Moi, peur de la faim ? Jamais ! - 01122013

Mariemarie0000.
Abonné

Bonjour, je voudrias vous faire part de ma dernière prise de conscience en date :

Je viens de terminer l'expérience de la faim (étape je découvre la faim) et, ô surprise, dans mon bilan je lis :

"Votre faim atteint des intensités élevées, alors que vous n’avez attendu qu'une 1H30 pour manger. Il est possible que vous supportiez mal la sensation de faim. Cette intolérance peut aboutir à un mauvais contrôle du comportement alimentaire et à des consommations excessives. Les expériences suivantes vous aideront à mieux supporter votre sensation de faim et donc, à mieux gérer votre comportement alimentaire."

Moi ? Peur de la faim ? Jamais !
J'ai questionné une coach pour savoir ce qu'on entendait vraiment par-là. Qu'est ce qui leur fait dire que je ne tolère pas la faim, c'est quoi alors une "vraie grande faim", si ce n'est pas ce que je ressens moi au bout d'1H30 ? Au bout de combien de temps un mangeur  régulé la ressent-elle ???
Voici la réponse :

" [...] Il faut estimer qu’à moins d’un repas par jour on a expérimenté la grande faim dans sa journée. Donc si vous sautez deux repas d'affilée, vous devriez en faire l’expérience dans la journée.
Cela ne s’estime pas en terme de chiffre, ni ne peut s’estimer de façon précise, puisque cela varie d’une personne sur l’autre. Mais le nombre de repas aide à donner un ordre de valeur.
[...] "

Donc, oui, j'ai peur de la faim...

Depuis que je sais ça, bizattement, je ne côte plus jamais ma faim au-delà de 6. Je me jette beaucoup moins sur mes en-cas dans la journée dès que j'ai un creu dans l'estomac. La faim deviens mon amie, je prends plaisir à l'avoir avec moi.
En fait, je me rends compte qu'avant, je paniquais dès que je sentais les premiers signes de faims.
C'est fou, de se méconnaître à ce point !

Commentaires

capuccino
Marraine

C'est bien parce qu'on s'est perdue de vue que nous en sommes arrivées à avoir des problèmes de poids et ou du comportement alimentaire.

C'est super que tu aies eu cette prise de conscience sur la faim et la peur qu'elle génrérait chez  toi. Découvrir qu'on peut vivre sa faim sans danger est surement une des choses importantes qui font progresser dans le programme. Ne plus paniquer à l'idée de sentir sa faim apparaitre alors qu'on ne peut pas manger dans l'instant, quel bonheur et quelle liberté !

Lavienrose.
Abonné
C'est vrai que cette étape a été salvatrice pour moi. Je dépassais toujours ma bonne faim et je me transformais en tigresse quand il fallait que je mange la tout de suite sinon je pouvais tuer ;-) Et quand bien même quand ma bonne faim est dépassée c.-à-d. Quand mon corps tremble et ma tête disjoncte je mange un en cas pour me faire patienter jusqu'au repas et quelques respirations et la tigresse s'endort;-) C'est magique de se connaître depuis LC ;-)
izabelle
Animatrice forum

moi aussi cela m'a fait exactement la même chose à cette étape!

j'ai découvert une peur de la faim que je ne soupçonnais pas....

pas de la bonne faim, mais d'aller au delà....

et maintenant comme toi, je la dédramatise... je pense que ça va mieux

et la bonne faim, alors elle, je la kiffe.....   vive l'estomac qui tire de partout...

Mariemarie0000.
Abonné

Merci de vos réponses, je vois que la découverte de ma peur de la faim fait partie des étapes classiques du cheminement de LC.
Un peu comme la découverte des EME. Avant LC, je pensais manger par faim et par "gourmandise", et à quelques très rares exceptions à cause de mes émotions, mais uniquement quand j'étais bouleversée.
Le travail de pleine conscience et l'observation de mes émotions m'ont fait découvrir que la gamme des émotions que je m'autorise (m'autorisait) est très restreinte. En gros, ma principale émotion, c'est la peur. Je m'autorise peu la joie, peu la tristesse, jamais la colère. J'ai découvert que je pouvais ressentir d'autres émotions, plus fines, plus subtiles, plus complexes, mais que je me censure très vite. Notamment en mangeant. Et si je ne peux pas manger, mon cerveau censure l'émotion, et à la place, je ressens une grosse frustration, que je compense en mangeant plus au repas suivant. La pleine conscience me permet d'avoir accès à ces émotions, de les accueillir.
J'ai trouvé un exercice MP3 qui est génial pour ça :

