avancer en renonçant au programme - 20042012

MANYUKA.
Abonné

Bonsoir, j aurais pu glisser cette discussion dans accepter ou renoncer, avancer puis regresser mais je me lance dans un nouveau sujet qui fait echo à ces deux sujets tout en venant souligner un point important , la boulemie avec vomissement, ou autres actes compensatoire.

A l insciption il est dit que la methode ne peut s adresser aux personnes qui souffre de boulemie s accompagnant de vomissements etc ...Lorsque je me suis inscrite en decembre, j ai vu Lc comme une porte de sortie dans mes tca et mon obsession de maintenir ou perdre du poids..

Les crises de boulemie avec vomissement, le sport pour compenser et des periodes de forte restriction faisaint parties de mon sac TCA . J ai suivi des therapies,, des conseils pratiques mais hormis un meilleur controle je ne me suis jamais debarassée de mon sac.Au point de croire que cela etait quelque chose de normal qui me genait par periode mais qui faisait partie de moi comme une jambe plus courte peu creer des tensions si on oublie sa semelle...j ai commencé le programme sans me dire que je ne rentrais pas ds le cadre puisque boulemique qui compense.

La premiere question est pourquoi l programme LC n est pas indiqué dans le cas de figure de la boulemie avec comportement compensatoire???

Apres un debut plutot prometteur et la joie de me dire oui cette fois ci c est la bonne, je me suis cassée la figure dans des eme et dans des crises de boulemie avecvomissement et cela sur une semaine. Facteur declenchant un gros surmenage. J ai vite retrouvé mon equilibre apres cette semaine terrible grace à LC, le forum, le soutient du coach . J ai fait cependant un rejet du programme en me rendant compte que le fait de regarder les sensations faim satiete, eme etc me faisiat aborder mes tca par un chemin qui n etait pas le mien.. par exemple le fait d attendre une nouvelle faim apres une eme me declenchait une eme quand je remangeais, le fait de sauter un repas me donnait l idee de sauter celui d apres pour ne pas me retrouver à manger et à refaire une eme...tout cela n avait plus de sens....j ai pu communiquer avec le coach et le fait d avoir senti que j etais entendue  dans cette periode où je lachais tout à donné à ce renoncement un echo positif 

 En renonçant au programme j ai accepté de rencontrer vraiment le mal etre mais aussi la bieveillance. .

Cette confiance que j ai trouvé par l accompagnement du coach fait que je peux aujourd hui envisager de reprendre une therapie specifique alors que je ne croyais plus à ce genre d approche. Je peux croire aujourd hui que les therapeutes sensibilisés par le GROS peuvent vraiment me guider comme LC vient de le faire

Depuis 15jJe n ai pas eu de crise de boulemie. Je fais 3 repas par jour pour me donner un cadre avec une structure de repas, je ne porte pas attention à la notion de rassasiement de satiete ni de faim petite grande...je remarque seulement que du fait de ce rythme de trois repas, j ai faim pour le suivant au moins une heure avant, je me rend compte que j ai la sensation d avoir trop mangé le midi mais en fait j ai faim vers 20h et là je ne m effondre plus dans le trop qui decompenssait en boulemie.

Je me rend compte que je fais tous les matins et tous les soirs une meditation guidée car ça me fait du bien. J ai pu dire à un ami que j etais boulemique...j ai accepter de lever le voile et de montrer que derriere toute cette vie qui se degage j etais en souffrance profonde et cachée.

j ai accepter de reconnaitre cette image de celle qui se retrouve au dessus des toilettes les doigts dans la bouche esperant que ce serait la derniere fois.

 

Ma deuxieme question est de savoir quel est le mecanisme ou la force en moi qui a pu me pousser à reconduire une action douloureuse, dangereuse et destructrice?

 

Je veux aussi terminer ce long post en soulignat que meme si LC n est pas fait pour les personnes presentant des TCA avec comportements compensatoires...LC peut etre vraiment une aide preponderante dans ce qu il revele, apprend et conscientise

.Sans ce premier pas , je penserais encore à me debarassser de kg et pas à ouvrir le sac pour voir ce qui pese tellemment.

