RPC : comment diable vous êtes-vous décidé(e) ? - 13052013

Sitâ.
Abonné

 

Je sais que nous avons ici quelques mordu(e)s de pleine conscience, quelques happy few qui ont réussi à appréhender la chose de telle manière qu'elle leur est à présent naturelle et agréable, qu'elle a trouvé dans leur vie quotidienne une véritable place. C'est assez génial, je trouve.

Mais comment diable avez-vous fait ?! laugh

Autant je suis persuadée de l'utilité, voire de la nécessité de la pleine conscience pour pérenniser la méthode (et accessoirement vivre mieux), autant l'idée de passer 10 mn à me regarder respirer et penser me bloque complètement. Pourtant je ne suis pas quelqu'un de si actif que ça, j'ai du temps à consacrer à la RPC, j'en gaspille assez dans une journée ; ça n'est pas du tout le problème. Peut-être que c'est davantage l'idée d'être face à moi-même qui m'angoisse, mais si c'est le cas ça n'est pas conscient non plus. J'écris fréquemment pour mieux me comprendre, je me dissèque... Bref, même pas peur !
Mais la RPC, je n'y arrive pas. 

Du coup je me demande : quel petit twist, quel ajustement de pensée, a fait que ce pensum (pour moi) est devenu un moment agréable pour certains ? Est-ce que c'est maintenant un rendez-vous attendu ? Comment le voyez-vous, quel rôle lui donnez-vous dans votre vie ?

Et plus généralement, quels conseils pour les réfractaires ?

Commentaires

Aphrodyta.
Abonné

Salut!

Pour moi la RPC au début j'aimais pas, je comprenais bien l'utilité mais je me disais que ça fonctionnerai pas. Tout à l'heure je suis partie en faire une, j'ai tenu 10 min (j'avais fait des séances de 3 sur conseils de ma coach) sans problème. Ca m'a bien remis les idées en place alors que je commençais à paniquer.

J'avais aussi l'impression que c'était une perte de temps, qu'on ne faisait rien à part respirer, et ça je peux le faire en regardant une connerie sur le net ou en lisant un livre.

Mais en fait après ça je me suis remise à mes révisions, et j'ai enfin compris un truc sur lequel je galérai depuis des semaines, tout simplement parce que grace à ça j'ai pas pensé à plein d'autres trucs en même temps (bon j'ai pas tenu en place bien longtemps mais plus que d'habitude déjà)

Pendant les 10 minutes de RPC d'habitude je galérais à chasser mes idées (ça fourmille toujours un max dans ma tête). Alors j'ai visualisé un gros chat que je chasserais de mes genoux, "gentillement mais fermement" : "casse-toi le chat je veux être tranquille" cheeky

Hé bin ça fait du bien de s'accorder 10 minutes rien que pour soit en fait.

curuni.
Abonné

Bonjour Sitâ,

pas évident en effet de rester 10mn sans "rien faire", j'ai commencé au boulot le midi, la première séance, au bout de 3mn j'étais furax tellement le temps ne passait pas...

La deuxième séance, j'ai commencé à avoir des pensées marrantes alors j'ai tenu 6mn avant de regarder les aiguilles tourner... Après, j'ai essayé la marche et l'étirement en RPC et ça m'a plu. Je suis toujours incapable de tenir 10mn en restant zen alors je me pose de 3 à 5 mn et je reconnais que ça fait du bien. Je le garde dans un coin de ma tête comme un petit moment rien que pour moi et, peu à peu, ça me rend plus zen et j'ai un peu moins d'angoisses.

Essaie la marche, ça permet de pratiquer sans rester inactif. Pour ma part je bloque sur le Bodyscan, à chaque fois que j'entends "imaginez que vous respirez dans votre gros orteil" impossible de ne pas me marrer !

Bon après-midi !

Ziguele.
Abonné

Effectivement la RPC n'est pas une "chose" naturelle et habituelle pour nombre de personnes...

Au début je n'arrivais pas à comprendre le mécanisme et le principe. Je suis restée très perplexe pour ne pas dire méfiante. C'est en écoutant des méditations de RPC guidées par différents autres spécialistes, avec des mots différents et une manière de faire diférente, en dehors des "problèmes" de comportement alimentaire, que j'ai pu saisir l'essence de la RPC. Elle fait partie d'une méthode très utilisée dans divers domaines en dehors du comportement alimentaire : gestion du stress et de l'anxiété, dépression, douleurs chroniques etc. J'ai découvert qu'elle était utilisée dans le CHU près de chez moi...

