Dans la peau d'une obèse sur M6 - 29022012

calico.
Abonné

Je viens de voir une émission à 20h50 sur M6, "Zita: dans la peau d'une femme obèse" et j'en sors passablement choquée. Outre le fait que la journaliste s'est efforcée de sur-manger pendant un mois.( Elle s'est littéralement gavée,) ce qui m'a interrogée, c'est les commentaires off. A propos de la satiété qui serait déréglée chez les persones obèses, ainsi que d'autres mécanismes de régulation. Que sait-on exactement aujourd'hui à propos des mécanismes de la régulation de la faim. Ce sont des questions à messieurs Apfeldorfer et Zermatti, Merci d'avance pour vos éclairages de spécialistes en la matière.

 Les exemples, les personnes choisies dans ce reportage-choc et sensées representer la catégorie "obèses" sont-ils représentatifs? Une seule personne a perdu 60  kilos sans rien faire, sans régime. Le commentaire est édifiant "par sa seule volonté". ça me serre les boyaux d'entendre cela à la TV. Car le corollaire caché est : les autres n'y arrivent pas par manque de volonté. alors que ce sont les régimes les grands responsables des effets yo-yo. le discours de la journaliste est très humain, mais le discours off est clairement orienté "régimes". Dommage.

Jamais il n'est évoqué que c'est une histoire d'émotion. c'est en sous main et pas décodable facilement. la jeune femme avait mal fait son deuil de deux décès de proches dans son enfance et maigri lors de ses deux grossesses. Elle dit quelque chose de très beau: ce sont mes enfants qui m'ont soignée. Je ne me sentais plus seule.

Même le nutritionniste a le discours Régime. Navrant. Pendant tout le reportage, je bouillais intérieurement. Une femme disait qu'elle ne voulait plus jamais faire de régime. Elle se savait en danger de mort à cause de son surpoids, mais plus question de se restreindre. ça m'a rappelé tellement de chose que j'ai lu sur ce forum. Cela aurait pu être l'un ou l'une d'entre nous. et la réponse du nutritionniste à cela a été "il y a de bons et de mauvais aliments, il va vous falloir en limiter certains". 

Mais qui a raison?

Bon, je me rends compte que mon post est un poil émotionnel parce que "à chaud" et un peu dans tous les sens. Sorry.

Si d'autres ont vu ce reportage, merci d'utiliser ce post pour en parler.

Commentaires

sagattine.
Abonné

Calico, moi aussi j'ai vu ce reportage! Je l'ai trouvé affligeant car, comme tu le dis, à aucun moment la question de l'évitement émotionnel par la nourriture n'est abordée : en fait, le seul problème des obèses c'est de trop manger... Ha bon? C'est juste ça? Et bien réduisons nos portions et faisons un peu preuve de bonne volonté alors, je n'avais pas compris que la solution était aussi simple...angry

Et puis merci le nutritionniste : il ne faut pas laisser 5kg de trop, parce qu'après c'est l'escalade...mais 5kg de trop par rapport à quoi? Et je suis d'accord, le coup de "elle a perdu 60kg par sa seule volonté" ça donne des envies de meurtre...que Zita machin chose aille faire un tour sur le post des choses les plus folles faites pour perdre du poids, et après on verra si les obèses n'ont pas de volonté...

Je ne comprends pas comment des stupidités du style de celles proférées par Dukan (et par stupidité je suis gentille) peuvent être sur-médiatisées et connues du grand public alors que la méthode AZ pleine de bon sens reste dans l'ombre.

J'ai aussi une question aux docteurs : peut-on considérer que l'obésité est une maladie? Ce n'est pas la première fois que j'entends ça et je ne sais pas quoi en penser.

dreamscometrue.
Abonné

je n'ai pas vue le "documentaire" mais rien qu'en voyant la bande -annonce j'ai ete outré! L'idee mme d'aller en "sous - marin" étudié un autre être humain m'a mis la boule au ventre car je l'ai vraiment ressenti comme : les obeses sont une race a part, alors allons les observer pour voir ce qui ne va pas et pourquoi il ne faut pas devenir comme eux.

