pensez-vous etre a votre set point ? - 19052014

Noelle
Marraine

Bonjour

 

Voila la question qui tourne dans ma tête depuis un moment, est - ce que je suis a mon set point, ce fameux horrible et salvateur set point

horrible parceque, forcément,  ce n'est pas mon poids rêvé, et je dois me detacher, gentiment, mais clairement , de cette idée que je devrais faire 5 ou 6 kilos de moins, oui, ça c'est bien ancré, peut etre aussi bien ancré que l'était la maxime "ne sors pas sans petit dejeuner", ou encore les multiples " tu es nulle, ma pauvre fille, tu n'y arriveras jamais"

 

salvateur, parceque finalement, je m'aime bien comme ça, juste je n'aime pas ces chiffres là de ma balance et cet objectif debile "perdre encore 5 kilos" continue a clignoter comme un objectif professionnel, de demonstration de quoi, je me demande

de maitrise de mon corps, peut etre, de reussite sociale, plus fort que Karl Lagerfeld, de reussite, en tout cas

en quoi serait  ce une reuissite? voila de quoi reflechir

Commentaires

liegama.
Ancien abonné

Hello, c'est également une question que je me pose et qui m'avait été suggérée par Zermati lors d'une journée de thérapie intensive l'an dernier en avril. Il avait dit = peut être êtes vous à votre set point. J'avoue ne pas accepter d'être à mon set point si c'est le cas. Une partie de moi pense que je pourrai continuer à vivre à ce poids, poids autour du quel je tourne depuis plusieurs années maintenant et en dessous duquel je passe avec force via un régime. Mais je dois également reconnaître que je respecte ma faim et ma satiété que moins de 5% du temps si je fais le calcul de toutes mes EME. Certes depuis deux ans maintenant que je suis inscrite je ne fais plus d'EME de grosses quantités ou alors très rarement mais il m'arrive encore très très souvent de manger en anticipant ma faim (souvent le matin car je veux avoir l'impression d'avoir un pdj et j'aime pas manger une collation au travail), soit en mangeant sans faim (invitation), encore très très souvent le soir en rentrant du travail je confonds la fatigue et la faim. Tous ces repas sans faim ne me permettent pas de ressentir la satiété, par conséquent je m'arrête quand je pense que c'est trop et souvent je me dis que c'est un peu trop, surtout quand je vois que mon pdj me "tient" pendant près de 6h. 

Ce qui est dur pour moi est de commencer à manger quand j'ai faim et d'attendre suffisamment longtemps d'avoir une vraie bonne faim. Je me rends compte qu'il me faut toujours 2 jours après des EME pour commencer à retrouver une "bonne faim". 

A cela s'ajoute les fois où j'ai trop attendu, ce qui déclenche des EME de fin de repas car j'ai englouti trop vite. 

Enfin, on ajoute le fait que j'ai encore beaucoup de mal à déguster, vu que j'utilise la nourriture pour éviter mes émotions. 

Bref ça fait encore beaucoup de comportements qui entraînent à mon avis un poids qui n'est pas forcément mon set point. 

En fait, en écrivant tout cela je me rends compte que ce qui me fait encore souffrir aujourd'hui c'est pas tant mon poids que mon comportement, la culpabilité que je ressens encore quand je mange trop, la sensation de lourdeur que je n'aime pas (plus) quand j'ai trop mangé, l'énervement contre moi même quand je me rends compte après coup seulement que j'ai trop mangé, et aussi quand je n'arrive pas à patienter suffisamment pour attendre de nouveau la faim. 

Violette28.
Abonné

Un grand merci Noelle pour cette question. Après plus d'un an sur LC et de nombreuses évolutions dans la gestion de mes émotions, c'est également la question que je me pose depuis plusieurs semaines.

Dans mon cas, l'objectif fixé de "perdre encore 5 kilos" ne vise aucune démonstration de quoi que ce soit, car clairement, je n'aime pas mon corps à ce poids-là, je le trouve moche. Je dois travailler sur l'acceptation et c'est difficile...

Par contre, je suis stable, plutot régulée sans trop d'efforts, avec toutes mes EME (encore cet après midi, je me suis enfilée du coca col* à gogo, chocolat, dragées aux amandes, sans faim aucune), donc oui, en conservant ce comportement, je pense que je suis à mon set point. Il me suffit d'attendre que la faim revienne pour que cela n'ait que peu d'impact sur mon poids.

