Attention au perfectionnisme (vous partagez ce défaut-là aussi avec moi, les filles? Mon fantasme: être la mère parfaite!)... Je crois qu'on fera toutes des erreurs, comme nos mamans et nos grands-mamans... et nos bouts de choux deviendront des personnes formidables tout de même, ... comme nous! wink

kali.
Abonné

Bonjour à toutes,

Je viens de découvrir votre sujet et il m'interesse aussi particulièrement. J'ai 2 enfants de 6 et 9 ans et je poursuis une réflexion sur l'alimentation des enfants. Ma fille ainée présentais un leger surpoid il y a encore quelques mois et je suis allée consulter une diététicienne. C'était avant mon inscritpion à LC (depuis 2 semaines seulement).

La diétécienne m'a rassurée, a donné quelques pistes et les mois passant ma fille a grandi de 4 cm et n'a pas pris un gramme. Tout est rentré dans l'ordre. Elle a fait pas mal de sport et surtout ne se ressert rarement à la demande la diététicienne. J'ai trouvé cela un peu dur au début mais finalement ma fille m'a dit qu'en fait elle n'avait plus faim et qu'elle se resservait (surtout à l'école) parce qu'on lui proposait (ils ne veulent pas jeter les restent) et qu'elle mangeait donc plus que sa faim. Nos enfant sont les poubelles des cantines !!! Bref, toute seule, elle a compris qu'il fallait surtout se poser la question de la faim avant de se resservir.

J'avais déjà instauré le fait de ne pas être obligé de finir son assiette si on a plus faim. Mes enfants connaissent bien ce principe et toute la famille l'adopte.

Par contre, se "goinfrer" de choses sucrés, de dessert me pose problème car certains enfant ont une apétence pour le sucré et il faut bien intervenir. Tous les enfant ssont différents ma fille ainée est attirée par le sucre et est aussi de nature anxieuse, y aurait-il un lien ? pourquoi pas , par contre, ma fille cadette n'a aucune attirance particulière et peut très bien se passer de dessert si elle n'a plus faim.

Chez moi, le dessert est un aliment comme les autres et même si on a plus faim du plat principal on peut manger du dessert car il est parfois agréable de finir par quelque chose s ucré, de doux ou de fruité. Et on a le droit de ne pas finir son assiette et de se garder une petite place pour le dessert.

Depuis LC, j'essaye aussi de proposer si plus faim de prendre le dessert un peu plus tard si on le souhaite (quand c'est possible le week-end par exemple) et souvent on passe à autre chose...et on l'oublie.

 

Finalement, je ne pense pas qu'il y ai de recettes toutes faites et cela dépend des enfants et de leur sensibilité, leur personnalité.

LC peut s'appliquer à toutela famille, on mange si on a faim et on s'arrête quand on a plus faim mais ensuite je ne prépare pas de plats spécifiques pour chacun. Si on aime et que cela fait envie tant mieux sinon on ne doit pas avoir très faim et on attend plus tard. On peut donc prendre un dessert puisque faisant partie intégrante du repas mais pas 2 ou 3 ...

zabounette86.
Abonné

Bonjour à toutes ces dames.

Sujet fort intérressant Masala.

Alors moi, j'ai deux ados, 16 et 19 ans, et je peux vous dire qu'ils mangent beaucouppppppppppppppppp. Et pour ce qui est de l'équilibre alimentaire dont on nous rabache les principes toutes la journée (5 fruits et légumes...), et bien, ça n'existe pas à la maison. L'adolescence est une période où les enfants ont une alimentation anarchique, beaucoup de féculents, beaucoup de boissons sucrées, de grignotages ...Mais finalement, les ados se régulent très bien. Ils rentraient tard des cours (Ils ne sont plus à la maison cette année, internat pour les deux, c'est encore une étape difficile pour maman surlaquelle je ne vais pas m'étendre), prenaient un gouter (un gouter pour un ado, ce n'est pas juste un yaourt mais trois...wink )

vers 18 h 30 , et souvent à 20h30, ils avaient peu faim , voir pas du tout. Je ne les ai jamais forcés à manger, je mange dans la même pièce qu'eux pour être avec eux et pouvoir échanger, ce qui m'empêche parfois d'être moins concentrée sur mon alimentation mais j'essaie tout de même et je ne veux surtout pas me couper de ces moments privilegiés.