Mais comment peut en arriver là? Comment se peut il que quelqu'un ai pensé que cette idée était bonne, utile et bien a montré à l'antenne? je ne comprend pas.

Ils ont surement voulu faire un remake du film "Super Size Me", mais ce qu'ils ont oublié par rapport à ce veritable documentaire c'est qu'il avait ete fait pour dénoncé les fast food, et montré preuve à l'appui les dégats que cela faisait sur le corps humain! Ce n'était pas un film où le réalisateur s'amusait à manger des hamburgers tous les jours pour voir comment on se sent avec des kilos en plus!!

Même si je ne l'ai pas regardé, ce que j'aurai aimé que cette "journaliste" documente et vive c'est toutes les souffrances que ces personnes ont subis/subissent. Tout ce mal être qu'il/elles transportent chaque jours et avec lequel ils/elles doivent vivre au quotidien. Et après j'aurai bien aimé la voir dire que maigrir est une question de volonté!! >_<

Je l'ai toujours dit et je le redit encore: les depressifs sont seux qui ont le plus de force parce que chaque jour ils se battent! les personnes en surpoid et mal dans leur peaux sont ceux qui ont le plus de volonté parce que chaque jours ils se battent avec ça!

Alors qu'on vienne pas nous pondre un pseudo documentaire raciste et limite inhumain pour nous "expliquer" que nous devrions tous être aux régimes!!! ..... desolee je m'emporte 

Papillonelle.
Abonné

Je suis très partagée par ce documentaire. Déjà, c'est un type de reportage qui n'a jamais été fait ou que je n'ai jamais vu (je n'ai pas vu "Super Size Me") ...

Ce qui me dérange, c'est le côté provocateur du reportage qui met mal à l'aise et le fait de transformer les télespectateurs en voyeurs face aux obèses.

Sinon en essayant de rester objective et non en colère face à un problème que je vis moi-même, je dois dire que j'ai trouvé la journaliste "tête brûlée". Je trouvais que les personnages en souffrance étaient dignes. J'ai été étonnée par le peu de poids qu'elle ait pris. J'ai été aussi fortement interessée par le fait de m'apercevoir qu'il y avait une accoutumance du corps...C'est en effet, quelquechose que je crois me rappeller avoir vécu maintenant que j'ai vu ce reportage...Je trouve que c'est un reportage qui ne règle rien mais qui pour nous, qui sommes un peu entraînés à distinguer le vrai du faux sur ce domaine, peut apporter un éclairage différent et des informations à prendre en compte. Notamment le fait que "maigrir, c'est dans la tête" mais maigrir, c'est aussi dans les hormones : la leptine qui fait défaut ou qui marche moins bien à cause de dérèglements suite aux régimes ou suite aux mauvais comportements alimentaires.

En ce qui concerne le docteur, je ne l'ai pas trouvé si mauvais. Je trouvais qu'il ne parlais pas trop de régimes mais plutôt de santé et qu'il n'était pas d'accord avec le fait de faire des expériences avec sa santé. Evidemment, j'ai tendance à préférer nos docteurs favoris A et Z qui nous aident beaucoup mais celui-ci ma foi n'avait rien d'un Jean-Michel Cohen ou d'un Dukan (je les met tous les deux dans le même sac, je ne développe pas car RrrrRhhh grrr !!!!).

Très partagée dons, un peu perturbée par ce que j'ai vu, le début du reportage notamment, passages très douloureux mais reportage interessant si on le regarde avec un oeil exercé, enfin, je crois...

Je serais très curieuse de savoir ce qu'en pense A et Z, si je me suis faite manipulée par les médias ou pas...

sillyconne.
Abonné

Prétextant délivrer un message informatif ou préventif, le commentaire répétitif ne fait que stigmatiser les personnes obèses en surfant sur un côté voyeur.
C'est bien connu les obèses sont sans volonté, mous..... apathiques....

