sexualité & libido - 10042012

Claire de Linecoaching
Abonné

Bonsoir ou bonjour...selon le momentwink

J'ai essayé de voir si le sujet de la sexualité avait été abordé dans les forums, mais rien  mise à part un artcle écrit par G.Apfldorfer  " Peur du sexe, une cause de surpoids" ; le titre à lui seul exprime le contenu très intéressant 

Finalement l'inexistence du sujet dans les forums exprimerait également la dominance de cette peur, un instant je me suis dit "mais je vais faire un hors sujet là, linecoching c'est pour maigrir pas pour parler sexe et trouble de sexualité en tout genre"

Sauf que : comment dissocier notre image corporelle et notre relation à l'aliment, et comment dissocier l'esthétique et l'harmonie de l'esprit, comment dissocier la sexualité de la manière dont on habite notre corps...tout s'entremèle 

Et pourtant le sujet est évité magistralement !!!

Alors je me lance, peut-être que ça libèrera la parole...peut-être pas, mais au moins je tente cheeky

Femme de 34 ans, maman de 2 enfants et mariée depuis presque 12 ans, je n'ai cessée de souffrir de l'image de mon corps, à attendre les compliments d'un mari qui ne savait pas en faire ( trop dur pour lui et superflu selon son éducation), alors bah oui les régimes restrictifs sont passés par là...satisfaction, culpabilité et desespoir se frôlent...une perturbation psychique qui a bien sûre eu des répercussions sur ma libido.

Dodo était là et libido no no crying

Cela continue encore au présent malgré toutes mes tentatives de m'en sortir; les résultats positifs n'ont été que temporaires : lecture de livres écrit par des sexothérapeutes...le quick sexe, le casse routine, l'achat de dessous, maigrir, la danse, le week-end en amoureux, mes photos de nue (sympa même avec mes rondeurs ! ) , la littérature érotique (les films je n'ai pas aimé c'est super dégradant : beurk ), les massages, les thérapies (bon elles ont été courtes car discours répétitif à mon goût et sans issus ), pour finir j'ai même tenté des jeux de séduction (sympa mais les limites sont vite atteintes: fidélité comme principe de vie)...

Au final, j'ai toujours eu une petite amélioration grâce à ce fort désir de créer une harmonie sexuelle dans mon couple, mais je regrette amèrement que ce n'ait été que de courte durée à chaque fois no

Que faire maintenant ? Je suis fatiguée ...

Y aurait-il une solution pour  sentir son désir, le recevoir et l'entretenir ? 

Merci à vous pour vos conseils et votre participation heart

Commentaires

MANYUKA.
Abonné

bonjour,

je ne sais pas quel est le vrai rapport entre l alimentation , le corps, la sexualité, je n ai pas lu l article dont tu parles mais je reconnais une partie de mon parcourt dans ce que tu décrits. J ai travaillé 6 ans avec un sexologue et cela suite aux mots destructeurs d un amoureux passionnel.

 Comme je savais de part le milieu familliale l education que je devais certainement trainer des casseroles j ai entamé cette thérapie. J ai appris plein de choses, j ai fait des efforts avec la lingerie, avec les massages, le jeu de la seduction, la danse, j ai meme accepté de monter sur scene le temps d un spectacle où j etais vetue d une robe de soirée....aujourd hui apres ce travail et dautres thérapies qui m ont dévoilées un gros traumatisme, je n ai plus peur de lma sexualite ou de ma seduction ou non seduction.Je n ai plus le sentiment que j ai un problème directement lié à la sexualité, mais que cette sexualité libido, seduction s inscrit dans un problème plus vaste, d acceptation de ce que je suis à cet instant, de confiance en ce que je suis et de realisation de mon potentiel et pas d une projection. Qui me dit que je serais plus moi avec quelques kg de moins...plus seduisante, plus aimable...pour l instant cela reste la croyance quotidienne, ; Je vis seule depuis quelques années, quelques relations pour me rendre compte que j ai besoin de couper les derniers liens avec ce qui m empeche d etre, sans stress, sans besoin de devenir. Si je peux avoir la meme relation à la nouriture que la relation à la sexualité alors le problème sera resolu quelque soit mon poids. Pour l instant cela occupe mon temps , mon esprit, mon regard, sinon je ne serais pas sur LC; Je fais encore des crises de boulemie et de vomissement et je  cherche au fond de moi  ce qui me pousse à me faire aussi mal. Pourquoi je ne parviens pas à la bienveillance dans ces moments là. J ai arrete de suivre les etapes du programme pour juste observer ce qui se passe, j ai delaissé la balance pour un temps. Avec ce comportement je delaisse le il faut, tu dois, pour laisser s exprimer ce que je refoule et ettouffe. Je suis parfois tres en colère car je ne controle pas ces compulsions alimentaires et le jugement de valeur revient...Je me demande si avoir une bonne image de soi n est pas se detacher de son image, ne plus se donner une note et ne plus donner une note aux personnes que l on rencontre...Le travail me semble identique dans le cheminement à celui réalisé avec le sexologue... pour ma part cela n a donc pas changé mes problèmes avec l alimentation...

Nessma.
Abonné

Bonjour Manyuka , 

Dans l'article référencé il est vrai que le point traité est celui des femmes qui font barrage de leur potentiel de séduction par le port du manteau graisseux...je l'évoquais simplement pour dire que c'était la seule fois où le sujet de la sexualité était abordé sur LC.

Pour ma part je voulais plus parler de celles qui VEULENT et qui PARVIENNENT  à donner une place suffisante (non pas à leur séduction uniquement  mais surtout ) à  leur DESIR .

La question est donc : "Comment faire ? " , j'imagine bien que chacune a sa propre RECETTE ( wink )  , et bien c'est d'échanger sur nos recettes et ingrédients qui m'intéresse . 

PS: je n'ai pas fait suffisamment attention , il aurait sans doute été préférable de poster le sujet dans " on papote..."  comment faire pour le placer au bon endroit ? 

 

Lia.
Abonné

J'aurai placé ce sujet dans les forums "verts" qui sont lisibles uniquement par les personnes inscrites à lC et non pas tout le reste du web.

