Un peu de théorie ?! - 10052013

gwladys.
Abonné

 

 

Je me suis offert aujourd'hui un petit massage californien et forcément pendant cette heure et demi mon esprit a vagabondé. 

Evidemment ce que je suis en train de vivre avec le début de l'expérience linecoaching a eu aussi son petit moment de réflexion. 

J'ai donc une petite question : 

Pour maigrir je croyais qu'il fallait que les besoins énergétiques soient inférieurs à l'apport d'énergie au cours des repas. Avec linecoaching on s'attelle à apprendre à aligner les apports aux besoins. Comment est-il possible de maigrir en faisant ainsi ?

Est-ce que cela veut dire que notre corps a une "sihouette type" vers laquelle il tend en cas d'équilibre ? 

Est-ce que manger à sa faim est équivalente à la restriction des apports pour un corps en surpoids ? 

C'est une question purement théorique je sais, je suis juste curieuse. wink

 

Vous auriez une petite opinion là-dessus ? cool

Gwladys

Commentaires

mavo.
Marraine
Je vais essayer de répondre... Notre corps a un poids d'équilibre, le set point, qu'il cherche en effet à atteindre. Pour être ou revenir à ce poids, ton corps envoie des signaux de faim et de satiété : s'ils sont respectés ils conduisent à manger un apport calorique de nature à permettre le maintien ou le retour au set point.
AMRITA.
Abonné

Pas mieux que mavo et je crois qu'il faut vraiment, complètement se débarasser de ce que l'on croit savoir au sujet de l'amaigrissement

melimelo.
Abonné

J'ai longtemps buté sur cette question.. Que l'on prend à l'envers :-D

En fait nous sommes en surpoids car nous mangeons trop, sans faim, ou au delà de notre satiété.. Donc par défaut si on retire ces excès on mange moins..

et tadam..

on maigrit :-D

AMRITA.
Abonné

yes j'adore le "'tadam" !!!!!! CQFD

izabelle
Animatrice forum

oui en effet, notre corps est programmé pour retrouver ou maintenir le poids d'équilibre et il module nos sensations de faim et de satiété en tenant compte de nos besoins quotidiens ET de cet objectif au niveau du poids d'équilibre....

donc en réussissant à se mettre vraiment à l'écoute de son corps,  c'est lui qui bosse pour faire tous les calculs  et nous on arrête de réfléchir et tergiverser....

surmonchemin.
Abonné

Je crois que c'est toi, Izabelle, qui faisait l'analogie avec la régulation de température ? (si c'est quelqu'un d'autre, j'espère qu'elle ne m'en voudra pas :-p )

Bref, je me posais la même question, et "Quelq'un" a expliqué que, par exemple, notre corps est programmé pour réguler sa température. D'ailleurs, il le fait de manière très précise : dès qu'elle est trop haute, on transpire, dès qu'elle est trop basse, on frissonne, bref le corps fait tout pour garder notre température aussi proche que possible de sa valeur de consigne.

De la même manière, le poids est également régulé, c'est-à-dire que le corps va ici encore, tout faire pour rester aussi proche que possible de sa valeur de consigne (set point) : il va nous faire perdre du poids (en diminuant notre faim) si on est au-dessus et nous faire grossir si on est trop bas, l'un comme l'autre étant très dangereux pour lui.

Donc oui, je suppose que quand on est trop haut, il adapte notre faim pour que l'on dépense plus que ce que l'on ingère ?... Mais au fond, c'est le problème de mon corps, pas le mien. Moi, il faut juste que je l'écoute pour atteindre le poids "programmé".

En sachant que, contrairement à la température, je ne connais pas sa valeur...

izabelle
Animatrice forum

oui c'est bien moi qui ait dit ça, mais bien sûr je l'ai lu dans le livre de JP Zermati   "Maigrir sans regrossir, est-ce possible?" que je vous conseille pour bien comprendre comment cela fonctionne

oui il faut donc apprendre à respecter ses sensations de faim et satiété, et ça c'est parfois plus dur à faire que ce que l'on croit....

mais l'avantage est que si on se rééduque à faire cela, dans la mesure où c'est quelque chose de naturel, ce n'est pas forcé, cela re-devient automatique  (même si au début ce n'est pas facile)

ZEBU84.
Ancien abonné

En effet, ce n'est pas facile, il faut gérer ses émotions, qui sont souvent la cause d'un "enfouissement de nourriture". Il fuat apprendre à se poser à écouter son corps, c'est sur du long terme et ça demande à s'accorder du temps dansl a journée. Bref, tout un programme...

