Besoin d'éclairages sur le répertoire alimentaire - 07012012

mamzelzoï.
Abonné

Bonjour,

voilà, j'ai bien compris l'intérêt de conserver un répertoire alimentaire restreint. Mais comment faire?

Fruits et légumes de saison, ok (ici à la campagne, facile!)

Pour le reste, je suis embêtée. J'adore faire la cuisine, donc mes recettes sont variées même si plutôt de qualité : bons ingrédients, quasiment que du fait maison...

Le répertoire alimentaire concerne-t-il plutôt les produits industriels?

Merci d'avance pour vos éclairages

Mamzelzoï

Commentaires

Chatoyante.
Abonné

Bonjour mamzelzoï,

Tu sais, moi c'est le concept même du répertoire alimentaire que j'ai du mal à saisir.

À te lire, je me demande si cette difficulté ne vient pas, justement, de la variété...

Sinon c'est quoi? une liste de nos aliments préférés?

AguaMaria
Marraine

je comprenais davantage une liste de nos aliments habituels... Quoique j'ai des envies très différentes d'avant... sauf pour les chips. :-)

G.Apfeldorfer
Votre coach

Comment satisfaire à la fois nos besoins de stabilité alimentaire, et d'aventure et de découverte?

Que d'inquiétudes! Notre problème, à nous autres Homo sapiens, réside dans le fait que nous sommes des omnivores (nous sommes là en compagnie du rat et du porc, de ce point de vue). Les omnivores ont besoin de variété pour satisfaire leurs besoins, et doivent donc partir à la découverte de nouveaux aliments. Mais il leur faut aussi ne pas s'empoisonner. Donc il leur faut être conservateurs et aventuriers. Sur ce thème, je vous conseille le livre de Claude Fischler, "l'Homnivore", chez Odile Jacob.

Bon, je vais reprendre mes explications:

Lorsque nous mangeons, notre cerveau enregistre non seulement le plaisir gustatif que procurent nos aliments, mais aussi ce que les aliments nous font sur le plan métabolique, les effets post-ingestifs de ceux-ci. De cette façon, nous pouvons ensuite développer des appétits spécifiques qui nous orientent vers les aliments qui contiennent ce dont le corps a besoin.

Notre répertoire alimentaire se construit aisément lorsque nous mangeons une cuisine faite maison, tout simplement parce que nous n'avons pas des capacités culinaires inventives à l'infini, et que nous cuisions toujours à partir des mêmes produits de base (même si nous modifions partiellement nos recettes, histoire d'y mettre un peu d'aventure).

Les choses changent avec les aliments industrialisés: alors qu’autrefois, une épicerie proposait environ 200 références, essentiellement des produits de base, un supermarché normalement achalandé propose plusieurs milliers de références, choisis parmi 180000 produits alimentaires disponibles dans un pays comme la France.

 

Ces aliments sont des OCNI, nous dit Claude Fischler: des aliments comestibles non identifiés.

Comment apprendre nos aliments si, à chaque fois qu’on mange, il s’agit d’un produit et d’un goût nouveaux ? On ne le peut pas, et on est alors conduit à vivre dans un monde alimentaire inconnu, où chaque prise alimentaire est une nouvelle aventure. Toute régulation alimentaire inconsciente, acquise par apprentissage, tant en ce qui concerne la quantité que la qualité devient alors problématique. 

C'est ce que j'appelle le zapping alimentaire.

 

Mes conseils: 

Pour chaque catégorie d’aliment, sélectionnez deux ou trois produits (industriels ou pas) que vous aimez, qui vous paraissent plus sympathiques que les autres, et inscrivez-les sur une liste.

Quelques idées de catégories d’aliments : biscuits, chocolats, confitures, yaourts, desserts lactés, charcuteries, plats cuisinés frais ou surgelés… Pour les viandes, volailles, poissons,  ce qui compte, c’est la recette. Vous avez sûrement vos recettes préférées, que vous réussissez particulièrement bien. Pour les produits frais, fruits et légumes, mangez ceux de saison que vous aimez, tant qu’ils sont sur le marché. Lorsque vous faites vos courses, tenez-vous en à cette liste, autant que faire se peut. 

Lorsque vous cuisinez, soyez fidèle aux recettes que vous avez peu à peu mises au point, sans craindre non plus de les adapter en permanence. N’est-ce pas un merveilleux plaisir que de retrouver ces goûts familiers ? À chaque fois qu’on en mange, on se remémore les fois précédentes, les émotions ressenties, les personnes présentes. Quelle satisfaction !

Lorsque vous achetez des aliments industriels, soyez dans l’ensemble fidèles à un goût, une marque. Faites en sorte d’apprivoiser votre aliment en le goûtant avec attention. Il s’agit de le connaître intimement. Tissez-lui des représentations personnelles, en mémorisant où, quand et avec qui vous le mangez. 

De temps à autre, essayez un produit nouveau. S’il vous satisfait, il viendra remplacer un aliment précédemment inscrit sur votre liste. Disposer d’un répertoire alimentaire ne signifie pas devenir ultra-conservateur. N’hésitez pas à enrichir votre répertoire.

(rédigé à partir de "Mangez en paix", G. Apfeldorfer, Editions Odile Jacob)

mamzelzoï.
Abonné

Merci pour cette réponse! Je vais donc continuer à cuisiner comme j'aime tant, et limiter les produits industriels en prenant la meilleure qualité.

Chatoyante.
Abonné

Merci beaucoup pour vos éclaircissements.

Coquillage.
Abonné

C'est très utile cette explication. Et en plus, cela montre qu'il est plein de bon sens notre organisme.

Haut de page 
X