Pour ceux et celles qui compulsent ou qui font des EME : conseils tirés du livre de Zermati - 14012017

Lauriss33.
Abonné

Voilà, suite à beaucoup de messages lus de personnes qui n'arrivent pas à régler leur problème de compulsion ou D'EME j'ai relu quelques passages du livre de Zermati pour tenter de vous aider et par la même occasion m'aider également car même si j'ai résolu ces problèmes il y a de cela pas très longtemps,  je ne suis pas à l'abri d'une éventuelle rechute. 

Alors tout d'abord Zermati explique que la première chose à faire lorsque les émotions vous font souvent manger, il faut essayer dans ce cas d'indiquer précisément celles qui vous troublent. On appelle ça les situations-problèmes. Est-ce que je ressens de la peine, de la déception, de la colère, de l'anxiété,......? Il faut essayer d'être précis et de rapporter le plus concrètement possible la situation qui a générée l'émotion. On peut le faire ds la rubrique du carnet alimentaire. 

Ensuite, surtout, se déculpabiliser. Il peut arriver d'avoir envie de manger sans avoir faim. Ça peut arriver de temps en temps ou tous les jours à peu près au même moment de la journée. Bref, on perd le contrôle. On n'a pas faim mais on mange jusqu à compulser.  Ce n'est plus une simple EME, c'est de la véritable compulsion. 

Il faut garder en tête que les occasions de manger sans faim ne sont pas rares et elles n'entraînent pas de prise de poids à la seule condition qu'elles soient regulees. J'entends par regulees le fait que la prise alimentaire après la compulsion doit se faire avec faim. Après la compulsion, il faut laisser le temps à l'organisme de la digérer et attendre le retour de la faim pour manger. Inutile donc de se stresser si vous manger sans faim et que vous dépassez forcément la satiété. Même si vous faites une compulsion dans l'après midi, ne dramatiser pas et n'hésitez pas à sauter sans complexe votre dîner pour que tout rentre tanquillement dans l'ordre. 

Pour argumenter, Zermati donne une expérience faite sur les rats. 3 fois par jour par signal lumineux, on conditionne le rat à manger. Et bien le rat  se régule : quand c'est l'heure de manger son vrai repas, comme il a déjà été forcé de manger au moment du signal lumineux, pour son vrai repas, il diminue considérablement la nourriture ingurgitée.  Ce qui montre que suite à une compulsion, l'organisme est en mesure de  se reguler. Et un organisme réguler fait que l'on ne grossi pas. 

Pour finir, je voulais revenir sur ce qui s'est dit dans la discution/perdre du poids d'aujourd'hui/ sur le fait de se dégoûter après une compulsion. Je suis tout à fait d'accord avec Mifouine pour dire qu'il ne faut pas être trop exigeant envers soi-même, on commence le programme et c'est normal que nos habitudes alimentaires ne changent pas du jour au lendemain. Il ne faut pas culpabiliser comme Zermati le préconise ds les propos que j'ai évoqués plus haut.  

Cependant, dans mon cas, j'ai fait ma dernière crise de boulimie à Biarritz en vacances il y a un peu plus de  trois semaines. Et oui, je me suis dégoûté et pour moi ça a été un élément déclencheur. Je me suis tellement dégoûtée d'avoir ingurgitée plus de 2000 calories en moins d'une demi-heure que je me suis juré que la prochaine fois que j'aurais envie de compulser, je me rappelerais ce dégoût de moi même pour ne pas recommencer et ça a marché.  Après ça me reste très personnel. C'est juste mon témoignage, j'espère qu'il pourra vous servir mais chacun doit élaborer ses propres solutions. 

Pour les courageux qui sont allés jusqu'au bout de ce post que je qualifierait presque de roman vu la taille, je vous souhaite bon courage. Restez bienveillant envers vous même. Bichonnez vous et à bientôt ! 

Lauriss

Commentaires

minifouine.
Inscrit

Merci Lauriss, c'était long, mais c'était bon et très digeste ! wink

Lauriss33.
Abonné

Bonjour à tous, 

J'ai relu mon post expliquant de ne pas culpabiliser si on compulse car le mangeur se regulera par la  suite en attendant que la faim revienne. Et ne prendra ainsi pas de poids. 