Flowerbomb.
Abonné

j'ai moi aussi été outrée par cette émission. on ne parle effectivement que de  "volonté" pour maigrir, et le côté voyeur, on en parle même pas.....

Et Zita (qui est fait des articles dans le "Grazia" et le "Elle" je ne sais plus..) n'a pas eu peur de mettre son corps à rude épreuve, oh lala...... comment peut-on faire ça.

quant au nutritionniste pppfffff.................. il doit être en mal de reconnaissance pour vouloir passer à la télé..........navrant, vraiment...........

en tout cas, NOUS linecoachingeuses, on est blindées sur cette façon de voir les choses et on peut être révoltées à juste titre mais les autres ? celles qui n'ont pas compris que les régimes font grossir et qui sont encore dans le système régime ? les pauvres....

fleur2lotus.
Abonné

Merci Calico, j'ai malgré moi regardé une petite demie-heure de cette connerie.

J'ai un IMC de 32, donc médicalement, je suis obèse ... dans mon malheur, j'ai de la chance, je suis grande (1.73m) et j'ai hérité de la charpente de mon père. Du coup, les gens ne s'imaginent pas que je peux avoir 25 kg de trop par rapport à un IMC de 25.

Comme on me le dit souvent, je suis bien proportionnée et j'ai une taille, même si elle est pas de guêpe.

Le côté voyeuriste m'a énormément choquée. La jeune femme qui a perdu 60kg par la seule force de sa volonté (sic), on ne nous dit pas comment. Bon, je me suis arrêtée peu après.

Le but c'était quoi? Montrer que si on mange trop on grossit? Quelle nouvelle !!

Elle aurait été en immersion avec une anorexique, on aurait entendu qu'elle avait une volonté de fer alors que ce n'est pas le cas.

Comme le disait Elisabeth, la seule animatrice WW géniale que j'ai connue (il y en a), les kilos ne sont pas venus en un jour, ils mettront du temps à partir. Dukan promet la lune, on sait pourtant qu'on ne la décrochera jamais et on essaye quand même avec tous ces régimes qui nous affame. Elisabeth disait toujours "Régime, POUHHHHH quel vilain mot".

Quoi qu'il en soit, le reportage s'appelle 'dans la peau d'une obèse". En gros (sans méchant jeu de motsmiley), être obèse se réduit à manger sans cesse et sans faim?

Zita est passée du 38 au 40? Pauvre chou, la taille 40 est une illusion dans mon cas, je vise un 42 (on en trouve encore dans presque toutes les boutiques).

Etre obèse, c'est aussi souffrir du regard des autres, souffrir encore l'été quand on met une jupe parce que les cuisses qui frottent c'est très douloureux le soir. Et quand on n'en met pas pour ne pas avoir mal, devoir expliquer pourquoi. Souffler comme un boeuf quand on a décidé de choisir le défi "J'évite les ascenseurs" et qu'on bosse au 4ème étage (96 marches) et qu'on les monte au moins 4 fois dans la journée.

Etre regardé de travers le jour où on s'autorise de manger un truc gras et sucré, même si c'est la seule fois de l'année.

Autant aller faire un tour sur le forum "phrases assassines et petites humiliations".

calico.
Abonné

Merci à toutes pour vos réactions. J'avais des doutes sur mon intégrité intellectuelle tout à coup. Etais-je folle de vouloir critiquer l'émission ou pas.

Ou pas. On est d'accord, c'est du grand n'importe quoi.

Merci Clémentine, je suis allée lire l'article de Psychologie. Très bien. ça résume notre sentiment général de nous être faits bernés encre une fois par des médias qui vendent leurs salades et perpétuent un message obsolète.

Maintenant il y certainement des choses vraies par dedans et il ne s'agirait pas de jeter le bébé avec l'eau du bain. 

Pour ce qui est du véritable journalisme d'immersion, dans les années 50-60, J-H Griffin, journaliste amricain, a vécu pendant des mois dans la peau d'un noir. Il a ensuite écrit un livre "Dans la peau d'un noir". Je vous le conseille, il n'a pas pris une ride. Ce que le journaliste a vécu est encore malheureusement d'actualité. 

