et si maigrir nous faisait peur - 04122012

mamanzap.
Abonné

Quand je vois à quel point il m'arrive souvent de ne pas gérer mes EME comme il le faudrait et dans ces cas là j'avale j'avale ......tout ce que je trouve et dans des quantités plus qu'importantes,je me demande si perdre du poids ne me fait pas peur quelque part car en effet je n'aurai plus cette carapace pour me réfugier,c'est difficile à expliquer mais parfois cette iée me turlupine!!!

Commentaires

Sorbet12.
Abonné

coucou mamanzap

comme je te comprends. Il y a eu une discussion il y a peu de temps intitulée "pourquoi je me sabote" qui évoque plein de pistes pour mieux comprendre ce phénomène

//www.linecoaching.com/content/pourquoi-je-me-sabote

 

Pour ma part, je reste persuadée qu'il faut du temps pour se découvrir autrement qu'en "grosse" et apprendre à s'accepter comme une personne mince

lolinettte.
Abonné

Bonjour, 

 

Comme je te comprends. Je suis pareille. Grâce à la RPC, je me suis en fait rendue compte que j'avais surtout peur de ne plus être moi.... Je m'explique. Depuis mon adolescence on m'a toujours dit "fait attention, tu es trop forte... et patati patata" (Avec le recul, j'etais juste bien et avec 25kg de moins qu'à cette heure ci, mais ce n'est pas le sujet ici) Je me suis toujours "vu" et cru grosse... Je me suis d'ailleurs refugié derriere ça parce qu'avant. J'étais une petite fille tres disrete, on ne me voyait pas... Grâce à mon poids, on me voit maintenant. Ben oui, ne dit on pas que les grosses sont des bonnes vivantes toujours souriante? C'est ce que je suis devenue, mais est-ce vraiment ce que je suis au fond, je ne sais pas. En fait, j'ai peur qu'en perdant ce poids qui fait de moi ce que je suis je disparaisse à nouveau...

C'est un peu étrange mais j'espère que vous m'avez comprise.

Gros bisous à toutes

Patience
Marraine

Moi aussi je ressens cette peur de maigrir... Et pour deux raisons que j'ai réussi à bien identifier.

D'une part, j'ai peur du pouvoir de séduction que je pourrais avoir si je perdais du poids. Mes rapports avec les hommes ont toujours été biaisés. Je n'ai jamais su me protéger des regards et/ou des gestes déplacés ; et je n'ai quasiment jamais su m'affirmer en disant non...

D'autre part, la RPC m'a permis de me "connecter" à moi-même et la découverte que j'ai faite ne m'a pas plue... Je me suis découverte pleine de peurs et de colères (alors que j'ai l'image d'une femme plutôt sereine et apaisée) ; et j'ai peur de devenir une femme difficile à vivre si je maigris.

Voilà. Je crois que j'ai peur de quitter ma carapace de kilos pour ces deux raisons-là. Alors face à ma peur, je mange encore et toujours... Et ça m'attriste...

foujita.
Abonné
Je suis persuadée que quelque part dans sa tête,il faut accepter de maigrir,devenir mince......c'est à dire peut être soi même en mieux! Est ce que la vie sera plus difficile?c est une question que l'on se pose inconsciemment.Est ce que l on sera à la hauteur de ce moi "mieux"? Enfin ce ne sont que des hypothèses.Je n ai pas d idées arrêtées et j écouté volontiers les arguments des autres.....En attendant je dois maigrir10 kg et parfois je crois que ça n arrivera jamais
izabelle
Animatrice forum

Patience, ce que tu as découvert en te connectant à toi-même ne t'a pas plu, mais la bonne nouvelle c'est qu'on est tous pleins de peurs et de colères

seulement tout le monde le cache, voilà un secret bien gardé....

toutes ces peurs et ces colères, ce n'est pas TOI, ce sont justes des choses qui passent en toi, des états, des ressentis

et tous, en tant qu'humains, avons des ressentis négatifs parfois, positifs parfois.... 

oh pour sûr les positifs sont plus agréables que les négatifs, mais le jour n'existerait pas sans la nuit, la lumière crée l'ombre et tutti quanti

 

ce qui pourrait te rendre "difficile à vivre", ça serait de changer un fonctionnement d'évitement (manger sans faim) par un autre (être agressif), mais avec les outils de la pleine conscience, tu peux accueillir et vivre ces ressentis temporaires sans qu'ils décident de ton comportement

ils sont là, certes, et alors?    je bouillonne, c'est normal, je suis en colère, je suis en vie....   elle finit par s'en aller