C'est vrai que ce sont deux garçons qui n'aiment pas spécialement le sucré notamment les gateaux. Mais j'en ai un qui est très bonbons, et l'autres très fruits, yaourts et jus de fruits ou sodas.

Bon, certes,  sont deux grands sportifs. Je ne les jamais forçés à faire du sport, par contre, quand ils se sont mis à en faire, j'étais très présente et je le suis encore ce qui implique beaucoup d'aller/retour à droite et à gauche dans toute la France, ils ne pratiquent pas le même sport et ils jouent en régionnal, aller voir les matchs, participer aux réunions des clubs, aux festivités donc parfois, week ends ou soirées bien chargées pour une maman seule mais je ne regrette rien. Cela leur a permis d'acquérir une certaine confiance en eux (J'en ai un qui est assez réservé) et d'évacuer leur stress par le biais du sport donc d'être bien dans leur corps malgré l'adolescence et il n'y a pas que cela qui les as aidés mais je vous le dirais plus bas.

Et puis, je ne m'inquiète plus pour leur alimentation même s'ils ne mangent pas beaucoup de légumes. Les goûts changent en grandissant. Je me souviens d'un Zabounette, en l'occurence moi, qui haissait le pot au feu qui se présentait sur la table tous les samedis soir durant toute une période de sa vie. Maintenant, elle en raffole.

Donc, avec les miens, je m'en sors bien mais j'en rencontre tous les jours, par le biais de mon métier, des enfants, des ados,qui sont parfois en surcharge pondérale ou anorexique malheureusement, et il y en a.... Quand je les vois régulirement, j'essaie tout en douceur d'aborder le problème de poids, de me parler un peu de leur alimentation (quand le papa ou la maman ne sont pas à leur côté pour les soins) et souvent, ce que j'entends, c'est qu'ils sont mal dans leur peau, qu'ils ont vécu ou vivent des choses difficiles que leur maman ou leur papa ne peuvent pas comprendre. Ce sont leurs paroles, en fait, maman ou papa peuvent comprendre mais souvent lorsque l'on voit notre enfant aller mal, nous leur transmettons notre angoisse involontairement, et ils pensent que s'ils continuent de se confier à leurs parents, ils vont leur causer encore plus d'angoisse. J'essaie, je dis bien, j'essaie de faire passer le message que leurs parents peuvent les comprendre mais sont parfois démunient face à eux dont ils ne souhaitent que l'épanouissement, qu'ils font ce qu'ils peuvent, que le fait qu'ils cachent les gateaux ou les force à manger (pour les anorexiques) est une preuve de leur amour car ils se préocupent d' eux, même si ce n'est pas toujours la bonne manière de faire. Je leur explique qu'ils existent des personnes, en dehors de leur entourage à qui ils peuvent parler, qu'ils ne seront pas juger et qu'exprimer tout ce que l'on ressent fait du bien. Je leur demande d'y réfléchir. Et s'ils sont ok, je discute avec leurs parents. C'est parfois très difficile pour leurs parents d'entendre cela car là, ils se disent, qu'ils ont été de mauvais parents. Et bien, je leur dit non. Moi-même, mes fils ont eu un suivi psy tous les deux, à une période différente de leur enfance, je les voyais mal et je me sentais démunie.

Tout cela pour vous dire que si vos enfants ont des problèmes de poids, essayer de les faire exprimer à ce sujet (bien sur quand ils ont 6 ans, ce n'est pas facile ni à 15 ans où l'ado se rebelle) et puis s'ils ne peuvent s'exprimer ou ne veulent pas, suggérer leurs de se faire aider. Vous pouvez me dire que ce sont de belles paroles mais j'ai vu (plutôt j'ai su) que mon plus jeune fils, à 8 ans, quand il avait ses séances chez le psy, arrivait à rester 30 minutes sans désserrer un mot et cela durant plusieurs séances pour enfin, au bout de quelques séances changer d'attitude et être au final, un ado épanoui maintenant, quand au deuxième, à 14ans, après plusieurs refus d'y aller, me demander de reprendre un rdv et ensuite se métamorphoser en un ado bien dans sa peau.

