Tout allait bien et je suis dépassée... - 18062013

Franne67.
Abonné
Bonsoir, Après deux semaines sans regarder le forum ni continuer le programme je reviens vers vous pour chercher de l'aide. Au niveau travail je suis sur une période compliquée et surtout fatigante, au niveau perso beaucoup de choses à gérer avec les enfants... Bref la vie n'est pas de tout repos en ce moment. J'étais à un moment du programme où j'avais le sentiment d'identifier correctement les 3 types de faim, pris conscience que je mangeais trop et réussi à me limiter sans me frustrer... La balance commençait d'ailleurs à baisser tout doucement... Mais là j'ai l'impression d'avoir tout le temps faim... Je mange quasiment en continue en rentrant du boulot... Et pas des trucs bien... Bonbons "Car en sac" que je mange un par un, gâteau secs, brioche... Bref que du calorique. J'ai le sentiment d'avoir régressé. Cela est-il arrivé à quelqu'un ? De plus je suis fâchée contre moi même d'avoir lâché au moment où ça fonctionnait.... Donc.... Je mange.... Merci pour vos conseils !!! Ça me déprime !!!

Commentaires

Patience
Marraine

Bonjour Franne67,

Ah oui, ce dont tu parles me parles ! :-) Je fais régulièrement un pas en avant et trois en arrière. Et ces situations arrivent justement quand je suis face à des évènements pas faciles : questionnement par rapport à ma vie professionnelle, difficultés relationnelles, grosse fatigue...

Personnellement, dans ces cas-là, j'essaye :
- d'accepter, sans trop me flageller, cette période et ces moments de retour en arrière comme faisant partie de la vie et de mon apprentissage d'un comportement régulé (grosso modo, pour apprendre à faire du vélo, il faut bien tomber !) ;
- de m'obliger à faire des pauses RPC dans la journée. A défaut de respecter mes sensations, au moins ma seule obligation, dans ces moments-là, c'est de me connecter le plus possible à l'instant présent ;
- de (re)venir au moins lire un ou deux posts sur le forum ou laisser un article sur mon blog ; car mettre des mots sur ces moments de mal-être m'aide à prendre un peu de distance.

Voilà. C'est comme ça que je tente de supporter l'orage, en attendant qu'il passe. J'essaye d'accepter que, pendant un temps, la pluie me tombe dessus... en me disant que le soleil va bien finir par revenir, non mais !! :-)

Si tu remarques bien, j'utilise beaucoup le verbe "essayer" parce que je sais que ce n'est pas facile. Mais je sais, par expérience, qu'à un moment ou à un autre, on y arrive !

Bon courage à toi et au plaisir de te lire !
-
 

Noelle
Marraine

Bonsoir Franne 67 non, tu n'es pas du tout la seule et d'ailleurs, je suis sure que tu recevras de nombreux messages!

je crois que cela arrive a quasiment tout le monde...les hauts et les bas, l'impression que ça y est on maitrise et puis , pour de nombreuses raisons , l'arrivee ou le retour des eme, on craque, on s'en veut, on culpabilise, on mange pour se calmer, pour se sentir mieux et on se sent coupable en meme temps..

mais aussi ce que l'on apprend ici, sur LC, c'est a etre bienveillant a notre egard, a se faire confiance, a se dire que nous ne sommes pas parfaites , et on reprend le chemin 

la RPC est d'une grande aide, les changements s'installent petit a petit

alors, courage, fais toi confiance!

Franne67.
Abonné
Merci Patience... Effectivement "un pas en avant, trois en arrière" ça me parle. Après avoir vécu le cercle vertueux de : je travaille sur l'écoute de mes sensations, je suis juste avec mon corps, je limite juste ce qu'il faut... Me voilà dans le cercle vicieux : j'ai pas tenu le coup, je suis nulle, c'est trop dur et puis TOUT est trop dur alors.... Bein je me remplis et donc je me trouve encore plus nulle et pour confirmer cela il faut que je grossisse pour me démontrer que j'assure pas... Oups.... Je vais faire l'effort d'un temps de RPC par jour. Juste ça. Ça va peut être m'aider à raccrocher. ..
Franne67.
Abonné
Merci Noelle. Tu confirmes donc RPR pour raccrocher... Je vais me faire ce cadeau.
FRED73
Marraine
Bonsoir Franne, Peut être as tu fais LC comme un régime en étant dans le contrôle : cela conduit inévitablement à des EME. Quand on contrôle on lâche forcément à un moment ou à un autre.
Patience
Marraine

Oui, ne serait-ce qu'un seul moment de RPC par jour ; un cadeau pour soi, comme tu dis...
Et ces moments te seront sans doute bien précieux en cette période bien chahutée.