 

l'acceptation de ces ressentis te permettra de ne plus les laisser te dicter ta vie, et d'être mince sans être aigrie, parce que pleinement consciente de ce que tu ressens dans l'ici et maintenant, capable de le vivre sans devenir un buldozer ou un chien de garde, même sans ta carapace

Savi.
Abonné

[quote=izabelle]

l'acceptation de ces ressentis te permettra de ne plus les laisser te dicter ta vie, et d'être mince sans être aigrie, parce que pleinement consciente de ce que tu ressens dans l'ici et maintenant, capable de le vivre sans devenir un buldozer ou un chien de garde, même sans ta carapace

[/quote]

Ca me fait penser à des mots d'enfants (mon fils quand il avait 3 ou 4 ans, et à qui j'expliquais que je ne mangeais pas de gâteau parce que je voulais MAIGRIR):

"Mais maman, pourquoi tu veux T'AIGRIR?" ...

Je vous assure que ça m'a interpellée au plus haut point et que je me suis demandé si j'allais m'aigrir en maigrissant ...  Je comprends donc cette peur de perdre ses kilos, c'est comme une carapace, une barrière, un refuge ... à nous d'aller désormais nous ressourcer dans la RPC plutôt que dans la nourriture ...

 

FRED73
Marraine
Je relance ce sujet de discussion, parce que je me suis rendue compte que j'associais le fait d'être plus mince et désirable. En ayant trop de poids je me protège du regard des hommes. Dans ma famille, les femmes ne sont pas en talon, en jupe si mais longues, pas maquillées, bref pas très féminines. Elles n'ont pas toutes trop de poids au contraire même, ma cousine est même maigre pour être encore plus androgyne, elle n'a d'ailleurs pas d'enfant. Bref, le corps n'est pas du tout mis en valeur et pas du tout féminisé. J'ai intégré cela et je me demande si cela ne m'empêche pas de perdre du poids : je deviendrait alors trop sexy ! Qu'en pensez vous, y a t il quelqu'un qui se reconnait là dedans et que faire pour avoir une autre idée de mon corps ?
Lavienrose.
Abonné
Je n'ai pas cette peur, mais tu pourrais développer: que cela implique pour toi d'être sexy? Que fait le regard des hommes sur une femme? Porter une jupe c'est mal? Qu'est ce que tu provoquerais? j'écoute Rmc de 14 à 16h quand je peux c'est l'émission de Brigitte Laye( c'est la bonne orthographe ?) ça décomplexe sur tout plein de points
izabelle
Animatrice forum

je pense moi aussi avoir cette peur de maigrir et être  "trop" belle (sic)

quand je sens que c'est agissant, je visualise des personnes de mon entourage qui sont minces et qui pourtant ne sont pas spécialement sexy ou super attractive

tu en verras aussi plein dans la rue......

je regarde les photos de moi quand j'étais plus mince : je n'étais pas spécialement plus sexy, peut-être même moins vu que j'ai pris beaucoup sur la poitrine

Lourdes.
Abonné

J'ai aussi trouvé cette peur chez moi. Peur de l'homme en général. Il faut dire que l'image masculine n'est pas des meilleures qui soient dans mon esprit. Du coup c'ets un peu comme si l'énergie fémine en moi s'en protégeait en se cachant sous des kilos, un peu comme pour dire "tu m'auras pas!"

Mais en travaillant sur cette idée je me suis redu compte qu'encore une fois c'était dans ma tête tout ça car la seule personne que je punis en faisant ça c'est....MOI! bien sûr! Les hommes s'en foutent pas mal. Ils peuvent dire ce qu'ils veulent les magazines et compagnies mais les hommes s'en fichent. En plus quand on a ce genre de croyance pour nous protéger c'est en général pour se protéger des "méchants hommes" (entre parenthèses, on se comprend) ! Or, ceux-là kilos ou pas, ils s'en moquent encore plus que les autres.

Et en continuant de travailler (oui ça dure depusi des années :-) ) je me suis rendu compte qu'une part demoi redoutait le prince charmant (l'inverse des méchants) et que là je ne me sentais pas à la hauteur, pas digne alors autant me cacher sous le gras comme ça j'aurai une excuse toute faite pour pas plaire aux princes charmants ouf!!!