Bien sur, si j'arrivais à gérer autrement mes EME qu'en mangeant, ces 5 kilos partiraient "facilement", mais ce n'est pas encore le cas, malgré tous mes progrès.

Ta question est intéressante: pourquoi cet objectif continue-t-il à clignoter? En quoi ce serait une réussite? Je n'ai pas la réponse, mais je vais y réfléchir car je sens que ça permettrait de débloquer des trucs...

Noelle
Marraine

Merci de vos reflexions, ça fait du bien de ne pas etre seule !

A+

lorraine
Marraine

WOAW ça c'est un fil de discussion J'adorrrrrrrrrrrrrrrrre (je viens de le découvrir)

Ca me parle, pour moi même et pour tous les posts écrits su "Présentons nous en avril mai" ces derniers jours

Bien contente de vous lire Noelle, lIegama, ça faisait longtemps ! 

Violette, je vais faire comme toi, "m'approprier" la question de Noelle et sûrement revenir ici un de ces 4...

Merci beaucoup Noelle et à vous 3 pour ce partage

Pour l'heure je vais dormir (mon ordi n'est pas réglé à la bonne heure, c'est une heure de plus) .

Bises et à bientôt.

JulieVidocin.
Abonné

Je vous rejoins dans vos réflexions.

 

A peu de choses près, je pense effectivement être à mon set-point, même si moi aussi j'ai encore des EME, surtout en fin de journée, et de la difficulté parfois à attendre vraiment la bonne faim avant de remanger (mais parfois j'y arrive bien, ou alors je mange très peu et la bonne faim revient au repas suivant).

Et moi aussi, dans l'idéal, j'aimerais perdre encore 5 à 6 kilos, parce qu'alors je ferais le poids le plus bas que j'ai réussi à avoir. Sauf que je sais qu'à ce poids-là, je n'étais pas encore satisfaite de mon corps, et je voulais encore perdre. Par contre, je sais que c'est impossible que je descende plus bas (sauf hyper-restriction et grosse grosse fatigue). Mais je me dis aussi que ça se trouve, ces 5-6 kilos, c'est la différence entre les règimes et la pleine conscience, et qu'il faut peut-être accepter mon corps d'aujourd'hui, avec mon comportement actuel (même si ça reste encore bien compliqué). Grâce à LC, j'ai déjà perdu une dizaine de kilos, alors je me dis que c'est pas l'idéal mais que c'est toujours ça, et que mon plus gros travail maintenant, c'est peut-être d'accepter et d'aimer qui je suis aujourd'hui.

 

Dans le livre Maigrir sans régime, il est question de répondre à ces questions (je paraphrase) :

- Qu'est-ce que je ferais si je perdais ces kilos? Qu'est-ce que ça changerait pour moi?

-Et à l'inverse, si je regrossis, en quoi ma vie serait différente?

Du coup, si on réalise qu'à part dans notre tête, ça change pas forcément grand chose, peut-être qu'on arrive à s'en détacher, à manger spontanément en suivant faim et satiété, puis à vivre. Parce que le but de LC, c'est aussi de lâcher les obsessions alimentaires pour se concentrer sur le reste, nos relations, nos passions, nos hobbies... Non?

mno05.
Abonné
Bonjour les filles... Je viens de réaliser que je faisais ce poids la la première fois que j'ai commencé en ... 2012!!!! Que depuis j'étais retombée dans un tas de régimes que j'avais maigri grossi stabilisé mais au final je suis au même poids!!!! Ça me désespère et en même temps me conforte dans mon choix d'arrêter les conn*rieS!!!! Je me dis aussi que peut être je suis à mon juste poids mais une petite voix me dit que si j'arrivais à m'arrêter lorsque j'arrive à satiété peut être arriverai-je à perde les 4/5 kilos que j'attends et qui dont que je me sens bien dans mon corps... Que je remet des 42 que je me sens belle aux yeux des autres et aux miens... Bref je ne vise plus le 38 depuis longtemps mais redescendre dans les 60 quelque chose et élimine le 7 me ferai très plaisir... Mais peut être dois accepter que non...
Soleluna.
Ancien abonné

Ralala,

Pareil que Lorraine, ce fil m'interpelle ! (même si perso je ne pense pas être à mon set point, pas mal de marge de manoeuvre je crois). Et pareil que Lorraine aussi, c'est sympa de vous retrouver dans le coin, Liegama et Noëlle :)

J'aime bien l'idée de mettre les choses en balance (hihi) comme le dit Julie et le bouquin du docteur Z : il se passerait quoi si je perdais ces kilos ? Objectivement ? Et si je les perdais pas ?