Bon en théorie c'est génial mais dans la pratique,  il est difficile de ne pas culpabiliser ou se dégoûter après une grosse EME ou une compulsion. Je sais qu il ne faut pas être dans le contrôle, qu'on doit accepter dans un premier temps ces émotions qui nous font manger. 

J'ai réussi grave ce à ce lâcher prise à ne pas compulser pendant plus d'un mois mais la je fais une rechute et ça m'embête. 

Le soir, j'ai de nouveau de grosses EME.  Je résiste même si je sais qu il ne faudrait pas car je retombe dans le contrôle et ce n'est pas ainsi que l'on sort de ce cercle vicieux. 

Je pensais avoir régler le problème et bien non. Ce qui prouve bien, qu'on ne change pas ses habitudes alimentaires si vite.

C'était trop beau pour que ce soit vrai....... 

J'espère avoir des témoignages de vous qui êtes dans le même cas ou qui aurait définitivement réussi à ne plus compulser, comment y êtes vous arrivez.   Pour ceux qui compulsent encore, comment le vivez vous ? 

Merci à tous et désolée pour le post que j'ai écrit plus au ou je ne m'inclu pas suffisamment mais je pensais tellement avoir réglé ce problème, j'étais si contente que j'ai écrit ce post en voulant aider car c'est un problème récurent et sûrement l'un des plus difficile selon moi à éradiquer. 

Bon courage à tous, gardez confiance. Le programme est super mais c'est long de changer des comportements alimentaires ancrés depuis des années dans notre quotidien... 

minifouine.
Inscrit

Bonjour Lauriss,

Ce qui  est sûr aujourd'hui, c'est que tu as bien progressé. Tu as à nouveau des EME, et alors ? A présent tu as des outils pour y faire face, sans peur et sans reproche non plus. Souviens-toi que tout le monde a des EME, même ceux qui n'ont pas de problème de poids, elles sont parfaitement normales, parce que tout le monde à des émotions. Ce qui nous différencie, nous les mangeurs émotionnels, c'est que notre tolérance au émotions est plus basse que la moyenne, c'est pourquoi, par la pleine conscience, nous allons pouvoir augmenter ce seuil de tolérance et petit à petit mieux gérer les EME, qui ne disparaîtront JAMAIS => elles s'espaceront, elles seront de moindres intensité, ne donneront plus lieu forcément à des compulsions, mais c'est tout !

Je crois que tant que l'on est dans le contrôle, qu'on "résiste", que l'on cherche à "éradiquer" ou "changer ses habitudes alimentaires", on se fourvoie. Résister, c'est donner plus de prise encore au EME, "éradiquer", c'est lutter contre des moulins à vent " et "changer" des habitudes contre d'autres n'est pas le but => une transformation serait plus juste il me semble...

Bon courage pour la suite et bonne fin de journée.

Macorouge.
Abonné

Bonjour Lauriss,

J'ai moi aussi lu le livre de JP Zermati et je suis bien d'accord avec toi, la théorie est une chose, la pratique en est une autre... Ceci dit ça aide de comprendre le contexte général et de savoir où l'on va.

Lorsque j'ai commencé le programme (en avril 2016) j'avais beaucoup de compulsions et elles sont devenues rares maintenant . Elles n'ont pas complètement disparu, il n'y a pas de solution miracle, on peut juste améliorer les choses progressivement, autant que faire se peut.

Je m'étais arrêtée moi aussi sur le passage du livre où il était question des compulsions et de la régulation mais après les compulsions je n'arrivais pas à attendre que la faim revienne, je mangeais à nouveau et je culpabilisais parce que je savais que la régulation ne se ferait pas du coup. En fait, après une compulsion (souvent l'après-midi) je me focalisais sur l'idée que je n'allais pas manger le soir parce la faim ne serait pas revenue et que ça compenserait mais c'était une stratégie de contrôle et je ne le voyais pas. Plus on se répète qu'on va sauter un repas pour réguler, moins ça fonctionne. Il ne faut pas en faire un objectif. Il faut se concentrer sur ses sensations et se dire qu'on mangera quand on aura faim sans prévoir de sauter un repas nécessairement ; de plus et c'est peut-être le plus important, il faut s'autoriser une EME éventuelle, même après une compulsion. Evidemment, si on a trop d'EME la régulation est inefficace mais dans un premier temps c'est une étape pour sortir des compulsions et aller vers la régulation ensuite.