Plus récemment, en 87, Günter Wallraff, un  journaliste allemand, s'est glissé lui dans la peau d'un émigré turc. Il a écrit ensuite "Tête de turc". Même constat. le rascisme a la peau dure.

Zita, la journaliste française, se la joue plus soft et dans un registre plus télé-réalité. On fait de l'audience avant tout. Elle semble assez sensible, mais se fait totalement récupérer par le système télévisuel. Dommage.

mailys10.
Abonné

J'ai été écoeurée moi aussi! ce reportage était sensé être journalistique et au final c'était juste une sorte d'émission de télé réalité qui disait "si tu manges 6000calories comme la dame, tu deviendras gros, moche et malade"!! alors que cette dame en a tout simplement marre de se priver, elle se trouve très bien comme elle est, elle est heureuse et c'est le plus important. L'émission n'a fait que dire que si certaines personnes sont en surpoids, c'est tout simplement de leur faute et qu'elles n'ont aucune volonté!! grrrr!!! C'est tout simplement exaspérant!!!!

capuccino
Marraine

A force de vous lire  je viens de regarder l'émission sur M6 replay. Ce que j'y vois, c'est surtout cette dame qui jolie, souriante  se dit heureuse et qui mange sans sensation de faim, qui se relève la nuit et qui comme nous toutes a basculé sous l'implusions de ces émotions mal gérées, mais ça personne n'en parle dans cette émission ou tout du moins on va pas au bout du problème, on parle de LA raison qui fait grossir comme si les choses étraient aussi simples.

 

Très réducteur comme émission!!!

Ann.
Abonné

J’avais pourtant des apriori quand j’ai eu connaissance qu’il y allait avoir ce reportage. Car je pensais que ça allait donner une image de personnes obèses qui mangent trop et qui n’ont pas de volonté. Maintenant que je l’ai vu, je n’ai plus du tout cette mauvaise impression.

Bien sur, je reste choquée qu’une journaliste soit prête à faire des choses aussi folles pour son reportage, mais c’est son problème et pour le reste je trouve qu’il y a des choses positives. Par exemple l’expérience de Zita m’a confirmé qu’en mangeant trop nous perdons ses facultés de ressentir quand on a faim ou la satiété. Donc cela veut dire qu’en réapprenant comme on le fait dans linecoaching à écouter sa faim et son corps, nous sommes sur la bonne voie.

Ensuite toujours l’expérience de Zita, au début elle dit qu’elle se sent mal, qu’elle a chaud, qu’elle a envie de dormir, limte dépressive. C’est ce que je ressens aussi, alors je me dis qu’avec ce programme Linecoaching, en réapprenant à manger selon mes sensations, je n’aurai peut être plus ce mal être.

La dame qui en a marre des régimes et ne veut plus en faire, c’est aussi un beau témoignage qui reflète bien que les régimes ça sert à rien, qu’à créer des troubles alimentaires…Et après on en a marre, on n'en veut plus de ces régimes.

Les images de la personne qui doit faire de la chirurgie, ça me pose par contre un problème, car si on perds beaucoup de kilos cela me laisse penser qu’il faut passer par là ?

Vers la fin du reportage, la jeune fille montre à sa mère des résultats positifs de sa cure. La maman la prend dans ses bras… Ah oui, c’est là que je me sens mal et en colère en regardant ces images. Qu’est ce que je ressens alors ? Manque ? Carence affective ? Oui il y a des souffrances lointaines, enfouies, souvent, dans les troubles du comportement alimentaires. Même si dans le cas de la dame, même après des années la thérapie, elle ne sait pas lesquelles… Il me semble que ça apparaissait bien dans ce reportage, les souffrances à l’origine de ces comportements. Alors je suis revenue sur mon apriori et j’ai trouvé qu’il était pas si mal fait, ce reportage…

Moi cette émission me conforte que j'ai trouvé la bonne méthode et c'est celle-ci...

calico.
Abonné

merci Ann pour tous ces côtés positifs que tu rappelles et qui apparaissent bien dans le reportage. C'est bien pour cela que j'ai écrit de ne pas jeter le bébé avec l'eau du bain. Il y a des tas de bonnes choses, encore faut-il avoir les moyens de décoder autrement que ce que le commentaire off nous force à croire. Heureusement, Zita la journaliste oppose un fond d'humanité et se sensibilité qui "sauve" le documentaire. C'est pas contre elle que j'en ai, c'est contre les producteurs et les commentaires.

