Manger pour son corps ou pour sa tête ? - 17032014

Nilajah.
Abonné
Bonsoir a tous, Je suis au milieu de mon carnet de la faim et j avoue être complètement perdue sur mes sensations de faim et de satiete . J essaye de me concentrer sur l apparition et la disparition des symptômes physiologiques de la faim mais je me rends compte que si j attends suffisamment ( j ai beaucoup de mal a trouver la faim moyenne la plus adéquate ) je n ai plus envie de manger , inversement j ai souvent envie de manger alors que je n ai pas faim ( pour moi je comprends que mon corps n a besoin de rien ) . Comment mon corps et mon cerveau peuvent ils être autant en déphasage ? Est ce lie aux années de régime ? Je trouve également que satisfaire une envie de manger procure plus de plaisir que de satisfaire ma faim qui réponds a un besoin que je vis pour l instant comme un besoin urgent de satisfaire. Seule une grande faim me fait vraiment apprécier ce que je mange pour sa qualité nutritionnelle . Peut être que je confonds grande faim et moyenne faim . Mais il faut que je reste quasiment deux jours sans manger pour la ressentir . Quand je commence a ressentir la faim mon cerveau me propose des aliments et je crois que je commence a manger quand l envie de manger s accompagné de la sensation de faim et pas forcément a la bonne faim. Je crois que ce qu il me manque c est la dégustation car depuis que je mange pour satisfaire ma faim je m alimenté sans plaisir en ayant peur de confondre envie de manger et besoin du corps et avec cette peur de dépasser la satiete , j ai peur de trop intellectualiser et a perdre la notion de plaisir dans le fait de manger. Voilà je suis a l affût de quelques éclaircissements ou de vos impressions aussi négatives soient elles. Merci d avance.

Commentaires

lorraine
Marraine

[quote=Nilajah]Bonsoir a tous, Je suis au milieu de mon carnet de la faim et j avoue être complètement perdue sur mes sensations de faim et de satiete . Un peu normal, cela ne fait pas longtemps que tu es arrivée à LC

J essaye de me concentrer sur l apparition et la disparition des symptômes physiologiques de la faim donc la sensation de faim et la sensation de sasiété, la sasiété étant ce que l'on ressent une fois que la faim est satisfaite mais je me rends compte que si j attends suffisamment ( j ai beaucoup de mal a trouver la faim moyenne la plus adéquate  ) je n ai plus envie de manger ,quand on attend trop longtemps pour manger alors qu'on a faim la fam finit par disparaitre inversement j ai souvent envie de manger alors que je n ai pas faim ( pour moi je comprends que mon corps n a besoin de rien ) . Tu évoques là les envies de manger émotionnelles. Que ressns tu qu'est ce qui te donne envie de manger ?CommenlIl t mon corps et mon cerveau peuvent ils être autant en déphasage ? Est ce lié aux années de régime ? c'est possible que effectivement les années derégime ont altéré les ressentis de faim et de sasiété

Je trouve également que satisfaire une envie de manger procure plus de plaisir que de satisfaire ma faim qui réponds a un besoin que je vis pour l instant comme un besoin urgent de satisfaire. Il pourrait s'agir d'une grande faim, lorsqu'on ne supporte pas d'attendre ne fut que quelques minutesSeule une grande faim me fait vraiment apprécier ce que je mange pour sa qualité nutritionnelle . souvent avec une grande faim on apprécie pas ce qu'on mange. Peut être es tu soulagée parce là tu es sûre de ta faim; en plus cela semble te rassurer de manger de "bons" aliments tu as vraiment faim et en plus tu as besoin de te rassurer sur Peut être que je confonds grande faim et moyenne faim . Mais il faut que je reste quasiment deux jours sans manger pour la ressentir .

Quand je commence a ressentir la faim mon cerveau me propose des aliments ton cerveau ou ton corps ?et je crois que je commence a manger quand l envie de manger s accompagné de la sensation de faim SUPER et pas forcément a la bonne faim.

Je crois que ce qu il me manque c est la dégustation cela s'apprend, il y a une étape  car depuis que je mange pour satisfaire ma faim je m alimenté sans plaisir en ayant peur de confondre envie de manger et besoin du corps et avec cette peur de dépasser la satiete , j ai peur de trop intellectualiser Oui, je crois que tu cogites beaucoup. La peur est très présente dans ton comportement alimentaire  et a perdre la notion de plaisir dans le fait de manger.déguster son plat quand on a faim apporte du plaisir  Voilà je suis a l affût de quelques éclaircissements ou de vos impressions aussi négatives soient elles. Merci d avance.[/quote]

 

Manger pour son corps ou pour sa tête ? Demandes tu

L'idéal serait de dire manger pour son corps, pour le nourrir et avec son corps (c'est à dire reconnaître les signaux corporels  de faim)  ! Le corps sait dicter ce dont il a besoin. L'écouter et le respecter sont deux aspects fondamentaux du programme.

La tête, le mental, sont à  oublier....On y arrive petit à petit

Bonne continuation Nilajah

Nilajah.
Abonné
Merci beaucoup Lorraine pour tes éclaircissements. Cela m a beaucoup rassuré je crois en effet que j ai peur de ne pas détecter la faim et de ne pas m alimenter au bon moment . Tu as tout a fait raison la grande faim me rassure car je suis sûre de ma faim et donc je ne culpabilise plus d avoir mange. Les symptômes physiologiques de la faim ne sont pas net chez moi et j ai souvent la poitrine serrée et une tension ds tt le corps cela me gêne car pour la grande faim les symptômes étaient plus clairs mais j ai trouve cela éprouvant . Merci pour tes explications sur la faim qui disparaît les eme et les questions que je dois me poser tout cela va beaucoup m aider. Merci milles fois. Je prends conscience comme tu le dis que je viens juste de commencer et que cette méthode n est pas de la magie qu il faudra du temps et des efforts .
lorraine
Marraine

"Je prends conscience comme tu le dis que je viens juste de commencer et que cette méthode n est pas de la magie qu il faudra du temps et des efforts ."