Sauter un repas parce qu'on veut compenser une compulsion et sauter un repas parce qu'on a eu une compulsion et qu'on n'a pas faim, c'est complètement différent.

Ne sois pas désolée pour ton premier post, il ne donne pas LA solution mais contribue à la réflexion. Tu as eu bien raison de poster le deuxième. On a tous besoin de cheminer et je trouve que c'est le processus qui compte, plus que les conclusions parfois.

Bonne route à toi...

smiley

izabelle
Animatrice forum

[quote=Lauriss33]

Bon en théorie c'est génial mais dans la pratique,  il est difficile de ne pas culpabiliser ou se dégoûter après une grosse EME ou une compulsion. Je sais qu il ne faut pas être dans le contrôle, qu'on doit accepter dans un premier temps ces émotions qui nous font manger. 

[/quote]

pour moi j'estime que c'est totalement impossible de "bloquer" la culpabilité

et surtout si on la bloque, on est en fait dans la lutte émotionnelle, ce qui ne fait qu'augmenter encore et encore les EME et le trouble du réconfort

la culpabilité est une émotion qu'il faut aussi apprendre à accepter à vivre

de mon côté je me suis exercée à l'accueillir en pleine conscience

elle apparaît  dès que je dépasse certaines limites, si je dépasse un peu ma satiété elle n'est pas présente

si je vais au delà et que je compromets mon appétit pour le repas suivant,  elle apparaît

 

ce qui est merveilleux quand on l'accueille en pleine conscience, c'est que déjà on fait un travail d'accueil émotionnel, donc ça nous entraîne

mais surtout on s'aperçoit que c'est un simple truc mathématique

elle apparait quand il y a quelque chose de  "mal"

donc la seule qu'elle nous dit c'est  "ça, pour toi, ce n'est pas bien"

 

voilà la seule chose qu'elle dit

alors quand on l'accueille en pleine conscience, elle est finalemen très facile à vivre

 

à chaque fois que j'ai eu accueilli ma culpabilité en pleine conscience,   cela m'a évité de tomber dans la compulsion suite à des EME assez importantes

 

si je ne l'accueille pas, je lutte contre elle, je veux m'anesthésier de toutes pensées, et là  j'arrive dans la compulsion de façon systématique

 

donc pour moi ça ne marche pas de dire  "il ne faut pas culpabiliser"

c'est normal de culpabiliser, il faut simplement accueillir ce sentiment en pleine conscience  (donc dans un état d'esprit d'être et non de faire (prendre des décisions)

juste être avec elle, arrêter de vouloir prendre des décisions

elle délivre son message et puis voilà, c'est tout

tout ce qu'elle a à dire c'est  "c'est pas la bonne direction"

c'est un précieux panneau indicateur

 

mais ce qui est compliqué c'est de "piger"  ce que c'est l'accueil en pleine conscience, ça nécessite de sortir de l'état d'esprit  : je fais je décide

non c'est juste être avec ce qui est là,  cette émotion qui est simplement là pour nous guider, pas pour nous embêter

 

je ne compulse pratiquement plus, mais ça m'arrive encore

il ne faut pas avoir peur des compulsion et vouloir  "résoudre" ce problème, sinon  bien sûr que ça va être contrôle, donc EME, puis controle de l'EME  donc compulsions

 

essaie plutôt de t'observer, c'est à dire de te contempler, ce que tu ressens,  accueillir tes émotions dans le présent, juste être là, comme c'est, sans rien changer

 

les émotions, les EME et les compulsions ne sont pas méchantes ou dangereuses

notre cerveau n'aime pas ça,  parce qu'il ne peut pas les "contrôler"  

et le cerveau déteste l'incertitude  c'est son job de chercher à l'éliminer

mais nous ne sommes pas qu'un cerveau, bien heureusement

 

alors c'est tout un travail d'apprendre à sortir plus facilement du mode  "résolution de problème - faire " (cerveau)  pour simplement être, d'une façon plus entière  (conscience)

c'est là où l'on s'aperçoit qu'heureusment qu'on a des émotions, sinon ça serait la cata  (d'ailleurs il y a des syndromes avec absence d'émotions qui sont bien la cata)

on s'aperçoit que les EME sont normales et pas graves

et que les compulsions sont comme des chiens de bergers,  elles nous alertent que le système est en train de partir en vrille.....