Nikaia.
Abonné

Bonjour

je n'ai pas vu le reportage (que j'irais peut etre regarder sur M6 replay pour me faire une idée) .. mais ce que vous en dites me fait surtout penser que le titre était mauvais .. elle ne s'est pas mise "dans la peau d'une femme obèse" .. Contrairement à ces journalistes qui ont écrit "dans la peau d'un noir" ou d'un turc (j'avais personellement lu un livre dans le genre "dans la peau d'un intouchable") .. où les journalistes sont grimées et sont perçus par les extérieurs comme étant eux mêmes noir, turc ou intouchable ... De ce que vous dites elle s'est contenté de suivre et de copier une femme obèse  donc un titre " ce que mange une obèse" aurait été beaucoup plus adequat

Quand on est "dans la peau", on recent les regards, on entend les remarques perfides, on se voit dans le miroir .. et quand on ne le recent/entend/voit voit pas, on les imagines ... et dans tous les cas ça fait basculer dans l'EME pour entretenir le surpoid/l'obésité.

du "divertissement"/voyeurisme et pas du journalisme :)

bonne journée à tous

 

isabellej.
Abonné

Je n'ai pas vu    mais comme d'hab, au lieu de voir les émissions, je me contente des critiques, surtout celles qui me font rire

je vous conseille cet article de blog : 

//peaceofcake.blogspot.com/2012/03/super-size-her.html

ça m'a fait bien rire, après avoir lu toutes vos commentaires, je crois que je vais en rester là et éviter le replay.....

Heliade.
Abonné

Quand de mon ordinateur je découvre les déchets de la télévision française, je suis bien contente d'être en Inde. 

cilceSH.
Abonné

J'approuve et je plussoie!

Et en +, je suis sur que ça ne debarquera pas sur TV5....sont pas cablés avec M6! :-)

Y'a des jours, la France ne me manque pas...

lahiza.
Abonné

 Bonsoir,

j'ai regardé le reportage et j'ai lu la critique dont parle isabellej de ce reportage. J'ai adoré la critique, car elle est corosive. En définitive, cette émission stigmatise les gros et leur fait la morale. Le message de cette émission, c'est de dire : attention, on peut tomber très vite dans une conduite addictive vis à vis de la nourriture. Ayez peur de vos conduites alimentaires. Etre gros, c'est l'enfer !

Cependant, cette émission m'a touchée dans les témoignages même si l'émission n'a pas fait le choix de montrer les souffrances de ces femmes ainsi que leur courage.

Par exemple, la première femme que l'on suit, qui avait déjà perdu 57 kg ! et avait tout repris. Qui fait une thérapie pour lutter contre ses compulsions. Qui décide qu'elle ne veut plus faire de régime. Cette femme-là, dont je vois les souffrances et la combativité, cette femme-là est présentée dans l'émission comme une grosse tête de mule suicidaire ! J'étais indignée.

Ensuite, il y a une jeune femme qui est mal dans son corps, qui voudrait perdre du poids. Elle vit avec un homme qui aime les grosses : un "fat admirer". Ce dernier lui envoie des messages contradictoires : d'un côté, il souhaite qu'elle soit en paix avec la nourriture et l'aide à être plus régulière dans sa prise de nourriture, et d'un autre côté, il lui dit qu'il l'aimerait peut-être un peu moins si elle perdait du poids ! Cherchez l'erreur. En tous cas, cette jeune femme est en pleine souffrance. Alors, elle fait un genre de thérapie à la mode : elle se fait photographier en petite tenue. Je ne lui jette pas la pierre, car ce que je vois avant tout c'est une femme qui essaye d'accepter son corps, et c'est le premier combat à mener lorsqu'on est gros. Et le deuxième, à mon avis, c'est quand même de perdre du poids, en supprimant le plus possible les compulsions alimentaires.

