Comment créer l'ouverture? - 16052013

Lourdes.
Abonné

Bonjour à tous,

 

Parfois quand je suis en voiture et que je veux changer de file, ou traverser une voie, ou déboucher d'une voie secondaire sur la voie principale, je tombe sur des gens qui collent encore plus à la voiture de devant pour que je ne passe pas, qui ne me regardent pas pour ne pas avoir à me laisser passer etc.

J'ai la sensation que j'en fais autant avec mon comportement alimentaire. Je suis collée/serrée avec la bouffe. Je ne laisse pas l'espace/temps, l'ouverture necessaire pour pouvoir me poser les questions: est-ce que j'ai vraiment faim? Et quelle partie de moi a faim? C'est comm si je ne voulais rien savoir. Comme si une partie de moi, finaleent, ne voulait pas guérir et cette partie sait très bien que si je crée l'ouverture, si je laisse la conscience entrer, je ne pourrai plus manger comme je le fais.

C'est comme si je ne voulais pas entendre, pas savoir, pas voir pour garder l'excuse de me comporter comme je le fais. Comme si la bouffe était ma seule et dernière bouée de survie queje ne veux pas lâcher alors que c'est ce que je veux le plus au monde par ailleurs. Mais mon inconscient semble croire que si je lâche ça, je meurs, je perds la sécurité, je ne suis plus rien, je n'ai plus rien.

Comment créer l'ouverture? Comment mettre de la conscience là où je refuse de la mettre?? Parfois je deviens chèvre à vuloir répondre à ce genre de questions...

Merci

Commentaires

curuni.
Abonné

Bonjour Lourdes,

Je vois que tu nous as rejoints récemment... La bonne nouvelle, c'est que LC est justement là pour t'apprendre tout ça.... Et en douceur !

Laisser entrer la conscience peut en effet être très douloureux et, crois moi, sur LC, on ne le fait pas seulement sur la nourriture... Pour notre plus grand bien !

Bien sûr que tu ne pourras plus manger comme tu le fais, tu mangeras mieux ! Tu apprendras à apprécier la nourriture pour ce qu'elle est, ni plus, ni moins et tu apprendras aussi que la nourriture peut être une source de réconfort mais pas la seule bouée de survie.

"Mettre de la conscience là où tu refuses de la mettre" : tu verras qu'elle se glissera là où ça fait mal au fil des exercices !

Je te propose de suivre le programme, exercice après exercice et j'espère que tu trouveras des réponses à tes questions.

J'espère t'avoir un peu aidée.

Bonne journée

Frunobulax.
Abonné

J'aime bien le parallèle avec les voitures. Sauf que là tu es seule avec tes interrogations.

Tu as déjà conscience que tu te voiles la face, en quelque sorte. Mais je pense qu'il faut simplement que tu prennes patience. Ce "déni" n'est absolument pas définitif, puisque tu es ici. Tu ne te serais pas inscrite sans une volonté de te sortir de ce qui te bouffe la vie aujourd'hui.

Tu te rends compte que ça va être un gros boulot (d'où ces œillères que tu te mets encore), et je te le confirme. Mais je peux te dire que cette remise en question sera définitive. Avec des hauts et des bas, certes, mais tu feras ton chemin, et tu ne pourras plus revenir en arrière. Et au fond de toi, tu le sais.

On s'est emmurées pendant des années dans une espèce de facilité, mais on sait que cet état d'esprit est aussi illusoire que toxique à long terme. La vérité en face fait peur, on est tous passés par là.

Les exercices décrits ici vont te donner des pistes. Tu vas apprendre à te poser, ce qui ne te laissera pas vraiment le choix pour réfléchir à ce que tu fais ! Ça reste une fantastique aventure, non seulement côté alimentation, mais aussi pour tout le reste !

Continue, si tu le souhaites, à nous faire part de tes impressions, aussi bien positives que négatives.

izabelle
Animatrice forum

ce qui est bien, Lourdes, c'est que tu réponds toi-même à ta propre question

comment mettre de la conscience?

ça va sembler bête, mais avec les exercices de pleine conscience....

tu les aborderas après la première semaine d'observation

 

ce qui est fou, c'est que ton analyse est super pertinente, impeccable....

bien sûr que la partie de nous-même qui utilise la nourriture depuis toutes ces années comme un "médicament universel" n'a aucune envie de changer les choses,  de manger consciemment et selon ses besoins

elle a envie de continuer à utiliser la nourriture, en pilote automatique, pour répondre à tous les malheurs ou contrariétés, comme une bouée de secours, une soupape de décompression....

