quand les problèmes prennet le dessus - 20032014

calimesa.
Abonné

bonjour

j ai beaucoup de mal

je suis en pleine tourmente

beaucoup de chose à gérer: un poste à responsabilité (traduire par problèmes) ; 4 enfants (traduire par manque de sommeil et pas une minute à moi)

je n arrive pas à m imposer la moindre discipline pour moi même

 

je ne sais pas par quel bout commencer

 

 

Commentaires

Patience
Marraine

calimesa,

Je te proposerais bien de t'imposer juste deux choses :
- ne rien t'imposer...
- ... à part quelques pauses de respiration. Comme des sas de dépressurisation, durant lesquels tu pourrais ralentir, te poser trois minutes et prendre note de ton état (physique, émotionnel, mental...).

Parce que si tu fais le compte :
responsabilités professionnelles + 1 enfant + 1 enfant + 1 enfant + 1 enfant + fatigue + pas de temps pour soi (et je ne compte pas le reste !) = une sacrée nana qui gère déjà un bon paquet de choses tambour battant !

Alors pourquoi rajouter de la discipline imposée à soi, surtout dans un moment de tourmente ?
Peut-être que ça vaudrait la peine d'attendre la fin de la tourmente pour y repenser ?

Bref. Voilà pourquoi je te propose de commencer par le bout "ne rien s'imposer à part des sas de dépressurisation, de transition"...

Plein de courage à toi et au plaisir de te lire

izabelle
Animatrice forum

tu peux commencer simplement à "être présente à toi-même"

la bonne nouvelle, c'est que ça ne prend pas de temps de "ressentir" ce que l'on ressent,  d'être branchée sur ses sensations

ok, pourquoi on ne le fait difficilment quand on courre tout le temps?

parce qu'on a peur qu'en le faisant,   les besoin de repos, de décompression s'imposent à nous et qu'on finisse par tout planter

 

or ce n'est pas le cas

on peut être totalement branché sur sa fatigue et son sentiment d'envahissement (merci les enfants) et pourtant continuer à agir, concrètement, et même beaucoup plus efficacememnt

 

ce qui me semble essentiel pour toi, ce sont ces minutes de pleine conscience que tu pourras faire sans avoir besoin de temps

par exemple donner son bain à un enfant en pleine conscience

ou n'importe quoi d'autre

ce matin j'ai tenté  "le lasurage de terasse en pleine conscience"

pas très marrant, mais j'ai décroché de mes prob  professionnels qui tournaient dans ma tête pendant que je lasurais, en me stressant que la pluie arrive dans deux jours et je n'aurais pas fini, même si la pluie, il en fait sinon les plantes auront besoin d'être arrrosées, je n'aurais pas le temps... stoooooop

je me suis recentrée sur le va et vient du pinceau, la couleur du bois, les sensations de mon corps, pas trop confortable ma foi

 

c'est ce genre de choses qui peuvent t'aider au début

pareil, on mange, c'est obligé, alors quand tu manges, porte attention à ce que tu ressens dans ta bouche, tes émotions, etc...

 

je sais que par réflexe, quand on est en mode   "warrior",  on essaie en fait de fuir ce que l'on ressent,  de "peur" que ça nous fasse nous arrêter

 

en fait c'est tout le contraire, on a beauocup plus d'énergie,  certes on a aussi plus conscience' de certaines limites à poser, de certaines prises de tête dont on ne veut plus, alors on le fait, on le dit

mais on réalise bien plus de travail en étant connecté à soi-même

 

du coup, ça fait gagner du temps!!!!  

courage à toi

Noelle
Marraine

 Peut etre pourrais tu demander de l'aide autour de toi?

parents, ami/es, mari ou ex mari, soeur , voisine ???

deja, tu ne te sentirais plus aussi seule face a tout ce que tu dois faire, et ça , ça aide!!

