Procrastination, perfectionnisme et... manque de sommeil - 02122013

surmonchemin.
Abonné

Hello,

En ce moment, je lis beaucoup sur le perfectionnisme, un de mes grands problèmes, et la procrastination qui va souvent avec.

Et hier soir, comme j'ai toujours énormément de mal à aller me coucher, je me suis fait la réflexion suivante : et si ne pas aller me coucher (alors que je suis crevée) était une forme de procrastination ?

Parce que : quand j'ai un truc à faire, je m'imagine comme je vais le faire formidablement bien, même plus et mieux que ce qu'on m'a demandé, on me citera en exemple ! (je caricature, mais à peine, croyez-moi !). Et je n'arrive pas à m'y mettre, je fais plein d'autres trucs moins importants à la place mais je ne m'y mets pas. Sans doute parce que je risque de ne pas être à la hauteur de mon fantasme, et ça me donne l'excuse d'avoir manqué de temps (je l'aurais fait parfaitement... si j'avais eu plus de temps). Et je culpabilise.

Et en fait, le soir, je me demande si ce n'est pas le même mécanisme : je pense à ma journée du lendemain, aux trucs que j'ai à faire (d'ailleurs, j'ai toujours des to-do lists longues comme le bras), je m'imagine hyper-efficace, cochant toutes les lignes de ma liste hyper-vite-hyper-bien et... je traine sur le net, je regarde la télé, je fais je ne sais pas quoi, je fais plein de trucs pas très importants mais je ne vais pas me coucher.

Et le lendemain, je suis crevée, j'avance à 2 à l'heure jusqu'au milieu de l'après-midi, ma to-do list, je la regarde mais je ne m'y mets pas. Et je culpabilise.

C'est limite une forme d'auto-sabotage, finalement.

Peut-être aussi que ça me donne une bonne excuse pour enlever la pression du perfectionnisme : "si j'y arrive pas, c'est parce que je dors mal" ?

Vous connaissez ce problème ? Qu'en pensez-vous ?

surmonchemin, qui vient de revoir sa to-do list de demain et l'a réduite à 4 choses (bon, avec une 5è en option, d'accord)

Commentaires

Lavienrose.
Abonné
Je n'arrive pas à me coucher le soir Je fais des listes aussi. Ma réflexion n'est pas encore aussi poussée que la tienne. Je pense que le soir quand tout le monde dort, c'est mon moment. je ne peux rien faire car tout est fermé ( magasins, administrations...) Et le calme de la nuit me repose... Par contre c'est vrai que l'idée de penser à toutes ces choses à faire demain me fait repousser le coucher, car après le sommeil c'est la que je vais devoir aller aux impôts, faire les courses, gérer fillette.... Bref le quotidien.... Et je n'aime pas le quotidien: la routine.... Je pense aussi qu'il me manque des petits bonheurs quotidiens, alors je planifie une après-midi avec une amie par exemple ou un bain... Mais j'arrive à regretter ces moments en voulant presque les annuler ...Ben voui..j'ai tellement de trucs à finir Donc oui je retarde le coucher donc la fatigue arrive et en plus je culpabilise de ne plus vouloir aller voir la copine....alors je mange Autre chose aussi que j'ai constaté, quand j'ai fait 2 petites nuits la 3 ieme je tombe de sommeil... Et j'aimerai m'endormir tous les soirs ainsi.... Me coucher et sentir le sommeil s'emparer de moi ne pas pouvoir lui résister c'est tellement bon comme sensation!!! bon la je ne t'aide pas mais pas du tout! Je suis sûre que le remède c'est la rpc .... Mais fichtre pas encore prête à lâcher ce gros morceau!!! Tu as bien fait de lancer le sujet!!! Bonne nuit L
Phoenix.
Abonné

Je crois que le fait que tu sois fatiguée le lendemain, c'est comme quand on doit faire les trucs en urgence quand on les a repoussés, c'est juste un effet secondaire néfaste qu'on ne veut pas voir au moment de la procrastination, de même que quand on compulse, on ne veux pas voir les répercussion sur le poids, la santé et la culpabilité.

En ce qui me concerne, je ne pense pas être outrageusement perfectionniste, mais je procrastine un max. j'ai identifié trois raisons : je n'ai pas envie de faire ces choses rébarbatives, je suis angoissée par les domaines que ces choses touchent c'est à dire les responsabilités (payer des factutres, réserver un voyage sans se planter etc...), et j'eassaie d'arrêter le temps, ce que je fais aussi quand je mange (plus d'impératifs, de responsabilités ni contraintes)

Et si je me retrouve à veiller le soir, c'est le même mécanisme, freiner l'arrivée de demain (retieens.., la nuit...!)

c'est marrant je voulais à l'instant lancer un post stratégies anti-procrastination, je profite du tiens si tu n'y vois pas d'inconvénient :

Avez-vous des trucs anti-procrastination ? Avez-vous lus de bons bouquins là-dessus qui vous ont aidés ?

(Ou bien la nature humaine est-elle irrémédiablement faite pour procrastiner (après tout, quand on voit le mode de vie de certaines populations plus proches des origines, ils n'ont pas les mêmes rythmes, et le rythme occidental n'est peut-être pas adapté à l'Homme ?)

surmonchemin.
Abonné

@Lavienrose : c'est marrant parce que ta flemme me semble assez logique, alors que moi je n'en ressens pas à ce moment là, au contraire j'ai hâte, je me projette en super-woman plus rapide que l'éclair qui va faire toute sa liste de tâches d'un coup d'un seul !

Sauf que super woman, elle dort sûrement plus que 5h par nuit...

Après, par contre, il y a sûrement la peur de ne pas y arriver...

 

[quote=Phoenix]

Et si je me retrouve à veiller le soir, c'est le même mécanisme, freiner l'arrivée de demain (retieens.., la nuit...!)

[/quote]

Ca c'est quelque chose que je ressens très fort aussi, ne pas vouloir que la journée se termine et en démarrer une autre.

Après, tu as raison, ce n'est peut-être pas de l'auto-sabotage, juste l'envie de rester dans le moment, pas envie de passer à autre chose

[quote=Phoenix]

c'est marrant je voulais à l'instant lancer un post stratégies anti-procrastination, je profite du tien si tu n'y vois pas d'inconvénient :

Avez-vous des trucs anti-procrastination ? Avez-vous lu de bons bouquins là-dessus qui vous ont aidés ?

[/quote]

Vas-y ! Pas de problème, je t'héberge ;-)

En ce moment, j'alterne entre "la procrastination" de John Perry et "apprendre l'imprefection" (parce que c'est lié) de Tal Ben-Shahar. Je n'en suis pas encore au stade où ils me proposent des solutions, mais je peux juste te dire que l'un comme l'autre décrivent exactement ce que je ressens, ce qui est déjà un bon début.

Je te tiendrai au courant si tu veux.

izabelle
Animatrice forum

je suis ou plutôt j'étais exactement comme toi, surmonchemin

j'appelle ça "l'option  reine du monde"   ou bien wonder woman

moi aussi quand je dois faire un truc, il faut que ça soit le super mega truc que tout le monde admire....

le pire c'est que souvent j'y réussis

alors ma "reine du monde intérieure"  jubile....