Et oui (soupir ) !sadwink

Bonne continuation Nilajah et à bientôt

FloPS.
Abonné

Bonjour à toutes,

Je sais que je mange pour ma tête... Mais j'ai beau le savoir, rien n'y change, mais je suis au début du programme. Je nourris mes émotions/sensations pour mieux les étouffer. J'ai toujours mangé parce que j'avais sommeil/froid/peur/ parceque je m'ennuyais, etc... La nourriture est mon doudou, mon anti stress, mon réconfort, etc...

Découvrir LC est la meilleure chose qui me soit arrivée. Je ne cherche pas qu'à maigrir (on sait toutes comment manger plus sainement) mais surtout à changer définitivement mon mode d'alimentation.

J'aimerais tellement juste nourrir mon corps et non nourrir ma tête comme vous l'avez si bien écrit !

 

je mange aussi par peur. Par peur d'avoir faim ! N'importe quoi, mais c'est comme ça ! Au gouter, on avait des amis et au lieu de gouter avec eux, j'ai gouté avant de peur d'avoir faim !!

Bon, j'ai encore du travail !!

Bonne fin de journée à toutes,

flo

 

 

surmonchemin.
Abonné

Non, ce n'est pas n'importe quoi, cette peur d'avoir faim est bien réelle. C'est le fruit du conditionnement qu'on a subi pendant des années de régime : il FAUT prendre un petit déjeuner, sinon le grand méchant creux de 11h va annihiler tout tes efforts / si vous êtes invitée, mieux vaut prendre une légère collation avant, sinon vous risquez de vous goinfrer à l'apéro... C'est çà qui est n'importe quoi, tous ces trucs qu'on nous a appris et qui nous coupent de nos sensations alimentaires.

Alors il faut les déconstruire, retrouver les sensations. Ca prend du temps, mais ça revient. Je me rappelle comme j'ai lutté avec l'exercice de sauter le petit déjeûner (je ne sais pas si tu en es déjà là), tellement j'avais l'impression justement de faire n'importe quoi, et tellement j'avais peur aussi. Et maintenant j'ai compris : ce qui est n'importe quoi, c'est de manger alors qu'on n'a pas faim, c'est d'avoir peur d'avoir faim surtout dans un pays comme le notre où une boulangerie ou une épicerie ne sont jamais loin.

Mais une fois que tu auras suffisamment expérimenté la faim, tu verras qu'elle est en fait ton amie. C'est juste un indicateur, un petit clignotant, qui se supporte bien en fait. Et ça donne tellement plus de plaisir de manger quand on a faim...

Bon courage !

FloPS.
Abonné

Je n'en suis pas encore là, mais je voulais vraiment expérimenter la faim alors j'ai un peu anticiper. J'arrive à ne pas manger au petit déjeuner.

C'est à partir de 17H00 que ça dérape, et là, je ne sais pas pourquoi, je suis incapable de sauter le gouter...Et là, je mange sans faim, sans fin.

Surmonchemin, je suis d'accord avec toi. je mange sans faim. 3 repas par jour, manger avant d'aller dîner chez des gens... C'est tout ce que j'ai tout le temps fait ... tout changer, ça n'est pas facile, ça ne va pas être facile. Le déconditionnement est horrible.

Ce soir, après une crise en fin d'après-midi, j'ai peur de ne pas réussir à changer....

izabelle
Animatrice forum

oui Flo, pour l'instant il t'est difficile de te confonter à tout cela, mais sache que tu y arriveras peu à peu si tu persévères

tout d'abord, sois plus bienveillante avec toi-même, avoir peur de la faim c'est humain et c'est très répandu

pour ne plus avoir "peur", il faut vraiment avoir intégré, par l'expérience, que l'on ne risque rien

et donc l'avoir expérimenté, ici, dans notre société, où effectivement on ne risque rien puisqu'on a de l'approvisionnement

ailleurs c'est pas forcément pareil, et la peur de la faim est un sentiiment tout à fait naturel, qui ne sert qu'à nous protéger

 

la confrontation doit se faire à petite dose pour ne pas se  "braquer"

un matin tu réussiras à retarder ton petit dej....   ne pense pas à le sauter, mais à le prendre une heure plus tard, puis deux  heures.....    il faut renouveller cette expérience avant que la peur n'ait plus raison d'être

 

la peur de ne pas réussir à changer, je pense que 99% de ceux qui suivent ce programme l'ont.....  moi je l'ai eu pendant des années.....   ce n'est que lorsque j'ai fait l'expérience que oui, je pouvais changer  "ça" mais vraiment vraiment lentement, avec une patience....  mais que ça serait d'autant plus intégré....  que la peur finit par partir d'elle-même

 

ne te mets pas la barre trop haut, pense à te "confronter", à petites doses, à ce qui te fait peur, et à porter sur toi-même un regard bienveillant

fais bien une étape à la fois et félicite-toi de ces efforts, même si ce n'est pas payant tout de suite

pour ma part, ce n'est pas à l'issue de chaque étape que je récoltais le fruit de mes efforts de conscience, mais bien au bout de qq semaines ou mois.....

je sais c'est pas très vendeur, mais dans le fond, c'est une satisfaction bien plus profonde que l'on acquiert dans ce travail sur soi-même

Haut de page 
X