Bref, à partir de ces quelques recherches j'ai pu "plonger" dans la RPC et maintenant je suis devenue "accro"....

Bonne chance !

Amitiés

Ziguele

Patience
Marraine

Bonjour Sitâ, bonjour à toutes les autres,

Pour ma part, au début, j'ai clairement fui la RPC car elle m'amenait à me regarder en face, sans fards. Et je me suis rendue compte à quel point je suis envahie de peurs, de colères, de pensées automatiques du genre "je n'y arrive pas", "je suis trop nulle", "on va se moquer de moi"...
Bref, ce que je suis ne correspond pas à ce que je semble être. Alors j'ai pris mon courage à deux mains, j'ai fui !

Et puis le "twist" chez moi a été de me rendre compte, tout "simplement", que je devais passer par là pour y arriver.

J'ai maintenant une alarme qui sonne pour m'obliger à m'arrêter toutes les 2 heures. Je fais des séances de 5 mn car, pour l'instant, j'ai trop peur de perdre du temps en en faisant plus !
Mais ces 5 mn sont rentrées dans mon emploi du temps, comme se brosser les dents ou les cheveux, prendre sa douche ou aller au boulot.
Ce ne sont pas toujours des moments agréables. Parfois c'est même franchement pénible car j'ai mal au dos, ou alors j'ai des fourmis dans les jambes, ou bien je me rends compte que je pense à 150 000 choses compliquées.
Mais je sais que, d'un autre côté, j'apprends à m'accepter et à accepter les inconforts. Et c'est comme ça que j'arrive à diminuer le nombre d'EME.
Parfois j'ai hâte de faire ma pause, parfois ça me fait suer de m'arrêter pour ça. Je sais que ce sont des moments d'ancrage ; et que je gère ainsi mieux les émotions au fur et à mesure qu'elles arrivent. Et c'est mieux que le tsunami de fin de journée, quand je dévore en arrivant à la maison !

Alors quel conseil donner ? Peut-être juste accepter de faire ça pour aller mieux. Même si ce n'est pas agréable. Même si ça fait peur. Appliquer "bêtement et méchamment". On prend un sirop pour calmer une toux, même s'il n'est pas bien bon au goût. Eh bien là ce serait faire 5 mn de RPC pour se laisser vivre un peu, même si ce n'est pas toujours facile ni agréable.

Ziguele.
Abonné

Salut Sitâ,

Pour faire suite à mon message précédent, je peux t'assurer que la RPC est devenue pour moi comme une espèce d'hygiène de vie ou hygiène de l'esprit....Après une séance de méditation de 30 min. le matin, je pars avec plein de calme et de sérénité dans ma journée...

Pour en arriver là j'ai mis sur mon lecteur MP3 diverses méditations guidées par divers intervenants, avec des buts diférents. Il y a des intervenants que n'arrive pas à écouter...je ne sais pas pourquoi ! La voix, les mots utilisés...? Tout n'est pas facile même pour les "accros"...!

Certains jours j'arrive à méditer seule, sans guide, et j'apprécie +++.

Je t'encourage à utiliser cette méthode même si c'est difficile au début ! Tu verras tout le bénéfice qu'elle t'apportera.

Bonne chance !

Ziguele

Totom.
Abonné

Bonjour

 

Pour moi la RPC est clairement le "potion magique" du programme : alors même si je n'y prends pas toujours plaisir, même si j'ai du mal à trouver LE moment où personne ne viendra me déranger, même si j'ai du mal à arrêter de penser aux milles choses que je dois faire après ..et bien je le fait sans arrière pensé autre que "ca va m'aider" 

 

Je suis sure que tu finairas par trouver le moyen de le faire car tu es déjà convaincue des bienfaits !

 

Laureline.
Abonné

Bonsoir,

Des fois aussi je me prends à souhaiter que la rpc soit une "potion magique"... Quand je fais la liste de tout ce que j'en attends, pfiou...