Par manque de temps, je ne vais pas donner mes impressions sur la troisième personne qui a perdu 80 kg "par la seule force de la volonté", selon l'émission.

Merci d'avoir pris le temps de lire ce message trop long. A bientôt.

FloD75.
Abonné

Bonsoir, 

J'avoue que je suis bien perplexe devant ce reportage que vos commentaires m'ont incitée à regarder sur M6 replay. Effectivement le titre est mal choisi, elle ne se met pas dans la peau d'une obèse pour dénoncer l'attitude que peuvent avoir les minces au sujet des gros, et d'ailleurs pour cela des protèses auraient suffit, pas besoin de mettre ssas santé en danger. quoi que cela soit évoqué au sujet de la jeune femme qui a perdu 80 kg et qui pendant ses études d'estétitienne s'est fait littéralement maltraiter.

Je ne comprends pas bien le but de l'expérience, car elle se dit journaliste d'immersion, mais où est l'immersion ? Peut-elle prétendre comprendre, vivre comme les obèses sous prétexte qu'elle mange comme une personne lambda obèse qui peut-être en rajoute un peu pour la télé (avec la télé réalité on ne sait jamais) ? Je ne crois pas, non.

Alors quel est le but ? Je n'ai pas la réponse, comme je l'ai dit je suis perplexe....parce quhonnêtement je m'attendais à pire.

Le nutritioniste m'a intéressée car, quand il explique ce qui se passe à Zita, il le fait en parlant de concepts qui sont parlant pour nous : satiété, manger sans avoir faim. Puis quand il reçoit Véronique la femme obèse aux 5876 kcal, il lui dit qu'il y a certains aliments mauvais pour la santé, il semble basculer dans le mode régime tout en niant que cela en soit un. Je trouve personnellement ce décalage révélateur: 1 que la méthode AZ est la bonne, 2 que les médecins le savent mais continuent de prescrire des régimes probablement parce qu'ils n'ont pas le courage d'annoncer à leurs patients qu'ils peuvent ne pas maigrir ou que s'ils maigrissent ils mettront bien bien bien longtemps.

Ce reportage m'a permis de prendre conscience que le corps peut s'adapter à un tel régime alimentaire, très rapidement (c'en est même étonnant et très impressionnant) et que les signaux de satiété que le corps envoie peuvent disparaître tout aussi rapidement. Ce nutritioniste explique une sorte de restriction cognitive à l'envers (en direction du "grossissement" et non de l'amaigrissement) : lorsqu'il explique à Zita que son cerveau a décidé d'ignorer les signaux de satiété envoyés par son corps. Autrement dit pour moi qui les ai superbement ignorés depuis une bonne vingtaine d'années je ne m'étonne plus de ne pas ressentir la satiété.

En négatif je bute moi aussi sur le fait que l'on dise que la jeune femme  qui a perdu 80kg l'a fait du seul fait de sa volonté sans régime : c"est répété 4 ou 5 fois, alors que l'explication est toute autre, certes elle a maigri sans régime (mais j'en connais d'autres qui essaient et y arrivent !), mais la volonté n'a rien à voir là-dedans. Elle a pris du poids car elle a perdu étant jeune son oncle et son grand-père et a accumulé un surpoids en mangeant trop. Surpoids qu'elle a perdu durant chacune de ses 2 grossesses car elle ne se sentait plus seule. Ce qu'elle sous-entend c'est que le désir d'enfant l'a guérie et c'est dommage que cela n'aie pas été creusé car cela méritait de l'être : si ses EME ont disparu, rien qu'avec la grossesse on peut comprendre qu'elle ait pu maigrir  en retrouvant un comportement alimentaire normal et en écoutant ses sensations, bref en faisant  du Zermati sans le savoir... Est-ce possible ?