//www.egide-altenloh.com/index.php/partages/exercices-pistes-audios/download?path=Meditation%20-%20Exercice%20d%20acceptation%20-%20Russ%20Harris.mp3

marieal.
Inscrit

eh bien c'est bizarre parce que je n'ai jamais sauté deux repas, j'ai juste retardé plusieurs fois mon déjeuner sans avoir pris de petit déjeuner....par contre, j'ai régulièrement des maux de crâne qui rende ma faim intolérable, c'est d'ailleurs à ce moment là que je décide de manger car je n'arrive pas à contrôler ces douleurs avec la RPC...mais clairement ce mal de tête arrive bien avant que j'ai sauté deux repas....j'ai poussé une fois au delà de cette douleur, j'ai obtenu une migraine ophtalmique que je ne voudrais pas revivre...

du coup, j'avoue avoir du mal à gérer parfois.

izabelle
Animatrice forum

moi personnellement j'ai assez souvent mal à la tête quand j'arrête d'utiliser la nourriture pour me calmer

comme si mon état de stress se transformait, du coup, en mal de tête....

je ne peux pas expliquer ce phénomène, mais je l'ai observé chez moi

pour ma part  je n'ai fait qu'une fois la grande faim et je n'ai pas l'intention de recommencer...  ;-)

 

le nombre de repas à sauter c'est juste une indication d'un autre côté, car tout dépend des repas, de nos besoins et aussi de l''importance de notre surpoids....  et notre appétit de base....

 

mais à mon sens, le mal de tete, ce n'est pas forcément la faim non plus.....

je ne peux pas préciser n'ayant expérimenté qu'une fois la grande faim, je ne suis pas une spécialiste....

marieal.
Inscrit

izabelle je suis sure que c'est la faim car je ne suis pas sujette aux maux de crâne normalement, et là j'ai régulièrement mal à la tête depuis 15 jours...

lorraine
Marraine

Idem quand je tarde (genre 2 ou 3 heures après) à manger malgré la faim j'ai un mal de tête qui s'annonce + comme des espèces de vertige parfois...Mais ça se calme après avoir mangé

izabelle
Animatrice forum

oui c'est bien un symptome de grande faim

il peut s'annoncer assez tôt, la faim évolue de façon parfois rapide, parfois lente, ça dépend de ce qu'on a mangé les jours précédents

mais dans mon cas, avant je n'avais jamais de maux de tête non plus, mais maintenant quand j'en ai,  beaucoup plus souvent, je sais que ce n'est pas la faim,  c'est simplement la sur-stimulation

avant je me calmais sans cesse par la nourriture, maintenant non,  donc c'est "ressorti" comme ça

 

pour ma part je n'atteins jamais la grande faim car mes signaux de moyenne faim sont relativement impérieux!!!!   estomac qui tire  à max!!!

 

en tous cas ce qui est important c'est de simplement t'observer et de faire au mieux

on ne peut pas faire parfaitement et d'ailleurs ce n'est pas le but....

bon week-end à tous!

Clarisse_and_me.
Abonné

Comme Izabelle, j'attrape souvent mal à la tête si je ne mange pas "assez", rien d'intolérable mais gênant.  Je n'avais pas pensé que ça pouvait être la sur-stimulation !  Bien vu.

Par contre, j'ai remarqué que quand j'avais mal quelque part, un léger mal de tête ou de dos, même une gêne à l'estomac, mon premier réflexe était de ... manger ! Manger pour calmer l'inconfort émotionnel comme physique.
C'est le genre de découverte surprenante que j'ai faite grâce à LC.

Maintenant, je prends une aspirine. Trouver la solution adaptée à chaque problème ou difficulté. ;-)

Patience
Marraine

Allez hop, pour me rappeler les bons souvenirs de la faim, je me lance de nouveau dans l'expérience des trois faims.
En ce moment, j'oublie pas mal cette règle de base qui est de manger quand on a faim et s'arrêter quand on est arrivé à satiété.
J'avoue que j'appréhende. Jusqu'à présent, j'ai toujours bâclé cette étape parce que j'ai peur de manquer, peur de ne pas savoir quoi faire à la place de manger, peur que ce soit douloureux, long. Et puis peur un peu du vide dans mon estomac...

Allez zou, demain je redémarre l'expérience. Ca ne peut que faire du bien de reprendre un peu les bases !