 

rien de tout cela ne doit être "résolu"  et c'est ça le premier pas vraiment nécessaire à comprendre

ce qui aide le plus à ressentir ce dont je parle ici, c'est la pratique régulière de la pleine conscience

si on ne s'exerce pas, on ne peut pas avoir l'idée de ce que c'est d'un état de conscience où le cerveau et sa merveilleuse faculté de résoudre les problèmes  n'est pas aux commandes tout le temps

 

en espérant n'être pas trop dur à comprendre,  si tout cela vous semble bizarre, pratiquez de la RPC très régulièrement et vous comprendrez

 

perso  je déteste faire de la RPC, mais je me suis forcée à en faire pendant des semaines quand j'ai commencé LC

et c'est seulement avec la pratique que l'on finit par pouvoir ressentir que notre cerveau n'est pas notre meilleur ami dans ce domaine  et qu'on peut vraiment apprendre à avoir une autre capacité d'attention

 

courage les filles !

Lauriss33.
Abonné

[quote=Macorouge]

Bonjour Lauriss,

J'ai moi aussi lu le livre de JP Zermati et je suis bien d'accord avec toi, la théorie est une chose, la pratique en est une autre... Ceci dit ça aide de comprendre le contexte général et de savoir où l'on va.

Lorsque j'ai commencé le programme (en avril 2016) j'avais beaucoup de compulsions et elles sont devenues rares maintenant . Elles n'ont pas complètement disparu, il n'y a pas de solution miracle, on peut juste améliorer les choses progressivement, autant que faire se peut.

 

[/quote]

Merci Macorouge pour ton post, ta réponse bienveillante et pleine d'espoir. Ça fait donc un bon moment que tu es sur LC et merci pour ton témoignage positif. C'est réconfortant de savoir qu'en 10 mois et travaillant sur tes compulsions il y a eu une nette amelioration sur un niveau de la fréquence des compulsions, ça nous redonne espoir ! 

Bonne continuation ! 

Lauriss33.
Abonné

[quote=minifouine]

Bonjour Lauriss,

A présent tu as des outils pour y faire face, sans peur et sans reproche non plus. Souviens-toi que tout le monde a des EME, même ceux qui n'ont pas de problème de poids, elles sont parfaitement normales, parce que tout le monde à des émotions. Ce qui nous différencie, nous les mangeurs émotionnels, c'est que notre tolérance au émotions est plus basse que la moyenne, c'est pourquoi, par la pleine conscience, nous allons pouvoir augmenter ce seuil de tolérance et petit à petit mieux gérer les EME, qui ne disparaîtront JAMAIS => elles s'espaceron. 

[/quote]

Bonjour Mifouine et Isabelle,

Hier soir j'ai vraiment expérimenté la RPC, une vraie révélation. J'ai essayé autant que faire ce peut d'accueillir avec bienveillance mon émotion du soir " je me sens lourde car j'ai mangé un grande pizza pleine de fromage. Je n'ai pas respecté le rassasiment".  Puis de me recentrer sur ma respiration. Comme par la RPC, j'avais pris conscience que j'avais assez mangé et bien bizarrement je n'ai pas eu D'EME en fin de soirée. 

Je suis tt à fait consciente qu'il ne faut pas lutter contre nos EME.  C'est d'ailleurs en arrêtant d'être dans le contrôle de ces EME du soir que j'ai réussi à avoir des EME Zen et que qq temps plus tard plus du tout D'EME. Le fait de satisfaire mon désir d'avoir une EME avec l'aliment qui me fait plaisir que j'ai réussi à ne pas compulser pendant plus d'un mois. Les EME comme le dit Mifouine ne s'en iront jamais totalement car elles sont présentes chez tous les mangeurs, même ceux qui sont regules. Mais c'est déjà une victoire quand on  arrive à les espacer, qd on ne fait qu'une simple EME en pleine conscience et qu'on fasse de moins en mois de crises de boulimie. 