Comment diable s'y décider ?? Ben Sitâ,  pour ma part, j'ai fait quelques temps 3 minutes-pas-plus. Au début je me suis poussée, je n'en avait pas envie, je n'en sentais pas la nécessité. En plus ça me faisait peur (et encore aujourd'hui d'ailleurs je ne parviens pas à imaginer de longues plages de 30 ou 40 minutes, autant pour l'inconfort physique que pour la peur de laisser trop de place aux émotions).

Après l'apprivoisement des 3 minutes, j'ai attendu d'avoir ENVIE que ça dure plus longtemps pour passer à 10 minutes. Maintenant selon les jours, c'est 10 ou 20 minutes. Et aussi, je pratique le "body scan", parce qu'il m'aide à m'endormir après. Ca m'a fait tellement de bien de trouver un truc natuel, sain, contre les insomnies, et plus globalement mes moments d'anxiété, que la rpc s'est imposée en fait. Si je n'en avais eu besoin que pour l'alimentation, peut-être que ça aurait mis plus de temps ?

Un truc lu sur le forum à propos des processus de changment m'avait beaucoup marquée. Ca proposait en substance de se projeter dans 5 ans et de se demander si on se voyait tenir qqchose. Par exemple, je me suis rendue compte qu'envisager LC / l'intuitive eating dans 5 ans, voire à vie, ne me posait pas de problème. Ca m'aide beaucoup à l'ancrer dans le quotidien. Pour la RPC c'est un peu moins net, je ne sais pas si je pourrai l'intégrer à mes habitudes dans le long terme, mais ça me fait tellement de bien que j'essaye.

Bonne soirée

Laureline

 

Sitâ.
Abonné

Bon ben c'est super, ça me fait de la matière avec laquelle travailler ! Je vous raconterai comment ça a été, comme ça je suis sure de ne pas (trop) procrastiner. 

Je note que pas mal d'entre vous ont commencé petit, avec des séances beaucoup plus courtes que 10 mn. Ca me semble une excellente idée. Je suis effectivement convaincue des bienfaits de vivre en conscience, mais il me semble que si je l'aborde de façon trop artificielle, trop peu naturelle pour moi, je vais laisser tomber rapidement. Après, je garde aussi à l'esprit celles d'entre vous qui disent qu'il leur a fallu lui trouver une place dans leur emploi du temps, voire "se forcer" un peu. C'est vrai que si je veux commencer un jour, ça ne doit pas être facultatif, un coup par-ci par-là "quand j'ai le temps". On sait tous comment ça (ne) fonctionne (pas), ça ^^

Merci pour vos réponses !

(Et Aphrodyta, j'ai d'ores et déjà utilisé ton image du chat ! Peut-être parce que j'ai justement un gros chat collant, ça m'a bien parlé cheeky)

lorraine
Marraine

je tombe sur ce fil, comme je suis une pasionnée de rpc (ou médit) je rajoute ma p'tite sauce smiley

 

Rappel : Les pensées sont inévitables (c'est le rôle du cerveau que de fabriquer des pensées)  et peuvent être très nombreuses et s'enchaîner, peu importe...

CE QUI EST IMPORTANT/ATTENDU c'est de laisser partir ses pensées aussi simplement qu'elles sont venues, sans s'y attacher, s'y accrocher.

 

Il ne s'agit pas de les chasser : chasser sous entendu un acte mental genre "allez pensée va t-en " Apprendre à lâcher le mental.

Il s'agit dès la prise de conscience qu'on est en train de penser (et plus on pratique et plus cette prise de conscience devient rapide voire automatique) de revenir à sa respiration. Autrement dit se re-connecter à son corps.

 

Mon "prof de méditation" compare les pensées à des oiseaux dans le ciel; ils volent, vont et viennent...

Voilà un exercice type :

- "étiqueter"  chaque pensée en se disant à chaque pensée "pensée"

 

La rpc et la pleine consience d'une manière générale m'aura vraiment sortie de l'anxiété stérile, des ressassements sans fin  QUEL APAISEMENT. Les émotions sont moins diffuses et stressantes.