 

mais pour les trucs à faire dans lesquels je ne vais pas spécialement briller, soit que je n'ai pas développé de capacités dedans, soit que personne ne remarque (genre le ménage.... quoique mon chéri y serait sensible... ;-)   c'est la procrastination à mort

genre ma pile de papiers à ranger qui va finir par atteindre le plafond....

ou le bouquin futur best-seller que je devrais écrire mais que si je m'y mets je vais me sentir nulle parce que je vais "bloquer"

 

je vais te dire ce qui m'a aidé

c'est de pratiquer la défusion avec cette "histoire"  de la reine du monde

et son double maléfique   angry   la "super-nulle"

 

l'un comme l'autre, ce ne sont que des histoires, y'en a une qui est super agréable.....  et l'autre super désagréable

mais l'un comme l'autre ce n'est pas "moi", ce ne sont que des histoires qui passent en moi

 

c'est vrai que j'ai certaines dispositions pour réussir certaines choses, où on me félicite tellement que je suis "la reine du monde"

mais si je ne prends pas conscience que ce n'est qu'une histoire,  je vais rechercher compulsivement à le vivre tout le temps....

or ce n'est pas possible....   tout simplement parce que ce n'est qu'une histoire, pour de vrai je ne suis pas la reine du monde

cette histoire elle me fait du bien parce que quand j'étais plus jeune je ne me sentais pas assez "reconnue"  donc c'était une sorte de sauvegarde

 

mais en prenant un peu de distance avec cette histoire-là

je m'aperçois que je suis enfin capable de :

- faire le ménage

- ranger les papiers

- monter l'escalier sans attendre pour "optimiser" le temps

- ne plus grouper les démarches pour "optimiser"

- ne plus passer une journée en cuisine pour faire un repas

- avancer les choses sans qu'elles soient parfaites ou finies

- finir les choses

- accepter les remarques "constructives" sans me vexer

 

je ne me sens plus anéantie quand j'ai raté un gateau...

attention j'étais capable d'avoir une EME majeure pour avoir râté une recette, chez moi, alors que je la faisais simplement à titre de test !!!!

sachant que je ne cuisine que pour mon plaisir......

 

j'ai pris conscience que j'utilisais par exemple, la patisserie (hyper fastoche à maitriser, mais ça semble dur à la plupart des gens parce qu'ils n'y mettent pas d'énergie)   pour me sentir la reine du monde

et avec la patisserie c'est facile parce que tout le monde s'extasie.....

c'est plus dur de se sentir la reine du monde   par sa capacité à faire la vaisselle.....

 

eh bien d'en prendre conscience et de prendre de la distance avec ce sentiment  c'est vraiment une bonne chose

ça ne veut pas dire de ne plus chercher à ressentir cette chose-là, qui est agréable.....

mais ne pas être "collée" à elle

 

cela m'est arrivé dimanche, tout me réussissait, tout le monde était sympatique, me félicitait sans que j'ai rien fait de particulier.....   bref   "la reine du monde"   c'était chouette

mais par la conscience que j'avais que c'était simplement une histoire agréable, cela m'a permis de ne pas avoir trop d'EME (car j'ai aussi des EME quand je suis trop heureuse, trop excitée)

et aussi de ne pas vivre mal la redescente de tension,  retour au travail, à ne voir quasiment personne pendant deux jours......

demain j'ai à nouveau une journée chargée, de travail, mais cette fois en voyant du monde....

 

et j'ai un travail où je peux passer de  "la reine du monde"   à la "super-nulle"  d'un rendez-vous à l'autre.....

donc j'ai vraiment intérêt à avoir conscience que ces deux histoires, qui se jouent en moi, ne sont que des histoires.....

 

 

pardon pour le "pavé"!!!

marieal.
Inscrit

izabelle, ton "pavé" est passionant! et le post sur la défusion l'est tout autant....

c'est marrant parce que je viens de comprendre à quoi servait en RPC, le fait de prendre conscience de ses pensées, de les saluer avec bienveillance, c'est justement défusionner, leur donner du champs par rapport à ce que nous sommes, leur donner un nom et les laisser s'éloigner.

Pour revenir au sujet de ce post, perso je suis une couche tard, simplement parce que j'aime pas l'idée du métro-boulot-dodo ; je prends pas le metro mais l'idée que ma vie puisse se résumer à ça me fait froid dans le dos. J'ai donc besoin de faire autre chose, et le temps disponible pour ça je le trouve le soir, avant d'aller me coucher. Je préfère être fatiguée même parce que j'ai regardé une émission d'aucun intérêt à la TV que de me trainer avec ce sentiment d'être née pour bosser. C'est d'ailleurs comme ça que je mange des cochonneries le soir ou mes lendemaisn de garde: pour pouvoir tenir physiquement face à l'envie de dormir.

je suis aussi une adepte des listes de trucs à faire que je repousse allègrement jusqu'au moment où il Faut les faire, mais là je n'ai jamais cherché à comprendre pourquoi je procrastinais. Je ne travaille efficacement que dans l'urgence. Quand je faisais mes études, je ne faisais rien entre deux partiels, et puis un mois avant, je me réveillais en catastrophe, en plein milieu de la nuit, je me faisais un planning pour le mois qui suivait pour arriver nickel le jour de l'examen. A chaque fois, ça tenait pile poil, pas d'impasse, tout vu au moins deux fois, comme si ma conscience savait exactement quand déclencher le timmer en fonction de la quantité de travail à fournir.

Par contre, dans mon cas, je ne vois aucune raison pour qu'il y ait un lien entre les deux...peut être qu'il y a un lien et peut être pas? mais fondamentalement, je me rends compte que ce n'est pas bien grave ( peut être parce que je ne suis pas perfectionniste à 100% et que malgré mon envie de comprendre, je ne cherche pas forcément à donner du sens à tout ce que je fais?  )

surmonchemin.
Abonné

Izabelle,

S'il te plait ne t'excuse pas, j'adore tes pavés et ils tapent dans le mille à chaque fois !

Je ne l'avais jamais spécialement remarqué avant, mais c'est vrai que je procrastine surtout sur les trucs pas spectaculaires qui ne provoqueront pas l'admiration, et les trucs ch**nts aussi.

J'ai beaucoup pensé à ta reine du monde aujourd'hui, elle m'a bien aidée et j'ai fait tout ce qu'il y avait sur ma liste pour une fois (ouaip !! fière je suis) ; et je me suis accordé 1/2j de repos aussi (quoi ??!! je me suis autorisée à "sécher" ??!!), ce qui m'a fait beaucoup de bien et m'a bien aidé aussi.

En fait, je compreds que c'est une histoire de mesure : j'ai le droit d'avoir envie d'être parfaite et admirée, des fois, mais ça ne doit pas être pour tout et tout le temps car ça, c'est pas possible. Et garder à l'esprit que, qu'on m'admire ou pas, je reste la même et ça ne change pas ma valeur.

 

Marieal,

Je pensais la même chose que toi, que je ne voulais juste pas tomber dans la routine métro-boulot-dodo (et puis je déteste l'idée de suivre le troupeau et faire comme tout le monde, aussi) mais en ce moment, la fatigue l'emporte et malgré tout, j'ai du mal à faire autrement et à me coucher tôt (alors que mon corps me hurle qu'il lui faut du repos !!).

Et je travaille bien dans l'urgence aussi, mais pareil, à la longue c'est une source supplémentaire de stress, ça m'épuise et ça n'est pas du tout confortable.

C'est pour ça que je ressens le besoin de gratter un peu le sujet en ce moment, histoire de voir s'il n'y aurait pas un truc à débloquer derrière

alexa38.
Abonné

je viens de rejoindre la méthode (hier!)  et je lis ton message. J'ai depuis toujours cherché à comprendre mes 2 problèmes majeurs: ma gestion calamiteuse du temps et mes compulsions alimentaire qui n'ont d'ailleurs pas commencé en même temps . Grâce à toi, je viens de réaliser que ce sont les 2 faces du même problème: arrêter le temps.

  je n'ai aucune idée pour t'aider, désolée,  mais je te remercie vraiment beaucoup.

