Besoin de motivation...et d'une cure de désintox ! - 09042013

Elvy.
Abonné

 

Bonjour,

J'ai commencé linecoaching il y a un peu + d'un mois et si au départ j'étai très motivée, aujourd'hui ce n'est plus le cas.

J'ai eu récemment des soucis professionnels qui ont fait que je n'ai plus le courage d'appliquer la méthode. Je mange sans fin, mon seul but étant d'avoir mal au ventre. Je n'ai pas envie d'arrêter de manger, je veux juste avoir mal au ventre pour ensuite culpabiliser et penser à la bouffe plutôt qu'au boulot... ou à mes soucis perso.

J'ai besoin de motivation ! Je suis accro à la nourriture, il me faudrait un sevrage pendant plusieurs jours où je ne touche plus à la nourriture pour reprtir sur de bonnes bases. Je vais sûrement vous faire hurler mais je pensais pratiquer 3 jours de substituts (qui pour moi n'ont rien à voir avec de la nourriture) pour faire une coupure.

Je suis perdue !

Merci de votre.

Commentaires

lorraine
Marraine

Elvy,

De ce que je comprends tu te sers de la nourriture exclusivement pour te réconforter, tes soucis professionnels et autres t'étant particulièrement difficles à supporter. Te réconforter ou anesthésier/étouffer tes émotions/états d'âme ?

Car est ce que tu te réconfortes vraiment ? Prends tu le temps de déguster un aliment doudou/plaisir quand vraiment tu en as envie ? et t'arrêter d'en manger quand le plaisir disparait ? T'accordes tu ce droit desfois ?

Se goinfrer ou ne plus manger (hormis les substituts que tu ne considères pas comme de la nourriture) : tout ou rien...c'est le meilleur moyen de craquer toujours et encore....

A une époque, j' avais une tendance à manger ou à fumer une cigarette dès que je me sentais tendue, nerveuse..Maintenant, je fais une pause/pose pour regarder ce qui me turlupine de plus près, et l'accueillir tout en respirant si c'est un ressenti pénible

Et, n'as tu pas autre chose à quoi" t'accrocher" pour t'apaiser un peu et te changer les idées: loisirs , famille, amis.......?

Et puis il y a ta coach que tu peux contacter...

Bon courage, tu as bien fait de venir en "parler"

Lorraine

izabelle
Animatrice forum

Bonjour Elvy

tout d'abord c'est tout à fait normal de démarrer bille en tête, puis au bout d'un mois ou deux, de retrouver sur notre route les obstacles qui toute notre vie nous ont incité à manger plus que nos besoins...

pour toi ces soucis professionnels..........   ce sont eux la cause

enfin pas vraiment............   c'est surtout ce que tu ressens face à ces soucis professionnels, et surtout encore plus encore ce que tu ne veux pas ressentir dans cette situation

par exemple, j'imagine, un sentiment d'échec ou d'impuissance, voire d'incompétence, ou encore d'injustice, la peur aussi....  c'est fou tout ce qu'on peut ressentir de désagréable quand on a des soucis professionnels

mais pour une raison ou une autre, ce que tu ressens face à ça   t'es devenu trop insupportable  et pour éviter de ressentir, tu vas chercher des sensations fortes avec la nourriture

pour éviter de penser, pour éviter de ressentir.....

 

dans un premier temps, je te conseillerai, dans les moments où tu manges sans faim,  d'avoir simplement "conscience" que ce comportement est là pour t'éviter de ressentir quelque chose, simplement, au moment où tu manges, te dire consciemment  "je suis en train de manger pour éviter de ressentir quelque chose de difficile pour moi"

ensuite dans un deuxième temps, d'attendre deux minutes avant de manger, en te disant à nouveau  "j'ai envie de manger pour éviter de ressentir quelque chose de difficile", respirer une ou deux minutes,  et puis manger en dégustant le plus lentement possible

ce qui est important, dans ce moment, c'est de ne pas te "juger" de ce comportement,  car en te jugeant, tu rends la situation encore plus intenable et l'envie de nourriture encore plus forte

juste observer

 

en parrallèle un peu de RPC chaque jour

et quand tu te sentiras prête, l'EME-Zen  (mais en douceur, pas trop vite....)

 

courage à toi et tiens-nous au courant

Lavienrose.
Abonné

j'en suis la aussi.

j'ai passé la journée à manger

pourquoi je n'en sais rien

parce que je suis mal.

vous avez raison c'est pour éviter de ressentir.

Je suis seule ce soir et ca tombe bien...Je suis internet à lire tout les forums et autres de LC et d'autres sites psy.