Par exe dans les sujets autour du corps?

Je demanderai directement à un coach pour déplacer le sujet à ta place.

Bonne journée!

Eva.
Abonné

Oui, bonne idée, c'est un sujet trop intime pour être accessible à n'importe qui...

Ingalill.
Abonné

Je partage l'avis de Lia et Eva concernant l'emplacement de ce sujet, fort intéressant et qui me concerne également... A suivre, donc, j'espère ! smiley

yayie.
Abonné

sujet très intéressant. je ne me suis jamais posée la question car mon chéri m'aimecomme je suis. même si il m'a connu après mon régime hyperprotéiné et donc pas trop mal dans mon corps, mes 2 grossesses enchainées ont transformé mon corps et il est toujours là. il sait me rassurer même si j'aimerai un peu plus quand même (on a jamais assez de compliment et de preuve d'amour).

je dirais juste que mes 2 grossesses m'ont épuisé surtout que mes gars ont 17 mois d'écart, il a fallu qu'ils grandissent et un jour j'en ai eu marre de prendre la pilule (marre de l'oublier et de donner des hormones à mon corps) et je suis passée au stérilet au cuivre. dès que mon corps s'est habitué au stérilet, ma libido est remontée en flèche et n'a pas bougé depuis. On a aussi beaucoup discuté avec mon conjoint, notre complicité en est ressortie grandie. et un homme qui ose vous touchez partout et pas seulement les zones érogènes est important pour son estime de soi.

essayez de voir si la baisse de libido est liée à votre vision de votre corps ou si les hormones n'ont pas qu'un effet contraceptif

izabelle
Animatrice forum

oui je crois qu'il serait judicieux de placer cette discussion dans "mon corps et moi", forums verts, entre nous...

pour ma part, je n'ai jamais eu de problèmes de libido bien qu'ayant des troubles du comportement alimentaire depuis mon enfance

je connais plusieurs autres personnes dans ce cas là, et à l'inverse des personnes n'ayant aucun problème alimentaire et une libido très très en berne

 

pour ma part, j'ai quand même constaté que quand je maigrissais, ma libido augmentait....   la nourriture servant peut-être d'anesthésiant à un désir, une émotion que l'on ne veut pas toujours ressentir,  dont on peut avoir peur....

et en dehors de la libido, il y a aussi la problématique de la séduction

pour ma part, j'aime plaire (sans aller plus loin, c'est pourquoi je le différencie de la libido), mais j'ai du mal à m'y autoriser, et je peux ressentir une certaine peur de séduire, liée à une peur de ne pas savoir mettre des limites.... on rejoint l'hyper-empathie

Flowerbomb.
Abonné

oui, s'il te plait, fais-le déplacer sinon je crains qu'on ne puisse en discuter "dans l'intimité"......

Nessma.
Abonné

...Donc je reprends un peu :

- Izabelle nous apprends que l'on peu être parfaitement bien avec sa libido et ses kilos en trop , mais qu'un petit bonus apparaît tout de même avec une perte de poids (c'est positif ! ) 

- et Yayie nous dit  "un homme qui ose vous touchez partout et pas seulement les zones érogènes est important pour son estime de soi".  OK, c'est un bon élément dans la liste d'ingrédients sauf que pour ma part je ne pourrais pas le rajoutersad

Grazia, la demande est en cours de prise en charge je pense....

 

yayie.
Abonné

est-ce que tu en as parlé avec ton mari ? rien ne vaut une bonne discussion pour dire ce que tu ressens, ce que tu aimerais entendre, ce que tu aimerais faire...

Nessma.
Abonné

Pour info ; on ne peut pas lire ce sujet si on n'a pas d'identifiant ( j'ai essayé wink), il n'y a donc que les personnes inscrites sur LC qui peuvent  y avoir accès

Ay ay !!! ....Yayie, j'ai reçu un gros coup là, je redoutais presque cette question fondamentalecrying...

Réponse: il ne me comprends pas, je pense qu'il a cultivé dans son inconscient l'image qu'une femme devait avoir un désir aussi "simplet" que celui de l'homme...Bref

Je dois donc compter UNIQUEMENT sur moi pour me connecter à MON désir, d'autant plus qu'il me dit avec tacte , c'est vrai, qu'il aimerait que je reprenne mon aspect d'avant les grossesses, à ce niveau je lui ai fait comprendre que ce n'étais pas la peine qu'il espère une fonte, car plusieurs régimes n'y ont rien fait, donc il ne le dit plus mais je sais ce qu'il veut ....

Maintenant j'aimerais croire qu'il me sera possible de trouver une issue sans son aide, après tout je sais qu'il m'aime et qu'il tient à moi  ...je me dit que c'est possible, en tous les cas je veux y croire !!!

°Lou°.
Abonné

De ce côté si, pour ma part, j'ai toujours eu  des complexes, donc difficulté à me "lacher" me montrer etc ... (sur le plan sexuel ou non)
Depuis ça va mieux, j'ai un chéri depuis 4 ans, couple stable et lui plus que patient.

 

J'ai eu pendant quelques années des douleurs, donc forcement la libido l'estime de sois etc en prend un coup !

A ce niveau ça va mieux, j'ai réussis je pense, à passer ce cap même si mes craintes sont toujours bien ancrées !

Même si j'ai encore toujours des difficultés, j'espère que LC et tout ce qui va avec pourra me donner d'avantage confiance en moi et donc améliorer ce point ! =)

Pomdereinette.
Abonné

Longtemps j'ai cru que malgrè tous mes problèmes, mon rapport difficile à mon corps, je n'avais du moins pas de problèmes de ce côté-là. Jusqu'au jour où j'ai compris à quel point je dissociais : mon corps et son désir d'un côté, moi de l'autre.

J'ai eu la chance extrème dans ma vie amoureuse  d'être désirée par des hommes qui m'ont appris que leur désir ne tenait pas aux critères que moi je m'imposais. Et à l'inverse la période la plus désertique de ma vie a été celle où j'ai été le plus mince. Mais justement je crois parce que je tendais vers de l'asexué. Comme si paradoxalement pour moi la sexualité passe par des formes pleines.