Bliss.
Abonné
Ce fil me touche mais ma réflexion risque d'être confuse sur ce sujet. J'ai été très longtemps une pro de la procrastination disons de l'adolescence à 25-30 ans. Et aussi du perfectionnisme. La procrastination avec le fait d'être maman j'ai du me booster un peu pour que notre vie quotidienne ressemble à quelquechose qui roule sinon les bavoirs de mon fils attendraient encore d'être suspendus au séchoir.......... Là ou ca a coincé c'est que je n'ai pas lâché le perfectionnisme particulièrement dans mon boulot. POur faire bref cela s'est soldé par un gros burn out avec un long arrêt de travail. Et un sommeil complètement déglingué. Or le sommeil est en lien aussi avec la prise et non-perte de poids il y a un article quelquepart sur le site sur la question. Le cercle vicieux du mauvais sommeil , des émotions en vrac, de la fatigue accumulée, du manque d'énergie, donc plus de loisirs et de sport etc etc.....c'était gros comme une église et pourtant je suis tombée dedans. Tout cela pour dire que le gros du boulot pour ma part a été de commencer par retrouver des nuits de sommeil reposantes, de supprimer les écrans, plus de tv le soir (sauf un bon film choisi ponctuellement), du sport très régulièrement, plus de caféine etc...etc.....ça m'a pris des mois pour retrouver des nuits complètes sans réveil, reposantes et du coup de l'énergie pour reprendre le travail. Là ou je voulais en venir c'est qu'aujourd'hui je vois clairement que ma place quand je suis fatiguée est dans mon lit le soir. Et que du coup la journée je suis beaucoup plus à même de doser mes efforts, de ne plus être dans le perfectionnisme. Et quand des émotions me traversent je peux aussi plus facilement respirer, faire avec, attendre, choisir une autre option que manger. Tous ces sujets étant entremêlés difficile de dire par quoi commencer. Pour moi ça a été le sommeil parce que des mois de sommeil raccourcis, plein de cauchemars et que sais je j'en ai payé le prix. Mais sans doute que pour quelqu'un d'autre cela peut commencer ailleurs. Le signal que ca ne va plus c'est quand je recommence à faire des listes longues comme le bras, là c'est stop. Si en plus du boulot je me colle 5000000 trucs en plus et que finalement je me retrouver à larver dans mon canapé fatiguée de tout et sans même plue envie de me cuisiner un bon truc ou de trouver assez d'énergie pour une micro balade ou un pot avec une copine c'est qu'il y a déséquilibre. Le burn out m'a bien appris qu'on ne peut pas abuser de soi (dans le sens du trop comme du pas assez) sans conséquence douloureuse à un moment ou un autre.
cilou_cile.
Abonné

Je trouve ce fil très intéressant et je me retrouve énormément dans tout ce qui a été dit. La procrastination et le perfectionnisme, les 2 faces d'une même médaille. Paradoxal, mais finalement, c'est ce que je constate chez moi en tout cas.

Procrastination, ça je le savais, depuis longtemps, mais ça prenait le terme de "fainéante" dans ma tête ou dans la bouche de mes parents. Perfectionniste, ça je ne l'avais jamais soupçonné. Mais depuis qu'une des LC, à travers de nos échanges, me l'a fait remarqué, j'ai d'abord été vexée puis la vérité a éclaté! Oui je le suis.cheeky

Je rejoins Bliss sur le fait que le perfectionnisme au travail est peut être le plus difficile à "combattre" et à relativiser, puisqu'après tout, dans quel autre domaine de nos vies, à part le travail, on nous demande, insidieusement le plus souvent, d'être le plus performant, toujours au top, meilleur que les autres?

Dans un bouquin, il était écrit que le côté perfectionniste d'une personne n'était après tout pas un défaut, que cela pouvait très bien servir dans certaines circonstances. Vouloir faire bien, que les choses soient bien faites, ça n'est une mauvaise chose, en soi. Mais lorsque ça prend des proportions énormes ou que cela nous poussent à avoir un comportement en contradiction avec nos valeurs, comme ne pas arriver à passer du temps avec ses collègues ou ses enfants, de manière plus détendue, par exemple, là on peut remettre en cause son comportement perfectionniste.

Pour ma part, j'ai lu le piège du bonheur de Russ Harris (recommandé par Izabelle. Merci merci merci ma belle!!!kiss). En appliquant les exercices et les principes présentés, notamment la pleine conscience et la connexion appliqués au moment présent et à tout, activité rébarbative (ranger des papiers, du linge, compiler des données) comme motivante ou routinière (prendre sa douche, se laver les dents, sortir de son lit et se lever le matin, aller se coucher tôt aussi). ça m'a énormément aidé et je ne vis plus tout ça de la même façon.

J'agis en fonction de mes valeurs, que je connais. Par conséquent, par exemple, certes, je ne suis pas fan de l'attitude troupeau, métro-boulot-dodo (encore que ces termes fassent référence à un jugement plutot qu'à une descrpition de faits) mais je préfère être bien reposée la journée pour agir selon mes valeurs (être performante au travail, agréable et détendue avec mes collègues et mes amis, bien m'occuper de mon petit loup, avec patience et bienveillance, être attentive). Et ça, il se trouve que je ne peux l'obtenir qu'en me couchant tôt. L'expérience m'a montré à maintes reprises que sans une bonne nuit de sommeil, je ne peux pas fournir tout ça. Alors même si moi aussi j'adore regarder des débilités à la télé jusque tard le soir wink, en semaine, je ne le fais plus, je fais mon choix. Je me rattrape le week-end ou en vacances!

Et, du coup, avec tout ça, la procrastination a presque disparu. D'ailleurs, dès que ça m'arrive, je m'interroge: qu'est ce qui va pas? de quoi as tu peur? pourquoi? as tu vraiment envie de le faire? et si oui, je le fait en pleine conscience, avec mes émotions en arrière plan...

izabelle
Animatrice forum

yesyesyes

Clarisse_and_me.
Abonné

Merci à toutes pour ces échanges super intéressants !

Comme Bliss, j'ai choisi de me coucher tôt quand j'ai compris l'impact important de la fatigue sur moi.  Soyons claires, fatiguée, je ne suis bonne à rien: pas de défusion, pas d'intelligence émotionnelle, juste un melting-pot confus et stressant.  Tout ça, je l'ai réalisé... il y a 2 mois. (oui, bon, je sais, mais mieux vaut tard que jamais wink)

Un coaché LC a écrit qu'il vivait le coucher comme une petite mort. (Désolée, je ne sais plus qui c'est, s'il se reconnait, qu'il se manifeste).  Je l'en remercie car cela m'a beaucoup parlé !  Vouloir arrêter le temps, ne pas vouloir démarrer la journée du lendemain, imaginer qu'on échappe à la routine en "volant" du temps en soirée.  Autant de pistes intéressantes.

Sauf que quand on est reposé, qu'on est satisfait de sa journée, on est plus motivé à aller se coucher pour profiter de la suivante.  Comme dans beaucoup de domaines, c'est un cercle vertueux.  Et l'enjeu est de parvenir à s'extraire du cercle vicieux.