Courage et au plaisir de te lire.

pleinedespoir.
Abonné

Hello Franne 67,

Oh que oui , un pas en avant deux pas en arrière le  tango de la régulation......je trouve aussi que ces temps j'ai plus faim.... y aurait-il quelque chose dans l'air ... de cette météo toute en excès??

En plus cela fatigue et quand on est fatiguée il me semble qu'on dort moins bien et qu'on a plus faim? non? est une mini piste? moi ... ej me dis que l'arme fatale c'est  la patience et l'observation de soi... soit la RPC et la recherche de sensatiosn agréables en dehors de la croque!!!

Courage nous sommes beaucoup dans le même cas....

Bliss.
Abonné
Je crois que ce n'est pas de la faim. Chaleur......fatigue......provoquent des émotions désagréables, donc des envies de manger émotionnelles. Idem pour la fin de l'année, le spectacle des enfants, boucler les vacances......agitation, nervosité,sentiment d'être dépassée, de nouveau ce sont des sentiments et des émotions. Enfin pour moi la solution reste dans la respiration, prendre soin de moi du mieux que je peux, avancer avec mes doutes, l'angoisse qui passe, la tristesse qui me visite, et qui finit aussi par passer.
pleinedespoir.
Abonné

Peut-être Bliss que  ce n'est pas de la faim mais les journées sont plus longues quand même ,en tout cas pour moi : lever vers 5h30 et coucher à 23h ... ce n'est pas mon rythme d'hiver...

J'ai remarqué que dans ma vie je n'ai jamais réussi à perdre du poids en été bizarre non? alors que  c'est un must de l'été .. moi je perds ... en hiver... alors courage à toutes.....et pusi peut-être que l'^été on a envie de se  relâcher un peu de profiter ,de se faire plaisir et nous savons que pour certaines d'entre nous( moi en tout cas ) plaisir = encore trop souvent  nourriture... non???

Bien à vous

curuni.
Abonné

+1 Franne 67...

Je suis comme toi en ce moment, même si je n'ai pas lâché le programme ni les forums (bien que ça ait failli ce week-end). Envie de tout laisser tomber et de me remplir (ce que j'ai fait consciencieusement vendredi...).

Crevée, énervée, angoissée, démoralisée.... Voilà un état qui dure depuis plusieurs semaines pour moi...

Ma situation perso n'est pas top non plus en ce moment (rien de grave mais contrariétés +++).

Et puis ce temps insupportable depuis des mois et des mois n'arrange rien....

Alors je m'accroche à la gym (je pense me remettre aussi à la course pour évacuer mon stress) et j'essaie de refaire de la RPC aussi même si j'ai du mal. Enfin, je fais une cure de magnésium. 

Je te souhaite bon courage pour la suite, accroche toi ! C'est sûrement un mauvais moment à passer, rien de plus, rien de moins !

Minoque.
Ancien abonné

Bonjour à toutes et à Franne...

J'en suis là aussi, pour ma part je vois bien que je m'accroche à mes kilos, dans tout mon comportement ça se voit, et même moi  je le vois très bien.. Je me vois aussi physiquement et je sens aussi toutes ce gras même dans mon dos, comment vivre grosse en plein été ? Pour moi perso c'est entre lacher prise et calvaire, ce n'est pas l'acceptation, ni l'harmonie, pas zen du tout et comme je suis au point de mon poids le plus haut, je ne m'étais jamais vu aussi grosse l'été... pas drôle du tout mais à suivre ! Faut que je lache toute ma lourdeur ;-)

Patience, quel plaisir de voir ton visage ! Tu m'as donné envie de faire pareil...