Je ne peux que vous y encourager tant et plus (j'en fais depuis LC, j'ai commencé tout petitement puis longtemps je n'ai fait que les étirements de pleine conscience de LC, parce que bouger était plus facile pour moi que la position assise. Aujourd'hui encore, j'utilise les supports audios pour me guider)

Bonne journée en pleine conscience ...bien sûr ! smiley

Biche.
Abonné
Moi aussi je prend ce sujet en cours....je pratique le lâcher prise depuis quelques mois, la cohérence cardiaque aussi. Cela permet de se relaxer , de rentrer en contact avec soi.... La RPC aussi , mais en ce qui me concerne , je n'y arriver vraiment 10 min que le matin, avant le démarrage réel de la journée, je me lève toujours très top, bien avant tout le monde...et donc, j'ai le temps.... Après la journée démarre et le rythme devient vite infernal, je précisé que je suis en partie responsable de ce rythme, .... Marie la coach me conseille de m'obliger à faire des pauses , régulières dans le journée ....et de faire des RPC a chaque occasion ....toile pleine conscience... Comme le dit le guide audio, mille pensées viennent , on les observent,, on les classe , elles sont la , ok. On revient a la respi sans juger, et c'est très bien ,pas facile mais tellement intéressant. Surtout avec les choses super négatives ,le boss , les problèmes du boulot etc...Ben oui , c'est la et après ..... Les regarder de loin sans les juger, ils en deviennent plus petits, moins lourds, moins importants....presque insignifiants . Voilà ce qu'apporte 10 minutes de. RPC.
Totom.
Abonné
Pareil : je me lève plus tôt le matin pour pouvoir trouver le temps !!! Mais le matin j ai énormément de mal à me concentrer car mon esprit carbure à pleine vitesse et je suis déjà dans le après !.. Donc c est une séance que j apprécié modérément J aime en faire au boulot car cela m appaise énormément : le hic c est que je ne peux pas tenir 10 minutes sans qu un collègue entre dans mon bureau ! C est dingue, ça me rend dingue !.....du coup j en fais souvent mais rarement 10 minutes d affilées ( quand j arrive à 2 fois dix minutes dans la journée c est beau )
Biche.
Abonné
Bonjour Totom, Je trouve que c'est formidable d'y arriver 2x10min au bureau.... Moi âpre ma séance du matin, je n'y arrive en général que très difficilement Bravo a toi. Pour la matin , continue car c'est un moment magique
izabelle
Animatrice forum

moi je prends ce sujet carrément après tout le monde, mais je vais apporter mon petit témoignage

je n'aime pas la RPC, pas étonnant puisque j'ai passé ma vie à fuir mes états intérieurs, à en avoir honte....

cependant,  guidée par une intuition et par des rencontres, c'est la raison même pour laquelle je me suis inscrite ici......

donc bien sûr je l'ai fait, pendant 8 mois

je n'aimais pas spécialement ça, même pas du tout, mais je m'apercevais que cela agissait sur mon comportement alimentaire, donc voilà, quoi, il fallait bien.....  c'est comme un médicament, à un moment donné on est pret à prendre la médecine pour guérir...

aujourd'hui je ne ressens plus le besoin d'en faire régulièrement, car j'essaie de rester consciente de mes états intérieurs tout au long de la journée,   de 'sentir" quand je rentre en lutte avec moi-même,  et alors à ce moment là je fais quelques respirations conscientes pour voir ce qui "bloque"

ensuite, ça m'arrive souvent d'attendre des rendez-vous (à mon bureau), et j'ai ainsi souvent 5-10 minutes à attendre

du coup, je fais de la RPC le plus souvent dans ces moments-là....  je ne dis pas que j'arrive à me concentrer plus que 30 secondes, mais déjà, sur le principe, ça aide.....

Soazigou.
Abonné

Hello tout le monde, Bon, moi je prends carrément le train ET dans le wagon de queue, mais pas grave.

La RPC (méditation) est le coeur du programme LC , je vois ça comme ça, alors ça vaut le coup de prendre le train en marche, et soutenir la démarche.

Mon approche : Je suis venue à la RPC (méditation en fait) dans la continuation du yoga pratiqué depuis 5 ou 6 ans.

Lequel yoga avait pour but de m'apprendre à respirer, en fait je respirais à 1/2  ou 1/4 de poumon, tellement tout galopait autour de moi, et moi avec. Même quand je décrochais le téléphone, assise depuis des heures, je m'entendais dire "je t'ai fait courir, désolé". J'étais plus ou moins en apnée permanente, sans le savoir.