Enfin horreur absolue pour ces ados mis dans des centres rééducatifs qui me glacent car je crois me souvenir que mon pédiatre en avait parlé à mes parents, mais dans mon cerveau de petite fille je m'imaginais qu'on allait m'envoyer dans un centre en Russie ! C'est dire mon jeune âge, alors que je devais avoir à tout casser 5 à 10 kg en trop! Si ce n'était pas si dramatique cela me ferait rire.. En voilà de futurs obèses, on n'a pas le droit de leur faire cela, même si sur le moment cela peut changer leur vie.

G.Apfeldorfer
Votre coach

 

Bonjour tout le monde,

Je n’ai pas eu la chance de voir cette émission, mais j’en ai entendu parler.

Bien sûr, se gaver comme l’avait déjà fait Morgan Spurlock, pour le film Supersize me, est une forme de malhonnêteté caractérisée. Quiconque se gave, c'est-à-dire force par la violence ses mécanismes de régulation physiologiques, avec n’importe quelle catégorie d’aliment suffisamment nourrissant, va forcément grossir, et avoir de troubles métaboliques. Voilà qui prouve qu’il est malsain de se gaver.

Je m’étais à l’époque élevé contre cette malhonnêteté qui consistait à dénoncer la qualité des nourritures servies dans les fast-foods et de dire que c’était la nature des aliments consommés qui faisait grossir. On peut grossir en se gavant avec de la nourriture trois étoiles tout aussi bien. Et les repas servis chez MacDo ne sont pas déséquilibrés au sens nutritionnel du terme. Simplement, ils sont consommés sans attention, trop vite, et donc souvent en trop grande quantité. Peut-être est-ce parce qu’on mange sans couverts, à la va-vite, qu'on enfourne parce que la sauce a tendance à couler…

Le reste de l’émission, pour ce que j’en ai compris, nous montre différents parcours de personnes en mal de minceur. Avec le nutritionniste de service. Le truc habituel, quoi…

Je vous propose une autre lecture de ce genre d’émission : la télévision est un miroir de nos sociétés. Elle nous permet de décrypter les lieux communs, les idées reçues de cette société. Les journalistes sont merveilleusement réceptifs à tous les lieux communs et croyances parcourant le corps social, car c’est là leur métier. Les nutritionnistes sont des hommes et des femmes comme les autres, eux aussi traversés par les discours sociaux.

Je note ce qui ressort de tout cela : l’obésité est due à un manque de volonté ; lorsqu’on a la volonté, on maigrit ; il faut rééduquer les ados trop gros dans des camps ; voilà ce qui t’arrivera si tu manges trop ; il y a des obèses qui disent qu’ils sont heureux comme ça, mais on ne peut pas les croire car ils sont trop affreux ; les régimes ne sont pas efficaces, alors il faut manger équilibré ; il y a les bons et les mauvais aliments, ceux qui font grossir et ceux qui font maigrir, etc.

A propos de la perte des sensations de faim et de satiété : ce n’est pas quand on mange trop qu’on les perd, c’est parce qu’on les perd qu’on mange trop. On les perd parce qu’on cherche à se restreindre, ou parce que les émotions ont pris le dessus et que les sensations alimentaires sont alors inaudibles. Souvent on a ces deux causes, qui se renforcent mutuellement. Lorsqu’on ne sait plus écouter ses sensations alimentaires, on en est réduit à un contrôle mental. On contrôle, puis on perd le contrôle… Enfin, vous connaissez tout ça, n'est-ce pas?

calico.
Abonné

Cher M. Apfeldorfer, je vous remercie de votre réponse claire et synthétique.

Sur le moment, je n'arrivais pas à décripter le message soujacent à cette "chose" qui m'était donnée à voir. Ce que c'est que d'avoir le nez dans le guidon tout de même. Effectivement, avec du recul  et  avec un regard d'anthropologue on voit les mécanismes derrière et le vrai message que véhicule notre société. ça défrise.