Et aussi, que suis-je prêt à sacrifier, pour les perdre ces foutus 5kilos? Est-ce que ça en vaut la peine, de m'affamer, de mettre une pression pas possible sur tel et tel comportement ?

Parce que au-delà de ça, je me disais, au sujet des EME : et si l'objectif n'était pas de les éradiquer ? Mais de les contenir, sans chercher à les maitriser, et se dire que d'en avoir moins et de moins grande ampleur c'est déjà plutôt chouette ?
Si une bonne EME de temps en temps faisait partie de mon système de régulation, me remet un peu à zéro et me permet de rebondir, en somme, si l'EME occasionnelle fait partie de mon équilibre (tu sais comme une bonne grosse fiesta où t'as trop bu, t'as mal au crâne, et on t'y reprendra plus, mais), pourquoi je devrais me priver de cela?

Ce qui est certain, c'est que la lacher la pression sur ces petits kilos résiduels (ou pas) ou sur la conduite, fera du bien et aidera peut-être même au résultat :)

izabelle
Animatrice forum

eh bien oui, moi aussi cette question du set-point me taraude depuis un moment

puisque j'ai été stable un bon moment, mais avec quantité d'EME tout de même

je pense sincèrement que je ne suis pas encore à mon set-point, et du moins je l'espère

j'ai maintenant de moins en moins d'EME, mais je me suis aperçue que je n'ai pas si faim que ça, en fait au repas du soir

je viens d'une famille de gros mangeurs (végétariens, mais du coup, grosses quantités), et je crois qu'il y a encore des barrières à faire tomber, des habitudes très anciennes

 

après ça n'empêche que cette question du set-point est toujours stressante, genre la roulette russe....

j'ai toujours été stable dans "mes" poids même quand j'avais pas mal d'EME donc je sais qu'un poids stable ce n'est pas forcément un set-point

 

et là je sens que j'ai progressé sur chaque repas et notamment les derniers mois sur le repas de midi

mais pour le soir, je sens que j'ai encore de la marge de manoeuvre, et même une grande marge

mais ça prend du temps avant de renoncer à ses habitudes d'enfance,  en tous cas moi ça prend du temps

mais au moins je ne me presse plus, je me dis que ça vient peu à peu  (et c'est vrai, mais c'est lent....)

 

je crois que quand je mangerais à ma faim le soir comme je le fais le midi, et cela régulièrement,  je serai en route vers mon véritable set-point (en espérant qu'il soit plus bas)

sorci.
Abonné

et si c'était justement en ne se focalisant plus sur ce fameux set point qu'on arrivait à descendre en dessous ?

Un peu comme ces femmes qui ne peuvent pas avoir d'enfant, et qui le jour où elles renoncent, tombent enceintes...

Je ne donne pas de leçon, mais j'espère que le lâcher prise est la solution (en mode stagnation aussi...)

sandro.
Abonné

bonsoir ;

 je ne suis pas encore arrivée au "chapitre" du set point, mais je connais bien cette envie de perdre les 2 ou 3 kgs qui manquent juste pour avoir la satisfaction de changer de dizaine sur la balance, tout ça c'est psychologique, ça ne va pas changer notre vie de les perdre, puis va t-on y arriver ? pas sur .... on se programme un idéal qui ne nous correspond que rarement et on se prend la tête pour rien ou presque rien, mais typiquement féminin tout ça ....

mavo.
Marraine
Je me reconnais (à nouveau ! Encore une fois !) complètement dans bon nombre de vos réflexions. Je ne pense pas être à mon set-point dans le sens où je suis convaincue de manger au delà de ma faim régulièrement. Mais je me demande si je ne suis pas arrivée à un poids plancher quand même. Me maintenir en dessous, j'ai l'impression que cela signifierait être dans une attenterions de chaque instant, notamment "même pendant les moments conviviaux" et ça, ça me paraît au dessus de mes forces. En même temps, ce discours interne est peut-être faux. Peut-être que je peux apprendre à mettre un petit plus d'attention à chaque instant, sans en souffrir, au contraire... Donc je reste et j'observe, j'attends et je continue de lire (pas beaucoup en ce moment, mais ça reviendra...), sans conviction forte ni dans un sens ni dans l'autre !
Noelle
Marraine

depuis quelques jours , je reconnais quand j'ai des  EME , au moment ou elle se presentent, ce qui est totalement nouveau!