Vous savez toutes comme moi que l'on ne grossit pas pour rien, donc ne les laisser pas endurer ce que nous avons vécu.

Merci pour nos enfants qui sont la plus belle "chose" de notre vie

Bonne journée et à bientôt.

Marine75.
Abonné

Pour ma part, j'ai une fille ado de 16 ans.

Et depuis quelle est toute petite, je me suis posée cette question :

Comment en  faire une enfant, puis une ado, puis une adulte qui aura un rapport sain à la nourriture.

Sachant très bien que c'est ma mise au régime à 14 ans qui a été le début de mes problèmes de ce coté, je me suis toujours dit que je lui « interdirai » les régimes.

Il y a eu plusieurs périodes dans sa vie, où elle se trouvait "moche, grosse", et l'adolescence en est une qui dure.

Quand ca revient sur le tapis, je tente de la rassurer sur son physique (elle n'est pas tres grande, mais mince et beaucoup de ses amis envient sa silhouette).

Je lui répète qu'il ne faut pas commencer de régime, et surtout manger quand on a faim... pas par ennui...

Elle a des compulsions par moment, je trouve des sachets de bonbons dans les poubelles, mais je crois qu'elle se régule très bien.

Parfois, elle dévore à table, et parfois elle picore.

Je ne l'ai jamais forcée à finir son assiette, mais j'ai quand même essayé de lui apprendre à se servir de petites quantités quitte à se resservir. Et j'ai toujours insisté pour qu'elle goûte de tout. Elle peux aimer ou pas certains aliments, mais pour le savoir, elle doit les goûter...

Voilà, je crois que j'ai surtout tenté de ne pas faire un problème de son alimentation.

Pourtant, c'était mal parti, elle faisait du reflux et bébé, quand elle avait faim, je devais attendre 15 longues minutes après lui avoir administré son traitement pour pouvoir la nourrir.

J'ai passé beaucoup de longs moments à l'entendre pleurer avant de pouvoir enfin lui donner ses tétés et biberons...

Savi.
Abonné

Je découvre ce sujet de discussion, et il m'intéresse beaucoup.

Je me suis inscrite ici d'abord pour moi car je suis en recherche de sérénité,je voudrais faire la paix avec la nourriture, avec mon corps et mes kilos que je considère en trop. A vrai dire, je voudrais les voir disparaître pour de bon, car ils sont assez collants et reviennent malgré toutes mes tentatives de régime ...

J'ai bon espoir.

En même temps, je suis maman. Mon fils a presque 13 ans (en février), et il a commencé sa puberté depuis plus d'un an déjà, sa voix commence déjà à muer. Et qu'est-ce qu'il mange!!!! Parfois, cela m'effraie! Il est assez musclé, il sera à mon avis petit et j'ai peur qu'il se mette à grossir à force d'ingurgiter autant de nourriture...

Ma fille a 11 ans, elle a été en surpoids jusqu'il y a peu selon les médecins de la visite médicale (pas selon mon médecin traitant, ouf!) et cela aussi m'inquiétait très fort (car moi, je me sens grosse depuis ... toujours, même si j'ai commencé les régimes sur le tard, vers 30 ans - j'en ai 44). Puis il y a plus d'un an, elle a vécu un traumatisme en avalant de travers un morceau de viande, elle a cru qu'elle allait étouffer, et depuis, elle souffre d'un syndrome dont j'ai oublié le nom mais qui fait qu'elle mâche très longtemps ses aliments, et que du coup, elle sent très bien quand elle arrive à satiété. Elle mange très peu par rapport à son frère.

Je lui ai d'ailleurs expliqué hier matin que c'était en l'observant que j'avais avancé dans ma réflexion vis-à-vis de la méthode de Mr Zermati: en mangeant lentement, en savourant, en dégustant, il est possible de sentir quand on a assez, quand on est arrivé à combler sa faim. Je lui ai dit que ce qu'elle avait vécu de négatif débouchait sur une réflexion positive pour moi, que cela m'aidait beaucoup et me donnait de l'espoir. C'était un très beau moment entre ma fille et moi.