 

la bonne nouvelle, c'est qu'ici on n'apprend pas à manger "comme de bons petits soldats", mais que la dimension réconfort de la nourriture est reconnue et valorisée

on apprend à se réconforter VRAIMENT avec la nourriture, et contrairement à nos habitudes, pas en se goinfrant, mais se réconforter, même sans faim, en pleine conscience.....

il n'y pas de renonciation à faire, il faut juste apprendre à le faire correctement.......

déjà c'est important d'en prendre conscience, car sinon  si on imagine que le programme nous rendra comme des robots qui ne mangent que quand ils sont la faim adéquate et juste pour se nourrir,   on risque de refuser assez vite d'aller dans cette direction.....

 

se réconforter par la nourriture oui, mais bien...... vraiment....      et avec peu de nourriture

c'est possible car quand on sait bien se réconforter, on n'a pas besoin de beaucoup de nourriture pour le faire.....

 

je ne dis pas que tu vas apprendre ça du jour au lendemain, mais laisse-toi guider par le programme et tu apprendras tout ça peu à peu......

 

 

et on apprend aussi à n'avoir parfois pas besoin de se réconforter par la nourriture, simplement parce que l'on peu à nouveau se confronter à soi-même, ce qu'on ressent, qui on est,   à accepter ce qui nous traverse comme émotions et comme pensées.....

c'est une sorte de double piste qui permet à terme d'avoir beaucoup moins besoin de se réconforter avec de la nourriture, mais quand on en a véritablement besoin, de savoir le faire bien (et sans incidence sur notre poids)

 

bonne continuation à toi

Lourdes.
Abonné

Je vous remercie toutes les trois pour vos réponses. Cela fait tellement longtemps que je réfléchis à tout ceci... Je connais les livres des docs A et Z depuis plus de 5 ans maintenant, j'ai su dès la première lecture que c'était LA solution et pourtant j'ai pas appliqué de suite, pas prête, encore beaucoup de prise de conscience à faire. Ce uq ej'ai fait pendnat ces dernières années. je pensais maintenant que ce seriat "plus simple" d'appliquer en me connaissant mieux.

Mais cela fait 40 ans que je m'interdis le PLAISIR, la VIE, alors forcément, la pleine conscience c'est la vie et être présent à ce que l'on mange et déguster c'est le plaisir! Pas étonnant que ce soit terrifiant pour moi, enfin pour mon inconscient.

En vous lisant je me rends compte aussi à quel point je fuis le présent en voulant être déjà à une autre étape que celle de l'observation, ça fait aussi partie de la fuite, du refus de la pleine cosncience, de laisser l'espace à ceq ui est là d'être juste là.

Je me donne donc le droit d'en être encore là où j'en suis, en mode observation, il sera toujours temps de me mettre à agir et d'intégrer ces nouveaux changements pour de bon .

 

Merci à vous pour vos réponses qui font du bien :-)

Noelle
Marraine

Bien sur, laisse du temps au temps;. je me souviens d'avoir lu sur un chat  dun des deux experts, Dr A ou Dr Z, " ne pas aller plus vite que la musique", tu as le temps, laisse toi porter par le programme, il est construit pour nous, avec nos difficultés "relationnelles" avec la nourriture et tout ce qui va avec..

 

Bon voyage sur LC

Lourdes.
Abonné

Oui laisser le temps au temps, que c'est difficile parfois souvent. Comme j'aimerais me catapulter à un autre point du temps où tout cela serait déjà derrière moi cheeky

Toinette20.
Abonné
Bonsoir, C'est fou ça j'ai l'impression que moi aussi j'aurai pu écrire cela . En plus moi lorsque je fais les courses j'achète toujours trop de nourriture de peur d'en manquer. Je mange sans faim par ennui, par solitude, j'ai l'impression que me remplir le ventre c'est me remplir d'amour. Que faire car après c'est le dégoût de tout et surtout de moi. Amicalement
Lourdes.
Abonné

Roh là là, me remplir le ventre pour me remplir d'amour, comme ça me parle ça aussi!!! Cette recherche du sucré, du doux pour y trouver un ersatz d'amour, un faux semblant de bonheur, une illusion d'attention...

