Quand la boulimie laisse place au Bruxisme... - 19122012

PunV.
Abonné

Tout est dans le titre. J'essaye de reprendre tant bien que mal la méthode mais j'avoue ne pas trop avoir envie de reprendre. Outre mon manque évident de motivation actuelle, lorsque la nourriture ne me réconforte plus, je pratique donc la pleine conscience mais cela ne m'apaise pas assez... J'ai développé d'autres symptomes qui se sont substitués à la boulimie pendant un temps : Le bruxisme statique par exemple (Serréles dents très fort, se mordre la langue lorsqu'on est énervé ou anxieux ). Depuis que je refais des crises, le bruxisme a pratiquement disparu... Comment faire pour sortir de ce cercle vicieux ?

Commentaires

Mag13.
Abonné

Salut PunV,

 

je te répons bien que ne connaissant pas le bruxisme et nen ayant jamais entendu parler avant ton post sur ce forum.

Il me semble que cela serait du au stress. Vu ton manque de motivatyion egalement en ce moment, tu dois alors broyer du noir...?

La pleine conscience ne t'aide pas assez, mais il existe peut-être d'autres méthodes qui te permettrait de déstresser, te calmer et surtout reprendre confiance et estime de toi ? Un peu de sport, rien de bien méchant, parfois une grande balade en plein air nous remet du baume au coeur et plein d'energie positive. Du yoga ?

Une chose est sûre, le bruxisme se substitue aux crises, et inversement. Un symptôme en remplace un autre. Peut-être faudrait-il alors se pencher d'un peu plus près sur les causes des crise et du stress qui engendrent ton bruxisme :

les troubles comme nos crise de boulimie sont souvent liées (ou alors sont maintenues actives)  par un soucis d'estime de soi, par nos pensées négatives, nos petites voix qui nous malmènent en nous disant des mensonges comme quoi nous ne seriont pas à la hauteur, bref ces petits poisons qu'on s'instille soi-même au quotidien, de façon sournoise.

Si la RPC et la méditation ne t'aident pas à identifier ces pensées négatives, ces sources d'auto-stress, alors parfois les formaliser en les écrivant, comme un journal intime, peut aider à les clarifier, travailler ensuite dessus, et surtout se rendre compte à quel point elles sont ridicules et qu'on ne devrait vraiment pas y porter attention.

Cela permet aussi de mettre en face de ces pensées négatives automatiques et systématiques d'autres pensées par lesquelles ont peut les remplacer: bienveillantes et positives! et l'exercice ensuite, c'est lorsque cela nous arrive d'arriver à identifier les situations ou l'on s'assène ces pensées; accepter ces situations, mais ne plus porter attention aux auto-critiques négatives et stériles et les remlpacer pas celles d'encouragement qui vont nous permettre de changer ces situations, SANS TOUTEFOIS SE METTRE DE PRESSION, car c'est aussi un stresseur qui peut nous faire manger et re-manger si l'on rechute..... Enfin je ne sais pas si je suis très claire, et je ne vais pas te réécrire toute la théorie de Christophe André (Imparfais, libres et heureux), mais il me semble que des thérapies de ce genre peuvent t'aider, au lieu de substituer un symptome par un autre...

La sortie de cercles vicieux se déroule en plusieurs étapes. Pour cela il faut d'abors contempler la/les situations qui nous posent problèmes en générale, les accepter (OUI, elles existent bien, mai NON ce n'est pas un drame, ni irrémédiable) puis commencer les actions qui permettrons d'induire un changement, car sans actions pas de mouvements vers un changement positif. Pour toi, reprendre le programme est une action positive qui va te permettre d'induire les changements qui tu souhaite, tout en restant bienveillante bien sur!!  Ces actions entammées, il y aura des rechutes (je n'espère pas pour toi, mais cela fait partie du processus et grace à ces rechutes on apprend aussi!!), et c'est la qu'il faut RELATIVISER pour ne pas retomber dans le cercle viscieux, re-comtempler cette situation, prendre note de ce qui se passe dans notre tête, puis repartir sur de bonnes bases, déterminée (ok j'ai fait une chute, et alors ? cela ne remet pas en cause tout mes efforts précédents qui m'ont déjà permis d'avancer !!).

Alors écrire un journal; venir écrire sur ce site, parler, se parler à soi-même (mais en termes positifs et constructifs) cela permet souvent de mettre des mots, de comprendre, de clarifier et surtout de se rendre compte que nous sommes souvent nous-même la source de ce stress, de ces émotions négatives, et de pouvoir agir dessus et enfin s'en débarasser !!

Si tes soucis deviennent trop envahissants, pourquoi ne pas envisager de suivre une thérapie ?

Voilà, peut-être n'ai-je pas du tout répondu à tes questionnements, mais en ce moment c'est ce que je découvre et que j'essaye de mettre en oeuvre pour m'accepter de nouveau, me sentir une personne bien, bien dans ma tête et ma peau, et me libérer de mes crises de boulimie.

 

J'espère que tu trouvera ta méthode et ton équilibre. En attendant je te souhaite de belles fêtes, de belles choses pour 2013, et plein de motivation et de bienveillance envers toi-même !!

Bon courage.

 

 

nathalianne.
Abonné

Merci de ce commentaire, Mag 13, c'est vraiment ça: retourner autant que possible à tous ces petits actes qui restaurent jour après jour l'estime de soi.Je remarque qu'en ayant de l'intérêt pour une activité pendant un moment, le repas suivant est moins "englouti" en totale inconscience.

A bientôt,bonne soirée!

Haut de page 
X