Franne67.
Abonné
Bonjour à toutes, Merci pour toutes ces contributions qui démontrent que nous sommes confrontées à des problématiques similaires avec des réactions similaires. Comme Monia je n'aurais jamais été aussi grosse un été faisant mon traditionnel régime avant pour baisser suffisamment pour m'accepter. Alors je vais évoquer un sujet déjà traité ailleurs dans le forum : pourquoi cette forme d'incapacité à s'autoriser (?) à réussir ? Fred 73 ta réponse m'interpelle. Peux tu développer sur l'idée du contrôle ? Finalement peut être que j'ai eu le sentiment de réguler naturellement alors que je me suis mise dans un nouveau moule que je me suis approprié trop vite non pas comme une véritable régulation mais bien un contrôle de plus.... Argh !!!!!! Compliqué LC... remise en question si profonde.... Si pertinente aussi.... Combien sommes-nous à avoir construit une image péjorative de nous, à ramer pour faire face à tout, à nous réconforter en mangeant, à être sur tous les fronts tout en essayant d'être juste avec soi-même... Est-ce la quadrature du cercle? Je me dis qu'il faut que je commence par m'aimer pour pouvoir me respecter... C'est peut être par là qu'il faut commencer. Par quel bout faut-il prendre le problème ?
mavo.
Marraine

Franne, je suis convaincue que l'acceptation de soi est effectivement une étape indispensable.

Pas obligatoire de s'aimer, mais de s'accepter : c'est ton corps, aujourd'hui, et tu n'en as pas d'autre. Tant que tu restes dans une volonté de perte de poids, le retour de manivelle est inévitable. Tu restes forcément dans une forme de contrôle, et qui dit contrôle, dit perte de contrôle.

Etre à l'écoute de ses sensations, c'est vivre le moment présent : de quoi ai-je envie, ai-je faim, ai-je assez mangé, etc... Et j'arreête de manger parce que je n'ai plus faim, et non par contrôle.

La différence est subtile entre les deux, et elle se joue autour de l'acceptation, du lâcher-prise.

Bon voilà, ça c'est la théorie !!! laughlaugh  Enfin, c'est ce que j'ai compris.

Bien sûr, je n'arrive pas beaucoup à mettre en application, en pratique... Mais plus je le lis, plus je l'écris, et mieux je le comprends, mieux je saisis l'idée, et plus je me sens proche du passage à la pratique !

@Bliss : complètement d'accord, le mois de juin est toujorus ultra-complqiué sur le plan de l'orga domestique et oui, ça n'arrange rien sur le front des EME.

Bon courage à toutes, la vie n'est définitvement pas un long fleuve tranquille !

FRED73
Marraine
En fait, c'est ce qui m'est arrivé au début du programme. Je me pesais tous les matins et je me disais "aujourd'hui je fais attention !".Avant les repas je pensais " il faut que je m'arrête de manger quand je n'ai plus faim sinon je ne maigrirai pas ". Au début du repas ça allait mais la fin finissait toujours en EME parce que je me mettais trop la pression. Maintenant je ne me pèse plus et j'essaye d'écouter mes sensations non- plus pour maigrir mais pour me sentir mieux. C'est vrai que comme dit Mavo, il est vraiment souhaitable de passer par l'acceptation de son corps pour pouvoir l'écouter au mieux.
Totom.
Abonné

Bonjour Franne, je viens d'ouvrir un peu le même genre de sujet que toi : on en arrive toutes à la même question : période difficile à vivre (stress, surmenage, contrariété etc)+ trop  de contrôle (ben oui on ne sait pas encore manger de manière naturelle), et la frustration finie par ressortir , les EME par se multiplier ... ce qu 'on croyait acquis ne l'est pas ..les difficultés montrent le bout de leur nez, elles s'amplifient petit à petit, pour laisser place au pessimisme et à l'incertitude ...

ET POURTANT, il faut s'accrocher et se dire qu'on en a sans doute pour des mois, peut etre des années ... et que ce moment difficile va nous aider à avancer  ...car plus on traverse les difficultés, plus on apprend sur nous, et c'est ce qui nous fait avancer ...