En même temps, au plus profond, cela passe aussi par le rapport à ma mère. Celle qui me voulait mince et qui redoutait tant que je séduise (une de mes soeurs aînées a eu un enfant à 18 ans). Donc, quelque part, je n'ai pu "séduire" que des hommes qui m'ont permis d'exister dans ce corps décrié par ma mère.

Reste, pour moi, l'immense difficulté à parler son désir. Aux fondements, se dire revient à prendre le risque de n'être plus aimable. Ni désirable.

Tout s'entremêle. Difficile de faire la part des choses.

°Lou°.
Abonné

Tu veux dire que tu as des difficultés à lui dire ce que tu aimerais ?
Désolée j'ai du mal à te suivre vers la fin, après ca vient sans doute de moi =)

Neam.
Abonné

Bonsoir,

Je trouve que c'est un très bon sujet et que c'est bien de l'aborder, même si c'est difficile de surmonter sa pudeur pour répondre.

Donc moi je suis complètement concernée par ce sujet, même si j'ai eu une sexualité plutôt épanouie avant d'avoir des problèmes de poids. Je suis sûre que ma peur de maigrir est liée à la peur de séduire et de ne pas savoir résister à la tentation qui pourrait en découler, même si cela ne s'appuie sur rien de concret. Cela fait très peu de temps que je prête attention aux signaux que m'envoie mon corps et que je lui "laisse sa place". Jusqu'à récemment (je pense que lc a été un déclencheur), je le maltraitais et l'ignorais. Par exemple, je somatise énormément. Je supporte mal qu'on me touche (sans parler des massages!). Je ne vais quasiment jamais chez l'esthéticienne. Cela se ressent bien sûr au niveau de la sexualité avec beaucoup de pudeur et une certaine gêne, même si ça va mieux avec le temps.

J'ai été élevée dans la peur des hommes et la peur -transmise par ma mère- de l'agression. Sans compter que ma mère n'a pas tellement développé la féminité chez moi et que le rapport au corps était plutôt vu comme quelque chose de pratique ou médical. Ca n'aide pas! J'ai beaucoup de retenue dans mes gestes et du mal à exprimer mes sentiments. Donc je suis toujours sortie avec des hommes patients et doux. J'ai eu plutôt de la chance. Quand j'étais mince, mon ami de l'époque me couvrait de compliments. J'ai commencé à grossir vraiment après notre rupture mais ç a s'est aggravé pendant ma première grossesse (tout est remonté à la surface à cette époque-là). Mon mari, lui, n'est pas très à l'aise pour exprimer ses sentiments et ça me manque beaucoup. J'ai remarqué que mon envie et ma peur de maigrir venaient en grande partie de cela. J'ai envie de retourner à cette époque bénie où je me sentais belle dans les yeux d'un homme et en même temps, ça me fait peur puisque cela me renvoie à une époque où je n'étais pas avec mon mari. C'est difficile à expliquer mais ce qui est sûr, c'est que c'est lié. Je me demande aussi souvent (pas plus tard qu'hier) ce que ça changerait pour mon couple si je maigrissais (certainement rien, mais parfois je me prends à rêver que je me sentirais plus aimée).

Ensuite, il est vrai que la vie de famille avec son lot de fatigue et de stress n'est  pas forcément l'amie de la vie de couple. La preuve, il suffit d'un peu de calme ou de vacances pour qu'elle remonte en flèche. Je n'ai pas de solution à proposer, juste envie de dire que je partage tes préoccupations.

Bonne soirée

°Lou°.
Abonné

C'est sur que ce genre de changement n'est pas facile à appréhender après tout tu te fais des idées mais tout ne se passera pas comme tu l'avais imaginé (et parfois, tant mieux :) )

 

Après, ces changements arriveront progressivement, tu te réveilleras pas dans 1 semaine avec X kg en moins etc tu auras aussi le temps de voir venir les choses !
Et qui sait, peut être que tu seras alors plus à l'aise ? Ton mari aussi du coup etc

Ça peut ouvrir pleins d'horizon !!

Nessma.
Abonné

Bonsoir Neam et merci pour ta participation....c'est étrange tu es la 2ème à évoquer l'hypothèse qu'il serait difficile d'apprivoiser les effets d'une femme séduisante...comme si une mince serait forcémment une débauchée , bon ok je grossie un peu la chose...mais bon...ça me surprend et puis après réfléxion, je me suis souvenue d'une période où je ressentais un petit quelque chose dès qu'un homme quelconque commençais à m'observer avec un certain intérêt....cependant pour ma part je ne pense pas qu'une peur soit liée à cet effet m'empêchant de maigrir....

Tout ce que je sais c'est que mon couple va mal sexuellement , et que depuis que ça s'est aggravé point de vue balance j'ai rajouté 8 kg à un surpoids qui était déjà présent , résultat: je suis maintenant obèse . Dur dur snifff

Après je n'ai pas du tout envie de remonter loin en faisant la genèse , de ma féminité, ou de mes troubles du désir...je traine des boulets c'est certain ! Mais les scruter  ne va rien m'apporter ...je me suis souvent rendu compte que comprendre l'origine de quelque chose n'apporte pas grand intérêt mise à part un effet de tolérance, qui parfois peu se transformer en une légitimisation de l'innaction...hors me concernant je VEUX m'en sortir wink

Neam.
Abonné

Bonsoir Nessma,

Loin de moi l'idée qu'une femme mince est une débauchée!!! Je dis juste qu'il me semble qu'on reçoit globalement plus de compliments et de regards masculins lorsqu'on est relativement dans la norme que lorsqu'on est obèse (avec bien heureusement des exceptions), c'est pourquoi ça peut provoquer une peur de maigrir chez certaines personnes. Je connais beaucoup de femmes qui en ont fait l'expérience au fil de leurs régimes. Mais je n'ai pas la prétention de faire de mon cas une généralité.