 

Je rebondis également sur ce qu'à écrit Phoenix et les trucs anti-procrastination, j'en ai trois et je vous les partage:

1-Quand je fais une liste sur laquelle figure des activités "diabolisées", je note aussi à côté la première chose concrète à faire.  Par exemple, "ranger les papiers - Sortir la farde 2013 de l'armoire".  Bon, dis comme ça, c'est idiot, mais ça marche. blush Le plus difficile étant de s'atteler à la tâche, de la démarrer.

2- Comme je suis plus efficace sous la pression, je me lance des défis ! Je lance un chrono et je me dis que je dois faire telle activité en moins de 30 minutes.  Et pour tout vous dire, en la faisant, j'imagine un commentateur sportif qui commente ma "performance".  (OMG, je ne pensais pas partager ce genre de chose un jour...)

3- Quand je bloque, je me rappelle  que avancer petit à petit, avec un travail de qualité même moyenne, c'est toujours mieux que ne rien faire en rêvant à la perfection. Et que j'ai le droit d'être imparfaite, le droit de ne pas savoir certaines choses, le droit de me tromper, même le droit d'avoir du retard... Na.

 

Enfin, parce qu'on est quand même sur LC, j'ai pu constater que je procrastinais moins quand je respectais mes sensations alimentaires. Je suis plus ancrée dans le réel et je gaspille moins mon temps que quand je suis "remplie"/"anesthésiée".

Lavienrose.
Abonné
Je ne comprends pas encore tout ce que vous écrivez.... C'est que j'ai encore du boulot ;-)) Je sais et je ressens que j'ai besoin de dormir pour être Lavienrose :-D Mais je n'y arrive pas ! Izabelle, ta notion de reine du monde me fait aussi réfléchir. D'après ton écrit j'ai compris que je ne me faisais pas assez de bien. Pour équilibrer mes journées, pour que je me sente bien je pense que je dois m'occuper de moi et aussi faire les choses du quotidien. Je ne sais pas si je suis claire. Par exemple ce matin je me suis obligée à me prendre une heure pour moi dans la salle de bain( masque à l'argile, épilation, shampoing .....douche...). Je devais faire le ménage, aller aux impôts, trouver des cadeaux pour Noël....Mais non j'ai décidé et ho que cela a été difficile de prendre ce temps pour moi... Qui ne me fait pas sentir aux yeux des autres la reine du monde. Mais paradoxalement j'ai pu faire tout le reste et la il est 17h et je pourrais encore faire plein de choses!!!! Mais non stop!!! Ça suffit Je crois, pour mon cas que je ne remplis pas assez mon réservoir!!! Je l'oublie et du coup le reste me donne l'impression d'être de l'esclavage car rien de me revient et en plus personne ne me dit que je suis la reine du monde, ce qui pourrait remplir mon réservoir!! Voilà ou j'en suis d'après vos écrits/ expériences. Si d'aventure je vis une journée de dingue c.-à-d. Qui ne me fait pas sentir la reine du monde je vais essayer de faire un truc pour moi... Même si ça empiète sur le confort de la maisonnée exemple - pas eu le temps de faire une lessive... Ben tant pis on met les fringues qu'il y a - pas le temps de préparer le repas prévu... Ben tant pis on mange les restes ou du riz amélioré Mais j'irai prendre ma douche "de transition", ranger MA chambre.... J'ai pas encore trop d'exemples de choses à faire qui me feraient du bien mais je vais trouver!!!
surmonchemin.
Abonné

Et bein ! Il y en a des choses ici ! Merci merci merci de m'aider autant à avancer !

Je sais ce que je risque avec le boulot, je frole le burn-out régulièrement, c'est pour çà aussi que j'ai écrit ce post. Ca forme un serpent qui se mord la queue trop de travail - manque de sommeil - abus de caféine - rupture de vie sociale... Moi le signal c'est quand je n'arrive plus à voir mes amis, ou à profiter des moments avec eux. Mais des fois je sens que ça craque de tous les cotés.

Le truc, c'est que je n'arrive pas à trouver le bon angle. Des fois je me dis "allez, une semaine sans café, pour voir" mais alors, plus rien ne masque ma fatigue et c'est super dur (et je ne me couche toujours pas plus tôt). D'autres fois, j'essaye de me coucher plus tôt, vers 22h30 - 23h mais ça me déglingue mes nuits (cauchemars, réveil à 2 ou 3h du mat et impossible de me rendormir).

Ma tête sait très bien qu'il faut dormir plus, mais il y a un autre truc en moi qui ne veut pas. Et que je n'identifie pas !!!

Je trouve que l'expression "petite mort" colle drôlement bien, de voler encore un peu de temps à la journée (parce que je suis plus forte que les autres aussi, alors je ne vais quand même pas m'avouer faible et aller me coucher tôt ? Si ?)

Bliss, si ton signal c'est quand les listes deviennent trop longues, comment le gères-tu concrètement ? Tu élimines des choses ? Tu prends un rtt ?

cilou_cile : "fainéante", tiens tiens... c'est ce que je me dis très souvent (ce qui ferait bcp rire mes amis, mes collègues et mes parents, car tout le monde me considère comme une grande bosseuse).

Quant au "troupeau", j'espère n'avoir choqué personne, bien sûr que c'est un jugement et qu'il est stupide, mais malheureusement c'est comme çà que ma super-woman fonctionne, je crois, c'est ce qu'elle ressent.

Clarisse_and_me, moi je n'ai pas encore réussi alors sois fière !! Et un grand MERCI pour ton truc n°2, car c'est ce que je faisais quand j'étais petite et que je devais ranger ma chambre ! Je l'avais complètement oublié !!!

Lavienrose, c'est déjà un grand pas de prendre du temps pour t'occuper de toi, moi je fais le minimum syndical pour moi en ce moment. Je me rends compte en te lisant que c'est bien bête, surtout que régulièrement je me sens "punie" parce que je dois toujours m'occuper des autres et que personne ne s'occupe de moi (là encore, c'est une vision exagérée bien sûr, mais c'est ce que je ressens à ce moment-là).Mais si déjà moi je ne le fais pas, comment attendre des autres qu'ils le fassent ???

Et alexa_38 : bienvenue par ici, tu vas voir c'est très intéressant, et ravie si nos réflexions te parlent aussi :-)

Bon, sur toutes ces belles réflexions, je vais vite me coucher avant de trouver un autre truc à faire ;-)

Bliss.
Abonné
Le burn out est un processus qui s'installe sur des années, sur de petites choses accumulées et au fil du temps ça donne un style de vie qui atteint la santé. Pour ma part j'en faisais déjà trop à l'école, je m'ennuyais dans la classe ma sensibilité et ma soif de savoirs n'étaient pas assouvis alors je bossais seule comme une dingue de manière parfaite. Ensuite dès mes premiers jobs j'accumulais les heures sup, le mandat en plus, le groupe de travail ou personne ne veut aller. Et puis la suite des abus de soi, négliger sa santé, son repos, ses vacances. La goutte d'eau chez moi a été un changement de hiérarchie et du mobbing. Et finalement tant mieux ca a été super dur ca l'est encore bien souvent mais ma vie a radicalement changé. Quand mes listes s'allongent, que mon sommeil est moins bon, double de dose de soins de soi. Week end au spa la semaine dernière à la montagne (bon j'habite pas loin). Pause obligatoire repos entre 12h et 13h et pas pour en profiter pour faire des courses appeler le dentiste ou passer à la poste. Une chose à la fois. Chaque semaine un truc culturel film théâtre etc.....le sport quoi qu'il arrive m'y tenir. Le pleine conscience impérativement. Ma liste de mardi bien trop pleine de trucs reste presque intacte. Quand il n'y a plus de place pour moi.......je me remets au centre! je garde mon énergie pour voir une amie et manger avec elle. La déco de Noël passera après. Je fais quelques trucs urgent administratifs avec un timer sur 15mn (on en fait bcp en 15mn). Puis hop du temps pour écouter de la musique. Trouver un équilibre et le conserver sur le long terme me demande une discipline d'enfer. C'est très tentant d'en faire trop, d'accumuler, de profiter de l'absence du physio pour faire des courses un peu de ménage et passer à la banque. Le signal pour moi c'est aussi depuis quand je ne me suis pas baladée sans but? une semaine sans c'est la limite. On est jeudi depuis dimanche je n'ai pas déambulé sans but au bord du lac au parc ou dans la forêt.......donc signal d'alarme pour moi. Mais pas forcément pour quelqu'un d'autre. Pour moi parce que la marche en plein air est super bonne pour moi ca me regonfle me calme m'apaise et en même temps je bouge mon corps. Bon je m'arrête là mais je pourrai écrire des romans.
izabelle
Animatrice forum