Allé courage , on va réussir, il faut garder la foie !! moi c'est ce qui ne tarie pas chez moi, j'y crois et je ne crois qu'en ça.

izabelle
Animatrice forum

[quote=Franne67]Me voilà dans le cercle vicieux : j'ai pas tenu le coup, je suis nulle, c'est trop dur et puis TOUT est trop dur alors.... Bein je me remplis et donc je me trouve encore plus nulle et pour confirmer cela il faut que je grossisse pour me démontrer que j'assure pas... [/quote]

quel fil riche!!!!

je pointe juste une chose qui peut te mettre sur la piste, Franne

le contrôle, oui,  on est là dedans, c'est une chose dont on a l'habitude  et ici on apprend peu à peu à lacher le contrôle pour se faire confiance,  on  réapprend les sensations alimentaires  pour ensuite leur laisser les rênes et ne plus se prendre la tête

bien sûr cela ne se fait pas en un jour, mais ça implique aussi une petite révolution dans notre tête

accepter  le sentiment d'échec

ce qui ne veut pas dire accepter l'échec, on est d'accord

 

mais plutôt accepter ce qu'on ressent quand on se sent en échec, ce sentiment particulier qui est si désagréable

pour l'accepter, on est obligé de le dédramatiser, donc d'arrêter de se mettre des barres d'objectifs super hauts

 

il faut accepter l'idée de sortir de l'image de la "warrior" qui va combattre les kilos et le monde entier, ou qui va avoir un comportement alimentaire parfait :  "régulé"

non,  le comportement régulé  il se construit dans un temps plus ou moins long

en attendant, on fait au mieux,  on se plante, on se sent en échec, on arrive à le vivre, ce sentiment là si particulier  et donc on ne rentre pas dans le cercle vicieux  et le lendemain on attend sa faim, on fait sa RPC, etc.......

tant que l'on lutte contre le sentiment d'échec, il devient de plus en plus intolérable......

et s'il est intolérable, eh bien on a envie de manger pour le faire disparaitre.....

 

un   p..... de cercle vicieux....

 

 

je peux te dire que ce fichu sentiment d'échec, je m'en suis fait un copain,  lui et moi on rigole alors qu'avant je ne l'aimais pas, mais alors pas.....

mais je me suis rendu compte qu'il est moins chiant  quand on l'accepte, voire on lui lance qq petites vannes

moi je me dis ce genre de phrases en moi-même    "la wonder-woman des régimes s'est pris les pieds dans le tapis"  et comme je suis visuelle j'imagine wonder-woman qui tourne et qui se prend vraiment les pieds dans le tapis

monsieur le sentiment d'échec devient très supportable  et paf le lendemain je recommence ce qui me réussit : déguster, respirer, prendre consience

Franne67.
Abonné
Merci Izabelle d'enrichir la contribution. C'est vrai que ce rapport à l'échec aujourd'hui se traduit pour moi par : un échec de plus (je compte mes 25 ans de régimes divers et variés dedans) et je me dis "décidément ma vieille tu n'y arrives pas, t'es pas à la hauteur" En fait oui tout simplement j'ai peur de ne pas y arriver. J'ai peur de passer toutes les étapes du parcours et qu'à la fin je sois toujours "victime" de mon incapacité à avoir un lien "normalisé" à la "bouffe" J'ai peur qu'on me dise "désolé madame on a fait tout ce qu'on a pu mais vous n'êtes vraiment pas à la hauteur..." Oui j'ai peur de ne pas y arriver. Peur de ne jamais me réconcilier avec mon corps. Peur de subir mes kilos en trop (je parle de 25 kg !) jusqu'au bout. Peur d'être un cas désespéré. Wonder woman.... Une des héroïnes les plus sexy qui soit. Une avec des formes.... Qu'est ce que j'aurais pas donné pour avoir son physique ! (Enfin sans le côté "tartignole" ...
Karolann.
Abonné

Pour ma part je crois que trois choses me font rechuter , comme vous toutes ce sentiment d'échec : cette idée de ne pas être parfaite alors foutu pour foutu je repars dans la bouffe...

La deuxième chose est plus complexe:  mon poids en trop ça m'empêche de faire plein de choses car c'est mon excuse ... non je ne peux pas aller à la piscine comme ça mais quand j'aurais perdu... non je ne peux pas faire ça mais quand j'aurais perdu c'est une façon de tout repousser à demain et de se maintenir en l'état " victime"... des méchants kilos qui nous empêchent de mener ma vie comme je voudrais.... mais quand je perds du poids tout ce que je repousse "à quand je serais mince" me fait peur alors une seule solution re-bouffer et comme ça adieu la piscine et tout le reste... je reprends mon costume de "pauvre malheureuse qui ne peut rien faire à cause de son P... de poids".Ces kilos permettent une fuite de la réalité et le maintien dans la vie de rêve que j'aurais demain quand je serais mince...