Continuons le programme avec patience ! 

Pour moi, la communauté est très importante car on y trouve toujours le soutien dont on a besoin, ce qui me donne du courage pour continuer.  Alors un grand merci  à tous. 

FRED73
Marraine

[quote=izabelle]

[quote=Lauriss33]

Bon en théorie c'est génial mais dans la pratique,  il est difficile de ne pas culpabiliser ou se dégoûter après une grosse EME ou une compulsion. Je sais qu il ne faut pas être dans le contrôle, qu'on doit accepter dans un premier temps ces émotions qui nous font manger. 

[/quote]

pour moi j'estime que c'est totalement impossible de "bloquer" la culpabilité

et surtout si on la bloque, on est en fait dans la lutte émotionnelle, ce qui ne fait qu'augmenter encore et encore les EME et le trouble du réconfort

la culpabilité est une émotion qu'il faut aussi apprendre à accepter à vivre

de mon côté je me suis exercée à l'accueillir en pleine conscience

elle apparaît  dès que je dépasse certaines limites, si je dépasse un peu ma satiété elle n'est pas présente

si je vais au delà et que je compromets mon appétit pour le repas suivant,  elle apparaît

 

ce qui est merveilleux quand on l'accueille en pleine conscience, c'est que déjà on fait un travail d'accueil émotionnel, donc ça nous entraîne

mais surtout on s'aperçoit que c'est un simple truc mathématique

elle apparait quand il y a quelque chose de  "mal"

donc la seule qu'elle nous dit c'est  "ça, pour toi, ce n'est pas bien"

 

voilà la seule chose qu'elle dit

alors quand on l'accueille en pleine conscience, elle est finalemen très facile à vivre

 

à chaque fois que j'ai eu accueilli ma culpabilité en pleine conscience,   cela m'a évité de tomber dans la compulsion suite à des EME assez importantes

 

si je ne l'accueille pas, je lutte contre elle, je veux m'anesthésier de toutes pensées, et là  j'arrive dans la compulsion de façon systématique

 

donc pour moi ça ne marche pas de dire  "il ne faut pas culpabiliser"

c'est normal de culpabiliser, il faut simplement accueillir ce sentiment en pleine conscience  (donc dans un état d'esprit d'être et non de faire (prendre des décisions)

juste être avec elle, arrêter de vouloir prendre des décisions

elle délivre son message et puis voilà, c'est tout

tout ce qu'elle a à dire c'est  "c'est pas la bonne direction"

c'est un précieux panneau indicateur

 

mais ce qui est compliqué c'est de "piger"  ce que c'est l'accueil en pleine conscience, ça nécessite de sortir de l'état d'esprit  : je fais je décide

non c'est juste être avec ce qui est là,  cette émotion qui est simplement là pour nous guider, pas pour nous embêter

 

je ne compulse pratiquement plus, mais ça m'arrive encore

il ne faut pas avoir peur des compulsion et vouloir  "résoudre" ce problème, sinon  bien sûr que ça va être contrôle, donc EME, puis controle de l'EME  donc compulsions

 

essaie plutôt de t'observer, c'est à dire de te contempler, ce que tu ressens,  accueillir tes émotions dans le présent, juste être là, comme c'est, sans rien changer

 

les émotions, les EME et les compulsions ne sont pas méchantes ou dangereuses

notre cerveau n'aime pas ça,  parce qu'il ne peut pas les "contrôler"  

et le cerveau déteste l'incertitude  c'est son job de chercher à l'éliminer

mais nous ne sommes pas qu'un cerveau, bien heureusement

 

alors c'est tout un travail d'apprendre à sortir plus facilement du mode  "résolution de problème - faire " (cerveau)  pour simplement être, d'une façon plus entière  (conscience)

c'est là où l'on s'aperçoit qu'heureusment qu'on a des émotions, sinon ça serait la cata  (d'ailleurs il y a des syndromes avec absence d'émotions qui sont bien la cata)

on s'aperçoit que les EME sont normales et pas graves

et que les compulsions sont comme des chiens de bergers,  elles nous alertent que le système est en train de partir en vrille.....