Elle comprend très bien la méthode (sur base de ce que je lui ai expliqué jusque maintenant, c'est encore bien incomplet) et elle est très contente de me voir prendre ce chemin.

Mon fils est plus inquiet (forcément, depuis qu'ils sont petits, je leur rabâche les oreilles avec l'idée que partir à l'école sans avoir pris son petit déjeuner c'est un sacrilège!). Ca fait en effet 2 jours que je ne prends pas de petit déjeuner car j'ai bien dîné la veille et je n'ai pas faim ... Mon fils se demande si ma décision ne va pas me porter préjudice ...

Par contre, il a vécu notre diner de ce soir avec étonnement car je n'ai rien forcé, j'ai autorisé le dessert même s'il n'avait pas mangé de navets, donc je pense qu'il va vite découvrir que cela a des avantages que je sois en pleine réflexion par rapport à notre façon familiale de vivre les repas.

C'est donc très nouveau, il va falloir un temps d'apprivoisement, et j'espère y arriver, autant pour moi que pour eux. J'ai trop souffert de mon rapport amour-haine avec la nourriture...

Merci de m'avoir lue, et au plaisir d'échanger avec vous sur le sujet!

Courtepatte.
Abonné

Merci à toi, Savi, pour ce beau témoignage. Quand je te lis, je n'ai aucune doute que la sérénité t'attend, et probablement pas aussi loin que tu ne l'imagines! Bonne route à toi!

mini ché.
Abonné

Pour ma part, même si je débute sur LC, la lecture de Zermati avant même d'être enceinte m'a beaucoup aidé sur l'alimentation de mon fils (bientot 6 ans)

Chez nous, les bonbons, gateaux et fruits sont rangés à sa portée, il choisit lui même son alimentation pour le goûter. Par contre, je profite de ces choix pour lui apprendre et conseiller une alimentation "saine" selon ma vision. Par exemple, s'il prend des bonbons, je l'invite à prendre un yaourt ou un fruit et pas une crepe au chocolat.

Ainsi, plutot que d'interdire, il me semble que cela lui permet d'intégrer le notion du choix et de l'équilibre. D'ailleurs, il commence à bien maitriser.

 

Pour ce qui est du repas, il mange avec nous, s'arrête quand il n'a plus faim, a tout de même le droit à un dessert s'il le souhaite. Il aime tout sauf les avocats (une chance !). C'est un mangeur régulé et pour moi, c"est une grande réussite ! yes

 

Malgré tout ça, je reste attentive, notamment à cause des messages télévisuels "trop gras trop sucré blablabla".

Ainsi à 4 ans, il a commencé à refuser de manger du jambon parce que c'est trop gras dixit le petit bonhomme.... par contre le nutella, ça ne lui posait aucun problèmesurprise

Pfffffff, je vous jure, faut faire gaffe à la boite magique !!

Isana.
Abonné

Effectivement, je rejoins Courtepatte : très beau témoignage Savi :-) !  Et merci Mini Ché pour le tien également.  C'est super positif tout ça :-) (et j'aiiiiiime le positif mdr ;-)) !

Plus j'avance dans la démarche, et en vous lisant, plus je réalise à quel point j'ai loupé le démarrage avec mon garçon de 9 ans et ma fille de 6 ans.  Je suis vraiment partie sur de très mauvaises bases, et je regrette un petit peu de n'avoir découvert les Docteurs A. et Z., puis LC, que très récemment. 

Ils ont tous les 2 hérité de mon hypersensibilité et hyperémotivité.  Mon fils est en léger surpoids, avec brimades de certains camarades d'école, et moi qui ne sait pas comment le rassurer, lui donner confiance en lui (forcément ah ha : j'en manque moi-même :-P !) et l'aider à y faire face sans que ça ne crée plus de dommages. Et ma fille de 6 ans, nickelle niveau proportions taille/poids, se trouve trop grosse et avec un gros ventre, et c'est compétion en permanence avec plusieurs copines :-S  (et comme elle a hérité de mon perfectionnisme ... on n'est pas dans la gadouuuuue :-P) ... 

