Quand les émotions déteignent... - le 27/03/2012

Érable.
Abonné

Ce soir, au diner, ma mère à coté de moi se comporte comme d'habitude... ou presque. Je sens en elle une extrême tension, un sourire un peu crispé, un ton un peu plus dur quand elle s'adresse à moi. Forcément, je le prend personnellement. Et cette tension, je la ressens, elle m'envahis. Je ne sais pas comment m'en débarrasser, je culpabilise "j'ai fais quelque chose de mal", "elle m'en veux". Je commence à avoir peur d'une confrontation, j'essaye de meubler la conversation, de la faire rire.

Mais ça ne me quitte pas. Et là je me dit qu'il y a une semaine, je serais montée dans ma chambre dévorer 3 paquet de gâteaux, en ressentant mes pleur de bébés dans ma poitrine.

Est ce que ça vous arrive aussi?

Commentaires

algaso.
Abonné

Bonsoir Erable,

Je vais me positionner du côté de la maman car j'ai une fille qui a 17 ans et nos relations sont très tendues depuis hier. Du coup, j'ai du mal à évacuer ma tension interne et je m'en prends un peu à tout le monde (mes 3 filles et mon mari) ... et je vois que ma fille de 17 ans se comporte comme ce que tu décris et qu'elle part dans sa chambre avec un paquet de biscottes !!!

Dur, dur les relations fille-mère par moment. Ne culpabilise pas, dis-toi que ça va passer et que c'est le lot de toute relation humaine d'avoir des hauts et des bas.

J'ai parfois aussi envie de pleurer mais je ne me souviens pas de mes pleurs de bébé (c'est trop vieux!!). De temps en temps je laisse mes émotions s'exprimer par les pleurs, ça me soulage.

Bon courage à toi pour la suite et bravo d'avoir choisi cette méthode.

calico.
Abonné

Bonsoir,

que l'on soit fille ou mère, le problème le plus difficile est encore d'engager le dialogue ou de le réengager.

On projette, on croit, on s'imagine, mais en général on se trompe et on s'en aperçoit quand on trouve le courage de rompre la glace et de parler. ce qui n'est pas toujours possible. Pour cela il faut se sentir suffisament bon et sur de soi. 

Au travers de la respiration en pleine conscience on peut arriver à trouver la sérénité necessaire à cela. mais c'est pas à faire comme des sauvages, seulement quand on maîtrise bien. 

algaso.
Abonné

merci pour les conseils.

mamzelzoï.
Abonné

"le problème le plus difficile est d'engager le dialogue" : on fait quoi quand on est handicapé pour ça? C'est quasiment impossible pour moi de dire à quelqu'un : "je crois qu'on devrait parler de ce qui ne vas pas en ce moment entre nous", que ce soit ma mère, un collègue, ou mon chéri.

izabelle
Animatrice forum

ben justement Erable,  ne cherche pas à t'en débarrasser, de cette tension, c'est ça qui te ferait manger des gâteaux, vouloir t'en débarasser

ressens-là, comme tu l'as fait très bien, essaie de te centrer sur la sensation physique de cette tension : boule dans la gorge, ventre noué, etc, et de l'accepter, de l'accueillir avec bienveillance

cette tension est là, et ensuite elle s'en ira sans que tu ne fasses rien

ton seul rôle est de l'accepter, l'accueillir, la laisser partir

ce n'est pas la peine de vouloir distraire ta mère,  laisse-la gérer elle-même ses émotions, et toi : VIS les tiennes, même si elles sont difficiles, vis-les au présent pour ne plus avoir besoin de les évacuer, elles partiront toute seules, en fait, elles ne font que passer

izabelle
Animatrice forum

@ mamzelzoï :   c'est un apprentissage que tu dois effectuer

fais-toi de petites étapes : d'abord oser dire un truc anodin à un inconnu, comme quelqu'un qui te coupe la file, sans t'énerver,  ou simplement dans un premier temps demander l'heure à un passant

centre-toi bien sur ton ressenti au moment de cette "confrontation" qui te fait peur

puis mets-toi des challenges plus élevés :  dire à quelqu'un quand il vient d'avoir une remarque blessant par ex...

et peu à peu  tu pourras t'affirmer,  tu prendras confiance en ta capacité à te confronter à l'autre, et à pouvoir vivre les émotions (surement intenses) que tu ressens à ce moment là

 

il y a aussi un truc assez bien pour engager le dialogue sans aller direct au conflit, c'est parler en "message je",  parler de ses ressentis uniquement 

par ex  :   quand tu as fais ça, je me suis sentie  comme ci ou comme ça    (au lieu de :  tu as fait ça, c'est innacceptable")

ou alors

"j'ai besoin de pouvoir être sûr que les choses seronts faites en temps et en heure "  à la place   "tu es toujours en retard"

 

bonne continuation

Flowerbomb.
Abonné

oh oui que ça m'arrive Erable.......... tes paroles me touchent et me font chavirer le coeur et j'ai envie ausi d'avoir des "pleurs de bébé". ce sont des moments difficiles, envahissants,on est pleins de culpabilité.......je ne suis jamais partie manger 3 paquets de gâteaux, mais là arrivent mes EME, en plein repas. je préfère manger, la tête plongée dans mon assiette et me donner ainsi une contenance plutôt que de m'affirmer. c'est moche..

Érable.
Abonné

Merci à toutes pour vos réponses, c'est bien agréable de se sentir entourée!!

Merci Izabelle, j'ai réussis hier soir à garder l'émotion en moi sans me jeter sur la nourriture, c'est une grande première. laugh

Je vais essayer la prochaine fois de ne pas distraire ma mère, mais ça ne va pas être facile! Ça m'arrive très souvent de ressentir en plein fouet les émotions des autres, c'est euphorisant quand ils sont de bonne humeur, mais être à coté de quelqu'un nerveux ou de mauvaise humeur peut me plomber ma journée, me rendre tremblotante et très anxieuse.

