difficultés avec les exercices de pleine conscience - 22092011

capuccino
Marraine

Bonsoir,

lorsque j'ai commencé la méthode, les exercices de pleine conscience ont été pour moi une révélation. Ils m'apportaient apaisement et m'ont permis de stopper de nombreuses EME parceque je réalisais que manger n'étaient pas franchement ce dont j'avais besoin. J'étais scrupuleuse dans la pratique des exercices.

Aujourd'hui, comme chez de nombreuses personnes, ces exercices me pèsent et surtout provoquent chez moi, des impatiences, une envie de laisser tomber au bout de quelques mn d'exercice seulement ou alors je m'endors carrément (bon moyen d'évitement n'est-ce pas ?). Que se passe-t-il ? serait-il possible que les images ou pensées que j'observe pendant ces exercices soient à l'origine de cet inconfort et donc par extension me pousse à ne plus les supporter ?

Merci de votre réponse.

Commentaires

magaliej.
Abonné

Bonsoir Capuccino,

je crois qu'on est tous passé par là, où qu'on y passera tous. Je vis avec un gars qui fait de la méditation depuis deux ou trois ans, et il est de bons conseils, conseils que je retrouve ici aussi. Pour résumer, il n'y a pas de jugement à avoir, il n'y a pas de bonne ou mauvaise RPC (ou méditation). Il y a juste l'exercice, et c'est tout.

J'étais satisfaite de mes RPC au début, et il m'a fait remarqué que j'étais dans l"erreur, forcément, puisqu'il n'y a pas lieu d'être satisfait ou déçu, il y a juste la RPC/méditation. Ensuite j'ai eu des moments difficiles pendant la RPC, à pleurer, ressentir de grandes colères, ou d'autres stress intenses. Ca, c'est la "grande lessive", et c'est très bien pour la tolérance aux émotions.

Bref, il faut s'y tenir, parce que c'est notre problème, la tolérance aux émotions et le jugement. Il faut juste le faire. Sans se poser de questions, sans juger, mais bien de remercier ensuite smiley

Ingalill.
Abonné

Merci pour ce message et ce conseil, Magalij, je ne voyais pas du tout les choses comme ça et ce que tu dis me fait avancer. J'ai moi aussi du mal avec les exercices de pleine conscience, l'impression de les "rater". Je vais essayer de m'y remettre régulièrement en pensant à ce que tu dis ! 

mereleub.
Abonné

je fais aussi de la  resistance anx exercices de PC, peut-être trop douloureux?

magaliej.
Abonné

Ravie d'avoir pu aider !

Mereleub, ça ira mieux après, il faut dabord en passer par là, si je m'en réfère à mon expérience. Dans les exercices, les guides t'aident à observer les émotions, à les accueillir, puis à ramener ton attention au souffle. A force d'à force, on s'y habitue ; on les tolère, puis on n'a plus besoin de compenser ou de les fuir.

Honnêtement, ce n'ests pas facile du tout au début, mais quel confort ensuite !....

 

Il faut juste les faire, sans se poser trop de questions.

jpzermati
Votre coach

Bonjour Capuccino,

Je vous rappelle que les exercices de PC sont simplement destinés à prendre conscience de ce qui, de toute façon, est déjà là. Agréable ou pas.

Le but de ces exercices est de permettre d'augmenter la tolérance aux situations d'inconfort émotionnel et de réduire l'impulsivité alimentaire.

Manger en réponse à une émotion doit être considéré comme un évitement émotionnel efficace à (trés) court terme (soulagement de l'émotion). Beaucoup moins à moyen terme (culpabilité de manger, prise de poids) et plus du tout à long terme (augmentation de l'intolérance émotionnelle et de la dépendance alimentaire).

Tout l'intérêt de ces exercices est donc de les travailler dans des situations d'inconfort physique ou émotionnel dans le but d'agir sur l'impulsivité.

Il est normal d'éprouver des difficultés avec ces exercices dans la mesure où ils nous entraînent exactement à l'opposé du côté où l'on penche. L'acceptation plutôt que l'évitement. Faire avec plutôt que contre.

 

Avec de la pratique, ils deviennent formidablement efficaces ! Allez, courage.

JP

Soleluna
Abonné

« Vouloir répondre à une question, c’est se condamner, au mieux, à une réponse. Nous avons été jusque là les gens de la réponse. Or, toutes les réponses se révèlent en fin de compte insatisfaisantes. L’être n’est pas grossier ; il n’a rien de commun avec les réponses trop vite expédiées. Devant notre recherche pressée, il se retire ; dans la cessation, il demeure. Les réponses promettent tout mais finalement ne livrent jamais rien. Le recueillement de la méditation n’annonce rien du tout, mais il nous laisse bientôt seul avec l’inouï ; il contemple l’étendue. » Pantajali et les yoga sutras, Jean Bouchard d’Orval

amitiés, hélène

lumiera.
Abonné

[quote=Soleluna]

« Vouloir répondre à une question, c’est se condamner, au mieux, à une réponse. Nous avons été jusque là les gens de la réponse. Or, toutes les réponses se révèlent en fin de compte insatisfaisantes. L’être n’est pas grossier ; il n’a rien de commun avec les réponses trop vite expédiées. Devant notre recherche pressée, il se retire ; dans la cessation, il demeure. Les réponses promettent tout mais finalement ne livrent jamais rien. Le recueillement de la méditation n’annonce rien du tout, mais il nous laisse bientôt seul avec l’inouï ; il contemple l’étendue. » Pantajali et les yoga sutras, Jean Bouchard d’Orval

amitiés, hélène

[/quote]

Belle proposition Hélène : )

Haut de page 
X