Clarisse_and_me.
Abonné

Bonne chance, Patience.
Pour moi, ça a été l'étape la plus instructive.  J'ai rédécouvert la faim, que je n'avais plus cotoyée depuis... hou... au moins tout ça ! wink

marieal.
Inscrit

j'ai remarqué qu'à chaque fois que je saute un petit dej pour attendre la faim le lendemain d'un bon repas, l'après midi j'ai un mal de tête carabiné avec une faim de loup même si j'ai bien mangé à midi...

izabelle
Animatrice forum

peut-être que le repas était bon, mais ne t'as pas apporté non plus  trop d'énergie....

ce qui est important c'est de ne pas intellectualiser, et de coller à tes sensations, simplement

tu peux avoir plus faim le midi, pourquoi pas

mais si tu n'as plus faim,  et juste le mal de tête  et  "l'impression" d'avoir faim, c'est autre chose

moi ça m'arrive souvent

est-ce que tu arrives bien à faire la différence entre vraie faim  et  ces sortes de fringales émotionnelles  qui ne sont en fait qu'une somme de tensions?

marieal.
Inscrit

si si le repas était bon et pas très léger...

du genre: chipirons en entrée, cote de boeuf, patate, mousse au cocolat, vin...un vrai bon repas avec des copains!

du coup le lendemain matin, pas de petit dej, je commence à avoir faim à 12h, je mange avec ma bonne faim à 13h un repas normal (pour moi) (viande pot au feu, légumes, une demi tranche de pain, banane) à satieté

et 16h30: mal de crane+++ et faim de loup qui apparait une demi heure plus tard, que j'ai eu du mal à satisfaire...sans aucun contexte emotionel ni stress

j'ai l'impression que le fait de sauter un repas, me fait faire des rebonds glycemiques dans la journée...

izabelle
Animatrice forum

pour moi j'ai plus d'impression que ta faim de loup est une EME

l'indice qui me fait dire ça, c'est que ça soit  "dur à satisfaire"

généralement la vraie faim est très très simple à satisfaire

lorsque c'est dur à satisfaire, c'est presque toujours des EME...

enfin dans mon expérience à moi, car c'est sûr que personne ne peut être à ta place

 

l'EME peut aussi être déclenchée par le mal de crâne, qui est un inconfort, en soi,   ainsi que par des pensées qui ne sont pas tout à fait conscientes

 

enfin, tout ça c'est le passé!!

l'essentiel maintenant est de continuer à te concentrer sur ta faim dans le moment présent

 

on a tous des épisodes comme ça

Pattie.
Ancien abonné

Quand j'ai mal à la tête, ou au ventre en période de règles, si ça ne passe pas, je prends un anti-inflammatoire, et souvent, il me donne faim (et donc je mange, que ça soit un besoin du corps pour avoir de l'énergie ou un besoin du corps pour absorber le médicament sans dommage ou une EME).

Clarisse_and_me.
Abonné

Marieal.  J'ai pensé la même chose qu'Izabelle; ça sent l'eme ta faim de loup qui surgit sans prévenir !  ça me rapelle mes eme propres aux périodes festives durant lesquelles je mange trop.

Bonne chance !

marieal.
Inscrit

oui, c'est le passé tu as raison Izabelle ( je suis en train de lire " le pouvoir du moment présent"lol)

mais honnêtement, j'ai des doutes sur l'eme: j'étais l'esprit occupé par mon taf sur mon ordi, dans mon bureau,seule,  pas de sensations desagréables, juste en train de bosser efficacement sans me poser de questions...

et puis je ne suis pas très sujette aux eme en dehors des repas...autant j'ai compris que de manger sans faim aux heures de repas et un peu trop au cours de ces mêmes repas étaient l'équivalent de vraies eme ( peur d'avoir faim, du vide)

 autant je n'ai , en dehors de la tentation d'un paquet de biscuit ou de bobons ouvert sous mes yeux, très peu d'eme dans la journée...le soir , je me laisserai facilemente tenter sans forcément avoir faim, par une petite douceur, pour me faire du bien, par gourmandise, mais pas dans la journée, et encore moins au boulot...

 

et puis peut on avoir une vraie faim ( niveau 7)  liée au eme?

ce que j'ai voulu partager c'est que j'ai remarqué c'est que de sauter un repas dans une journée me fait plus facilement dégoupiller la sensation de faim très rapidement pour le reste de la journée...et que je dois être vigilante à ce moment là pour ne pas laisser passer les signes peu présents pour l'instant de petites faim car je passe très très vite à la grande faim, avec le mal de tête ( ce qui n'est pas le cas les jours où je fais mes 3 repas). Là c'était presque l'heure habituelle de la faim de mon "gouter" qui s'est manifesté avec beaucoup plus de "vigueur " que d'habitude.

 

et puis quand je dis dure à satisfaire c'est plutôt que si je n'avais pas eu l'expéreince avant de la grande faim, j'aurai surement plus mangé à ce moment là mais là j'ai attendu une dizaine de minutes pour me rendre compte que ça finissait par disparaitre. C'est plus dur d'arrêter de manger quand ona très faim je trouve car la satieté arrive plus tard...