 

rien de tout cela ne doit être "résolu"  et c'est ça le premier pas vraiment nécessaire à comprendre

ce qui aide le plus à ressentir ce dont je parle ici, c'est la pratique régulière de la pleine conscience

si on ne s'exerce pas, on ne peut pas avoir l'idée de ce que c'est d'un état de conscience où le cerveau et sa merveilleuse faculté de résoudre les problèmes  n'est pas aux commandes tout le temps

 

en espérant n'être pas trop dur à comprendre,  si tout cela vous semble bizarre, pratiquez de la RPC très régulièrement et vous comprendrez

 

perso  je déteste faire de la RPC, mais je me suis forcée à en faire pendant des semaines quand j'ai commencé LC

et c'est seulement avec la pratique que l'on finit par pouvoir ressentir que notre cerveau n'est pas notre meilleur ami dans ce domaine  et qu'on peut vraiment apprendre à avoir une autre capacité d'attention

 

courage les filles !

[/quote]

Ce n'est pas que je n'aime pas la pleine conscience c' est que je suis du genre tout ou rien. Soit j'en fait tous les jours soit pas du tout ! Et là forcément c'est plus du tout... Bon je sais ce qu'il me reste à faire 

chocoboum.
Abonné

oui, moi aussi je suis du genre tout ou rien - dommage que le tchat de mercredi n'est pas finalement abordé vraiment ce sujet.

je comprends beaucoup plus après avoir lu tous ces messages - 

pour moi le soir, finalement j'attends mon chocolat, et après 2 carrés, ça devient 2 barres...et je m'arrête, mais j'ai le ventre plein, trop pein - culpabilité ? je ne sais même pas - si oui, elle est bien enfouie -

Pourtant je sais, le soir, que je vais prendre ce foutu chocolat, et en manger trop, même en pleine conscience...mais il y a un moment où je craque et l'avale à toute vitesse - 

alos honte - rien n'y fait - RPC .. dans ma tête, il y a déjà inscrit le moment incontournable où je vais sortir le chocolat et le manger c'est une habitude, c'est le geste qui compte autant que manger - c'est une addiction ! je finis par voir ça comme ça - 

est-ce que ce sont vraiment des EME ? j'ai réussi à ne pas en manger dans la journée - c'est vrai ça tiens, je n'ai plus envie d'en manger dans la journée - mais le soir... le 21h30 fatidique ..... Pensez-vous que ça ait qq chose à voir avec des EME ? pourquoi ce besoin, c'est un pe comme qq'un qui voudrait arrêter de fumer....

izabelle
Animatrice forum

ce sont bien sûr des EME

c'est pour te calmer de qq chose

de quoi?  toi seule peut le savoir, même si tant qu'on s'anesthésie c'est dur en fait de savoir  (puisque le but c'est de s'anesthesier, donc ne pas ressentir)

FRED73
Marraine

Chocoboum, je pense que pendant la journée tu es dans le contrôle pour manger seulement quand tu as faim et t'arrêter quand tu n'as plus faim, dans le contrôle pour ne pas céder à tes EME alors le soir forcément il y a perte de contrôle. Il y a dans le programme une partie qui s'appelle les fins de journées et je pense qu'elle devrait t'aider. Il s'agit de faire régulièrement des pauses pendant la journée pour ne pas arriver à bout le soir venu. En général on a des EME le soir parce qu'on s'est contrôlé toute la journée et parce qu'on enchaîne les activités sans souffler. Il est donc normal dans ces conditions de se ruer sur le chocolat parce qu'enfin on a du réconfort. 

minifouine.
Inscrit

Logique FRED, je suis d'accord avec toi !

chris212
Marraine

[quote=chocoboum]
pour moi le soir, finalement j'attends mon chocolat, et après 2 carrés, ça devient 2 barres...et je m'arrête, mais j'ai le ventre plein, trop pein - Bonjour culpabilité ? je ne sais même pas - si oui, elle est bien enfouie -

Pourtant je sais, le soir, que je vais prendre ce foutu chocolat, et en manger trop, même en pleine conscience...mais il y a un moment où je craque et l'avale à toute vitesse - 

alos honte - rien n'y fait - RPC .. dans ma tête, il y a déjà inscrit le moment incontournable où je vais sortir le chocolat et le manger c'est une habitude, c'est le geste qui compte autant que manger - c'est une addiction ! je finis par voir ça comme ça - 

est-ce que ce sont vraiment des EME ? j'ai réussi à ne pas en manger dans la journée - c'est vrai ça tiens, je n'ai plus envie d'en manger dans la journée - mais le soir... le 21h30 fatidique ..... Pensez-vous que ça ait qq chose à voir avec des EME ? pourquoi ce besoin, c'est un pe comme qq'un qui voudrait arrêter de fumer....