 

lorraine
Marraine

JE SUIS UN PEU AU DESSUS DE MON SET POINT, MAIS PAS BEAUCOUP JE PENSE (GENRE 3 KILOS)

COMME MAVO JE MANGE REGULIEREMENT AU DELA DE MA FAIM (EN TOUTE PLEINE CONSCIENCE)

MON SET POINT M' EST UN PEU EGAL, ET CONCERNANT MON POIDS , JE NE ME PESE PAS TROP

FAUT DIRE QUE JE NE RAISONNE PAS EN TERME DE SET POINT, IMC, MASSE GRAISSEUSE ETC (JE NE SAIS PAS FAIRE) ET LES MEDECINS QUE JE COTOIE NE M'EN PARLENT PAS

JE RAISONNE EN TAILLE DE PANTALON ! C'EST MA TAILLE QUI M'IMPORTE. ET JE VOUDRAIS NE PAS LA DEPASSER; ET LA TAILLE A 5 KILOS PRES RESTE LA MÊME , HEUREUSEMENT POUR MOI  (D'UN PETIT À UN GRAND 44)

 

Y A UN GAND MIROIR DANS MA SALLE DE BAIN ET LA SORTIE  DE DOUCHE ME DONNE  L'OCCASION  DE VOIR  LES COURBES,PLIS, FORMES ,RONDEURS, DE MON CORPS QUI SE FONT ET SE DEFONT SUBTILEMENT  SUR MA SILHOUETTE

ET C'EST ELLE  QUI EST MON BAROMETRE ...CERTAINS DE MES PAYSAGES CORPORELS ME PLAISENT MOINS QUE D'AUTRES ET CORRESPONDENT À DU POIDS EN PLUS OU EN MOINS

LES "MOMENTS CONVIVIAUX HORS DE CHEZ MOI SURTOUT " SONT DES MOMENTS DELICATS POUR MOI ,CERTAINS  SOIRS, UN PEU,  AUSSI; "J'Y TRAVAILLE"

LA GRANDE VICTOIRE LC EST QUE JE NE SUIS PLUS DANS "LE FOUTU POUR FOUTU" QUAND JE MANGE TROP, "JE ME RESSAISSIS" AUX REPAS SUIVANTS, ET JE NE CONTINUE PAS A MANGER DE PLUS BELLE COMME AVANT ALORS

MA FOI, DANS L'ENSEMBLE CA SE REGULE, ET COMME NOELLE JE M'AIME ASSEZ BIEN smiley

J'AI COMPRIS ET ACCEPTÉ QUE JE RESTERAI A UN 44 ET CA ME VA;  MA PEUR SERAIT PLUS DE TOUT REPRENDRE, MAIS Y A PAS DE RAISON , EN PRESQUE DEUX ANS Y A DE LA STABILITÉ ET ACTUELLEMENT  JE MANGE DE MANIERE A PASSER A UN PETIT 44...smiley

lorraine
Marraine

NOELLE, SERAIT CE LA PLEINE CONSCIENCE QUI SE FAIT PLUS PRESENTE ? ET LE PILOTE AUTOMATIUE QUI S'EST MIS EN VEILLE ? EN TOUS LES CAS, C'EST GENIAL POUR TOI ! smiley

Noelle
Marraine

Oui, c'est assez surprenant! et effectivement, je suis dans une etape de prise de conscience de l'existence  de mes emotions  et sentiments, et ça se fait en meme temps que cette idée d'acceptation que je sois ce que je suis aujourd'hui, et que j'aie aussi des projets qui me mobilisent plus activement

bref, du changement!!

