Révelation en RPC : j'ai peur de maigrir - 25052012

lolinettte.
Abonné

Bonsoir à tou(te)s,

 

Je me permet de créer un nouveau post car je n'ai pas trouvé les réponses que je voudrais sur ce que j'ai lu. 

Voila, je m'explique. Ce soir, dans mon bus en rentrant du boulot, j'ai fait une séance de RPC. Tout ce passait bien jusqu'à ce que je me rende compte qu'au fond, je sais un peu pourquoi tous les régimes que j'ai pu faire n'ont jamais vraiment marché... J'AI PEUR DE MAIGRIR...

Pourquoi j'ai peur? Je crois etre une personne plutot joyeuse, bonne vivante comme on dit, je ris tout le temps et je suis plutot de nature optimiste malgrè (ou grâce à) toutes les situations difficiles que j'ai pu vivre dans ma vie. Au fond, je crois que j'ai peur de perdre tout ça une fois que j'aurai maigri. 

J'ai peur aussi que mon homme que j'ai connu grosse ne m'aime plus par la suite. J'ai peur de peut etre plaire à d'autres hommes. Au fond, je crois que mes kilos me protege un peu de tous ces abrutis qui accoste les jolies filles dans la rue...

Enfin, vous voyez un peu ce que je veux dire...

 

Donc, j'ai écris ce post pour savoir si d'autres personnes dans le programme on connu ce genre de sentiment et surtout comment vous vous en etes sorti. Comme je dis, j'ai envie de maigrir mais ça me fait peur... Peur de l'inconnu, peur de ce qui pourra m'arriver après, peur parce que je n'ai jamais été mince (dans ma tete en tous cas, parce qu'avant mes régimes à repetition, je n'etais pas vraiment grosses...)

 

En tous cas, merci d'avance de votre aide

Commentaires

080413075303_Rikki.
Abonné

Oui, j'ai connu, très bien connu. 

 

Je dirais même plus : une fois, il y a une douzaine d'années, j'ai fait un super régime (et pas un truc tordu, non, un truc bien équilibré, genre Weight Watchers). Je suis devenue regardable en tant que femme, du coup, et plus seulement en tant que mère. 


J'ai à la fois adoré et très mal supporté. 

 

En fait, je ne sais pas gérer les regards, encore moins les approches masculines. Je n'ai pas été habituée, je n'ai pas grandi avec l'idée que j'avais un pouvoir de séduction. Ou plutôt si, je sais que je peux séduire, et je ne m'en suis pas privée, mais ma séduction est toujours passée par les mots, par les gestes évnentuellement, jamais tellement par mon apparence physique. 

 

Alors, me voilà d'un seul coup à 35 ans avec un poids "idéal", un mari qui se fend d'un compliment une fois et estime qu'il faudra le faire durer pour les 10 ans à venir et plein d'autres mecs qui remarquent, regardent, commentent, tentent... 

 

J'ai mis longtemps à le réaliser, mais reprendre ma carapace de kilos (avec super méga bonus, bien sûr) a été aussi une fuite. 

positivethinker.
Abonné

Bonsoir,

Je te comprends. Moi aussi, j'ai peur d'etre mince. Peur de plaire ? Verrais tu les hommes comme des etres agressifs et potentiellement dangeureux si tu leur plais ?

Aussi, etre en surpoids n'est il pas un moyen de masquer ses autres problemes, avec la possibilite de se rendre compte, si l'on maigrit, que les problemes sont  toujours la et pas du tout lies a notre poids ?

Pardon pour les absences d'accents, je n'ai pas le clavier francais.

lolinettte.
Abonné

Bonjour, 

 

Rikki, merci pour ton temoignage, je me dis qu'au moins, je ne suis pas la seule. Mais, as tu réussi à te sortir de ça ou pas encore?