[/quote]

Comme tu dis tu réussis à ne pas en manger dans la journée. Parce que tu te l'interdis ou parce tu n'y penses pas ?
En tout les cas, pourquoi vouloir te priver de chocolat le soir si tu en as envie ? ... Déguste le en PC, essaie de le faire durer pour l'apprécier le plus longtemps possible. N'attends pas de craquer prépare le avant,
Pourquoi en avoir honte et culpabiliser...

Pour ma part je déguste quasiment tous les soirs au moins 2 carrés de chocolat noir à 70%. Je ne me sens pas coupable pour autant. C'est comme si je prenais mon dessert en différé c'est tout !
Alors qu'avant oui c'était une EME à laquelle je répondais en mangeant sans même m'en rendre compte, j'avalais plus qu'autre chose.... 

[quote=FRED73]

Chocoboum, je pense que pendant la journée tu es dans le contrôle pour manger seulement quand tu as faim et t'arrêter quand tu n'as plus faim, dans le contrôle pour ne pas céder à tes EME alors le soir forcément il y a perte de contrôle. Il y a dans le programme une partie qui s'appelle les fins de journées et je pense qu'elle devrait t'aider. Il s'agit de faire régulièrement des pauses pendant la journée pour ne pas arriver à bout le soir venu. En général on a des EME le soir parce qu'on s'est contrôlé toute la journée et parce qu'on enchaîne les activités sans souffler. Il est donc normal dans ces conditions de se ruer sur le chocolat parce qu'enfin on a du réconfort.  [/quote]

Comme le dit FRED, tu peux pratiquer en fin de journée le sas de décompression. En fin de journée, on est souvent submergée par toutes les émotions petites ou grandes qui ont jalonnées la journée... En instaurant un temps pour toi pendant lequel tu prends soin de toi, tu t'accordes du temps pour te poser, tu verras que petit à petit tes EME du soir se calmeront, s'espasseront... Tu peux profiter de ce temps pour faire ce qui te plaît : dessiner, peindre, créer, chanter, faire du sport, faire une promenade, lire, tricotter, prendre une douche, jardinner ... Une petite heure, une demi-heure, comme tu veux.

Ce sas de fin de journée te permettra de décompresser. Tu pourras accueillir tes émotions sans les analyser, comme elles viennent, tout simplement... Peut-être les nommer... Laisse les venir, c'est tout. C'est très appaisant et réparateur.
Il y a effectivement une étape dans LC où tu travailles sur les fins de journée et sur les EME de fin de journée...

"On ne voit bien qu'avec le cœur. L'essentiel est invisible pour les yeux !" Saint-Exupéry

chris212
Marraine

[quote=chocoboum]

pour moi le soir, finalement j'attends mon chocolat, et après 2 carrés, ça devient 2 barres...et je m'arrête, mais j'ai le ventre plein, trop pein - culpabilité ? je ne sais même pas - si oui, elle est bien enfouie -

Pourtant je sais, le soir, que je vais prendre ce foutu chocolat, et en manger trop, même en pleine conscience...mais il y a un moment où je craque et l'avale à toute vitesse - 

alos honte - rien n'y fait - RPC .. dans ma tête, il y a déjà inscrit le moment incontournable où je vais sortir le chocolat et le manger c'est une habitude, c'est le geste qui compte autant que manger - c'est une addiction ! je finis par voir ça comme ça - 

est-ce que ce sont vraiment des EME ? j'ai réussi à ne pas en manger dans la journée - c'est vrai ça tiens, je n'ai plus envie d'en manger dans la journée - mais le soir... le 21h30 fatidique ..... Pensez-vous que ça ait qq chose à voir avec des EME ? pourquoi ce besoin, c'est un pe comme qq'un qui voudrait arrêter de fumer....