Enfin la troisième chose c'était que mon surpoids c'était ma carapace... ayant été abusée sexuellement dans l'enfance ...tous mes kilos dans mon esprit tenaient les hommes à distance .... avec un poids à 3 chiffres je me sentais "intouchable" " indésirable" hors d'atteinte des hommes... mes kilos c'était ma protection et ma cachette, une sorte de refuge...j'arrivais à me rendre invisible même avec un poids à 3 chiffres... je me suis débarrasser de cela en travaillant avec un thérapeute...

 

 

Karolann

izabelle
Animatrice forum

[quote=Franne67]Oui j'ai peur de ne pas y arriver. Peur de ne jamais me réconcilier avec mon corps. Peur de subir mes kilos en trop (je parle de 25 kg !) jusqu'au bout. Peur d'être un cas désespéré.[/quote]

c'est bien que tu aies conscience de ces peurs et de ce sentiment d'échec

en avoir conscience, accepter de ressentir cela, te permet de sortir de la "lutte" contre tout ça,  la lutte pour sauver la face, toujours prendre sur soi

quand on se pose et on se dit : ok j'ai peur, voilà j'ai peur de tout ça et en plus je me sens en échec

 

bon eh bien ensuite on est beaucoup plus libre d'agir, de se concentrer sur son action, au lieu de perdre son énergie dans ces combats intérieurs contre ce que l'on ressent

cela suppose de développer une certaine humilité, en tous cas pour moi, d'accepter de ne pas être parfaite, mais d'être  "en chemin"

l'humilité aussi d'aller sur ce chemin ne sachant pas forcément si on ira au bout, si on sera tiré d'affaire

cela implique d'accepter cette incertitude là sur le résultat et juste s'engager dans une aventure, faire des expériences dans le sens d'un changement

bien sûr on a peur en le faisant,  mais la peur est normale, elle nous montre que l'on est en situation de défi, de challenge

 

toutes les personnes qui ont accompli de grandes choses étaient mortes de peur en le faisant, mais elles l'ont fait

changer son rapport à la nourriture, ça peut sembler anodin, mais non, pour moi c'est une grande chose...... (et tout ceux qui souffrent de troubles alimentaires me comprendront)

 

 

alors continue d'avoir peur, mais ne t'y arrête pas  et lance-toi   fais tes expériences, tes observations,  un pas après l'autre, un nouveau comportement se construit avec toutes ces prises de conscience  et ces expériences

 

 

oui le coté tartignole de wonder woman, je trouve que ça aide bien justement à relativiser  nos envies de super pouvoir..... ;-)

izabelle
Animatrice forum

[quote=Karolann]

Pour ma part je crois que trois choses me font rechuter , comme vous toutes ce sentiment d'échec : cette idée de ne pas être parfaite alors foutu pour foutu je repars dans la bouffe...

La deuxième chose est plus complexe:  mon poids en trop ça m'empêche de faire plein de choses car c'est mon excuse ... non je ne peux pas aller à la piscine comme ça mais quand j'aurais perdu... non je ne peux pas faire ça mais quand j'aurais perdu c'est une façon de tout repousser à demain et de se maintenir en l'état " victime"... des méchants kilos qui nous empêchent de mener ma vie comme je voudrais.... mais quand je perds du poids tout ce que je repousse "à quand je serais mince" me fait peur alors une seule solution re-bouffer et comme ça adieu la piscine et tout le reste... je reprends mon costume de "pauvre malheureuse qui ne peut rien faire à cause de son P... de poids".Ces kilos permettent une fuite de la réalité et le maintien dans la vie de rêve que j'aurais demain quand je serais mince...

Enfin la troisième chose c'était que mon surpoids c'était ma carapace... ayant été abusée sexuellement dans l'enfance ...tous mes kilos dans mon esprit tenaient les hommes à distance .... avec un poids à 3 chiffres je me sentais "intouchable" " indésirable" hors d'atteinte des hommes... mes kilos c'était ma protection et ma cachette, une sorte de refuge...j'arrivais à me rendre invisible même avec un poids à 3 chiffres... je me suis débarrasser de cela en travaillant avec un thérapeute...