Dans ce cours de yoga, il y avait quelques personnes familières de médit depuis des années (Arnaud Desjardins et compagnie, oui, enfin, il n'y était pas Arnaud, mais c'était cette ligne là, avec une approche spirituelle affirmée). 

Laissons chacun libre de mettre ou pas de la spiritualité dans son parcours.

Bref, premières séances nous faisons 20 minutes d'entrée de jeu, limite panique pour moi : (gorge nouée, hyper salivation, respiration difficile, coeur qui s'emballe, début d'anxiété). Pas mal de séances comme ça. Les courts échanges que le groupe avait en fin de séance m'ont permis de "dédramatiser". En même temps, je sentais intuitivement qu'il y avait du bon pour moi à faire cela, et comme je voulais enfin à nouveau faire confiance à mon intuition, j'ai poursuivi.

Joindre un groupe de méditants pour les premières expériences peut avoir du bon. Vu que c'est une tendance lourde en ce moment (j'ai vu des reportages délirants la dessus), on peut peut-être en trouver plus facilement qu'il y a encore deux ou trois ans.  Prévoir budget!! 

Il a fallu du temps pour que je m'acclimate, et que la méditation m'apprivoise. Je n'en faisais en revanche jamais seule, je m'en tenais aux 2 séances hebdso, (donc planifiées du groupe, 10 ou 3 pax selon les jours).

Il  faut du temps, parce que c'est forcément à ce moment là que les pensées (pas forcément perturbantes) se collent dans le mental, profitant de ce que le corps devenu vacant leur laisse le champ libre. D'ou au début la quasi nécessité de fixer l'attention sur le souffle, et d'y revenir en permanence. L'esprit produit des pensées, pas la peine de chercher à arriver à un état san pensées, ça n'existe pas.  Par contre se dire "j'y arrive pas, je pense tout le temps à des trucs, je ne peux pas rester 3mn sans penser, donc je suis nulle", ça existe.

Bon, pas d'objectif de temps à se donner, si c'est 1 mn, c'est une minute. Même s'il faut plusieurs semaines pour aller plus loin qu'un minute, pas grave. En revanche, je constate (pour moi) que  ce qui m'a permis d'avancer, c'est la régularité. Chacun son truc pour inscrire la pratique dans son quotidien, et si on décroche, pas grave non plus, ON SAIT QUE CELA EXISTE, ET QUE C'EST A PORTEE DE MAIN (de souffle) SI ON VEUT.

C'est LC qui m'a permis de faire le pont entre les séances de groupe et la pratique en solo.

Un jour, peut-être, on reçoit le cadeau de tout cela : des émotions qui nous auraient fait dévisser en d'autres temps, on les regarde passer, comme quand,  les yeux mi-clos  lors d'une sieste au soleil, sous nos paupières passent des petites formes en ombres chinoises (ça a un nom, mais je ne sais plus lequel), qui filent sans laisser de trace. Parce qu'elles n'ont pas d'existence. On peut alors parfois  regarder nos émotions passer comme elles et sans nous emporter. On sait que c'est possible. D'autre jours, il ne se passe rien,  on a plus de mal, c'est comme ça. Ne rien attendre. Accorder du temps à son mental, être là aussi bienveillant et tolérant avec lui.

Si on arrivait à pratiquer la pleine conscience d'un coup d'un seul, ben, c'est pas sur LC qu'il faut rester, mais filer tout de suite sur le plus sommet de l'Himalaya, et fixer l'horizon d'un air pénétré. Ou écrire un bouquin sur le sujet.

A ce jour, je pratique 10mn 2 fois dans la journée en posture assise, et souvent, de plus en plus, je fais des courtes pauses de quelques respirations en PC  dans la journée. Mais il a fallu 5 ans pour cela. Et j'en mesure aujourd'hui tous les jours un peu plus les bienfaits.

D'autre part, je n'ai plus d'activité pro, et  je sais à quel point c'est difficile de conjuguer job très actif, + vie de faimille trépidante avec ce genre de pratique, j'ai donc conscience d'être dans une situation privilégiée pour le faire. 

C'est mon luxe, oui, et j'en ai conscience. Mais je le vaux bien!!!

Voilà ce que je peux dire de mon approche de cette pratique dont je ne  peux pas aujourd'hui me passer, dans cette petite  lenteur bienfaisante.

Et t'encourager, Sita, puisque le post initial vient de toi à pratiquer même modestement, dans ton rythme, et à ton souffle.