MERCi 

Commentaires

Nikaia.
Abonné

très beau texte ... bravo pour le travail que tu as déjà fait .. et je te souhaite beaucoup de courage pour le travail qui t'attend et surtout beaucoup de réussite

Nikaia

belette21.
Abonné

Bonjour Manyuka,

Je suis moi aussi très émue après t'avoir lue.

J'attends comme toujours avec impatience les réponses des Dr Apfledorfer et Zermati.

Je te souhaite beaucoup de courage et plein de bonnes (même si elles ne se mangent pas !)

AguaMaria
Marraine

LC ne résoud pas tout, quand on souffre... d'estime, de compensation, d'insécurité, etc... Mais  je crois fondamentalement que ce ne peut être mauvais de se reconstruire une facon de manger à partir de soi, de ses besoins et de son corps. Cela qu'on soit boulimique, anorexique ou orthorexique ou autre. Rencontrer LC ou un nouveau régime dans son parcours ?  LC ne peut pas vraiment nous mener à nous nuire, un régime oui. 

J'ai eu beaucoup de mal au début à tolérer les sensations de faim après avoir vécu des années de  boulimie-anorexie (jeûne, sous-alimentation, hyperphagie, vomissements, laxatifs, diurétiques, coupe-faim, sport, etc.).

Mais si j'avais rencontré cette méthode plus tôt dans mon parcours, je ne me serais pas cru aussi nulle quand j'ai cessé les régimes,  suis devenue hyperphage et me suis résignée à grossir avec une tristesse monstre.

Oui les thérapies m'ont aidé à affronter et à tolérer mes émotions, à comprendre beaucoup de choses. Mais jamais elle ne m'ont portées sur le chemin de la reconstruction de ma compétence à jongler avec la nourriture et mes besoins. Jamais je n'avais envisagé mettre fin à la restriction pour devenir sereine. Toujours j'ai continué de croire avec ces thérapeuthes et nutritionnistes que le bien être que je retrouverais face à moi même me permettrait peut-être un jour de contrôler mes apports alimentaires sans difficulté. Dans le fond je croyais que j'arriverais enfin à maîtriser ma volonté.

On peut avoir besoin de plus que LC, mais c'est un plus qu'il faut ajouter à la thérapie si on veut vraiment régler l'aspect alimentaire un jour... Et je dis l'aspect alimentaire, mais c'est toute ma façon de répondre à mes besoins qui a changé. De penser que je suis capable de m'occuper de moi. Que je sais ce qui est bon pour moi. Que manger peut être un plaisir, que la privation est effectivement une chose bien triste. Je n'étais pas dans l'erreur quand je croyais ça pendant toutes ces années. Que je mérite ma propre bienveillance et compréhension... même si je ne suis pas parfaite tout le temps. Que l'affection que je me porte puisse être instaurée à partir de l'intérieur si je me donne de l'espace et non pas de l'extérieur, des attentes et du regard des autres...

Bref... Un plus anyway. pour tout ceux qui ont un rapport à la nourriture qui s'est éloigné du plaisir, du confort et des besoins auxquels elle doit répondre.

Je suis de tout coeur avec toi dans ta démarche. Il y a une belle suite à ton histoire. Tu es sur la voie!!!

MANYUKA.
Abonné

Merci pour votre soutient et vos temoignages, cette rencontre au travers du forum a été et est sans doute une aide des plus precieuses...Il m a permis de voir que le rapport à la nourriture est le temoin de tellement de choses caches enfouies et cela quelque soit le parcourt de vie. ...le comportement alimentaire est la partie visible pour aller chercher à l interieur une douleur, un conflit, une emotion, une memoire...