Bref, je ne sais pas toujours comment guider les choses puisqu'il s'agit d'un volte-face par rapport à l'alimentation familiale.  D'autant plus que je suis fraîchement divorcée et que mon compagnon a quand même pas mal de "principes diététiquement corrects" en tête :-P. 

Enfin, au moins, vos témoignages me confortent dans l'idée que je dois persévérer et comme je pense qu'au niveau comportement, rien n'est jamais perdu, ça finira par venir ;-).  Déjà, on pratique tout doucement la RPC ensemble avec le livre de la Grenouille d'Eline Snel et ils ont accroché, et j'essaie de mettre en place des petits jeux de dégustation.  On verra bien où tout ça nous mènera ;-).

Encore merci les Filles :-).

mini ché.
Abonné

Courage Isana, rien n'est perdu !

Je te réponds vite là, vu l'heure mais je voulais vraiment te recommander cet article qui est une très bonne idée de dégustation,à mon avis

//www.penseesderonde.fr/2012/09/la-starac-des-flans.html

 

Bonne lecture !

Savi.
Abonné

J'adore aussi ce blog (pensées de ronde), c'est d'ailleurs là que j'ai lu pour la première fois le nom de Mr Zermati.

Isana, il faut laisser le temps au temps et éviter les regrets. Ici, mon fils reste légèrement inquiet qu'après leur avoir, à sa soeur et lui, asséné chaque matin qu'ils ne pouvaient pas partir à l'école le ventre vide, je me mette à prêcher autre chose ... Car depuis que j'ai décidé de m'inscrire ici, j'ai petit déjeuné rarement. Il se demande quelle mouche m'a piquée, le pauvre ;-) Mais il réfléchit quand même beaucoup par rapport au fait que savourer ce qu'on mange permet de manger moins, car il est parfois étonné lui-même des quantités qu'il avale! Il faut dire qu'il est en pleine croissance, il a pris 20 cm en un an, j'imagine donc qu'il a des besoins alimentaires plus grands!

Ma fille, qui mange très lentement et sent très bien quand elle arrive à satiété, trouve au contraire que c'est tellement super que j'arrête les régimes. D'ailleurs elle n'arrête plus de cuisiner des desserts! Là, pendant que je vous écris, elle termine la cuisson de langues de chat!!!

Je pense que ce changement de vision doit être apprivoisé, autant par nous que par notre entourage.

Jeudi soir, en allant à la zumba avec une amie qui fait attention à ce qu'elle mange depuis quelques années, je lui expliquais que j'avais signé une pétition contre les régimes. Elle m'a tout de suite dit que c'était comme dire à nouveau bonjour aux kilos!

Glups, ce genre de réflexion me fait encore peur.

Mais vous savez quoi? Comme ça fait une semaine que j'essaie d'écouter ma faim et ma satiété, tout en ne me privant pas et en dépassant régulièrement cette satiété, j'ai perdu ... 2 kilos!!!! Je n'en reviens pas, ça a un côté grisant!

Bon, je relativise, en me disant que c'est peut-être hormonal, que la première fois que je me suis pesée, comme c'était le lendemain d'un très bon resto, peut-être que ...

MAIS QUAND MEME!

Je suis super contente!

Courtepatte.
Abonné

Héhé, on dirait que ce que tu gagnes en sérénité, tu le perds en kilos... Si ça ce n'est pas une bonne nouvelle! Accroche-toi, et n'écoute pas les oiseaux de mauvais augure qui voudraient te faire revenir aux régimes traditionnels (as-tu déjà pensé aux intérêts économiques monstrueux qui se cachent derrière le "light" et derrière le "diététiquement correct"? J'espère que MM. Zermati et Apfeldorfer ont de bons gardes du corps...)

mini ché.
Abonné

Hihihi CourtePatte, j'imagine les gardes du corps de A & Z : il y a religieuse au chocolat qui est bien baraquée et monsieur cassoulet il étouffe tous les dukan et compagnie.

C'est la minute n'importe quoi esque de Mini Ché !