[/quote]

oui  Karolann tu as bien ciblé les choses,  il y a des bénéfices pour toi à garder ton surpoids :

- éviter d'attirer

- éviter de te confronter à toi-même et à la vie

les deux étant liés bien sûr....

 

faire les choses c'est risque de les faire imparfaitement et donc d'être imparfaits....

or beaucoup de personnes, moi la première,  ont beaucoup de mal avec cette idée....  parce qu'il y a cette impression que l'on "doit" être parfait pour être accepté

 

quand on commence à faire l'expérience de l'imperfection et qu'on voit que cela ne change rien,  que personne ne nous rejette et qu'on a le droit à l'erreur et à être simplement humain, que l'on a pas besoin de gagner la reconnaissance d'autrui pour avoir le droit d'exister....

on commence à vivre... vraiment     et faire ce qui nous anime..... vraiment

bonne route

Franne67.
Abonné
Merci aux contributrices. Merci à Fred73 pour la précision (je vais être vigilante). Message envoyé à ma coach et réponse de celle-ci : - je me remplis suite à des EME - je fonctionne en "tout ou rien" C'était pas dit aussi directement Je trouve cette analyse très juste... J'ai d'ailleurs accepté un entretien téléphonique à venir.... Mais bon... Maintenant que je sais, il faut que je sorte de ce type de fonctionnement. J'anticipe la réponse d'Izabelle ;-)) "Le fait de le savoir c'est déjà beaucoup". Certes je progresse. Mais j'ai l'impression de subir beaucoup aussi... Ça passe par le lâcher prise... Quelqu'un est-il soumis au même mode de fonctionnement ? Quelles solutions / expérience ? Bon courage à toutes !!!
lynadu15.
Abonné

coucou.

aujourd hui je suis dans le meme etat d'esprit .

je dit aujourd hui mais ça fait quelques jours que ça dure .

il y a une petite voix  au fond de moi qui me dit a quoi bon tu n'y arrivera pas .

alors j'ai decrocher ,je ne fait plus les exercice de rpc,je note a peine mon carnet d'EME en survolant vraiment donc voila ou j'en suis aujourd hui .je suis obseder par la bouffe apres je me dit mais pourquoi tu veux manger tu n'as pas faim ,mais je mange quand meme .

il faut dire que je me sent epuiser la fin d 'année ou faim d 'année est tres lourde a decidement ,a porter ...

bon courage a toute et a tous

Noelle
Marraine

Bonjour Lynadu15

ah, cette petite voix, laisse la vivre , sans  chercher a l'etouffer, juste , elle est là, mais ce n'est pas toi

 

bon, là, tu vois je paraphrase ce que j'ai entendu  et compris sur la" defusion" avec les pensees automatiques

et je te recommand' d'aller voir le fil de discussion "la defusion"

et aussi de te faire confiance, c'est un creux de la vague, et tu sais bien que les vagues, c'est comme ça, des creux et des hauts.. et aussi , si tu peux, profite de ce week end pour te reposer!

bon courage pour cette "petite houle"

lynadu15.
Abonné

merci Noelle pour tes conseils .

izabelle
Animatrice forum

perso j'ai eu droit à la petite voix intérieure  "tu n'y arriveras jamais"  au bout de trois jours de programme.....

ensuite elle est revenue régulièrement, eh bien je suis bien contente de ne pas l'avoir écoutée

je l'appelle  "radio-échec" cette petite musique chronique

Franne67.
Abonné
Hello Lynadu15... Même problématique que moi.... Alors comment baisser le volume de RADIO ÉCHEC voire de changer de station ? C'est vrai que le WE est propice à l'apaisement (écrite-elle après un pot de glace menthe chocolat pour feter la fin de la semaine...) Vive les radio libres et à bas la propagande défaitiste !!! Si quelqu'un a un truc où lu qq chose là dessus.... Bon Lynadu15 et si on se ressaisissait ?
izabelle
Animatrice forum

le plus efficace c'est encore de ne pas prêter réellement attention à "radio-échec"

ah tiens la radio s'est allumée, c'est juste un bruit de fond auquel on n'accord pas vraiment d'attention

du coup on peut se concentrer sur ce qu'on fait, sur le moment présent

les pensées négatives sont normales, et c'est quand les combat qu'on les renforce le plus.. dans cette lutte on s'épuise et on leur donne aussi trop d'importance

même si ces pensées sont désagréables, elles ne décident en rien de ce que l'on fait, si on y prête une oreille seulement distraite....