Par contre, il me semble que tu parles pas mal de fatigue. Est-ce que tu as essayé de diminuer ta fatigue? Ca peut être un sacré frein à la sexualité, non?

izabelle
Animatrice forum

Nesma, j'ai sous les yeux un livre sur la pleine conscience avec tout un chapitre sur comment utiliser la pleine conscience pour traiter le désir sexuel hypoactif féminin

si, si....   je ne l'ai pas encore lu donc je ne peux pas t'en dire plus pour l'instant

c'est plutôt pour les thérapeutes a priori, cela ne s'adresse pas directement aux femmes concernées, mais cela détaille les séances que l'on peut faire avec un couple avec l'outil pleine conscience pour travailler là-dessus

le livre s'appelle "pleine conscience et acceptation, les thérapies de la troisième vague", très bien pour tout le début que j'ai lu, présentant notamment un programme de PC pour enfants que je cherchais depuis des semaines...

 

voilà tout ça pour dire, peut-être la pleine conscience peut t'aider aussi pour ça...

lore.
Abonné

bonjour à toutes,

merci Nessma pour ce sujet ô combien intéressant et qui me renvoie à mes propres questionnements oubliés. J'ai eu une , même plusieurs périodes "mince"  et quand je me trouvais grosse, c'est que j'avais plus 5/8 kg par rapport à cette référence. Aujourd'hui, ce n'est pas 5/8kg, c'est 20kg en plus que j'ai pris progressivement depuis 8 ans, après avoir arrêté de fumer. Si je fais cette petite description c'est pour distinguer ma sexualité de "mince" et ma sexualité de "grosse" parce ce que j'ai remarqué dans ma vie ( j'ai la quarantaine, ça donne un peu de recul),  que c'est dans mes périodes minces, je consommais des hommes par envie de séduction émotionnelle, par compulsion en quelque sorte : au lieu de manger, je cherchais la relation physique, je n'avais jamais assez du regard des hommes et de leur désir concrétisé par la relation sexuelle pour me rassurer sur ma valeur et cette valeur passait par  quelque chose du genre : "je plais, donc j'existe". A chaque fois que j'entamais une relation un peu plus durable, je me remettais à grossir , comme si l'amour d'un seul homme ne me suffisait pas ou plus , c'est vraiment une histoire de quantité comme avec la nourriture. Jusqu'au jour où je me suis lassée et où la qualité a commencé à m'intéresser réellement : j'ai rencontré l'homme avec qui je vis aujourd'hui et que j'aime. Point de vue sexualité, j'ai eu du mal avec le rapport quantité/qualité : je trouvais qu'on ne faisait pas assez l'amour : et pour moi ça voulait dire s'il ne me désire pas plus que ça c'est qu'il ne m'aime pas.

Je n'en suis plus là, je crois que ce n'est plus ma valeur que je recherche mais juste la sensation d'exister, et pour moi ça passe par l'excitation des sens en tout cas par le corporel comme s'il n'y avait que mon corps pour me prouver que j'existe : s'il n'y en a pas assez sexuellement, je compense avec la bouffe, parfois avec le sport, j'adore me dépenser physiquement de façon intensive et ponctuelle, bref

je crois réellement que l'amour peut beaucoup dans la relation de couple, surtout quand on éprouve soi-même ce que veut dire aimer un autre. Moi dans les moments où je ressens de l'amour, je suis soudain très apaisée et faire l'amour devient très doux et intense, c'est encore mieux que quand on éprouve juste du désir parce ça permet au corps d'être autre chose qu'un corps et là je me sens exister dans la relation, dans l'échange. Le problème c'est le quotidien, le stress des contraintes du boulot, des enfants, on oublie de se poser, de donner du temps à la relation de couple. Et si on oublie de se donner du temps, ça donne des compulsions, je parle pour moi en tout cas. Parce que la quantité c'est aussi la facilité de l'immédiateté, je mange ce qui me tombe sous la main. Du coup, je suis grosse et je regrette mon ancien pouvoir de séduction de mes périodes "mince" (complètement artificiel j'en conviens) car quand je suis grosse je me dévalorise et alors je retombe dans la recherche de réassurance sur ma valeur. Du coup quand je pense perte de poids j'associe fantasme de séduction et donc peur d'avoir des envies de séduire (ou plus si affinité) émotionnelles qui pourraient porter atteinte à mon couple : tout ça est imaginaire mais exerce une certaine influence sur ma résistance à maigrir.

Je m'arrête là pour aujourd'hui, au plaisir de vous lire

Ingalill.
Abonné

Merci pour avoir déplacé le sujet dans le forum !

Je disais donc, cette question m'interpelle aussi car j'ai constaté, depuis quelques années déjà, que ma libido était en berne et jsuqu'à récemment, j'ai vraiment pensé que c'était lié à mon surpoids (oui bon, mon obésité). Non pas au poids en lui-même mais à l'image dégradée de moi-même que j'avais. Bien que mon mari, avec moi depuis le lycée (c'est dire qu'il m'a connue dans toutes les périodes de ma vie à l'exception de l'enfance) n'ait jamais manifesté ouvertement quoi que ce soit sur mes variations de poids et m'ait toujours montré son amour et son désir, j'étais tellement dégoûtée de moi-même que je n'arrivais pas à comprendre l'idée même qu'il puisse avoir envie de moi. J'ai traversé une sorte de désert du désir, avec des relations sexuelles toujours satisfaisantes au bout du compte mais toujours à sa demande, à lui.