 

Bon courage

titelilidu27.
Abonné
Je pense que tu devrais vraiment t'accorder du temps pour toi sinon tu vas peter un câble d'ici peu et qui s'occupera de tes enfants? Qui ramènera de l'argent dans ton foyer? Il faut vraiment que tu déleste certaine chose pour donné plus de priorité a d'autre (toi) car si toi tu vas pas bien personne d'autre ne prendra tes responsabilités... Alors accorde toi du temps pour toi et du coup sa se repercutera sur ta famille et ton boulot toi plus zen le reste ira mieux enfin c'est ce que je pense... Quel age on tes enfants? Bonne soiree Au plaisir de te lire et courage tu trouveras une solution mais n'oublie jamais que ton corp c'est toi et si il va mal toi aussi....
calimesa.
Abonné

Merci de toutes vos généreuses réponses.

 Mes enfants ont 13, 11, 8 et 5 ans... 

Je n'arrive pas à me faire aider...mes parents sont loins, mon mari est dans le même état que moi sauf que lui il ne compense

pas en mangeant mais en faisant du sport

j ai un problème de santé et je ne peux faire aucun sport. En revanche, je peux marcher...

je vais essayer ça une petite marche, c'est ma chienne qui va être contente.

En même temps, je me demande bien sur quel créneau..

calimesa.
Abonné

oui Izabel la pleine conscience

tu l expliques bien en prenant pour exemple le lazurage

je vais commencer par ça

respirer et faire quelques actions en pleine conscience

la pleine conscience m aide plus dans ma vie professionnelle que pour ma ligne mais c'est une très bonne chose

car je subis énormément de stress

calimesa.
Abonné

merci de ta réponse patience c'est tout à fait cela...

le prof de yoga me dit que jai le souffle court

je ne sais même plus respirer c est grave ça

je suis constamment en apnée et je m'en rends compte

Patience
Marraine

Je trouve ça chouette quand, en te lisant, je vois "prof de yoga". Car ça veut dire que tu arrives quand même, malgré tout, à prendre des temps pour toi !

Et concernant la marche, est-il possible que ton homme prenne les choses en main une heure pendant le week-end, par exemple ?

Au plaisir de te lire

Cuculine.
Abonné

Bonjour,

 

J'avais commencé il y a un mois, la premiere etape reporter ce que l'on mange, ce que l'on sent, et le sport lecon 1 pour debutant.

C'était bien. 

Puis ensuite je suis allée chez mes parents, et là patatras, mon père m'a dit que les gens qui essaient de se suicider étaient faibles, je lui ai demandé si il était sur de ce qu'il disait il a dit oui.

 

Cependant je suis bipolaire de type 2, maintenant je suis traitée, et je dois dire que ça va, en tout cas depuis quelques mois j'ai une vie normale, seulement il y a deux ans, je me suis retrouvée à l'hopital pour une tentative de suicide, mes parents sont venus me recuperer et tout. Et là mon père me dit ça.

 

Depuis , meme après analyse et après etre sur que mon pere est un con sur ce coup là.

Je suis incapable de continuer le programme, je fais n'importe quoi (pas manger de la journée et me jeter sur des gateaux), je me trouve grosse, eetc..

 

Le programme est super chic, mais c'est vrai que c'est difficile à tenir quand l'extérieur est stressant. 

Patience
Marraine
Cuculine, Ton histoire est touchante... Et je trouve ça super que tu aies au moins le courage de venir ici. Au plaisir de te lire
cilou_cile.
Abonné

Calimesa, ma belle, il va peut être falloir accepter de ne pas être wonder woman car c'est impossible. Il va falloir accepter de ne pas pouvoir être partout à la fois et dans certains cas, revenir au juste besoin et marcher à l'envie, lâcher un peu de lest, lâcher ce qui n'est pas indispensable et superflu, penser à toi en premier lieu.

Quand les enfants auront grandi, peut être auras tu à nouveau du temps pour aller au fond des choses. Mais là, je pense qu'il faut accepter que tu as beaucoup beaucoup de contraintes, et que tu ne peux pas aller dans le détail pour tout.

Quelles sont tes valeurs? quelles sont tes priorités? quelle image as tu de toi? es tu fière de tes réussites ou est ce que ce n'est jamais assez?

Si tu es fatiguée, fais toi confiance, tu as donc besoin de te reposer. Donc pour tout ce qui n'est pas indispensable et vraiment obligatoire, tu mets sur pause.