Je veux comprendre et surtout je veux ressentir, mais que c'est difficile quand on s'est coupée de soi durant tant de temps.

Je crois que ca vient.

J'ai envie de crier de me mettre en colère...Je crois que je vais explorer cette émotion. J'ai pas envie de faire de Respiration en pleine conscience.

J'ai envie de crier de hurler STOP !! NON.

Je vais taper sur un coussin.

nouvomoi.
Abonné

Je comprends bien ce que tu ressens, Lavienrose.

As-tu tapé sur ton coussin, et si oui, est-ce que ça t'a fait du bien, apaisée ?

As-tu trouvé les raisons  cette colère ? et a quoi tu as envie de hurler stop ?

En tout cas, de tout coeur avec toi, je compatis à ce que tu vis en ce moment.

Bon, je ne sais pas si ça t'aide, mais quelques fois, quand on est mal , recevoir un coucou compatissant, c'est déjà ça !

Bon courage ...

lorraine
Marraine

[quote=Lavienrose]

j'en suis la aussi.

j'ai passé la journée à manger

pourquoi je n'en sais rien

parce que je suis mal.

vous avez raison c'est pour éviter de ressentir.

Je suis seule ce soir et ca tombe bien...Je suis internet à lire tout les forums et autres de LC et d'autres sites psy.

Je veux comprendre et surtout je veux ressentir, mais que c'est difficile quand on s'est coupée de soi durant tant de temps.

Je crois que ca vient.

J'ai envie de crier de me mettre en colère...Je crois que je vais explorer cette émotion. J'ai pas envie de faire de Respiration en pleine conscience.

J'ai envie de crier de hurler STOP !! NON.

Je vais taper sur un coussin.

[/quote]

Oui, c'est difficile, de se poser pour s'écouter et ressentir ce que l'on ressent là en l'occurence la colère....surtout quand on manque d'habitude...Pour l'avoir vécu je comprends ce que tu veux dire.

Mais c'est très efficace, ce temps de pose/pause (autrement dit rpc) pour cerner ce qui fait souci exactement et pour s'apaiser et pour amorcer un changement.Je l'ai expérimenté dernièrement  (//à une stagiaire au boulot...J'aurai pu la tuer ! mais j'en souffrais...A une époque j'aurai rien approfondi, j'aurai mangé pour soulager cette souffrance, là je l'ai regardé de près...Rpc...et j'ai entrevu d'autres façons de voir les choses et de procéder...sans faire d'EME)

La colère engendre la colère....En frappant sur un coussin, tu te calmes sur le moment mais tu n'agis pas sur le pourquoi de cette colère et elle revient inlassablement (tu la reproduis)  et rien n'est  réglé ni entre toi et toi, ni dans la relation avec ceux qui sont à l'origine de ta colère. Et le risque est que tu continueras à manger toujours et encore pour anesthésier (c'est à dire ne pas la regarder de près) cette émoton de colère.....

La rpc même quelques secondes par quelques secondes.....si pas possible de faire plus pour le moment

Nouvomoi, tu évoques la compassion, OUI elle est essentielle , mais cette compassion doit s'exercer -aussi- de Lavieenrose envers soi même puis envers ceux à l'origine de la colère.

Si tu veux apprendre à appréhender l'énergie de ta colère différemment, je te conseille vivement  le livre (de poche,5 euros environ) de Tchit NHAT HANH "la colère" conseillé par le docteur Apfeldorfer et des abonnés qui l'ont lu dont moi. C'est un livre vraiment intéressant et aidant.

Bises, bon courage

Lavienrose.
Abonné
Hier j'ai tape sur mon coussin... Et ça m'a fait du bien. En fait Lorraine mon pb c'est que je zappe ma colère et à force ça s'accumule et après je ne suis pas bien et je ne sais plus pourquoi donc je mange. J'ai été agace par diverses situations cette semaine que machinalement je zappe et l'accumulation me donne un mal être insurmontable. C'est pourquoi j'ai voulu faire sortir ce surplus de colère et surtout de la vivre car je me refusais de le faire jusque la. Je dois maintenant faire ce que tu me conseilles MAIS à CHAQUE FOIS que je ressens cet agacement afin de gérer les situations de façon saine. Merci les filles de vos encouragements, hier c'était vraiment l'enfer.
lorraine
Marraine

Oui faire autant de pauses/poses rpc que nécessaires...ne pas zapper, ne pas laisser s'accumuler...Apprendre à le faire, tu en verras rapidement les bienfaits Lavieenrose smiley

Même si c'est très dur, comme tu l'as constaté, quoiqu'il se passe on peut le vivre....s'en persuader

Bon courage et bonne continuation

Lorraine

camille280395.
Abonné

Bonsoir à toutes smiley

J'ai lu tous les messages et il y a une question qui reste tout de même posée c'est celle de la motivation...