Nounette73.
Abonné

RHA !

Merci d'avoir posé la question et d'avoir fait "remonter" ce fil.

J'ai piqué une crise hier tellement l'exercice du bodyscan m'a gonflée. TRENTE MINUTES !!

Je cours toute la journée après avoir déposé les filles, je les récupère le soir à la garderie, je rentre préparer le dîner si l'homme n'a pas eu le temps, je lance la machine, on fait dîner les mouflettes (et pour une fois j'ai même dîné un peu avec elles car j'avais un creux - depuis LC je saute au moins un repas par jour vu que pas assez faim pour les 3, snif), on les couche, je termine mon travail que j'ai interrompu pour être à l'heure à la sortie du centre de loisirs, j'étends le linge et là ... j'ai envie d'aller me coucher !!

J'ai pas envie de faire ce fichu exercice qui va être encore plus long et plus ch*** que la veille. Pour quoi faire en plus ? on ne donne aucune perspective. Je fouille dans les forums pour comprendre à quoi ça a servi aux autres. En fait je fais n'importe quoi pour retarder le moment de la purge.

Mais je ne veux pas le remettre au lendemain vu que c'est ce que j'ai déjà fait la veille (hurlements de la petite dernière en tout début de séance, elle avait fait un cauchemar, j'ai laissé tomber il était déjà super tard).

Bé, il y a un bilan quand même.

Le truc, c'est pas que je ne ressente rien, c'est que c'est neutre. Je sens bien le poids du pyjama sur mes chevilles, hein, les fesses écrasées sur l'assise, la langue contre le palais, tout ça, mais rien d'autre. Et je m'ennuie à un point ... RPC ou body scan je m'emmerde, mais je m'emmerde ... c'est long ...

Du coup hier soir au bout de 15mn, en plein silence prolongé de l'enregistrement, j'ai piqué une crise. J'en ai marre. Je n'ai pas le temps. Je ne suis pas câblée pour ça, c'est pas ma came. On ne donne aucun autre moyen d'aborder ça, rien de progressif, faut se taper les 20 à 30mn. Ca me gonfle, j'ai autre chose à faire de mon temps - à commencer par dormir. J'ai assez de pression comme ça sans m'imposer des échecs chronophages. Si encore je perdais du poids !!

Ca m'a mis dans un état d'exaspération et de rage difficiles à décrire. 

Je comprends bien, à lire les témoignages, l'intérêt de la pleine conscience dans le programme, moi la cérébrale qui ne suis jamais dans l'ici et maintenant, et dont la seule expérience de reconnexion à mon corps a été l'allaitement (long).

Je suis convaincue que la RPC peut me faire du bien, d'ailleurs j'avais envie d'apprendre la méditation, ou le yoga. Mais pas comme ça, pas coincée seule avec 10mn d'enregistrement de qqn qui ne dit rien ou presque. Je ne sais pas l'intégrer à mon quotidien si bousculé. 

Je suis la seule ? C'est la région parisienne qui me donne un rythme particulièrement dément ? avec 3 enfants petits, un boulot très prenant en plateau paysagé, plus de 2h de voiture par jour ... je ne sais pas rallonger mes journées.

Au moment de l'étape RPC du programme j'ai bloqué pendant une semaine. Impossible de trouver 2 plages de 10mn dans la journée. Je me suis dit que c'était un problème en soi, ça, que je n'aie pas 10mn à dégager pour moi-même !! Alors je me suis secouée, je les ai trouvées (j'ai pris sur mon temps de sommeil), j'ai passé l'étape, et là, 10 jours après, paf, 30mn de bodyscan. Sérieux. 

J'avais déjà pensé à faire plutôt 3mn de RPC, et aussi j'ai acheté un CD que j'espère pouvoir utiliser dans la voiture (ça n'empêche pas la vigilance, la RPC ?). Sinon je vais finir par lâcher l'affaire. Ce serait ballot, c'est un pillier du programme.

Finalement le seul moment où j'ai trouvé la RPC intéressante c'est pour "tenir" mon attention en réunion : lors des longues présentations auxquelles j'assiste souvent je finis toujours par divaguer, là je me suis "retenue" de divaguer en me concentrant sur mon souffle pour rester dans mon corps, dans la salle, et continuer à écouter.