Lourdes.
Abonné

J'aime bien utiliser les métaphores pour comprendre, alors je m'en sers beaucoup aussi pour expliquer ce que je comprends :-)

Imagine une perosnne qui traite des dossiers, disons que sa cadence "normale" est de traiter 4 dossiers par heure. Quand elle fait cela tout se passe bien, elle fait du très bon travail, elle a le temps de bien lire et de bien comprendre ce qu'elle a à faire. Imagine maintenant que quelqu'un vienne lui déposer 2 dossiers de plus à traiter par heure. Elle va devoir bâcler le travail un peu pour pouvoir faire quand même son travail. Mais imaginons qu'elle reçoive 10, 15 ou 20 dossiers en plus à traiter dans l'heure... Que fera-t-elle puisqu'elle n'est pas une machine? Et bien elle fera comme tout le monde, elle va les stocker derrière elle et les traitera au fur et à mesure qu'elle pourra le faire. Mais bien sûr elle ne pourra rééllement le faire que si la cadence diminue, sinon, non seulement elle ne traitera pas les dossiers stockés mais le stock grandira.

Imaginons maintennant qu'elle revienne à sa cadence "normale" de 4 dossiers par heure. Et que cela dure, et bien elle profitera de ce ralentissement pour évacuer son stock.

En fait comme l'on dit les filles, il ne s'agit pas tant de maigrir que de redonner au corps des conditions "normales" de fonctionnement.

clairemey.
Abonné

Quand on en parle comme cela, ça parait tellement simple et surtout tellement évident.

Le problème vient pour moi de cette culpabilité que me procure la nouriture dès que je mange quelque chose que je pense interdit (chocolat, gateaux...) Et dès que je commence j'en veux beaucoup, et là plus question de faim ou d'écoute du corps.

Je n'écoute plus mon corps, seul mon esprit me parle et me dit : mange, demain tu t'arrêtes, alors aujourd'hui mange autant que tu le peux. Et alors, ce que je peux ingurgiter est impressionnant. Je ne contrôle rien pendant environ 2 jours puis à nouveau restriction puis à nouveau crise.

Mais pas possible pour l'instant de manger normalement, de manger tout ce que je considère comme interdit. Alors là avec vos messages, j'ai une petite lueur d'espoir, car j'entrevois une solution.

Mais est ce très long avant d'avoir un résultat?

Bon dimanche!

lEONTINE17.
Abonné

Bonjour, Clairemey!

Eh bien cela dépend...de l'importance de nos "addictions", de notre capacité personnelle à nous mettre ( our REmettre) à l'écoute de nos sensations, émotions, des besoins "réels" de notre corps, De nous remettre en question aussi.

Cela dépend aussi de quels "résultats" tu parles:

LC, c'est d'abord, et ça, on ne le comprend pas forcément tout de suite, surtout si l'on n'a pas trop lu ou suivi ce que disent, et écrivent les docteurs Z er A depuis plus de dix ans sur les méfaits des régiMes classiques, restrictifs, c'est d'abord découvrir ce qui nous a fait prendre du poids et ce qui souvent continue: perte de nos repères alimentaires, obéissance aux diktats divers : mode, diététique arbitraire, émotions et sensations qu'on enfouit et qui ressortent sous forme de compulsions alimentaires), perte de nos vrais besoins, privations d'aliments considérés comme dangereux, tabous, et dont l'envie devient obsessionnelle, etc, selon chacun et chacune...

Or, cela prend....un certain temps, comme disait un ancien comique que " les moins de 20 ans ne peuvent pas connaitre"! Je veux dire que à chacun son histoire, à chacun le degré de ses inhibitions et de ses "enfouissements",de ses addictions, etc..

A chacun son degré d'implication aussi, comme dans une psychothérapie.

C'est ensuite découvrir et apprendre à utiliser, appliquer, les "moyens", les "techniques", étape par étape, bilan perso après bilan perso, qui vont t'aider à te recentrer , te reconnecter à tes vrais besoins et ....AU PLAISIR !!

Celui de manger,  et de tout! D'éprouver sans peur de grossir, la vraie bonne faim...Et en corollaire, c'est tout un confort de vivre, en général, qui va suivre, peu à peu...

Or la perte de poids ne va découlerque de tout cela! Et c'est cela que l'on doit accepter , en pratiquant LC!

Mais nous venons nombreux ici en ayant en tête de mettre la "charrue avant les boeufs"! Ce qui est parfaitement compréhensible, tant ce discours est encore neuf, quoiqu'une enquête d'importance mondiale vienne de sortir et appuie totalement cette thèse : les régimes restricitfs sont créateurs d'obésité plus qu'ils ne la réglent :on progresse!