Ce soir l ami à qui je me suis confiée sur les tca m a confiée à son tour qu il avait connu egalement des tca au cours d une periode difficile qu il a qualifié de vide interieur. J ai été très touchée qu il se dévoile ainsi et je vois ainsi que ma peur de me montrer n est qu une projection et n a pas  de raison d etre.

lorraine
Marraine

Merci infiniment Manyuka pour ton  très beau témoignage très poignant et très vrai....

                                                                                                        Toutes mes pensées t'accompagnent sur  ce nouveau chemin ensoleillé que tu empruntes

                                                     Merci à LineCoaching pour l'aide qu'elle t'a apportée, nous apporte à tous

 

Du fond du heart

Gérard Apfeldorfer ancien
Votre coach

 

Bonjour manyuka, bonjour à toutes et à tous.

Pourquoi ne recommandons-nous pas le programme LineCoaching aux personnes ayant des troubles du comportement alimentaire ?

En ce qui concerne les personnes anorexiques mentales, bien des exercices du programme sont utilisables dans la prise en charge de l’anorexie mentale. Retrouver des sensations alimentaires, apprivoiser son corps par le body-scan, défusionner de ses pensées automatiques, tout cela est bel et bien utile et profitable. Cependant, il semble évident qu’on ne saurait recommander à des personnes anorexiques un programme qui est dévolu à l’excès pondéral, qui ne ferait que les convaincre un peu plus qu’elles sont « trop grosses ».

Pour les personnes boulimiques, c'est-à-dire les personnes qui font des boulimies suivies de vomissements, ou bien qui prennent des laxatifs, ou qui font du sport à outrance, ou qui jeûnent après une boulimie, tout cela pour contrôler leur poids, la réponse semble moins évidente, en particulier dans le cas où ces personnes ont un excès pondéral.

Cependant, le programme LineCoaching, dans sa forme actuelle, n’est pas totalement adapté, et c’est par honnêteté que nous le disons clairement : LineCoaching tel qu’il est n’est pas un programme conçu pour traiter la boulimie.

Tout d’abord, le fait d’avoir des comportements annulatoires de la boulimie fausse les sensations alimentaires : quand on vomit, on ne digère pas, ou bien moins que ce qu’on a mangé. Du coup, les sensations de faim, de rassasiement, sont souvent faussées. 

Ensuite, les troubles compensatoires (vomissements et autres) ne sont pas abordés dans le programme LineCoaching et nécessitent à eux seuls un abord spécifique.

Enfin, bien des personnes boulimiques (pas toutes) ont des troubles psychologiques et émotionnels qui sont importants, et qui nécessitent une prise en charge adaptée, avec de préférence un psychothérapeute compétent en matière de troubles du comportement alimentaire.

Cela ne veut pas dire que les personnes boulimiques ne tireront aucun bénéfice à suivre le programme. Simplement, ce que leur apporte le programme est incomplet. Si elles l’acceptent, alors bien entendu, elles sont les bienvenues ! Vous êtes la preuve vivante de cela : LineCoaching, aussi imparfait soit-il en ce qui concerne les troubles boulimiques, peut néanmoins apporter une aide décisive. Voilà qui nous réjouit grandement !

 

Votre seconde question, manyuka, est, si je comprends bien : pourquoi fais-je des boulimies alors que j’en connais le côté destructeur ?

L’acte boulimique est complexe : il est entretenu par la restriction cognitive ; il remplit une fonction, éviter (temporairement) des pensées et des émotions pénibles. Le vomissement, quant à lui, évite les conséquences pondérales de l’excès alimentaire, mais aussi, à la longue, peut être érotisé. Il devient un temps fort, une crise qui apaise. On vomit ses émotions en même temps que les aliments.

Il est toujours difficile de se défaire des conduites qui apportent un soulagement à court terme, même si elles se révèlent nuisibles à moyen et long terme.

 

Je suis très heureux de constater vos progrès, manyuka, et j’approuve votre décision de coupler LineCoaching avec une prise en charge en direct avec un thérapeute que j’espère compétent. Je vous souhaite de continuer à avancer sur ce chemin, car vous êtes désormais sur la bonne voie.

Haut de page 
X