Daan.
Abonné
Puis-je participer ? J'arrive un peu après la bataille. Je suis moi aussi proche de mon set point je pense, 5 à 7 kilos max en plus. Je pense que je suis au dessus car le compte des " trop mangé" est supérieur à celui des "juste assez". Noelle tu te demandes quelle réussite ça prouve descendre au set point. Moi je crois que ça veut dire avoir évolué dans l'approche LC et ne plus être tributaire de toutes les EME et autres contraintes sociales. (Si tu n'es pas à ton set point) Pour moi ce serait acquérir mon autonomie. C'est à dire décider pour moi seule ce que je mets dans mon corps. Donc me libérer des conséquences des émotions du passé, des contraintes que mon inconscient m'impose en terme de "tu dois" (finir ton assiette etc...) dans l'optique où je ne suis pas à mon set point évidemment. Mais je ne me focalise plus sur ça. Je me focalise sur ma vie, sur ce que je veux. Le nombre de fois où on se sent "obligée" de manger trop, au moins inconsciemment, ou socialement, c'est effarant. Et pour moi arriver à me libérer de tout ça, ce serait ça ma réussite, la liberté. Comme un petit enfant libre des contraintes sociales et éducationnelles. Et se libérer de l'inconscient qui pense que ce poids est "familial", ou que si je refuse une part de gâteau c'est refuser de l'amour etc... Bon en fait je me rends compte que tout simplement, c'est tout le travail de LC dans sa globalité, et que sachant que je n'en suis qu'au balbutiement, forcément, je ne suis pas à mon set point. On peut choisir de rester confort à un poids légèrement au dessus, mais moi j'aimerais arriver à mon set point. Physiquement ça me permettrait plus de confort dans le sport, m'habiller d'avantage comme j'ai envie et mieux me plaire. Mais ça n'engage que moi, personne d'autre n'attend ça de moi, c'est pour moi que je le veux, enfin il me semble. Et comment je sais que c'est environ 5 kilos de moins, c'est parce que c'est le poids que j'ai fait le plus longtemps adulte. Mais souvent je me demande si avec l'âge il ne s'est pas déplacé, mais, je me répète, je ne mange pas encore toujours avec faim et arrêt à satiété. C'est pas trop déjanté et hors sujet mon raisonnement ?
izabelle
Animatrice forum

super de te relire Daan

 

j'avais lu que le set-point, de toute façon, c'est une fouchette, car les variations de poids en cours d'années sont normales

 

il y a toujorurs pour moi cette relation à l'incertitude, mais dès que je me mets la pression pour manger exactement selon ma satiété, ça me fait l'effet inverse, donc j'ai tout intérêt à lacher l'affaire et comme toujours revenir au moment présent, ce que je sens dans mon corps.....

le set point c'est toujours cette idée de sortir de l'incertitude

pour ma part en effet je souhaite l'atteindre tout simplement parce je suis encore en surpoids à l'heure actuelle et qu'intellectuellement ça me semble bizarre que j'ai pu monté mon set point de 10 kilos en n'ayant fait presqu'aucun régime ni yoyo dans ma vie, et en constatant que ma famille arrive à perdre du poids durablement

bref....  à chaque fois que je pense à ça, je pars dans l'intellectuel,  le contrôle est juste derrière

et derrière le controle : les EME

 

donc je reviens au moment présent, à chaque fois que je commence à cogiter sur le set-point

Daan.
Abonné
Merci Izabelle. Ha, le contrôle et l'intellect, mon pb n°1 je pense. Mais je crois que j'ai enfin compris.
izabelle
Animatrice forum

moi  zaussi....wink

en ce moment je suis en train de me faire un apprentissage ceci dit : connexion internet tout à fait aléatoire, qui coupe pendant des heures sans prévenir

le truc bien incompréhensible que tu cherches quand même à comprendre et à controler

je crois que rien ne peux m'apprendre le lacher prise autant que ce genre de truc

et c'est souffrant......   crying

j'ai un mal fou à ne pas comprendre, ne plus chercher à résoudre

ok je n'y arrive pas encore...  mais je sens que j'y arrive par moment ce qui est déjà pas mal.....