oui La vie en Rose, tu trouveras plus de vrai bonheur en t'accordant des moments  "présents"  où tu es présente à toi-même,  qu'en étant la personne indispensable de la maison.....

je comprends tout à fait ce que tu ressens,  mais quand on fonctionne comme cela,  dès qu'on n'a plus de reconnaissance des autres, c'est comme si on se vidait....

ce qui est important c'est de te focaliser sur tes valeurs.....    être efficace ça peut être une valeur, personnellement je la partage

mais j'ai constaté en effet que si je m'accordais un quart d'heure de glandouille dans l'après-midi  j'étais beaucoup plus efficace sur l'ensemble de la journée......

en ce moment je suis en train de développer une nouvelle valeur, qui m'était un peu inconnue mais qui m'apporte beaucoup de satisfaction : être bien dans  mon corps

 

hier soir rentrée tard et sous stress maximum

j'ai pris ma douche en me disant qu'on verrait plus tard pour le repas.....

c'était vital pour moi......   du coup la soirée s'est bien enchainée même si on a mangé plus tard.... c'était dans la sérénité

 

avant j'aurais annulé ma douche, fonctionné en bon petit soldat, et sans doute été très irrritable la fin de soirée, puis mangé pour supporter "d'être comme ça....."

je crois que mon mari et ma fille préfère largement diner plus tard, des choses plus simples, que de me voir mal, limite agressive, et ayant besoin de manger pour supporter la chose.....

ils préfèrent que je sois simplement moi-même, et manger des pâtes à 20h30....

Zab33.
Abonné
Pfiou, qu'est-ce que je me reconnais là encore dans tout ce que vous décrivez !!! Pas trop le temps de développer là, mais je viens de commencer un bouquin sur le kaizen et je pense que ça donne des pistes très intéressantes pour changer un petit truc par jour et pour éviter de se dire "à partir de maintenant j'arrête de boire du café" pour ne citer que ça ;-). L'idée du kaizen c'est qu'un voyage de 1000 km commence par le premier pas, mais vous connaissez peut-être ? Je me dis que ça doit être intéressant...
cilou_cile.
Abonné

J'écris vite fait avant de repartir au boulot, c'était ma petite pause cocon!

Izabelle, si j'avais pu mettre 10 fois j'aime pour ton dernier message, je l'aurai fait! ;) bravo pour avoir su détecter que ce qu'il te fallait c'était t'écouter et prendre soin de toi à ce moment, et résister à la pression du bon petit soldat!

Et merci Bliss pour tes précieux conseils. C'est ce vers quoi je tends et tes critères pour faire sonner l'alarme "tu en fais trop là" sont tip top! Je vais m'en inspirer.

vevemartin.
Abonné

Je suis comme toi,je commence à faire un travail mais j'ai tellement envie de bien faire que je fais mal ou que je fais avec retard car j'ai peur du jugement 

Aislinn.
Abonné

Envie de faire remonter ce fil car j'ai trouvé tous vos posts très intéressants. J'ai aussi tendance à ne pas aller me coucher le soir même si je suis crevée, à repousser les choses que je devrais faire, soit parce qu'elles sont rébarbatives, soit parce que j'ai l'impression que je n'arriverais pas à les faire aussi bien que j'aimerais. Doux mélange entre procrastination et perfectionnisme... Je ressens encore les choses de manière confuse mais vos commentaires à toutes m'aident à y voir plus clair. Merci et bonne continuation !

Alexandrac.
Abonné

je suppose que la plupart des personnes ayant posté ne sont plus sur les forums

je me retrouve tellement dans ce fil

Aislinn.
Abonné

En fait que je crois que certaines sont encore par ici, car on voit encore apparaître leur pseudo sur d'autres forums LC  ;-)

Je suis en progrès : hier j'ai réussi à m'écouter et à aller me coucher au lieu de finir par m'endormir devant la télé. Mais j'ai encore repoussé les classements que je devais faire. Et avec LC, en ce moment je suis dans ma phase "j'm'en foutiste" après une phase perfectionniste...

Et toi ? Et les autres ?

surmonchemin.
Abonné

C'est étrange...

Je reviens aujourd'hui sur ce forum, je viens de réactiver mon abonnement et le PREMIER post sur lequel je tombe, c'est justement celui-ci. Et c'est fou de le relire maintenant sachant que j'ai justement fait un burn-out quelques jours après avoir eu ces échanges avec vous. Avec le recul, c'était tellement évident...

Me revoilà donc, après plusieurs mois difficiles, et maintenant que je vais mieux, je vais m'empresser de relire tout çà tranquillement. Et de prendre soin de moi et d'enfin écouter ce corps et ces émotions qui veulent me parler, au lieu de les combattre.

marieal.
Inscrit

merci cilou-cil d'avoir mis ce poste en lien...je l'ai relu, il est passionnant, et je me rends compte, moi aussi, à la lumière de ce qui s'est passé ces derniers mois, que sa lecture éclaire tout ça d'une autre lumière...

Yzaline.
Abonné

Oui très interessant en effet , il y a beaucoup de choses très pertinantes à lire par ici wink

cilou_cile.
Abonné

Bliss parlait d'alarmes qui signalent quand on en fait trop.

Je viens de me rendre compte que mon alarme à moi, ça n'est pas les ballades dehors (j'habite en ville et venant de la campagne, je ne suis pas fan des déambulations en ville) mais ce serait plutôt "depuis quand j'ai arrêté de lire?" "depuis quand je n'ai pas regardé un film ou une série?" Là c'est le signe qu'il y a overdose qq part et qu'il est temps de lever le pied....

ladyl56.
Abonné

la procrastination il y a longtemps que je l'ai identifiée (l'universté de Montréal est très en pointe sur ce sujet). Le perfectionniste ce sont les autres qui me l'on fait remarquer ; mais associer les deux je n'y aurais jamais  penser.

Par contre cela ne me cause pas de problèmes d'endormissement ; je dors comme une souche.

J'ai un problème : je n'arrive pas à terminer ce que j'entreprends, dans tous les domaines : travaux manuels, jardinage, ménage, rangement, tri des papiers ... etc, et bien sûr j'en oublie plein.

Cela m'a coûté de l'argent (délais dépassés) alors que je suis "économe" d'autres disent "radin", et bcp de culpabilité.

Pour tout ce qui est créations j'ai fini par comprendre que tant que ce n'est pas fini : pas de jugement possible. et là on revient au perfectionnisme la boucle est bouclée mais je n'avais pas fait le rapport.