HA !

Mais le bodyscan hier m'a achevée. Je suis complètement abattue. J'ai rempli le bilan sans avoir fait la séance correctement, mais il est inenvisageable pour moi de m'imposer ce truc une fois de plus.

 Il me reste 3mn de respiration ce soir pour finir le bilan, enfin si j'ai bien compris, si c'est un bodyscan express je me calme et je m'en tiens là, sinon je fais un caca nerveux auprès de la coach.

 

Merci de m'avoir lue, c'est pas très constructif mais ça faisait du bien de me lâcher. 

curuni.
Abonné

[quote=Soazigou]

Un jour, peut-être, on reçoit le cadeau de tout cela : des émotions qui nous auraient fait dévisser en d'autres temps, on les regarde passer, comme quand,  les yeux mi-clos  lors d'une sieste au soleil, sous nos paupières passent des petites formes en ombres chinoises (ça a un nom, mais je ne sais plus lequel), qui filent sans laisser de trace. Parce qu'elles n'ont pas d'existence. On peut alors parfois  regarder nos émotions passer comme elles et sans nous emporter. On sait que c'est possible. D'autre jours, il ne se passe rien,  on a plus de mal, c'est comme ça. Ne rien attendre. Accorder du temps à son mental, être là aussi bienveillant et tolérant avec lui.

J'adore !

curuni.
Abonné

Bravo pour ton "lâchage" Ariane Nounette, exprimer tout ça c'est salutaire !!

Le body scan je n'en fais pas car ça m'énerve plus qu'autre chose... La RPC, j'en fais quelques minutes par ci par là, juste pour me recentrer quelques instants et parfois même pour le plaisir de me poser rien que pour moi !

Je crois qu'il faut simplement connaître ces techniques et savoir qu'elles sont là. Après, à chacune de trouver comment les utiliser et de voir si elles nous font du bien ou pas !

Et à chacune de pouvoir dire "NON" j'imagine...(tu sais comme lors de certaines expériences traumatisantes wink)

Bon courage à toi pour gèrer tes mouflettes en plus du reste et.... repose toi !!

Pensées amicales !

Nounette73.
Abonné

Merci Curuni tu es trop forte !!

Tu as raison !!

Et puis ça me rassure de lire que je ne suis pas la seule que cette technique énerve.

Mais j'ai insisté, je me disais, c'est quelque chose à connaître quand même. Je m'étais justement dit après coup que c'est mon côté bonne élève ça ! On me dit de faire un truc je me sens obligée de m'appliquer. Pourtant je ne suis pas perfectionniste et d'habitude je ne m'embête pas trop quand je n'accroche pas.

Mais là je me mets beaucoup la pression parce que je pense que la pleine conscience peut être un pivot dans ma manière de gérer mes émotions, et il n'y a pas que dans l'alimentation que ça pose pb.

Donc voilà, contrôle émotionnel +++ et pétage de plomb à l'arrivée. C'est tout moi cheeky.

Enfin le simple fait d'écrire le msg précédent ça m'a fait prendre conscience de mon niveau de tension, de ma colère (je pleurais en écrivant, ce qui chez moi est souvent signe de colère voire de rage), de mon désarroi aussi, de ma peur ('mais si je n'y arrive pas, alors tout est foutu puisque dans mon cas le pb c'est la gestion de mes émotions ... je dois y arriver ...").

Je continue à penser qu'on n'est pas très guidés pour ces techniques qui ne sont pas très faciles à intégrer via un écran d'ordi ... Quand je dis que je ne suis pas câblée comme ça je n'exagère pas, hein ...

Je ne dis pas qu'on ne peut pas modifier le câblage (après tout je change bien l'alimentation mouarf mouarf mouarf)(cherchez pas c'est un mauvais jeu de mot de geek). Menfin là ça va un peu vite comme moi (ça me rappelle les cours de step où j'arrivais grande débutante sans que personne ne me décompose les pas : alleye tu fais ça, tu fais ça, regarde les autres y arrivent !! ). Flouée je me sens.

 

Mais bon, suis déjà moins énervée que ce matin.