ensuite pour y arriver, il faut s'exercer à chaque fois....  accueillir la pensée et puis....la laisser causer en se centrant sur qqchose du présent

Minoque.
Ancien abonné

Radio échec pour moi c'est une fréquence du court terme, dès que je me mets en pensées plus objectives en intégrant mes micro progrès sur la fréquence du long terme ça swingue bien sur "ça va marcher... ça va fichtrement bien marcher, je le sais, ça je le sais... wap doo wap..". Et pourtant je vous assure que moi aussi je voudrai fondre en une nuit (10kgs en trois mois avec D...;-), mais patience.... ça va marcher. Avez vous déjà  fait de la rééducation physique chez un kiné ? Au début, on ne parie pas un caramel sur les progrès face au blocage d'une articulation et puis, petit à petit on retrouve la capacité physique et même on connait bien mieux son corps, voir même on l'aime encore mieux... Bon courage à nous !

Franne67.
Abonné
En fait ce qui est difficile c'est de sortir de la spirale. J'explique : quand je pars en mode "remplissage / EME" j'ai l'impression que rien ne peut m'arrêter. En tout cas rien que je sache générer volontairement. Alors c'est peut être simplement lâcher prise et cesser d'enrichir ce cercle vicieux du "c'est trop dur, j'y arrive pas, donc je suis trop nulle, bien oui puisque je n'y arrive pas car... C'est trop dur ..."
Minoque.
Ancien abonné

Est ce que tu as fait l'étape dégustation ? Ca aide super bien, idem EME Zen... Tu as déjà fait ou pas ?

Sinon, quand je suis en mode "remplissage EME" je me dis tant pis je ne mange que ce que j'aime lentement mais j'attendrais d'avoir faim pour manger à nouveau, je ne maigris pas mais je ne grossis pas (ça c'est géant quand même).

Et sinon, redemande à la coach... c'est important de demander un coup de main sur une étape pénible !

Bon courage à toi

Franne67.
Abonné
Bonjour Monia J'ai fait l'étape dégustation je viens de la consulter de nouveau. Le problème c'est que les aliments, quand je me "remplis" dans ces moments là ne semblent pas avoir d'intérêt gustatif sinon un fort goût sucré (car dans ces moments là je ne perçois plus grand chose de mes sensations) et finalement leur intérêt est qu'ils me "comblent" pour m'aider à gérer un quotidien qui devient trop difficile. J'ai donc besoin d'une compensation. Je ne consomme que rarement de l'alcool mais je dirais que c'est comme dans les films quand le personnage pour gérer un coup dur s'enfile cul-sec un grand verre de whisky ! Ca n'est plus le goût qui compte... Quant aux EME zen ça ne me dit rien... Je vais explorer le site. Je vais avoir un entretien avec une coach. Le RV téléphonique est pris. Merci pour ton soutien en tout cas
Noelle
Marraine

Bonjour

 

c'est une super idée Monia,  la comparaison avec la rééducation chez le kiné, parceque là, on ne s'attend pas a un miracle , pouf , je n'ai plus d'entorse, et on accepte que ça prenne du temps et ce que dit Franne 67 sur les aliments qui au final ne comblent pas, ça ne m'etonne pas , car en general on ne les a pas choisis pour leurs qualites gustatives, mais pour leur cote anesthésiant,   bouchées chocolatgras sucré, souvent pour moi, pas chocolat raffiné comme je peux le faire souvent maintenant en appréciant de me faire plaisir

je crois aussi que la pratique a froid de la rpc permet de s'entrainer a mettre de la distance avec les emotions en les regardant juste passer, en etant consciente qu'elles sont là, rien d'autre, c'est comme un entrainement a la course, ça sert d'avoir couru tous les jours un kilomètre quand on va faire une epreuve sportive

 je vous souhaite un bon samedi probablement ensoleillé

izabelle
Animatrice forum

oui Franne, quand on est parti dans un cercle vicieux  

EME=> sentiment d'échec, peurs, dépréciation => lutte contre ces ressentis => EME

à un moment donné il faut briser le cercle

l'EME-Zen aide bien en effet, mais il est assez délicat à maîtriser correctement je trouve

 