 

Sinon, Positivethinker, oui, j'ai peur des hommes, à vrai dire, quand j'y reflechi, j'ai pris la plupars de mes kilos suite à une grosse mésaventure. Je crois qu'au fond, j'ai peur que ça recommence si je perds mes kilos... Mais comment se sortir de ça?

Est-ce qu'avec LC, je pourrai y arriver? Est ce que la RPC pourra me suffir? J'ai mis tellement d'espoir dans LC, j'ai peur d'etre deçue une fois de plus...

 

Et, pas de soucis pour les accents, on comprends très bien quand meme... Tu es où pour avoir un clavier non-français?

positivethinker.
Abonné

Cela s'eclaire. Moi aussi j'ai eu une grosse "mesaventure" et cela a beaucoup contribue a ma prise de poids.

Je suis en train de faire une hypnotherapie analytique par rapport a mon poids et ma peur des relations, et cela m'est tres utile.

Je ne sais pas si la rpc peut suffire, mais cela peut sans doute aider si tu es reguliere.

Je suis en Angleterre, c'est pour ca que j'ai le clavier qwerty, sans accent.

080413075303_Rikki.
Abonné

Lolinettte, non, je  n'ai pas réussi à sortir de ça ! 

 

J'ai pris 12 années, 36 kilos, quelques cheveux blancs, peu de rides...

 

Mais j'ai gardé mon mari, pour ce qu'il vaut et ce que je vaux, et j'ai ma foi traversé ma vie en ne faisant pas que des choses nulles du tout. Depuis quelques temps, je me rends compte que je ne vaux pas forcément moins qu'une personne mince. Et je plais... mais pas au même genre d'hommes, peut-être ! 

 

En tout cas, je me sens prête, sinon à re-peser 60 kg, ce qui me semblerait carrément dingue, et qui me ferait sûrement de la peau qui pendouille de partout, des rides et un air "vide", mais du moins à sortir de l'obésité pour m'installer dans un corps rond et doux...

sahara56.
Abonné

Bonjour Lolinette et merci d'avoir abordé cette question, bonjour à toutes,

Je me suis reconnue dans ton message : une bonne vivante, toujours ou presque de bonne humeur, prête à rendre service et des kg qui s'accumulent.  La peur des hommes certes, la peur d'être désirable et de succomber à la tentation , mais aussi la peur d'être moins apprèciée si je suis de mauvaise humeur et mince, d'être comparée (là je suis tranquille je suis souvent la plus grosse là où je vais). Je crois quelques fois que ceux qui m'entourent doivent se dire " ça va, par rapport à elle on a encore de la marge". 

En fait ce que je veux dire c'est qu'il y a de faux avantages à être grosse, je comence seulement à faire le tour des miens, mais ensuite il faut aussi lâcher ces faux avantages et remettre en question sa manière de voir et de vivre, c'est une autre affaire!  Quelques fois je me demande si je suis vraiment prête à redevenir mince et à accepter les "inconvénients" qui vont avec; j'aimerais pourvoir en parler à quelqu'un, mais je n'ai pas encore trouver la bonne personne.

Merci à toutes de vos témoignages qui montrent qu'on se posent souvent les mêms questions., et qu'on n'est pas seules...

A bientôt

Heliade.
Abonné

Coucou les filles !

Je pense qu'on est nombreuses dans ce cas. A mon avis, mais peut-être que je me trompe, c'est le genre de chose qu'il faut aborder en psychothérapie... 

Les bourrelets, c'est une protection face aux autres, face aux hommes surtout, mais pas seulement.

C'est aussi un univers douillet, moelleux, doux, dans lequel on évolue. 

Ca évite de se faire mal en se cognant aux difficultés de la vie...

Tout ça pour vous dire que je me suis moi aussi fait cette réflexion mais je ne sais pas comment s'en sortir à part avec un psy.