Depuis que je travaille sur moi, sur mes émotions, je me sens beaucoup mieux dans mon corps et dans ma tête mais pour autant, je ne retrouve pas la petite étincelle qui m'animait autrefois. Je ne pense donc plus que cette baisse (voire perte à certains moments) de libido soit liée à mon poids et à mon image. Comme le suggère Yayie, je pense plutôt à la contraception hormonale. Les informations sont contradictoires à ce sujet, je ne sais pas trop quoi en penser...

yayie.
Abonné

ingalill, pour savoir il faut essayer :) et franchement moi j'ai vu la différence quasiment immédiatement et mon chéri aussi et il est hors de question que je revienne en arrière.

yayie.
Abonné

nessma, j'ai touché le point sensible, on dirait :)

tu dis qu'il ne te comprend pas mais est-ce que tu lui as expliqué ce que tu ressentais et ce dont tu avais envie.

juste pour qu'il sache, faites un essai de ce que toi tu as envie, il peut bien faire ça pour te voir épanouie et donc plus désireuse (oui comme tout sport, plus tu pratiques plus t'es acrro ^^)

tu peux noter sur une feuille tout ce qui te fais envie et discuter avec lui de tous les points, il verra que tu veux changer les choses, que tu veux avancer et sera prêt à t'aider

Nessma.
Abonné

 

(Je tutoie , mais s'il y a une quelconque gêne n'hésitez pas à me le dire)

Neam j'espère que tu n'a pas pris mal ma remarque, ce n'est pa

Merci Yayie pour tes conseils, ils sont concrets et d'autant plus appréciables pour moi...en fait à chaque fois que je fais intervenir mon mari dans ma démarche de m'en sortir, je ressens d'avance que "c'est mort" autrement dit:  inutile ! Oui je sais ça donne l'illusion que je suis dans une impasse, mais je n'ai pas tellement le choix, il me faut trouver MON désir indépendamment de sa présence ou de  ses actions , un peu comme si j'étais célibataire...

Tu sais Yayie , j'ai essayé de le faire participer, de lui parler clairement ou par insinuation, gentiment ou par revendication, par suggestion ou avec des exemples, nous avons vraiment des codes de communications, de compréhension et de perception très différents, j'ai essayé de lui faire découvrir mon monde, peut-être qu'il a cru que je voulais le changer...bref c'est une piste vraiment sans issue en tous les cas depuis longtemps et pour l'instant...

Il ne me reste plus qu'à opter pour l'alternative d'opérer sur moi-même indépendamment de lui, ça peut paraître étrange comme démarche, je le concède...mais pour l'instant la lueur de l'espoir se trouve là, en tous les cas me concernant, cela dit je ne veux pas accaparer le fils de la discussion et si certains participants peuvent donner des conseils à d'autres tout en faisant jouer un rôle à leur partenaire alors "go" wink

Pour ce qui est du moyen de contraception et de tous les problèmes hormonaux, j'ai essayé plusieurs variantes et rien , pas un seul changement, maintenant le stérilet en cuivre je n'ai jamais tenté , mais si tu me dis qu'il stimule la libido  alors j'irais m'en faire poser un en urgence demain blush

 

Merci Izabelle pour le livre que tu m'as conseillé, dis-moi un peu plus lorsque t'arriveras à la partie qui concerne notre sujet icismiley à vrai dire j'ai même une fois entendu dire qu'une femme pouvais atteindre l'orgasme par la pensée, mais j'avais à l'époque fais une petite recherche sur le net et rien mise à part une piste vers la capacité à érotiser son imaginaire ( ne pas voir en une banane juste le fruit et puis se laisser aller à explorer des scénarios imaginaires ...bon c'est un basique hein ! juste pour me faire comprendre) ...à ce niveau je pense que je devrais peut-être me mettre à écrire une nouvelle érotique...peut-être une piste que je n'ai pas su bien exploiter...yes

Lore ton témoignage est génial !!! Quelque part je t'envie ( gentiment bien sûre ;) ) surtout lorsque tu dis "...et pour moi ça voulait dire s'il ne me désire pas plus que ça c'est qu'il ne m'aime pas..." car ce mode de fonctionnement aurait bien arrangé mon couple , moi au contraire ; j'ai l'impression de n'être qu'un  "évacuarium"...dur dur ....Après je retiens aussi ça  "...Moi dans les moments où je ressens de l'amour, je suis soudain très apaisée et faire l'amour devient très doux et intense..." et là j'ai un comprtement similaire au tien, mais comme je l'ai dit plus haut, je ne dois pas attendre de solution où mon mari intervient par l'action ou pas ce que je ressens provenant de lui...c'est super complexe !!!frown   T'es la 3ème à dire ta peur des effets de ton pouvoir de séduction pourraient t'amener à faire de regrettable pour ton couple...c'est vraiment étonnant: tu veux dire que si t'avais été célibataire cela aurait été plus facile pour toi de maigrir ???

Ingalill merci pour ta participation, est-ce que tu parviens désormais à te trouver belle ?  Tu parles de se sentir bien dans sa tête et sa peau, me concernant me sentir bien n'a jamais eu grand effet sur ma libido, il me fallait carrément me trouver excitante...bizarre hein l'auto-excitation ??? En fait j'ai connu ça grâce aux photos et pourtant c'est moi-même qui me prennait en photo un délire qui avait donné ses effets mais voilà, comme je l'ai dit plus haut, ça n'a pas duré !!! Pfff

Merci à toutesheart

 

 

 

lore.
Abonné

Nessma,

par rapport à la séduction, je pense que pour moi c'est plus dans la tête que ça se passe. En tout cas il me semble que mes kilos jouent un rôle de garantie de fidélité parce que tant que je suis grosse, je peux avoir des fantasmes de séduction, ça ne porte pas à conséquence, ça reste secret  alors que si je maigris jusqu'à me trouver mince = pas grosse, c'est comme si j'affichais sur moi que la séduction m'intéresse, comme si je faisais passer un message aux hommes "ne me trouvez-vous pas désirable ?" et dans ce cas, il faut assumer que les autres puissent fantasmer sur moi , c'est à dire ne pas en être déstabilisée outre mesure.

D'où le fait qu'être en couple et d'y tenir ne m'aide pas à maigrir dans le sens où maigrir veut dire aller vers la difficulté. Parce rester grosse permet de ne pas se poser trop de question sur son propre désir, comme si les choses étaient acquises. Perdre des kilos, je ne pense pas que ça entraîne forcément des passages à l'acte mais je me souviens de m'être séparée d'un ancien amoureux il y a fort longtemps après avoir maigri et pourtant, sexuellement, ça marchait bien entre nous. Maintenant j'ai mûri, c'est pour ça que je m'accroche à LC parce que ça ne me fait (presque) plus peur : il y aura toujours un risque vu ma problématique, je ne peux jurer de rien mais je pense que je ne suis plus dans la recherche de réassurance par la séduction. La séduction retrouvée, ça sera un plus dont j'espère faire profiter mon couple.