Isana.
Abonné

MDR Courtepatte et Mini Ché cheeky ... je vois d'ici le tableau des Bodyguards looool wink.

Mini Ché, un tout, tout grand merci pour le lien.  Je vais de temps en temps voir le blog de Penséesderonde mais trop rarement apparemment !  C'est génial cette idée de dégustation !  Il m'en vient tout plein en tête.  J'adore avoir des pistes à tester ... voilà ... là, je sens que c'est parti laugh.

[quote=Savi]

Je pense que ce changement de vision doit être apprivoisé, autant par nous que par notre entourage.

[/quote]

Je pense que tu as tout à fait raison Savi !  Merci beaucoup, je me sens rassurée et confiante.  En tout cas, bravo pour ton début de "gain en minceur" et en sérénité (toute à fait d'accord avec Courtepatte wink), tu as bien raison d'être contente et grisée !!!  A te lire, je pense que tu as tout compris au programme ! 

[quote=Savi]

Elle m'a tout de suite dit que c'était comme dire à nouveau bonjour aux kilos!

Glups, ce genre de réflexion me fait encore peur.

[/quote]

Arf... je vis le même genre de "résistance" de la part de certaines amies et proches, et ce n'est pas facile de tenir bon sans avoir l'air d'une "Illuminée" (mouhahaha ... pour faire référence à un autre post ... //www.linecoaching.com/content/accepter-de-vivre-sans-attendre#comment-28958 ... pom pom pom wink) ... je dirais que ce qui me fait le plus peur dans ce genre de propos, ce n'est pas tant la culpabilisation et l'épée de Damoclès "kilos" que certain(e)s nous font miroiter comme pour ne pas se sentir mal, eux qui font fausse route sans en avoir conscience, que le fait qu'ils font fausse route et doivent être bien malheureux ... mais quand je tente d'amorcer ce genre de débat, je parais non seulement pour un Illuminée ET une Allumée ptdr ... a-ouuuuum ... a-ouuuuum ... attendez ... j'ouvre mes chakras et mon plexus solaire ... ha ha ha wink.  Moi je dis : VIVE LA LUMIERE INTERIEURE !  Et na !

Ca me fait penser à cette phrase de Romain Gary "Rien ne vous isole plus que de tendre la main fraternelle de l'humour à ceux qui, à cet égard, sont plus manchots que des pingouins" ... je trouve que ça vaut pour d'autres domaines que ceux de l'humour mdr wink.

Bon les Mamounettes, sur ce, très bonne nuit !

Savi.
Abonné

Hello Courtepatte,

Mon amie est-elle un oiseau de mauvais augure? Je ne le pense pas ... Je crois qu'elle croit, comme moi jusqu'il y a peu, qu'elle est "comdamnée" à faire attention/régime pour éviter de grossir ... je dirais donc plutôt qu'elle manque d'information et/ou qu'elle n'est pas prête à entendre que ce qu'elle endure depuis des années, c'est assimilable à une maltraitance envers soi-même, et qu'il existe une autre façon de faire et d'être ...

Je ne vais pas chercher à la convaincre, juste lui dire que depuis que j'ai arrêté mon régime, j'ai perdu du poids ;-)

Quant aux enjeux économiques des producteurs de light, oh oui, j'y ai déjà réfléchi! Je suis prof d'économie, c'est donc une problématique qui m'est familière et qui me dégoûte ... C'est pareil pour les firmes pharmaceutiques ... c'est pareil pour Coc*-col* qui sponsorise les Jeux Olympiques ...  C'est pareil pour Montig*ac qui a fait un vrai business de sa méthode ... etc, etc, etc ...

Tu as raison d'évoquer la nécessité de gardes du corps pour Mrs Z et A (je viens de penser que c'est la première et la dernière lettre de l'alphabet! comique!).

Ceci dit,pour en revenir aux oiseaux de mauvais augure, il y en a, mais ceux-là sont jaloux, ou malveillants, ou toxiques, et j'essaie d'en fréquenter le moins possible ;-)

Bon dimanche ensoleillé!

masala.
Abonné

Bonjour à toutes,

j'avais lancé ce sujet il y a un bon mois maintenant et je suis ravie de voir qu'il vous parle aussi. Ca me conforte dans mon idée de lâcher prise avec l'alimentation de mes enfants. Et j'aime bien l'idée du conseil pour accompagner le bonbon du goûter.