Bisous à toutes !

elsab.
Abonné

Je te comprends. Moi j'ai analysé un peu ce problème et je me suis rendu compte que 1) Mon poids me protégeait du regard des autres (bon voilà je suis grosse, on passe à autre chose...) je suis enseignante et je préfère sans doute être un prof désexué, un personage imposant qui du coup...impose, alors j'ai peur de perdre du poids car j'ai peur peut-être de perdre autre chose. 2) dans ma tête , je suis presque mince alors tout va bien jusqu'à ce que je me confronte à ma réalité physique et là...tout va mal!! J'ai du chemin à faire, ou peut-être changer de métier?? 

isaelle.
Inscrit

bonjour ,

 

je viens juste de m'inscrire sur le site.Je viens de lire vos messages et j'étais ou je  suis moi aussi dans la même situation.La peur de plaire!!! Longtemps ça ma pris la tête et ça ma fait peur.C'était le serpent qui se mord la queue et cela m"empêcher de fondre ou si je fondais je reprenais.

Maintenant j'ai compris 2 choses essentiels.

Premièrement nous sommes pas obligé de dire oui à toutes les situations de séduction qu' on nous propose.Il faut apprendre à dire non et c'est cela qui est pas facile.Dire non je suis pas intéréssé.Le non impose que nous savons nous délimité sans notre graisse et c'est pas donné dans notre situation vu qu'on aime plaire au gens.

Deuxièmement même quand on est ronde on peut être belle et plaire car c'est ce qu'émane la personne qui fait effet de séduction.

C'est pas pour ça que j'ai pas peur de fondre moi aussi mais maintenant je laisse faire les choses avant de m'angoisser.

bonne journée

 

Sandrine_Novembre.
Abonné

Ben moi j'aimerais bien qu'on me regarde avec envie ! Mais ça m'arrive pas... =/

Cela dit, est-ce les hommes qui séduisent qui font peur ou est-ce le fait d'apprécier d'être séduite et de ne pas savoir dire non ?

Car là où la fidélité n'est pas un choix quand on ne plait pas, elle le devient forcément quand on est vue.

Tag.
Abonné

Bonjour à toutes,

Moi aussi j'ai inconsciemment peur de maigrir.

J'ai un mari sympa, 2 enfants charmants, un boulot qui me plait mais je ne me sens pas heureuse. Je me suis convaincue que c'est à cause de mon surpoids. Mais si je maigris, et que je ne suis toujours pas heureuse, il faudra bien que j'affronte les vraies causes de mon mal-être et ça, ça me fait peur !

D'autre part, j'ai l'impression de grossir, grossir, grossir, pour tester les limites de l'amour et de l'intérêt que mes proches me portent. Si ils m'aiment encore malgré cette prise de poids, c'est qu'ils m'aiment vraiment.

En écrivant ça, j'ai les larmes qui montent ...plus j'avance plus je me dis que c'est d'une approche psy dont j'aurai besoin, mais je n'arrive pas à franchir le pas.


 

Lyphaé.
Abonné

J'ai aussi ressenti très fort cette peur de maigrir au cours des derniers mois. Sauf que la raison était fort différente de la séduction : j'avais tout simplement très peur d'avoir faim. Par le passé, je me suis imposée des famines pour maigrir et un corps plus mince me rappelle (et/ou rappelle à mon corps) ces épisodes-là. Depuis que je l'ai compris, ça va beaucoup mieux, et quand j'y repense je fais un "pacte" avec mon corps en lui jurant que plus jamais je ne lui imposerai tout ça.

Je connais aussi la sensation qu'évoque Tag : vu que j'ai toujours associé "être mince" et "être heureuse", que se passera-t-il lorsque je serai mince et que je réaliserai qu'à l'intérieur je suis toujours la même ? Pas plus heureuse, pas moins non plus ?