Si un jour je peux dire deux mots à mon inconscient, il va passer un sale quart d'heure moi je vous le dis!

 

Bref tout ça pour dire que c'ets juste dans nos têtes toutes ces croyances. Ce qui m'aide beaucoup à les démonter c'est le Travail de Katy Byron, c'est super pour ça! Si vous ne connaissez pas je me ferais un plaisir de vous en parler.

 

Bonne journée

FRED73
Marraine

Ah oui, Lourdes je veux bien que tu nous parle du travail de Katy Byron, je ne connais pas du tout !

Alors moi le truc c'est que je ne me protège pas des "méchants hommes" mais de tous les hommes : je me protège même de mon mari qui est le plus adorable des hommes ! J'ai toujours cette croyance que tous les hommes ne pensent qu'à la sexualité et les femmes, au contraire pas du tout ! Ce qui fait que je n'assume pas du tout mon désir et mes besoins en me disant que c'est mal et que je me méfie beaucoup du désir et des besoins de mon mari ! Pas simple tout ça ! ça fait très longtemps que ça dure et pourtant mon mari est toujours là, mais rien à faire, les pensées automatiques ont la vie dure !!! J'ai peut-être grossis aussi pour me protéger de lui mais rien à faire, je lui plais encore !!! Et tant mieux pour moi, parce que même si ça me fait peur, ça me rassure quand même ! Je me dis souvent mais que fait-il avec une fille aussi compliquée et je culpabilise ! Alors, je mange ! 

Lourdes.
Abonné

Fred73 justement le fait que ton mari s'en fiche est bien la preuve que c'est dans la tête tout ça. Et ce qui est dans NOS têtes n'est pas dans la leur! Cela nous appartient et c'est pour ça que c'est à nous de travailler sur nos propres croyances et pas aux autres de changer. Enfin, les autres peuvent changer mais je veux dire que ça changera rien pour nous si c'est eux qui changent, bref...

Alors le Travail de Byron Katie est super et super simple. Mais justement ce qui est simple ne veut pas dire facile. Il s'agit de se poser 4 questions à chaque fois qu'on met à jour une croyance. Par exemple:

Pensée/croyance: les hommes ne pensent qu'au sexe!

Première question à se poser: Est-ce que c'est vrai? (il n'y a pas de réponses justes ou fausses, il y a notre réponse qui sera toujours la bonne pour nous)

Deuxième question: est-ce que c'est vraiment vrai? (même topo, pas debonne ou mauvaise réponse, et il est évident que si on a répondu non à la première, on peut sauter celle là)

troisième question: comment réagissez-vous quand vous croyez cette pensée?

quatrième question: qui seriez-vous sans cette pensée?

quand on a finit d'investiguer la pensée, on la retourne. Dans notre exemple, ça pourrait donner:

les hommes NE pensent PAS qu'au sexe!

JE ne pense qu'au sexe!

et voir dans quelle mesure les inversions peuvent être aussi vrai, voire plus vrai que la pensée de départ. On prend des claques en faisant ce travail, ça réveille, ça secoue, mais ça fait du bien. Pour chaque inversion, il faut trouver trois exemples où l'inversion est vraie pour montrer à notre mental que la pensée de départ ne détient pas la vérité. Que tout ça ne sont que des pensées au final.

Dans notre exemple la deuxième inversion peut paraître exagérée, voire fausse, pourtant est-ce que finalement ce n'est pas nous qui pensons sans arrêt au fait que les hommes pensent au sexe? Du coup c'est bien nous qui y pensons sans arrêt... quand ça devient cocasse, les pensées perdent leur emprise sur nous, c'est trop n'importe quoi et on s'en rend compte...

Voilà si vous avez d'autres questions, y'a qu'à, sinon vous pouvez aller là: //www.thework.com/francais/

FRED73
Marraine
Merci beaucoup pour toutes ces explications Lourdes, c'est vraiment très intéressant ! Je vais y réfléchir. Bonne soirée.
Lyphaé.
Abonné

J'avais déjà entendu parler du travail de Katie Byron (je crois même avoir un bouquin là-dessus à la maison mais je ne l'ai jamais terminé lol) mais quand je lis tes explications, Lourdes, je réalise que c'est aussi une manière d'utiliser la défusion, de "démonter" les pensées qui nous traversent l'esprit et ne nous aident pas, au contraire. Merci pour ce petit récapitulatif !