Merci aussi pour le dernier paragraphe qui remet l'église au milieu du village. 

Tout de même, j'ai encore une question au sujet du rôle de la leptine (c'est mentionné dans le reportage) dans les problèmes de poids. Elle serait déréglée chez les personnes obèses? qui du coup n'auraient plus de juste sentiment de sassiété? info ou intox? et si vrai, possibilité de retour arrière?

Merci encore pour vos réponses.

Bonne journée.

G.Apfeldorfer
Votre coach

 

Je réponds à la question de calico sur la leptine:

La leptine est une protéine libérée par les adipocytes et qui, entre autres choses, renseigne notre cerveau sur l’importance des réserves de tissu adipeux. On doit cette découverte à Jeffery Friedman en 1994.

Plus le taux de leptine est élevé, et moins on a faim. Mais il semble que chez certaines personnes obèses, on observe une résistance aux effets de la leptine, malgré des taux circulants importants. Il est probable que d’autres protéines viennent, au niveau cérébral, inhiber l’action de la leptine. On en connaît déjà au moins trois.

Les recherches se poursuivent. Mais on est encore très loin d’une solution médicamenteuse à l’obésité fondée sur de tels travaux.

L'hypothèse de la leptine n'est qu'une hypothèse parmi de nombreuses autres. Concernant tous ces travaux, ce qu'il convient de considérer, c'est que les dérèglements  observés au niveau moléculaire, dans le cerveau et ailleurs, sont la traduction concrète des dérèglements psycho-socio-comportementaux et émotionnels, et vice-versa.

Un peu comme la lumière est à la fois onde et corpuscule. Selon comment on l'observe.

lorraine
Marraine

Merci infiniment de vos éclairages  Docteur, c'est aussi avec eux que j'avance dans la  connaissance de moi même et que je progresse dans mon rapport à la nourriture....

Vous dites :

"A propos de la perte des sensations de faim et de satiété : ce n’est pas quand on mange trop qu’on les perd, c’est parce qu’on les perd qu’on mange trop. On les perd parce qu’on cherche à se restreindre, ou parce que les émotions ont pris le dessus et que les sensations alimentaires sont alors inaudibles."

 

Oui, avant LC je ne savais pas -je crois que j'ai jamais su ou alors tellement furtivement sans que cela prenne sens- ce qu'étaient les sensations de faim et de sasiété. J'apparentais mon estomac à  un gouffre sans fond. Je ne savais pas que les habitudes de mon enfance, les émotions diverses et variées conditionnaient ma prise de nourriture souvent excessive.

Maintenant depuis LC, je sais et c'est "ma révélation du siècle" !

Un témoignage : Cette semaine a été une semaine de SEPARATIONS  : celle de ma fille partie en voyage scolaire en Espagne, mettant à dur épreuve mon anxiété et ma peur de l'accident de bus et de la mort....Là dessus se rajoutent l'accident de bus des enfants belges et le décès d'un jeune enseignant de l'école. Jeudi j'étais tout près de la grosse crise d'angoisse....Je ne sais pas si j'ai eu des EME, je n'ai rien resenti de ce côté . Je n'ai pas eu le temps , et j'ai eu juste  plus de difficultés que d'habitude à ressentir la sasiété.  Par contre, tout de suite j'ai pris le temps d'observer en toute conscience ma nervosité, le sentiment d'opression, l'envie de pleurer et de me calmer en l'écrivant  sur le site à une de mes copines , en en parlant à mon mari.... Accueillir ces émotions tenter de les identifier ....Mettre en mots mes émotions tout en les vivant et ne pas y répondre compulsivement par la nourriture ont été ma réponse à des émotions ressenties intensément . Merci LC d'avoir permis ces progrés.

Ma fille est rentrée hier soir; j'avais préparé son plat préféré pour l'accueillir (blanquette de veau) que nous avons tous dégustée....

Bon week end à tous...

Lorraine

G.Apfeldorfer
Votre coach

Merci pour ce partage, lorraine.

Haut de page 
X