Et si la poésie nous aidait à nous retrouver - 17112012

YSATIS.
Abonné

Bonjour, je suis assez nouvelle sur LC. J'ai encore beaucoup à découvrir, mais... je me suis dis que parmi nous peut-être il y avait des personnes qui aimait manier les mots, et que peut-être de construire ce qui nous questionne sous forme de vers nous permettrait de nous reconstruire d'une manière plus élégante, en faisant de ce qui nous fait mal (les maux) des mots qui résonnent, qui foisonnent, qui chantonnent, pour nous faire aimer, accepter, ce que nous sommes et qui nous empoisonnent.

Alors si vous vous sentez l'âme poète

tous à vos têtes,

car jouer avec les mots

c'est comme déguster un bon gâteau ...

 

ET SI ...

 Et si mon poids n'était plus le roi,

Et si mon corps voulait encore se remodeler

Sans tous ces excès

Et si cette fois  j'apprenais non plus à compter

les calories, les points, je ne sais...

mais à me réconcilier

avec le bon, le beau, le plaisant

Et si pour un instant

je redevenais cet enfant

Qui goûte, déguste, croque à pleines dents

De la vie tous les moments

qui font que je me suis construite

Alors peut-être, qu'en recommençant à zéro

Tout deviendrait plus beau

Mais si, mais si...

Commentaires

lorraine
Marraine

Mais si , mais si,

                                     On peut apprendre à mieux écouter

                               Sa faim, ses émotions, sa sasiété

                          Et du temps s'octroyer

Mais si, mais si

                               On peut  apprendre  à se respecter

          De bienveillance envers soi user

                                 Se poser et la rpc pratiquer

Et si

                    Nous devenions notre priorité

                                             Sur soi se recentrer

            Apprendre à s'accepter

 

Lorraine

PS : Merci  

               Ysatis

                         D'avoir proposé la poésie

 

 

 

 

 

 

charlotte25.
Abonné

c'est très agréable de vous lire, mais je ne sais pas faire cà...

alors merci a toutes les deux !

mims68.
Abonné

Longtemps,

J'ai bafoué,

Ce corps fragile et mal aimé,

Longtemps,

J'ai sous-estimé,

Ma générosité, ma bonté,

Longtemps,

J'ai cherché la perfection,

à tâtillons, à reculons, 

A coup d'à quoi bon,

Longtemps,

J'ai connu l'errance,

la restriction et l'abondance,

Longtemps,

J'ai joué avec le diable et invoqué tous les saints,

Je ne maitrisais pas mon destin,

Mais à présent, je l'ai pris en main,

J'ai fait la paix avec mon corps et mon esprit : à présent, ils font UN

 

Merci Ysatis, belle initiative :-)

Ederl.
Ancien abonné

C'est pas sous forme de vers mais....ça peut peut-être le faire :

Tu m'as fait découvrir une région déserte

où je me retrouve assise face à moi même.

YSATIS.
Abonné

C'est super de vous lire, j'en ai ai la chair de poule!

Merci de participer à ce post et tant mieux si vous avez aimé :-)

Sylvie75.
Abonné

Eh eh, sympa cette idée de poème thérapeutique. Je me lance !

 

Grosse je suis

Grosse je m'apprécie.

Quelle est ton nom Sylvie ?

Mon nom est Grosse.

 

Autrefois j'ai tout subi !

Grosse truie ! croassaient des veaux.

Grosse vache ! meuglaient des corbeaux.

J'ai fui cette animalerie, tous ces cris.

 

Maintenant, j'apprends que Grosse

ne rime pas avec pathos ou rosse

mais avec caresse et douce.

Quoi, la rime est plus pauvre ?

Qu'importe, si ma vie est plus riche !

Sylvie75.
Abonné

[quote=Ederl]

C'est pas sous forme de vers mais....ça peut peut-être le faire :

Tu m'as fait découvrir une région déserte

où je me retrouve assise face à moi même.

[/quote]

Magnifique ! J'adore. Fort heureusement, en poésie moderne, la rime n'est plus du tout nécessaire.  Tes deux vers le montrent.

Sylvie75.
Abonné

ECCE HOMO

EXCES OGROS

EXCES OGRAISSE

Approchez, approchez mesdames et messieurs !
Derrière cette toile se cache l'ogresse !
Derrière cette toile se cachent des milliers d'ogresses.
Derrière le web, se cachent des miliers de log-resses.
Elles mangent le pain de leurs enfants, quand elles ne mangent pas leurs enfants.
Approchez, mais n'approchez pas trop près, elles ont déjà mangé des adultes aussi.
Elles n'en font qu'une bouchée, de leur mari par exemple, de leurs maris, fort marris car elles sont vite veuves.
Dévorantes, dévoreuses, diablesses, ogresses, elles sont hideuses !
Elle sortent surtout la nuit, suivent la lumière du frigo, et voraces, baffrent debout en vociférant.
Malheureux qui en cliquant au hasard, êtes arrivés sur ce site : fuyez bien vite.
C'est ici leur grotte, leur repère, leur antre.
L'on voit encore sur ce site les restes fumants de leurs dernières agapes.
Ci gît un petit tas fumant, ô combien triste, les restes de deux bons docteurs, qui ambitionnaient de les changer, les naïfs.

 

cheekyCa fait du bien de se défouler...

Savi.
Abonné

La poésie, la métaphore, les jeux de mots, c'est puissant, n'est-ce pas?

Merci pour vos mots, ils bercent, ils invitent à réfléchir, ils font sourire, ils sont émouvants ...

Je me mets en projet de venir déposer ici une modeste contribution. Ca ne sera pas pour ce soir, car je suis trop fatiguée pour solliciter mon imagination créatrice ;-)

Haut de page 
X