Comme le cerveau humain est retord et fort doué pour nous jouer de vilains tours! Comme j'aimerai pouvoir causé à mon cerveau reptilien qui n'a de cesse de croire que je suis en danger perpétuel, qu eje suis en manque d'amour et qu'il me faut eriger autour de moi des barricades à grands coups de chocolat et autres biscuits...

Comme j'aimerai arriver à mettre en pratique ce que je comprends si bien... Et arriver à recevoir et donner de l'amour, le vrai sans le tartiner de confiture...

Gérard Apfeldorfer ancien
Votre coach

 

Bonjour Lourdes,

Je crois que Izabelle, curuni, frunonulax ont répondu à votre question et que vous avez bien compris.

En fait, telles que vous décrivez les choses, ce refus de tenir compte de ses sensations alimentaires, de même en prendre conscience, sont des stratégies visant à éliminer tout ce qui pourrait se mettre en travers de notre route lorsque nous désirons manger beaucoup, vite, des aliments riches, afin de calmer nos émotions. En somme c’est la définition même d’une envie de manger émotionnelle.

Calmer ses émotions, voilà l’urgence, dans ces moments. Une bouée de survie, comme vous dites.

Et donc, c’est de cela qu’il faut sortir. Comment ? En devenant capable de vivre ses émotions et les laisser se calmer d’elles-mêmes. Bonne route !

Lourdes.
Abonné

Merci beaucoup pour votre réponse. il n'y a parfois que l'évidence qui ne saute pas aux yeux wink Finalement je ne comprenais de l'EME que la quantité, mais je n'avais pas inclu dedans cette incapacité à mettre de la distance, cette frénésie, cette nécessité, comme une angoisse, (pour donner une image un peu forte, j'ai la sensation d'être comme Golum et son précieux dans le Seigneur des anneaux).

Je sais que j'ai à travailler sur les émotions et à les laisser vivre en moi, se déployer pour les accueillir et je me rends compte grâce à votre intervention que le travail va être plus colossal que je ne pensais...

Merci encore. Finalement vous avez créé l'ouverture dont j'avais besoin wink

curuni.
Abonné

Bonjour Lourdes,

Gollum est mon personnage préféré du Seigneur des Anneaux cheeky

Tu verras, le parcours n'est pas aisé en effet mais il est efficace (et tu n'auras pas à te jeter dans la lave de la montagne du destin...)

Bonne route et bon dimanche à toi !

Lourdes.
Abonné

Merci Curini, je commence à entrevoir effectivement la difficulté, ça va faire mal, mais un mal qui fera du bien. Il faut biene n passer par là, après tout j'ai passé ma vie à l'éviter... et je sais que pour que ça aille mieux il faut traverser cette étape pas très agréable... Alors go!

maggy.
Abonné

Bonjour Lourdes,

j'aime beaucoup ton analyse, et après avoir passé plusieurs moi ici, elle me permet de voir que j'ai progressé, même si ce n'est pas visible sur mon poids.

Quand j'en étais à ton stade de "débutante", je ne voyais pas les émotions qui m'engluaient dans la morosité et qui me faisaient manger, pour me réconforter en anesthésiant ces émotions. Grace au travail que j'ai fait ici, j'arrive désormais à voir ces émotions. Je ne les calme pas encore facilement, elles me pompent encore beaucoup d'énergie et me font encore manger avec excés, mais ma conscience se réveille doucement. 

Merci pour ton post si pertinent, grace auquel je réalise ma progression! Ca me donne bon espoir pour la suite. Après la prise de conscience viendra le changement, je n'en doute pas.

Je te le souhaite!

Lourdes.
Abonné

Avec plaisir. Je suis heureuse de ton message c'est encourageant pour moi qui débute de voir que c'ets possible... Merci

Bliss.
Abonné
Quand je te lis je vois tout sauf une débutante........plutôt quelqu'un d'extrêmement lucide. La solution dans le plaisir c'est top quand même.
Lourdes.
Abonné

Je te remercie Bliss. Tu as raison et tort à la fois wink Je suis très douée en théorie, j'ai intégré beaucoup de choses et changé ma façon de voir, la vie, le monde, mon histoire etc. En cela j'ai acquis une sorte de paix intérieure. Pourtant je suis nulle en pratique. C'est un peu comme si j'étais à la porte du bien-être mais que je refuse encorepour le moment d'y entrer car je suis terrifiée. Je sais que c'est la "personne" que je crois être qui a peur de mourir en entrant...

Je te remercie de tes motssmiley

Haut de page 
X