Alors, pour ceux et celles qui n'ont pas toute une vie de régimes derrière eux, qui n'ont pas d'EME= envies de manger émotionnelles), qui ont juste un peu  trop dépassé leurs vrais envies et besoins, depuis qq années, mangeant souvent par habitude ou convention sociale, et donc n'écoutant pas ou plus leur faim et leur satiété, cela va souvent assez vite, la perte des kgs et on est contents pour eux!

Pour les autres, ce sera plus long, plus difficile, cela demandera plus d'efforts, car ici, rien n'est magique! Pas de lune promise!

Donc, d'abord un regard nouveau sur soi, une attention à soi! Généreux, bienveillant, pas punitif !!

Et puis en même temps, ce sont des exercices offrant la possibilité de modifier peu à peu ( ou parfois très vite, c'est selon), ces comportements souvent profondément ancrés en nous si profondément que nous n'en avons pas conscience et qu'on les croit être notre "nature", peut-être!

Alors forcément, les "résultats", et je pense que tu veux d'abord parler de la perte des kgs,  ils arrivent différemment, et plus ou moins rapidement, sur ce plan. Je ne crois pas être pessimiste ou rabat- joie, c'est la réalité et tu le verras en lisant les files du forum.

Mais pour beaucoup, et j'en fais partie, ce qui a été un résultat ultra rapide et franchement source de vrai plaisir, de vraie libération, le mot n'est pas trop fort et qui ne m'a pas quittée de 8 mois, ce fut cela: ne plus se "prendre la t^te" pour faire un repas "équilibré", avec la dose de ceci, ou de cela, ne plus avoir d'interdit alimentaire, et toute la redécouverte de l'appétit, le vrai!  Et ce "résultat"-là a pris effet dès le tout premier jour, avec tous les "bénéfices secondaires" comme on dit encore en psychothérapie, et auxquels nous ne pensons guère en nous inscrivant à LC, mais qui sont pour moi, et pour beaucoup d'entre nous, un cadeau, un gain aussi inattendus que source de plaisir, de satisfaction de ...bonheur, allez!,: plaisir de faire des pâtisseries, de faire le marché sans tabou sur des victuailles, envie d'une cuisine renouvelée, avec des recettes inédites,plaisir sans arrière pensée, de sorties restaus, de repas festifs, etc etc; bref, plaisir, plaisir, plaisir...

Mais légumes salades, fruits, contineunet d'être à notre table, j'aime bien trop cela.J'ai uste eu une période où j'ai un peu moins fréquenté haricots verts et brocolis ;-))

Pour le poids, en ce qui me concerne, je n'ai perdu pour l'instant "que" trois kgs, mais attention: sans plus faire de régime, en n'ayant plus d'interdit aimentaire, en passant toutes les fêtes de fin d'année sans prendre un gramme et en ayant même perdu 500 gr !

Je suis en fin de programme, et je sais que maintenant que j'ai découvert presque tous les "moyens" mis à ma disposition, ceux qui me concernent et puis d'autres qui semblent moins me correspondre, je vais réapprofondir certaines étapes, continuer à prendre mon temps. Je suis comme tout le monde, parfois je m'énerve de ne pas voir la fl^che bouger sur ma balance, mais au fond, comme je vis mieux, déjà!

Et je sais que ce n'est pas fini...

Bonne chance et patience!

Pascaline.
Abonné

Awww vous êtes toutes/tous des namours.  Oh merci pour toute ces clarifications.

Ça fait du bien.

Moi mon problème comme vous le savez c'est le comptage de calories devil. Comme la je n'ai pas eu encore mon dîner et je me dis j'ai du manger 1200cal jusqu'a maintenant oh lala et j'ai pris une sieste cet après-midi...ça doit être du 1600cal que j'ai besoin aujourd'hui alors il ne me reste plus grand chose...oh mais j'ai marche donc peut être ça fait 1800cal...oh mais je commence a avoir faim...ohlala si je mange 500cal pour dîner et ce soir j'ai besoin d'une collation c'est foutu...

Vous voyez Faut vraiment que je laisse couler

clairemey.
Abonné

Merci pour cette réponse. Ca m'éclaire bien tout en me rassurant.

J'ai peu de kg à perdre mais un gros travail à faire sur le fait de me réconciler avec la nourriture, celle que je ne m'autorise pas à manger. Je suis au bon endroit, enfin.

Haut de page 
X