izabelle
Animatrice forum

oui il y a des choses en commun pour avoir du recul sur ses pensées, notamment concernant la troisième question...

en act therapy, on dirait dans le même genre  "cette pensée est-elle utile ou non pour mon objectif?"  par contre on ne se demande pas si elle est vraie, car on essaie de se détacher de cet aspect des pensées pour leur donner moins d'importance

ça m'a l'air intéressant cette méthode, mais pour ma part je pense qu'elle me serait contre-indiquée....  cela renforcerait trop l'importance de mes pensées, avec le risque de vouloir à nouveau les transformer et les manipuler pour qu'elles ne me dérangent plus  (mon grand piège)
pour l'instant je préfère les accepter telles qu'elles sont, en ne leur accordant que peu d'attention

Lourdes.
Abonné

Izabelle, le Travail de Byron Katie n'est pas fait pour transformer les pensées, bien loin d elà. Il est au contraire fait pour se réveiller et se rendre compte que ce à quoi nous croyons est finalement inutile et sans fondement. Il ne s'agit pas de se faire violence ou même un noeud au cerveau, juste de se poser ces questions pour devenir plus conscient de ce qui nous anime.

Pour donner une métaphore (c'est mon grand truc ça) c'est comme si on avait un caillou dans une chaussure sans en être trop conscient ou se donner le droit de l'enlever, on a mal, on croit qu'on ne peut pas faire autrement, on croit qu'il faut être fort pour résister, tenir le coup etc. En seposant ce genre de questions, il s'agit juste de se réveiller, de se rendre compte non seulement de l'inutilité de ces pensées mais de leur nocivité. Finalement on finit par en rire et notre comportement change en douceur, de lui-même, parce que quand on est réveillé, conscient d'une situation ridicule, il est plus difficile de la maintenir. c'est parce que nous croyons que les pensées sont vraies, sérieuses et intouchables qu'on se croit "condamné", il n'en est rien du tout...bien au contraire

FRED73
Marraine

C'est interessant, mais je crois malheureusement que ce n'est pas aussi simple que ça. Je sais que tous les hommes ne pensent pas qu'à ça, sinon mon mari serait parti depuis longtemps et j'arrive très bien à m'en rendre compte pourtant...les comportements sont tellement ancrés qu'il m'est difficile de m'en débarrasser. Il y a des périodes pendant lesquelles ça va mieux et puis ça revient.C'est comme si j'avais oublié que ça allait mieux ! 

Lourdes.
Abonné

une pensée n'est jamais seule, quand tu tires sur une il y a souvent une pelote entière qui vient. En désamorcer une peut inviter à en désamorcer d'autres pour un même comportement

agnesdds.
Abonné

Bonjour,

Merci Lourdes de ces infos sur Katie Byron.  Merci  les filles les remarques autour de ce sujet. Je suis tellement mal en ce moment que je recherche n'importe quoi qui pourrait m'aider.

En espérant ne pas vous ennuyer, je me permets de mettre le résumé du livre de K Byron : AImer ce qui est, si c'est bien de celui-ci dont vous parlez. J'ai hâte de le lire, sans doute pendant mes vacances d'été.

Aimer ce qui est... développe une méthode révolutionnaire qui se résume à quatre simples questions qui, lorsqu'on les applique à un problème spécifique, vous permettent de voir ce qui vous fait souffrir sous un angle complètement nouveau. L'auteur dit , à ce propos : Ce n'est pas une situation difficile en soi qui cause notre souffrance, mais bien notre pensée face à cette situation. Contrairement à la croyance populaire, nous ne pouvons nous libérer d'une pensée qui nous fait souffrir. Nous devons plutôt faire en sorte que la pensée se libère de nous. A partir de ce moment-là, il sera possible d'aimer ce qui est. Eckhart Tolle, auteur du magnifique livre Le pouvoir du moment présent, raconte à propos de Aimer ce qui est : Le travail de Byron Katie est une bénédiction pour l'humanité. La source première de notre souffrance est l'identification que l'on a avec nos pensées, ces scénarios qui accaparent sans cesse notre mental . La méthode de Byron Katie agit tel un sabre coupant au coeur même de cette illusion et vous permet de connaître l'éternel essence de votre être et, ainsi, de retrouver la joie, la paix et l'amour. Avec Aimer ce qui est, vous avez la clé. Maintenant, vous n'avez qu'à l'utiliser.