Érable.
Abonné

Grazia, on se comprend!!

je connais aussi cette volonté de manger "pour se donner une contenance", moi je ne peux pas le faire devant, les autres, juste en cachette, encore pire je crois...

C'est vrai qu'il faudrait alors s'affirmer tout en restant soi, à expérimenter!

izabelle
Animatrice forum

ah oui "se donner une contenance"  ça revient souvent quand on veut  contrôler ses émotions....  quoi de mieux que la nourriture à ce moment là

souvent les mamans sont dans ce cas, on ne s'autorise pas beaucoup d'émotions négatives vis à vis de nos enfants, et pourtant c'est naturel, on est humains, pas des wonder woman

pour ma fille, elle a 8 ans,  ce qui me pompe, c'est quand elle négocie à tour de bras, qu'il y a jérémiades,  donc du coup je redresse la barre en faisant valoir mes besoins à un environnement calme

souvent je me sens aussi "envahie" par elle et ses demandes, et ça je le travaille en moi-même, en acceptant de ressentir ça (culpabilisant) et en "respirant avec"

C'était l'une des dernières choses qui me provoquait des EME, tout simplement parce que j'avais trop honte de ressentir ça

Je pense que beaucoup de mamans peuvent le ressentir, surtout quand les enfants sont petits et ont tant besoin de nous, mais aussi sans doute à l'adolescence où tant que conflits sont nécessaires pour que l'ado puisse prendre son envol (je verrais ça dans quelques années)

 

Erable, tu es très empathique, il y a eu un post il n'y a pas longtemps dans la rubrique "questions aux doc"

j'étais assez comme toi, maintenant j'essaie de mettre plus de limites entre moi et les autres, surtout leurs émotions, de me dire  "bon c'est son problème"  et de me recentrer sur moi, ce que j'ai envie de faire, d'être, etc.

sinon dès que quelqu'un allait un tout petit peu mal dans mon entourage, moi j'allais très mal (et je mangeais pour évacuer tout ça)

ça s'apprend avec le temps, mais c'est aussi une belle qualité que l'empathie (on la conserve mais sans que ça nous pompe)

Pomdereinette.
Abonné

Une chose importante : ne pas tout prendre pour soi. Arriver à se dire "tiens, cette personne ne va pas bien en ce moment. Sans doute a-t-elle des soucis" au lieu de tout de suite se demander quelle erreur, quelle maladresse ona pu commettre, pour avoir droit à la soupe à la grimace.

Ma voisine fait la gueule parce que mes enfants sont trop bruyants. Mais mes enfants lui sont devenus insupportables depuis qu'elle a une vieille mère impotente et elle-même des soucis de santé. Mon mari l'a appris en prenant le temps de lui parler, là où moi je faisais profil bas.

Des comme ça, je pourrai en citer des tonnes. où toujours je culpabilise au lieu de remettre les choses dans leur contexte.

Lia.
Abonné

Je croyais savoir m'affirmer et j'ai découvert cette année que vis à vis des figures d'autorité (cheffe, parents etc...) je ne sais pas en fait et que ca me pose des problèmes depuis des années. J'alterne entre des comportements inhibés (je me tais je retiens tout je fais comme si rine ne me touche) et des comportements agressifs quand la pression est trop forte( je dis des paroles blessantes, je claque al porte etc).

Le comportement affirmé n'est pas si facile à appliquer je trouve, surtout dans les situations qui nous posent le plus de problèmes. Le bouquin "savoir s'affirmer en toutes circonstances" m'aide énormément. Il me sert de support en tcc actuellement. Très accessible écrit simplement. Je travaille par exemple en ce moment à juste regarder quelqu'un avec qui j'ai beaucoup de difficultés dans les yeux. Etonnant.

C'est une chance Erable pour toi de découvrir tout ceci à ton âge, tu peux gagner de précieuses années que tu ne passeras pas à essayer tous les régimes . Ici sur ce site nous partons à la découverte de nous même.

Pomdereinette.
Abonné

Lia et ses super conseils de lecture ! Je prends bonne note. Un de plus sur la liste des achats :-)

Érable.
Abonné

Pas invisible pour l'humanité, mais énorme pour moi aujourd'hui.

Je sens ma mère tendue et énervée à mon égard, un peu comme la dernière fois, alors je prend mon courage à deux main et ma lance: "tu es énervée contre moi?" Et elle, super étonnée: "mais non pas du tout pourquoi?" "J'avais l'impression donc je préfère te demander".  RÉ-SO-LU, si simplement! Et si soulagée d'un poids, EME évitée!

Ederl.
Ancien abonné

Super Erable !!

Tu as gagné quelque chose de trés précieux, communiquer vraiment cela parait si simple et pourtant cela handicape beaucoup de personnes. Et on s'imagine des choses au lieu de les éclaircir , on les complique, donc vraiment bravo, continue....

Avoir un comportement affirmé c'est à dire ni agressif et ni passif comme dit Lia c'est pas si facile. Dire les choses comme on les ressent tout en respectant l'autre, je crois que c'est à peu prés ça le comportement affirmé.

et pour l'hyperempathie, c'est pareil faut trouver le bon équilibre entre être une éponge et se carapacer contre toutes les émotions, pour ma part en ce moment je travaille dessus et je me répète qu'il faut que je pense à moi, car comme toi je suis une surdouée de l'empathie :) !!

Comme Lia je pense que tu as de la chance de découvrir ça tôt dans ta vie, c'est juste d'une importance énorme.

 

ccil.
Abonné

Bravo Erable, continue comme ça!

Haut de page 
X