@ Tag : c'est très difficile de se lancer dans une thérapie mais je ne peux que t'encourager, perso ça a changé ma vie. Même si j'ai attendu d'être très très mal pour oser téléphoner (et même si j'ai failli annuler trois fois le premier rendez-vous en me disant que j'avais tout pour être heureuse et qu'il suffisait d'un peu de volonté). Bref... C'est difficile mais ça en vaut la peine. Si tu prends cette décision, n'hésite pas à en faire plusieurs avant de trouver quelqu'un qui te convient, c'est important :-)

Soleluna
Abonné

Salut les filles,
moi je dis comme toi Tag/claire, j'ai eu (j'ai?) peur de maigrir, pas par peur de plaire, mais parce que là ayé, j'aurais toutes les raisons d'être heureuse et si je ne le suis pas hein? C'est comme le coup du demain ou du "quand j'aurais un nouveau boulot, quand j'aurais un chéri, quand j'aurais 15 kilos de moins" etc. alors là oui, ca ira, je serai dans la vraie vie, ma vraie vie à moi, pas de ce truc en attendant, etc... Hmm, plus généralement, je me dis que l'inconnu fait peur. Pour ma part j'ai toujours été grosse, depuis petite, sauf une fois y'a 3 ans où j'étais ronde. C'est pas facile l'inconnu, maigrir, faudra tout changer, casser tous les schémas mentaux, faire sauter toutes les protections, aie aie. Mais c'est pas parce qu'on a peur qu'il faut pas le faire hein? Au contraire, la peur indique qu'il y a un enjeu majeur ! :) et pis quand on arrive à faire quelque chose, malgré la peur, comme on est fier de soi héhéh :)) 

positivethinker.
Abonné

[quote=Tag]

Bonjour à toutes,

Moi aussi j'ai inconsciemment peur de maigrir.

J'ai un mari sympa, 2 enfants charmants, un boulot qui me plait mais je ne me sens pas heureuse. Je me suis convaincue que c'est à cause de mon surpoids. Mais si je maigris, et que je ne suis toujours pas heureuse, il faudra bien que j'affronte les vraies causes de mon mal-être et ça, ça me fait peur !

D'autre part, j'ai l'impression de grossir, grossir, grossir, pour tester les limites de l'amour et de l'intérêt que mes proches me portent. Si ils m'aiment encore malgré cette prise de poids, c'est qu'ils m'aiment vraiment.

En écrivant ça, j'ai les larmes qui montent ...plus j'avance plus je me dis que c'est d'une approche psy dont j'aurai besoin, mais je n'arrive pas à franchir le pas.


 

[/quote]

Peut-etre qu'affronter les causes du mal-etre est la premiere etape avant de maigrir, pas dans le but de maigir d'ailleurs mais plutot dans le but d'etre heureuse.

Quand on ne se sent pas heureux alors qu'on a une vie sympa, c'est peut-etre que la vie qu'on a n'est pas celle que l'on veut vraiment, mais celle que d'autres ont programme pour nous (famille, societe, religions...).

080413075303_Rikki.
Abonné

il y avait une fille ici qui disait "mais moi, je ne veux pas accepter mon corps, je veux maigrir, maigrir, maigrir !", c'était poignant, ça m'a fait penser à ce qu'on dit quand on est amoureux : "Je préfère être malheureux avec toi qu'heureux sans toi". 

 

C'est une belle absurdité, bien sûr, mais Proust analyse ça très bien sur des pages et des pages, on ne peut pas se projeter dans ce moi futur qui, peut-être, acceptera le poids, ou bien sera amoureux de quelqu'un d'autre, puisque le moi actuel ne peut pas s'identifier à cette personne. 

 

Je me relis, et ne suis pas sûre d'être aussi limpide et littéraire que Marcel, alors, je vais me coucher, bonne nuit ! 

Sandrine_Novembre.
Abonné

Rire ! Si, si, tu es aussi claire que Marcel (je dirais même plus, parce que le monsieur a su me donner de grosses indigestions de lecture). 

Chatoyante.
Abonné

J'aime bien ce sujet... sans doute parce que je m'y retrouve hihi.