Pattie.
Ancien abonné

Tu as déjà fait un bilan sur ça, avec un médecin ? J'ai lu dans "Maigrir, c'est dans la tête", du Dr Apfeldorfer, qu'il y avait parfois des faims après un bon repas, liées au fonctionnement du pancréas (qui secrète trop d'insuline pour juguler l'afflux, si j'ai bien compris). Je ne sais pas du tout si ça entre dans le contexte que tu as vécu, mais si ça t'inquiète au point de te faire hésiter à sauter ton petit-déjeuner quand tu n'as pas faim, ça vaut le coup de creuser. Autant être le mieux possible dans son corps, on a déjà suffisamment d'inconforts inévitables à gérer sans ajouter ceux qui peuvent se régler.

marieal.
Inscrit

non je ne m'inquiète pas pattie , j'ai même recommencé hier matin et ce matin cause que ça fait trois soirs de suite que je fais "bombance"...

non et je confirme, je suis plus susceptible de basculer vite dans la grande faim (comme un contre coup glycemiqu)e après un avoir sauté un petit dej, je l'ai encore testé cet am...mais je le sais , c'est tout, faut juste prendre mes précautions et avoir une collation bien prête si je sors...

izabelle
Animatrice forum

oui l'essentiel c'est de t'observer et donc de te connaitre

c'est vrai que la grande faim est plus dur à satisfaire, en effet

 

moi en ce moment, comme j'ai tendance à confondre un peu faim et  EME   (qui peuvent tout à fait s'annoncer sans crier gare, et sans aucune tentation),  je me base sur mon estomac

il ne me trompe jamais, quand j'ai faim, il tiraille.....   c'est une sensation que je ne retrouve que lorsque j'ai faim....

 

parfois j'ai une sorte de fringale du tonnerre, en plein après-midi, sans aucun évenement émotionnel

 

je me retourne vers mon estomac pour voir ce qu'il en pense...

eh bien non, il est  "en paix"  pas de tiraillement en vue, besoin de rien.....

 

dans ces cas -là, en ce qui me concerne,   j'ai fini par comprendre que c'est l'hyper-stimulation sensorielle que je ne supporte plus  (notamment devant ordi, ou dossier compliqué)

mon système nerveux s'affole, me donne une pseudo-sensation de faim

 

mais l'estomac,  lui,  ne "bouge" que lorsque j'ai vraiment faim

 

 

mais dans ton cas, marie, en effet, ça peut être simplement que tu as  plus faim  parce que tu as sauté le petit dej

Patience
Marraine

Depuis quelques jours, je sens que je vis de nouveau la peur de la faim. Je m'en doutais ; alors je me suis remise à noter mon degré de faim, entre 0 et 10.

Eh bien je suis quasiment tout le temps en dessous de 5 - 6, signe chez moi de la bonne faim.

C'est ce qui pourrait expliquer qu'en ce moment, niveau poids, je stagne.

Je suis surprise car ça faisait un moment que je n'avais pas ressenti cette peur d'avoir faim. Ou alors elle est là depuis toujours ; sauf que, comme je travaillais sur d'autres points sensibles, j'avais peut-être un peu mis cette peur de côté ?

Bref. Je suis contente d'avoir fait cette nouvelle prise de conscience. Je sens que j'avance !
Du coup, je vais sans doute refaire quelques défis sur la faim. Et puis accueillir cette peur et tenter de voir s'il n'y a pas une "Mme quelque chose" (pensée automatique) qui se cache là-dessous...

Au plaisir de vous lire

Patience
Marraine

En effet, mon expérimentation prouve que j'avais du flair : je mange surtout quand j'ai une petite faim !

Ce matin je n'ai pas pris mon petit-déjeuner. Et ça fait du bien de refaire l'exercice des petites / moyennes / grandes faims.
Au réveil j'ai assez vite ressenti un léger vide dans l'estomac. En fait il doit être plutôt lié à cette tension qui s'installe automatiquement en moi dès que j'ouvre les yeux, et qui est lié au stresseur poids...
Cette sensation de vide a vite disparu.
Là je ressens plutôt un creux à l'estomac + quelques gargouillis + un très léger mal de tête, un peu comme un mini étourdissement.

Et elle est là, ma bonne faim ! Ces sensations déjà vécues et que j'avais zappées !

Sauf que... ben... j'ai rien à manger, là !! :-)

Du coup, il va falloir que je mange avec une grosse faim à midi. Et ça je n'aime pas trop...

Bref. Comme quoi, rien ne vaut, encore une fois, l'expérimentation, l'épreuve, le vécu !

Au plaisir de vous lire

Haut de page 
X