Pour les tâches répétitives c'est plus de la paresse parce que ça me gave.

merci les filles

boudicca.
Abonné

Bonjour,

Esxusez moi pour cette question mais qu'est-ce que la procrastination?

delphdelph.
Abonné

[quote=ladyl56]

Pour tout ce qui est créations j'ai fini par comprendre que tant que ce n'est pas fini : pas de jugement possible. et là on revient au perfectionnisme la boucle est bouclée mais je n'avais pas fait le rapport.

[/quote]

 

Mince alors, ladyl56, voilà une remarque intéressante ! yes

Moi non plus je ne finis rien, et particulièrement dans mon travail, où la procrastination est la plus forte.

Moi non plus je n'avais jamais fait le repprochement avec le perfectionnisme, cela fait quelques jours que je m'intéresse à la question à force de lire ça sur LC.

"Tant que ce n'est pas fini, pas de jugement possible." ... Tu me donnes du grain à moudre... merci ! smiley

Delph

Bliss.
Abonné
Ouahhhhh il est bien ce post, je me suis relue c'est top. Cela fait maintenant un an que je me tiens à mes "alarmes" et à ma discipline au sujet de procrastination/perfectionnisme et je suis super contente du résultat. Maintenant que plein de domaines de ma vie vont très bien mon corps va pouvoir lui aussi se relaxer et retrouver confiance.
delphdelph.
Abonné

 

Tu pourras m'en dire plus sur ces "alarmes" ? enlightened

Ou bien c'est plus haut dans ce fil ? J'ai pas encore pris le temps de tout lire... blush

En tout cas si tu as progressé côté perfectionnisme/procrastination, ça me donne de l'espoir !

Rien que pour cela, merci Bliss ! 

Bon weekend ! smiley

ladyl56.
Abonné

en fait c'est un trouble du comportement qui te fait remettre à plus tard ce que les autres font tout de suite. Ranger, répondre au courrier, finir ce que tu as commencé etc..

boudicca.
Abonné

Merci pour ta réponse ladyl56.

Bliss.
Abonné
Les "alarmes": C'est quelquechose que j'ai mis en place sur recommandation de mon médecin, c'est elle aussi qui m'a encouragée à reprendre plus de sport, à oser franchir le seuil du fitness etc.... Les alarmes ne peuvent être que personnelles, ce qui marchera pour toi Delph n'ira peut être pas pour moi. L'idée est d'avoir à l'intérieur de soi un repère de ton état, de fatigue de lassitude, de perte d'énergie etc.... ca dépend ce que tu as à travailler. Et là dessus choisir quelques comportements qui te permettent de te reconnecter rapidement pour savoir ou tu en es. Le plus simple serait de s'arrêter et respirer. Pour moi c'est aussi quand je me lave les mains (truc que je dois faire très souvent dans la journée au travail), quand je vais aux toilettes, chaque fois que je passe le seuil de la maison en rentrant. C'est comme une piqure de rappel. je me sers aussi beuaocup de mon agenda, non seulement pour noter les trucs impératifs à faire mais aussi noter les moments de nature/balade ou autres trucs qui font du bien. Quand il n'y a plus que des "obligations"....pas bon. Pour la procrastination, pour les projets en cours je les décompose en sous étape. PLutôt que l'impression de n'avoir rien fini je sais que j'ai fait certaines étapes et ca me remotive à continuer. Par ex vider la cave (trop large trop dur trop pas possible) - jeter ce qui peut l'être immédiatement. - déléguer quelques taches à mon mari. - etc etc... Donc à l'heure actuelle les pneus ont été débarrassé, j'ai remplis quelques cartons de livres à porter à emmaus, j'ai trié et viré plein de paperasses inutiles mode d'emploi d'objets disparus etc. Ainsi ma cave n'est pas "vidée" mais j'avance pas à pas par petites touches c'est beuaocup plus motivant. J'utilise aussi en cas de grosse flemme (pour le ménage par ex) la minuterie. Je me mets 15mn et hop hop en route j'en fais un max, c'est fou ce qu'on peut faire en peu de temps. Et ensuite grand pause musicale sur canapé. Au début c'était un genre de réapprentissage, parce qu'au summun du burn out j'étais tellement exténuée que je ne savais même plus ce qui me faisait plaisir et qu'il n'y avait plus que des obligations et du travail. Maintenant c'est devenu plus fluide et naturel. J'ai aussi fait pas mal d'économies en remettant des paperasses à jour, supprimant des doublons d'assurance, demander des remboursements qui étaient en attente .
delphdelph.
Abonné

 

Merci beaucoup Bliss, pour tes explications. smiley

Je n'ai pas super bien compris les alarmes, mais ça m'intéresse beaucoup.

Dis-moi si c'est à peu près ça :

Je repère par exemple, un genre de pensée automatique qui me signale que ça ne va pas. Par exemple quand je me dis "j'en ai marre, je voudrais qu'on me laisse tranquille". Et ça, ce serait une alarme. Et là, il faudrait que je me reconnecte à moi-même, par un comportement type RPC, ou autre.

Est-ce que c'est un peu ça ?

Je trouve tes idées anti-procrastination très chouettes aussi. Celle de la décomposition est efficace, je l'ai déjà testée. Et celle de la minuterie, pas mal, je vais essayer ! enlightened

Noter aussi les moments de plaisir, c'est bien aussi !

Mais c'est vrai qu'il s'agit de réapprendre, de s'entraîner à adopter d'autres comportements. Je ne peux pas attendre d'un "truc" qu'il solutionne magiquement mon problème. Faut que j'arrête d'être naïve.

Je te remercie encore pour ces idées. Et si tu veux bien développer un peu les alarmes, pour que je puisse essayer sans me tromper, je suis preneuse. wink

Bises, 

Delph

Bliss.
Abonné
Cette idée des alarmes c'est difficile à expliquer parce qu'elles changent en fonction de la période de la saison et que sais je encore. Je pense que c'est en lien avec la pratique de la pleine conscience, quand j'en fais régulièrement tout est plus fluide au quotidien, l'envie de se faire des bonnes choses à manger, le plaisir d'aller voir une copine etc.... Et il y a tous ces moments de "hic".....genre une envie de me replier sur moi sans y prendre vraiment plaisir. L'impression de ne pas avoir ri depuis un moment. Des tensions régulières dans telle partie de mon corps. Voir la paperasse qui s'accumule. L'ennui est une grosse alarme aussi. Des fois je ne fais rien mais je ne m'ennuie pas quand je me dis que je ne sais pas quoi faire ou que je tourne en rond c'est une alarme. Bon j'ai l'impression de ne pas être très claire parce que c'est un vécu intime intérieur. Exemple: j'ai travaillé ce week end donc congé lundi mardi. Je zone mais sans en profiter, je regarde des vidéos tournicote dans l'appartement (il pleut dehors). Et je me rends compte de tensions dans mon ventre (j'ai mes règles mais bon je me souviens d'un concert d'enfer ou j'ai dansé toute la nuit avec mes règles). Je me lève et me retrouve dans la cuisine le frigo ouvert à regarder dedans....sans même savoir ce que je fais là. Alarme donc!!!!!!! Je me suis levée et hop concentration sur 15mn de soins à la maison, mis une machine en route aéré fait le lit vaisselle c'est fou ce qu 'on peut faire en 15mn. Et là je viens de planifier des trucs pour mon après-midi, courses, puis gym puis musique et téléphone à une copine. Et voilà tout va bien pas faim pas mangé.
Cécé17.
Abonné

Merci beaucoup à toutes celles qui ont commenté ce post car tout ceci est très intéressant et m' aide à prendre conscience de certaines choses.... Bref MERCI!!!wink

delphdelph.
Abonné

Bliss, merci pour ces précisions et cet exemple ! enlightened

C'est tout à fait ce que je vis moi aussi.