J'ai réalisé qu'étant souvent dans des sentiments paradoxales, j'y suis encore une fois... la peur de mincir versus la peur de rester grosse... pfff de quoi y perdre son latin parfois...

Du coté de la peur de plaire, il y a quelques mois, j'ai eu comme une compréhension soudaine : Ce n'était pas des séducteurs que j'avais le plus peur, mais de moi!

Tout comme le souligne Sandrime d'ailleurs :

[quote=Sandrine_Novembre]

Cela dit, est-ce les hommes qui séduisent qui font peur ou est-ce le fait d'apprécier d'être séduite et de ne pas savoir dire non ?

Car là où la fidélité n'est pas un choix quand on ne plait pas, elle le devient forcément quand on est vue.

[/quote]

Et si j'ai peur de moi, c'est à cause de croyance que l'on m'en enfoncer dans la gorge quand j'étais jeune. Donc, je travaille maintenant sur ces croyance.

Mais au-delà de la séduction, il y a plein d'autres trucs qui pivote autour de ces peurs.

Il y a un de ces trucs qui m'a tomber dessus récemment : la crainte du look des toutes ces peaux flasques et l'apparation des rides présentement comblés par la graisse.

J'ai toujours fantasmé sur la perte de poids comme me permettant de devenir plus belle. Ce ne peut plus être le cas, pas en partant de si loin et à mon âge...

Ce qui fait qu'aujourd'hui, autant j'en ai envie de lâcher les kilos, autant je constate qu'il y a des paix et de l'acceptation à faire pour y arriver. Une chose est certaine, le but ne peut plus être de le faire pour enfin aimer l'apparence de mon corps... Si cela me demande de passé par des phases d'acceptation, je pense qu'au final, ce'est tout de même une bonne chose.

Sandrine_Novembre.
Abonné

J'aime beaucoup ton message, Chatoyante. Je crois que pour moi, le besoin de plaire pour pouvoir être aimée n'était pas dissocié. Avec le temps qui passe, j'ai bien compris que c'était faux et je me regarde dégringoler devant le miroir en sachant que, même mince, ce qui fut ne sera plus. 

J'ai ensuite été attirée par cette méthode parce que j'étais lasse de me battre contre la nourriture. Ca a marché un temps, jusqu'à ce que je comprenne que j'avais un problème tout autre : dès que j'atteinds un poids qui entre dans le bon IMC, que mon fessier entre dans une certaine norme, je me hâte de retrouver mon derrière replet qui me fiche la honte et me pousse à ne jamais me dévoiler, même les jours de grosse chaleur.

Je me trouve toujours pathétique, à ces moments-là et, entre nous, j'ai bien compris que plus que des autres, c'était de moi que j'avais peur (quel narcissisme !). Et là, je me dis que justement, n'étant plus une première main, je vais bientôt pouvoir me délester d'une partie de ma surcharge pondérale puisque, de toute façon, grosse ou non, je ne ferai plus d'effet à personne. 

Si ça se trouve, je  me plante complètement et le problème vient de ma vie de foetus... Ben si c'est ça, on n'a pas fini de galérer laugh

Chatoyante.
Abonné

[quote=Sandrine_Novembre]

Si ça se trouve, je  me plante complètement et le problème vient de ma vie de foetus... Ben si c'est ça, on n'a pas fini de galérer laugh

[/quote]

mouahahaha!

Tu m'as drôlement fait rire toi! :)

[quote=Sandrine_Novembre]Et là, je me dis que justement, n'étant plus une première main, je vais bientôt pouvoir me délester d'une partie de ma surcharge pondérale puisque, de toute façon, grosse ou non, je ne ferai plus d'effet à personne. [/quote]

Et voilà une autre partie de la complexité : tant que je suis grosse, ça explique que je ne plaise pas, mais alors si en plus je ne plaisais plus mince? c'est que c'est mon "moi" le problème! Bon c'est faux, je le sais rationnellement. Ça fait juste partie de toute ces croyances qui me font me retenir à mes kilos. Ils sont la cause de tout au fond, et c'est pratique... Ce n'est pas "moi" qu'on rejette, mais ma grosseur...