[/quote]

Chocoboum, 

Pour un partage autour du sas de décompression, tu peux aller sur :
Votre expérience du programme == Mon sas de décompression.du jour

Tu verras comment gérer cette fameuse fin de journée où nous sommes si souvent assaillis par nos émotions qui risquent de se transformer en EME.
Tu y trouveras plein d'idée sur la façon de géréer les EME en fin de journée...wink

"On ne voit bien qu'avec le cœur. L'essentiel est invisible pour les yeux !" Saint-Exupéry

Fanette
Ancien abonné

Bonsoir,

juste ce petit post pour que ceux qui en ont besoin puissent retrouver et lire le début de ce fil qui se trouve dans un salon au bas du forum. Pour les nouveaux venus, n'oubliez pas de dérouler le menu du forum pour l'explorer en profondeur et en profiter pleinement. 

Bonne nuit!

Mariepoppins
Ancien abonné

Bonsoir aux LC!

Après un très beau parcours depuis 3 semaines sur LC, voilà des EME en pagaille dans la journée, compulsion limite boulimie ce soir après avoir mangé sans faim dans la journée et dans de grosses quantités.

Je n'arrive même pas à le raconter en détails. Juste besoin de le partager avec vous car cela me rend très triste et en colère. De mauvaises habitudes qui me détruisent et me ravagent!

Demain est un autre jour plein de surprises.

Bonne soirée à vous tous,

Marie

Chris19
Ancien abonné

Merci Lauriss33 !

Je viens juste de "faire une crise" et je tombe sur ton message ! je me décourage, alors de te lire, je me dis qu'il faut repartir du bon pied demain, tant pis pour aujourd'hui qui fut très dur. J'ai l'impression que l'état de fatigue, de stress, augmente mes tendances compulsives car je mange du sucré à outrance. Pour faire face à la fatigue, je mange sucré, mais quand je ne suis pas épuisée, je peux très bien détourner mon attention de l'alimentaire et je ne compulse pas.

Vraiment merci.
Bonne nuit !

Maureen
Ancien abonné

Pareil, crise de type « porte d’entrée » (à peu près les seules en ce moment pour moi). 

Je m’explique : cela commence par un aliment que je mange alors que je n’ai pas faim, j’en ai simplement envie. Et puis finalement petit à petit je grignote, je grignote, et ça finit en crise. Alors qu’à la base j’étais dans un état plutôt calme. Je pense que temps que je resterai dans le schéma tout-ou-rien, cela continuera à se produire… 

 Allez, maintenant le vrai challenge, c’est de ne pas dîner ce soir si je n’ai toujours pas faim. Un peu compliqué avec ma petite famille laugh

Allez les filles, courage, on se remet en selle, ça fait partie du jeu. 

Mariepoppins
Ancien abonné

Coucou à toutes!

Comme c'est bon de voir que je ne suis pas seule face à ces crises! C'est chouette de lire vos messages et cela me donne beaucoup de réconfort.

Chris19, la fatigue moi aussi me dirige vers les aliments sucrés pour retrouver de l'énergie et pouf cela part en crise. C'est vrai que ce n'est pas facile de gérer sa faim entre 2 repas lorsque l'on a une vie de famille.

Je suis en convalescence après une intervention chirurgicale et je suis partie pour quelques jours chez des amis ce matin. Je n'ai pas pris de petit déjeuner. J'avais donc faim pour le déjeuner! Victoire! 

Je vais le parcourir avec attention ce fil de discussion car pour moi l'objectif du programme c'est bien d'apprendre à gérer mes EME!

Tu as raison Maureen, ce programme nous offre de nombreuses solutions pour apprendre à gérer notre relation avec la nourriture. Alors hop hop hop on se remet en selle! Ces accidents de parcours sont normaux. Il y en aura d'autres et le principal est de savoir se relever après la chute!!!!

"C'est le jeu ma pauvre Lucette" laugh

Bon courage à toutes car les périodes de crises et post crises ne sont pas faciles à vivre...

Marie

Haut de page 
X