Bon week end

 

Agnès

izabelle
Animatrice forum

oui Lourdes, je me doute bien que le but n'est pas de transformer nos pensées, mais disons que moi j'aurais vite fait de l'utiliser de la mauvaise façon....   wink   j'meconnais...

Lourdes.
Abonné

wink

FRED73
Marraine

C'est vrai Lourdes, je vais essayer de me pencher plus attentivement là dessus !

Bliss.
Abonné
Quel bonheur de voir que l'on parle de byron katie ici! j'en ai parlé uen fois ici il y a longtemps et j'ai vite arrêté vu les réactions! Iza au pire tu fais du work....et ca ne marche pas tu crois toujours à ta pensée. Et sinon ca marche, la pensée te lâche elle ne revient plus. Mais d'autres se présenteront. Pour ma part ces bouquins ont sauvé ma relation désastreuse avec mes parents entre autres. Aujourd'hui je peux parler sans soucis avec ma mère, elle me soutient on s'appelle etc.......j'ai fait beaucoup de work sur elle. Bon j'en ai fait aussi beaucoup au sujet de mon travail mais sans suivre ce qui est dit par katie. Quand on vit quelque chose de terrible prenons l'exemple du viol, on part on se met à l'abri on se protège.....et ensuite on travaille sur ses pensées. Là j'ai loupé le coche je suis restée dans une situation vouée à l'échec en espérant que de travailler sur mes pensées m'aiderait........ Mais dans ce cas j'ai quand même appris plein de choses sur moi même. La maître mot de cette optique est de vivre ses retournements. Ok on a la pensée, on l'investigue mais ensuite surtout on fait la paix avec soi même en s'engageant vis à vis de soi à vivre ses retournements. Et ne jamais passer directement aux retournements sans passer par l'investigation ca ne marche pas. Donc je prends la pensée "quelqu'un devrait prendre de mes nouvelles" (bein oui non mais je peux disparaitre personne ne le verrait........encore une pensée......) J'investigue en répondant aux questions 1 2 3 4 et ensuite les retournements: Je devrai prendre des nouvelles de quelqu'un (je trouve des exemples spécifiques ou c'est vrai) et ensuite dans la vie et bien à moi de jouer. Quelqu'un ne devrait pas prendre de mes nouvelles: les gens ont leurs vies leurs occupations.....ils pensent même peut être à moi sans pour autant prendre de mes nouvelles. Autres exemple des personnes ne prennent pas de mes nouvelles car elles sont confrontées par mon expérience à leur propre vécu désagréable (notamment des collègues de travail qui vont très mal mais n'osent pas consulter de peur d'un arrêt de travail et du chômage je devrai prendre des nouvelles de moi même: Par exemple en faisant des pauses dans ma journée pour voir comment je me porte en respirant etc.... En me souciant de mon bien être, en prenant réellement de mes nouvelles comment je me sens quels progrès j'accomplis etc.....sans attendre que quelqu'un le fasse à ma place. Merci pour vos messages de m'avoir rappelé combien byron katie me parle.......
Lourdes.
Abonné

Byron Katie est une perle, et d'une douceur, d'une sincérité... Moi aussi elle m'a tellement aidée et m'aide encore. L'autre jour par exemple je suis allée à une soirée bien-être à la place de mon conjoint. Il n'y avait dans la grande salle de spectacle que des chefs d'entreprise et des cadres. j'ai commencé à me sentir très mal à l'aise et la pensée que je n'étais pas à ma place est arrivée. Et spontanément je me suis dit Est-ce que c'ets vrai que je ne suis pas à ma place? Bon comme j'ai l'habitude de pratiquer le Travail je n'ai pas été plus loin puisquela réponse qui m'ets venue fut:

Bien sûr que non, puisque je suis là. Pourquoi aller contre ce qui est? Je suis là donc je suis à ma place, si je n'étais pas à ma place, je ne serais tout simplement pas là.

Avec la pratique ensuite ça devient une façon de vivre...

belleetsereineen2013.
Abonné

Bonjour,

Je decouvre ce fil de discussion aujourd'hui. La méthode Kathy Byron semble simple mais aussi terriblement difficile à appliquer.

Par exemple en ce moment la pensée qui m'obséde et qui m'attriste c'est " je ne suis pas désirable, je ne suis pas désirée, je fais l'effet d'un bout de bois" ... je n'arrive pas du tout à m'en détacher ... j'aimerais savoir susciter le désir chez l'autre....

 

Haut de page 
X