Quand on prend la situation à l'envers, dire que le célibat permettrait de maigrir plus facilement, là franchement je ne pense pas que ça puisse être une règle, vu que ça peut tout aussi bien faire déprimer alors si on lutte contre la déprimze en mangeant, on grossit, si on lutte en couchant, on peut maigrir, et si ça se trouve on peut faire les deux alors rien n'est simple.

Je ne suis pas sûre que ce que je raconte corresponde pour grand chose à ce que tu vis Nessma, peut-être que ça peut aider  comme pistes de réflexion. En tout cas la baisse de libido et les compulsions alimentaires, à mon avis c'est lié. Si l'excitation n'est plus dans la chose sexuelle, c'est qu'elle est ailleurs, accaparée par autre chose : après c'est question d' équilibre entre toutes les sources d'excitations et les moyens de les assouvir. S'il n'y en a plus, alors c'est la dépression, la mélancolie. Je crois que les hyperphages y échappent souvent grâce à la bouffe justement. Il paraît qu'ils se suicident moins que les autres par exemple.

Bon je dévie, allez, à bientôt, je vais suivre cette discussion, peut-être que des idées me viendront pour t'aider un peu plus

yayie.
Abonné

je comprends pas tout entre ce que ton homme veut/peut faire alors je vais te parler en mp si tu veux :)

et sinon je n'ai pas dit que le stérilet en cuivre stimulait la libido, je dis juste que le stérilet en cuivre ne contient pas d'hormones qui peuvent mettre la libido en berne, plus d'hormone donc libido comme avant tout moyen de contraception contenant des hormones (pilule dans mon cas).

Anne5975.
Abonné

Bonjour,

 

Le sujet est intéressant...

 

Je viens de m'inscrire à LC. Une des principales raisons est que ces derniers mois j'ai vraiment pris beaucoup de kilos, et que m'on corps s'est pas mal transformé. Si j'ai toujours eu des bonnes cuisses/hanches, j'ai par contre toujours était habituée à être plutôt fine et musclée de la taille/abdo... Et maintenant, j'ai des bourrelets à la place..

Du coup, je ne me sens pas bien du tout à cause de ces transformations, au point que je ne supporte plus que mon compagnon me touche le ventre/par la taille...

Il me dit qu'il m'aime comme je suis, mais moi ça me bloque vraiment...

calico.
Abonné

 

Chère Nessma,

je suis ravie de découvrir ce sujet. Comme toi, je pense que sexualité et nourriture vont ensemble et que ce sujet manquait sur ce forum.

Perso, j'ai remarqué un net changement de mes sensations internes quand j'ai cessé de prendre la pilule. Je l'ai prise durant près de 20 ans. Et progressivement, je me suis sentie devenir « neutre ». J'ai beaucoup et longtemps accusé mon ex-mari de ne pas savoir y faire. C'était plus commode que de me remettre en question, je crois et je craignais de casser la relation. Le jour où j'ai stoppé les hormones, le désir est revenu, timidement d'abord, puis de plus en plus. Et avec lui, mes sautes d'humeur. Cela n'a malheureusement pas suffit à sauver mon couple qui en était arrivé à un stade de non-retour.

Désir et corps.

Il y a le corps et il y a l'esprit. Dans mes lectures récentes, il y a le très intéressant livre de Antonio Damasio « Spinoza avait raison. Joie et tristesse, le cerveau des émotions ». Ce chercheur en neurobiologie y parle des liens étroits entre nos sensations et nos émotions. Ce qui rejoint le point de vue développé sur LC à propos de l'usage de la RPC. Il est clairement établit depuis quelques années maintenant que nos sensations activent des cartes mémoires qui ensuite sont reliées à des ensembles de significations. Notre corps est un instrument de connaissance du monde qui est doté d'un câblage neuro très fin et automatisé au niveau des émotions. Viennent ensuite les sentiments, les désirs, qui eux sont un subtil mélange entre l'automatisme de base et les éléments de vie accumulés et la conscience de soi.

Pour faire bref et clair, notre corps nous envoie tout le temps des signaux émotionnels . Notre esprit est donc bombardé par des infos corporelles. Il est modelé par nos sensations. Il n'est pas séparé du corps.

La RPC travaille à ce niveau là. (ça c'est mon interprétation très libre et très sauvage) En se centrant sur les sensations de la respiration, on se reconnecte tout gentiment sur son corps. Et petit à petit, on réapprend à sentir véritablement son corps, ses émotions ( colère, tristesse, joie, peurs...) ses besoins et ses désirs (manger, dormir, faire l'amour, etc...)

Maintenant tout ça c'est bien joli, mais pour avoir de la satisfaction il faut tout de même être deux dans l'histoire et au même niveau de demande.

Dans ton histoire à toi, je crois voir du déséquilibre, de la méconnaissance, ou non reconnaissance des besoins de chacun en matière d'envies et de besoins sexuels. Il y a peut-être des verrous, des tabous. Chez toi ou chez ton homme. Qui font obstacle aux envies de changement. Liés au corps et à sa représentation, au désir de séduire, ou non.

Se lâcher au lit, se permettre tout et n'importe quoi, passer ses fringales, baffrer littéralement du sexe. Abandonner toute pudeur et retenue et se laisser aller à ses sensations, c'est pas facile. (fringale, baffrer, s'empiffrer, lien direct avec nos envies de manger émotionnelles, manger-baiser, même combat!!) J'ai mis très longtemps à faire sauter ce verrou. Mais j'ai aussi un partenaire qui m'y a aidée par son regard et sa sensibilité. Ça se fait à deux. On en revient toujours au même point. Zut alors.

Pour terminer cette longue bafouille, j'évoquerai les principes de la systémique: dans un système donné (couple, famille, etc) il suffit de changer un élément et c'est tout le système qui doit se réorganiser autour de ce changement. Donc logiquement, si toi tu changes, ton homme sera obligé de changer. Mais il n'y a aucune garantie sur la nature du changement, c'est bien embêtant, car cela force les humains à faire des paris sur l'avenir et à faire confiance. C'est bien connu, les gens ne se choisissent pas au hasard. Ils sont souvent complémentaires. Ce qui convenait à un certain moment de vie, peut ne plus convenir des années plus tard. L'introduction de changements à ce moment-là peut très bien faire sauter les anciens « accords tacites » sur lesquels sont fondés le couple.