fadinarde.
Abonné
Intéressant ce fil! Déjà ça me fait plaisir de revoir certaines linecoachées qui, me semble-t-il, sont des anciennes comme moi, j'ai l'impression de retrouver ma famille! Et puis justement, hier j'ai relu ma description, qui commençait ainsi: j'ai 31 ans, je pèse 62 kg... Présentation plus tout à fait à jour.... Vu que j'ai maintenant 33 ans... Mais je pèse toujours plus ou moins le même poids. Je dis plus ou moins parce que je ne me pèse pas souvent. Mais mes jeans me disent que je suis dans ce poids-là, entre 61 et 63 selon les jours... J'en suis donc au même point...? Avec juste deux ans de plus? Dans ma vie personnelle oui, je fais du sur place. Incapable d'évoluer. De changer de boulot. De trouver un amoureux et faire une famille tant qu'il est encore temps. Mais j'essaie de me détacher de ça. Vivre au présent. Être heureuse avec moi-même. C'est du boulot. J'y arrive. Même si parfois la solitude et surtout la peur qu'elle devienne permanente, me donne le vertige. Sinon je pèse le même poids que lorsque j'ai commencé LC... Mais j'ai maintenant tous les outils pour comprendre ce qui se passe dans mon corps. Avant je me croyais intolérante au lactose.. Maintenant je sais que je digère très bien le lait, a condition que je ne mange pas au-delà de ma satiété! J'ai compris une autre chose, pas directement Grâce a LC, quoique... Je ne supporte absolument pas l'ail. L'ail me procure en quelques minutes une sensation de satiété très largement dépassée, même en ayant que très peu mangé. Du coup je fais n'importe quoi, parce que je ne comprend plus rien des signaux envoyés par mon corps. Sans parler des crampes de ventre qui me font me tordre de douleur pendant des heures! Pas très agréable quand je suis invitée :-) il est clair que j'évite l'ail tant que possible, mais au resto ou chez des amis c'est pas évident. Bon, sinon je me suis remise un peu au sport, je vais nager régulièrement avec une amie, on s'est pris un abonnement à la piscine couverte et c'est chouette! Je commence aussi à mieux m'accepter comme je suis... Je n'aurais jamais les cuisses fuselées, je suis née avec le modèle jambes épaisses fesses rebondies, que puis-je y faire, sinon décider que j'ai le droit de m'aimer comme ça, et que ça peut aussi plaire à la gente masculine.... J'ai un petit bidon sous le nombril: je l'ai depuis que je suis enfant.... Pourquoi cela changerait-il? Je le déteste... Mais il est là. La seule fois de ma vie ou je ne l'ai pas eu, c'est quand j'avais perdu 10kg à cause du tsunami émotionnel créé par ma première histoire d'amour.... Et à 50kg pour 1.68cm j'étais vraiment pas épaisse.... Et surtout pas à mon poids normal. J'en reviens donc à ce fameux set-point. Ce set-point, je le rêve aux alentours de 57kg... Un vieux souvenir de ma vingtaine. Avant d'être un peu abîmée par la vie. Où se situe-t-il aujourd'hui, 10 ans plus tard? Probablement que je me trouve un peu au-dessus. Je crois que j'ai une petite marge de manœuvre. Parce que j'ai des eme. Parce que je mange souvent au-delà de ma satiété. Ça devrait me faire plaisir! Sûrement que je pourrais me délester de 2 ou 3 kg juste en équilibrant mes émotions. En dégustant. Mais je n'y arrive pas... Peut-être qu'il me faudrait un déclencheur extérieur: trouver un compagnon de vie qui m'apporte de la sérénité. Ou trouver un travail épanouissant. Mais je suis un peu bloquée. Alors probablement que mon poids actuel est en quelque sorte mon set point. Je m'y tiens sans trop d'efforts. Je suis stable à un poids qui n'est peut-être pas mon véritable set point, mais qui est le set point que je peux supporter sans efforts. Parce que j'accepte maintenant que je suis une éponge à émotions. Que ces émotions sont parfois douloureuses, me font manger trop, mais font partie de moi.... Cette sensibilité me permet de créer... D'agir en écoutant mes intuitions... C'est peut-être ça ma plus grande victoire ici: accepter un peu plus qui je suis maintenant que je me connais un peu mieux....
Billie.
Abonné
Ce fil est passionnant . Je vais , si vous le permettez, humblement y apporter ma pierre ... Comme je l'ai lu en filigrane dans plusieurs messages , à mon sens la notion de set point est subjective . L'on n'est à son set-point lorsque l'on se sent en paix avec l'alimentation et son corps : l'un découlant de l'autre et vis-versa ( c'est litteralement l'histoire de l'œuf et de la poule ! ) . Et être en paix avec l'alimentation ça peut ne pas vouloir dire la même chose pour chacune. Néanmoins il me semble que mieux vaut accepter des eme , de manger sans faim , de dépasser sa satiété dans notre système de régulation , notre zone de confort . A chacune de définir son curseur ou "seuil de tolérance d'imperfections" en prenant garde au grand méchant tout ou rien . Je pense que des personnes en surpoids épanouies et ne cherchant pas a perdre du poids sont pour elles a leur set point . A mon sens il ne faut pas confondre set point et poids espéré ( qui pour certaine doit correspondre mais sans que ce soit une règle ) . Je vais jeter un pavé dans la mare et si atteindre ce poids espéré était un échec et non une réussite , pour plein de raisons : parce qu'on s'impose une réflexion permanente et épuisante sur son alimentation ( forme de contrôle ), parce que ça nous demande trop d'efforts , de violence envers nous même , parce que c'est ne pas s'accepter si ça bouge, parce que c'est céder au diktat de la société , parce que physiquement ou psychologiquement on est moins bien.... Je suis sujette à tout ces questionnements que je partage . Personnellement je n'ai jamais eu de poids véritablement stable , je n'ai pas de point de repère . Je compte sur l'expérimentation pour découvrir mon set point avec des espérances mais sans objectif chiffré , donc déjà avertie que peut être il faudra lâcher prise dessus . Au plaisir de vous lire .
Flowerbomb.
Abonné