 

Je suis restée muette sur le forum très longtemps, et j'ai même fait une pause du programme (pendant un mois). Je ne sais trop en donner la raison : la reprise du boulot, le rythme de la rentrée avec les enfants... et puis, je venais de terminer mon premier carnet et je n'ai pas trouvé où continuer à en remplir. Je crois que ça me maintenait dans la méthode...

Bref, aucun rapport avec ce thème mais je voulais savoir si certaines d'entre-vous avaient complétement abandonné le programme pendant un moment avant (je l'espère) de la reprendre de plus belle.

Allez, c'est décidé : je m'y remets !!!

 

bonne nuit à toutes.

Elena33.
Abonné

Oui, Masala, j'ai moi aussi complètement abandonné le programme en août (pas spécialement à cause des vacances, je suis peu partie), mais par une espèce de lassitude morale. Et je suis repartie d'un bon pied début septembre. Je te souhaite la même chose !

Amicalement

Elena

FRED73
Marraine

Moi aussi le sujet des enfants m'interesse. J'ai 2 garçons un de 4 ans et l'autre de bientôt 7. Je ne les ai jamais forcé à finir leur assiette et encore moins pour avoir le droit de manger un dessert ! Et ce que je trouve génial c'est que même pour des aliments qu'ils adorent quand ils n'ont plus faim ils n'en mangent plus. La dernière fois le plus jeune n'a même pas fini sa crème au chocolat !!!

masala.
Abonné

Bonsoir,

je n'ai toujours pas réussi à reprendre. Peut-être que  la RPC me bloque un peu aussi. J'ai l'impression que c'est impossible d'y passer autant de temps avant les repas.. comment gérez-vous les choses ?

Amicalement.

 

Masala

masala.
Abonné

Bonsoir,

je suis tout à fait d'accord avec ça.

en plus, ça fait beaucoup moins de tensions pendant les repas.

Bonne soirée.

Masala

FRED73
Marraine

Je viens de me rendre compte d'une chose importante ce soir. Mes enfants ont chacun un distributeur de pez (les petits bonbons qui reviennet à la mode) et ils étaient remplis tous les deux. Mon plus jeune fils a tout mangé d'un coup et le plus grand en a encore plusieurs jours après. Instinctivement j'ai dit au plus grand d'en donner un à son frère puis après je me suis dit que ça n'était pas juste et que ça incitait à se gaver pour ne pas qu'on nous en pique. Et moi quand j'étais enfant, je faisais comme mon aîné et ma mère me demandait de partager avec ma soeur qui avait déjà tout mangé depuis longtemps. Est-ce pour cela que j'ai peur de manquer et mange de peur que l'on m'en prenne ???

Courtepatte.
Abonné

Bien vu, tu as raison, la peur du manque peut être forte, notamment chez les aînés à qui on demande toujours d'être raisonnable et de partager. Piste de réflexion super intéressante!

Petite contribution de ma part aussi: j'ai un gamin de bientôt 6 ans qui a une véritable phobie alimentaire (je crois que ça vient de son père, qui aime très peu de choses) et qui refuse de goûter toute nouvelle chose, d'où pas mal de bagarres à table. Comme il commence à écrire, je viens de lui acheter un joli cahier At*ma que j'ai baptisé son "cahier de dégustation": chaque fois qu'il goûte une nouvelle chose, on le note dans le carnet (une page par aliment nouveau, et grâce au système At*ma on peut ensuite classer les pages dans l'ordre alphabétique), on note la date et il doit mettre une note de 0/10 à 10/10. J'ai expliqué qu'il devait regoûter plusieurs fois et voir si la note évoluait. Miracle! Depuis l'arrivée du cahier, goûter une chose nouvelle devient un jeu, il adore donner une notation (pour une fois, c'est lui le prof!) et même s'il est très content de mettre 0/10 aux courgettes (tiens donc!), il est plus nuancé que je ne l'aurais cru.

