Comment faire pour s'accrocher ? - le 07/08/2011

capuccino
Marraine
Comment faire pour s'accrocher et continuer la méthode : - malgré les kilos qui s'empilent au lieu de s'en aller alors qu'on était déjà en surpoids avant de commencer la méthode ? - alors que l'angoisse vous étreind, vous fait perdre les pédales à l'idée de grossir encore et encore et vous fait manger trop et encore trop ? - accepter son corps qui ne ressemble plus à rien de ce qu'on en a connu et qu'on arrive même plus à se regarder dans une glace ? - qu'on vit dans l'attente d'aller mieux et qu'on laisse sa vie en stand by et qu'en tant que femme la possibilité de séduire a déserté notre quotidien ? Cela doit faire un mois que j'ai commencé la méthode. Depuis fin mai, j'ai pris 4 kilos qui se sont ajoutés aux 10 autres pris tout au long de l'année et ce soir, je ne sais plus à quelle sainte-méthode ou à quel saint-régime me vouer. La première semaine, le calme et la sérénité vis à vis de mon poids, de la nourriture m'ont envahie mais aujourd'hui, alors que j'ai trop mangé parceque j'avais très faim, puis pour affirmer mon intégration au "groupe", puis pour faire plaisir, puis pr gourmandise, puis par ennui et pour conclure par angoisse. tout ça dans une même journée, ça fait flipper ! Aidez-moi à retrouver le fil d'ariane qui m'aidera à sortir de ce gouffre. Merci.

Commentaires

jpzermati
Votre coach

Bonjour Capuccino,

Vous prenez du poids depuis un an avec une accélération de votre prise de poids depuis le mois de mai. Vous avez ressenti une amélioration quand vous avez commencé le programme au mois de juillet et vous venez de vivre aujourd'hui une journée de fortes compulsions.

Cette prise de poids importante et rapide sur un an est tout à fait anormale et préoccupante. Elle a certainement été déclenchée par une cause que vous connaissez peut-être. Le phénomène d'emballement que vous décrivez nous est malheureusement bien connu. Plus le poids augmente, plus l'inquiétude augmente et plus les compulsions augmentent. Ce qui constitue un cercle vicieux qui va en s'emballant. C'est l'angoisse de grossir qui fait manger !

Le programme vous a apaisé et vous avez repris espoir. Vous aviez bien raison. Mais aujourd'hui, dans une circonstance conviviale, vous avez dépassé votre faim. Par effet d'entrainement, peut-être pour ne pas froisser vos hôtes ou tout simplement parce que c'était bon. Bref, vous vous êtes comportée normalement dans ce type de situation festive et conviviale où tout le monde dépasse joyeusement sa faim et se remet à l'écouter le lendemain. Mais ce qui aurait du être un dépassement normal s'est transformé en compulsion. Le fait de manger sans faim a réveillé votre angoisse de grossir. Vous avez réamorcé le cercle vicieux. Et de nouveau vous vous désespérez. Ce qui a pour effet d'entretenir ce terrible cercle vicieux.

Il est possible que, poussée par votre volonté de maigrir, vous ayez littéralement paniqué en vous observant manger trop, Peut-être êtes-vous trop stricte sur le respect de vos sensations alimentaires et essayez-vous de les respecter trop parfaitement.

Sachez que dans un comportement alimentaire normal, personne ne respecte sa faim et sa satiété dans 100 % de ses prises alimentaires. Il y a toujours des circonstances où l'on mange plus. Cela ne fait ni grossir ni n'empêche de maigrir, dans la mesure où le dépassement ne s'effectue pas sur le mode compulsif et où il est naturellement compensé le lendemain par le retour de la faim. Le respect des sensations alimentaires doit se faire dans la souplesse et surtout pas dans la rigidité. Dans ce cas, nous aboutirions à une nouvelle forme de restriction où toute transgression des sensations alimentaires déclencherait une compulsion.

Je comprends bien votre désespoir de voir votre poids s'emballer, la panique qui s'empare de vous à l'idée de ne plus rien contrôler. Mais il faut absolument que vous retrouviez votre calme pour que votre comportement alimentaire puisse de nouveau s'apaiser et que l'espoir revienne. C'est le seul moyen de briser ce cercle vicieux.

Si vous n'y parvenez pas, peut-être pourriez-vous consulter votre médecin traitant et discuter avec lui de ce qui a déclenché votre prise de poids il y a un an. Et si nécessaire, n'hésitez pas à évoquer la possibilité d'une aide médicamenteuse.

Vous pourrez retrouvez la sérénité du début du programme si vous le poursuivez avec plus de souplesse et peut-être moins d'intransigeance envers vous-même.

Surtout ne lâchez pas et n'hésitez pas à revenir vers nous. Nous sommes là pour vous aider.

 

 

 

 

capuccino
Marraine
Merci Docteur de votre attention et de votre réponse. Sans doute n'y a-t-il pas une cause unique à ma prise de poids mais la ménopause en est certainement une partie, et puis la réforme des retraites (hé, oui, ça fait bizarre de l'écrire comme ça, et pourtant !). En tant qu'infirmière dans la fonction publique, j'ai dû comme toutes mes collègues, penser et me positionner par rapport à ma futute retraite et là, j'ai réalisé que je vieillissais et que le temps passait. Et subitement, j'ai pris 10 ans d'un seul coup ! J'ai toujours été dans le contrôle alimentaire : à peser, noter, compter ce que je mangeais. je n'ai jamais su me nourrir naturellement et sans me poser de question. Et en riant, j'ai toujours dit à mes collègues, mes proches que lorsque je serai vieille, j'arrêtrai les régimes, que je me goinffrerai de gâteaux et de cocho....ries, que je deviendrai énorme. Cette heure aurait-elle sonnée dans mon inconscient lorsque j'ai dû choisir en avance la tranche d'âge où je partirai en retraite ? Ce matin, j'ai repris la RPC, difficilement je dois l'avouer et puis j'ai fait pour la 1ère fois une séance de 3 mn, et là les larmes ont coulé comme ça, spontanément...puis ont cessé...et plus tard, dans la voiture en allant travailler, une réflexion sur l'importance des repas dans ma vie s'est imposée à moi...Que de réflexions et de boulversement. Mais aujourd'hui, j'ai écouté mon corps et ma faim. Merci à vous.
jpzermati
Votre coach

Bravo Capuccino,

C'est excatement come ça qu'il faut pratiquer la PC. L'acceptation des émotions offre d'autres choix que manger. Cela permet d'envisager ces autres choix et de voir au-delà de ces émotions.

Ah, au fait. Vous ne finirez pas grosse.

Mais comportement de restriction + perturbations émotionnelles = Compulsions. C'est ce qui s'est passé.

Vous tenez le bon bout. Poursuivez votre pratique de la PC. A votre ryhme.

stridline.
Abonné

[quote=jpzermati]

Ah, au fait. Vous ne finirez pas grosse.

[/quote]

merci.

je lis et relis cette phrase, je suis bouleversée et je me sens tellement soulagée.

merci pour ce site, merci pour vos idées, merci pour cette phrase, merci de ne pas nous stigmatiser, merci de croire en nous :')

Haut de page 
X