Ce n'est pas pour rien que les gens ont peur des changements.

Notre rapport à la nourriture, à notre corps, à nos désirs, nous engage corps et âme. Changer cela entraine plus que de petits changements de surface. Cela nous implique profondément et change notre rapports aux autres. J'en suis convaincue.

Nessma.
Abonné

Bonjour Calico, je reprends ton "Zut alors" smiley et puis...et puis là je me suis dit "Calico, elle m'a compris" alors le reste a d'un coup fait écho, j'ai eu peur du changement, de méconnaître ce qu'il m'apportera comme conséquences, et de ce qu'il disait implicitement comme responsabilités que j'ai à m'attribuer...maintenant je n'ai plus rien à perdre, je ne sais pas si avoir ce sentiment est réellement porteur,  mais c'est ainsi....tout ce que tu dis est pertinents et amène à réfexion...je relirai à nouveau ton message...Merci 

Nessma.
Abonné

 

 
....une note d'humour
 
FACILE : Se dit d'une femme qui a la moralité sexuelle d'un homme.
 
INTELLECTUEL : se dit d'un individu capable de penser pendant une heure à autre chose qu'au sexe.
 
MAL DE TETE : contraceptif le plus utilisé par les femmes.
 
 
calico.
Abonné

J'ai écouté l'émission. Effectivement le sujet est effleuré par le généraliste. Plaisir de manger en lien avec le plaisir sexuel. Retrouver sa faim serait-elle en lien avec retrouver ses envies, ses désirs? être plus à l'écoute de ses sentations qu'elles soient stomacales ou sexuelles, pour qu'elles se régulent ou réapparaissent me parait un truisme. Mais bon, dans la vie, la mise en application des evidences est nettement plus complexe. 

Merci en touts les cas d'avoir mis le lien. J'ai passé un bon moment à les écouter parler.

Narméa.
Abonné

Et bien, je n'ai jamais eu ce problème même en surpoids... mais peut-être est-ce dû à ma gourmandise? mon incapacité à refuser de bonnes choses?

En tout cas, je ne peux que vous encouragez: vous méritez ce qui vous fait du bien. Faire l'amour, partager un moment de chaleur et d'intimité avec l'homme que vous aimez, c'est une bonne chose pour vous. Parce que à ce moment là, vous construisez, vous partagez...

Il ne s'agit pas seulement de séduction, d'être belle... après tout, êtes-vous mariée à Brad Pitt? Georges Clooney? Ou un mannequin? Votre homme est-il parfait?

Peut-être faudrait-il séparer dans vos pensées un acte sexuel qui serait accompagné de "performances" et "faire l'amour".

C'est un terme magnifique "faire l'amour". C'est un moment où on partage et construit son amour, non plus avec des mots mais avec nos corps.

C'est une autre façon de dire "je t'aime".

C'est une chose que j'ai comprise avec mon mari: je suis très sensible aux mots, et lui ne sait pas faire de grands discours enflammés... sauf qu'un jour j'ai compris que ça façon de dire "je t'aime" c'était beaucoup par ses gestes.

A ce moment là vous parlez avec vos mains, votre peau, et qu'avez vous envie de "dire" comme ça à votre homme?

Considérez-vous avec bienveillance: quelque soit votre corps, vous méritez d'être épanouie, alors même si votre libido n'est pas au top, essayez peut-être de considérer ces moments là comme une chose que vous allez dire à votre homme... avez-vous envie de lui dire "je t'aime"?

Bon, je ne suis pas sexologue, hein, j'essaye juste de vous dire la façon que j'ai de considérer cette composante de mon couple... mais je suis peut-être complètement à côté de la plaque...

Marie-Paule.
Abonné

Narméa, j'ai lu tous les posts, mais après le tien,  je vais quitter l'ordi et aller faire un gros câlin à mon doudou dans la pièce à côté.... et plus si affinités !

Merci !

Nessma.
Abonné

C'est beau Narméa ce que vous vivez ....plein d'espoir, et deux  messages que je retiens: la compréhension de l'autre, et le partage sont  primordiaux...Merci pour ton témoignage smiley

nisserine.
Abonné

Naméa,

sur ce chapitre toi et moi on est sur la même longueur d'onde. c'est très beau ce que tu dis je n'aurais pas su l'exprimer avec autant de philosophie. quand on se regarde avec les yeux de l'amour on se voit beau. c'est valable pour soi et pour l'autre.

Eva.
Abonné

Pour ma part, je repense plutôt à l'inverse, qui a été cité, le surpoids comme "protection" de peur d'avoir trop envie de séduire, de devenir trop séduisante...en dehors du couple. et de ne plus avoir cette barrière bien commode: de toutes façons, je suis trop grosse, je ne suis pas une cible pour les hommes. D'ailleurs, j'ai déjà perdu du poids très facilemnt à un moment précis où je pensais quitter mon mari.

En tous cas, s'il n'y a pas assez de libido, une nourriture qui fait vraiment plaisir est une autre façon d'éprouver un plaisir physique qui peut être assez intense. Faire l'amour est beaucoup mieux, certes, mais faut du mieux, on peut parfois se contenter d'un plaisir moins intense mais qui est bien là dès qu'on veut, toujours prêt...en tous cas pour moi, libido et prise de poids sont certainement liés.

yayie.
Abonné

et bien je n'étais pas revenue sur cette discussion récemment et je suis 100 % d'accord avec calico.

tu as très bien exprimé ce que j'ai découvert il y a quelques temps.

yayie.
Abonné

non non narméa tu n'es pas du tout à côté de la plaque, c'est tout à fait ça

janet118.
Abonné

Difficile de se sentir estimer quand le courant va dans un seul sens.s'il l'amour est si fort entre vous il aurait déjà du te tendre la perche. j'ai le sentiment que ce n'est que toi qui fait ces efforts.Tu as des soucis avec la nourritue mais cela n'est peut être pas lié à toi directement mais à des facteurs extérieurs. j'ai des soucis de libido et même encore aujourd'hui. mon mari est à l'écoute et sait se montrer extrèmement patient. il comprend mes coup de cafards et m'aide de les résoudre et accepte le fait que des fois le coprs à ses limites. et comme par magie tout se débloque.