Tous les trucs étant bons à prendre, je suis contente de le partager avec d'autres parents!

FRED73
Marraine
C'est une bonne idée le cahier de dégustation. Je vais essayer et je pense que ça plaira à mon fils et même au plus jeune qui fait tout comme son frère !
Savi.
Abonné

Excellente idée, Courtepatte!

Je vais le proposer à mes enfants ;-)

bugs bunny.
Ancien abonné

Je suis trés interessée par le sujet car j'ai trois enfants de neuf, quatre et deux ans et je n'ai qu'une obcession en tête: que mes enfants est un bon rapport à la nourriture. En effet je suis repertoriée hyperphage. (je deteste être mise dans une catégorie) même si je ne peux ignorer avoir des compulsions alimentaires.

J'ai l'impression de les faire passer d'une idée à l'autre en fonction de mes lectures sur  l'alimentation.

Bon aujourd'hui, ils ont l'air d'être assez bien régulé car ils peuvent laisser de leur plat préféré s'ils n'ont plus faim. Franchement je les admire car moi, je n'en suis pas souvent capable.

J'ai mis du temps à ne pas leur interdire le dessert même si leur assiette n'était pas terminé. C'est grâce à Zermatti (maigrir sans régime). Du coup mes enfants l'adorent.

Petit problème, mes deux plus jeune enfants ce sont mis à ne manger que les desserts à chaque repas, multiplié par trois ou quatre par repas et de trés gros goûter et petit déjeuner. J'ai donc commencé à leur parlé d'équilibre alimentaire que le corps pour bien grandir à besoin de toute sorte de chose:matière grasse sucre légume, fruit... Cela s'est régulé tout seul.

Moi aussi comme vu plus haut je fait des expériences alimentaires, la dégustation de différentes variétés de tomates par exemple. Mes enfants ont adorés il y en avait de toute les couleurs.

C'est lorsque l'on va chez mes parents que c'est le plus compliqué car mon père ne comprend pas que je ne les obligent pas à finir leurs assiettes s'ils n'ont pas faim ou s'ils n'aiment pas. On atteint le haut du sommet si en plus je les autorise à prendre un dessert. J'ai l'impression qu'ils sentent les tensions car ils ne mangent quasiment rien la bas et me demandent irrémédiablement s'ils peuvent avoir leur dessert, ce qui me met assez mal à l'aise.

heureusement que des sites comme celui ci existe pour nous conforter dans nos idées.

Mon ainée, me parlait de faire un régime l'autre jour, j'ai cru que j"allais m'effondrer. Elle change morphologiquement et plusieurs personnes le lui ont fait remarquer. Elle sait que j'ai commenc'é à grossir à l'âge de neufs ans. J'ai vraiment culpabiliser. Je l'ai prise à part et je lui ai expliqué que ce qu'il faut c'est s'arrêter de manger lorsque l'on a plus faim. Elle me dit que ok mais alors elle ne mangera plus jamais de dessert de sa vie. Je lui ai rappelé qu'elle pouvait manger son dessert même si le plat n'était  pas fini. elle dit qu'elle ne sait si elle a encore faim qu'au dernier moment. Nouveaux contrat, tu gardes ton dessert pour plus tard dans la journée. Ma réponse l'a satisfaite, ouf!

Du coup elle ne mange que peu de dessert car elle n'y pense plus une fois sorti de table elle passe à autre chose, en revanche elle prend de bons goûter.

J'ai fait de nombreux régimes qui n'ont jamais aboutit à une perte de poid durable. Sans forcément en parler à mes enfants, mais il me voit faire. Du coup, j'ai l'impression qu'ils voient cette méthode comme un énième régime qui ne fonctionnera pas. Je voulais expliquer à mon aînée que ce n'était pas un régime comme les autres que c'est la méthode de Zermatti (celui qui autorise les desserts sans finir le plat précedent). Mais elle s'est discretement eclipsé. Alors je garde ça pour moi. J'ai vraiment besoin de réguler mon alimentation et de ne plus avoir de rapport conflictuel avec la nourriture pour ne plus prendre le chou à mes enfants.

 

MERCI A TOUS pour vos idées, et vos expériences.

Haut de page 
X