Salut les filles,

je n'interviens plus depuis longtemps mais je lis toujours les post. et j'aime bien quand ils viennent d'anciennes comme moi, car je me sens sur la même longueur d'ondes.

Moi aussi en "bonne ancienne" je me suis souvent posé la question du set-point.

je pense que je n'en suis pas très loin. mais pas très loin de quoi ???? car j'ai commencé sur le site à un certain poids (67 pour être précise) ensuite, en deux années extrêmement difficiles émotivement parlant, j'ai pris 4 kilos. maintenant, je vais bien mieux et je les ai reperdus.. je pense que je suis encore en train de perdre tout gentiment car mon appétit s'est fortement régulé depuis que je me sens plus sereine.

Objectivement, je peux peut-être perdre encore 2, 3, même 4 kilos mais pas plus.

mais le souci est toujours le même. avec 5 kilos de plus ou 5 kilos de moins je n'aime pas ce que je vois dans le miroir.

Avec LC j'ai compris que mon problème ne réside pas dans mon poids mais dans l'image que j'ai de moi.

Alors je devrais m'accepter ainsi. Des jours ça marche, des jours ça marche pas. Des jours je me trouve belle et des jours je me trouve grosse.

En ce qui me concerne, l'acceptation de soi n'est pas un état définitif. Elle fluctue selon l'humeur du jour.

 Il y a deux semaines je me suis achetée des jeans d'une taille de moins que ceux que j'avais alors je me trouvais belle.

la semaine dernière j'étais au bord de la mer et dans mon maillot de bain je me suis trouvée moche.

Voilà, actuellement ma vie va ainsi. et je dois l'accepter

fadinarde.
Abonné
Je suis comme toi flowerbomb! Un jour oui un jour non :-)
fadinarde.
Abonné
Et en effet c'est chouette les fils de discussion "entre anciennes"... Pas que les petites nouvelles ne m'intéressent pas, pas du tout! Mais disons qu'après un, deux ou trois ans d'ancienneté nos questionnements, réflexions, ne sont plus les mêmes!
mavo.
Marraine
Juste un petit clin d'oeil à fadinarde et flowerbomb en passant ! Hier j'ai vu une vidéo TED anti-diet, qui expliquait le "intuitive eating", version US de LC en quelque sorte. La fille qui présentait ça expliquait que les dernières recherches en matière de set-point montrent qu'il ne peut pas descendre, mais qu'il peut évidemment monter. Apparemment, le simple fait d'être resté longtemps à un poids supérieur à son set-point entraîne un déplacement vers le haut du set-point. Bon c'est pas très rigolo. Moi ce qui me fait penser que je n'en suis pas loin, c'est le faut que je reviens naturellement et presque sans effort à mon poids en qq jours quand je reviens de vacances, si j'ai pris un kilo ou deux. L'acceptation que "ça y est, ici, c'est bien ça mon poids désormais" n'est pas encore tout à fait achevée. Mais c'est en cours ! ;)
Flowerbomb.
Abonné
[quote=fadinarde]Et en effet c'est chouette les fils de discussion "entre anciennes"... Pas que les petites nouvelles ne m'intéressent pas, pas du tout! Mais disons qu'après un, deux ou trois ans d'ancienneté nos questionnements, réflexions, ne sont plus les mêmes![/quote] On pourrait ouvrir un post pour les anciennes, car en effet, même si les nouvelles inscrites sont toujours intéressantes à lire, notre cheminement est plus avancé et les questions que nous nous posons ne sont pas les mêmes.
fadinarde.
Abonné
Volontiers!
izabelle
Animatrice forum