Je me reconnais complètement dans "ces moments de "hic"."

ça va m'aider à prendre conscience et à me faire mes "alarmes" à moi aussi

en ce moment, qu'est-ce que j'en aurais besoin .... aïe aïe aïe...

aujourd'hui est une journée procrastineuse et exaspérée sad

Milagros
Ancien abonné

Je viens de tomber sur ce fil déjà ancien et je me retrouve dans beaucoup de commentaires. Je le réactive. Peut-être que cela intéressera quelq'un d'autre que moi. Sinon tant pis, ça m'aura au moins fait du bien de mettre des mots sur mes comportements …

Je suis perfectionniste, championne de procrastination et je n'arrive pas à me coucher. La preuve, il est 1h45 du matin et je suis sur mon clavier d'oridinateur au lieu de dormir pour me lever en forme demain. Cela fait des années que je ne me suis pas levée en me sentant reposée au réveil. Je me lève fatiguée, mais le soir venu, je recommence à me coucher tard malgré toutes mes bonnes résolutions.

Je procrastine sur quasiment tout : le boulot, le ménage aussi. Je devais dégivrer mon petit congélateur en février … pas fait… puis pendant les vacances de Pâques, je viens de finir ma 1ère semaine de vacances et ce n'est toujours pas fait. Je suis championne des papiers que je mets sous enveloppe mais qui restent sur mon bureau pendant des semaines avant d'être enfin postés. J'ai commencé la guitare il y a deux ans, je rêve de savoir bien en jouer. Chaque jour je me dis que je vais en faire un peu et chaque soir je réalise que je n'ai pas pris le temps de le faire. Du coup, je ne progresse pas, je n'ai aucune facilité et peu de plaisir… et donc pas envie de faire mes gammes et mes exercicices ou de travailler mes morceaux. Au bout de 2 ans, je ne sais rien jouer…

Si vous êtes des procastineuses repenties, je suis intéressée par les petits trucs que vous avez mis en place et qui vous ont fait progresser.

izabelle
Animatrice forum

ce qui m'aide le plus c'est surtout d'avoir constaté que "l'action" est ce qui me rend le plus heureuse

donc je ne m'attache plus au résultat (avoir fini ci ou ça)  mais au fait simplement de me mettre en action

par exemple si je déprime le soir j'ai remarqué que faire 10 min de rangement fait que je me sens mieux

alors que d'ahbitude, pour range, il fallait attendre que j'ai du temps (que je n'avais jamais) pour faire les choses (à fond, sinon rien)

alors je me concentre jsute sur le faire qu'être en action me fait du bien au moral  et je me détache de la réalisation, du résultat

au final je m'aperçois que je procrastine moins qu'avant car je n'ai plus tant besoin que les choses soient faites parfaitement

SWINGG.
Inscrit

Ouh là là Milgros! ça me parle ce que tu dis!

Ne pas arriver à se coucher, même si on est fatiquée, qu'on rêve de se lever tôt pour faire de l'exercice, quelle plaie!

En plus, c'est bien connu que le manque de sommeil facilite la prise de poids...

Moi, je procrastine un peu, mais moins qu'avant. Après une grosse grosse galère dans ma vie où j'ai dû vraiment prendre tout le monde en charge (entreprise et famille) toute seule pendant un moment où mon mari n'était plus là, j'ai appris que de faire les choses importantes me soulageait plutôt que d'attendre. Et puis après que de faire les choses (un peu) qui me font du bien m'aidaient à faire le reste.

Mais je crois que c'est le fait de

1) vouloir faire dans sa tête trop de choses en même temps

2) vouloir les faire parfaitement (bien sûr!)

3) vouloir attendre que tout soit parfait autour pour commencer (comme si ça allait être possible...)

qui nous fout dedans. Du coup, je ne sais pas pour toi, mais moi mon problème est de finir les choses! J'ai plein de projets tricot, couture, écriture, des intentions de cuisiner les milliers de recettes que j'ai collectionnées, de me faire des amies, de reprendre tel ou tel sport ou méditation ou yoga....

La solution est peut-être de regarder les gens qui savent laisser tout en vrac pour commencer sur un bout de table un collier, une tarte, une lettre....et de finir dans la foulée, quel que soit l'état de la pièce autour d'eux et même si leur lit n'a pas été fait ce matin ou que leur conjoint râle...

Ou ceux qui sont plongés dans un bouquin et ne veulent pas le quitter et quand on leur demande un truc répondent "je lis!" comme s'ils disaient "je travaille!".

parceque c'est vrai que faire tout cela, c'est vital, pour bien faire le reste comme travailler et bien aimer ses proches. Je me le dis de plus en plus...c'est pour ça que cette fois-ci, alors que je reprends le programme après 3 ans, je prends le temps d'aller sur les forums et de partager.

Fixe-toi des petits défis peut-être, mais UN PAR UN, et atteignables. Par exemple trouver quelqu'un avec qui t'entraîner à la guitare en prenant du plaisir! Tu apprendras plus vite.

Dis-nous comment ça se passe, ne te décourage pas!

Orange Cadmium.
Inscrit

Super fil, merci! Encore du boulot pour lutter contre le perfectionnisme et la procrastination, mais j'y travaille. Là, ce que j'ai beaucoup de mal à faire en ce moment, c'est d'accepter de me reposer. Par exemple, mon chéri m'a rangé et trié plein de choses sous la véranda cette après-midi. Moi, j'étais trop fatiguée à cause de ma fibromyalgie et je n'ai pas pu faire grand chose et, du coup, j'ai très peur qu'on me prenne pour une paresseuse. Je vais bientôt être en arrêt pour mon opération, j'ai en quelque sorte une raison "légitime" de me reposer et j'ai quand même du mal à l'accepter, comme si, moi, je n'avais pas le droit au repos, ou il fallait vraiment que mon corps craque pour que j'y ai droit.

Milagros
Ancien abonné

[quote=izabelle]

je me concentre jsute sur le faire qu'être en action me fait du bien au moral  et je me détache de la réalisation, du résultat

au final je m'aperçois que je procrastine moins qu'avant car je n'ai plus tant besoin que les choses soient faites parfaitement

[/quote]

Merci Izabelle de ta réponse. Je vais essayer de suivre ton conseil.

Pour le moment, j'avoue que j'ai beau savoir ce que tu dis, à savoir qu'agir aide à se sentir mieux, je n'arrive pas pour autant à passer à l'acte. Il y a beaucoup de choses que je comprends intellectuellement, auxquelles j'adhère intellectuellement, mais mon inertie l'emporte au moment d'appliquer ce que je sais être bon pour moi. Une sorte d'auto-sabotage conscient. C'est ça qui me met en colère.

izabelle
Animatrice forum

oui moi aussi je le savais intellectuellement mais que nenni....

en fait il se trouve que je devais par exemple ranger qq chse en urgence le soir  (genre le moment où jamais je ne penserai à ranger)  et ce jour-là,  je me suis aperçue que j'étais moins déprimée le soir

c'est surtout l'expérience qui nous fait intégrer ce genre de choses

maintenant que j'en ai fait l'expérience, cela devient plus facile d'y penser, naturellement

alors qu'avant j'avais beau " savoir"

 

de mon côté j'ai remarqué que faire du sport genre vélo eliptique n'a pas le même effet que de faire du rangement  (qui est finalement plus efficace pour moi)

comme quoi il y a aussi des valeurs symboliques là-dedans je pense

je ne dis pas que je range tous les soirs, mais quand je fais 5-10 min de rangement par ci par là  ça participe de ma bonne humeur

Milagros
Ancien abonné

[quote=SWINGG]

Mais je crois que c'est le fait de

1) vouloir faire dans sa tête trop de choses en même temps

2) vouloir les faire parfaitement (bien sûr!)