Même si oui, pour régler les problèmes il faut faire des pauses, tapper sur son oreiller, faire la RPC, tout ça ne se fait pas sans la motivation...

Là dessus je suis dans le même problème qu'Elvy qui dit qu'elle en a besoin...Vous allez me répondre : mais pourquoi alors es-tu là ? Pourquoi s'être inscrite si tu n'es pas motivée pour perdre du poids ? Je ne saurais pas quoi vous répondre...Tout ce que je sais c'est que j'ai perdu la motivation, je suis découragée de me battre pour avoir le corps dont je rêve. Je suppose que certaines peuvent me comprendre, à force de faire et refaire des régimes on en a marre.

Ce n'est pas pour autant que je ne fais pas ce qu'on me demande (noter sur mon carnet, faire la respiration...). Enfin, je dis ça mais je n'en suis qu'au début (1er jour de RPC) !

A bientôt et bonne soirée à toutes.

Lavienrose.
Abonné

Camille,

j'ai l'impression de comprendre que tu n'es pas convaincue de ce que tu entreprends et de ce fait tu n'es pas motivée.

Laisse toi porter pas les exercices pour le moment, comme tu fais, et je pense que tu seras convaincue de leurs bienfaits, que tu seras fière de toi des progrés accomplis et que du coup la motivation sera la.

camille280395.
Abonné

Merci Lavienrose smiley

Je pense qu'en effet c'est une très bonne idée wink

izabelle
Animatrice forum

oui camille, l'important c'est de faire, d'expérimenter.....

tu peux avoir de belles surprises et de belles découvertes, ton esprit va cheminer doucement  et parfois observer ton comportement qui change, comme tous ceux qu'on peut lire dans  "la victoire du jour"

bonne route à toi

Soazigou.
Abonné

Je viens de lire ce file avec un temps de décalage, mais c'est le titre qui a retenu mon attention.

Je traverse plus ou moins la même phase de "décrochage", quoique le plus décroché soit un peu derrière je crois, mais bon.

Dans le programme, il nous est proposé d'écrire deux lettres à un proche (outils/motivation), les 2 se projettant dans l'avenir, l'une avec le dénouement : j'ai suivi le programme avec succès, voici pourquoi je l'ai suivi, et l'autre le contraire : j'ai échoué, voici pourquoi je n'ai pas pu le suivre.

Dans le mois qui vient de s'écouler, j'ai traversé un passage de  découragement, alors j'ai fait une pause dans mon avancée du programme, que soit dit au passage, j'engloutissais avec constance, étape après étape, si vous voyez le lien.

J'ai ainsi tout relu tranquillement. Cela m'a pris une semaine, avec deux cahiers d'écolier pour noter, intégrer, relire encore.

Donc retrouver ces courriers de motivation, qui sont à faire plutôt au début.

Revenir sur ces textes m'a permis  de réajuster  mes motivations, (certaines étant finalement insignifiantes) et d'en trouver d'autres, notemment parce que les deux mois passés à suivre dans le programme m'ont quand même fait toucher du doigt deux ou trois choses que je ne soupçonnais pas au début.

C'est sûr,  tout le monde vient ici pour perdre du poids, et c'est loin d'être facile, ni rapide, il faut sans cesse se repositionner par rapport à nos attentes, voire nos exigences, voire même admettre qu'on en ait, des exigences. Peut-être aussi débusquer la pression qu'on peut se mettre nous-même quand au résultat visé. (Je ne fais référence qu'à notre engagement dans le programme).

Cette pause m'a en tout cas permis de ne pas lâcher, et de comprendre deux ou trois choses de plus sur mon propre fonctionnement.

Les motivations profondes sont capitales à connaître, sinon, à quoi se raccrocher quand on flanche, ce qui est humain, non?

 

Noelle
Marraine

Bonjour Soazigou

 

Je comprends tres bien ce que tu veux dire, je trouve également que les temps de retrait, de decouragement  ou de pause nous permettent de faire le point, de nous approprier l'approche que nous propose LC , alors que souvent, on est plutot dans la recherche de la performance en permanence

 je trouve que le temps joue un role important dans la façon dont nous pouvons nous approprier  cette nouvelle démarche, cette nouvelle relation avec notre corps, nos sensations  et notre comportement

parfois c'est justement cela qui est difficile, quand nous sommes en attente de resultats immédiats, alors qu'ici nous travaillons sur le long terme, "en marchant tout doucement vers une fontaine"

Bonne semaine

Haut de page 
X