ça se situe à la troisième étape.......   supprimer la troisième étape, la lutte....

au lieu de lutter contre les ressentis pas glop qu'on ressent dans le dedans de nous-même mais qu'on ne veut pas ressentir parce qu'ils nous font peur.....

on acccueille ceux-ci.... on les regarde en face....  on respire....  on accepte de rester un moment avec eux, de les apprivoiser

comme des gros chiens qui nous aboient dessus,  on accepte de ne pas s'enfuir en courant (symboliquement manger), et de rester en leur présence... on ne va pas tout de suite les caresser c'est sûr mais peu à peu.....   on s'aperçoit qu'ils ne sont pas si méchants que ça.....

 

quand on arrive à ne plus lutter contre tout ce qu'on ressent,   le cercle vicieux s'arrête car on devient à nouveau libre d'agir selon nos envies, nos valeurs

par exemple garder de l'appétit et manger quelque chose de vraiment bon au repas, en le dégustant cette fois... là ce sont des choix conscients.....   

 

c'est assez difficile de ne plus lutter contre ce qu'on ressent quand on en a pris l'habitude depuis longtemps

moi j'avais pris cette habitude depuis ma plus tendre enfance

 

la RPC pratiquée régulièrement nous aide beaucoup à sortir de ce fonctionnement,  à accepter simplement ce qui est en nous, sans le juger, sans vouloir le transformer, le maitriser....   accepter le flux des émotions et des pensées sans le canaliser ou l'orienter, sans exercer un contrôle permanent....

 

bon courage à toi

 

curuni.
Abonné

Bonjour les filles,

bon je pense commencer à sortir de ce marais dans lequel je me sentais engluée depuis 1 ou 2 semaines...

Alors hier matin 3 crises de larmes espacées, dont une au boulot... Heureusement que je suis dans un petit bureau et que ma collègue la plus proche fait de la respiration, du Qi Gong... Elle a su trouver les mots pour me motiver à coninuer LC que j'étais prête à abandonner.

Après je suis allée au ciné voir Josephine, com rom qui m'a redonné une jolie vision de l'amour et de mon couple

Ensuite, promenade à la Fnac au milieu de mes amis les livres... J'y ai croisé quelques connaissances : André, Apfeldorfer, Zermati, Hay, Russel (mais pas le piège du bonheur que je voulais acheter). Mon homme m'a offert un cahier de coloriage anti stress, je trouve le principe trop cool, j'ai hésité devant les méditations d'André, je reviendrai après les vacances faire une razzia....

Petit tour au Monop pour de jolis crayons de couleur (pour le cahier !), bouteille de Bordeaux en passant (eh c'est vendredi et c'est sensé être l'été..wink)

Soirée cool avec musique et.... je n'ai quasiment pas dépassé ma satiété !

Ce qui m'a le plus aidée : me remémorer comme j'étais bien au début du programme, ma collègue qui m'a dit que ça m'avait fait du bien et qu'il ne fallait pas lâcher, prendre du temps pour ce qui me fait plaisir et VOUS !

Ce matin, première séance de RPC depuis 2-3 semaines, 5 minutes.

Je me sens encore un peu sur le fil du rasoir mais je sais que j'ai commencé à comprendre les fondamentaux et qu'au fond de moi ils seront désormais toujours présents.

Bon courage à toutes, oui Noëlle, après le creux vient le haut de la vague. Izabelle, j'ai pensé à toi à plusieurs reprises hier en consultant les bouquins (défusion, lâcher prise, laisser les pensées passer...) merci pour ton aide au quotidien.

Franne, merci pour ce fil, non tu n'es pas seule et oui tu vas réussir !

Belle journée...

lynadu15.
Abonné

coucou franne !

tu m'as faite rire avec la glace !!

c'est frustrant quand on est dans cette etat de lire l'optimisme  de certaine ,parce qu on se dit oulalal je suis loin du compte ,et c'est rassurant de voir que les emotions, et les doutes  que nous traverssons sont  ausi ressenti par d'autre personne .

alors pour ça merci a toutes et a tous pour ces temoignages et je me dit que moi aussi je finirai par etre dans les messages optimiste et que je pourrais me mettre sur les ondes de radio j'ecoute mon corps, j'ecoute mes emotions et je vide plus le frigos ...wink

bon wek end a vous

Haut de page 
X