3) vouloir attendre que tout soit parfait autour pour commencer (comme si ça allait être possible...)

qui nous fout dedans. Du coup, je ne sais pas pour toi, mais moi mon problème est de finir les choses! J

 

[/quote]

Oui, tu as tout à fait raison ! Ç'en est même assez effrayant. T'es voyante extralucide ou quoi ??

J'ai tendance à me fixer trop de choses. Là je suis quasiment au milieu de ma 2ème semaine de vacances, je m'étais imaginée que j'allais faire plein de choses dans la maison et pour mon boulot et je n'en ai pas fait le 10ème. Et après je me sens nulle …

Je veux évidemment faire les choses bien et j'ai beau savoir que le mieux est de faire des petits pas, fractionner les choses en mini-actions, je n'y arrive pas. Je veux toujours attendre les conditions optimales, notamment avoir assez de temps pour tout faire d'un coup. Ranger tout mon bureau plutôt que faire un tiroir un jour, un autre tiroir le lendemain, etc. C'est la même chose pour mes comptes : au lieu de les faire au fur et à mesure, ce qui prendrait quelques minutes, je laisse filer et j'accumule les facturettes CB. Et je ne m'y mets que quand je sais que j'ai un après-midi devant moi, c'est-à-dire JAMAIS. Là, j'ai 8 mois de retard et au lieu de me dire, "à partir de maintenant je fais au fur et à mesure pour ne pas accumuler davantage de retard et je raattraperai le retard petit à petit à des moments perdus", je continue droit dans le mur.

Moi, mon problème, c'est surtout de me mettre à faire les choses … et parfois les finir après avoir commencé, mais fondamentalememnt mon blocage c'est pour commencer les choses, pour me lancer. Je suis très véléitare  je veux faire un certains nombres de choses mais au final je ne fais quasiment rien. Et je me prive ainsi de la satisfaction de me sentir en route (je n'ose plus dire "en marche", sinon on va croire que j'ai piqué l'expression à Macron wink), dans l'action, de voir la liste des choses à faire se réduire et augmenter ainsi mon estime de moi qui en aurait bien besoin.

Allez, petit défi aujourd'hui : je fais une des choses que j'avais prévu de faire pendant mes vacances. Une chose modeste qui ne nécessite pas des heures des heures.

Milagros
Ancien abonné

[quote=Orange Cadmium]

Moi, j'étais trop fatiguée à cause de ma fibromyalgie et je n'ai pas pu faire grand chose et, du coup, j'ai très peur qu'on me prenne pour une paresseuse. Je vais bientôt être en arrêt pour mon opération, j'ai en quelque sorte une raison "légitime" de me reposer et j'ai quand même du mal à l'accepter, comme si, moi, je n'avais pas le droit au repos, ou il fallait vraiment que mon corps craque pour que j'y ai droit.

[/quote]

Que penserais-tu si ta meilleure amie faisait comme toi et te disait ce que tu viens d'écrire ? Est-ce que tu la traiterais de paresseuse ? Ne crois-tu pas que tu lui dirais qu'il est important d'écouter son corps, qu'elle doit se ménager et se reposer ? 

Sois ta meilleure amie, Orange Cadmium ! Parce que tu le vaux bien ! Traite-toi avec douceur. Tu as reçu une nouvelle qui est un vrai tremblement de terre, alors il faut que tu digères tout ça et que tu t'adaptes à une nouvelle réalité, pour le moment.

Courage et douceur !

Milagros
Ancien abonné

[quote=izabelle]

oui moi aussi je le savais intellectuellement mais que nenni....

c'est surtout l'expérience qui nous fait intégrer ce genre de choses

maintenant que j'en ai fait l'expérience, cela devient plus facile d'y penser, naturellement

alors qu'avant j'avais beau " savoir"

de mon côté j'ai remarqué que faire du sport genre vélo eliptique n'a pas le même effet que de faire du rangement  (qui est finalement plus efficace pour moi)

comme quoi il y a aussi des valeurs symboliques là-dedans je pense

je ne dis pas que je range tous les soirs, mais quand je fais 5-10 min de rangement par ci par là  ça participe de ma bonne humeur

[/quote]

Oui, il faut que j'arrive à passer du savoir intellectuel et abstrait à l'expérience concrète et que j'en tire les conclusions qui s'imposent …

Quant au vélo elliptique, je viens de m'en commander un, je devrais l'avoir dans 10-15 jours. J'espère que cela aura de l'effet sur moi. Cela devrait me permettre de me remettre en mouvement en privé et sans perdre de temps. Affaire à suivre.

Merci Izabelle de tes commentaires smiley

izabelle
Animatrice forum

le vélo elliptique c génial, même mon homme qui était contre avoir un appareil chez soi (surtout à la campagne selon lui, mais dans les faits à la campagne on marche beaucoup moins qu'en ville)

maintenant il est fan

de mon côté je ne peux pas en profiter à fond à cause de mes genoux, mais je ne désespère pas

on   a installé la vieille télé devant ce qui fait que c'est très sympa d'en faire

ce qui est super c'est qu'il n'y a aucun a-coups ou impact et cela fait travailler l'ensemble du corps

Milagros
Ancien abonné

Oui, c'est la perspective de faire travailler tous le corps (à la différence du vélo d'appartement "classique") qui m'a séduite. Tu fais des séances de combien de temps ? Comment as-tu procédé au commencement ?

minifouine.
Inscrit

[quote=Milagros]

Oui, c'est la perspective de faire travailler tous le corps (à la différence du vélo d'appartement "classique") qui m'a séduite. Tu fais des séances de combien de temps ? Comment as-tu procédé au commencement ?[/quote]

Bonsoir Milagros,

Raisonnablement et pour ne pas te dégoûter ni trop te fatiguer dans un premier temps, je commencerais par 5 mn pendant 2 semaines au moins, puis je passerai à 10, 15, 20, etc, de façon très progressive => l'important c'est la régularité pas la performance. Le vélo elliptique n'est pas comme un vélo classique, ça peut presque s'apparenter à de la course à pied, il faut y aller piano piano..

Milagros
Ancien abonné

[quote=minifouine]

[quote=Milagros]

Oui, c'est la perspective de faire travailler tous le corps (à la différence du vélo d'appartement "classique") qui m'a séduite. Tu fais des séances de combien de temps ? Comment as-tu procédé au commencement ?[/quote]

Bonsoir Milagros,

Raisonnablement et pour ne pas te dégoûter ni trop te fatiguer dans un premier temps, je commencerais par 5 mn pendant 2 semaines au moins, puis je passerai à 10, 15, 20, etc, de façon très progressive => l'important c'est la régularité pas la performance. Le vélo elliptique n'est pas comme un vélo classique, ça peut presque s'apparenter à de la course à pied, il faut y aller piano piano..

[/quote]

Merci Minifouine. Je pense effectivement qu'il faut commencer modeste et augmenter le temps et la résistance petit à petit pour ancrer l'habitude et s'y tenir. J'ai hâte de le recevoir. 

Haut de page 
X