Ce qui me fait penser à un autre paradoxe : la peur de devenir invisible parmi les autres, quelconque... Même si l'attention que provoque mon surpoids est négative, c'est de l'attention tout de même... C'est mieux que la transparence...

Bref, y'a du boulot hihi

lorraine
Marraine

Sandrine-Novembre, Serais tu en train de dire que le changement -parceque tu ne sais pas ce que tu vas trouver par exemple-  te fait  peur ?

 

Bon courage, pensées

 

P.S : Ca m'a fait mal de lire comment tu parlais de toi

lolinettte.
Abonné

Bonsoir à toute, 

 

Je n'ai pas pu venir sur le forum de tout le weekend et là, je vois que mon article a eu bcp de succes... 

Je vous avoue que ça me rassure de voir que je suis loin d'être la seule à avoir une grosse envie de maigrir mais également une peur aussi importante et pour differentes raisons.  

Je crois que comme certaines d'entre vous, j'ai pas mal de travail à faire sur moi-même pour me sortir de cette spirale inférnale... Merci LC qui m'a déjà au moins permis de me rentre compte de ça...

Il reste encore pas mal de boulot....

Sandrine_Novembre.
Abonné

[quote=lorraine]

Sandrine-Novembre, Serais tu en train de dire que le changement -parceque tu ne sais pas ce que tu vas trouver par exemple-  te fait  peur ?

Bon courage, pensées [/quote]

Si je sais ce que je vais trouver si je perds du poids. Je serais exactement la même et ma vie n'aura rien de différent. Les changements resteront minimes mais néanmoins agréables, comme tomber ma serviette quand j'emmène ma belette à la piscine pour aller glander dans le jaccuzzi, mettre des manches plus courtes l'été, moins souffrir de la chaleur, penser à autre chose que la nourriture, passer moins de temps pour trouver un pantalon qui me va (je hais faire les magasins de fringues) et je reverrai mon adorable fossette qui a disparu sous mes joues engraissées par les chips. 

 

[quote]P.S : Ca m'a fait mal de lire comment tu parlais de toi

[/quote]

Pourquoi ? Il y avait beaucoup d'humour dans mon message. J'ai tendance à être une pince sans rire, mais il ne faut pas que tu te sentes déstabilisée par mes mots. Je fais partie de ceux qui s'aiment bien. Je n'ai aucun problème à vivre avec moi ou mon corps en gelée (c'est de l'humour ça aussi, mais je peux évoquer également quelques un de mes très beaux atouts, comme mes... Smiley j_gaba.gif enfin, bref  ). 

Cela dit, vieillir est naturel et dire qu'on plait moins qu'avant au premier abord est une réalité. Mais je vis très bien le fait qu'on ne regarde plus mes fesses quand je me rends à la boulangerie (excuse-moi, je recommence...). C'est bien sûr une question d'attitude aussi, puisque mes vieilles copines attirent encore pas mal l'oeil quand elles se mettent des décolletés jusqu'au nombril et roulent des hanches en marchant. Je ne fais plus ça, parce que recueillir la bave du gars qui marche derrière moi, sur le bas de mon dos, n'a plus les mêmes vertus excitantes qu'autrefois. Aujourd'hui ce qui me dope vient d'un tout autre univers.

Je ne souffre pas, je change avec mon âge et je trouve ça plutôt sain (et reposant).

J'ai bien sûr plein de tabous avec mon corps, mais plus que de le rendre beau comme une statue grecque, je voudrais qu'il soit moins abattu par ces quelques kilos qui avec la viellerie m'empêche de biner mon jardin sans me faire un tour de reins. 

Haut de page 
X