j'ai fait un drôle de rêve cette nuit

je voyais Anne-Lyse la coach, et dans mon rêve elle était blonde et très sympa  (Anne-Lyse si vous me lisez...), et je m'allongeais sur son "divan"   et puis je parlais de moi

elle me disait un truc sur la satiété  (assez bizarre le truc, mais c'est un rêve quand même)

elle me disait je crois qu'il fallait s'arrêter de manger quand on ressentais la bonne faim à nouveau, en cours de repas...   laugh   et moi je disais  "mais vous êtes sûre?  je croyais que la satiété était une non-sensation?"

ensuite avec un appareil  elle mesurait des trucs sur moi, et sur son écran d'ordi était affiché  tout un tas d'infos, par rapport à ma satiété, ma masse grasse et tutti quanti

et sa conclusion :  "vous pouvez encore perdre du poids, car telle valeur est au dessus de 10"  (je crois que c'était par rapport au dépassement de satiété)

comme si elle avait une machine à mesurer le "set-point"

 

je ne vous dis pas comme j'étais soulagée dans le rêve....

marrant, non?

Soleluna.
Ancien abonné

Trop drôle Izabelle :))

marieal.
Inscrit

j'espère bien que non! au moins 15 à 20kg de trop!

mavo.
Marraine

Bon Izabelle, je crois que ton rêve était prémonitoire : il faut que tu nous mettes au point une machine à mesurer le set-point !!! laugh

Je ne sais pas ce que ton inconscient veut te raconter exactement, mais il a des trucs à dire, en tout cas !smiley

izabelle
Animatrice forum

en plus après je me disais que je suis sûre que c'est possible,  à terme, de la faire, cette machine

je veux dire je ne suis pas médecin ni rien, mais dans ma tête dérangée  (ou plutôt hypercontrolante), je me dis qu'on doit pouvoir "mesurer"  si les cellules graisseuses sont en grand nombre  ou simplement "gonflées" comme des miel pops....  ;-), et faire des projections sur ce qui se passerait si on arrivait à suivre nos sensations....

 

ah là là  quelles pensées on n'a pas pour essayer de combattre l'incertitude.....

Annette88.
Abonné

Bonjour, 

Moi ca fait a peu pres un an et demi que je fais LC. 

Je me trouvais tres bien physiquement, ai pris 3kg, me suis inscrite a LC et ai pris 4kg de plus instantanement, puis plus rien jusqu'a maintenant. 

Plus aucune variation. 

Beaucoup de progres, sur mon comportement, sur moi-meme, tout ca tout ca. 

Je ne pense pas etre a mon set point, je pense etre 2-3 kg au dessus. 

Mais ce qui m'interpelle particulierement c'est que lorsque je me dis :" si ca se trouve je suis a mon set point" ,

ca me fait enormemen de peine. 

Je me trouve pas moche, je me trouve meme plutot joie mais je ne me sens pas moi avec ce "film" de gras en plus autour de l'abdomen... je sens l'inertie de ce gras en plus a chacun de mes mouvements. 

J'arrive a le tolerer, je n'arrive pas a l'accepter. Mais j'y travaille. 

Le fantasme de moi, mince, est tres tres present dans mon cervelet!

Il y a encore du boulot donc!

 

 

Eragon04.
Abonné
Avec 30 kilos de trop ... On n'a pas à se poser la question .. J'ai trouvé enfin un avantage ... Youpi
Haut de page 
X