Courage!

Soleluna.
Ancien abonné

Calimesa je vais te dire une platitude, mais je t'assure qu'elle vaut son pesant de cacahuètes, pour moi du moins : pour faire des choses, il faut faire de la place. La journée ne comporte que 24h, c'est une réalité, et quand on est au taquet partout, rajouter des choses, c'est presque impossible. Et la discipline (ou la volonté) n'à n'a rien à voir là-dedans, mais alors rien du tout.

J'étais comme toi : planning super chargé, avec des vélléités sur plein de choses (je suis curieuse et fais tout à fond), j'arrivais pas suivre ma feuille de route, les variables d'ajustement du temps c'était mon temps perso et j'étais tellement épuisée que le yoga me semblait une corvée... Le pompon c'est que je me trouvais nulle et avais une piètre image de moi parce que je n'arrivais à rien, aucune discipline, aucune volonté, blabla.

Aujourd'hui, je fais tout ce que j'ai envie de faire, j'arrive à méditer quotidiennement, à me reposer etc. Et ce n'est pas une question de volonté : je suis présente à mon corps, à mes sensations, à mes émotions, c'est eux qui donnent le tempo, je n'ai rien à m'imposer ou décider, ça se fait naturellement, parce que ca vient de chaque pore de mon être, pas de ma tête. Et bien entendu, j'ai fait de la place.

Je sais que quand on est pris dans le vortex, on se dit que c'est im-pos-sible de ne pas faire ci ou ça, on n'a pas le choix. Je le sais. On a tort. On ne voit pas, c'est tout, mais le choix et le temps sont toujours là.

Belle route !

Soleluna.
Ancien abonné

Cuculine, pas facile ce que tu racontes. Je comprends que tu sois démontée par le commentaire de ton père, tu le prends de plein fouet. Cela porte un regard pas très heureux sur ton geste et ce qui t'est arrivé. C'est naturel.
Mais peut-être tu pourrais te dire que c'est sa réaction à lui, sa vision à lui, et qu'il réagit lui avec ce qu'il ressent (même de manière inconsciente), peut-être qu'il se sent coupable, ou qu'il est en colère et qu'il te l'exprime comme cela.
Je ne dis pas qu'il faut que tu cherches le pourquoi du comment de ses propos, mais comprendre que ça lui appartient. Et que ta réalité à toi, du dedans, elle est différente. Ne pas perdre de vue ta réalité à toi, ton ressenti. Et alors tu sauras faire la distinction, et comprendre que ce n'est pas LA vérité, et donc un jugement implacable, mais une interprétation.
Courage et surtout ne te laisse couler. Donne toi les moyens de trouver de l'aide auprès d'un professionnel.
Et de pratiquer la RPC aussi.
ps: je lis en ce moment "méditer pour ne plus déprimer", sur la MBCT et la pleine conscience appliquée à la prévention des rechutes dépressives, et c'est vraiment assez fabuleux comme bouquin.
Belle route !

cilou_cile.
Abonné

[quote=Soleluna]

le choix et le temps sont toujours là.

[/quote]

Oui, tout à fait d'accord. J'en profite Soleluna, pour te dire un grand merci. Je n'oublie de répondre à ton mailsmiley mais déjà sache que tu m'as beaucoup aidé.kiss

Soleluna.
Ancien abonné

Merci pour ton gentil mot Cilou. :) Te fais pas de bile, tu me réponds si t'en as envie et qu'en tu en as envie, pas de pression ni d'obligation. Ce qui compte, c'est d'aller bien. :) des bises

calimesa.
Abonné
Wahou! Ça décoiffe! Des réponses percutantes. ..vous êtes pile dessus. ..peut être aussi que si je me laissais de la liberté je m envolerais...c'est drôle que tu témoigne près demoi cuculine car nous avons quelques points communs. ..
Cuculine.
Abonné

Bonjour,

 

Merci à toutes de vos conseils.

 

J'ai repris aujourd'hui avec la rpc sur deux jours ! j'espère que ça ira ! 

 

J'essaie de me detendre mais c'est pas facile ! 

Haut de page 
X