bon courage a toi cela reviendra ne désespère pas.

janet

jenny.
Abonné

bonjour, 

juste envie de parler....pour ma part si j'avais déjà entendu du lien possible entre désir, libido sexe e't surpoids, je n'y avais jamais vraiment cru. J'ai perdu (sans régime) il y a 5 ans plus de 25 kilos  que j'ai reprise très facilement quand j'étais enceinte ( la meilleure excuse pour avoir le droit de regrossir). A mon poids le plus bas, j'ai été regardée, observée draguée...et terrorisée non par tous ces regards mais plutôt parceque j'ai eu peur de moi même: j'aime etre regardée et désirée= je suis une salope= je dois me cacher ( ce que j'ai toujours entendu ou que l'on m'a transmis) Il me restait quelques 4  kilos de grossesse à perdre, j'ai fait le dernier régime et aujourd'hui je suis à + 25. Ce que je comprends ou plutot ce que je constate c'est que j'ai réussi à me débarraser de mon armure de graisse quand j'ai réussi à mettre à distance les gens toxiques et quand j'ai réussi à m'affranchir de ces regards, j'ai tombé mes kilos et puis petit  à petit et malgré moi, de façon très sournoise, je suis retombée dans le filet de ces gens qui m'on fait tant de mal. Je sais aujourd'hui que cette armure de graisse c'est ce qui m'empèche de mettre à jour moi véritable moi. J'ai vécu dans une famille déviante avec des comportements à la limite de l'inceste(je n'avis jamis compris jusque là que c'était bien de cela qu'il s'agissait...) et je m'aperçois que mes kilos sont le seul outil qui m'a permis de me proteger parcequ'ils m'ont rendu répugnante et non désirable aux yeux des autres.   J'ai compris beaucoup mais aujourd'hui je n'y arrive pas et c'est cela le plus difficile, on peut vouloir consciemment quelquechose, si le problème à la source n'est pas réglé ou au moins "mis à la lumière", cela ne marche pas. 

Ederl.
Ancien abonné

Ce post, je crois que j'ai du le zapper inconsciement  tellement c'est lourd pour moi....

IL y a plusieurs choses qui rettentissent à l'intérieur de moi dans vos commentaires, j' ai détesté mon corps très tôt, je l'ai caché sous différente forme, ainsi que mon visage que je n'aimais que dans la pénombre, peur du sexe peur des hommes peur de moi et de mes désirs, j'ai fait du yoyo question poids et réglé différentes choses question sexe, pour moi pointer les choses qui me bloquaient m'a permis de me comprendre et d'avancer, toujours en restant active quand je le pouvais c'est à dire en m'apprenant, je pense que s'apprendre c'est pas du luxe, c'était pour moi pouvoir rester à l'intérieur de sois sans se détester et comme notre première maison c'est nous même, ben ! j'ai cherché longtemps une résidence secondaire dans la peau de mes copains mais cela ne marche vraiment pas...

Anecdote récente, avant que je ne reprenne du poids, une fille m'a dit que j'étais jolie et pour une fois je l'ai crue, et là j'ai commencé à reprendre du poids, il faut que je ne m'aime pas pour vivre ? là est la question, sacré sale habitude ! j'ai peur qu'on me rejette si je maigris et d'avoir fait la pire saloperie du monde, c'est à dire exister sans complexe.

Le chemin n'est donc pas finit et avec LC j'apprend à m'accepter et a être moins obssédée par mon physique, je lis des livres sur l'estime de sois, je vois une psy et petit à petit je vais mieux, ma libido aussi va mieux, on dirait qu'elle suit le même chemin que moi, toujours un peu peur de plaire si je maigris,  que cela me rende superficielle et bête et mauvaise, bon c'est pas réglé ses affaires !!! Confiance, c'est le mot de mon moment.

 

Chatoyante.
Abonné

[quote=jenny]

(...) mais plutôt parceque j'ai eu peur de moi même: j'aime etre regardée et désirée= je suis une salope= je dois me cacher ( ce que j'ai toujours entendu ou que l'on m'a transmis) [/quote]

Merci Jenny pour ton partage.

J'ai relevé cette phrase qui me parle particulièrement... Elle fait partie des croyances que j'ai aussi endossée, venue du fin fond de mon enfance. Le fait que tu en parles me fait du bien parce que je me sens moins extra-terrestre.

C'est une croyance que je souhaite me débarrasser, car elle me pourrie la vie. En bref, ça donne : être mince = être belle, être belle = séduction, séduction =sexe, sexe = salope.

Bon, c'est sur rough bien sûr, mais c'est a peu près l'équation qui fait que j'ai, moi aussi, "peur" d'une moi mince...

Ederl.
Ancien abonné

Oui, merci pour ce post en général ! quand on s'y retrouve cela fait du bien et comme dit Chatoyante "je me sens moins extraterrestre" parce que la planète mars ou pluton je connais !! quand on se retrouve seule parmis le monde tout cela parce qu'on souffre de "féminité" cela fait du bien de comprendre qu' il y a des personnes qui ressentent la même chose, même si je ne le souhaite à personne.

Ben oui, se bouffer les doigts parcequ'on ne comprend pas enfant qu'être une femme c'est dèjà être sale (c'était sous-jacent ), comme vous il y avait l'équation finale, le résultat des courses, "et oui elle arrive en tête d'ailleurs sans tête car ce n'est qu'un corps qui pu le désir" c'est déjà assez violent la vie alors si on nous en rajoute des couches !!! j'espère ne pas vous faire déprimer avec mes posts, mais malheureusement il y a plein de gens qui souffrent de ce syndrôme qui peut être lié au problème de poids, c'est pour ça que ça a sa place ici," je suis sexuellement grosse", c'est ça mon problème, je pourrais me définir comme ça !

Haut de page 
X