Je vais faire ce que je me dirais de faire si j'étais coach, vais faire des RPC de 3mn et zut au bodyscan pour le moment. Commencer doucement vaut mieux que commencer fort et s'arrêter au milieu de la pente.

izabelle
Animatrice forum

mais tu es loin, loin d'être la seule à t'énerver sur le bodyscan et le gros orteil  gauche !!!   angry

attends l'enregistrement de trente minutes, je ne l'ai jamais fait, tu rigoles!!!    vraiment pas le temps ni l'envie de prendre ce temps pour cet exo

enfin je l'ai fait une fois....  et ensuite je me suis fait la version accélérée.... une fois qu'on a compris le principe, c'est facile de le faire seul, un peu plus vite que la musique...

ceci dit quand je l'ai fait c'était dans le parcours, donc pour moi il y a tresss longtemps....  et à l'époque cela avait eu un effet dingue sur mon comportement alimentaire, genre soudain c'est facile de manger selon ses sensations alimentaires..... à l'époque pour moi c'était la révolution.....

cela aide vraiment je trouve, à pouvoir savoir si on a faim  ou plus faim, car on prend l'habitude de mettre sa conscience dans son corps, pas dans sa tête....

 

mais bon, ce n'est pas qqchse que je fais régulièrement, un peu le soir avant de dormir, mais de façon informelle.....genre deux secondes et demi....

c'est normal que les sensations soient neutres.... pas folichon, mais normal.....

je te conseille de le faire, mais plus vite, y'a tout plein d'enregistrements qui existent d'ailleurs....  moi j'en ai même un de trois minutes, qui se trouve dans le CD du livre  "manger en pleine conscience",  mais là du coup, ça va super super trop vite !!!!

Totom.
Abonné

Moi aussi je le fais toute seule le bodyscan : je tiens 12 ou 13 minutes toute seule mais ça me semble plus efficace que les 20 ou 30 minutes que je fais en trépignant du pied, car je pense à tout ce que je dois faire encore après ...

mavo.
Marraine
Je vais ajouter mon grain de sel et mon réconfort pour Ariane.... Maman de 3, job à temps complet, entre Paris et Lyon. Le temps de me poser, je ne sais pas ce que c'est (sauf quand il faut prendre l'avion et que je ne peux rien faire d'autre que me poser... J'ai fini par comprendre avec une psy qq années en arrière que c'était la raison pour laquelle j'aimais l'avion... C'est grave !). Donc la PC, au début, ça a été l'enfer et j'ai d'ailleurs laissé tomber (et puis le reste du programme aussi d'ailleurs !). Quand je suis revenue ici, j'ai lu en même temps le bouquin de C. André Méditer jour après jour. En ce qui me concerne ça a été le déclic. J'adore les méditations du CD et j'ai adoré le livre. Le body scan de 30' il a buggé ici, je n'ai pas insisté !:-) Le 20', de temps en temps, ça passe pas mal. Mais le plus souvent, je me fais mon body scan à moi sur une musique cool. Bref, message : ça vaut le coup d'insister. Alors c'est vrai que ça m'oblige à tomber du lit, 10' de trainasse en moins le matin pour me faire une petite piqûre de PC. Je ne peux pas dire que je vois pour le moment des effets incroyables sur l'alimentation. Mais d'abord, je vois des effets sur mon agitation habituelle, et donc ma capacité à prendr du recul. Ensuite au fond de moi, je suis convaincue que c'est juste génial, pour l'alimentation, le stress et des tas et des tas d'autres choses. Courage !!
Ziguele.
Abonné

Ah, le body scan, quelle histoire ! En découvrant cette méditation je ne savais pas si je devais jeter mon bouquin (C. André) ou éclater de rire...

Et puis, doucement, je me suis tournée vers un body scan qui me parlait, celui du livre de Jan Chozen Bays "Manger en pleine conscience". C'est une méditation tournée vers la gratitude à l'égard du corps ; en passant en revue les diverses parties du corps, on les remercie pour....à choix, ce qu'elle nous ont apporté de positif.... Cette méditation de gratitude envers le corps permet de prendre contact très positivement avec le body scan mais aussi avec son corps, de se réconcilier avec lui et de vivre en "bonne harmonie" avec lui.

Cette méditation m'a réconciliée avec le Body scan....et a stoppé ma faculté à m'énerver après mes bourrelets, à avoir un peu honte de ce corps trop enveloppé etc.

J'espère que cette expérience pourra vous aider un peu...

Bonne suite

Ziguele

X